Sur-Prise
26 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
26 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« Pouvez-vous me prendre en photo ? » Une femme. Est-ce Marilyn - l’icône morte il y a cinquante ans ? Coincée dans une pièce, cette femme tente la parole. En imper, dans son bain, en chemise, elle veut enfin réussir à se dire. Le téléphone sonne : c’est God. Autorité puissante ? Producteur totalitaire ? « Ne sois pas en retard ! » Elle a rendez-vous. Le temps pousse, mais cette femme, Marilyn, ou Zelda Zonk, ou encore l’actrice, est terrorisée. Sa peur de ne pas être parfaite, de ne pas être prise, d’échouer ou d’être folle, fragmente son discours, invente des identités. Elle veut rester là, avec ceux qui la regardent : ultime repère. Le téléphone sonne. Elle ne répond pas. Le concept Marilyn Monroe est trop fort ; il ne lui appartient plus. Les hommes sont tout autour. Elle se laisse prendre une dernière fois : photo, août 1962, dans son lit, morte. Sur-prise.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 43
EAN13 9791022101653
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Amine Adjina

Sur-Prise

Librement inspiré de la Vie et de la Mort de Marilyn Monroe


© Presses Électroniques de France, 2014
Ce texte a été écrit pour Émilie Prévosteau
Prologue


Rideau fermé.
Une femme entre à jardin. Elle porte une perruque ainsi qu’une robe noire, très chic.
Elle parcourt la salle et s’adresse aux personnes du public.

Elle
Sorry
Would you like to take me a picture ?

(Elle donne son appareil. Prend des poses)
Again, again, again…

(Elle rit)
I’m late but not too late
I’m late but not too late

Elle récupère l’appareil.
La femme disparaît. Le rideau s’ouvre.

L’espace se décompose comme suit :
- Au centre-jardin, lit avec draps défaits, très proche du bord de scène.
- À cour, petit meuble sur lequel est posé un téléphone rouge.
- À cour plus au fond, baignoire avec eau.
- À jardin, un portant avec vêtements, plusieurs impers, plusieurs chemises, etc...
Le mur du fond servira d’espace d’écriture et de projection.
Des photos de la comédienne en Marilyn prises dans un supermarché sont projetées sur le mur.
Chanson : « One silver dollar » de Marilyn Monroe.




Fin du prologue qui ne sera pas suivi d’un épilogue.
Une fin, sec.
Dévelop­pement

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents