Elles
29 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
29 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

— Sophie Duchatel, voulez-vous prendre pour époux, Thomas Cruton, ici présent, de l’aimer, de le chérir dans les meilleurs comme dans les pires moments de votre vie et ce, jusqu’à ce que la mort vous sépare ?— Thomas Cruton, voulez-vous prendre pour épouse, Sophie Duchatel, ici présente, de l’aimer, de la chérir, de l’accompagner et de la soutenir dans les plus beaux jours que la vie vous offrira comme dans les moins beaux et ce, jusqu’à ce que la vie vous sépare ?C’est le jour J, Sophie et Thomas vont se dire « oui » mais oui à quoi ? L’amour est une douce folie qui dévoile des facettes insoupçonnées de votre personnalité. La question est la suivante : Est-ce que la maladie existe en chacun de nous ou est-elle développée quotidiennement par quelqu’un qui vous manipule? Et si vous embarquiez pour une Odyssée moderne ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 mai 2016
Nombre de lectures 3
EAN13 9791093167343
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0495€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Elles  
 
 
 
Tous droits réservés  
©Estelas Editions  
4B Rte de Laure, 11800 Trèbes France  
estelas.editions@gmail.com  
https://www.estelaseditions.com  
 
ISBN : 9791093167367  
 
« Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. »  
Marie-Lore Beuselinck  
 
 
 
ELLES  
 
Roman  
 
 
 
C’est quoi un coup de cœur ?  
C’est quelque chose d’indéfinissable, qui vous transperce, vous traverse, vous bouleverse, vous fait vibrer et qui vous fait exister.  
Méfiez-vous d’un coup de cœur !  
Sa définition se résume en ses propres mots.  
C’est un COUP au cœur.  
 
 
 
Un roman, c’est une vie, l’histoire de plusieurs vies,  
Une vie, c’est des mélodies et des paroles,  
Les deux se conjuguent pour rimer ensemble,  
Puisque les deux animent souvent nos propres vies,  
Pourquoi ne pas le faire dans un roman ?  
 
Le lecteur est cordialement invité à écouter, via Internet, les chansons présentes et citées dans cet ouvrage et de s’imprégner des paroles de celles-ci afin de rejoindre au mieux la logique et le ressenti des personnages.  
 
À ceux que l’amour a détruits.  
À ceux que l’amour détruira encore.  
À ceux qui y ont survécu.  
 
 
 
1  
 
Elle le contemplait de ses yeux de braise. Un regard chaleureux et empli d’émotions. Moment magique, moment solennel, union à jamais pour certains, bonheur à vie pour d’autres, le début d’une fin en quelque sorte.  
Atmosphère endiablée, sourire passionné, nervosité du grand jour, ils allaient enfin pouvoir se dire oui dans quelques instants. L’aboutissement de plusieurs mois de recherches, de préparations, de prises de tête et surtout la fin des dépenses grandioses et imprévues.  
Ils allaient se dire « oui ». Elle connaissait Thomas depuis plus de six ans. C’est naturellement que les choses se sont faites entre eux et c’est toujours aussi naturellement qu’elles allaient se poursuivre dans un avenir qui se voulait à présent commun.  
Tout le monde était là. Marie, sa complice depuis toujours, Simon et Sandra, ses parents, Renaud, son frère, le reste de sa famille, ses amis, ses plus proches collègues, sa belle-famille.  
Soudain, Sophie sentit sa fesse droite trembler. Elle supportait de moins en moins cette combinaison en dentelle planquée sous sa robe blanche qui la démangeait. C’était une idée et un cadeau de Thomas. Le concept était fort sympathique à première vue mais il en avait négligé quelques détails. Si elle avait su, au Diable la dentelle sexy et bonjour la vieille culotte confortable du dimanche soir.  
Perdue dans ses pensées loufoques, elle ne s’était pas rendu compte qu’elle rigolait toute seule devant l’autel. Elle mourrait d’envie de tourner le dos au prêtre et de se gratter les fesses sous l’œil consentant de l’instance religieuse mais en ce jour, elle devait malheureusement faire un réel effort de tenue et de prestance. Il fallait également que sa manucure de la veille tienne le coup toute la journée. Ne plus penser à ses fesses mais regarder devant soi et soutenir le regard tendre de celui qui allait devenir l’homme de sa vie dans quelques minutes. Voilà le mot d’ordre !  
 
  
 
Comme il en était pour toutes les autres femmes du monde le jour de leurs mariages, Sophie était la reine de la journée, princesse dans sa robe blanche choisie minutieusement. Elle la voulait sobre, élégante, recouverte de dentelle et de soie rose claire à certains endroits. Selon elle, une robe de mariage se devait surtout d’être pratique et agréable afin de profiter au maximum de l’événement.  
Qu’y a-t-il de pire que de passer ce qui doit être la plus belle journée de jeune épouse, pendue dans une robe trop serrée, trop décolletée pour la famille et les hommes bourrés d’après minuit ou encore aussi longue que le tunnel sous la manche.  
— Sophie Duchatel, voulez-vous prendre pour époux, Thomas Cruton, ici présent, de l’aimer, de le chérir dans les meilleurs comme dans les pires moments de votre vie et ce, jusqu’à ce que la mort vous sépare ?  
— Oui, je le veux !  
— Thomas Cruton, voulez-vous prendre pour épouse, Sophie Duchatel, ici présente, de l’aimer, de la chérir, de l’accompagner et de la soutenir dans les plus beaux jours que la vie vous offrira comme dans les moins beaux et ce, jusqu’à ce que la vie vous sépare ?  
— Oui, je le veux !  
— Vous pouvez embrasser la mariée.  
 
Dans ce cas-là, quand on descend les marches de l’église, on rit ou on pleure. Même si on trouve cela ridicule lors des autres mariages, une fois que c’est le vôtre, c’est plus fort que vous. Les émotions sont plus fortes que la fierté et surtout plus fortes que le maquillage pour lequel vous venez de dépenser une fortune. On voit ses rêves de petite fille se réaliser et on se rassure sur un avenir qui se profile à présent moins incertain. Le bonheur est à l’horizon.  
Sophie jeta un coup d’œil à celui qui était désormais son mari. Il était incroyablement beau et sexy dans son costume. Il lui répondit par un petit sourire complice. En s’installant dans la voiture qui les conduisait vers la salle de fête, elle prit la rose blanche qui se trouvait dans la chemise de Thomas.  
— On va faire un jeu. Tends tes deux mains vers moi !  
 
Sophie arracha chaque pétale de rose en prenant soin de ne pas les abîmer de sorte qu’une fois arrachés de leurs cœurs, ceux-ci finissent dans les mains de son époux.  
— Je n’ai pas envie de jouer à ton petit jeu.  
— Alleeeeeeeezzzzzzz, tends les mains mon cœur.  
— Je t’ai dit que non !  
— S’il te plaît, s’il te plaît, s’il te plaît,  
— Non  
— Je m’en fiche, je continuerai à t’ennuyer jusqu’à ce que tu cèdes !  
— Purée, même le jour de ton mariage, il faut que tu fasses chier.  
— Mais tu l’aimes pour ça, ta chieuse !  
— Crois ce que tu veux.  
— Je t’aime un peu, beaucoup, à la folie, passionnément, pour toujours, pas du tout.  
 
Elle continua ainsi jusqu’à ce que le dernier pétale de la rose tombe dans les mains de Thomas. Avec une certaine tristesse, elle prononça :  
— Je t’aime un peu.  
— Tu vois avec ton jeu débile. C’est ce que tu récoltes. Il faut toujours que tu gâches les beaux moments. Tu ne peux pas t’en empêcher, c’est plus fort que toi et tu ne changeras jamais !  
 
Sophie détourna le regard pour ne pas montrer la buée qui envahissait ses yeux. Il n’avait pas tort après tout. Ce n’était pas une bonne idée même si cela paraissait magique de le faire aujourd’hui. Elle détourna le regard un instant pour observer le paysage d’été qui défilait derrière la vitre de la voiture. Le chemin ne serait pas long.  
Thomas avait balancé les pétales sur le siège de la voiture en deux secondes. Elle l’observait de temps en temps du coin de l’œil. Il commençait à tourner nerveusement son alliance qui lui compressait l’annulaire. Il n’avait pas l’habitude de porter de bijou. Le seul accessoire qu’il ne quittait jamais était sa montre de marque.  
La fête arrivait à son apogée et tout le monde semblait joyeux. Pour certains, on pouvait carrément parler d’ivresse, au sens propre comme au sens figuré. Dans quelques instants, Sophie et Thomas allaient ouvrir la soirée dansante sur un slow qui leur tenait particulièrement à cœur, du moins à elle. &

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents