L humanité : L Histoire d une légende
70 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

L'humanité : L'Histoire d'une légende , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
70 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre à pour seul but de fournir des éléments afin de favoriser la réflexion sur notre existence. Des origines au déclin d'une société avide de pouvoir, des légendes aux théories les plus folles. Toutes ces choses ont un point commun : L'histoire de l'homme à travers les siècles. Qu'en est-il des recherches sur le chaînon manquant ? Comment expliquer certains legs de nos ancêtres communs ? Beaucoup de questions sont abordées dans ce livre. Peu y trouvent une réponse définitive, mais il est intéressant de pousser la réflexion afin d'en émettre des théories parfois troublante de crédibilité. Si vous trouvez votre vie ennuyeuse, ne cherchez plus ! Ce livre vous compte des histoires riches en aventure et qui pourraient bien avoir eu lieu. L'ensemble des éléments de cet ouvrage devrait vous fournir suffisamment de preuve pour que vous puissiez trouver des réponses à des questions restées en suspens au fin fond de votre subconscient. Prenez ces quelques pages de fait et d'histoires et recoupez les éléments similaires. Le décor se mettra alors debout sous vos yeux.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 mai 2012
Nombre de lectures 16
EAN13 9782312006741
Langue Français

Exrait

L’humanité : L’histoire d’une légende
Sébastien Bernier
L’humanité : L’histoire d’une légende















Les éditions du net 70, quai Dion Bouton 92800 Puteaux
© Les Éditions du Net, 2012 ISBN : 978-2-312-00674-1
Prologue
Ce livre n’a pas de but alarmiste ou sectaire. L’idée m’est venue d’écrire car j’aimerai juste vous amener à une certaine réflexion qui conduirait à long terme à une prise de conscience.
J’ai décidé de construire ce livre autour des grands mystères que recèlent nos origines. Je ne pense pas avoir la totalité des éléments, ceci dit je m’appuie tout de même sur des faits concrets et vérifiables pour les parties du livre qui aborderont les sujets tangibles. Mon premier chapitre en fait d’ailleurs allusion.
Il y aura bien entendu d’autres chapitres qui eux se concentreront sur un aspect un peu plus théorique, qu’elles soient de mon fait ou non, je souhaiterais justement confronter ma vision des choses au consensus global actuel. Beaucoup de choses se disent et ne sont pas toujours vérifiables. J’ai pour principe de lire quantité de documents abordant tout type de sujets, puis je recoupe dans un second temps les éléments similaires à plusieurs textes. Ainsi une certaine information ressort clairement du lot. Non pas que j’adhère systématiquement à tout ce qui ce lis sur la toile (internet) ou sur le papier, mais ça vient tout de même alimenter ma curiosité autour du sujet.
J’espère que le contenu saura suffisamment répondre à votre attente, bien que je souhaite uniquement attirer votre attention ailleurs que dans vos occupations professionnelles respectives. Car c’est bien là le but d’un livre en général. Sauf que dans mon cas j’y ai glissé un aspect pédagogique histoire de joindre l’utile à l’agréable.
Je sais pertinemment que ce livre risque fort d’être contesté par un large consensus fort élargi et c’est justement l’objet de ma démarche avec cet ouvrage. Cela fait maintenant plusieurs centaines d’années que l’on se plie à ce que l’on veut bien nous dire sans oser aborder l’essentiel de peur de se casser les dents. Évidemment il est plus facile de se taire ou de se conforter dans une théorie établie et largement acceptée que de jouer la controverse qui risque fort d’égratigner notre image.
Cette vision va pourtant être prise plus au sérieux dans les années à venir car il sera bientôt venu le temps des remises en question. Autant pour la société et le système auquel on est confrontés tous les jours que notre rôle exact dans l’univers qui nous entoure. Car s’il y a bien un problème qui n’est pas résoluble aujourd’hui c’est bien celui de nos origines qui pourtant est essentiel dans la construction de notre avenir. Il est difficile d’envisager quoi que ce soit sans savoir d’où on vient.
L’ensemble de cet ouvrage va faire le point sur ce que l’on sait aujourd’hui mais aussi sur les legs de nos ancêtres et l’interprétation que l’on en fait. L’aspect théorique venant mettre un point d’honneur à l’ensemble, donnant au tout la plus grande des cohérences possibles. Bien que ces hypothèses ne soient pas encore prouvées, elles restent tout de même intrigantes. Quant à leur bien fonder l’avenir fera le reste.
Chapitre 1
Un patrimoine qui en dit long
Pour démarrer ce livre je me suis dit « quoi de mieux que de commencer par du concret et parler d’un mystère qui concerne la planète entière en parlant des structures inexpliquées ? ».
Et bien oui ! S’il y a bien une chose de non contestable sur cette planète en matière de phénomène inexpliqué c’est bien ces constructions mégalithiques. Et pour trouver le contenu de ce chapitre je n’ai pas eu à chercher pendant des heures, mais au contraire à sortir des tiroirs tous ces innombrables vestiges que nous ont légués nos ancêtres.
Histoire de corser l’énigme on a même eu le droit à des décryptages de langues mortes de plusieurs milliers d’années.
Il est vrai que pour beaucoup, l’escapade visuelle à travers la télévision ressemble à ça : science-fiction, histoire fantastique ou bien encore héroïc fantasy. Tout simplement parce que les autres programmes collent trop à la réalité et que celle-ci ne nous conviens plus ou nous paraissent trop omniprésents au quotidien. On choisira alors l’évasion par le petit ou grand écran. Se voyant alors à la fin d’un film dans la peau d’un des personnages, allant même jusqu’à envier sa vie pourtant dangereuse. Mais la vie n’est-elle pas faite pour la vivre à fond ?
Et bien justement ! Lorsqu’on a l’occasion de voir ces structures de près, on est sur d’une chose, c’est que le passé aussi lointain qu’il soit a dû d’avantages ressembler à nos films qu’a la réalité actuelle. Et c’est justement là où je veux en venir ! Pourquoi délaisser des legs aussi importants dans la compréhension de notre histoire au profit de nos conflits politiques qui mènent en général pas très loin (voir nulle part) ? Alors qu’en concentrant nos efforts sur ce qui nous aveuglent, mais surtout ce qui est réellement capital pour notre évolution future, ne pourrait-on pas ainsi découvrir l’objet de nos origines perdues ? Car s’il y a bien quelque chose qui manque dans la frise temporelle de l’homme c’est bien la transition de l’homme des cavernes vers l’homme moderne, le fameux chaînon manquant.
La différence ? Eh bien elle est de taille. La conscience !
Et rien que pour ça, mais surtout parce qu’on est les seuls parmi des millions d’espèces à la posséder, je pense que ça mérite que l’on en fasse une de nos priorités.
C’est donc sur ce chapitre que j’amorce les recherches et la réflexion, vous entrainant avec moi dans la plus formidable prise de conscience collective.
Stonehenge (Angleterre) Age présumé : entre -2800 et -1100 soit du néolithique à l’âge de bronze.
Descriptif
Stonehenge dont le nom signifie « les pierres suspendues », est un grand monument mégalithique composé d’un ensemble de structures circulaires concentriques.
Histoire liée au lieu
Malgré les nombreuses générations d’archéologues qui ce sont succéder sur le site, le lieu garde encore beaucoup de mystère.
Comme par exemple cette occupation du site avant sa construction vers -8000 où on ait pu découvrir ce qui aurait pu être un enclos mégalithique.
Le lieu sera construit en trois étapes distinctes : phase une (env. -2800/-2100) l’enceint extérieur comprenant des fossés et des talus. La deuxième phase (env. -2100/-2000) quant à elle se concentrera sur l’élargissement de la chaussée d’entrée et comprendra un transfert de pierre au sein de la construction. Enfin la dernière phase (env. -2000/-1100) modifiera une dernière fois l’ensemble avec notamment l’arrivée de « la pierre des sacrifices ».
Ce n’est bien entendu qu’un résumé du grand chantier. Il y aura d’ailleurs une ultime étape liée à l’extension de l’avenue amenant à l’ouest d’Amesbury.
Légendes et théories liées au lieu
En ce qui concerne ce lieu je retiendrai deux légendes qui hors contexte peuvent paraître farfelu, mais lorsqu’on prend en compte l’ensemble des éléments celle-ci nous amène à réfléchir.
– Le Mythique Merlin selon une légende du xii e siècle aurait bâti Stonehenge à l’aide d’un géant.
– Des êtres venus d’ailleurs auraient construit le site avec leurs technologies avancées.
Conclusion :
Ce que je souhaite éclaircir par là c’est que la construction a été réalisé avec des pierres pouvant atteindre jusqu’à 45 tonnes, le tout avec une précision incroyable, sachant que certaines de ces pierres (comme les pierres bleues) viennent d’une carrière se trouvant à 350 km du site.
Selon l’astronome Gerald Hawkins ayant entrepris des calculs précis le site aurait pu servir de calendrier astronomique.
D’après la disposition des roches l’architecte responsable de la construction de Stonehenge avait clairement défini un but à son œuvre. Ce qui selon moi crédibilise l’hypothèse de M.Hawkins.
La question qui ressort de la communauté archéologique est la suivante : « comment un tel observatoire a-t-il pu être construit avec la connaissance de l’époque ? »
On est effectivement en droit de se poser de telle question. Mais ne devrions pas plutôt remettre en question nos théories quant à l’évolution de l’homme. Les découvertes faites en la matière contredisent très souvent les théories mises en place. Bien que certaines preuves nous incitent à y croire, d’autres quant à elle nous poussent à réfléchir davantage avant de tirer des conclusions hâtives.
La meilleure preuve étant la récente découverte concernant l’utilisation de Stonehenge comme un lieu de sépulture depuis 5000 ans alors que les archéologues pensaient que cette utilisation avait été plus récente.
Les grandes pyramides (Égypte) Age présumé : entre -3200 et -1700.
Descriptif
Il existe plusieurs types de pyramide :
– Pyramide à degrés : prenant la forme de plusieurs paliers successifs s’élargissant jusqu’à la base.
– Pyramide rhomboïdale : celle-ci a la particularité d’avoir deux plans inclinés. L’un (58°) part de la base vers le milieu, l’autre (43°) reprend du milieu vers la pointe.
– Pyramide à pente droite : la plus connue car son architecture est tellement précise que le débat sur son mode de construction est encore ouvert. Elle a comme son nom l’indique quatre pentes droites (entre 51 et 53°).
Histoire liée au lieu
Le début des constructions commence avec la III dynastie sous Djéser. Nous sommes alors à Saqqarah et le mode de construction est la pyramide à degrés. La première pyramide rhomboïdale et la seule jusqu’à maintenant construite se fera un peu plus tard sous la IV dynastie : celle de Snéfrou. Viendra ensuite le tour aux pyramides lisses à la même période, ce mode de construction deviendra alors une référence pour les réalisations qui suivront.
Selon l’histoire, les premières dynasties possédaient des rites funéraires étant devenus une coutume très rependue sur le territoire Egyptien, notamment par le biais de d’impressionnantes galeries souterraines où l’on pouvait y trouver le caveau royal, mais également l’édification de monumentales constructions à la gloire du roi. Le mouvement autour de ces complexes s’intensifia lors des dynasties suivantes (II et III) trouvant son apogée à la IV sous le règne de Snéfrou.
Légendes et théories liées au lieu
Il y a bien entendu les célèbres légendes qui parlent des momies, des malédictions comme celle de Toutankhamon. Mais celle que l’on connaît moins sont parfois les plus intrigantes.
Selon certains théoriciens il y a très longtemps la terre était considéré à travers la galaxie comme l’une des bibliothèques renfermant les secrets de l’univers (alliance de peuple, archive d’ancienne civilisation, etc...).
Cette histoire colle avec une autre qui raconte que les temples Egyptiens étaient justement considérés comme des bibliothèques antiques. Mais surtout un d’entre eux : celui de Dendérah longtemps gardé par des prêtres, la légende veut que ces secrets soient retournés à leurs propriétaires lointains bien avant la chute de l’Egypte antique.
Il y a également des histoires autour de la datation exacte des pyramides qui ne serait pas justifiée, ces mêmes personnes affirment que leurs constructions remontraient à 12000 ans. Ce qui épaissirait davantage le mystère autour de ces monuments.
« Le Projet Isis » : un projet qui auraient été mené par le KGB dans les années 50 afin de détecter une technologie ancienne permettant d’avoir l’ascendant sur les pays voisins. Ils auraient notamment mis à jour un ancien caveau funéraire où se trouvait une momie particulière et qui après expertise se serait avéré être un humanoïde d’origine inconnue, selon les papyrus qui entouraient le sarcophage, l’humanoïde en question serait venu avec ses congénères il y a fort longtemps et aurait inspiré la construction des pyramides d’Egypte ainsi que le développement de la civilisation moderne. le projet fut alors abandonné et le caveau scellé à la suite de l’intervention de l’armée Egyptienne qui aurait stoppé une personne s’enfuyant avec un échantillon d’ADN du corps mystérieux.
Enfin l’une des théories les plus controversées nous explique que les pyramides auraient servis de centrales électriques. En effet de par les couches de matières naturellement isolantes, l’électricité était récupérée à partir d’aquifères (cavité souterraines remplies d’eau et naturellement chargées en électricité) puis acheminé au centre de la pyramide à l’aide des couloirs conducteurs pour être projeté vers le haut afin de rayonner sur l’ensemble de la ville. On raconte d’ailleurs que l’arche d’alliance aurait servi d’amplificateur afin que ce soit possible ce qui explique la petite taille du soi-disant caveau où seul une personne de petite taille aurait tenu. Si cette théorie est un jour vérifié cela prouverait que non seulement les égyptiens avaient l’électricité mais en plus d’une manière que seul Tesla avait redécouverte depuis.
Conclusion
Ce qui est sur lorsque l’on voit l’intérêt que portent les chercheurs tels qu’il soit envers les pyramides, c’est qu’elles n’ont visiblement pas tout dit sur leur origine.
Prenez l’expérience réalisée (lors d’une émission américaine) par Jason Martel et Giorgio Tsoulakos sur la fabrication d’une pile de Bagdad (nom donné lié au lieu de sa découverte), une batterie datante de 2500 à 3000 ans qui lors de l’essai réaliser dans les mêmes conditions de nos jours donne d’étonnant résultat. En effet non seulement la pile fonctionne mais en plus, celle-ci permettrait d’expliquer comment les Egyptiens ont réalisé les peintures dans les couloirs sombres des pyramides. Car si ont en juge les conditions parmi lesquels ils devaient travailler il ne faut pas être expert pour savoir que dans la chambre funéraire centrale l’oxygène n’y était pas suffisant pour alimenter la flamme d’une torche.
Mais surtout la théorie selon laquelle ces artistes auraient utilisé un jeu de miroirs de cuivre pour faire transiter la lumière n’est en aucun cas la plus crédible, puisque tester sur place on découvre avec stupeur qu’après quelques virages la lumière disparaît. Je sais pertinemment quelle question vous brûle les lèvres. Ok ! Ils avaient la pile ! Mais personne ne s’éclaire juste avec une pile ? Effectivement mais là où on dépasse le surréalisme, c’est lorsqu’on voit une frise avec le schéma d’une ampoule de l’époque sur les murs du temple de Dendérah où (je le rappelle selon les légendes qui entourent le site) il était censées y contenir les plus grands secrets de l’univers.
D’autres phénomènes seraient liés aux théories qui repoussent la datation des pyramides à 12000 ans. Ceux-ci se rattachent à l’astronomie antique. En effet selon de récentes études l’emplacement des pyramides correspondrait exactement à la disposition de la constellation d’Orion. Il a suffi pour ça de reprendre la carte des étoiles de l’époque (donc il y a 12000 ans de cela) à l’aide de calculs astronomiques. Nous voici donc avec une preuve supplémentaire qui envoie directement les pyramides d’Egypte dans le top 10 des plus grands mystères de ce monde.
Les Géoglyphes de Nazca (Pérou) Age présumé : entre -300 et 800.
Descriptifs
Nazca c’est d’une part plusieurs dessins au sol (aussi nommé géoglyphe). À ce jour il y a environ 300 dessins qui ont été découvert (350 selon de récentes sources). Le tout s’entend sur 500 km2. Ca part de forme simple comme des lignes pouvant atteindre pour la plus grande 33 km mais aussi plus complexe comme des animaux de 100 m tels que le colibri. Il y a également le plateau de Nazca qui semble être à première vu une piste d’atterrissage. Une chaine de montagne dont le sommet a été littéralement découpé ou aplatit. L’ensemble prenant toute sa splendeur en le survolant en avion. On se rend compte alors que les dessins ne peuvent être vus que du ciel. Le microclimat ayant permis de garder le site intact.
Histoire liée au lieu
Sa découverte ne se fera que dans les années 30. La nouvelle fît couler beaucoup d’encre. Les théoriciens se mirent alors à émettre diverses spéculations sur le site. L’histoire quant à elle décrira la civilisation pré-incaïque comme étant ceux qui se cachent derrière la réalisation du site.
Ainsi ce lieu serait également affilié aux rites chamaniques locaux. Les tentatives de retracer l’histoire exacte sont encore à l’étude aujourd’hui bien que quelques pistes commencent à poindre le bout de leurs nez.
Légendes et théories liées au lieu
Beaucoup d’hypothèses ont été émises depuis leurs découvertes. Concernant le plateau de Nazca, Erich von Däniken (écrivain célèbre pour son livre Chariots of the Gods. Unsolved Mysteries of the Past ) pense que celui-ci a servi de piste d’atterrissage à des visiteurs venant d’autres planètes.
D’autres disent que les dessins forment un calendrier astronomique géant.
Le site aurait également été utilisé pour réaliser des sacrifices humains servant d’offrandes aux dieux.
Conclusion
Je dois dire que je ne suis pas réfractaire aux théories de M.Däniken, bien au contraire. Au vu de l’architecture du site, il serait difficile aujourd’hui (avec nos technologies actuelles) d’en faire de même et la nature n’a pas pour habitude de nous faire de telle surprise.
Si la main de l’homme y est pour quelque chose je reste sceptique quant à la réalisation du plateau de Nazca qui demande des moyens colossaux.
De plus il est évident que les dessins ne sont pas adressés aux hommes du futur car cette civilisation n’était pas devin au point de savoir qu’à l’avenir l’homme trouverait un moyen de voler.
Et quand bien même nous somme dans une région déserte où rien ne pousse. Où ont-ils pu voir autant de race d’animaux différente ? Et surtout pourquoi les reproduire à si grande échelle ?
Enfin il faut savoir que si des visiteurs d’autres planètes venaient en touriste pour découvrir notre planète. Il ne pourrait pas mieux tomber qu’a Nazca car cette zone est la plus délaissée au monde. On y trouve donc naturellement toutes les matières premières que notre planète a à offrir en abondance.
Malgré cela il faudra tout de même davantage de preuves pour confirmer de telles théories. Mais il faut avouer que ça laisse rêveur.
Palenque (Mexique) Age présumé : entre -2500 et 300.
Descriptifs
Palenque est une cité comprenant plusieurs pyramides pour la plupart à degrés (voir descriptif pyramide d’Egypte) ainsi que divers temples. Ces structures sont disposées d’une manière précise pour une raison qui reste encore à déterminer aujourd’hui.
Histoire liée au lieu
La cité de Palenque aussi nommé Lakam Ha par les Mayas, ce qui veut dire « grandes eaux » a été découverte en 1567 lors de la conquête du Mexique par les conquistadors espagnols. À cette époque la cité avait déjà été déserté par ses habitants.
On estime n’avoir découvert qu’environ 10% du site à cause de la végétation environnante qui couvre l’autre partie de la cité. Celle-ci sera laissée pour compte jusqu’aux années 1700 lorsqu’un religieux relancera l’intérêt du site. D’autres expéditions seront organisées au cours des siècles qui suivront cette redécouverte et ceci jusqu’à nos jours (2005 pour la plus récente).
Après étude du site, mais surtout le formidable travail de traduction des symboles jusqu’à récemment (2004). On découvre alors un pan de l’histoire une civilisation extraordinairement évolué. Leurs éloges ne sont plus à faire en matière d’astronomie, mais la cité nous dévoile tout de même des informations qui nous permettent de recrée une ligne temporelle.
Ils possédaient justement une maîtrise du temps absolument parfaite et on apprendra alors avec stupeur que le 11 mars de l’an 431 le roi K’uk’B’alam fût couronné. Nous ne sommes pas sur de l’approximation, mais bien sur une échelle de temps précise.
N’ayant d’éléments suffisant il est difficile encore aujourd’hui de déterminer la cause de l’émigration soudaine du peuple à l’origine de cette cité.
Légendes et théories liées au lieu
Le plus grand mystère qui entoure encore aujourd’hui la cité de Palenque est bien entendu la découverte dans la chambre funéraire située dans les bas fonds de la plus grande pyramide du site, d’une plaque représentant le roi « Pacal le grand » lui-même à bord de ce qui semble être un engin volant. On peut y voir une sorte de machine, dans ses mains des commandes ainsi qu’à l’arrière de l’appareil ce que l’on pourrait interpréter sans mal comme étant des flammes ainsi que de la fumée.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents