Tous mes vœux
180 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
180 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Chapitre 1 « Marc Page ? » - Il roulait trop vite ? - Oui. - Il s’est déporté sur la droite ? - Oui. - Il téléphonait ? - Oui. - Vous m’avez sauvé la vie ? - Oui. - Vous êtes ? - Soulagé. * * * Rien de sexuel. Quand je pensais à Justine, ça n’avait Rien de sexuel. Les derniers chiffres sont tombés : Rien de sexuel dans 99,999 % des situations (des cas recensés à ce jour) (nous sommes mercredi, depuis une minute). Quand j’étais avec Justine, ça n’avait Rien de sexuel. Quand je regardais ses jambes, en revanche, les statistiques s’affolaient : on chutait à 30 %. Ça n’avait Rien de sexuel à 30 %. Et si je m’abandonnais un court instant à la contemplation de ses roses lèvres : 25 %. Tous les autres pourcentages sont disponibles sur : materjustine.fr Ou sur : riendesexuel.com (là, tu cliques entre les seins de Justine, et c’est bon, tu as tout.) Voilà. On resta silencieux.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 septembre 2014
Nombre de lectures 3
EAN13 9791029001321
Langue Français

Extrait

Tous mes vœux
sont-ils humainement réalisables ?
Tu le sais, ma douceur, tu peux toujours écouter le very best of (le « tout meilleur de ») RFI (Radio France Internationale) :
la toute toute première interview de Bibi (mais aussi, nous pensons, la dernière) (la very very dernière) :


http ://www.rfi.fr/emission/20 130 118-1-philippe-sebbagh-auteur-tous-voeux-editions-bookly


Tu trouveras aussi ma page Facebook principale ici :
Le meilleur moment, c’est l’escalier, si t’es précoce

https ://www.facebook.com/pages/Le-meilleur-moment-cest-lescalier-si-tes-précoce/152 789 014 925 752 ? ref=hl

ma petite loutre.

Je t’embrasse fort. Merci.
:)
Mike Delfin
Tous mes vœux
Toute ta vie tu prépares de grands moments















Les É ditions Chapitre.com
123, boulevard de Grenelle 75015 Paris
Parfois tu les vis















© Les Éditions Chapitre.com, 2014
ISBN : 979-10-290-0132-1
J’ai laissé des bouts de moi au creux de chaque endroit
Un peu de chair à chaque empreinte de mes pas
Des visages et des voix qui ne me quittent pas
Autant de coups au cœur
Et qui tuent chaque fois
J EAN -J ACQUES G OLDMAN

À nos actes manqués
J EAN -J ACQUES A USSI

















Je commets des erreurs
plusieurs fois par jour
« Si. Je doute tout le temps. Mais, je ne doute pas sur tout.
– Pourquoi ?
– Je ne peux pas.
– Douter sur tout ?
– Oui. Douter sur tout tout le temps.
– Et tu peux changer d’avis sur les sujets qui ne sont pas objets de doutes ? il demande.
– Oui.
– J’ai posé la question en étant sûr que tu allais dire : non.
– Je sais.
– Tes certitudes : c’est quoi ? il demande.
– Des choses que je ne remets plus en question de moi-même. Il faut que ça vienne de l’extérieur. Une personne avec un élément nouveau qui peut tout changer. Ou un regard. Autre.
– Juste un regard ?
– Juste.
– Et c’est quoi ? Ta plus grande certitude ?
– Rien n’est acquis.

– Parce que… ça … c’est une certitude ??
– Rien n’est dû, rien n’est acquis, jamais.
– Et ?
– Ça t’évite de te poser beaucoup de fausses questions. Sur le comportement des gens.
– Les… Les proches ? aussi ?
– Les gens dont tu pourrais espérer, attendre quelque chose.
Les proches. Surtout.
– Et ?
– Ça te permet d’arriver plus vite aux bonnes questions.
– Les bonnes questions ?
– Tes bonnes questions.
– Pourquoi suis-je si nerveux ? dit-il.

– Pourquoi suis-je si nerveuse ? dit-elle.

– Oui. C’est une excellente bonne question.

– Au centre de tout ?

– Au centre.

– Rien n’est dû, rien n’est acquis ?
– À part la fin.
Même si nous faisons comme si c’était le seul secret que l’on peut avouer à tout le monde sauf à soi.
– Sauf à ?
– Canapé. Divan. Salon ? Je plaisante. Sauf à soi-même.
– Rien n’est jamais acquis. Sauf… ça ? C’est une blague ??
– Non, je lui dis.
Même si c’est drôle.
– C’est…
– C’est la vie.

– C’est quand même une blague ?
– Bien sûr. »
J’ai détesté la vie pendant quinze ans,

Et je l’aime follement aujourd’hui…

Ça en valait la peine.



















Je n’aurais pas dû vivre ça.
Je ne devrais pas te raconter ça.

Tu ne devrais pas lire ça.
Cesser d’être dans l’empressement

Trouver l’instant présent

la sensation

Trouver le calme

Pour une météo intérieure apaisée





Dis-toi que c’est un spectacle

Regarde

Ris

Réfléchis





La vie est cruelle, courte, incroyablement belle :)
Première rencontre avec mon premier éditeur
2012, mercredi 1 er août, j’ai enfin 44 ans et rendez-vous avec mon éditeur, Henri Paranoïaques.
Ou plutôt : j’ai 44 ans et enfin rendez-vous avec mon éditeur, Henri Paranoïaques.
16 h 03, je découvre son bureau et son vrai nom : Parano. Mais, côté prénom, j’avais bon.

Parano : Et vous croyez vraiment que c’est… ce que les gens attendent ?
Moi : Non. Mais, moi, je suis auteur. Pas livreur.

Parano : Ah d’accord ? Je… J’ignorais. Et… c’est un roman ?
Moi : Oui. Enfin, je crois.

Parano : Ah d’accord ? Et le titre ? C’est quoi, déjà ?
Moi : « Tous mes vœux ».
Parano : Non ! … Et moi qui croyais avoir affaire à une simple… formule de politesse.
Toujours Parano : Parce que vous… je sais que… cette… vous l’utilisez… beaucoup.

Moi : Oui… En janvier… Début janvier.

Parano : Et sinon… votre… petit nom ?
Moi : C’est-à-dire ?
Parano : C’est-à-dire… moi, par exemple… HP… Henri Parano, éditeur. Et vous… Et vous ?
Moi : Je ne sais pas… du tout. Mais, on va dire… Gérard, pour le prénom… et puis Menfin… hein ? Allez !! Disons ça : Gérard Menfin.
Parce que ça sonne bien, déjà. Et puis… et puis c’est tout.

3 h 03 : en sursaut, en nage, je me réveille.
15 h 58 : Henri s’appelle François.
15 h 59 : Parano s’appelle Parano.
16 h 03 : j’accepte sa proposition : boire du café.
16 h 59 : je signe le contrat d’édition.

Il sourit.
Il sourit longtemps.
Trop longtemps ?
J’ai encore fait une grosse bêtise ?
Probablement oui.

Oui.
Alors, j’essaie.
De ne pas pleurer.
Parano : Vous n’êtes pas très souriant ?
Moi : Je cache…
Parano : Quoi ?
Moi : Ma joie.
Parano : Vous le faites si bien.
J’ai toujours été majoritaire : j’ai été pétainiste en 18, le suis reste´ en 40, j’ai voté Giscard en 74, Mitterrand en 81/88, Chirac ensuite, Sarkozy enfin et bien sûr socialiste aux régionales.


J’ai toujours été majoritaire.


Et quand tout le monde s’est mis à se moquer de moi :
alors, alors seulement, j’ai débuté dans l’autodérision.
(J’ai toujours su que je ne guérirais jamais.
Et qu’il faudrait gérer les frustrations.

Gagner en humilité.)
Chapitre 1
« Marc Page ? »

– Il roulait trop vite ?
– Oui.
– Il s’est déporté sur la droite ?
– Oui.
– Il téléphonait ?
– Oui.
– Vous m’avez sauvé la vie ?
– Oui.
– Vous êtes ?
– Soulagé.
– Oui.
– Je m’appelle Philippe.
– Enchanté, Philippe.
Merci, Philippe.

Merci.
– Je vous en prie.

– Vous avez pris des risques ?
– Je ne sais pas. Je n’ai pas réfléchi.
C’est possible. C’est normal.
– Non.
Rien n’est jamais normal.


Même un serveur au restaurant qui fait son métier à peu près correctement, ça n’a rien de normal. Et justifie une gratification financière. Selon certains usages, assez communément admis.
– Ça va ? Vous allez bien ? Vous parlez beaucoup ?
– Les mots me calment. C’est pour ça que… je vous dis tout ça. Ne m’en veuillez pas.
Il toussa très légèrement.
Il me dit :
– Jeune homme, demandez-moi tout ce que vous voulez, tout.
Et je vous l’accorderai.
– Je fais un vœu. Et vous exaucez ce vœu.
C’est un peu ça ?
– Oui, un peu. C’est l’idée. Mais…
On va dire que vous aurez droit à dix vœux.
Que j’exaucerai. S’ils sont humainement réalisables.
– Vous… v

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents