3 - Cartel Robotique
67 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

3 - Cartel Robotique , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
67 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Présentation de la série :







Après une guerre planétaire, quelques cités survivantes devinrent des mégalopoles repliées sur elles-mêmes et totalement indépendantes, tant d’un point de vue énergétique qu’informatique, transformant le réseau internet en un système local. Les décisions politiques et sociétales se limitèrent aux habitants de ces tentaculaires rassemblements humains.







Dans l’une de ces mégalopoles coupées du reste du monde, les drones se sont développés au point d’être omniprésents, au détriment des robots en général, et des androïdes en particulier. Historiquement compréhensible, cet état de fait est devenu le quotidien des millions d’âmes vivant au sein de cette immense cité.







Cette situation de monopole satisfait les habitants et le consortium à la tête des industries productrices de drones, mais un groupement de sociétés spécialisé en robotique complote. Au fil d’années de lutte industrielle, les deux responsables de ces puissantes holdings ont depuis longtemps dépassé le point de non-retour dans leur antagonisme.





L’affrontement est devenu inévitable !





Épisode 3


Dans la mégalopole, la vie continue malgré les récents événements meurtriers. Un nouveau commerce se développe dans le domaine des animaux artificiels, tandis que de folles rumeurs courent sur les réseaux sociaux. Le secteur des affaires est mis en ébullition par les récents événements.


De leur côté, les services de police piétinent sur les enquêtes en cours. Les indices sont maigres, et les motivations des criminels demeurent imprécises.


Le nouveau patron du consortium régnant sur le monopole des drones se trouve confronté à des prises de décisions bien complexes pour sa jeune expérience des affaires. Le pauvre n’est pas au bout de ses peines, car une nouvelle tragédie se trame...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782369762027
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0011€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Christian Perrot
Cartel Robotique
Episode 3
Collection Lune Etoilée
Lune Ecarlate Editions
Cartel Robotique Mentions légales ÉPISODE III
Table des Matières
Mentions légales
© 2016 Christian Perrot. Illustration © 2016 Nathy. Édité par Lune-Écarlate 66 rue Gustave Flaubert 03100 Montluçon, France. Tous droi ts réservés dans tous pays. ISBN 978-2-36976-202-7. Le code de la propriété intellec tuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collectiv e. Toute représentation ou représentation intégrale ou partielle faite par que lques procédés que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit, es t illicite et constitue une contrefaçon au terme des articles L,122,-5 et L,335 -2 et suivant du code la propriété intellectuelle.
Si vous rencontrez un souci avec votre ebook à caus e d'un DRM (que nous ne mettons pas) ou pour tout autre soucis veuillez nou s contacter à contact@lune-ecarlate.com
Pour suivre toute notre actualité : http://www.lune-ecarlate.com
ÉPISODE III
Face à face, uniquement séparés par la barrière imm atérielle d’un seuil de porte, Cecilian Adomei et Christopher Céphéides se toisaie nt du regard. Du haut de son mètre soixante-dix, le plus jeune devait lever la t ête afin de plonger ses yeux clairs dans ceux, bien plus sombres, de son rival. — Je vous croyais plus âgé, Monsieur Céphéides. L’interpellé haussa ses épaules en un geste d’impui ssance. — Vous n’êtes pas le bienvenu, ici, ajouta Cecilian . — L’ai-je été seulement une fois, le bienvenu, en c e bureau ? — Le temps de mon père est révolu ! Les anciens acc ords ne sont plus d’actualité. — Je suppose, néanmoins, que les désaccords persist ent, répliqua Christopher. Ne puis-je entrer un instant ? Cecilian consentit à céder le passage à son visiteu r. Sans s’abaisser néanmoins à lui présenter un siège ou à lui proposer une boisso n. Le nouveau responsable du consortiumnnovationsDrones Omnicompetents Multiforms Engineering I  All sa reprit place derrière le bureau de feu son père, Kelyann A domei. — Je vous écoute ! annonça-t-il en croisant ses mai ns sur sa poitrine. Annoncez ce que vous désirez me dire et finissons-en. — Je suis impressionné, admit Christopher. Malgré v otre jeune âge, vous faites preuve d’un aplomb face à une situation tout à la f ois inhabituelle et éprouvante qui aurait sans doute plu à votre géniteur. — Venez-en au fait, s’il vous plaît ! — Bien, puisque vous le prenez ainsi. J’ai été long temps en désaccord avec votre père, c’est vrai. Il ne m’a pas facilité la vie, je dois bien vous l’avouer. À cause de lui, de ses choix et de ses votes dans certains conseils d’administration, j’ai perdu beaucoup d’un point de vue commercial. Par chance, j’ai d’autres activités que la construction de robots humanoïdes, sans quoi j’aura is été ruiné depuis fort longtemps. Mais ce n’est pas là le but réel de ma venue. Je su is ici pour vous proposer mon aide. Ou, tout du moins, vous offrir d’atténuer quelque p eu la mauvaise image que vous avez sans doute de moi. — Je n’ai besoin d’aucune aide ! Surtout pas la vôtre. — Ne vous entêtez pas, voyons. J’ai appris que le d rone personnel de votre père était défectueux. Je souhaite, en gage de ma bonne foi à votre égard, vous faire don de notre tout dernier modèle de garde du corps robo t. Un homme ou une femme, à votre convenance. Vous pouvez même choisir ses mens urations, la couleur de ses cheveux, de ses yeux et de sa peau. Les vêtements s eront offerts, bien évidemment. — Je n’en ai nul besoin, merci bien. — Un homme placé à la tête d’un empire tel que le v ôtre doit être protégé. Physiquement surtout. Qui sait quel mécontent agres sif pourrait croiser votre route… Si c’est l’aspect humanoïde qui vous dérange, je peux demander une version plus robotisée spécialement pour vous. C’est bien moins agréable à l’œil, mais si tel est votre souhait, le client est roi. — Si c’était là l’unique raison de votre visite, je ne vous retiens pas. — En vérité, pas tout à fait, avoua Christopher. J’envisageais également de… Un petit « bip » à peine audible s’éleva. D’un coup d’œil rapide, le fondateur de Céphéides Roboticsminusculeobserva son poignet gauche. Cecilian y discerna un
chronogramme sur lequel clignotait une petite lueur écarlate. — Je parle, je parle, reprit Christopher. J’en oubl ierais presque d’autres rendez-vous aussi importants, sinon davantage, que le nôtre. — Nous n’avions pas rendez-vous ! — Quel sens de la précision ! C’est bien, je vous e n félicite. En ce cas, je vous remercie de m’avoir accueilli avec tant d’hospitali té. Je vous enverrai votre nouveau garde du corps sous peu. — Je n’en veux pas ! s’écria Cecilian. Je détruirai tout ce que vous m’enverrez. À mains nues, s’il le faut. — Nous verrons, nous verrons. Au plaisir de vous re voir, cher ami… Sur ces derniers mots, Christopher Céphéides se hât a de quitter les lieux en claquant la porte du bureau derrière lui. L’homme parti, Cecilian souffla longuement pour lib érer la pression concentrée dans son organisme. Il avait tout fait pour ne rien laisser paraître, mais il avait eu peur comme jamais. Après les questions ciblées du commis saire, le jeune homme supposait un lien de cause à effet entre le décès d e son père et le fondateur de Céphéides Robotics. En le trouvant ainsi à sa porte sans l’avoir invi té, il avait craint le pire. Un mouvement dans son dos le fit sursauter. Il fit pivoter son fauteuil et s’effraya en discernant, au travers de la baie vitrée, des mouve ments d’objets à l’extérieur. Sauf qu’il se trouvait au dix-septième étage, bien plus haut que les principaux couloirs de circulations urbains. Des drones patrouilleurs, peu t-être, mais que leur arrivaient-il pour venir ainsi frôler sa fenêtre ? Cecilian Adomei crut avoir une crise cardiaque lors que la porte de son bureau s’ouvrit avec fracas. L’adrénaline le fit bondir de son fauteuil, debout et tétanisé en un battement de cil. Dans la seconde suivante, il vit arriver un groupe d’hommes armés portant des tenues d’intervention sombres. Il souff la de soulagement en reconnaissant des uniformes de la police. — Où est-il ? questionna l’un des nouveaux venus. — Qui donc ? — Vous étiez seul, à l’instant ? — Pour vous répondre avec franchise, non. Monsieur Christopher Céphéides quitte à l’instant mon bureau. — Prenez-le en chasse ! ordonna le policier en effe ctuant une volte-face rapide. Nous pouvons encore le coincer. À nouveau seul, le dernier représentant de la famil le Adomei se laissa tomber dans son fauteuil, les jambes tremblantes de stress. Que lle soirée ! Son cœur palpitait tant qu’il semblait à la limite de la rupture. Il n’avait pas repris son rythme normal qu’une autr e personne entrait dans le bureau. La démarche claudicante et la canne à pomme au d’argent rassurèrent néanmoins le jeune homme. — Il a échappé à mes hommes ! annonça avec dépit le commissaire David « Lame » Alexander. — Que reprochez-vous à Christopher Céphéides ? se força à questionner Cecilian. Un rictus indéfinissable déforma le visage du polic ier, mi-surpris, mi-ravi. — Je m’en doutais ! Si seulement la loi nous autori sait à interpeller les individus sur simple soupçon. Il serait déjà en garde-à-vue. Cecilian quitta sa place et se rapprocha du frigo-b ar placé dans un coin du vaste bureau.
— Vous savez quoi ? commença-t-il en souriant. J’ai besoin d’un verre. Je viens de vivre des minutes éprouvantes au moins d’un point d e vue mental. Si vous vouliez m’accompagner et m’expliquer la situation, je vous en serais reconnaissant. L’enquêteur en chef accepta la proposition et comme nça à résumer ce qu’il savait. Le jeune Adomei se félicita de s’être assis avant l es révélations, car elles lui coupèrent bras et jambes.
* * *
Durant la semaine suivante, les habitués circulant dans « Le Centre » purent voir les scellés de la police levés de l’ancien magasinDrones & Drones. Avant la mi-journée, une équipe d’ouvriers vint dégager les lie ux dévastés par l’explosion. Puis, peu à peu, ils travaillèrent à remettre en état le local commercial. Quelques badauds s’arrêtèrent pour observer les hommes en salopette, portant gants, masque, casque et lunettes de chantier conformément aux lois en vigue ur dans la profession du bâtiment. Ce qui surprit le plus les promeneurs fut le fait q u’aucun drone n’assistait les ouvriers, comme dans «l’ancien temps» où les travaux publics dépendaient surtout de la force physique. Ensuite, l’équipe en question posa des pl aques protégeant, mais surtout occultant, la zone en rénovation. Les curieux n’ava ient plus qu’à passer leur chemin.
* * *
David « Lame » Alexander mettait la dernière main a ux deux dossiers sous sa responsabilité dans le calme relatif de son bureau. L’affaire de la destruction du magasinDrones & Drones avait tourné court. En l’absence d’indices exploitables et de revendicatio n terroriste, l’enquête était au point mort. Si le dossier n’était pas classé pour autant, il se trouvait gelé jusqu’à ce qu’un élément nouveau vienne relancer...
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents