Guide du bien-être du télétravailleur
170 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Guide du bien-être du télétravailleur

-

170 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Pouvoir travailler chez soi, ah quel plaisir!, pense-t-on. Hélas, ce n'est pas toujours le cas. Le travail à distance, ou télétravail, a ses exigences propres qu'il faut bien connaître. A une époque où cette forme d'activité, qui permet d'exercer en dehors des locaux professionnels, est en pleine expansion, mieux vaut être au fait de ses avantages et de ses inconvénients. Voici un ouvrage clair, simple, pratique qui se propose de nous aider.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 février 2016
Nombre de lectures 296
EAN13 9782140001413
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Couverture
4e de couverture
Couverture : composition de Marie-France Medana
Crédits photographiques :
Pour les figures 2 – 3 - 6 – 7 – 8 –9 -10 – 13, Steelcase , spécialiste de l’aménagement des espaces de travail – avec leur aimable autorisation – La figure 58 est due au site internet de Thérapies du corps
Les autres photographies sont de l’auteur Marie-France Medana
Modèle : Isabel Guasch

Composition de l’ouvrage : Dapoya, Yam Pukri, Ouagadougou
Titre
Marie-France MEDANA





Guide du bien-être
du télétravailleur


et de tous les travailleurs connectés














L’H ARMATTAN
Copyright

© L’HARMATTAN, 2016
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris

www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

EAN Epub : 978-2-336-75377-5
Sommaire Couverture 4e de couverture Titre Copyright Sommaire Remerciements Préface 1 Préface 2 Pourquoi ce livre ? Quelques éléments de réflexion Guide Pratique L’essentiel à retenir Bouger plus : l’essentiel à retenir Condensé de Bien-être En conclusion Bibliographie Sites Internet SANTÉ ET MÉDECINE AUX ÉDITIONS L’HARMATTAN Adresse
Remerciements
Je tiens à remercier ici :

— Thierry Coste, Catherine Gall de Steelcase International Workspaces Future Research et Raphaëlle Walter, pour leur soutien bienveillant durant la préparation de ce Guide ;

— Gérard Guasch pour sa préface, ainsi qu’Isabel Guasch qui a aimablement posé pour les photographies ;

— Denis Pryen, pour l’impulsion finale qu’il a donnée à cette édition ;

et exprimer une reconnaissance toute particulière à :
— Nicole Turbé-Suetens qui m’a accompagnée au long cours de cette aventure .
Préface 1
Travaillez, prenez de la peine… 1 Cette morale de fable apprise à l’école s’est gravée dans les replis du cerveau de bien d’entre nous. Elle y cohabite avec la fameuse petite phrase biblique : Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ! Toutes deux forment une injonction non dépourvue de menace : celle d’une souffrance.

Cela voudrait-il dire qu’il est inéluctable de souffrir en travaillant ?

Si l’on en croit l’étymologie du mot – qui en ancien français signifiait “tourment, souffrance” et vient du latin vulgaire : tripaliare (torturer), lui-même issu de tripalium (instrument de torture à trois poutres sur lequel on attachait les esclaves rebelles) – on pourrait le croire. Mais ne nous laissons pas abuser par les mots, les conditions de travail ont bien changé depuis le XII ème siècle 2 et plus encore ces toutes dernières années. Il convient donc de regarder la situation avec un œil neuf et d’accepter que travailler peut être bien autre chose que souffrir.

Certes, tout travail comporte une part d’astreinte, de contrainte, de charge, mais lorsqu’il s’exprime, l’élan créateur est source de joie et de satisfaction. Et le travail, qui pour la plupart d’entre nous est une nécessité vitale, fait de nous des « artisans de vie », la nôtre et celle des autres.

Pour bâtir une cathédrale, il faut casser des pierres. Mais ce n’est pas la même chose de se vivre comme casseur de pierre ou comme bâtisseur de cathédrale ! Le sens que nous donnons au contenu et à la forme de notre travail enrichit celui-ci.

N’hésitons donc pas à valoriser ce que nous faisons. Acceptons aussi que prendre soin de soi n’est pas de l’égoïsme, mais de la prévention ; et n’oublions pas qu’ à chaque jour suffit sa peine . Petite phrase pour petite phrase, celle-ci peut être un garde-fou, un pare-feu qui nous protège du burn-out , de l’épuisement total.

Prévention , voilà le maître mot qui tisse le contrepoint de ce petit ouvrage qui se présente judicieusement et de façon toute pratique comme un « guide de bien-être ».

Marie-France Medana, que je connais depuis longtemps et dont j’ai souvent eu l’occasion d’apprécier les qualités de clinicienne, d’animatrice et d’accompagnante, ne nous livre pas ici des recettes toutes faites : elle nous propose des pratiques longuement expérimentées qui ont fait leurs preuves. Des pratiques simples, brèves, peu contraignantes et cependant efficaces, dont le but est clairement exprimé : nous aider à nous sentir mieux dans l’accomplissement de notre tâche. Vous pouvez lui faire confiance ; psychologue du bien-être, elle sait de quoi elle parle, c’est sa spécialité.

Si Marie-France est à l’avant-poste, ma fonction de médecin me situe à l’arrière-garde et il m’échoit de voir les dégâts tant physiques que psychiques qu’entraîne un travail mal organisé, mal assumé et mal géré, souvent depuis longtemps.

Le manque de prise en compte de soi peut entraîner de lourdes conséquences : crampes musculaires, douleurs ostéo-articulaires, raideurs cervicales et lombaires, fatigue visuelle, maux de tête, troubles circulatoires, insomnie, obésité… entre autres. Sans parler des découragements, perte de joie de vivre, états dépressifs de profondeur diverse et de fréquence accrue qui précèdent ou viennent se greffer sur les maux du corps. Corps et esprit forment en effet un tout fonctionnel intimement articulé dont chaque facette se répercute sur les autres : Comment donc ne pas vous inviter à prendre bien soin de vous ? Marie-France se propose de nous y aider.

N’hésitons pas à la suivre !

Dr. Gérard Guasch

Le Docteur Gérard Guasch, médecin psychosomaticien et formateur en santé, pratique une forme de médecine intégrative qui allie soins conventionnels et alternatifs. Il est aussi maître taoïste et auteur de différents ouvrages, parmi lesquels : Arsène Lupin, un caractère sur le divan (L’Harmattan, 1997), Quand le corps parle (Sully, 1998), Vivre l’énergie du Tao (Presses du Châtelet, 2010), Tintin sur le divan (L’Archipel, 2011). Et, en collaboration avec Anne-Marie Filliozat, Aide-toi, ton corps t’aidera (Albin Michel, 2006), Ces petits riens qui changent la vie. Pour aller mieux chaque jour (Albin Michel, 2013).
Il a sous presse : Le tao du bonheur , à paraître aux Presses du Châtelet.
1 Fable : Le Laboureur et ses Enfants - La Fontaine -1621-1695
2 Au Moyen-Âge, tout n’était pourtant pas aussi mauvais qu’on le croit trop souvent. À cette époque, le travail était réglementé de façon telle qu’il ne pouvait être, officiellement, réalisé qu’à la lumière du jour, les dépassements d’horaire, à la torche ou aux bougies, devenant du travail au noir .
Préface 2
Les projets de mise en place du télétravail se multiplient en France et force est de constater qu’à ce jour il s’agit presque systématiquement de télétravail exercé au domicile du télétravailleur. Or, notre expérience du terrain nous a montré que rares étaient les logements dans lesquels un espace de travail existait et que la grande majorité des salariés ne connaissait absolument pas les règles élémentaires de l’ergonomie d’un poste de travail. C’est pourquoi nous avons pensé utile d’en rappeler les principes essentiels pour tous les télétravailleurs qui sont amenés à installer leur « coin de travail » chez eux.

Un autre constat est celui de l’intensité de travail du télétravailleur dont il est communément admis qu’il est généralement plus productif que le salarié qui va au bureau. Une des raisons étant souvent que le télétravailleur estime qu’il bénéficie de conditions de travail privilégiées et qu’il veut démontrer qu’il travaille. En effet, le temps n’est pas encore révolu où certains collègues ne se privent pas de remarques désobligeantes telles que : « Ah ! Tu as pris ton jour de RTT ? » ou encore « Ah ! Tu es maintenant à temps partiel ? », etc. Pour dépasser ce retard culturel, il faudra que le nombre de télétravailleurs dont l’organisation du travail est contractualisée soit beaucoup plus important qu’aujourd’hui.

Pour ceux-là, nous avons pensé qu’il était utile de donner quelques clefs simples pour mieux vivre physiquement et mentalement leurs journées de télétravail. Il s’agit de conseils et de recommandations émis par une professionnelle expérimentée de notre réseau avec qui le dialogue est ouvert à partir de ce Guide .

Nous espérons ainsi contribuer à augmenter le nombre de télétravailleurs heureux en France.

Nicole Turbé-Suetens (†)

Nicole Turbé-Suetens (1944-2015), expert international en télétravail, a fondé Distance Expert en 1996. Pionnière de la relation à distance, elle a animé de nombreux groupes de réflexion sur le sujet. Conférencière internationale, elle participa à la rédaction de plusieurs ouvrages, son dernier, écrit avec Pierre Morel à l’Huissier s’intitule : Le télétravail en France (Pierson, 2010). Son appui intellectuel pour ce Guide fut sa dernière contribution au sujet.
Pourquoi ce livre ?
Depuis quelques années, une forme nouvelle d’organisation qui permet d’exercer son activité en dehors des locaux professionnels, le télétravail , se développe en France et dans le monde.

En tant que psychologue du bien-être j’accompagne des adultes actifs dans ce domaine. Cet accompagnement se fait de façon personnalisée au cours de séances individuelles ou d’ateliers qui allient soutien psychologique, relaxation, sophrologie, dynamique mentale, Qi-Gong, massage et exercices physiques, pour la plus grande satisfaction des participants.

Encouragée par ce succès, j’ai souhaité mettre à la portée de tous ceux qui utilisent quotidiennement un ordinateur ou tout autre outil informatique, de bonnes pratiques pour leur bien-être. En effet, ma double formation de physiothérapeute/kinésithérapeute et de psychologue m’a conduite à prendre le contrepied de l’avalanche de maltraitances dont la presse se fait écho chez les travailleurs et que je constate moi-même chaque jour, dans les entreprises où j’exerce mon métier.

Consultante spécialisée dans la communication interculturelle et interpersonnelle, je me suis consacrée au développement personnel et professionnel au sein de multinationales en Europe, Canada, USA et Amérique Latine pendant une trentaine d’années. Puis j’ai étendu cette pratique à la communication engendrée par les nouvelles approches de travail à distance telles que le télétravail, l’e-learning et le management de la connaissance. Ceci m’a permis de développer une expertise de coach dans l’utilisation des technologies de l’information et de la communication auprès des différents partenaires de plusieurs projets européens.

Voici longtemps déjà que je travaille à distance, depuis mon domicile, un centre d’affaires, un télécentre, un espace de coworking, un hôtel ou même dans le train grâce à mon ordinateur portable – et aujourd’hui ma tablette -, pour concevoir un rapport, rédiger un compte-rendu ou maintenir le contact avec mes clients.

Le tourbillon de la vie et les pressions croissantes que celle-ci nous impose font que, trop souvent, nous ne pensons plus qu’au travail et négligeons notre bien-être. Celui-ci est pourtant essentiel à notre équilibre et notre santé. C’est pourquoi ce livre se propose d’être un mode d’emploi pratique pour mieux vivre en télétravaillant.

Vous y trouverez un rappel des conseils ergonomiques de base et de nombreux exercices utiles à votre bien-être pour travailler sur un ordinateur en toute sérénité. Tous ont fait l’objet d’études scientifiques qui ont confirmé leur efficacité.

Dans la première partie, Quelques éléments de réflexion , je m’intéresse tout d’abord au contexte général du monde du travail actuel, puis de façon plus spécifique au télétravail . En effet, quel que soit notre secteur d’activité – travailleurs, salariés, chefs d’entreprises, enseignants, étudiants, chercheurs ou écrivains… – nous sommes aujourd’hui tous, ou presque, concernés par le travail sur ordinateur. Aussi, au-delà même du télétravail, j’aborde dans ce chapitre l’impact des technologies de l’information et de la communication sur les conditions de travail au quotidien.

La deuxième partie se présente comme un Guide pratique riche en ressources.

Quant à la troisième, intitulée Condensé de bien-être , elle propose 4 séquences d’exercices : 5’ pour rester en forme ; 5’ pour récupérer ; Pour une détente totale et Visualisez votre bien-être , très faciles à réaliser et surtout très efficaces pour vous sentir bien.

J’espère que ce livre vous aidera à vivre votre bien-être en télétravaillant.
Quelques éléments de réflexion
Un nouveau monde du travail
Le télétravail
Au-delà du télétravail
Le bien-être en questions
La dimension cachée du bien-être
Un nouveau monde du travail
Comme il parait loin ce temps où il était possible d’entrer dans une entreprise et d’y faire carrière jusqu’à la retraite ! Aujourd’hui, le changement est devenu la règle et nous pousse à développer sans cesse nos capacités d’adaptation.

Au fil du temps, notre mode de vie et nos activités professionnelles ont évolué d’un monde agricole vers un monde ouvrier, puis vers une sédentarisation des employés et des cadres, les cols blancs, pour acquérir récemment un profil plus nomade .

Après l’ère industrielle qui a dominé le 19 e et le 20 e siècle, voici l’ère du numérique au 21 e siècle. L’avancée des technologies de l’information et de la communication progressant, l’être humain s’est vu fréquemment secondé et parfois même remplacé par des robots dans les usines et des ordinateurs dans les bureaux. Et c’est loin d’être fini !

On peut parler en ce 21 e siècle, avec des services d’accueil en tous genres – services à la personne, domotique, avancées dans le domaine de la défense, de la sécurité, de la prévention et de la médecine –, d’une véritable robovolution 3 . Et nous assistons à une expansion impressionnante des nanotechnologies, vaste sujet qui dépasse le cadre de ce livre, mais mérite d’être mentionné pour l’impact qu’il aura sur les modes d’organisation du travail à venir. En effet, nos sociétés évoluent à grande vitesse. D’essentiellement physique, le travail est devenu intellectuel et l’ère des services a placé le client au cœur de la stratégie des entreprises, ce qui rend aujourd’hui toute activité éminemment relationnelle. En parallèle, la mobilité s’est développée.

Qu’il s’agisse des migrations géographiques quotidiennes ou des déplacements professionnels et familiaux, la mobilité physique caractérise nos sociétés modernes. Aussi une mobilité des mentalités devient-elle nécessaire pour s’adapter à ce monde en mutation.

En effet, au modèle de carrière se déroulant dans une structure stable et protectrice a succédé un système où la vie professionnelle est rythmée par des ruptures multiples. Cela se traduit concrètement par la nécessité de migrer d’un emploi à l’autre, faisant souvent appel à des compétences différentes, et aussi d’une entreprise à une autre. La mobilité de l’environnement professionnel et familial se généralise aussi.

Par ailleurs, la mondialisation a transformé le monde du travail en le fractionnant, faisant ainsi appel à une plus grande flexibilité du temps et du lieu où s’exerce l’activité. Comme le souligne Daniel Cohen dans son livre Nos temps modernes (2002) :

Le travail était standardisé, rigide, il est devenu polyvalent, flexible. Les institutions (entreprises, familles, patries) étaient paternalistes, autoritaires ; elles sont devenues permissives, voire libérales. Un sentiment d’unité habitait le monde, c’est celui d’insécurité qui domine .

Aujourd’hui le travail se décline selon de nouvelles modalités : à temps plein, télétravail régulier ou occasionnel, mais aussi semaine compressée pendant laquelle on travaille le nombre d’heures correspondant à un temps plein ou à un temps partiel hebdomadaire, la plupart du temps annualisé et effectué en partage de poste.

Les « travailleurs » sont devenus des « actifs » et doivent faire preuve d’une grande capacité d’adaptation. La mondialisation implique et la technologie permet que l’on soit disponible et réactif à tout moment, y compris sur son temps personnel. De fixe, l’ordinateur est devenu portable. On a vu apparaître les tablettes, smartphones et autres auxiliaires et se développer le travail collaboratif. L’apparition du Web 2.0 en 2006 a boosté les réseaux, les communautés virtuelles et aujourd’hui le cloud . On peut maintenant échanger de l’information grâce à différents outils : Intranet, communautés internes 2.0, blog, microblogging, Wiki, entre autres. On peut discuter d’une idée avec d’autres collaborateurs sans être obligés d’être réunis physiquement. Il en va de même à l’extérieur de l’entreprise avec les tweets et autres réseaux sociaux qui facilitent la communication instantanée à distance.

Etre connecté, dans tous les sens du terme, est ce qui caractérise ce nouveau monde du travail.
Le télétravail
Dans notre monde professionnel actuel, le télétravail se développe et de plus en plus de nombreuses entreprises y recourent.

Littéralement, le mot télétravail signifie travail effectué à distance . Le préfixe télé , du grec ancien τῆλε, lui confère aussi le sens de travail exécuté par l’intermédiaire de la télécommunication c’est-à-dire la transmission, l’émission et la réception à distance de signaux, d’écrits, d’images, de sons ou de renseignements de toute nature par fil, radio, électricité, fibre optique ou autres systèmes .

La notion de télétravail combine ainsi l’utilisation des technologies de l’Information et de la Communication avec la notion de flexibilité du lieu de travail.

Si le concept de télétravail est évoqué dès 1950 par Norbert Wiener dans son ouvrage Human use of Human Beings. Cybernetics and Society , il faut attendre les années 1970 pour que celui-ci devienne, au moins dans les esprits, une option face au travail nécessitant la présence dans l’entreprise. Et ce n’est qu’en 1978 que la Direction Générale des Télécommunications, devenue France Télécom, lance des expériences de télétravail en créant des agences de proximité, vitrines de nouvelles formes de consommation dans les télécommunications.

En 1983, aux Etats-Unis, l’inventeur du telecommuting , Jack Nilles, insiste sur l’idée d’un lieu satellite construit ou mis à disposition près du domicile des télétravailleurs… par la firme qui les emploie .

Les appels à projets lancés en France dans les années 90 montrent le chemin parcouru et le passage de rêves futuristes à des réalités plus concrètes. Au cours de cette même décennie, l’Europe investit dans des missions de recherche sur le télétravail.

Et, comme toujours, la technologie et ses usages conduit à légiférer.

C’est ainsi que, depuis l’accord-cadre européen de 2002, en passant par l’Accord national interprofessionnel de 2005 (ANI), la France aboutit en 2012 à la loi Warsmann 4 dont l’article 46 définit le télétravail.

Cette loi a inscrit en 2012 le télétravail dans le Code du travail grâce à la ténacité d’un groupe de parlementaires parmi lesquels le député de la Lozère, Pierre Morel à l’Huissier auteur, avec Nicole Turbé-Suetens, de l’étude très documentée (2010) Le télétravail en France – fondamentale pour qui veut approfondir cette question.
Voici la définition du télétravail suivant l’Accord national interprofessionnel 5 du 19 juillet 2005 qui a été étendue en mai et en juin 2006 et finalement retenue dans le texte de loi cité plus haut.

Le télétravail est une forme d’organisation et/ou de réalisation du travail, utilisant les technologies de l’information dans le cadre d’un contrat de travail et dans laquelle un travail, qui aurait également pu être réalisé dans les locaux de l’employeur, est effectué hors de ces locaux de façon régulière

Cette définition formalise une fois pour toutes le fait que le télétravail concerne les salariés avec un contrat de travail en France et que la double règle du volontariat et de la réversibilité est un élément clé à respecter tant de la part de l’employeur que du salarié. La réversibilité est un mode d’organisation, soumis à l’accord du manager du télétravailleur, dans lequel le télétravail peut être remis en cause à tout moment par l’une ou l’autre des parties, selon les modalités négociées dans l’accord d’entreprise ou l’avenant individuel du télétravailleur.
Dans son article paru dans Les Echos le 14 Avril 2012, Nicole Turbé-Suetens souligne que par rapport à l’Accord national interprofessionne l5 en vigueur depuis le 19 juillet 2005, cette loi apporte :

Tout d’abord une définition légale, qui inclut le volontariat et s’applique à l’ensemble des salariés du secteur privé. Et elle remarque que Cette loi présente aussi le grand avantage de bien distinguer le télétravail du travail à domicile dans l’Art. L.1222-9, définissant le télétravail. Il ne faut pas perdre de vue que le télétravail ne peut être assimilé au travail à domicile, géré par des aspects législatifs qui lui sont propres. Autre aspect extrêmement intéressant pour le monde du travail français : la loi sur la précarité dans la fonction publique, dont le rapporteur était le député Pierre Morel à l’Huissier, votée à l’unanimité le 31 janvier 2012 et publiée le 12 mars 2012 au Journal officiel, prévoit dans son article 133 l’introduction du télétravail dans le statut des fonctionnaires relevant de la loi N°83-634 du 13 juillet 1983. Ces derniers peuvent exercer leurs fonctions dans le cadre du télétravail, tel qu’il est défini au premier alinéa de l’article L. 1222-9 du Code du travail, prévu par la loi Warsmann. Donc, un texte identique s’applique au secteur public et au secteur privé.

La loi Warsmann 6 pose ainsi les principes essentiels des droits et devoirs des employeurs et des télétravailleurs, tout en laissant toute la place à la négociation collective pour le détail des modalités d’organisation du travail, lesquelles sont consignées dans un avenant au contrat de travail du télétravailleur. Le législateur précise aussi qu’il est nécessaire de fixer les plages pendant lesquelles le télétravailleur est joignable, afin d’éviter les abus du joignable à tout moment, du fait des technologies de l’information et de la communication .
Depuis une petite dizaine d’

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents