Corps, Sport, Handicaps
209 pages
Français

Corps, Sport, Handicaps

-

209 pages
Français

Description

La modification de l'humain par son activité technicienne suscite à la fois craintes et espoirs. Elle déstabilise certains repères anthropologiques profonds comme la frontière entre le soi et le non-soi. Depuis quelques années, les innovations techniques et technologiques sont donc l'objet de nombreuses réflexions. Derrière la diversité des registres de discours, on repère le constat homogène d'une perte de contrôle. En effet, la technologie, en permettant d'agir sans connaitre les ressorts de l'action, fonctionne par essence sur l'impensé. Cet ouvrage analyse la technologie non pas comme un support ou un médium mais comme un rapport particulier à l'action : expérimental et instrumental.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 janvier 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140140389
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

La modiIcation de l’humain par son activité technicienne suscite à la fois craintes et espoirs. Elle déstabilise certains repères anthropologiques profonds comme la frontière entre le soi et le non-soi. Depuis quelques années, les innovations techniques et technologiques sont donc l’objet de nombreuses réexions. Derrière la diversité des registres de discours, on repère le constat homogène d’une perte de contrôle. En effet, la technologie, en permettant d’agir sans connaître les ressorts de l’action, fonctionne par essence sur l’impensé. Cet ouvrage analyse ainsi la technologie non pas comme un support ou un médium mais comme un rapport particulier à l’action : expérimental et instrumental. Dans le champ du handicap, les innovations techniques – qu’elles réparent le corps, compensent les incapacités où rendent accessible l’environnement – sont perçues comme des solutions d’accès à la participation sociale des personnes. L’ouvrage s’intéresse Inalement à ce que la technologie fait aux personnes désignées comme handicapées, aux collectifs qui se forment autour d’elles et aux catégories et représentations qui structurent ce champ.
P
a
s
s
a
g
e
a
u
x
A
c
t
e
s
Corps, Sport, Handicaps Tome 3 Expérimentations et expériences de la technologie
Sous la direction de Damien IssanchouetÉric Perera
Préface de Frédéric Reichhart Postface : Entretien entre Éric Perera et Patrick Ducros
Téraèdre
Corps, Sport, Handicaps Tome 3
Sous la direction de Damien ISSANCHOU et Éric PERERA
Corps, Sport, Handicaps Tome 3 Expérimentations et expériences de la technologie
Préface de Frédéric REICHHART Postface : Entretien entre Éric PERERA et Patrick DUCROS
ISBN 978-2-36085-104-1
© Téraèdre 2020 www.teraedre.fr
Préface1 Frédéric REICHHART L’Homme se répare, se modifie, se personnalise, s’augmente au fur et à mesure de l’évolution des techniques et outils.(Santarelli M., 2016.L’estime de soi : un cas particulier d’estime sociale ?,Terrains/Théories, n° 4)1.Du handicap à l’accessibilitéL’évolution conceptuelle du handicap met en perspective la place et l’importance croissante des apports technologiques et matériels dans les réponses apportées aux besoins des personnes en situation de handicap. LaClassification Internationale du Handicap(CIH) a longtemps fait figure de modèle dominant en tant qu’approche fonctionnaliste et défectologique du corps, basée sur des altérations organiques et fonctionnelles qu’il faut réparer ou compenser. La réparation des corps cassés et abîmés passe par leur rééducation et la reconquête de fonctions diminuées ou perdues. Pour ce faire, il convient entre autre de mobiliser des aides matérielles et technologiques ajustées aux différents troubles et altérations ; sans établir une liste exhaustive, le fauteuil roulant, la béquille, la prothèse des membres, la prothèse auditive en sont 1 7367Maître de conférences en sociologie, membre associé de l'UMR Dynamiques européennes et membre du Groupe de recherche sur le handicap, l'accessibilité et les pratiques éducatives et scolaires (GRHAPES) à l'Institut national supérieur de formation et de recherche pour l'éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés (INSHEA) à Suresnes.
7
Corps, sport, handicaps - tome 3
de belles et courantes illustrations. Il s’agit alors de compenser les conséquences fonctionnelles des déficiences, de restaurer et développer les capacités de la personne afin qu’elle soit la plus autonome possible et puisse retrouver une place dans la société, être intégrée. Dans ce cadre, la technologie est pensée par rapport à un corps qu’elle tente de réparer, compensant les conséquences d’une incapacité résultant d’une déficience. En s’orientant vers des modèles socio-environnementaux, comme laClassification Internationale du Fonctionnement et de la santé (CIF) ou encore le Processus de Production du Handicapun nouveau paradigme (PPH), prend forme (Fougeyrollas, 2002, 2010). Le handicap ne se concentre plus uniquement autour du corps ; détaché de l’individu, il se décentre d’un dysfonctionnement corporel pour se structurer autour de l’ajustement manqué entre les caractéristiques singulières d’un individu et la complexité de l’environnement. En d’autres termes, ce n’est plus la maladie ou l’accident qui sont à l’origine du handicap,tout comme ce n’est plus la déficience qui vient le marquer. L’environnement prend place dans la compréhension et la définition du handicap et apparaît comme un facteur causal lorsqu’il n’est pas accessible, c’est-à-dire lorsqu’il n’est pas pensé, aménagé, transformé pour répondre aux besoins de la personne. Tandis que le modèle biomédical et individuel vise l’autonomie de la personne par la rééducation pour l'intégrer, les modèles socio-environnementaux privilégient l’accessibilité pour permettre la participation sociale. En fait, en introduisant l’accessibilité, ce nouveau paradigme souligne l’importance de l’environnement. Bien que communément associé de manière restrictive au cadre bâti et architectural, l’environnement est à prendre au sens large, et englobe également de manière combinée et complémentaire l’aide et l’intervention humaine, mais aussi le matériel et l’innovation technologique.2. Latechnologie au service de l’accessibilitéAujourd’hui, le développement technique et technologique fait référence à un vaste champ d’études, de recherches et de
8
Préface
développements de produits et prestations pour répondre à une diversité de besoins, dont ceux des personnes handicapées. Ce champ, initialement influencé par le vieillissement de la population et ses conséquences sur l’autonomie et la dépendance des personnes âgées, s’est d’abord constitué autour de la technologie de la santé et de la gérontechnologie (Cudennec et Rogez, 2008). Progressivement, il s’élargit à un public englobant les personnes en situation de handicap avec les technologies pour l’autonomie et les technologies d’assistance (Poletti, 2005). Comme l’explique 2 Bloch , les technologies pour l’autonomieont pour vocation de compenser la situation de handicap de la personne, qu’elle soit handicapée, âgée en perte d’autonomie et/ou atteinte d’une maladie chronique invalidante. Visant àconcevoir des produits et/ou services favorisant la compensation d’une perte d’autonomie afin d’accompagner les personnes en situation de handicap dans leur vie quotidienne et faciliter ainsi leur participation sociale, elles regroupent une kyrielle de dispositifs qui vont de produits assez simples comme la canne ou la barre d’appui à des produits plus complexes technologiquement comme le fauteuil tout terrain, le fauteuil connecté ou encore le gyropode et l’exosquelette. Quant aux technologies d’assistance, pensées en fonction des différents types de handicap, elles englobent les services, systèmes 3 et prestations liés à l’assistance d’une personne. 4 Khomiakoff précise queles technologies d’assistance incluent non seulement les appareillages classiques, mais aussi les outils ou systèmes techniques susceptibles de faciliter le déplacement, la manipulation, la communication, le contrôle de l’environnement, les activités simples ou complexes de la vie quotidienne, domestique, scolaire, professionnelle ou sociale. En tous les cas, ces technologies sont à considérer comme des aides techniques définies par une norme ISO commetout produit,
2 Bloch M.-A., Éditorial, IRBMpour5-6 spécial : Technologies , vol. 30, n° l’autonomie, CNSA, novembre 2009, p.44. 3 En 2015, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) lance une enquête internationale afin d’identifier les 50meilleures technologies d'assistance technique améliorant la vie des personnes pour établir une liste de produits et aides techniques prioritaires à intégrer dans les systèmes de santé. 4 Khomiakoff R., « Handicap et technologies d'assistance : la place de la dimension subjective »,Journal des psychologues9, 2006, p. 62-65, ici242, n° , vol. p. 62.
9
Corps, sport, handicaps - tome 3
instrument, équipement ou système technique utilisé par une personne handicapée, fabriqué spécialement ou existant sur le marché, destiné à prévenir, compenser, soulager ou neutraliser la déficience, l’incapacité ou le handicap(Iso-9999, 2002).Actuellement, le champ de la technologie au service du handicap est dynamisé par les innovations et apports des aides à la 5 motricité, des technologies de l’information et de la communication (TIC) (Balin et Gossart, 2014), des technologies d’interface ainsi que de la domotique. En constante mutation et initialement alimenté par des systèmes et produits strictement pensés pour des personnes à besoins spécifiques comme les personnes âgées ou en situation de handicap, il est redessiné par des perspectives plus universalistes (Macé, 1985 ; Ostroff, 2001). En effet, sous l’influence de la conception universelle ou pour tous, la conception de produits techniques et technologiques dits grand publics’adapte à un panel plus large et varié de destinataires dont les personnes handicapées constituent un segment. Cela aboutit au décloisonnement d’une offre spécialisée restreinte visant l’augmentation de l’autonomie au profit d’une offre touchant le plus grand nombre qui prône le confort et la qualité d’usage pour tous. En ce sens, la technologie s’affirme au service non seulement de l’autonomie de la personne mais aussi de l’accessibilité de et à la société. Au même titre que l’environnement physique et architectural ainsi que de l’intervention et l’aide humaine, la technologie peut être un facilitateur, c’est-à-dire une condition facilitant l’accessibilité.
5 À titre d’exemple, nous pouvons citer le fauteuil électrique multidirectionnel guidé soit par les mouvements corporels du danseur ou par commande vocaleviaunSmartphone développé dans un projet de danse en Floride. Cf. « Rolling Dance/Mobility Chair Project », Morris M.L., « Mobilizing Possibilities: Dance, Disability and Technology »,The Journal of Humanities in Rehabilitation, 2015.
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents