Liam Parken
102 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
102 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Liam Parken est une personne originale, à la recherche du bonheur absolu, qui se pose des questions existentielles et qui mène une vie expérimentale. Son but : atteindre la satisfaction totale. Malgré son comportement bipolaire et grâce à son questionnement sur le charisme universel, Liam Parken va découvrir ce qu’est le vrai bonheur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 décembre 2016
Nombre de lectures 1
EAN13 9782312049441
Langue Français

Extrait

Liam Parken
Guillaume Caporgno
Liam Parken
LES ÉDITIONS DU NET
126, rue du Landy 93400 St Ouen
© Les Éditions du Net, 2016
ISBN : 978-2-312-04944-1
Chapitre I
Il était une fois, un être hors du commun dans une ville sans aucune prétention. Une ville où personne n’aurait imaginé l’existence de cet être. Une ville où vivaient beaucoup de personnalités. Mais dans une maison aussi banale que les autres, une personne existait et allait marquer les esprits.
Arrivé à l’âge de ses 16 ans Liam Parken n’était pas plus grand que la moyenne. Son regard était persuasif et sa posture atypique. Son assurance existait dans sa façon de se déplacer. Malgré lui son ennemi était ses angoisses et ses peurs répétitives sur les dangers de la vie. Nous pouvons comparer cela à un soir d’été ravagé par les éclairs. Pourquoi ces éclairs viennent gâcher la fête ?
Cette ville où vivait cet être se nommait Denver, en plein cœur des États-Unis.
Chaque matin, Liam avait un rituel. Il se levait et repoussait le réveil le plus tard possible. Puis il devait rattraper le temps perdu en allant à l’école en vélo.
A l’école Liam était incompris. Son comportement n’était pas apprécié, autant au niveau des Professeurs que des élèves. Il ne prenait pas ces jugements au sérieux. Il voulait avoir un autre destin que tous ces jeunes qui suivait les rangs. Lui, il savait que sa place dans l’avenir, se ferait par son audace.
Quatre ans plus tard avec plusieurs printemps consumés il effectua une rentrée dans la faculté des sciences économiques.
Le but principal de la vie est de prendre des décisions et de bien entendu les accepter. Après que celle-ci soit bonne ou mauvaise cela reste assez subjectif. Mais nous devons les assumer. La ville où se trouvait Liam était une ville où tous les habitants avaient un destin tracé. Liam Parken était angoissé de savoir ce qui l’attendait. Comme chaque lundi matin, il sombrait dans une routine perpétuelle. Ce jour-là il avait son regard figé sur l’extérieur. Il était devant la fenêtre de la cafétéria, immobile. Ces camarades lui reproché souvent de rêvasser. Ce moment où l’on peut enfin aboutir à une sagesse et un bien être infini. Mais durant un court instant. Par la suite les problèmes reprennent leur cours. Manuel son ami qui l’observait depuis l’autre bout de la salle :
« Tiens Liam j’ai l’impression que le temps te passionne.
– En réalité je ne sais pas ce qui me passionne mon vieux.
– Que fais-tu l’an prochain ?
– Je pense arrêter la fac d’économie.
– Ah bon, mais que vas-tu faire ?
– Prendre du recul sur les choses et me construire.
– Mais tu as vingt-huit ans Liam !
– Je te laisse j’ai une heure de conduite. »
Le regard de Liam était vitreux. Il portait en lui toute la déception et le goût de l’amertume que portait cette réalité qu’il essayait de fuir.
Soudain il reçut un message sur son portable : « Salut Liam c’est marc, tu ne donnes plus de nouvelles ! »
Le temps à peine de jeter un coup sur son portable, il le remit aussitôt dans sa poche. Plus tard, Il s’aventura dans un bar, irlandais. Le vieux barman barbu affalé sur le comptoir lui dit « tiens voilà, le pirate ». Liam ne répondit pas et le serveur lui servit un Monaco comme à son habitude. Le bar était presque vide, cette ville respirait l’absence. Comme si la vie existait dans toutes les autres villes du monde mais pas ici. Comme si les personnes qui existaient dans cette ville n’avait pas d’âmes, pas d’énergies. Il partit deux minutes après avoir ingurgité sa boisson fraîche. Puis claqua la porte. Ce fut la dernière fois que Lionel le Barman aperçu Liam .
Voilà que l’hiver milles neuf cent quatre-vingt-dix-neuf se termina et les beaux jours arrivèrent. Liam faisait du théâtre depuis tout jeune et la représentation de fin d’année se rapprochait. En entrant dans la grande salle de répétition, Justine une de ses anciennes conquêtes se glissa dans son oreille et lui dit « Ton corps me manque ». Elle était jolie et fougueuse, son regard en disait long sur sa vie sexuel. Liam n’y prêta pas attention. Le professeur situé au milieu de la salle s’écria : « Allez ! On manque de temps ! En place ! ».
Cette année était rythmée par la routine ; un hiver long et froid et un sentiment e ne pas avancer se ressentait chez Liam . Liam était impatient et ne supportait pas que les choses ne viennent pas rapidement. Il était prêt à faire des crises de nerfs quand il n’arrivait pas à avoir ce qu’il voulait. Il avait eu une enfance heureuse et remplit d’amour de ses parents. Il était très capricieux et exigeant.
Souvent dans la vie il y a des jours ou une personne veille sur nous. Ce soir-là Liam évita un tragique destin. Soudain après une soirée bien arrosée Liam s’engagea à pied dans une rue isolé de Denver. Il était seul et se fit aborder par deux lascars. Il lui imposait de leur donner sa veste en cuir. Voici qu’un des deux lascars enfonça une lame tranchante dans le ventre de Liam. Hélas le défaut de Liam étant de lutter contre l’injustice. Ce qui lui couta une fraction de seconde, de tomber nez à nez avec la mort. Le couteau s’incrusta dans sa chair…
Dans la vie, beaucoup de personnes naissent et ont un destin peu chanceux. Ils se retrouvent au mauvais endroit au mauvais moment, alors que leurs décisions les trahissaient. Cette injustice la est inexplicable et approfondie la théorie « vivre au jour le jour ».
Après une semaine d’intervention et de convalescence à l’hôpital, Liam s’en tira. L’heure de la victoire avait sonnée. Il vu la vie sous un autre angle. Après être sortie de l’hôpital, Liam aperçu une amie à lui, en voiture.
« Cathy !
– Que fais-tu ici Liam ?
– Très longue histoire mais pourrais-tu m’emmener au quartier des pommiers ?
– Oui c’est sur ma route monte ! »
Liam était fasciné par cette endroit, qui était un lieu de recueillement pour les superstitieux. Une fois arrivé là-bas son souffle se coupa, les platanes battaient les feuilles aux vents, la pelouse verte retentissait et l’endroit devenait désertique.
Liam allait souvent dans cet endroit pour faire le point sur sa vie. Se remettre en question. En observant ces platanes, il sentit monter en lui l’oppression de la routine qui s’instaurer en lui. La société l’épuisait et l’abrutissait.
Soudain assis sur une racine, un peu plus loin une personne d’un certain âge chantonnait un refrain de Blues man. Le temps était marqué sur son visage ; le crâne dégarni. Il vivait chaque mot qu’il chantait. Liam s’approchait. Excusez-moi, qu’elle chanson interprétez-vous ? Ah tiens mon garçon tu es bien le premier qui s’intéresse à moi. Eh bien c’est une composition personnelle.
Liam détourna son regard vers les mains sèches du généreux inconnu. Mais qui êtes-vous ?
Ceci n’a pas la moindre importance, je suis un vieil homme à la retraite et j’aime cet endroit car il est désert. Tu sais quand tu passes ta vie à courir après les gens et que ceux-là t’ignore tu finis par apprécier la solitude. Liam se racla la gorge et ne dit rien.
Écoute mon garçon : dans la vie c’est quand tu montres que tu n’as besoin de personne que les gens ont besoins de toi.
28 novembre 2002, Liam part vivre à New York pour étudier dans la finance. Voici que Liam décide de ne plus fêter son anniversaire car pour lui cela permet de lutter contre la mort.
Les deux premières années il passa ses soirées à sortir et découvrir les beautés de la Belle ville de New York.
Et en fin de l’année 2003 il tomba sous le charme de Diane une enfant de Nashville étudiante en Littérature. Ils se découvrirent après une soirée d’inauguration dans un bar New Yorkais. Leur aventure s’accéléra car il avait un point commun pour la musique. Ils partagèrent alors les mêmes gouts musicaux. Diane grande blonde aux yeux bleus qui cherchait à fuir la réalité. Un jeudi soir après une soirée bien arrosée, Liam s’enlaça dans les bras de Diane, leur regard se mélangea et Liam se senti heureux. Le bonheur ou la chose qui ne dure que quelques instants. C’est tout de même frustrant. Certes ce bonheur, nous dirige, nous guide et nous donne une raison de vivre. Mais pourquoi existe-t-il une limite à celui-là ? Ou peut-être cette sensation de plaisir répété ? cela crée le

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents