88 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les lianes de l'amour , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
88 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Nous sommes en 1966. Jane Kitche, une richissime bourgeoise britannique, part en supposé safari-photo dans la forêt du bassin du Congo central. Elle est sur le point de se laisser aller à réaliser tous les perturbants fantasmes que lui inspirent les porteurs congolais qu’elle a engagés pour son expédition quand elle rencontre Taylor Ratchett Zachary de Newfie, alias Tarzan, le roi de la jungle. Jane en est certaine, ils sont faits l’un pour l’autre… jusqu’à ce qu’elle constate qu’il peut être difficile d’avoir une relation un tant soit peu normale avec un homme qui a été élevé par des bonobos, ces chimpanzés ayant la particularité de régler tous les conflits par le sexe…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 février 2022
Nombre de lectures 0
EAN13 9782982011724
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0600€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Du m me auteur:
- L Inspecteur Specteur et le doigt mort , Les ditions des Intouchables, 1998.
- L Inspecteur Specteur et la plan te N te , Les ditions des Intouchables, 1999.
- Penser, c est mourir un peu , Les ditions des Intouchables, 2000.
- Diane la foudre , Les ditions des Intouchables, 2000.
- L Inspecteur Specteur et le cur R , Les ditions des Intouchables, 2001.
- Penser, c est mourir un peu 2 , Les ditions des Intouchables, 2002.
- L Inspecteur Specteur - Int grale , Les ditions Coup d il, 2014.
- TAG , Les ditions Go lette, 2014.
- toiles tombantes , Les ditions Go lette, 2015.
- Osti de Tabarnac, preux chevalier francol , Les ditions Robert Laffont, 2019.
- L Inspecteur Specteur et le doigt mort , r dition, Les ditions de l Individu, 2020.
- Les dents de l amour , Les ditions de l Individu, 2020.
- L Inspecteur Specteur et la plan te N te , r dition, Les ditions de l Individu, 2021.
- L Inspecteur Specteur et le cur R , r dition, Les ditions de l Individu, 2021.
- L amour sous toutes ses coutures , Les ditions de l Individu, 2021 .
- L Inspecteur Specteur - le coffret , Les ditions de l Individu, 2021.

Coordination: Alexandra Gilbert
Direction litt raire et r vision linguistique: Patricia Juste
Conception et graphisme de couverture: Olivier Bruel
Conception typographique et montage: Marquis Interscript
Photo de l auteur: Marie-Claude Meilleur
Ghislain Taschereau, 2022
ISBN: 978-2-9820117-1-7 (imprim )
ISBN: 978-2-9820117-2-4 (epub)
D p t l gal: 1er trimestre 2022
Biblioth que et Archives nationales du Qu bec
Biblioth que et Archives Canada
Distribution:
Prologue Inc.
1650 Boulevard Lionel
Bertrand Boisbriand (Qu bec) J7H 1N7 www.prologue.ca
www.editionsdelindividu.com
AVERTISSEMENT
Par antisp cisme absolu et pour viter toute tentative d appropriation animale, les animaux apparaissant dans ce livre ont t interpr t s par de v ritables animaux.
En descendant du singe, l homme a rat la derni re marche.
- L UDGER
TABLE DES MATI RES
UN
DEUX
TROIS
QUATRE
CINQ
SIX
SEPT
HUIT
NEUF
DIX
ONZE
DOUZE
TREIZE
QUATORZE
QUINZE
SEIZE
DIX-SEPT
PILOGUE
REMERCIEMENTS
UN
1966. Dans la for t du bassin du Congo.
- Qu est-ce que c est que cette chaleur? demande Lady Jane Kitche de Coilspring alors qu elle et les huit hommes de son quipe s enfoncent dans les bras tentaculaires et touffus de la jungle sauvage. Et que sont ces d sagr ables bestioles qui nous tournent autour? Ne me dites pas qu il en sera ainsi pendant deux semaines!
- Ouaf, ouef, ouaf! jappe Kiri, le chihuahua de la jeune femme, pour signifier son accord, ce qui fait bien rire le cuisinier-marabout, le guide et les six porteurs qui sont pay s pour trimballer tout autant de malles renfermant le mat riel photographique de Jane.
N obtenant pas r ponse ses questions, la femme r cidive.
- Qu est-ce que c est que ce climat? Vous le faites expr s pour le rendre aussi hostile?
Entre deux coups de machette dans cette v g tation qui lui met des b tons sous forme de branches dans les roues, Mafuta, son guide, l approuve.
- Madame a bien raison, dit-il, c est un climat horrible. C est pourquoi nous d testons notre pays.
Marshall Kitche, militaire la retraite et oncle de Jane, compatit.
- Je te comprends, lance-t-il Mafuta. Moi aussi, je d teste ton pays.
- En m me temps, ajoute Jane en sortant un miniappareil photo de sa poche pour mettre sur pellicule la magnifique fleur exotique qu elle vient de voir, ces conditions donnent naissance des plantes d une beaut poustouflante!
- Tout fait, approuve Mafuta, c est pourquoi nous adorons notre pays.
Le grand homme reprend son avanc e dans l exceptionnelle densit v g tale qui lui fait face et recommence frayer un chemin l quipe. De son long bras robuste et puissant, il balance sa machette devant lui, laissant toute sa virilit s exprimer par sa grognante et gluante gorge et, ce faisant, il tranche, d un seul coup, la fleur qui avait bloui Jane.
- Aaah! s crie la dame, d clenchant un "ouaf, ouef, ouaf! bien aigu du chihuahua et les rires bien gras des porteurs. Vous venez de couper cette pauvre beaut sans d fense!
- Ainsi en est-il des plantes comme des hommes, r torque Mafuta, force de pousser les unes sur les autres, elles finissent par tomber.
- Mais elle est tomb e parce que vous l avez coup e! Avec une violente insensibilit , en plus! Vous ne pouviez pas frapper c t , non?
- J aurais pu, madame, j aurais pu. Mais si j avais frapp c t , je n aurais pas pu trancher la t te de ce joli serpent qui s appr tait vous poin onner la cheville.
Jane baisse instantan ment les yeux vers le sol et d cortique l action immobile qui appara t ses pieds. L g rement inclin e sur la droite, mais sur sa gauche elle, la t te d un mamba noir, grande ouverte et mena ante, exhibe des crocs qui savent tuer et qui se trouvent un millim tre de la rose chair de madame Kitche. La langue du reptile est sortie pleine longueur, et son i grec allong ondule sur les feuilles mortes. Jane soupire. Elle n a pas le choix; elle doit se comporter comme une femme. Elle sursaute donc en poussant un cri exag r ment f minin, imit e aussit t par son chihuahua, et elle se colle contre le torse muscl et musqu de Mafuta que la chose ne semble pas exciter plus que si on venait de lui caresser une dent. Les porteurs rigolent de nouveau, tandis que Jane, sa petite mascarade termin e, se d tache lentement de Mafuta, lequel bande tout de suite l essentiel de sa musculature pour se remettre dompter la nature l aide de sa machette.
Une vicieuse chaleur parcourt alors le sentier charnel de Jane, ce qui fait chialer son chien, mais la dame se ressaisit rapidement, d sireuse qu elle est de ne pas para tre trop vuln rable devant tous ces hommes qui la suivent de leurs yeux fureteurs. Marshall Kitche remarque le malaise de sa ni ce et lui jette un regard jaloux, comme s il l enviait pour l utilisation qu elle a faite, qu elle fait ou qu elle fera de son attirail corporel et de celui des autres, et ce, hier, aujourd hui, demain ou n importe quand. Mais il compte bien s amuser lui aussi au cours de cette exp dition, sa fa on. Et, juste y songer, la salive lui monte au bec.
- Cheminons! Cheminons, madame! lance Mafuta, tout sourire, en chantonnant et en fauchant tout ce qui se trouve devant lui. Il faut arriver la rivi re avant la nuit!
Ce sympathique rappel l ordre carte temporairement les pens es de Marshall et calme les lans de d sir de Jane, qui commen ait sentir mollir ses jambes. La jeune femme se penche et ramasse la t te du serpent qu elle tend Kiri, qui, de quelques coups de langue, la nettoie de son sang. Elle enveloppe ensuite le bout de vip re dans une feuille de kongo bololo et le fourre au fond de sa poche. Elle fait un clin d il son oncle et part la suite de son guide comme si de rien n tait. Marshall sourit (ce qui est assez rare chez lui), car il reconna t bien l la t m raire collectionneuse qu est sa ni ce. Jane ne lui a pas demand son avis, mais le vieux militaire croit qu il sera capable d empailler ce petit souvenir. Il a immortalis toutes sortes de cr atures depuis qu il pratique la taxidermie, mais un serpent, jamais. Ce sera une premi re pour lui.
La for t est toujours aussi dense et Mafuta en arrache m me si, en r alit , il en coupe. Le d broussaillage se r v le tr s ardu et Jane s impatiente. Habitu e circuler en Rolls Royce sur des routes pav es, elle tol re mal d avancer pas d antilope unipattiste sur un terrain in gal. Et malgr la lenteur de la progression, la chaleur la fait transpirer de partout, comme si l enti ret de son corps n tait plus qu une large aisselle suintante. Il y a pourtant peine une heure que son exp dition s est mise en branle! Qu est-ce que ce sera quand le soleil sera au z nith? Elle va litt ralement pleuvoir par tous les pores de sa peau?
De grosses gouttes de sueur jaillissent de sous sa blonde tignasse qu elle a emprisonn e sous le chapeau de sa tenue de safari achet e prix d or dans un magasin de Londres sp cialis dans les v tements de sport trop dispendieux pris s par de pauvres riches en manque de sensations fortes. L eau sal e coule sur son large front, sur ses pommettes saillantes, sur son nez droit et franc, sur ses l vres rondes et pleines de chair qui semblent toujours dire oui. Elle glisse galement sur ses tempes creuses, contourne ses yeux gris fonc , passe sur son menton volontaire, sinue le long de son cou de gr ce pour aboutir dans le sillon de sa gorge o elle emprunte le sentier menant l o les mots n arrivent plus rendre justice la splendeur d un fauve.
- N y a-t-il pas moyen de passer par un chemin plus praticable? demande justement Jane d une voix de fauve en furie.
- Oui, bien s r! glousse Mafuta sans cesser de faire aller sa machette. Mais je vous l ai d j dit. Cela repr sente un d tour qui nous prendrait quatre jours de jeep au lieu d un jour de marche.
- Oui, je sais tout a, mais je me demande seulement s il est obligatoire de traverser une portion de jungle aussi cr pue pour arriver notre destination.
Mafuta s arr te net et se retourne.
- Vous n aimez pas le cr pu, madame? questionne-t-il en passant une main sensuelle dans sa ruisselante chevelure.
Jane d glutit. Elle a peur d avoir dit une b tise, mais se rattrape promptement.
- Si, mais je pr f re le cr pu que je n ai pas besoin d enjamber, pr cise-t-elle.
- Ouaf, ouef, ouaf! confirme Kiri.
Les l vres de Mafuta s tirent, d voilant une s rie de dents d une blancheur et d une sym trie parfaites qui confondraient dentistes et arpenteurs g om tres confondus.
- Je connais un cr pu qu il est tr s facile d enjamber, madame.
Jane g le sur place. Ce qui, vu la chaleur ambiante, perturbe son thermom tre interne. Mais Marshall, en chaperon intrusif, lui vite un nouvel amollissement de jambes.
- Qu est-ce qui se passe? lance-t-il, le front pliss par la suspicion.
- Rien du tout! r pond gaiement Mafuta. Je m appr tais me faire remplacer par mon ami Muya. J ai la machette

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text