Au Bouddha bar
160 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Au Bouddha bar , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
160 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dieu et Allah refont le monde sous l'oeil amusé de Bouddha; les confessions d'un témoin pas comme les autres de la vie de Marilyn Monroe; une épidémie de rire dans le Tanganyika des années soixante; un syndicaliste déboussolé à l'ère de la mondialisation; le crime organisé international se prépare à prendre le contrôle de l'île Saint-Louis; un homme se réveille un matin dans la peau d'un oiseau; la Brigade de Repérage des Individus Déviants se penche sur les écrits subversifs d'un suspect; la traduction inter-espèces vient chambouler la société humaine... Après "Sur le plus haut trône du monde", Daniel Valot récidive avec un enthousiasme contagieux. Son but n'a pas changé: nous surprendre, nous intriguer, nous faire sourire, rêver, et de temps à autre, nous filer un bon coup de poing dans l'estomac. Oscillant entre absurde et satire, son nouvel opus multiplie les univers pour être sûr de n'épargner personne. Au diable le politiquement correct!

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 septembre 2013
Nombre de lectures 15
EAN13 9782342011760
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0071€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait












Au Bouddha bar Daniel Valot










Au Bouddha bar

et autres contes




















Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook :




http://www.publibook.com




Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les
lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son
impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et
limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou
copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une
contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les
textes susvisés et notamment le Code français de la propriété
intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la
protection des droits d’auteur.





Éditions Publibook
14, rue des Volontaires
75015 PARIS – France
Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55






IDDN.FR.010.0118767.000.R.P.2013.030.31500




Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2013





Après la parution, en 2012, de « Sur le plus haut trône
du monde », Daniel Valot récidive, avec ce nouveau
recueil de nouvelles, qui ne sont pas faites pour engendrer
la mélancolie.

Mon but, dit l’auteur : vous surprendre, vous intriguer,
vous faire sourire, vous faire rêver, et de temps à autre,
vous filer un bon coup de poing dans l’estomac.

Tenez, un exemple, savourez ce début :
« Un jour, Allah dit à Dieu : Qu’est-ce que tu dirais
d’une fusion ?
— Qu’est ce que tu veux dire, au juste, par une fusion ?
articula Dieu, un brin méfiant.
Ils étaient attablés en terrain neutre, au Bouddha Bar…

Imaginez la suite de l’histoire. Non ? Vous ne voyez
pas très bien où ça mène ?

Alors, lisez ce bouquin et passez un bon moment.
7


Au Bouddha Bar



Un jour, Allah dit à Dieu : « Qu’est-ce que tu dirais
d’une fusion ? »

Ils étaient attablés en terrain neutre, au Bouddha Bar.
De jeunes bonzes en robe safran, le crâne rasé, un éternel
sourire aux lèvres, faisaient le service. Derrière son bar,
Bouddha, lippu, ventru, majestueux, observait la salle en
plissant des yeux.

— « Qu’est-ce que tu veux dire, au juste, par une
fusion ? » articula Dieu, un brin méfiant.

— « Bah, dit Allah, ça fait des siècles qu’on se fait une
concurrence acharnée, tous les deux, qu’on se bat comme
des fous, et ça donne quoi ? Tu es satisfait des résultats de
ton côté ? »

— « Pas vraiment, dit Dieu, mais ça pourrait être pire.
J’ai eu quelques difficultés autrefois, avec le schisme des
orthodoxes, la multiplication des sectes, les guerres
d’extermination menées par les catholiques contre mes
bons parpaillots. Tout cela, c’est derrière nous maintenant.
Certes, il faut bien l’avouer, ma clientèle a baissé ces
derniers temps, et mon chiffre d’affaires s’en est ressenti.
Mais avec les agressions auxquelles se livrent les plus
fanatiques de tes fanatiques, j’ai bon espoir que les affaires
reprennent. D’ailleurs, depuis le Onze Septembre, ça va
déjà un peu mieux… »

9 Un serveur safran s’inclinait devant eux.

— « Pour moi, dit Allah, ce sera un verre de blanc.
Vous avez du Chardonnay ? »

— « Tu picoles maintenant ? » dit Dieu. Il avait l’air
sincèrement médusé.

— « Tu vois, dit Allah, les efforts que je fais pour aller
dans ta direction ? Bon alors, fusion ou pas fusion ? »

— « Pour moi, ce sera un gin-tonic. Merci. Attends un
peu, tu sais bien que sur des sujets pareils, je ne peux pas
prendre position avant d’avoir consulté mon Fils et le
Saint-Esprit… Et encore, le Saint-Esprit, ça va bien, mais
mon Fils, comme tu sais, depuis qu’il a passé une trentaine
d’années sur terre, il n’est plus le même. Il est devenu
râleur, il coupe les cheveux en quatre, il se méfie de tout, on
dirait un Français. Bon, enfin, puisque tu insistes, il va
falloir que je les consulte. »

— « Dis donc, c’est bien compliqué chez toi. Moi je
n’ai besoin de personne pour faire mon business. »

— « Tu consultes bien Mahomet, je suppose ? »

— « Oui, mais après coup. Et ça ne l’a jamais
dérangé. »

— « Ben voilà, c’est toute la différence. Nous, nous
sommes un triumvirat, une sorte de directoire collégial,
quasiment une démocratie, parce que, en plus, d’une façon
ou d’une autre, si je fais un pas de ton côté, faudra
également que j’en glisse un mot au Pape, sinon il va m’accuser
de le prendre à contre-pied. »

10 — « Et l’archevêque de Canterbury ? »

— « Et l’archevêque de Canterbury aussi, juste après le
Pape, et avec prudence. C’est vrai que notre organisation a
tendance à compliquer un peu la marche des affaires, alors
que toi tu mènes tranquillement ta petite dictature. »

— « Dictature, dictature, le mot est excessif. Moi,
j’appelle ça du leadership. », dit Allah et il avale son
Chardonnay d’une seule lampée.

— « Loin de moi l’idée d’être désagréable, mais ton
leadership, parlons-en ! Cela fait des siècles que tes clients
s’entre-tuent mutuellement, les chiites d’un côté, les
sunnites de l’autre, faut voir ce qu’ils se mettent, depuis
longtemps, et encore aujourd’hui. Par pure charité
chrétienne, j’éviterai de parler des autres sectes, mais je n’en
pense pas moins. D’ailleurs, c’est souvent comme cela
dans les dictatures : une autorité centrale très lourde, et
derrière, des clans qui se déchirent. De ce point de vue,
dans mon directoire nous prenons nos décisions plus
lentement, mais une fois que la décision est prise, tout le
monde suit. C’est l’avantage. »

Allah devient soucieux : « Évidemment, si tu vois les
choses comme ça, on va avoir du mal à se mettre d’accord
sur le mode de gouvernance de l’entreprise fusionnée.
Moi, je trouve que mon système a du bon, mais je suis prêt
à accepter un type de gouvernance différent, pourvu que
nous gardions les moyens d’être efficaces et productifs. Tu
vois, je suis conciliant, non ? »

— « Bon, dit Dieu, si tu es conciliant, on pourra
peutêtre avancer. Et sur le siège de la boîte fusionnée, tu as
réfléchi un peu ? »

11 — « J’aurais tendance à dire La Mecque, parce que j’y
ai mes habitudes, dit Allah, mais je ne crois pas que ça
puisse te plaire. De votre côté, vous allez militer pour
Rome, la ville éternelle, le Vatican, Castelgandolfo, les
fontaines, le climat de rêve, etc., etc. surtout si vous
consultez le Pape, mais tu sais bien d’avance que pour nous
c’est inacceptable. »

— « Évidemment c’est inacceptable, tu l’as dit
toimême. Tiens, redonnez-moi donc un autre gin-tonic mon
petit, s’il vous plaît. Qu’est-ce que tu dirais de
Jérusalem ? »

— « Pas mal, Jérusalem, pas mal du tout. Mais
comment on fait avec les Juifs ? Ils pullulent par là. » Allah
fait de grands gestes avec les mains, pour évoquer le
pullulement.

— « On pourrait peut-être leur offrir des parts dans
l’entité fusionnée, je ne sais pas, moi, 10 ou 12 %, qu’en
penses-tu ? »

Allah devient franchement perplexe. « Tu les connais
autant que moi, ces bougres-là. Si tu leur offres 10 %, ils
se disent que tu as besoin d’eux et que tu essaies de les
avoir pour pas cher. Alors ils vont te demander 65 %. Et
après, qu’est-ce que tu fais ? Même si tu arrives, avec
beaucoup de chance, à les ramener à 40 %, ils auront la
minorité de blocage, et du coup, toi et moi, on n’aura pas
l’air fin. »

Dieu caresse nerveusement sa longue barbe blanche. Il
voit passer devant son nez son vieux rêve : la fusion des
trois religions monothéistes, la mise en place d’une
position inexpugnable sur le marché mondial, une sorte
d’apothéose ! Hélas, cent fois hélas, il se pourrait bien
12 qu’Allah, dans sa grande sagesse,

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents