À L aube des traversees
118 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

À L aube des traversees , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
118 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

De la poésie pour réinventer le monde et les vivants...
Il vit à Port-au-Prince. Son métier : poète. Sa foi : l’avenir. Son désir : quelques rêves d’amour et de soleil. Il a une jeunesse insolente et des yeux qui refusent de se fermer, ni de mourir solitaire / sans livrer les méandres de la faille. Il écrit pour ne pas flancher.
Pour être debout entre les phrases. Ses mots se font fleurs, barbelés en crue / dans la spirale du rêve, dit testamentaire d’une île où seule l’étreinte / conduit la
lumière.
Rodney Saint-Éloi
ce n’est
la faute de personne
si nos rêves sont plus courts
que nos bras

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 mai 2017
Nombre de lectures 17
EAN13 9782897124724
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0350€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Makenzy Orcel
à l’aube des traversées et autres poèmes
MÉMOIRE D’ENCRIER
Mémoire d’encrier reconnaît l’aide financière du Gouvernement du Canada par l’entremise du Conseil des Arts du Canada, du Fonds du livre du Canada et du Gouvernement du Québec par le Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres, Gestion Sodec.
Mise en page : Virginie Turcotte Couverture : Étienne Bienvenu Dépôt légal : 2 e trimestre 2017 © 2017 Mémoire d’encrier inc. Édition revue et améliorée Tous droits réservés.
ISBN 978-2-89712-471-7 (2 e édition) ISBN 978-2-923713-29-8 (1 ere édition 2010) ISBN 978-2-89712-473-1 (PDF) ISBN 978-2-89712-472-4 (ePub) PQ3949.3.O72A62 2017 841’.92 C2017-940845-3
mémoire d’encrier
1260, rue Bélanger, bur. 201 • Montréal • Québec • H2S 1H9 Tél. : 514 989 1491 info@memoiredencrier.com • www.memoiredencrier.com
Fabrication du ePub : Stéphane Cormier
du même auteur chez mémoire d’encrier
Le chant des collines (poésie), Montréal, Mémoire d’encrier, 2017.
Les immortelles (roman), Montréal, Mémoire d’encrier, 2010; Paris, Zulma, 2012.
Les latrines (roman), Montréal, Mémoire d’encrier, 2011.
chez d’autres éditeurs
Caverne (poésie) , Lille, La Contre Allée, 2017.
Miwo miba (poésie) , Port-au-Prince, Legs Edition, 2017.
La nuit des terrasses (poésie) , Lille, La Contre Allée, 2015.
L’ombre animale (roman), Paris, Zulma, 2016.
prologue
De la poésie pour réinventer le monde et les vivants... Il vit à Port-au-Prince. Son métier : poète. Sa foi : l’avenir. Son désir : quelques rêves d’amour et de soleil. Il a une jeunesse insolente et des yeux qui refusent de se fermer, ni de mourir solitaire / sans livrer les méandres de la faille . Il écrit pour ne pas flancher. Pour être debout entre les phrases. Ses mots se font fleurs, barbelés en crue / dans la spirale du rêve , dit testamentaire d’une île où seule l’étreinte / conduit la lumière .
Je lui ai parlé après le séisme du 12 janvier 2010, qui a dévasté Haïti. Il n’a pas de mots pour recommencer la journée.
demain se nomme
inertie de chien
Makenzy Orcel est sur le toit d’une maison fissurée. Il surplombe toute l’île. Il arpente la géographie du désastre. Comment résonnent les mots quand la ville est sous les décombres? Comment écrit-on quand la mort et la vie se chevauchent ? Comment créer quand la terre a tremblé et que l’on vit les jours qui suivent dans l’attente des répliques? Comment tenir au chaud les rêves quand le rêve s’ouvre sur la strangulation.
J’ai envie de lui demander des nouvelles de sa maman Elitha.
J’ai envie de lui poser toutes ces questions.
En lisant sa poésie, j’ai trouvé quelques éléments de réponse. Le poète Orcel fait partie de cette nouvelle génération d’auteurs qui ont dans le cœur une fissure plus longue que les bras. Il a le mot et le rêve faciles, sa poésie dit les naufrages existentiels. On découvre les mêmes préoccupations esthétiques chez ses camarades, notamment dans les instantanés de Farah Martine Lhérisson, le ton libertaire de James Noël, la gravité de Bonel Auguste. Il rassemble autour de lui ces maniaques de la poésie, qui veulent faire de grands trous dans le ciel pour rallumer les étoiles .
Il a fait son apprentissage de la vie et de l’écriture en lisant tous les poètes. Il fixe l’horizon avec de grands yeux mouillés, articule le mot demain, avec hésitation, pour attacher des ailes / à la beauté . Parole économe sous laquelle perce un chant beau et précis qui tranche avec les cris et les éboulements de la terre.
Héritier de la grande tradition poétique haïtienne, la poésie de Makenzy Orcel est fulgurance – cette lumière magique qui transforme la vie et les choses en une aventure merveilleuse.

Rodney Saint-Éloi


Note : Mémoire d’encrier réimprime le recueil À l’aube des traversées , avec les mêmes mots / maux. Sauf que l’auteur n’est plus le jeune poète qui fixait l’avenir avec de grands yeux mélancoliques. C’est aujourd’hui un écrivain connu et reconnu à qui on ne demande plus de preuve ni de carte d’identité. Salut l’ami!
à l’aube des traversées
Pour ma mère, Elitha
la chute
commence
dans le pot de chambre

rive lovée
dans la mantille
marine

terre
cendre des limites

rive
ruée de vides
à l’orée du chant

précipice de paume
terre
toison d’écriture
sur les prismes
de l’absence

libre de sillage
et d’écume
terre trilles
rythmant le vertige
des ombres
le temps
s’entortille
ailes dissonantes

âge dissout du sel

parfois
je tombe
dans le piège
d’être moi
Pour Edmie
nudité diluvienne
d’où le fleuve tire
son agilité

nuque à fleur d’île
dans l’exégèse
du cri
cri dilué
au feu de l’éboulis
barbelés en crue
dans la spirale
du rêve

forme indécise

étourdie
au foisonnement
des marges
l’heure
dénombre la limite

haubans des pluies
haut chant des futaies
infinis chevaux
de sable

ne reste
du voyage
que la purulente eau
des égouts
les moteurs tournent
et convient le cri
à l’enfance

la dérive
en fugue marine

seule l’étreinte
conduit la lumière
terre
marge
mer en éboulis

terre
hâte
et toutes les dérives
du possible

faut-il que
l’ombre renaisse
de son aveuglante fixité
pour écrire la stridence
des passerelles?
au déluge
de nos mains
s’abreuve le vide

effluves
greffés
au sombre miroitement
de la pierre

les trottoirs rampent
vers leur solitude
terre
de miraculeuse sève
dont les dieux se rebellent
dans leur mythe

dune
à solfier
l’écho du sang

écume de corps
dans les fourrés

jamais d’étreinte
n’a de plus subtiles
éternités
Pour Jacques Roumain et Aimé Césaire
la main thaumaturge
de l’homme
dans les mamelles
endurcies de la terre
dessine une jupe

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents