De la Terre à la Lune
95 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

De la Terre à la Lune , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
95 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Privés de l'excitation de la guerre de Sécession, terminée en 1865, les membres du Gun-Club de Baltimore, passionnés de balistique et d'artillerie, applaudissent le projet de leur président, Impey Barbicane : expédier un obus sur la Lune. Jugée possible par les astronomes de l'observatoire de Cambridge, l'entreprise est aussitôt financée par une souscription internationale. Seul le capitaine Nicholl de Philadelphie, grand rival de l'artilleur Barbicane, parie sur un échec. On commence immédiatement en Floride la fabrication de la Columbiad, un canon long de 300 mètres! Malgré d'immenses difficultés, l'opération est menée à bien grâce aux techniques les plus modernes. L'affaire se corse quand un original français, Michel Ardan, se déclare prêt à partir dans l'obus...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 août 2011
Nombre de lectures 212
EAN13 9782820609762
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0011€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

De la Terre la Lune
Jules Verne
1865
Collection « Les classiques YouScribe »
Faitescomme Jules Verne, publiez vos textes sur YouScribe
YouScribevous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-noussur :

ISBN 978-2-8206-0976-2
Chapitre 1 Le Gun-Club

Pendant la guerre fédérale des États-Unis, un nouveau club trèsinfluent s’établit dans la ville de Baltimore, en plein Maryland.On sait avec quelle énergie l’instinct militaire se développa chezce peuple d’armateurs, de marchands et de mécaniciens. De simplesnégociants enjambèrent leur comptoir pour s’improviser capitaines,colonels, généraux, sans avoir passé par les écoles d’applicationde West-Point [1] ; ils égalèrent bientôt dans «L’art de la guerre » leurs collègues du vieux continent, et commeeux ils remportèrent des victoires à force de prodiguer lesboulets, les millions et les hommes.
Mais en quoi les Américains surpassèrent singulièrement lesEuropéens, ce fut dans la science de la balistique. Non que leursarmes atteignissent un plus haut degré de perfection, mais ellesoffrirent des dimensions inusitées, et eurent par conséquent desportées inconnues jusqu’alors. En fait de tirs rasants, plongeantsou de plein fouet, de feux d’écharpe, d’enfilade ou de revers, lesAnglais, les Français, les Prussiens, n’ont plus rien àapprendre ; mais leurs canons, leurs obusiers, leurs mortiersne sont que des pistolets de poche auprès des formidables engins del’artillerie américaine.
Ceci ne doit étonner personne. Les Yankees, ces premiersmécaniciens du monde, sont ingénieurs, comme les Italiens sontmusiciens et les Allemands métaphysiciens,— de naissance. Rien deplus naturel, dès lors, que de les voir apporter dans la science dela balistique leur audacieuse ingéniosité. De là ces canonsgigantesques, beaucoup moins utiles que les machines à coudre, maisaussi étonnants et encore plus admirés. On connaît en ce genre lesmerveilles de Parrott, de Dahlgreen, de Rodman. Les Armstrong, lesPallisser et les Treuille de Beaulieu n’eurent plus qu’à s’inclinerdevant leurs rivaux d’outre-mer.
Donc, pendant cette terrible lutte des Nordistes et desSudistes, les artilleurs tinrent le haut du pavé ; lesjournaux de l’Union célébraient leurs inventions avec enthousiasme,et il n’était si mince marchand, si naïf « booby » [2] , qui ne se cassât jour et nuit la tête àcalculer des trajectoires insensées.
Or, quand un Américain a une idée, il cherche un secondAméricain qui la partage. Sont-ils trois, ils élisent un présidentet deux secrétaires. Quatre, ils nomment un archiviste, et lebureau fonctionne. Cinq, ils se convoquent en assemblée générale,et le club est constitué. Ainsi arriva-t-il à Baltimore. Le premierqui inventa un nouveau canon s’associa avec le premier qui lefondit et le premier qui le fora. Tel fut le noyau duGun-Club [3] . Un mois après sa formation, il comptaitdix-huit cent trente-trois membres effectifs et trente mille cinqcent soixante-quinze membres correspondants.
Une condition—sine qua non—était imposée à toute personne quivoulait entrer dans l’association, la condition d’avoir imaginé ou,tout au moins, perfectionné un canon ; à défaut de canon, unearme feu quelconque. Mais, pour tout dire, les inventeurs derevolvers quinze coups, de carabines pivotantes ou desabres-pistolets ne jouissaient pas d’une grande considération. Lesartilleurs les primaient en toute circonstance.
« L’estime qu’ils obtiennent, dit un jour un des plus savantsorateurs du Gun-Club, est proportionnelle « aux masses » de leurcanon, et « en raison directe du carré des distances » atteintespar leurs projectiles !
Un peu plus, c’était la loi de Newton sur la gravitationuniverselle transportée dans l’ordre moral.
Le Gun-Club fondé, on se figure aisément ce que produisit en cegenre le génie inventif des Américains. Les engins de guerreprirent des proportions colossales, et les projectiles allèrent,au-delà des limites permises, couper en deux les promeneursinoffensifs. Toutes ces inventions laissèrent loin derrière ellesles timides instruments de l’artillerie européenne. Qu’on en jugepar les chiffres suivants.
Jadis, « au bon temps », un boulet de trente-six, à une distancede trois cents pieds, traversait trente-six chevaux pris de flancet soixante-huit hommes. C’était l’enfance de l’art. Depuis lors,les projectiles ont fait du chemin. Le canon Rodman, qui portait àsept milles [4] un boulet pesant une demi-tonne [5] aurait facilement renversé cent cinquantechevaux et trois cents hommes. Il fut même question au Gun-Clubd’en faire une épreuve solennelle. Mais, si les chevauxconsentirent à tenter l’expérience, les hommes firentmalheureusement défaut.
Quoi qu’il en soit, l’effet de ces canons était très meurtrier,et chaque décharge les combattants tombaient comme des épis sous lafaux. Que signifiaient, auprès de tels projectiles, ce fameuxboulet qui, Coutras, en 1587 mit vingt-cinq hommes hors de combat,et cet autre qui, à Zorndoff, en 1758 tua quarante fantassins, et,en 1742 ce canon autrichien de Kesselsdorf, dont chaque coup jetaitsoixante-dix ennemis par terre ? Qu’étaient ces feuxsurprenants d’Iéna ou d’Austerlitz qui décidaient du sort de labataille ? On en avait vu bien d’autres pendant la guerrefédérale ! Au combat de Gettysburg, un projectile coniquelancé par un canon rayé atteignit cent soixante-treizeconfédérés ; et, au passage du Potomac, un boulet Rodmanenvoya deux cent quinze Sudistes dans un monde évidemment meilleur.Il faut mentionner également un mortier formidable inventé parJ.-T. Maston, membre distingué et secrétaire perpétuel du Gun-Club,dont le résultat fut bien autrement meurtrier, puisque, son coupd’essai, il tua trois cent trente-sept personnes,—en éclatant, ilest vrai !
Qu’ajouter à ces nombres si éloquents par eux-mêmes ? Rien.Aussi admettra-t-on sans conteste le calcul suivant, obtenu par lestatisticien Pitcairn : en divisant le nombre des victimes tombéessous les boulets par celui des membres du Gun-Club, il trouva quechacun de ceux-ci avait tué pour son compte une « moyenne » de deuxmille trois cent soixante-quinze hommes et une fraction.
A considérer un pareil chiffre, il est évident que l’uniquepréoccupation de cette société savante fut la destruction del’humanité dans un but philanthropique, et le perfectionnement desarmes de guerre, considérées comme instruments de civilisation.
C’était une réunion d’Anges Exterminateurs, au demeurant lesmeilleurs fils du monde.
Il faut ajouter que ces Yankees, braves à toute épreuve, ne s’entinrent pas seulement aux formules et qu’ils payèrent de leurpersonne. On comptait parmi eux des officiers de tout grade,lieutenants ou généraux, des militaires de tout âge, ceux quidébutaient dans la carrière des armes et ceux qui vieillissaientsur leur affût. Beaucoup restèrent sur le champ de bataille dontles noms figuraient au livre d’honneur du Gun-Club, et de ceux quirevinrent la plupart portaient les marques de leur indiscutableintrépidité. Béquilles, jambes de bois, bras articulés, mains àcrochets, mâchoires en caoutchouc, crânes en argent, nez enplatine, rien ne manquait à la collection, et le susdit Pitcairncalcula également que, dans le Gun-Club, il n’y avait pas tout àfait un bras pour quatre personnes, et seulement deux jambes poursix.
Mais ces vaillants artilleurs n’y regardaient pas de si près, etils se sentaient fiers à bon droit, quand le bulletin d’unebataille relevait un nombre de victimes décuple de la quantité deprojectiles dépensés.
Un jour, pourtant, triste et lamentable jour, la paix fut signéepar les survivants de la guerre, les détonations cessèrent peu àpeu, les mortiers se turent, les obusiers muselés pour longtemps etles canons, la tête basse, rentrèrent aux arsenaux, les bouletss’empilèrent dans les parcs, les souvenirs sanglants s’effacèrent,les cotonniers poussèrent magnifiquement sur les champs largementengraissés, les vêtements de deuil achevèrent de s’user avec lesdouleurs, et le Gun-Club demeura plongé dans un désœuvrementprofond.
Certains piocheurs, des travailleurs acharnés, se livraient bienencore à des calculs de balistique ; ils rêvaient toujours debombes gigantesques et d’obus incomparables. Mais, sans lapratique, pourquoi ces vaines théories ? Aussi les sallesdevenaient désertes, les domestiques dormaient dans lesantichambres, les journaux moisissaient sur les tables, les coinsobscurs retentissaient de ronflements tristes, et les membres duGun-Club, jadis si bruyants, maintenant réduits au silence par unepaix désastreuse, s’endormaient dans les rêveries de l’artillerieplatonique !
« C’est désolant, dit un soir le brave Tom Hunter, pendant queses jambes de bois se carbonisaient dans la cheminée du fumoir.Rien faire ! rien à espérer ! Quelle existencefastidieuse ! Où est le temps où le

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents