Démons de cendre - 1 - Le chant du phoenix
297 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Démons de cendre - 1 - Le chant du phoenix , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
297 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Urban Fantasy (Bit-Lit) - 649 pages



Rien ne va plus dans la sphère démoniaque.


Alors que les solitaires se réunissent en meute et se rendent coupables de massacres, plusieurs casglwr sains, fragiles créatures qui maintiennent l’équilibre du monde, disparaissent mystérieusement.


Née sous le sceau d’une terrible malédiction, Rowane, démone phœnix, traque les solitaires pour les ramener à la surface de la conscience. Face à la nouvelle menace, bien déterminée à régler ses comptes avec le destin avant de tirer sa révérence, elle accepte de s’allier aux zalistes. Et pas question de céder à l’attrait sensuel qu’éveille en elle Trenton Black, dangereux dragon d’argent au charme ténébreux.


Alpha sanguinaire et impitoyable, il n’aura aucun scrupule à utiliser Rowane, petite-fille d’une ennemie notoire, pour protéger les siens et retrouver les deux casglwr sains qui ont été arrachés à son clan. Seul problème, son dragon l’a choisie....



Dans un univers prêt à sombrer, sauront-ils écouter la voix ancestrale de leurs âmes ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 mai 2021
Nombre de lectures 20
EAN13 9782379613241
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Démons de cendre – 1 – Le chant du phoenix


Laura Black
Laura Black

Mentions légales
Éditions Élixyria
http://www.editionselixyria.com
https://www.facebook.com/Editions.Elixyria/
ISBN : 978-2-37961-324-1
Illustration de couverture : Nicolas Jamonneau
Prologue

Rowane ignorait où elle se trouvait, mais le paysage qui s’étendait à perte de vue devant elle lui rappelait le territoire des enfers, à un détail près. La province interdite n’était que flammes. Ici, le sol calciné dégageait une odeur nauséabonde qui lui agressait les poumons, tandis que des geysers de feu jaillissaient de cratères façonnés dans la roche. La chaleur était insupportable, ce qui n’aurait pas dû l’affecter. Un fait qui augmentait sa perplexité. Rowane était un phénix. Elle partageait son âme avec une démone, dont la principale aptitude était de se métamorphoser en Oiseau de feu. Les flammes, même celles créées par les enfers, ne pouvaient donc ni la brûler ni impacter la température de son corps. Pourtant, elle ruisselait bien de sueur, le front ceint dans un étau chauffé à blanc et les tempes battant au rythme d’un morceau de hard rock. Elle déglutit, mais un nœud bloquait sa trachée. Elle se força à inspirer et expirer lentement, cherchant un sens à ce charivari.
Elle se rappelait s’être couchée dans son lit, son esprit ressassant encore et encore les emmerdes qui lui tombaient dessus au rythme d’une pluie diluvienne en période de mousson. Pas un jour sans mauvaise nouvelle ou un semblant d’éclaircie… Non, le Destin avait décidé de s’acharner et de la rendre spectatrice des malheurs des siens.
Rowane se raidit à mesure que les souvenirs s’imposaient, limpides et néanmoins légèrement altérés comme si… bon sang ! Elle rêvait… ou plutôt elle nageait en plein cauchemar. Ce n’était pas la première fois ni la dernière, mais quelque chose clochait. Le paysage était… envahissant. Presque dévorant. Agressif !
Les pitons rocheux n’avaient pourtant rien de particulier, pas plus que les amas de cendres qui s’envolaient à chaque bourrasque. Non, c’était plus une impression, comme si l’environnement tout entier était vivant et l’observait. Et la fente acérée de ce regard distillait des frissons d’angoisse sur sa peau.
Rowane inspecta de nouveau les lieux, à la recherche d’une sortie ou d’un indice. Elle n’avait pas l’habitude de ressentir la peur, mais cette dernière ondoyait dans ses veines avec une jouissance mal contenue, traçant son chemin en lui imposant des démangeaisons à peine supportables. Elle résista à l’impulsion de se gratter. Les rêves, chez les démons, étaient parfois plus que l’expression de leur subconscient et ouvraient des portes entre psyché et état physique. Merci bien, mais elle n’avait aucune envie de se réveiller écorchée par sa propre faute.
Un roulement sourd remplaça le mugissement du vent. Sourd et… menaçant. Elle pivota avec l’agilité d’une guerrière surentraînée et hoqueta d’horreur en repérant la vague qui fonçait vers elle. Non, elle ne redoutait pas les flammes de l’enfer, mais là… comment dire ? La déferlante brûlante hurlait son hostilité avec l’enthousiasme d’une nuée de jeunes combattants découvrant les champs de bataille.
Un vent de chaleur lui fouetta le visage. Devant elle, le monstre prenait de l’ampleur à chaque mètre parcouru. Des pics écarlates chevauchaient l’onde maléfique et propulsaient des boules de feu tous azimuts. Le ciel d’ambre vira à un rouge incendiaire, à mesure que l’atmosphère s’empesait d’une fatalité navrante.
Rowane sut qu’elle allait mourir. Qu’elle n’aurait jamais la force de résister à cette marée fracassante.
Par réflexe, elle déplia ses ailes et carra les épaules, consciente que fuir ne la sauverait pas. Son phénix demeurait étrangement silencieux, presque docile, comme si l’envoûtement dans l’air l’avait muselé. Cela l’effraya un peu plus, son Oiseau de feu étant plutôt du genre à frapper le premier et à poser des questions après.
Le grondement devint infernal. La vague dévastatrice n’était plus qu’à une centaine de mètres d’elle et dévorait tout ce qui se trouvait sur son passage. Sous ses pieds, la roche se fendit dans un craquement sinistre, révélant des entrailles ravagées par du magma. La température monta encore d’un cran.
Prête à encaisser, Rowane aspira une dernière bouffée d’air, ses poumons rugissant contre le feu qui se déversait dans leurs alvéoles. La douleur réveilla ses terminaisons nerveuses une seconde plus tard, et elle tomba à genoux sous le choc. Mais sa chute ne s’arrêta pas au sol caillouteux. Son esprit, emporté par la vague brûlante, dégringola dans ce qui lui sembla être un puits sans fond. Rowane eut le sentiment qu’un poing se refermait sur ses membres, écrasant et pressant ses chairs comme s’il avait voulu en extraire la sève.
C’était au-delà de la souffrance…
Elle releva la tête, terrassée par ces tourments sans noms, mais comprit que son calvaire était loin d’être achevé. L’onde maléfique la heurta une seconde plus tard, l’engloutissant dans une étreinte qui termina de ravager la moindre parcelle de son être et de son âme.
Elle ouvrit la bouche et céda à la torture en lâchant un long cri de douleur…
Rowane se réveilla en hurlant, le corps trempé. Bataillant dans ses draps pour échapper à la vague ardente, il lui fallut quelques secondes pour réaliser qu’elle était dans son lit et que le feu n’était qu’un produit déviant de son imagination.
Imagination mon cul, oui , songea-t-elle en haletant comme une vieille locomotive.
La peur s’entêtait à lui tordre le ventre, mais c’était une émotion presque délicate comparée aux échos de douleur qui continuaient de sinuer sous sa peau. Les paupières frémissantes, elle fit le tour de sa chambre, du bureau impeccablement rangé à la commode en pin qui accueillait sa collection de photographies, en passant par les étagères croulant sous les livres.
La pièce, bien que familière, lui semblait étrangement hostile. Différente de ce qu’elle avait toujours été. Peut-être était-ce le cas ? Depuis que sa famille s’embourbait dans les ennuis, rien n’avait plus la même saveur.
Rowane s’extirpa de son lit et réalisa qu’elle se frottait vigoureusement la cuisse. Son regard glissa sur son débardeur et son short de nuit pour s’arrimer sur la spirale qui habillait le côté de sa jambe droite. Les relents de peur muèrent en totale panique. Sa marque de naissance n’était plus d’un rose soutenu, elle avait commencé à noircir sur le pourtour. En l’effleurant, elle sentit l’afflux d’énergie et s’érafla la peau comme si ce simple geste pouvait la débarrasser de sa malédiction. Un doux rêve qui ne se réaliserait jamais. Il n’y avait pas d’issue pour les porteurs de cette marque, autre que de sombrer dans la folie avant de mourir.
Sans même l’avoir consciemment décidé, elle sortit de sa chambre et, pieds nus, emprunta les escaliers qui descendaient jusqu’à la cave, frémit lorsque l’humidité des lieux remonta le long de ses jambes et les couvrit de chair de poule.
Trey était là, prisonnier d’une cellule froide et impersonnelle. Allongé sur un amas de duvets en lambeaux, il offrait la vision d’un macchabée en devenir. La faute aux semaines qui avaient vu fondre ses muscles, dévoilant un grain de peau fragile et des os saillants.
Il s’était déchaîné une fois de plus contre lui-même, laminant ses vêtements, s’éraflant partout où ses mains avaient pu se faufiler et arracher des poignées entières de cheveux… Résultat : de nouveaux stigmates écarlates et desséchés zébraient son corps. L’épiderme trop souvent maltraité et abîmé, son démon peinait à guérir ses blessures et à effacer les cicatrices disgracieuses. Trey resterait marqué à vie, pour peu qu’il survive à cet enfer…
Rowane appuya ses paumes contre la glace, le cœur lourd. Ses yeux s’embuèrent lorsque la poitrine masculine se souleva laborieusement, un gémissement sourd jaillissant de ses lèvres déshydratées.
— Trey ? souffla-t-elle, son chagrin résonnant dans le vide.
Mais son frère ne lui répondit pas. Maudit lui aussi, il avait définitivement sombré, exhibant le spectacle de sa future déchéance…
1

Rowane fit un bond de côté lorsque Dog s’écrasa contre un arbre à quelques mètres d’elle, propulsé dans les airs par l’enfoiré qui plastronnait devant elle.
Qu’est-ce que c’était que ce bordel ? Pour des pisteurs aguerris, la situation était clairement en train de virer à leur désavantage et, comme si cela ne suffisait pas, la vue de la jeune femme commençait à se brouiller.
Merde ! Ce n’était vraiment pas le moment.
Après sa nuit difficile, Rowane avait quitté la demeure familiale sans même avaler un petit-déjeuner. Évidemment, elle était pressée de s’immerger dans son travail et d’effacer, si ce n’était d’oublier, les mauvais augures de son cauchemar, mais la vérité, c’était qu’elle avait fui le domaine des Shaeman.
Comme une lâcheuse de première ! railla la voix de sa conscience.
Elle ne pouvait le nier. Passées les grilles de la propriété, elle avait d’ailleurs poussé un long soupir de soulagement, avant de se fustiger pour ce comportement indigne. Mais, après des semaines à tourner en rond, tout valait mieux que de demeurer, les mains ballantes, à assister à la lente déchéance de son frère adoré.
Tout ? ricana sa démone, pince-sans-rire.
Quand on a la poisse, on l’a jusqu’au bout , maugréa mentalement Rowane en retour.
Parce qu’il y avait combien de chances sur mille pour qu’elle écope d’une mission qui vire à l’hécatombe ?
Bingo ! Vous avez remporté le jackpot, mademoiselle Shaeman !
Devant elle, le wendigo la scrutait, une lueur de fébrilité au fond du regard qui ne lui faisait pas oublier qu’il était à l’affût du plus infime signe de faiblesse. Il avait d’ailleurs utilisé la légère dégradation des ondes qu’elle délayait vers lui pour lancer une boule de feu vers son coéquipier, l’obligeant à renforcer l’assise de son sortilège.
Le problème, c’est que le solitaire n’aurait pas dû être capable de cet exploit. Pas plus qu’il n’aura

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents