Le TIERS EXCLU
98 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le TIERS EXCLU , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
98 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« Je ne voulais pas t’aimer, surtout quand on s’est mariés ; peut-être ne l’avais-je jamais fait comme il le fallait. Être aux côtés de quelqu’un, n’importe qui. Me convaincre que je l’avais choisi. Je me disais que ce serait comme avec tout le monde, qu’on finirait par se lasser, sinon s’égorger pour des motifs dérisoires. J’avais tort, car même nos disputes ne m’ont plus dérangée. Combien de fois ai-je dû me dire que tout était faux et que je ne te voulais plus, pour ne pas penser aux autres. Quand j’ai accouché d’Abby, j’ai subitement cessé de t’en vouloir. Mais toi, tu n’as rien vu. J’en avais mal aux membres, comme si mon attachement pour toi avait décuplé, en simultané. Et dès lors, je n’en ai plus eu pour notre fille. »
Après avoir fait une entrée remarquée sur la scène littéraire québécoise avec Une irrésistible envie de fuir (David, 2017), Catherine Bellemare récidive avec Le tiers exclu, un deuxième roman tout aussi étonnant. Sur fond de dépendance, de toxicomanie, de troubles mentaux, de quête identitaire et de solitude, des sujets qui lui sont chers, la jeune romancière écorche, d’une manière aussi crue, le thème de la parentalité, du point de vue du père, de la mère et de la fille, Abbygail, qui se retrouve dans une famille qu’elle non plus n’a pas choisie.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 septembre 2018
Nombre de lectures 3
EAN13 9782895976882
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

LE TIERS EXCLU
DE LA MÊME AUTEURE


Une irrésistible envie de fuir
Ottawa, David, 2017.
Catherine Bellemare
Le tiers exclu
ROMAN
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada

Bellemare, Catherine, 1989-, auteur Le tiers exclu / Catherine Bellemare.
(Indociles) Publié en formats imprimé(s) et électronique(s). ISBN 978-2-89597-658-5 (couverture souple). — ISBN 978-2-89597-687-5 (PDF). — ISBN 978-2-89597-688-2 (EPUB)
I. Titre. II. Collection : Indociles
PS8603.E45373T54 2018 C843’.6 C2018-903190-5 C2018-903191-3

Les Éditions David 335-B, rue Cumberland, Ottawa (Ontario) K1N 7J3 Téléphone : 613-695-3339 | Télécopieur : 613-695-3334 info@editionsdavid.com | www.editionsdavid.com

Tous droits réservés. Imprimé au Canada. Dépôt légal (Québec et Ottawa), 3 e trimestre 2018

Les Éditions David remercient le Gouvernement du Canada, le Conseil des arts du Canada, le Conseil des arts de l’Ontario et la Ville d’Ottawa pour leur appui à leurs activités d’édition.
Pour Nadia, en raison de chaque moment et de chaque souvenir, impossibles à oublier.
Pour Marie, mon lien immuable et indestructible, qui m’a appris en quoi la force consistait.
Pour Michel Harding, pour son écoute et son soutien absolu, sans oublier Simon, pour des raisons qu’il connaît déjà.
Il n’est rien qui soit pour un homme plus infinie torture que ses propres pensées. John W EBSTER
PREMIÈRE PARTIE
I
« J’ai pensé faire demi-tour. Sous ma jaquette d’hôpital, bifurquer par le corridor de droite et la planter là. Seule et couverte de sueur, endurant le calvaire toujours un peu plus cuisant au fil des heures. En pleine salle opératoire : jambes écartées, prête à donner la vie. Piégé, une honte. Honte de ma propre honte, plus encore que de la peur qui me défonce l’abdomen, tel un turbocompresseur. Une belle tare de froussard incapable d’ouvrir la bouche : “Non, ma chérie, je n’apprécie pas que tu aies cessé d’avaler tous les matins ton précieux anti-anovulant. Je n’éprouve pas de désir latent à l’idée que tu arrêtes subitement de te raser les jambes ni que tu gonfles, tel un ballon d’hélium.” Nous nous interrompions tous les deux avant d’avoir terminé notre phrase. Et après quelque temps, à court d’arguments : “Élise, des enfants ? Mais bien sûr. Pourquoi ne pas en concevoir un dans l’espoir de rafistoler les restes de notre couple en décrépitude.” L’abdication. Un projet qui flottait dans l’air depuis maintenant des mois, alors qu’auparavant, la chose était parfaitement hors de propos. “Une famille ? Avec celle que j’ai eue, je ne peux pas dire que c’est ce dont je rêve. On est bien, toi et moi. Non, les enfants ce sera pour les autres.” »
En fait, nous me croyions tous les deux sénile, de l’entrejambe je veux dire. Vingt-six ans nous séparaient, pour ainsi dire l’âge qu’aurait eu mon enfant… Oui, avec Emmanuelle. Au départ, je n’y avais pas porté attention. Comme une malencontreuse coïncidence que je n’étais pas destiné à voir. Il faut dire que tout s’est passé très vite avec Élise. « Déjà oubliée, c’est dommage… », m’avait-elle dit lors de notre première rencontre, quelques minutes à peine après s’être assise à ma table, au café que je fréquentais souvent. Je l’avais observée en sondant mes souvenirs de son visage, sans qu’il n’en résulte pourtant quoi que ce soit. Comment avais-je pu la radier de ma mémoire aussi facilement ? Elle n’avait rien à voir avec mon type de femmes habituel, généralement très pulpeuses, mais impropres à marquer les esprits : tout ce qu’Élise n’était pas. Sans doute l’avais-je oubliée malgré moi, car je ne sus que des mois plus tard ce à quoi elle avait fait allusion ce jour-là.
Élise était élancée et un brin trop mince selon mes goûts, bien qu’elle soit demeurée la plus belle femme sur laquelle j’eus posé les yeux. Une aisance presque factieuse émanait d’elle, apparaissant à travers le moindre de ses gestes. Ou alors peut-être n’était-ce qu’une illusion, et seulement la manifestation de sa constante indifférence. Élise possédait un corps à faire pâlir les danseuses des grands ballets, elle constituait la personnification de la perle irrégulière : une beauté presque baroque si l’on se fiait à sa contenance, mais dont l’harmonie semblait confuse ; les yeux trop rapprochés, des lèvres un tantinet trop minces et un nez plutôt proéminent, compte tenu de son visage. Allez savoir pourquoi, cet amalgame d’imperfections formait un ensemble des plus irrésistibles. Lorsqu’elle avait franchi le seuil du café où nous nous sommes connus, tous les regards s’étaient portés vers elle, et je n’exagère pas. Il faut croire qu’Élise avait l’habitude, puisqu’elle n’avait pas sourcillé, traversant les corps obnubilés jusqu’à la file d’attente. Et même lorsqu’elle s’inclinait de quelque manière que ce soit, ses épaules demeuraient droites. Je n’avais encore jamais assisté à pareille prestance. Élise était bouleversante.
Toutes les tables du café étaient occupées, excepté la mienne. Boisson en main, Élise avait posé la main sur le dossier de la chaise me faisant face. Bien sûr qu’elle pouvait s’asseoir. J’avais cru bon de jouer le jeu, par habitude. Mais surtout, car je me doutais qu’une femme comme elle n’avait sans doute jamais suscité autre chose que l’envie. J’étais donc demeuré distant, ne lui souriant qu’à son départ, incapable de m’en empêcher. Pour ce qui est de la suite, tout s’est produit en accéléré. Élise avait emménagé chez moi après seulement quelques semaines, j’étais totalement sous son charme. J’avais succombé, de toute évidence, tel un crétin sauveur des âmes en peine. Le bail de son appartement touchait à sa fin : un deux et demi mal isolé aux relents de moisissure et dont le quartier semblait des plus miteux. « Ça ne sert à rien de continuer à louer, installe-toi chez moi. On sera bien, tu verras. »

La première fois que je l’avais vue nue, je n’avais pas pu la toucher. Élise s’était étendue sur mon lit, laissant traîner sur le plancher sa serviette de douche. Allongée sur le dos, elle avait tourné la tête vers moi, longeant le haut de son corps du bout des ongles, ses épaules, avant d’effleurer lentement ses seins jusqu’à son ventre. J’avais observé le manège en silence, debout près de la porte, incapable de m’asseoir ni de m’approcher. J’étais à moi seul son auditoire, lui accordant une attention que je ne croyais pas même possible. Après plusieurs minutes et, voyant que je demeurais immobile, Élise s’était redressée, avait marché jusqu’à moi. Elle avait ensuite détaché ma chemise, rapprochant son buste du mien.
— Ta peau m’allume.
Lorsque ma main avait survolé son ventre, mes genoux avaient fléchi. Élise n’avait pas sourcillé, appuyant fermement les paumes sur mes épaules jusqu’à ce que je doive me mettre à genoux. Jambes entrouvertes, elle avait ensuite encerclé mon cou de ses cuisses. J’avais fermé les yeux en entrouvrant la bouche, submergé par elle.
Je n’avais jamais autant joui de toute ma vie. Peut-être parce que je ne m’étais jamais senti autant moi-même avec quiconque. Lorsque je la prenais, je pouvais faire d’elle ce que je voulais. Élise n’avait aucune inhibition et se laissait dominer à chaque fois, parfois longtemps, jusqu’à ce que je sois le seul à décider, à décider d’arrêter.
J’avais tout faux. C’était avant que je me laisse dominer par elle. J’en avais rêvé pendant des mois, même si, la première fois, j’avais été réticent.
— Branle-toi.
Je m’étais exécuté pendant qu’Élise avait compressé ma gorge de sa main gauche, glissant sa deuxième vers son entrejambe. Je l’avais observée, le dos de plus en plus arqué, sous l’ascension agile de ses doigts. Puis, elle avait utilisé la même main pour couvrir la mienne afin que je ralentisse à mon tour, avant de m’indiquer à quel moment recommencer. Je pouvais sentir une tension presque douloureuse se répandre à travers mon corps, mais je n’avais pas mal. Le mal constituait uniquement l’attente. La pression sur ma gorge ne faisait qu’augmenter, mes pupilles s’agrandissant, sur le point de rouler sur elles-mêmes.
— Maintenant.
Élise avait retiré sa main gauche au moment où j’avais joui, en extase démesuré, totalement à bout de souffle.

J’adorais lorsqu’Élise m’accompagnait à des soirées ou pour retrouver de vieux amis. À peine le temps de détacher mon manteau et, déjà, l’attention de la pièce se voyait concentrée sur elle. Et malgré une certaine vanité du fait qu’elle eût été avec moi, je crois n’avoir jamais voulu la posséder au point o&#

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents