Les 7 de l Ermitage
103 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les 7 de l'Ermitage , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
103 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Régis, Hélène, Maya, Alexis, Julien et Thalia, sept adolescents de 15 à 18 ans, sont entraînés un peu malgré eux dans une expédition hors du monde réel. Mais est-ce bien irréel ? La découverte d'une mosaïque exceptionnelle à Alès en Cévennes, celle du buste magnifique de Jules César dans les eaux du Rhône à Arles, ne sont-elles pas des clins d'oeils malicieux de l'histoire à nos jeunes aventuriers ? Les 7 de l'Ermitage est une fiction avec des ingrédients et des références puisées dans les petites histoires et dans l'Histoire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2010
Nombre de lectures 285
EAN13 9782296265585
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0062€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

LES 7

DE L’ERMITAGE
Annie Corbier


LES 7

DE L’ERMITAGE


Théâtre
Du même auteur


La Reine d’Arles , « Théâtre des 5 Continents », L’Harmattan, 2001
Guide de Paris , « Travel Guide », traduction et adaptation – version anglaise, éditions Mondéos, 2003
Luigi Maral, de la Provence au Cévennes . Roman, L’Harmattan, 2007


Crédits des photographies de couverture :
Jules César : Serge, Ben, Lisa, CG13 et remerciements à Corinne FALASCHI au Musée d’Art Antique d’Arles
L’Ermitage : A. PEGGIE
Annie Corbier : T. MARTIN


© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-12838-5
EAN : 9782296128385

Fabrication numérique : Socprest, 2012
Cette histoire est une fiction.

Comme la plupart des fictions, elle est le produit de l’imaginaire et de la réalité. Elle se passe dans une ville du sud de la France, Alès, en Cévennes, et sur la colline qui la domine, connue sous le nom de’L’Ermitage’. Les personnages sont de fiction, à l’exclusion de César et de Cléopâtre. Les faits et lieux sont aussi de fiction hormis, bien entendu, les quelques-uns qui ne le sont pas.

Cependant… Il n’est pas prouvé que Jules César ait séjourné à Alès.

Le contraire n’est pas prouvé non plus…


L’histoire a été enregistrée au Studio AMPLITUDE dirigé par Patrice SCOTTO D’ANIELLO et diffusée en mai 2010 sur RADIO GRILLE OUVERTE. Textes, dialogues et musique d’Annie CORBIER. Musique interprétée et enregistrée par OPEN EAR MUSIC.

Avec le concours des élèves de la Section d’Art Dramatique Municipale d’Alès par ordre d’apparition :

Les 7
Régis : Anthony Avont
Hélène : Marine Eveillard
Maya : Elsa Colomb
Sarah : Salomé Da Souza
Alexis : Henry Portal
Julien : Marc Fontanon
Thalia : Ludivine Rué.

Et
César : Bernard Lampert
Cléopâtre : Françoise Sabatier
Octave-César : Constant d’Orphée Batal
Alox : Antoine Demière
Xola : Jérémie Frangier
Mamie : Claude Lange.
Il faut bien vous dire que cette histoire vous paraîtra, dans un premier temps, incroyable. Dans un premier temps seulement, parce qu’une fois que vous aurez accepté que l’impossible est une affaire de circonstance…
Bref, prenez une position confortable, genre assis ou allongé, ou debout, dans un endroit agréable de votre choix de préférence ; j’insiste : confortable , comme, il y a longtemps, quand j’étais petit, vous aussi… quand vous dévoriez une BD à pleines dents et que le ciel ou, pire, les parents, auraient pu vous tomber sur la tête. Vous n’auriez rien entendu… Bon. Ensuite, ne dites rien jusqu’à ce que j’aie fini de vous raconter. Si vous comprenez quelque chose à ce qui nous est arrivé, eh bien, vous saurez où me trouver, où nous trouver, parce qu’en fait, cette histoire, cette aventure, c’est la nôtre, celle des Sept…
Les ‘Sept’ ? Mes amis ! Mieux que cela : mes complices, depuis très, très longtemps…
Chez Régis.
De nos jours, un matin.
Fin du mois d’août.
REGIS est dans sa chambre.
Sonnerie de téléphone portable.
REGIS :
(d’une voix hésitante, distraite)
« Oui ! Régis, bonjour… »
HELENE :
« Quelle voix ! T’as pris combien d’années depuis l’année dernière ? T’as la voix de ton arrière grand-père. »
REGIS :
« Hélène ! La bonne surprise ! »
HELENE :
« Trop aimable. T’as passé un bel été ? »
REGIS :
« Qu’est-ce que tu disais ? Ma voix… »
HELENE :
« Aucune importance… »
REGIS :
« Mais si… Après tout, je me moque de ce que tu penses de ma voix… par curiosité, seulement : tu disais ? Ma voix… »
HELENE :
( une pause )
« Tu sonnes glauque. »
REGIS :
« Hein ? Je sonne… »
HELENE :
« Glauque. »
REGIS :
« Ah !… Glauque par rapport à quoi ? »
HELENE :
(soupire, exaspérée)
« Si j’avais su… Tout ça pour… Bon, t’as pas passé d’été, j’ai compris. »
REGIS :
(il lui coupe la parole)
« Pour quoi ? »
HELENE :
« Tu as une minute ? » (pause) Tu es occupé ? »
REGIS :
« J’étais en train de rêvasser sur des complots amoureux… »
HELENE :
« Je connais la victime ? »
REGIS :
« Pas les miens… ceux de mon héro préféré. Je lis… »
HELENE :
« Un de tes romans d’espionnage ? »
REGIS :
« Mieux qu’un espion : la vie de Jules César. »
HELENE :
« Incroyable ! »
REGIS :
« Tu sais bien que j’adore ! »
HELENE :
« Justement ! »
REGIS :
« Bon… ça fait quand même plaisir de t’entendre après deux mois… »
HELENE :
« Tu connais les nouvelles ? »
REGIS :
« Non, les parents sont en vacances et je suis seul avec mon grand-père. »
HELENE :
« Sur ton ordinateur, tu n’as pas les nouvelles ?!? »
REGIS :
« Pour faire plaisir à mon grand-père, je lui ai montré comment cela fonctionne, et, depuis, il se connecte du matin au soir avec ses copains de guerre aux quatre coins de la France. Pas moyen d’approcher mon ordi ! »
HELENE :
« L’horreur ! »
REGIS :
« Non : la vie idéale ; on se lève, on se couche, on mange quand on veut, ce que l’on veut. Il fait les courses avec moi et il me pousse à acheter des tonnes de glace et des montagnes de chocolat. Il dit que les goûts, c’est dans les gènes et que je ne dois pas être contrarié. Il en profite, ma grand-mère est partie avec les parents. C’est la fête. »
HELENE :
« Qu’il te laisse la place ! Tu ne le regretteras pas !
Les répliques suivantes s’enchaînent rapidement.
REGIS :
« Tu as un nouveau blog ? »
HELENE :
« Mieux que cela ! »
REGIS :
« Tu as rencontré le héros de Twilight sur la plage et il t’a proposé une grenadine à l’eau. »
HELENE :
« Idiot ! »
REGIS :
« Je brûle ? »
HELENE :
« Banquise ! Tu gèles ! »
REGIS :
« Cela a un rapport avec moi ? »
HELENE :
« Pourrait… »
REGIS :
« Quelque chose que j’aime voir ? »
HELENE :
« Mieux : banquise fond… »
REGIS :
« Que j’ai rencontré ? »
HELENE :
« Banquise ! Tu gèles… »
REGIS :
« C’est toi, quelque chose en rapport avec toi ! »
HELENE :
« Banquise absolue. Avec toi, la planète va être sauvée ; le réchauffement, ce n’est pas pour demain. »
REGIS :
« Je donne ma langue au char ! »
HELENE :
« C’est malin ! (pause) On prétend que l’on pourrait retrouver des traces uniques de ton Jules à Alès. »
REGIS :
(très excité)
« Comment ça ? César ? »
HELENE :
« Les fouilles… »
REGIS :
(déçu)
« Mais non, la mosaïque, rien avoir : pas de cette époque. »
HELENE :
« Je te dis que quelqu’un a parlé aux infos ; il a dit que c’était unique dans l’histoire. Un document… »
REGIS :
(très enthousiaste)
« Fallait le dire plus tôt ! Où ? »
HELENE :
« Du calme ! »
REGIS :
« Quoi exactement ? »
HELENE :
« Je n’ai pas écouté. »
REGIS :
« Cela te sert à quoi d’entendre si tu n’écoutes pas ? »
HELENE :
« Pas de chance. C’était lorsque nous arrivions de vacances, à cent mètres de la maison. Il a fallu arrêter la voiture, devant le garage, donc, couper le moteur… »
REGIS :
« J’ai compris. »
HELENE :
« Si tu veux, je viens chez toi et tu demandes à ton grand-père… »
REGIS
(très excité)
« Tu devrais déjà être ici ! »
MUSIQUE (Thème original par Annie CORBIER.)
Un moment plus tard, dans la rue.
Bruits de pas dans la rue, autour d’elles, des voix de passants en bruit de fond pendant toute la scène.
MAYA parle avec SARAH.
MAYA :
« Tu as dit à Hélène de dire à Régis que tu arrivais’tout de suite’et tu es passée me voir d’abord ?

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents