Carton plein à Sydney
220 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Carton plein à Sydney

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
220 pages
Français

Description

Après un passage très remarqué à Nouméa, Eschyle du Puech de Reboul est de retour dans la zone Pacifique. Sollicité par une police locale impuissante à solutionner une série de meurtres de hautes personnalités françaises et australienne, il opère à Circular Quay, poumon névralgique des communications à Sydney. Toutefois, dès le début, l'enquête piétine. Les meurtres se suivent, et le mystère des éliminations apparemment programmées demeure... Pour être apparemment insolvable et nébuleuse, l'affaire des assassinats d'officiels français en poste en Australie n'en reste pas moins dangereuse et vénéneuse... Ce qu'Eschyle apprendra lui-même à ses dépens quand il passera du statut d'enquêteur à celui de cible, le faisant passer à deux doigts de la mort, mais relançant par la même occasion son investigation. Policier minutieux et captivant, qui joue avec soin sur les rythmes, les révélations et les faux-semblants, "Carton plein à Sidney" confirme, après "Un caillou dans la tourmente" les talents de L. Fily en matière de polar.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 septembre 2014
Nombre de lectures 26
EAN13 9782342028577
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0079€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Carton plein à Sydney
Du même auteur
Le Caillou dans la tourmente, éditions Publibook, 2011 La Gadaterie, éditions Publibook, 2010 Allez debout ! C’est l’heure…, éditions Publibook, 2008
Lucien Fily Carton plein à Sydney
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0119767.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2014
1 En provenance de Manly, leFreshwater, de la compa-gnie gouvernementale des Sydney ferries, accosta au quai 5 de Circular Quay avec une précision et une douceur étonnantes. C’était sa dernière rotation quotidienne. Il était une heure trente. Dans la nuit épaisse et lourde de ce début de janvier, perçaient les lumières de l’Opéra,du célèbre pontHarbour Bridge et des impressionnantes tours de la City. Sur les eaux noires de la baie, la circulation s’était considérablement ralentie. Seuls quelques points lumi-neux, semblables à des feux follets, s’y déplaçaient encore. Les passerelles à peine déployées, des flots d’utilisateurs se ruèrent vers la sortie et s’égaillèrent vers Circular Quay Station, qui, pour attraper un dernier train, qui, un dernier bus, qui, pour les plus fortunés, un taxi. Il ne fallut pas plus de cinq minutes pour que les ponts fussent déserts. Seuls les membres d’équipage s’activaient encore à tout remettre en ordre, à vérifier les cordages et autres matériels pour le départ d’un nouvel équipage, aux premières lueurs de l’aube. La journée de travail s’achevait. Susan Johnson, dans sa salopette desSydney ferries, passait de la proue à la poupe duferry vert et jaune. Comme chaque soir, à la dernière rotation, quand elle était de service, elle accomplissait, comme un automate, les mêmes gestes. Les passagers sor-tis du ventre du ferry, elle vérifiait que rien n’avait été oublié sur ou sous les sièges. Un paquet, un colis, un appa-reil photo… voire un Doudou d’enfant comme cela arrivait parfois… L’attention était de mise. Car, même si
9
son pays n’était pas véritablement touché par des vagues d’attentats terroristes, une surveillance discrète devait être exercée par le personnel de bord. Il était rare que Susan revînt bredouille… Le poste de commandement débordait de ces objets oubliés, rarement réclamés. Ce « matin-là », le colis oublié était, disons-le, d’un genre plutôt encombrant. A la dernière rangée de sièges, sur le pont supérieur, Susan avait remarqué un passager endormi. La position de sa tête, légèrement inclinée sur le côté droit ne laissait aucun doute là-dessus. Rien de sur-prenant. A une heure pareille, la fatigue est telle que ce genre de chose arrivait fréquemment. Elle poursuivit son inspection. Elle avait hâte d’y mettre fin et de se retrouver chez elle, dans son petit studio amoureusement mais so-brement aménagé. Je ne manquerai pas d’arriver bientôt à sa hauteur, se disait-elle… Inutile de me presser et de faillir à ma tâche, pensait encore la grande blonde à la queue de cheval. Ce n’était pas le moment de perdre son boulot… Elle acheva donc l’examen des trois dernières rangées. 1 — Here you are, Sir ! dit-elle de sa voix au timbre cris-tallin lorsqu’elle fut à sa hauteur. L’homme ne répondit pas. Pouvait-on lui reprocher d’avoir le sommeil profond ? Sûr qu’il avait dû prendre une petite bière de trop, se dit Susan. Excusable, pensa-t-elle. C’est le lot des vendredi soir. Elle se risqua alors à poser sa main sur l’épaule du dormeur et le secoua un peu, avec une extrême douceur, comme on le ferait pour réveiller un enfant. — Here you are, Sir ! répéta-t-elle assez fort, de ma-nière à couvrir le bruit des turbines qui tournaient toujours. 1 Nous y voilà, Monsieur.
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents