Dernières nouvelles d ailleurs
308 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Dernières nouvelles d'ailleurs , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
308 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le recueil de nouvelles de Jean Lhassa s'ouvre sur un univers kafkaïen dans lequel l'accusé ignore l'origine de l'accusation: monde de la toute-puissance d'une force originelle dans laquelle les personnages voient inexorablement se dissoudre leur volonté. Que l'on soit face à l'émergence d'une force naturelle, ou d'une manifestation soudaine de l'inconscient, la puissance de la plume de Jean Lhassa s'exprime avec cette intuition fondamentale: le moi est une illusion qui s'effrite dès lors que le double s'incarne, en soi comme dans l'extériorité. C'est-à-dire que dans ce Monde à l'envers, nous ne pourrons échapper pas à cette Deux possibilités dans le monde de Jean Lhassa: la soumission inconsciente au déterminisme, ou son acceptation consciente. C'est que ce recueil de nouvelles récuse gaiement la doctrine du happy end. Parfois, les personnages subissent la présence de leur double; souvent, ils subissent l'influence d'une force extérieure. Or, la fuite n'est jamais possible. Nous saisissons ainsi la puissance du démiurge, en ce qu'il nous enferme dans un monde qui ne propose comme seul échappatoire que le renoncement.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 22
EAN13 9782748350999
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0094€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Dernières nouvelles d’ailleurs
Jean Lhassa Dernières nouvelles d’ailleurs Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0114224.000.R.P.2009.030.40000 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2009
Le Monde à l’Envers
C’est irrespirable là dedans. Je ne sais pas comment les autres peuvent tenir le coup. Et ça fait des jours et des jours qu’on nous a parqués dans cette taule obscure, grouillante, pestilentielle et malfaisante. On se croirait dans une prison totalitaire ! Et moi qui ai horreur de la promiscuité ! Je n’ai jamais supporté ne fût-ce que l’idée de partager le sort de quiconque. Me voilà servi ! Si seu-lement je savais auprès de quel consul me plaindre. À la longue, on va tous y laisser notre peau. Les autres, ça m’est égal, mais moi ? L’affaire a commencé tout bêtement. Je passais des va-cances sans histoires sur une île discrète outre-Atlantique et c’est là que tout à coup on m’est tombé dessus. En quelques instants, tout était fait. Une meute de sauvages nous avait capturés, encagés et déportés. Et je suis là, dans ces bruits de casseroles qui me per-forent le tympan, à l’étroit parmi des gars qui trouillent comme moi, qui ne savent pas au juste ce qui les attend, qui voudraient bien respirer un coup, manger un coup, et surtout, être ailleurs et libres ! C’est fou ce que ça pue l’eau croupie ici ! Car tout est là : on nous a privés absurdement de notre liberté, dans une république de bananes il est vrai, mais qui n’était pourtant pas réputée pour ses agissements dicta-toriaux, et on nous a encaqués ici, en terre inconnue, à nous faire patienter jusqu’à la limite du viable. Je suis im-patient par nature et je stresse pour un rien. De plus, j’ai horreur, je l’ai déjà dit et je le redis bien haut, j’ai horreur d’être confiné et j’ai horreur de toute claustration. C’est pour moi la pire des tortures. Je veux bien souffrir phy-
9
siquement, je veux bien qu’on m’arrache les ongles ou les tripes, mais je ne supporte pas qu’on m’enferme. Je suis claustrophobe. Je hais le noir, je hais les autres, je hais le monde quand je le subis. Je hais par-dessus tout les bar-reaux. Et les humeurs. Toute ma vie j’ai été un type droit et honnête pour éviter ça, justement, les barreaux, les cloi-sons, les limites. Les exhalaisons sordides des autres. Les ordres de sbires ignares et tortionnaires ! Dans un bus sans fenêtres, par exemple, dans un avion, dans un ascenseur qui tombe en panne, dans un truc quelconque sans issue, je deviens fou à en crever sur place. Et ce fichu paravent qui nous empêche de voir ce qui se passe autour de nous ! Hygiène, air, lumière ! Où sont les casques bleus ? Sec-tions d’assaut, interventionnistes, GIGN, où restez-vous, merde ? ! Bande de salopards, j’entends qu’ils s’agitent là der-rière, j’entends que quelque chose se prépare, qui nous concerne de près. Des bruits de plus en plus distincts nous parviennent, comme si nous étions bel et bien dans un grand restaurant, oui, c’est ça, ce sont des relents de cui-sine, des parfums douteux d’une cuisine douteuse, j’ai beau avoir l’estomac dans les talons, je n’en voudrais pas de cette bouffe de piaulards, et toutes ces mixtures en pré-paration, à travers les cloisons pas étanches pour un sou de notre cage, nous irritent les narines jusqu’à la nausée. Sale pitance de demeurés ! Comme toute cette cuisine noirâtre à la mangue et à la banane, horreur ! J’en vois qui vont vomir. Comment peut-on traiter des hommes civilisés de la sorte ? Comment les Droits de l’Homme peuvent-ils admettre, à supposer qu’ils en soient jamais informés, une telle atteinte à la dignité humaine ? Si je sors d’ici, je jure que je dénoncerai les ordures, les primates, les dégénérés qui nous ont mis dans ce pétrin indigne du Moyen Âge ! Et je ferai justice moi-même, tiens ! Dussions-nous en venir à une reconsidération des races ! Il est inadmissible
10
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents