L as deux cœurs
168 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'as deux cœurs , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
168 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Et tous ces véhicules ? Pourquoi tout le monde semble si pressé ? Les questions se bousculaient dans sa tête ; et à peine trouvait-il des réponses que d’autres surgissaient.Maxime Romy, pour la première fois de sa vie, venait de fouler le sol de la capitale. Âgé de 21 ans, fraîchement étudiant, il devra se rendre à l’université, puisque c’est de cela dont il est question, est-ce un temple du savoir ? Ou l’enfer sur terre ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2020
Nombre de lectures 189
EAN13 9782490673483
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,05€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

L’As Deux CœursL’As Deux Cœurs
1
L’As Deux Cœurs2
L’As Deux CœursTous droits réservés pour tous pays © CopyrightLes éditions Artige de Chidid Guédiawaye, Gadaye Cité Municipal Dakar Sénégal Conception:Alioune Badara Chidid L’As de Cœurs… 2020Indicatif de l’éditeur:978-2-490673-47-6 Editeur:Alioune Badara Chidid ISBN:978-2-490673-48-3Tél:(+221) 77 900 23 91 Boite Postale: GW 15000 E-mail:editionartige@gmail.com
3
L’As Deux Cœurs
4
L’As Deux CœursCheikh DIONEL’As Deux Cœurs
Les éditions Artige
5
L’As Deux Cœurs6
L’As Deux CœursDEDICACE Ce Roman, vous me l’avez demandé Et voilà, je l’ai faitMême si je me suis privé quelques mois de sommeil Pour ne serait-ce que gribouiller ces quelques mots Que je vous dédie, très cher(e)s parents et ami(e)s. Grace à vous, j’ai dû écouter cette voixQui murmurait à l’intérieur de mon âmeEt qui me disait sans cesse : «écris, tu peux. Fais-le pour toi et tes amis» 7
L’As Deux CœursPREFACE L’As Deux Cœurs est le titre du premier roman du jeune auteur Cheikh Dione. Dans ce récit aux allures d’odyssée, l’auteur dresse un tableaufidèle du vécu d’un jeune étudiant nommé Maxime. Ce dernier ayant laissé sa campagne natale pour s’établir en ville afin de poursuivre ses études universitaires. À travers les traits de Maxime, l’auteur nous plonge profondément dans les vicissitudes de la vie estudiantine au sein de la capitale sénégalaise. Celles-ci porteront le jeune étudiant, tour à tour sur les ailes de l’amour, la poussière du rejet, le fossé du désespoir et l’aube du renouveau.Les convictions d’une vie entière mises à l’épreuve faceà la jouissance d’une liberté nouvelle. La fougue de la jeunesse, ses passions et interdits, son lot d’insouciance et toutes les bifurcations au carrefour de la vie, dont les trajectoires déterminent le cours entier de cet avenir qui est le nôtre. L’auteurnous propose tous ces dilemmes pétris de ses réflexions propres afin d’interpeller le lecteur, l’intriguer, le bercer mais toujours dans le souci de le mettre face à face aux réalités de la vie. Ainsi les pages suivantes recèlent une histoire, celle d’unjeune homme bravant les torrents de la destinée. Cette œuvre est un récit de jeunesse, de sagesse et d’ambition. C’est la rencontre de l’amitié sur le chemin de la vie. Une pure amitié dont la main ferme nous retient quand l’amour lui-même vacille. C’est la douceur d’une terre natale que l'on emporte avec soi où que l’on soit, tout en s’ouvrant aux nouveaux cieux qui s’offrent à nous. Mais c’est surtout un rappel des plus simples mais essentiel : la vie est une éternellequête, avec son lot d’erreurs et de décisions. Et pour naviguer sur les flots de la destinée tout homme doit s’armer de courage, pour reprendre les mots de l’auteure Anäis Nin : "La vie rétrécit ou s'étend proportionnellement à notre courage." En définitif, l'As deux cœurs nous montre que chaque jour est un jour fatidique et que nos choix sont des portes vers l'avenir que l'on se choisit. Mohamed Sokhna 8
L’As Deux CœursPARTIE I *** Ces trois, quatre derniers jours ont été très mouvementés. Entre l’inscription en ligne, la visite médicale et la confection de la carte d’étudiant; la toute nouvelle vie estudiantine du jeune hommen’auguraitrien de bon. Tout du moins rien qui soit de tout repos. Mais il y était presque : la rentrée universitaire arrivait à grands pas. L’université, puisque c’est de cela dont il est question, est-ce un temple du savoir ? Ou l’enfer sur terrepeut-être ? Entre ces deux stéréotypes, aux antipodesl’un de l’autre,Maxime Romy et quelques milliers d’autres nouveaux bacheliers sénégalais pourront par eux-mêmes en juger, puisque demain, ils vivront leur baptêmedu feu à l’Université Cheikh Anta Diop. Un premier cours en tant qu’étudiant,une première dans un amphithéâtre, rien à voir avec sa petite salle de classe au lycée qui pouvait à peine recueillir une cinquantaine d’élèves. Pourtant, il y a six jours Maxime foulait le sol de la capitale pour la toute première fois. Lui qui était un habitué du calme de son village qui, comparé à la ville, était un petit coin de paradis. «Et tous ces véhicules alors ? Pourquoi tout le monde semble si pressé» ? Les questions se bousculaient dans sa tête ; et à peine trouvait-il des réponsesque d’autres surgissaient. Entre cela, le bruit des pots d’échappement etl’air sec et irrespirable qui agressaient ses narines, Maxime était déjà déçu. La perception qu’il avait de la ville étaitle tout contrairede ce qu’il avait sous les yeux. Dans sa tête, Dakar avait toujours été un paradis terrestre. Enfin,jusqu’il y a cinq minutes quand il descendit du car,et qu’il foula le sol de la capitale pour la première fois. Il se rendit compte quefinalement ce n’étaitqu’une gigantesque jungle et en lieu et place de grands arbres et d’animaux, c’étaient des gratte-ciels et des hommes par million qui la peuplaient. _ Ça y est, tu astout ce qu’il te faut? demanda Assane, son cousin un peu plus âgé que luiet de surcroit, étudiant en master à la même faculté que Maxime. 9
L’As Deux Cœurs_ Oui, je crois avoir tout rangé. Si ce n’est un styloque j’ai oublié d’acheter. Mais je le ferai demain matin inchaAllah, répondit Maxime._ Non,ne t’inquiètepas. J’ai un paquet de stylo dans la chambre, je t’en ramène quelques-uns toute suite, dit son cousin quis’éclipsa quelques secondes pour lui rapporter une dizaine de stylos avant d’ajouter: n’hésite pas à me demander s’il te faut quoi que ce soit d’autres. _D’accord, merci! Je n’y manquerai pas. Tôt le matin, ils’étaitlevé ; un bain, des ablutions, prière du Fadjr ; il était tout prêt. Il sortit de la maison et marcha tout droitvers l’arrêt des cars qui se trouvait à quelques mètres. Al’intérieur de celui-ci, les passagers se bousculaient et se disputaient. Certains, n’ayant pas de laplace, se tinrent debout, mains jointes à la barre de fer leurservant d’appui, collée en haut de la carcasse du véhicule. Tout cela était nouveau pour lui.Avant qu’il n’arrivedevant la porte de l’université, Maxime, dans sa nouvelle chemise bleue était déjà trempé de sueur. Descendu du car, il acheta un mouchoir. Il faisait déjà sept heures et demie quand il rentra dansl’université.Au cœurde cette dernière, il marchait et observait les lieux tel un touriste dans les ilots du Sine-Saloum. Ce matin-là, les ruelles du campus étaient bondéesd’étudiants. Quelques groupes formés par-ci par-làs’esclaffèrentdans le campus social qui se trouvait à quelques encablures des deux grands amphithéâtres du nouveau bâtiment de la Facultés des Lettres et des Sciences Humaines où se tiennent les cours. Dans l’amphi, la chaleur était étouffante. Maximen’arrivait pas à entendre ni à comprendre un mot de ce que le professeur expliquait à cause du vacarme. Cahier ouvert, stylo à la main, il attendait que ce dernier leur fasse une dictée. Quel étudiant n’a p? Il savaitas vécu cet instant maintenant que toutes les règles avaient changé.Lui qui n’avait jamais imaginé vivre un supplice pareil, commençait à se lamenter en plein cours : «ça c’est nul. L’université n’est pas finalement ce que je croyais être. Mais ilfaut que je m’adapte. Tous ces gensressentent la même chose que moi». Un jour, entre lueur et clarté, Maxime fit une rencontre extraordinaire, différente de toutes celles faites jusque-là. La voilà, elle se tint devant lui, dans cet amphithéâtre, figée tel un monument.
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents