Bien tailler tous les arbres et arbustes d ornement
100 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Bien tailler tous les arbres et arbustes d'ornement

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
100 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les arbres et les arbustes d’ornement ont besoin d’être régulièrement taillés, notamment pour être plus vigoureux et assurer une belle floraison.
Ce guide pratique vous présente toutes les techniques de taille et, pour chacune d’elles, les informations suivantes : les meilleures périodes, la fréquence, les espèces concernées et les bons gestes en dessins en pas à pas. De nombreux conseils spécifiques complètent ce guide : entretien des outils de coupe, recyclage des déchets, élagage en toute sécurité…
Un tableau récapitulatif en fin d’ouvrage vous donne pour chaque plante les techniques de taille adaptées.
Au sommaire :
- Quelques principes de base : Les bons outils pour tailler ; Les grandes périodes de taille ; Tailler pour embellir et assainir.
- Les différentes techniques de taille : Tailler lors de la plantation ; Conserver une silhouette équilibrée ; Entretenir la ramure des arbres ; Encourager une floraison abondante ; Tailler les rosiers ; Sculpter le végétal (topiaire) ; Discipliner les haies ; Entretenir les grimpantes ; Rajeunir les arbres et les arbustes ; Redonner une forme après abandon.
- Tableau récapitulatif par plantes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 avril 2013
Nombre de lectures 10
EAN13 9782815304016
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Bien tailler tous les arbres et arbustes d’ornement
Rosenn Le Page
Illustrations : Michel Loppé

rustica éditions

Avant-propos

La taille est une opération importante pour l’entretien et la bonne santé des arbres et des arbustes. Pourtant c’est un geste qui remplit les jardiniers novices d’appréhension. Peur de couper ce qu’il ne faut pas, de trop couper… Ils manient le sécateur avec une prudence extrême pour finalement ne pas assez tailler. L’avantage de la taille, c’est qu’une erreur porte rarement longtemps à conséquence. La croissance du végétal vient combler le « trou » d’une coupe trop courte ou rééquilibrer une silhouette mal taillée.
Il n’est pas nécessaire d’intervenir tous les ans, mais il faut tout de même être régulier. C’est cette régularité de la taille qui permet de rajeunir en permanence la structure des arbres et des jeunes arbustes, allongeant par là même leur durée de vie.
Cet ouvrage a pour objectif de dédramatiser ce geste simple et surtout indispensable pour créer un beau jardin. Vous y trouverez les clés pour comprendre la réaction de l’arbuste après la taille et les bénéfices de votre geste pour la silhouette de l’arbre ou de l’arbuste, la floraison…
Nous vous prouverons même que la taille peut être un art et qu’il est possible de jouer avec, par exemple en sculptant des formes extravagantes… et surtout que c’est facile ! Alors à vos sécateurs…
Rosenn Le Page

chapitre 1
Quelques principes de base
Les bons outils pour tailler

Pour tailler dans de bonnes conditions, il est nécessaire d’être équipé d’un certain nombre d’outils. Un simple sécateur et un ébrancheur suffisent pour les tâches de base, mais, en fonction des opérations à effectuer, il vous faudra acquérir d’autres outils…
Les gants
Indispensables, des gants bien à votre taille vous éviteront les ampoules. Car, quel que soit l’instrument employé, la taille induit des mouvements répétitifs et donc des frottements générateurs d’ampoules. Avec un outillage manuel, préférez des gants fins. Avec un taille-haie motorisé, des gants épais, « spécial rosiers » par exemple, sont obligatoires.

Pour une taille parfaite, il est indispensable d’aiguiser régulièrement les outils de coupe.

Le sécateur
Il existe deux types de sécateur : • Le sécateur à une lame, appelé, dans le jargon des jardiniers, une enclume (partie épaisse sous la lame et non tranchante) : ne l’utilisez pas pour les travaux de taille, car la coupe n’est jamais bien nette. • Le sécateur à deux lames : il est idéal pour les coupes légères (épointer les tiges, ôter les fleurs fanées…) et pour tailler des branches jusqu’à 3 à 4 cm de diamètre. Au-delà, vous devrez utiliser un ébrancheur ( voir ici ). Maintenez-le bien aiguisé pour obtenir une coupe la plus nette possible : passez une pierre à aiguiser dessus chaque fois que vous débutez une taille.


La serpette
Il s’agit d’une sorte de couteau spécifique des jardiniers, à lame courbe et très large. Bien aiguisée, elle permet de lisser les grosses plaies de taille avant d’y étaler le mastic. La cicatrisation est meilleure et le risque de maladies est moindre.


L’ébrancheur
Appelé aussi « sécateur à deux bras », il permet de couper les branches de fort diamètre (entre 3 et 5 cm). Les articulations à crémaillère démultiplient votre force. Il vous permet également d’atteindre les extrémités des branches hautes selon la longueur des manches. Plus ils sont longs, plus la manœuvre exige d’efforts.


L’échenilloir
Il s’agit d’un gros sécateur à deux lames qui se fixe sur un long manche (il peut être télescopique pour couper encore plus haut) et dont les lames sont actionnées par une corde. Il permet de couper les branches les plus hautes de la ramure tout en restant au sol. Plus le manche est long et plus la manœuvre est délicate.



Aiguiser et désinfecter les outils de coupe
Tous les outils de coupe doivent avoir leurs lames bien aiguisées et désinfectées avec un chiffon imbibé d’alcool à brûler. Une désinfection s’impose chaque fois que vous débutez la taille et chaque fois que vous changez d’arbre.
La scie de jardin
La scie de jardin possède un système de dentures complexe qui coupe le bois vert. Elle permet de sectionner des branches de fort diamètre. Certains modèles peuvent aussi se monter sur manche. Choisissez alors une scie électrique (sur batterie), car scier manuellement en hauteur est une véritable gageure lorsqu’on n’est pas professionnel.


La cisaille à haie
La cisaille à haie est une sorte de sécateur à longues lames qui se croisent et dont les poignées sont incurvées. Cela peut vous suffire si vous ne possédez pas de grandes longueurs de haie à tailler (inférieures à 3-4 m) ou si vous êtes perfectionniste ; sinon, il vous faudra utiliser un taille-haie à moteur (voir ci-dessous). La coupe manuelle offre toutefois un aspect fini plus soigné, car les feuilles ne sont pas hachées.


Le taille-haie motorisé
Vous avez le choix entre des modèles électriques sur batterie (les plus maniables) ou alimentés par une prise (les plus légers). Il existe aussi des modèles thermiques, plus lourds, mais plus puissants. Ces derniers sont incontournables quand la haie est éloignée de la maison. Électriques ou thermiques, à puissance égale, préférez toujours le modèle le plus léger, car il s’agit d’un outil que l’on tient à bout de bras durant toute la taille.


L’échelle
Ne choisissez pas une échelle trop courte : elle doit largement dépasser la hauteur du tronc. Privilégiez sa stabilité à sa légèreté. Celles qui se transforment en mini-échafaudage avec plateforme sont plus sécurisantes quand il s’agit de taille : on a toujours tendance à se pencher pour couper un peu plus loin.
Les grandes périodes de taille

Selon l’arbre ou l’arbuste et le type de taille à effectuer, vous ne réaliserez pas vos travaux au même moment. Voici quelques repères pour vous aider à déterminer la bonne période…
Les conditions climatiques
La taille est un stress pour le végétal, d’autant plus si elle est sévère et supprime une grande partie des branches. Il est important de ne pas intervenir en périodes difficiles pour les plantes : ni au cœur de l’hiver, lorsque les températures sont proches de zéro, voire négatives, ni lors des sécheresses estivales. Par ailleurs, la taille stimule la croissance et l’émission de nouveaux rameaux ; elle est donc plus efficace en période favorable à la croissance (lumière, humidité ambiante, températures), entre mars et juin sous nos latitudes, ou, pour les espèces à feuillage caduc, en hiver, en dehors des périodes de grands froids. La chute de leur feuillage marque une période de repos pendant laquelle le végétal est moins sensible au stress d’une taille sévère. En résumé, les espèces à feuillage caduc se taillent en hiver ou au début du printemps, sauf celles qui fleurissent avant la mi-juin que l’on taillera après leur floraison. Les conifères et autres persistants se taillent en début de printemps.
Les tailles particulières
Les tailles spécifiques (topiaire, nuage, haie stricte…) se pratiquent au moins deux fois par an quelle que soit la nature du végétal, car, par définition, celui-ci tolère les tailles répétées, c’est le premier critère de choix d’un arbuste pour l’inclure dans une haie stricte : au printemps pour redessiner la silhouette en début de saison et en tout début d’automne pour refaire un profil net après la pousse de l’année. Certaines espèces à croissance rapide demandent des interventions plus régulières, toutes les 4 à 6 semaines entre mai et septembre. Ne taillez pas vos haies de conifères avant la mi-juillet. En coupant trop tôt (en juin, par exemple), vous vous priveriez des nuances de vert et de gris des jeunes pousses des conifères. Cependant, ne taillez pas trop tard afin que les plaies de taille cicatrisent avant l’hiver.

Pour tailler une haie stricte, les lames de la cisaille doivent être parallèles à la surface à tailler.



Pour récupérer les déchets de taille rapidement, on peut étaler sous l’arbre ou l’arbuste une toile qu’il suffira ensuite de replier pour tout emporter.
Déchets : recyclez sur place
Après la taille des arbres et des arbustes, la quantité de branchages à jeter est considérable. Les déposer à la déchetterie prend beaucoup de temps et consomme du carburant. Mieux vaut un recyclage sur place. Avec les rameaux de plus faible diamètre, confectionnez des fagots de petit bois pour allumer la cheminée. Coupez les branchages aux dimensions de l’âtre et réunissez-les en fagots que vous laissez en plein air dans un endroit abrité de la pluie afin que le bois sèche. Inutile d’éliminer les feuilles, elles sèchent avec le bois et peuvent être brûlées avec le fagot. Avec les branchages de taille moyenne, faites des tuteurs ramifiés pour maintenir avec naturel les fleurs ou ramer (soutenir) les petits pois au potager. Les branchages les plus hauts et les plus droits peuvent servir de tuteurs : éliminez les feuilles et les rameaux secondaires s’il y en a et entreposez-les à l’abri. À défaut de tout autre recyclage, vous pouvez aussi broyer les branchages sur place pour en réduire l’encombrement. Louez un broyeur plutôt que d’en acheter un. Après broyage, incorporez le bois haché au compost ou utilisez-le en paillage.
Tailler pour embellir et assainir

Un jardin n’est pas un milieu naturel qui se suffit à lui-même et que l’on peut laisser évoluer sans intervention. La taille est l’intervention principale pour garder un beau jardin. Elle concerne toutes les plantes du jardin : de l’annuelle à laquelle on ôte les fleurs fanées à l’arbre d’ombrage, en passant par la haie ou le bosquet d’arbustes. Pour les arbres et arbustes d’ornement, la taille joue divers rôles dans leur développement et dans leur esthétique au jardin.
Tailler pour un bon départ
Trop souvent omise, la taille de plantation joue pourtant un rôle capital ( voir ici ). En effet, il est important pour tout végétal cultivé en pleine terre que le volume de ses racines et celui de ses branches soient à peu près équivalents.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents