Histoire d Attila
272 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Histoire d'Attila , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
272 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Étant tombé, chez un bouquiniste près du Parlement de Bretagne, sur un exemplaire de l’Histoire d’Attila par Amédée Thierry, frère du célèbre Augustin, ayant lu tout l’ouvrage d’une traite sans me lasser, il me vint le désir de le faire connaître au public de notre temps par le biais d’une édition numérique propre et respectueuse.


Les frères Thierry sont en effet de bons écrivains, très lisibles, à la langue pure et souvent élégante. Ils sont en outre de bons historiens, érudits typiques du dix-neuvième siècle français, et, contrairement à bon nombre de leurs confrères qui se noient dans les digressions et les notes pour cacher un certain vide dans les idées, ces deux-là sont non seulement superbement documentés, mais ils savent faire des synthèses. Et ce sont d’excellents vulgarisateurs : les sujets dont ils s’occupent sont, entre leurs mains prudentes, éclaircis tout en étant globalement exempts de manipulations.


Pour avoir bien étudié ces deux auteurs, je les tiens pour supérieurs par le style et l’honnêteté aux deux autres astres de leur siècle que sont Thiers et Michelet. Quand vous en aurez fini avec cet Attila prodigieux, lisez, je vous prie, d’Augustin ses Récits des temps mérovingiens. Ces deux ouvrages appartiennent à la fleur du dix-neuvième siècle historien.



Présentations complémentaires et extraits à lire sur le site de l'éditeur :



www.elpediteur.com/auteurs/malle/thierry_1884_attila_v6.html


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 13
EAN13 9782924550236
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

HISTOIRE D’ATTILA ET DE SES SUCCESSEURS JUSQU’À L’ÉTABLISSEMENT DES HONGROIS EN EUROPE
SUIVIE DES LÉGENDES ET TRADITIONS
PAR M. AMÉDÉE THIERRY MEMBRE DE L’INSTITUT
TEXTE ÉTABLI D’APRÈS LA SIXIÈME ÉDITION DE PARIS ÉMILE PERRIN, 1884
Le présent fichier a été obtenu par balayage au scanner d’un exemplaire de cette sixième édition Perrin, suivi d’une reconnaissance optique de caractères par le logiciel Tesseract. (lien en 2016 : https://doc.ubuntu-fr.org/tesseract-ocr) Merci à Ysengrimus et à Pourrito pour leurs relectures. Si cet epub ressemble à autre chose qu’à un horrible fatras de coquilles, c’est bien grâce à leurs yeux de lynx.
© ÉLP éditeur, 2016 www.elpediteur.com elpediteur@gmail.com ISBN : 978-2-924550-23-6 Illustration de couverture : Tulipán Tamás Buda(Bléda)és Attila, 2010 – copyleft
Avis de l’éditeur
Cet ouvrage d’ÉLP éditeur est pourvu d’un dispositif de protection par filigrane appelé aussi tatouage (watermarken anglais) et, par conséquent, n’est pas verrouillé par un DRM (Digital Right Management), soit le verrou de protection nécessitant l’ouverture d’un compte Adobe. Cela signifie que vous en êtes le propriétaire et que vous pouvez en disposer sans limite de temps ou sur autant d’appareils (liseuses, tablettes, smartphones) que vous voulez.
Cet ouvrage s’avère néanmoins protégé par le droit d’auteur ; en l’achetant, vous vous engagez à le considérer comme un objet unique destiné à votre usage personnel et à ne pas le diffuser sur les réseaux sociaux ou les sites d’échange de fichiers. Veuillez prendre note que cet avis ne s’applique pas si vous vous procurez cet ouvrage dans un écosystème fermé comme celui du Kindle d’Amazon ou de Kobo.
ÉLP éditeur est une maison d’édition 100% numérique fondée au printemps 2010. Immatriculée au Québec (Canada), ÉLP a toutefois une vocation transatlantique: ses auteurs comme les membres de son comité éditorial proviennent de toute la Francophonie. Pour toute question ou commentaire concernant cet ouvrage, n’hésitez pas à écrire à : ecrirelirepenser@gmail.com
TABLE DES MATIÈRES
Introduction par Berger Avant-propos de la deuxième édition Préface
PREMIÈRE PARTIE : HISTOIRE D’ATTILA
Chapitre premier Chapitre deuxième Chapitre troisième Chapitre quatrième Chapitre cinquième Chapitre sixième Chapitre septième Chapitre huitième
DEUXIÈME PARTIE : HISTOIRE DES FILS ET DES SUCCESSEURS D’ATTILA
Chapitre premier Chapitre deuxième Chapitre troisième Chapitre quatrième Chapitre cinquième Chapitre sixième
NOTES ET PIÈCES JUSTIFICATIVES
Sur la demeure d’Attlia Sur le camp d’Attila à Châlons
TROISIÈME PARTIE : HISTOIRE DES SUCCESSEURS D’ATTILA EMPIRE DES AVARS
Chapitre premier Chapitre deuxième Chapitre troisième Chapitre quatrième Chapitre cinquième Chapitre sixième Conclusion
QUATRIÈME PARTIE : HISTOIRE LÉGENDAIRE ET TRADITIONNELLE D’ATTILA
Présentation Légendes et traditions latines Légendes et traditions germaniques Légendes et traditions hongroises
NOTES ET PIÈCES JUSTIFICATIVES
Sur le notaire anonyme Traditions latines sur Attila Traditions germaniques sur Attila Traditions hongroises Une légende transylvanienne
INTRODUCTION par Berger
Étant tombé, chez un bouquiniste près du Parlement de Bretagne, sur un exemplaire de l’Histoire d’Attila par Amédée Thierry, frère du célèbre Augustin, ayant lu tout l’ouvrage d’une traite sans me lasser, il me vint le désir de le faire connaître au public de notre temps par le biais d’une édition numérique propre et respectueuse. Les frères Thierry sont en effet de bons écrivains, très lisibles, à la langue pure et souvent élégante. Ils sont en outre de bons historiens, érudits typiques du dix-neuvième siècle français, et, contrairement à bon nombre de leurs confrères qui se noient dans les digressions et les notes pour cacher un certain vide dans les idées, ces deux-là sont non seulement superbement documentés, mais ils savent faire des synthèses. Et ce sont d’excellents vulgarisateurs : les sujets dont ils s’occupent sont, entre leurs mains prudentes, éclaircis tout en étant globalement exempts de manipulations. Pour avoir bien étudié ces deux auteurs, je les tiens pour supérieurs par le style et l’honnêteté aux deux autres astres de leur siècle que sont Thiers et Michelet. Quand vous en aurez fini avec cetAttila prodigieux, lisez, je vous prie, d’Augustin sesRécits des temps mérovingiens.deux ouvrages Ces appartiennent à la fleur du dix-neuvième siècle historien. Pour la présente édition, j’ai conservé presque toute la graphie utilisée par Amédée Thierry, ainsi que les genres de certains mots, comme “steppe” et “Volga”, qu’il met au masculin. Toutefois, j’ai pris la liberté de séparer l’adverbe “très” du mot qui le suit, alors que l’auteur, suivant en cela le style de son temps, les joignait par un trait d’union : il a écrit ainsi « très-particulièrement » au lieu de « très particulièrement », et même « très-résumées », ce qui montre qu’à l’époque, adverbe ou adjectif, tout ce qui suivait le mot “très” s’y trouvait lié. Il m’a semblé que cette forme archaïque alourdissait le beau texte de l’historien et que la conserver ne le servait pas dans notre époque. Même raisonnement pour « non seulement ». Enfin, dans le souci de ne point perdre les lecteurs dans des hyperliens parfois mal décodés par le logiciel embarqué dans telle ou telle machine, j’ai déménagé les notes dans des [crochets] insérés dans le corps même du texte, à proximité du mot auquel elles se réfèrent. Cela évite, en cliquant sur un appel de note, de changer de page inopinément, ou d’ouvrir un dictionnaire non sollicité. Évidemment, cela impose d’élaguer ces petits propos marginaux : jouant ici le rôle d’incises, ils ne doivent pas nous tenir éloignés trop longtemps de notre lecture. J’ai ainsi décidé de supprimer les citations originales lorsqu’elles arrivent en supplément de leur traduction exposée dans le corps du texte, mais de rétablirin extenso les références bibliographiques auxquelles celles-ci renvoient, et que l’auteur condensait en abréviations aujourd’hui trop peu familières. Enfin, quelques notes, où l’auteur fait, par exemple à l’occasion d’une remarque, état de son opinion et non point de faits, m’ont semblé de si chétif intérêt que leur envergure les a condamnées tout net au néant. Ah, que je suis méchant…
Nota bene :
La troisième partie, sur l’histoire des Avars, a été parfois écrite avec moins de soin que les deux premières, qui formaient le premier volume imprimé : il y a des fautes d’accord, des phrases où le sujet se perd dans les lointains, d’autres phrases où l’objet est rejeté dans le passé d’un paragraphe précédent, ce qui ne laisse aux lecteurs que la nécessité de relire pour chercher à comprendre. J’ai corrigé comme j’ai pu tout ce qui était manifestement erroné, j’ai fait la chasse aux coquilles, mais j’ai laissé telles que je les ai trouvées ces pauvres phrases malcommodes. Toutefois, le texte reste dans l’ensemble très lisible, et ses rares défauts (les témoignages de Paulus Diaconus sentent le racontar à plein nez) n’arrivent pas à nuire un seul instant à l’intérêt. Attila contre Aëtius, Baïan contre Priscus, Charlemagne contre Tudun : l’histoire est un volcan, et le peuple hun sort de son plus furieux cratère.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents