Le Corsaire borgne (L Aviateur de Bonaparte, livre 2)
209 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le Corsaire borgne (L'Aviateur de Bonaparte, livre 2) , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
209 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans la veine des « rocambolesques » romans-feuilletons du XIXe siècle, Jean d’Agraives (en 1926) imagine qu’un noble breton émigré vient d’inventer — en 1796 — le Vélivole, véritable prototype de l’avion moderne.


Mais en 1796, on est en pleine campagne d’Italie au cours de laquelle un certain général Bonaparte va s’illustrer particulièrement ! Nous voilà lancer dans une aventure « uchronique » (en fait, il s’agit plutôt d’une « histoire secrète ») jubilatoire dans laquelle vont s’affronter les forces du Bien et du Mal. Dans ce second livre, de Venise à Mantoue, au cœur de la campagne d’Italie et des complots de l’As de Pique visant à assassiner Bonaparte, le chevalier de Trelern et son mécanicien, le jeune Antoine Clou, poursuivent leurs aventures épiques...


Jean d’Agraives (1892-1951) fut, dans l’Entre-deux-Guerres, un prolixe auteur de romans d’aventures pour la jeunesse et de quelques « uchronies ».

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782366346107
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0067€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

1



Le Corsaire borgne l’aviateur de Bonaparte (livre II)



2



Tous droits de traduction de reproduction
et d ’ adaptation réservés pour tous les pays.
Conception, mise en page et maquette : © Éric Chaplain
Pour la présente édition : © PRNG EDITION S — 2008/2009/2017/2020
PRNG Editions (Librairie des Régionalismes) :
48B, rue de Gâte-Grenier — 17160 cressé
ISBN 978.2.36634.098.3
Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous lais- sions passer coquilles ou fautes — l ’ informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N ’ hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d ’ améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.



Même auteur, même éditeur :





3


LE CORSAIRE BORGNE L’AVIATEUR DE BONAPARTE (LIVRE II)


JEAN D’AGRAIVES





4


RÉSUMÉ DU LIVRE I er
D ès sa prise de commandement de l’Armée Française d’Italie, Bonaparte s’est heurté aux manœuvres occultes d’une redoutable association de malfaiteurs, le Sept de Pique, qui, au service de l’Autriche et de l’Angleterre, n’a cessé, par les moyens les plus odieux, de contrecarrer son action.
Grâce au policier Jourdain, très attaché à sa fortune, le général a acquis la conviction que le chef de ces malfaiteurs, connu sous le nom de Pique- Maître, n’est autre que le ci-devant vicomte d’Erlande, génie du mal, couvrant l’Europe du tissu de ses intrigues destinées à abattre la République.
Le vicomte d’Erlande ne se borne d’ailleurs pas à la trahison. Il met d’autre part tout en œuvre pour s’emparer de la fortune considérable de sa cousine, M lle  de Clavaillan, dont il a fait, sous la Terreur, guillotiner le père à Brest.
La jeune fille a provisoirement échappé aux griffes des bandits grâce au chevalier de Trélern, « l’aviateur de Bonaparte », à son « mécano » Antoine Clou et au brigadier Rossignol, dit le Sabreur des Quinze-Reliques.
Elle a retrouvé son grand-père, le corsaire Kériou le Borgne, terreur de la marine anglaise et le fidèle gabier Daoulas, après maintes péripéties dramatiques et pittoresques.
Par ruse enfin, le Pique-Maître a fait arrêter à Venise le noble Guido Moro- sini, un patricien très en faveur de l’alliance avec la France et dont l’énorme baron Katz, envoyé de la cour de Vienne, redoute l’influence libérale.
Dans le même temps, l’âme damnée du vicomte, la belle Camille, une espèce de virago qui s’habille fréquemment en homme, a réussi à séquestrer la fiancée de Morosini ; la belle Carlotta Rienzi.
Le hasard a fait que Jourdain et Trélern venus à Venise en mission tout à fait secrète à bord de la machine volante du Chevalier, le Vélivole, aient réussi à délivrer la malheureuse jeune Italienne.
Y



5


Sous les plombs de Venise
CHAPITRE PREMIER : INQUISITEURS ET TORTIONNAIRES
D epuis douze jours déjà, le jeune patricien Guido Morosini languis- sait dans un abominable cachot, sous les toits de plomb du Palais ducal. Par un de ces matins éblouissants de la fin d’avril, alors qu’il eût fait si bon vivre libre sous le ciel, il restait assis sur un escabeau, les coudes sur les genoux et le menton dans les mains. En pensant à sa douce Carlotta, en revoyant la scène douloureuse de l’arrestation et tout ce qui l’avait suivie, il souffrait mille morts.
Que lui reprochait-on ? Il ne pouvait encore le comprendre n’ayant nul reproche à se faire, d’aucun point de vue. Pourquoi cette captivité ? C’était inexplicable, affolant !.. Il se rongeait les poings pour ne pas éclater en cris de rage.
Pendant le trajet en gondole, Messer Grande s’était refusé à parler. Des archers avaient pris livraison du prisonnier débarqué derrière le palais, sur le Rio Palazzo. On l’avait fait entrer alors dans un vaste bâtiment, gravir des escaliers, suivre des galeries sonores, traverser successivement deux pièces où travaillaient des scribes.
Enfin, il s’était trouvé en présence d’un homme revêtu de la robe patri- cienne, un sénateur qu’il connaissait. Il avait eu un mouvement pour s’élancer vers celui-ci, mais un regard plus froid que le marbre l’avait cloué sur place.
— Le voici, Excellence, disait simplement le chef des archers.
— C’est bien, répondait l’inquisiteur d’État — l’un de ces trois terribles magistrats, fréquemment renouvelés, qui formaient le tribunal arbitraire devant lequel tremblait toute la ville d’or.
— Fouillez-le ».
Les archers obéissaient. Après un mouchoir et quelques menus objets usuels, ils avaient trouvé, dans une poche intérieure, l’enveloppe fermée contenant — du moins, Guido le croyait-il — les lettres de saint François de Paule. L’inquisiteur s’en était emparé avec empressement.




6


Sans aucun des ménagements dont Guido Morosini eût jugé digne un contenu si précieux, le juge ouvrait l’enveloppe scellée et commençait d’examiner une série de papiers qui s’y trouvaient enfermés. À vrai dire, quoiqu’à distance de la table où s’étalaient les documents, Guido avait bien vu qu’ils ne ressemblaient guère à ce qu’il s’imaginait de lettres écrites par le grand saint de la Calabre.
Après chaque nouveau papier consulté, l’inquisiteur jetait sur le prisonnier un long regard où le jeune homme lisait, malgré la feinte impassibilité, la surprise, l’indignation et même — mais pourquoi donc ? — une sorte de dégoût. La petite liasse entièrement examinée, le sénateur s’était retourné pour l’enfermer avec soin dans un coffre de fer renforcé d’énormes pen- tures, puis il posait cette seule question :
— Guido Morosini, d’où tenez-vous ces pièces ?
— Elles m’ont été remises, enveloppées, par ma fiancée, Carlotta Rienzi. Ce sont, comme vous l’avez pu voir, de précieuses lettres de saint François de Paule. Elle les tenait, elle-même, de la Broffa, la Bohémienne bien connue, qui les lui avait vendues comme talisman, pour me porter chance… ».
Quelque chose comme une ombre de sourire avait alors passé sur le visage sévère du juge, qui disait seulement aux archers :
« C’est bien. Mettez-le en dépôt ».
On avait emmené Guido par une porte opposée à celle qui lui avait donné accès dans le cabinet de l’inquisiteur. Et l’on avait recommencé à gravir des escaliers, à parcourir des couloirs, jusqu’à ce qu’on eût atteint une lourde porte chargée de ferrures et de verrous rébarbatifs.
Les sbires introduisaient alors le jeune homme dans une sorte de vaste grenier partagé dans toute sa longueur par une cloison longitudinale où s’ouvraient, de place en place, des baies fortement grillées, sous les Plombs.
Le couloir extérieur ainsi réservé, très bas de plafond, était éclairé par deux petites lucarnes grillées montrant le ciel où volaient les pigeons de Saint-Marc. À l’intérieur s’érigeaient d’autres cloisons perpendiculaires à la première, de façon à former un certain nombre de cellules, fort sombres, à ce qu’on pouvait voir par les grillages.
La raison en était qu’une maîtresse poutre énorme descendait très bas devant les lucarnes et en offusquait presque toute la lumière.
Comme les archers entraînaient Guido vers le fond du grenier, des cris effroyables avaient éclaté, le glaçant de terreur. On eût dit des hurlements à la mort d’un chien enchaîné.
Dans un premier cachot, un être à demi nu et d’une affreuse maigreur, le corps agité d’un tremblement perpétuel, se tenait accroché aux barreaux par les griffes de ses vieilles mains flétries. Tourné vers la plus proche lucarne, sur laquelle il fixait ses yeux troubles, il cherchait, pour ainsi dire, à boire la rare lumière.
Au passage du petit cortège, il avait eu un rire sinistre. Un peu plus loin, ç’avait été une sorte de monstre velu qui, violemment, s’était abattu contre le grillage, grinçant des dents, soufflant de furie. Passant ses bras simiesques



7


à travers les barreaux, il cherchait à saisir au passage les sbires ou leur prisonnier et puis il vociférait en bavant :
« Canailles !.. canailles !.. Valets de bourreau, vous croyez toujours m’échap- per ? Mais vous me paierez mes souffrances, car je suis le Vampire du Lac Noir !.. Avec quelle joie je vous planterai mes dents dans la gorge, pour sucer votre sang, tout votre sang !.. ».
Et il bondissait, hérissant sa crini&#

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents