Vacher l éventreur
236 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Vacher l'éventreur , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
236 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pierre Bouchardon (1870-1950)



"Le samedi 31 août 1895, vers une heure et demie du soir, un jeune pâtre, Victor Portalier, quittait la maison de son maître, Jacques Berger, cultivateur au hameau d’Onglas, commune de Bénonces, pour conduire ses moutons sur un coteau, dit « le grand pré ». C’était à environ deux kilomètres du village. D’autres petits bergers s’y donnaient rendez-vous. Chaque jour, ils formaient groupe et, sans perdre de vue leurs troupeaux, ils s’amusaient volontiers aux jeux de leur âge.


Une clairière à dix-sept mètres d’un chemin de desserte, un gros noyer, des champs de trèfle, des pâtures, un taillis de plants de genièvre, des broussailles, des bois, une pente rapide jusqu’au ruisseau d’Adin, ce mélancolique paysage du Bugey ne s’animait qu’à l’heure où les troupeaux y venaient paître.


D’ordinaire, Portalier quittait Onglas bien avant ses camarades. Ce fut le cas ce jour-là. Parti une bonne heure après lui, Jean-Marie Robin, un gamin de quinze ans, s’étonna de ne pas le voir, en arrivant à proximité du gros noyer. Livrés à eux-mêmes, les moutons de Berger avaient d’ailleurs envahi un champ de trèfle appartenant au cultivateur Caffon et ils y exerçaient d’inquiétants ravages.


Courant au plus pressé, Robin s’employa à les en déloger. Puis, l’ordre rétabli, il appela de sa plus grosse voix :


– Où donc te caches-tu, Victor ? C’est sûr que le garde va te dresser un bon procès-verbal, et tu ne l’auras pas volé !


N’obtenant pas de réponse, il lança de nouveaux appels à tous les échos. Ce fut en vain. Il allait se mettre à la recherche de l’absent, quand il aperçut, sous le noyer, une petite flaque rouge et quelques excréments. Ému au plus haut point, il héla d’autres bergers que ses cris avaient déjà alertés et qui se trouvaient de l’autre côté du ravin.



Documentaire.


Le 31 août 1895, le corps horriblement mutilé du jeune berger Victor Portalier est découvert. Un étrange chemineau est arrêté : Joseph Vacher. La liste de ses crimes s'allonge...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782374639604
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Vacher l’éventreur


Pierre Bouchardon


Septembre 2021
Stéphane le Mat
La Gibecière à Mots
ISBN : 978-2-37463-960-4
Couverture : pastel de STEPH'
lagibeciereamots@sfr.fr
N° 958
À MON AMI H ONORÉ B ARRA

« Cette trompeuse attitude cachait la froide et terrible irritation des nerfs du sauvage. Ses yeux couvaient une éruption volcanique, ses poings étaient crispés. C’était bien le tigre se ramassant pour bondir sur une proie... »
B ALZAC . La dernière incarnation de Vautrin.


I
Le crime de Bénonces

Le samedi 31 août 1895, vers une heure et demie du soir, un jeune pâtre, Victor Portalier, quittait la maison de son maître, Jacques Berger, cultivateur au hameau d’Onglas, commune de Bénonces, pour conduire ses moutons sur un coteau, dit « le grand pré ». C’était à environ deux kilomètres du village. D’autres petits bergers s’y donnaient rendez-vous. Chaque jour, ils formaient groupe et, sans perdre de vue leurs troupeaux, ils s’amusaient volontiers aux jeux de leur âge.
Une clairière à dix-sept mètres d’un chemin de desserte, un gros noyer, des champs de trèfle, des pâtures, un taillis de plants de genièvre, des broussailles, des bois, une pente rapide jusqu’au ruisseau d’Adin, ce mélancolique paysage du Bugey ne s’animait qu’à l’heure où les troupeaux y venaient paître.
D’ordinaire, Portalier quittait Onglas bien avant ses camarades. Ce fut le cas ce jour-là. Parti une bonne heure après lui, Jean-Marie Robin, un gamin de quinze ans, s’étonna de ne pas le voir, en arrivant à proximité du gros noyer. Livrés à eux-mêmes, les moutons de Berger avaient d’ailleurs envahi un champ de trèfle appartenant au cultivateur Caffon et ils y exerçaient d’inquiétants ravages.
Courant au plus pressé, Robin s’employa à les en déloger. Puis, l’ordre rétabli, il appela de sa plus grosse voix :
– Où donc te caches-tu, Victor ? C’est sûr que le garde va te dresser un bon procès-verbal, et tu ne l’auras pas volé !
N’obtenant pas de réponse, il lança de nouveaux appels à tous les échos. Ce fut en vain. Il allait se mettre à la recherche de l’absent, quand il aperçut, sous le noyer, une petite flaque rouge et quelques excréments. Ému au plus haut point, il héla d’autres bergers que ses cris avaient déjà alertés et qui se trouvaient de l’autre côté du ravin.
– Appelle le garde, lui répondirent les enfants. Nous l’avons vu ; il travaille tout près d’ici.
Robin suivit le conseil, et le garde champêtre Joseph Morcel, aussitôt accouru, prit la direction des recherches.
À une dizaine de mètres de la tache rouge et en descendant la pente, on voyait s’étaler une seconde mare de sang, plus large, qu’avoisinaient des aliments à peine digérés. Dans ce magma, on pouvait reconnaître, au milieu de débris de poire, la pulpe rouge et les graines oblongues de baies de cornouiller. Horreur ! À quelques pas, apparaissait un testicule, énucléé, auquel adhérait un lambeau de scrotum.
À partir de cet endroit, l’herbe avait été visiblement foulée et une traînée sanglante, presque ininterrompue, tachait la rocaille et les feuilles. Cette piste menait tout droit à un taillis distant d’environ cinquante mètres. Dans cette brousse, entre deux genévriers, le genou droit en l’air et butant contre le tronc de l’un des arbres, le bras gauche fléchi sur la poitrine, la paume de la main étendue le long d’une branche, gisait le corps d’un jeune homme, dont les yeux étaient demeurés grands ouverts. Près de lui, s’étalait une chemise souillée de sang, dont les manches avaient été retournées, mais ne portaient trace d’aucune déchirure.
Ce cadavre, presque nu et dont le pantalon étiré laissait les mollets et les cuisses à découvert, offrait aux regards une plaie béante, celle d’une gigantesque et hideuse éventration.
En s’approchant, le garde Morcel avait reculé d’épouvante. Déjà, à la seule vue de la chemise, le jeune Robin avait pris la fuite, en poussant des cris qui avaient ameuté le voisinage.
Il fallait songer à prévenir la justice.
Par les soins de Berger, la brigade de Villebois fut avisée la première. À deux heures du matin, le brigadier Sornay et le gendarme Javellot prenaient le chemin de Bénonces. Aux premières lueurs du jour, le 1 er septembre, ils étaient devant le corps mutilé avec rage de Victor Portalier. Ils télégraphièrent, aussitôt qu’ils le purent, au procureur de la République de Belley.
Successivement, arrivèrent sur les lieux : d’abord, M. Stéphane Point, juge de paix de Lhuis, qui amenait avec lui le Dr Gaston Ravet, exerçant au chef-lieu de canton ; puis, beaucoup plus tard, les magistrats de la ville.
Le juge d’instruction titulaire Alfred Davaine, qui prenait alors ses vacances, était, en vertu d’une délégation régulière, remplacé par son collègue du siège, Léon-Anthelme du Vachat. Ce fut donc ce dernier qui se transporta à Onglas ; il était accompagné du procureur Mistler et d’un médecin de Belley, le Dr Pierre-François Louis.
Le même soir, après avoir prêté serment, les deux médecins examinèrent le cadavre de Portalier, à la place même où il gisait encore.
Les anses intestinales s’échappaient, par une plaie immense, de l’extrémité inférieure du sternum au pubis et se répandaient sur le côté droit de l’abdomen. Impossible d’imaginer éventration plus complète. Les parties sexuelles avaient été enlevées à l’aide d’un instrument tranchant et avec une telle sûreté de main, que les bords de la plaie ne présentaient aucune hachure.
À l’épigastre, une autre plaie, de sept centimètres de long sur quatre de large, avait été produite par la même arme et pénétrait dans l’estomac. Des débris de poire s’y apercevaient encore, et c’était vraisemblablement de cette cavité béante que s’étaient échappées les matières alimentaires remarquées aux abords de la seconde flaque de sang, non loin du gros noyer.
Au cou, au thorax, près du sternum, d’autres blessures encore. Les fausses côtes, l’artère carotide avaient été sectionnées ; le poumon se trouvait atteint. C’était l’évidence que le meurtrier avait frappé avec autant de sauvagerie que de vigueur et d’acharnement.
Toutefois, l’anus semblait intact et rien ne décelait qu’une lutte quelconque eût accompagné le drame. L’agression avait dû être foudroyante.
Les docteurs Ravet et Louis recherchèrent en vain le second testicule. Mais déjà, ils en savaient assez pour pouvoir reconstituer toute la scène.
Traîtreusement frappé, Portalier avait eu la force de s’enfuir l’espace de quelques pas. Là, il avait reçu la blessure qui lui avait ouvert l’estomac. Les débris d’aliments et la seconde flaque sanglante situaient exactement la place du deuxième acte de l’assassinat. Arrêté net dans sa course, frappé à mort, mutilé par surcroît, il avait été traîné ensuite jusqu’au taillis où le garde Morcel l’avait découvert. C’était à cette place que, selon toute vraisemblance, il avait été dépouillé d’une partie de ses vêtements et éventré avec plus de rage que s’il avait reçu toutes les défenses d’une harde de sangliers.
De ses nombreuses blessures, quatre avaient pu entraîner presque immédiatement la mort. Le malfaiteur avait fait bonne mesure.
En dépit de leur impassibilité professionnelle, les magistrats demeurèrent consternés devant une telle accumulation d’horreurs. Mais ils n’étaient pas venus que pour frissonner. M. du Vachat se mit donc à l’ouvrage. Ne sachant comment orienter ses recherches, alors surtout que l’enquête des gendarmes n’avait pas réussi à éclairer la route, il entendit, au petit bonheur, les gens du pays, espérant que la déposition de l’un d’eux lui apporterait un détail dont il pourrait immédiatement faire état. C’est la vieille méthode et, en pareil cas, il n’en est pas d’autre, quand l’assassin n’a laissé, sur les lieux du crime, aucun indice compromettant.
Tout d’abord, qu’était le jeune Portalier ? Orphelin de père, il avait été confié à la société lyonnaise pour le sauvetage de l’e

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents