Les caves du Cosmopolite
62 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Les caves du Cosmopolite , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
62 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Jim PATERSON, alias « Mister Silence », a été jeté au fond d’un puits dans une cave de l’hôtel Cosmopolite par les hommes de La Main Jaune, son ennemi juré.


Quand l’eau se met à monter, Jim PATERSON sent l’espoir le quitter. Les chances de survivre s’amenuisent rapidement.


Mais, contre toute attente, le puits se vide d’un coup, la dalle fermant le conduit se lève et une voix lui promet que bientôt, Betty, sa jeune épouse, va le rejoindre dans l’adversité et la mort...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9791070036129
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

- 6 -

LES CAVES DU COSMOPOLITE
Récit policier
CHAPITRE PREMIER
 
Jim Paterson prêta l'oreille.
Il avait cru entendre marcher au-dessus de sa tête. Mais ce craquement, il s'en aperçut, n'était dû qu'au travail d'un rat qui, glissant sur la pierre humide du puits, lui tomba sur le dos et plongea dans l'eau près de lui.
Paterson battit le briquet, essaya d'apercevoir l'animal et le vit qui nageait rapidement vers la grille fermant l'extrémité du boyau dont il avait noté l'existence.
Paterson éteignit son briquet et, adossé à la paroi du puits, essaya de réfléchir.
Il ne s'était jamais encore trouvé dans une situation aussi désespérée depuis le début de sa carrière déjà longue.
À la vérité, il n'avait aucun espoir d'en sortir !
Muré dans un trou infect, il y laisserait la vie, sans que l'on se doutât jamais qu'il avait trépassé dans cette tombe prématurément ouverte.
Une goutte d'eau lui tomba sur le front.
Il était gelé.
Le niveau du puits était resté le même. Il s'en était assuré en tâtant sa ceinture. Non ! Il rêvait, l'eau ne montait pas !
— Si, par un hasard diabolique, cette damnée mixture moisie augmentait de volume, je suis perdu ! Perdu un peu plus vite... Je nagerai bien une heure ou deux, mais ensuite...
L'idée fit son chemin dans son cerveau enfiévré.
Depuis qu'il avait été culbuté dans son égout par ses adversaires, il avait tellement pensé à vivre, qu'il en arrivait à s'attacher vraiment au désir de sortir de là !
Et, pourtant, il eut l'impression que cette fois il ne faisait pas erreur ! Les gouttes d'eau pleuvaient à présent sur lui, et, trempé par le bas, aspergé par le haut, il ne fut bientôt plus qu'un être grelottant de froid, que gagnait dans le soir une terreur folle de mourir ignoré de tous !
Il serra les dents pour ne pas appeler. Il ne voulait pas donner cette joie aux autres... (1)
Il jaugea le niveau...
— Il a monté de près d'un demi-yard !
Il chercha du bout des pieds un appui sur le mur, pour se hausser un peu, mais en vain !
À ce moment, une chute plus violente aggrava si bien la situation qu'il se trouva plongé dans l'onde jusqu'au cou !
— Allons ! Il faut nager sur place, pour flotter jusqu'à la limite des forces humaines ! soupira Paterson. Ils veulent me noyer lentement, à ce que je comprends ?
Il se reposa un instant sur la pointe des pieds, mais l'eau montait toujours, il dut se résigner à nager en rond, se maintenant à la surface à grands coups de jarrets...
— Je ne vais pas tenir longtemps à ce régime ! Cette fois, c'est la fin ! Adieu, Betty !
Éreinté, à bout de forces, il se laissa couler !
Par réflexe, il revint à la surface, aspira une bouffée d'air...
— À quoi bon ! soupira-t-il.
Oui, à quoi bon lutter contre toute espérance, puisque rien ni personne ne le sauverait ?
Il s'abîmait dans ces considérations moroses, quand il eut l'impression que quelque chose se préparait...
Un bruit étrange, comme un énorme glouglou, sous lui...
Avant qu'il ait eu le temps de réaliser, il se retrouva debout au fond du puits, brusquement vidé de tout élément liquide.
— Damned ! J'y suis... Le trou, c'est un siphon ! Quand le puits est plein, hop... il fonctionne... Ouf ! J'ai eu chaud !
C'était vrai ! Il suait sous ses vêtements trempés. Une sueur bienfaisante qui lui dénouait les muscles et l'aidait à retrouver son équilibre nerveux.
— Voilà qui me donne le temps de décider de la suite !
Il calcula qu'il devait être là depuis deux heures au moins. Il revit la scène. Dans la cave de l'hôtel Cosmopolite où on l'avait entraîné, ils étaient quatre, et une voix. Une voix que l'on entendait très bien, une voix qui ne lui était pas inconnue...
Il avait lutté, tenté l'impossible, et puis deux de ses adversaires avaient enfin pu le jeter dans ce trou...
C'était tout !
Soudain, des pas se firent entendre au-dessus de lui. Cette fois, il ne rêvait pas !
Une vive lumière inonda le puits et, en levant les yeux, Paterson vit se découper dans sa nuit le trou rond de la dalle que l'on avait soulevée.
— Salut, Jim ! Voilà de la visite ! lui lança quelqu'un qui se pencha au-dessus du puits.
Il reconnut l'un de ceux qui l'avaient mis dans cette mauvaise position. Mais, en même temps, son cœur se serra, car il venait d'apercevoir le visage de Betty...
— On va t'envoyer ta femme pour te tenir compagnie ! Tu vois que nous tenons nos promesses ! nargua l'autre.
Quelques secondes affreuses s'écoulèrent, et le buste de la jeune femme apparut au-dessus de Jim qui tendit les bras.
— Jim... mon chéri !...
Elle tombait, tête première...
Paterson la stoppa au passage et la déposa près de lui.
— Betty... comment se fait-il...
On replaçait déjà la dalle sur le trou...
— Amusez-vous bien, les tourtereaux ! ironisa l'un des vainqueurs. Et dormez bien aussi ! Vous en avez pour l'éternité ! Ne vous pressez pas !
L'obscurité se fit, brusquement... Le silence retomba.
— Oh !... Jim... C'est atroce ! balbutia, Betty. Ils sont décidés à nous laisser mourir là-dedans... Ils me l'ont dit on me conduisant ici !
— Comment as-tu pu tomber dans leurs mains ? Tu étais en sûreté à Harlem... Pourquoi...
— J'ai reçu, voici deux heures, un coup de téléphone. Un correspondant inconnu m'annonça que tu venais d'être blessé et s'annonça comme étant le docteur Duck, de l'Hôpital de New Jersey. Il m'invita à venir de toute urgence à ton chevet...
— Et tu as donné dans le panneau, pauvre chérie ?
— Évidemment... Je me suis affolée... J'ai pris le premier taxi que j'ai trouvé. Il y en avait un, libre, presque à la porte... En cours de route, une voiture nous a doublés et le chauffeur a stoppé. On m'a fait monter dans ce véhicule et conduite ici, au Cosmopolite...
— Bien joué ! Si un jour, j'en ai la possibilité, je leur ferai payer tout ça en gros et en détail !
— Nous nous sauverons, Jim... J'en suis sûre ! Courage...
— Oh !... J'en ai, du courage ! grogna Jim. Seulement, il faut proportionner la dose…
— Nous ne lutterons pas seuls ! Il y a les amis de Morgan et de Heaven Father...
— C'est bien le cas ou jamais de compter sur des nègres dans ce tunnel ! soupira Paterson... Non, crois-moi Betty, le salut viendra de nous, de nous seuls !
— Tu as une idée, Jim...
— Si seulement mon briquet n'était pas mouillé, j'aurais pu faire un peu de lumière et je t'aurais montré ça...
...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents