Pour le meilleur et les coups
336 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Pour le meilleur et les coups , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
336 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

 Ils se sont dit « oui », mais ce fut une idylle. Un mari un peu trop autoritaire et une femme un peu trop conciliante et un jour, le premier coup partit. La désillusion vint lorsque les habitudes finissent par dépasser les sentiments. Tonga avait tout rêvé sauf d'un mariage d'enfer. Découvrez les déboires d'une femme malheureuse qui devra son salut au cauchemar des femmes mariées : une maîtresse !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2023
Nombre de lectures 4 937
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

~ 1 ~
POUR LE MEILLEUR ET
LES COUPS
NATHALIE FLORE
Roman
~ 2 ~
POUR LE MEILLEUR ET
LES COUPS
NATHALIE FLORE
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous les pays. No part of this book may be reproduced in any form by print, photo-print, microfilm or any other means without written permission from the publisher.pepitoayissi@gmail.com/693779364Copyright © APELEditions, Yaoundé 2023
~3~
A toutes ces femmes qui, en silence subissent
~ 4 ~
CHAPITRE 1
Il fait plus de 42° dans cette ville réputée pour sa température chaude en saison sèche. EBANDA vient de se garer devant le restaurant «Les doigts de fée». Il coupe le moteur et regarde à travers son rétroviseur. Les motos, taxis, voitures personnelles et badauds pressent le pas pour regagner leur domicile. Cest une heure communément appelée «heure de pointe» où la majeure partie des salariés regagnent le chemin de la maison. Pour EBANDA, cest loccasion de prendre un dernier verre en bonne compagnie. Son crâne chauve et bien lisse, dun noir chocolat, donne limpression que l’on pourrait s’y mirer. Il desserre sa cravate pourêtre plus à laise. La veste de son costume bleu est bien accrochée au dossier de son fauteuil. Il commence par regarder dans le rétroviseur comme sil attend larrivée dun invité. Ensuite, il ouvre la bouche à la recherche dun quelconque résidu de repas resté dans ses dents. Il passe la langue le long de ses gencives et ouvre la bouche pour mieux inspecte. François EBANDA fait attention à son apparence. Malgré sa quarantaine passée, il prend soin de lui comme dun jeune étudiant. La montre de luxe à son poignet marque lheure du rendez-vous EBANDA récupère son téléphone portable, son porte-monnaie et sort de la voiture. Sans faire attention, il met le pied dans une marre deau et sécrit«et merde»! Cest à saut dantilope quil traverse ces flaques deau pour rejoindre le restaurant. À cette heure du soir, le restaurant abrite quelques personnes venues manger un bout avant le retour. EBANDA sassied où il a
~ 5 ~
l’habitude de s’installer avec son amie. Les chaises et tables sont en rotin tressé et les nappes en tissus traditionnels. On se croirait dans un village de louest Cameroun. Les repas traditionnels sont servis dans des feuilles de bananier, ou dans des couverts faits de bois. Sur les murs, sont accrochés quelques photos de grandes figures artistiques telles que la magnifique Charlotte DIPANDA, feu Manu DIBANGO, EBOA LOTIN, LADY PONCE et bien dautres. La musique jouée ce jour est un Makossa de lartiste de regrettée mémoire EKAMBI Brillant. EBANDA préfère ce restaurant pour son originalité. Une serveuse, vêtue dun ensemble en pagne et dun tablier blanc laborde alors quil parcourt le menu posé sur la table.
-
--
Sil vous plaît monsieur, avez vous déjà fait votre choix? Non! Donnezmoi de leau pour le moment. Très bien!
Elle lui offre un sourire charmeur et disparaît derrière le rideau. EBANDA continue de parcourir les mets, mais ne sait lequel choisir, en même temps il na pas si faim. Lorsquil lève la tête, il croise le regard de cette jeune femme qui vient juste de traverser la porte dentrée. Il lui sourit et se lève pour laccueillir. Marie Léonie renvoie le sourire à son ami. Ses talons résonnent au sol comme un écho suivant le rythme de son déhanché. Sa taille de guêpe lui donne lallure dune sirène. Cette robe droite couleur rose fuchsia quelle porte magistralement bien,ressort l’éclat de sa peau d’ébène et les courbes de son minuscule corps. Son visage bien maquillé
~ 6 ~
laisse apercevoir des rides que le mascara na pas pu camoufler. Ses lèvres pulpeuses dun rouge à lèvres scintillant embellissent davantage son sourire radieux. Elle arrive à la hauteur de son amant et lui fait un baiser sur la bouche. En gentleman, EBANDA lui tire la chaise et elle sassied tout en balançant du revers de la main sur les épaules, sa longue mèche qui lui couvre le visage et en déposant sa pochette sur la table. EBANDA lui prend la main et y dépose un tendre baiser. Tu es magnifique, ma chérie.
 Merci. Si tu navais pas insisté, je serais chez moi en train de me reposer. Tu sais que je sors dun long et pénible voyage.
 Où tu as passé deux semaines. Deux longues semaines sans te voir ma chérie, je lai mal vécu.  Et jen suis désolée. Il fallait bien que je me repose auprès de ma mère au village. Cest à ça que servent les congés. Je dois tavouer que revenir dans cette ville pourrie me déplaît, mais je nai pas le choix.
Si je comprends bien, je ne tai pas manqué.
Mais si, tu mas manqué je te lai dit lors de nos communications.
 Ça me rassure!
EBANDA appelle la serveuse qui vient prendre la commande de Marie Léonie. Elle opte pour du macabo râpé à la sauce blanche, EBANDA se contente de boire de leau.
~ 7 ~
Bon appétit ma puce.
 Merci. Javais besoin de manger un met différent de tout ce dont j’ai eu droit au village. N’astu pas faim?
Non, ça va. Comment se porte ta famille au village?
Tout le monde se porte bien. Je crois que je vais prendre ma fille lannée prochaine. Je veux quelle grandisse avec moi.
Cest une bonne idée. Comment ferastu avec le travail?
 Je vais morganiser. Ma mère est déjà fatiguée, cest une charge pour elle.
Je comprends. Et si on allait en week-end. On pourrait aller à Limbe. Ça te permettra de te détendre et de bien commencer la semaine.
 Oui, ça me plairait bien. Mais que vastu dire à ta femme pour expliquer ton absence?
Je suis lhomme, je nai pas de compte à lui rendre.
Marie Léonie nest pas satisfaite de cette réponse et le foudroie du regard.
Cest bon, je rigole. Tu nas pas besoin de me regarder ainsi.
 Tu sais que je naime pas ce genre dattitude. Tu es un homme marié, tu sembles souvent loublier.
~ 8 ~
Et si je divorçais pour tépouser?
Et si tu revenais sur terre? Je suis sérieuse là. Tu ne peux pas déserter la maison pour un week-end et tu ne donnes aucune explication à ta femme.
 Tu ne crois quand même pas que jétais sérieux! Je lui donnerai une bonne raison, ne tinquiète pas. Je veux quon passe un bon week-end en se prélassant sous le soleil.
 J’ai hâte d’y être. Tu sais toujours comment me redonner le sourire. Tu me tiens au courant avant vendredi.
Les fonctions d’EBANDA au Port Autonome de Douala lui permettent de se déplacer constamment. Il na pas besoin dinventer des raisons pour justifier ses déplacements à sa femme. Pour lui, cest le prétexte parfait. Marie Léonie OKALA, âgée de 36 ans est mère célibataire dune fille de 6 ans qui vit chez sa mère à Sa'a dans la région du Centre Elle est employée comme commercial dans une grande entreprise de textile dans cette ville économique où elle vit depuis bientôt 3 ans. Elle a fait la rencontre dEBANDA il y a deux ans lorsque celui-ci achetait des tissus pagnes pour sa mère. Depuis 2 ans que dure cette idylle, Marie Léonie respecte sa place de seconde sans nuire à la femme officielle quelle ne connaît pas et nad’ailleursjamais cherché à rencontrer.
Comme daccoutumée, Marie Léonie se fait déposer devant son appartement par son amant. Ils restent discuter dans la voiture pendant quelques minutes avant quelle ne monte
~ 9 ~
chez elle. Sa valise est encore posée au salon, elle avait juste eu le temps de se changer et de rejoindre son amant au restaurant. Marie Léonie vit seule dans ce studio quelle occupe depuis son arrivée dans cette ville. Elle sy plaît bien. Elle ramène sa valise dans sa chambre et louvre. Un cadre photo sy trouve, bien caché dans les vêtements pour éviter quil ne se brise. Sur cette photo, on peut voir un jeune garçon d’environ huit ans. Marie Léonie l’observe tristement. Elle y dépose un doux baiser et pose la photo au chevet de son lit : sa place habituelle. La fatigue lemporte et elle se jette sur son lit. Demain, elle pourra passer la journée à tout ranger.
EBANDA s’est construit une petite maison quelques années après son mariage. La grande cour devant sa maison lui sert de Parking et il peut garer sa voiture en toute sécurité. Sa voisine la plus proche, une femme de la trentaine est assise sur sa véranda, et découpe de légumes dans une bassine. EBANDA lance un regard vers elle et reçoit en retour un regard toisant de la part de la jeune femme. Ce qui ne létonne pas. Cloé qui a suivi son père arriver sort en vitesse pour laccueillir.
Papa tu es rentré, tu mas gardé quoi?
Avant de poser les questions, porte mon sac. Oùest ta sœur?
Elle dort. Papa jai fait tous mes devoirs avec maman.
Très bien. Allez, entrons il se fait tard.
~ 10 ~
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents