Dollarella
406 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
406 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Evoluant entre petits trafics et étreintes sulfureuses, entre milieux friqués et cercles interlopes, la figure inénarrable de Milo, bellâtre, amant époustouflant, Casanova d’un genre nouveau… Spécialiste des opérations très spéciales, il est ainsi choisi pour assurer la livraison d’une marchandise pas tout à fait comme les autres: des diamants taillés, dissimulés dans des prostituées servant de mules. Une mission qui le conduit jusqu’en Italie, aux bords de l’Adriatique, à la rencontre d’Ekrabouyan… Juste un petit tour de chauffe avant une mission plus périlleuse, dont le cœur est une île mystérieuse… Un récit qui ne concède rien, qui ne lâche rien, truculent et soutenu par un verbe grivois… Un roman détonnant, drolatique, mettant en scène une galerie de personnages croqués avec ironie… Féroce, mordant, iconoclaste et caustique, M. Schenker signe donc avec "Dollarella" un polar dont la réussite relève précisément de sa liberté de ton…

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 24
EAN13 9782748352733
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0098€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Dollarella
Marcel Schenker Dollarella
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0114643.000.R.P.2009.030.40000 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2010
René Medina vit en Suisse romande, dans la région neuchâteloise. Il réalise des illustrations, des bandes dessi-nées et des caricatures.
« De l’auteur sur l’auteur »
Je suis né à Neuchâtel, de parents d’origine suisse alé-manique, en 1964. Dès l’école primaire, je suis devenu observateur de tout ce qui se passait autour de moi. Au moment de la disparition de mon grand-père, qui portait d’ailleurs tout à fait le même prénom, il me sembla que tout s’écroulait autour de moi. L’amour et les aspirations du petit Marcel s’évanouirent abruptement. Même jusqu’à aujourd’hui, je ne réussis pas à faire le deuil de mon grand-père. Un autre choc m’est arrivé au moment de la puberté, vers quinze ans, lorsqu’au moment de projeter l’avenir, je me suis trouvé dans l’impossibilité de trouver une ligne directrice, suite à l’existence prolongée dans un milieu familial hostile, me forçant à une rébellion ayant rapport avec une solution de survivance existentielle. Après l’école secondaire, j’ai fait plusieurs séjours linguis-tiques à l’étranger, l’Allemagne, l’Italie, la Sardaigne, la Grande-Bretagne, et je suis devenu polyglotte. À dix-sept ans, j’ai fait une demande préalable pour effectuer mon service militaire avec une année d’avance, en espérant trouver une porte de sortie de ce labyrinthe inextricable. Entre seize et dix-sept ans, tout comme une grande majori-té de mes copains présentés dans l’existence par les chemins du doute, je mène une vie parallèle et commence par m’adonner aux drogues douces. Ce qui n’a surtout pas amélioré ma situation de recherche d’équilibre. Et, par la suite, le destin hasardeux du sort m’a dédié un ressenti et un mal-être profond et restant toujours un être très acces-sible à la conversation et au dialogue douloureux, presque permanent, mais en portant sur le point vital existentiel de survie, dans les situations où des personnes veulent me le demander, ce conseil précieux, en sachant très bien le
9
donner avec définie et précise honnêteté. Surtout lorsque je suis abstinent. J’ai carrément écumé les boîtes à musi-que et de fréquentation de gens doués de quelques traits noceur bien diverses dans l’excellence des sorties du week-end. Je consommais toutes sortes de spécialités qui me faisaient délirer et me mettaient dans un état d’excitation permanent, sans pour autant atteindre à la liberté d’autrui. J’ai subi l’influence des drogués qui m’entouraient et qui profitaient de ma situation dans tous les sens du terme. Pour moi, la réalité de la vie était deve-nue insupportable et j’ai demandé l’aide auprès des médecins qui m’ont envoyé dans un hôpital psychiatrique de la région dans des conditions épouvantables de persécu-tions et d’hallucinations. Après plusieurs va-et-vient entre l’extérieur et l’intérieur de l’hôpital, j’ai perdu successi-vement des appartements, beaucoup d’argent qui m’aurait été nécessaire, vu mon mode de vie, qui fut bien précaire à un certain moment. J’ai dilapidé mon argent avec mes copains douteux qui m’arnaquaient, je me faisais conti-nuellement avoir. Pendant une des hospitalisations, un troisième choc est survenu lorsque mon médecin traitant m’annonça que je resterais toute ma vie malade et que j’avais développé une schizophrénie chronique : par la suite, je disais souvent : « Merci la drogue ». Il semblerait que l’on peut facilement lui faire confiance, mais la vérité en est bien loin. Je peux aujourd’hui l’affirmer avec une certaine sérénité, mais en étant profondément marqué. En l’occurrence et s’il peut parler d’une chance dans la malchance, j’avais quand même le besoin de m’exprimer de manière différente des autres par l’écriture et l’observation des rapports psychologiques entre les êtres. Ce désir profond, mais toujours inachevé, en raison de ces turpitudes, j’ai pu commencer à le réaliser vers vingt-huit ans. La lecture m’aidait à me vider la tête, à « guérir », et à avoir des contacts sociaux. D’un coup, j’ai réussi à déve-lopper des qualités enfouies, que je ne pensais pas encore disposer un seul millième de seconde. Par la suite, j’ai
10
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents