L énigme de la malle rouge
198 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'énigme de la malle rouge , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
198 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Antonin Bonassou, jeune employé des Ponts et Chaussées à Nice, pour entrer dans les bonnes grâces de la propriétaire de l’immeuble dans lequel il vit, accepte de répondre aux éventuels visiteurs de son voisin de palier, le célèbre policier privé Paddy WELLGONE, pour leur annoncer que celui-ci est absent.


Pour faciliter sa tâche et par orgueil d’être confondu l’espace d’un instant avec l’éminent homme d’action, Antonin accroche sur sa porte la carte de visite qui trônait sur celle de l’enquêteur.


Quand un représentant d’une compagnie d’assurance se présente à lui pour lui demander de prouver qu’un de ses clients a maquillé son suicide en assassinat pour qu’une tierce personne touche la prime, il n’ose avouer son usurpation d’identité et, convaincu par la récompense de dix mille francs, promise en cas de succès, se charge de l’affaire.


Quelle n’est pas la stupéfaction de Bonassou en apprenant que la victime n’est autre que le tuteur de sa fiancée et que cette dernière est la bénéficiaire du contrat !


Mais l’apprenti détective n’en est qu’au début de ses surprises : bientôt, le coffre-fort du défunt est dynamité et son contenu volé.


Antonin Bonassou ne se doute pas encore qu’il va se lancer dans l’aventure la plus périlleuse et mystérieuse de sa vie, d’autant qu’un étrange personnage ne tarde pas à se mêler à son enquête...


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 13
EAN13 9782373474466
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0011€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

AVANT-PROPOS
Laïus possiblement rébarbatif pour une partie des l ecteurs, mais nécessaire pour situer le contexte de la Collection« L'illustre détective Paddy WELLGONE ».
Si vous n'êtes pas curieux, vous pouvez passer dire ctement au texte, mais ce serait dommage d'ignorer les informations fourni es d'autant que le roman à suivre n'est pas forcément représentatif du reste d u contenu de la Collection.
L'illustre détective Paddy WELLGONE de H.-J. MAGOG
H.-J. MAGOG (1877 – 1947) de son vrai nomHenri-Georges JEANNE, fait partie de la longue liste des auteurs qui ont parti cipé grandement à l'essor de la ème littérature populaire au début du XX siècle et qui ont, peu à peu, sombré dans l'oubli.
H.-J. MAGOG est un auteur qui n'a eu de cesse, tout au long de sa vie, d'écrire et d'écrire encore.
Il a œuvré dans différents genres (policier, sentim ental, aventure, fantastique, conte…) sous ce pseudonyme ou sous ceu x deHenri JEANNE, Jean de la TARDOIRE,Jean NOAL,Yves CHORSIN
Les textes issus de sa plume ont été, à l'époque, r éédités plusieurs fois dans différentes collections, chez de multiples édi teurs, en France et hors de l'hexagone.
L'écrivain a également collaboré avec le journal« Le Matin »pour lequel il a écrit des centaines de nouvelles pour prendre la re lève de la célèbreColette et nourrir la chronique« Les mille et un matins »quotidien pendant plusieurs du années. En a-t-il écrit 1001 ? Certes non, mais il en est dénombré plus de 6 00, ce qui est déjà très conséquent.
Pourtant, malgré son immense production, qui se sou vient encore deH.-J. MAGOG ?
Arthur CONAN DOYLEresté dans la mémoire collective grâce à son est Sherlock Holmes. Tout d'abord publiées dans un maga zine, les aventures de
son héros ont très vite été regroupées et canalisée s.
Georges SIMENON doit grandement sa notoriété à son commissaire Maigret. Si le célèbre policier est déjà esquissé à travers les traits de l'inspecteur N° 49 dans « les aventures de Yves Jar ry » – une série de romans signés Georges Sim, un pseudo évident de l'auteur – et si Maigret apparaît nommément, de façon très secondaire, dans « Train d e nuit », toujours signé Georges Sim, la toute première enquête officielle d e Jules Maigret, « Pietr le Letton », a d'abord été proposée aux lecteurs du ma gazine« Ric et Rac » le 19 juillet 1930 avant de débuter la série des « Mai gret », aux éditions Arthème Fayard, qui fit la renommée planétaire du p ersonnage.
Frédéric DARD a débuté en tant que journaliste avant de se lance r dans l'écriture de romans et, tout comme H.-J. MAGOG et Georges Simenon, est l'auteur, sous de multiples pseudonymes, d'une prod uction impressionnante. Contrairement à Simenon, dont l'éditeur était, au d épart, sceptique quant aux qualités de son héros, le succès de San Antonio s'e st fait lentement grâce à l'insistance de l'éditeur de Frédéric Dard, et ce m algré l'échec commercial du premier roman de la série : « Réglez-lui son compte ! ».
Léo MALET, qui a également beaucoup écrit sous pseudonymes (Franck Harding, Léo Latimer, Omer Refreger, Lionel Doucet…) a eu plus de chance avec son détective fétiche, Nestor Burma, ca r sa toute première aventure, « 120 rue de la gare », fut un succès imm édiat.
H.-J. MAGOGurs ou de, lui, n'a pas eu la même réussite que ses successe son prédécesseur, et ce, malgré une production impr essionnante et un personnage récurrent dont au moins une des aventure s mériterait de passer à la postérité de par ses qualités littéraires et son fo rmat plus usuel (il s'agit du roman « L'énigme de la malle rouge »).
Car, si, de nos jours, plus grand monde ne se souvi ent de ce roman, il a pourtant fait, à l'époque, le succès de son auteur et on le comprend très aisément à la lecture du texte.
« L'énigme de la malle rouge » est un roman intéres sant à plus d'un niveau.
Tout d'abord, c'est le texte liminaire qui introdui t le personnage du détective Paddy WELLGONE.
Ensuite, parce que, bien que le texte ait été écrit bien des années avant les autres formant la collection qui vous est aujourd'h ui présentée, c'est également le moins daté tant dans le style, dans la narration , dans l'histoire et dans le format. Il faut avouer qu'il a pour lui l'avantage d'être un roman de taille classique là où les autres ont été écrits pour des collections de fascicules de 32 à 64 pages (modèles courants de la littérature popu laire de la première moitié du ème XX siècle).
Enfin, parce que, étant donné sa taille, c'est le t exte qui propose l'intrigue la plus développée et qui démontre le mieux les qualit és littéraires de la plume de H.-J. MAGOG. Car, tout est présent dans ce roman : le mystère, l'humour, l'aventure, les sentiments, les multiples rebondiss ements et l'intrigue.
Mais, ce n'est pas pour autant qu'il faille bouder les autres titres de la collection, car, s'ils sont plus ancrés dans un sty le et un format qui n'ont plus cours de nos jours, ils n'en sont pas moins emprein ts d'un intérêt et d'un charme qui font tout l'attrait de la littérature populaire de l'époque.
Enfin, pour finir de replacer le personnage et son auteur dans leurs contextes, il est utile de préciser que la Collecti on« L'illustre détective Paddy WELLGONE » s'attache els ilà regrouper les divers textes dans lesqu apparaît, mais ne les proposera pas forcément dans l'ordre d'écriture.
Il est à noter que « Le testament fantôme » qui app arut dix ans après « L'énigme de la malle rouge » vous est proposé en premier, et même offert, et ce pour plusieurs raisons.
Tout d'abord, si « L'énigme de la malle rouge » est chronologiquement le premier texte faisant apparaître le personnage, cel ui-ci, vous le découvrirez à la lecture, n'est pas le héros de l'histoire, tout en l'étant, mais sans vraiment l'être (oui, il faut vraiment lire ce titre pour comprendr e cette présentation énigmatique).
Ensuite, parce qu'il est de la volonté d'OXYMORON Éditions, lors de toute série regroupant les textes autour d'un même person nage, d'offrir aux lecteurs le premier de ceux-ci afin de leur permettre de découv rir le héros et la plume de l'auteur. Cependant, étant donné le travail qu'a ré clamé la réédition de « L'énigme de la malle rouge », de par sa taille pl us conséquente, de par le fait qu'elle s'appuie sur la première édition dans le qu otidien« Le Journal » et qu'il est toujours plus difficultueux de trouver les diza ines de numéros du journal et de travailler un texte à multiples colonnes afin de produire une réédition aussi irréprochable que les autres, il était contre-produ ctif de l'offrir, malgré toute notre bonne volonté. C'est la raison pour laquelle lui a été préféré « Le testament du fantôme » pour les raisons susnommées.
Enfin, la réédition dans l'ordre d'écriture n'est p as justifiée, ici, du fait qu'il n'existe pas de fil rouge conducteur rattachant un épisode à un autre et que le personnage n'évolue pas avec le temps…
Pour être complet sur le sujet, voici la liste non exhaustive des premières éditions des titres à venir dans la collection :
N° 0 : « L'énigme de la malle rouge »
- 1912 : feuilleton de« Le Journal » sous le titre de« L'énigme de la malle
rouge », signéH.-J. MAGOG.
- 1912 : roman sous le titre de« L'énigme de la malle rouge », Éditions Tallandier, signéH.-J. MAGOG.
- 1914 : roman sous le titre de« L'enimma del baule rosso »Collection — « Il romanzo MENSILE », signéH.-J. MAGOG.
- 1928 : feuilleton de« Le Populaire » sous le titre de« L'énigme de la malle rouge », signéH.-J. MAGOG.
- 1929 : roman sous le titre« L'énigme de la malle rouge » — Collection « Du lecteur », Éditions Cosmopolites, signéH.-J. MAGOG.
- 1929 : roman sous le titre de« El enigma de la maleta roja »— Collection « Moderna de Novelas de Aventuras de gran émocion », Éditions Eds Iberia, signéH.-J. MAGOG.
- 1930 : feuilleton de« L'écho d'Alger » sous le titre de« L'énigme de la malle rouge », signéH.-J. MAGOG.
- 1932 : feuilleton de« Le Nouvelliste Valaisan »sous le titre de« L'énigme de la valise rouge », signéH.-J. MAGOG.
- 1937 : roman sous le titre de« Le cadavre dans le tunnel » signé Paddy WELLGONE— Collection« Police Secours »,Éditions R. Simon.
N° 1 : « Le testament du fantôme »
- 1921 : signéH.-J. MAGOG — Collection« Mon Roman Policier », ère 1 série, Éditions Ferenczi.
- 1935 : signéH.-J. MAGOG — Collection« Police et Mystère », Éditions Ferenczi.
N° 2 : « L'escalier de feu »
- 1922 : signéH.-J. MAGOGCollection — « Mon Roman Policier », ère 1 série, Éditions Ferenczi.
- 1936 : signéH.-J. MAGOGCollection — « Police et Mystère », Éditions Ferenczi.
- 1941 : signéJean de LAON, Éditions R. SIMON.
N° 3 : « Le masque à lunettes »
- 1923 : signéH.-J. MAGOG — Collection« Mon Roman Policier »,
ère 1 série, Éditions Ferenczi.
- 1933 : signéH.-J. MAGOG — Collection« Police et Mystère », Éditions Ferenczi.
N° 4 : « La banque mystérieuse »
- 1935 : signéH.-J. MAGOGCollection — « Police et Mystère », Éditions Ferenczi.
N° 5 : « L'inexplicable vol »
- 1941 : signéYves CHORSIN, Éditions R. SIMON.
N° 6 : « Le diabolique enlèvement »
- 1921 : signéH.-J. MAGOGCollection — « Police et Mystère », Éditions Ferenczi.
- 1935 : signéH.-J. MAGOG — Collection « Police et Mystère », Éditions Ferenczi.
N° 7 : « La périlleuse attraction »
- 1922 : signéH.-J. MAGOG — Collection« Mon Roman Policier », ère 1 série, Éditions Ferenczi.
- 1935 : signéH.-J. MAGOG — Collection« Police et Mystère », Éditions Ferenczi.
PADDY WELLGONE,
L’ILLUSTRE DÉTECTIVE PRIVÉ
L'ÉNIGME DE LA MALLE ROUGE
Roman policier
H.J. MAGOG
CHAPITRE I
L'imposture d'Antonin Bonassou
Jevenais tout juste de rentrer chez moi, quand on fra ppa à ma porte deux coups discrets.
— Entrez ! criai-je, ainsi que j'avais coutume de le faire.
La porte s'entrebâilla aussitôt et laissa paraître une silhouette placide de bureaucrate, tandis qu'une voix déférente demandait :
— M. Wellgone ?
— C'est ici, répondis-je avec assurance.
En réalité, j'affirmais une chose inexacte, et le s ouci de la vérité aurait dû me faire déclarer :
— M. Wellgone habite à côté et il est absent. Mais, moi, Antonin Bonassou, son voisin de palier, je me suis chargé de répondre à ses visiteurs. Et c'est pourquoi vous avez trouvé sa carte sur ma porte.
Mais cela faisait bien des explications et je trouv ais plus simple – plus agréable aussi, pour mon amour-propre – de répondre tout bonnement :
— C'est ici.
On se demandera sans doute quel personnage importan t pouvait s'être logé à l'étage supérieur d'une maison de la rue de la Po issonnerie, dans le quartier pittoresque, mais peu élégant, du vieux Nice, et qu elle vanité on pouvait tirer du fait de le représenter.
Pourtant, c'était bien une célébrité – à mes yeux, surtout – qui habitait, porte à porte avec moi, l'équivalent de mon modeste garni . Et je n'avais pas été peu surpris, en déchiffrant un soir – il y avait de cel a une quinzaine – le nom de mon nouveau voisin.
« Paddy Wellgone, détective privé », annonçait la carte de visite qu'il avait clouée sur sa porte.
J'en étais demeuré pétrifié. N'avais-je pas lu ving t fois, dans les journaux, ce nom mêlé aux aventures les plus passionnantes ? Pou r moi, qui ne me nourrissais que de cette littérature et qui avais s ouvent formé le vœu de devenir l'émule et le rival du grand détective, rien ne pou vait m'émouvoir davantage que la pensée de vivre auprès de mon héros.
Je rêvai aussitôt aux drames les plus compliqués. S eul, un mystère à élucider pouvait l'avoir décidé à venir se cacher e n ce piètre logis. Dans mon
exaltation, j'oubliais que la carte contredisait mo n hypothèse. On ne se cache point en affichant son nom.
Quoi qu'il en fût, le mystère existait bel et bien. Car, à peine installé, Paddy Wellgone s'était empressé de disparaître. À ma gran de déception, j'appris son départ avant même d'avoir pu l'entrevoir.
— Il est allé faire un tour en Amérique, m'apprit m a propriétaire. Il ne reviendra que dans deux mois. Mais, il ne veut pas qu'on le sache. Si on le demande, je dois dire qu'il habite bien chez moi, m ais que j'ignore à quelle heure il rentrera. Merci de la corvée. Avec le méti er qu'il fait, ça doit être un défilé, chez lui !
J'entrevis aussitôt la possibilité de gagner tout à la fois les bonnes grâces de ma propriétaire et celles du détective.
Insidieusement, je proposai à l'excellente dame de me charger de la corvée. Je répondrai quand j'y serai. Assurément, les visit eurs ne pouvaient perdre au change, car elle demeurait rarement chez elle, aima nt mieux courir le quartier en quête de commérages.
Pour simplifier, même, j'offris de déclouer la cart e et de la placer sur ma propre porte. Cela me concéderait l'autorité nécess aire pour expédier les importuns au nom du détective, tout en les laissant persuadés de sa présence à Nice.
Ma propriétaire accepta, avec des remerciements. Et j'escomptai, en mon for intérieur, ceux, plus appréciables, que Paddy W ellgone ne manquerait pas d'y joindre, lors de son retour.
Les premiers jours, ma complaisance ne fut nullemen t mise à l'épreuve. J'en conçus du dépit ; car, déjà, j'espérais quelque pre stige de la mission que je m'étais arrogée.
Puis, le nom du détective ayant été mentionné par u ne feuille locale, dans une liste d'arrivées à Nice, quelques visiteurs se présentèrent. Je les congédiai, non sans m'être risqué à les questionner, en leur a ssurant que Paddy Wellgone s'occuperait fort prochainement de leur affaire et les convoquerait dès que besoin serait. Imperturbablement, je prenais, à cet effet, leur nom et leur adresse, en leur affirmant qu'il était inutile de v erser une « provision ».
J'avoue que cette comédie me grisait. Parfois, je m e figurais être moi-même le grand détective, et c'est peut-être pour l'espoi r secret de le laisser croire aux gens que, lorsqu'on demandait Paddy Wellgone, je ré pondais par cette formule ambiguë :
— C'est ici.
Et j'ajoutais, prenant les devants, pour éviter une question plus précise :
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents