26 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
26 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Une mère qui porte un lourd secret, et qui éprouve parfois de la répulsion pour son fils. Ce fils, le narrateur, qui fait souvent un rêve étrange sur un «autre père». Il n'en faut pas plus pour nous entraîner dans une histoire qui nous laissera sur les rivages étranges du fantastique...

Informations

Publié par
Date de parution 30 août 2011
Nombre de lectures 108
EAN13 9782820610072
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0011€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Un r ve
Ivan Sergue evitch Tourgueniev
1876
Collection « Les classiques YouScribe »
Faitescomme Ivan Sergue evitch Tourgueniev, publiez vos textes sur YouScribe
YouScribevous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-noussur :

ISBN 978-2-8206-1007-2
Chapitre 1

JE vivais alors avec ma mère dans une petite ville maritime, etvenais d'avoir dix-sept ans. Ma mère n'en avait pas trente-cinq —elle s'était mariée très jeune. Mon père était mort, commej'entrais dans ma septième année, mais je me souvenais fort bien delui.
Maman était une blonde, de faible taille, avec un visageagréable, mais toujours triste, une voix lasse et sourde, desgestes timides. Autrefois, elle avait été célèbre par sa beauté, etdepuis n'avait rien perdu de son charme, en dépit des atteintes dutemps. Jamais je n'ai vu des yeux plus profonds, plus doux et plusmélancoliques que les siens, de cheveux plus fins et vaporeux, demains plus gracieuses. Je l'adorais et elle m'aimait…
Pourtant, notre existence n'était pas des plus joyeuses ;un mal secret, immérité et incurable, semblait ronger ma mère. Etce n'était pas la douleur d'avoir perdu mon père, qu'elle avaitaimé passionnément et dont elle gardait pieusement le souvenir aufond de son cœur… Non, c'était tout autre chose, une sorte dedétresse inexplicable que je pressentais confusément, maissûrement, dès que je regardais ses yeux tendres et immobiles, seslèvres belles et closes, marquées d'un pli amer.
Maman m'aimait, ai-je dit ; malgré cela, il arrivaitqu'elle me repoussât comme si ma présence lui était devenuesubitement insupportable. Je lui inspirais une véritablerépulsion ; elle s'en repentait ensuite, me serrait sur soncœur, en pleurant, et me suppliait de lui pardonner. J'attribuaisces sortes d'accès à sa santé fragile, à sa douleur… N'étaient-ilspas dus plutôt à son propre caractère, à ces impulsions mauvaises,voire criminelles, qui se faisaient jour en moi, quoiquerarement ?… Je ne le crois pas, car les deux phénomènes necoïncidaient jamais.
Ma mère s'habillait toujours en noir, comme si elle continuaitde porter le deuil, mais nous vivions sur un assez large pied. Nosamis étaient peu nombreux.
Chapitre 2

J'ÉTAIS l'unique souci de maman, et nos deux existencesfaisaient corps, pour ainsi dire. Ces relations entre parents etenfants ne sont pas toujours recommandables… il arrive mêmequ'elles soient néfastes. Ajoutez à cela que j'étais fils unique…et la plupart des enfants qui se trouvent dans mon cas ne reçoiventpas une éducation normale. En les élevant, les parents songent tropà eux-mêmes… Cela n'est pas bon. Je n'étais ni gâté, ni aigri (deuxdéfauts qui guettent tous les enfants uniques), mais mon systèmenerveux avait été ébranlé prématurément. D'ailleurs, en général, masanté laissait fort à désirer : j'avais hérité cela de ma mère, àqui je ressemblais beaucoup, à tous les points de vue.
Je fuyais la société des garçons de mon âge, le commerce deshommes et même ma propre mère. Mes plaisirs préférés étaient lalecture, les promenades solitaires et la rêverie, surtout larêverie ! Ne me demandez pas à quoi je rêvais, car je nesaurais vous le dire. Quelquefois, il me semblait que je metrouvais devant une porte à moitié close, derrière laquelle il secachait des mystères insondables… J'étais là, inquiet, frissonnant,me demandant ce qu'il y avait de l'autre côté… je n'osais pointfranchir le seuil… J'attendais… J'attendais encore et toujours, oubien… je m'endormais.
Si j'avais eu la moindre inclination poétique, je me seraiscertainement mis à écrire des vers ; si j'avais été dévot, jeme serais fait moine… Je n'étais ni l'un ni l'autre, c'est pourquoije continuais de rêver — et d'attendre.
Chapitre 3

JE vous ai signalé déjà qu'il arrivait que je m'endormisse sousl'influence de rêveries confuses. Je dormais beaucoup, en général,et les rêves jouaient, dans mon existence, un rôle considérable :j'en faisais presque chaque nuit. Je ne les oubliais jamais, leurattribuais un sens secret et prophétique, tâchais de me lesexpliquer. Il y en avait qui revenaient régulièrement, et cela mesurprenait toujours. Un de mes songes, surtout, me troublait plusque les autres. Je marchais le long d'une ruelle étroite et malpavée, encadrée de maisons vétustes, à toits pointus. J'étais à larecherche de mon père, qui n'était pas mort et se cachait dans unede ces étranges bâtisses.

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text