Vibrations
392 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Vibrations , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
392 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Lorsque Anna, une jeune scientifique en physique des particules et en physique quantique, et Mik, son ami d’enfance, ingénieur en électronique et en informatique, inventent une machine capable de vibrer à plus de 10 % de la vitesse de la lumière, ils attisent la convoitise d’un riche et puissant industriel.
Aidés d’un professeur d’université, du tuteur d’Anna et de la mère de Mik, poursuivis par une inspectrice d’Interpol et pourchassés par l’industriel et ses hommes de main, ils devront affronter le passé pour sauvegarder leur découverte et trouver le moyen de survivre à leur ennemi.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 septembre 2014
Nombre de lectures 537
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0041€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

VIBRATIONS

Pierre Floret



© Éditions Hélène Jacob, 2014. Collection Science-fiction . Tous droits réservés.
ISBN : 978-2-37011-167-8
À mon père qui a suivi l’écriture de ce roman pas à pas,
Mais qui ne pourra, hélas, voir cette histoire publiée.
Merci pour tes réponses, pour tes leçons et pour ton amour,
Merci pour tous ces moments qui resteront à jamais gravés dans mon cœur.
Ce livre est pour toi, Papa.

À ma mère, pour son aide et son dynamisme,
Sans toi, je chercherais encore les fautes d’orthographe du premier chapitre.

À mon épouse, Melissa, qui a vu germer l’idée et qui m’a poussé à lui donner corps,

À mon frère, ma sœur et mon parrain pour leurs encouragements.

À Mireille, pour ses conseils et son soutien.
Chapitre 1 – Le vibrateur


12 avril 2014

Le stylet, qu’une main blanche aux doigts fins maniait nerveusement, courait sur la plaquette tactile de l’ordinateur. À l’écran, posé sur un bureau en chêne clair, les formules mathématiques défilaient rapidement.
Enfin, après une dernière équation, la main posa le stylet sur son socle puis vint ramener les cheveux blonds de la jeune femme en arrière. Ceux-ci caressèrent son cou fragile tandis que ses paupières se fermaient un instant. Elles se rouvrirent, dévoilant des yeux verts, fatigués d’avoir trop regardé l’écran luminescent.
Après un soupir, un sourire de satisfaction vint éclairer un instant le visage opalin de la jeune femme. Apparemment, ses formules tombaient juste, pour la énième fois. Elle fit légèrement tourner son fauteuil de bureau afin de regarder la pendule : 18 h 28. Elle referma les yeux et se fondit dans son siège.
L’obscurité de cette soirée d’avril envahissait déjà les recoins de la bibliothèque et la faible lueur de l’écran ne suffisait pas à éclairer les piles de livres entreposés çà et là sur les étagères, sur deux chaises ou à même le sol. Visiblement, Anna Mandeleiva n’était pas une fée du logis. D’ailleurs, depuis qu’elle était entrée au lycée, son tuteur – un homme rigide et très méticuleux – avait abandonné tout espoir de voir un jour cette pièce rangée à son idée.
Dans son dos, quelqu’un frappa soudain à la porte. Toc… Toc… Toc. Toc. Toc… Toc. Toc.
Entre, Mik, annonça la voix douce et lasse d’Anna.
Un jeune homme athlétique pénétra dans la bibliothèque. Typé indien, il avait les yeux marron foncé et la peau légèrement bronzée. Ses cheveux noirs en bataille et ses vêtements mal ajustés lui conféraient un aspect négligé. Son intonation seule trahissait son assurance et, pour l’heure, sa curiosité.
Coucou, Anna ! lança-t-il. Qu’il fait sombre ici, ajouta Mik en allumant.
Appelle-moi Professeur, lâcha-t-elle d’un ton calme. Alors ?
Alors… ça marche. Enfin, en théorie. J’ai suivi tes directives. Je l’ai chargé à fond, mais sans le mettre en marche. Et maintenant ?
Le visage d’Anna, une fois de plus, s’illumina d’un sourire tandis qu’elle faisait pivoter sa chaise pour faire face au jeune homme. Son regard se posa alors sur l’objet que Mik tenait dans ses mains en le lui présentant de manière presque respectueuse. Elle le saisit et commença à l’inspecter, le tournant en tous sens.
C’était un bracelet en laiton de dix-sept centimètres de longueur qui épouserait parfaitement l’avant-bras gauche de son porteur. Sur sa partie supérieure, un épais boîtier rectangulaire lui donnait un aspect imposant. En haut à gauche du boîtier, un interrupteur à deux positions semblait attendre qu’on le place sur « ON ». Cet interrupteur était suivi d’une ligne luminescente verte finissant par un symbole de batterie ; jauge sous laquelle une fente courait sur toute la longueur du boîtier, permettant de déplacer une aiguille sur une règle graduée de 8 à 100.
Dans sa partie intérieure, le bracelet dévoilait l’extrémité de dizaines de petites billes de céramique sortant du boîtier. Trois attaches réglables devaient se clipser pour maintenir l’engin au bras.
Alors, ça sert à quoi ? questionna Mik.
Hein ? fit Anna sans lever les yeux.
Je te demande à quoi ça sert !
Ah ! À voyager dans le temps, répondit-elle distraitement après un moment de silence.
Elle releva légèrement la tête afin de voir l’expression de Mik. Il était perplexe et cela amusait beaucoup Anna. Elle regarda alors son ami dans les yeux, plissant légèrement les siens, un sourire sur les lèvres. Le jeune homme, incrédule, demanda de nouveau, mais plus calmement cette fois :
Redis-moi à quoi ça sert, Ann… heu… Professeur.
D’accord, c’est bon ! Je t’explique. Tu as fabriqué un vibrateur. Si tu as bien suivi mes instructions, lorsque l’appareil sera mis en marche, les électrodes polariseront les billes dont le cœur est en acier, en faisant passer à l’intérieur un courant continu. Ensuite, les micro-électro-aimants disposés autour des billes leur insuffleront un mouvement très rapide. Ce dernier, transmis aux atomes et molécules en contact avec les billes, les fera vibrer à l’unisson. Tu suis ?
Heu… oui ! hésita Mik. Mais quel rapport avec le voyage dans le temps ?
J’y viens. Ce qu’il faut que tu comprennes, c’est que cette vibration est en fait un mouvement. Lorsqu’un objet vibre, sa structure va et vient entre deux points de l’espace. Le vibrateur va alors entraîner tout ton corps dans ce mouvement.
Mik hochait la tête en signe d’approbation. Anna continua :
En physique, Einstein nous apprend que plus un corps se déplace vite, plus son temps propre ralentit pour un observateur extérieur. De la même manière, plus une personne se déplace avec vélocité, plus le temps autour d’elle va passer rapidement. Le vibrateur va te permettre d’osciller suffisamment vite pour ralentir ton temps propre.
Soit, dit Mik en haussant les épaules. Pourtant, lorsque je roule en voiture ou quand je voyage en avion, même en allant à vive allure, le temps autour de moi n’accélère pas. À ma connaissance, la seule voiture capable de voyager dans le temps, c’est une DeLorean et moi, je rou…
C’est normal que tu ne voies pas le temps ralentir, coupa Anna qui avait souri à l’allusion. Et pour deux raisons. La première, c’est que tu ne vas pas assez vite en voiture ou même en avion. En théorie, il faudrait se déplacer à 10 % de c , « c » représentant la vitesse de la lumière, pour commencer à ressentir la différence. Et la seconde…
C’est pour ça que le cadran sur le bracelet commence à 8 % ? interrompit Mik. Ça correspond à la fréquence minimale de vibration des billes ?
En effet, répondit Anna. Et comme tu as pu le constater, faire vibrer des billes d’acier à cette vitesse n’est pas une mince affaire.
Tu m’étonnes ! s’exclama Mik. Deux ans que nous cherchons à y parvenir. Et sans parler de l’énergie nécessaire. Heureusement que les nouveaux systèmes de stockage sont plus performants que les batteries disponibles au début de nos études, sinon, le vibrateur ne pourrait fonctionner qu’en le branchant à une centrale nucléaire.
Et pour l’instant, malgré les nouvelles technologies et selon les chiffres que tu m’as transmis, l’appareil ne trémulera pas plus d’une minute à la fréquence de vibration minimale, ponctua Anna en se tournant vers son ordinateur.
Elle soupira. Décidément, ce projet était de longue haleine. La quasi-totalité de l’argent que ses parents, pourtant riches, lui avaient légué avait été investie dans ce dessein.
Mik interrompit ses pensées :
Tu ne m’as pas donné la seconde raison pour laquelle je ne vois pas le temps ralentir, Professeur.
En effet, dit Anna en quittant des yeux l’écran bleuté pour faire face à Mik. Cette seconde raison, la voici : c’est ton temps propre qui va ralentir alors que le temps autour de toi va accélérer. Les choses vont donc se produire plus vite, de ton point de vue. Toi, tu te contenteras de vieillir plus lentement. Mais le plus incroyable, c’est que tu auras la sensation que tout est normal. Tu auras la sensation de vieillir normalement et il te semblera que c’est le monde autour de toi qui défile plus rapidement.
Mik semblait dubitatif. Mais déjà, l’envie d’essayer le brûlait.
Il pr

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents