Guide du jeune candidat à l emploi en Guinée
81 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Guide du jeune candidat à l'emploi en Guinée , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
81 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce guide rassemble des témoignages de responsables de ressources humaines et de professionnels du recrutement. Il est illustré par des exemples concrets et pratiques qui permettent au chercheur d'emploi d'envisager ses démarches "en situation". Enfin il s'appuie sur des statistiques très utiles pour la compréhension du chômage des jeunes en Guinée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2010
Nombre de lectures 241
EAN13 9782296698604
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Guide du jeune candidat à l’emploi
en Guinée
Forum des Jeunes de Guinée

Guide du jeune candidat à l’emploi
en Guinée


La stratégie de recherche d’emploi
expliquée aux jeunes diplômés


L’H ARMATTAN
© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-11808-9
EAN : 9782296118089

Fabrication numérique : Socprest, 2012
uvrage numérisé avec le soutien du Centre National du Livre
PREFACE
Trois éditions successives du Salon de l’emploi ont forgé la conviction du Forum des Jeunes de Guinée sur le besoin plus que pressant d’une véritable politique emploi jeunes dans le cadre d’une approche globale intégrant une multitude de paramètres.

Parmi ceux-ci, la formation académique de base, l’acquisition de l’expérience professionnelle mais aussi le développement personnel des candidats à l’emploi et notamment la maîtrise des techniques de recherche d’emploi.

Les statistiques tirées des candidatures de 1200 jeunes, lors de la 3ème édition du salon de l’emploi, sont, à ce titre, édifiantes :

Plus de 75% des candidats n’avaient jamais suivi de formation aux techniques de recherche d’emploi ;
Bien qu’ayant terminés leurs études depuis plus de deux ans (critère de sélection pour le SADE 2009), plus de 21% n’avaient jamais déposés de dossier de candidature dans une entreprise ;
Dans le lot de ceux ayant déjà postulé à un emploi, 20 % seulement avaient déposé un dossier complet ; il leur manquait soit le Cv soit, la plupart des fois, la lettre de motivation.

Le résultat se devine aisément : la majorité de candidats n’étaient jamais parvenus jusqu’au test de recrutement ou à l’entretien d’embauche (respectivement 64% et 72%) étapes qui, théoriquement, supposent que le candidat a au moins passé avec succès la présélection par les CV et la lettre de motivation.

Par ailleurs, les entreprises participantes aux différentes éditions du Salon de l’emploi et, pour plusieurs d’entre elles, en mal de ressources humaines de qualité, ont toutes opéré les mêmes constats :

D’une part, le faible niveau de formation de base de beaucoup de candidats ;
D’autre part, même lorsque le niveau semble correct, l’impossibilité d’évaluer le candidat du fait de son incapacité à « se vendre ».

L’amélioration générale de l’enseignement en Guinée, condition obligatoire pour régler le premier aspect du problème, relève d’une entreprise dont la responsabilité appartient d’abord aux pouvoirs publics. Ce qui n’empêchera pas le FOJEG d’apporter sa contribution à ce défi très prochainement.

En revanche, considérant la réelle volonté des entreprises d’embaucher des jeunes guinéens pour peu qu’ils répondent à un minimum de standards acceptables, le FOJEG en partenariat avec les éditions l’Harmattan Guinée, a pris l’initiative d’éditer ce guide destiné plus particulièrement aux jeunes diplômés guinéens. Pour ce faire, il s’est appuyé sur l’expérience de responsables de ressources humaines ayant une connaissance approfondie du secteur de l’emploi en général et des spécificités du contexte guinéen en particulier. C’est cependant le soutien appuyé et combien efficace du Ministère des micro finances, du secteur informel, de l’emploi des jeunes et des femmes qui, au final, aura facilité la réalisation de ce projet. Le FOJEG tient particulièrement à remercier l’engagement personnel de Madame la ministre qui, très tôt, aura perçu l’utilité et l’opportunité de notre entreprise.

Sans avoir la prétention d’être le sésame de l’accès à l’emploi, le présent guide se veut un outil d’accompagnement du candidat à l’emploi. Nous souhaitons qu’en plus des efforts que chaque jeune demandeur d’emploi consentira pour améliorer sa formation académique de base, il sera un allié efficace dans son parcours professionnel.
Moustapha NAITE
Président du FOJEG
INTRODUCTION
La précarité de l’emploi et les exigences du marché et de la consommation dans les économies développées ont entraîné une surenchère au niveau des critères de sélection des employés. Chaque entreprise souhaite recruter les meilleurs et dans les meilleures conditions pour toujours plus de rentabilité dans le rapport coût/rendement du salarié.

C’est ce contexte hautement sélectif qui a fait de la recherche d’emploi une discipline à part entière et qui exige une démarche jalonnée de règles, d’indicateurs et de références précises.

Ces paramètres fondamentaux dans les pays développés se sont très vite transposés non seulement aux filiales des grands groupes implantés en Afrique et notamment en Guinée mais également aux entreprises locales désireuses de s’étalonner aux standards internationaux de gouvernance d’entreprise. Ainsi, toute relativité observée, à l’image du chercheur d’emploi européen, le candidat à l’emploi ou au stage en Guinée devra non seulement améliorer son employabilité à la hauteur du poste recherché mais également respecter les règles de base de la recherche d’emploi et de l’intégration professionnelle.

La multiplicité des secteurs d’activités, la concurrence et les avancées technologiques élevant sans cesse les indicateurs de performance des entreprises, les techniques de recherche d’emploi se sont affinées et déclinées en autant de secteurs et de niveaux d’exigences et de responsabilités.

Le présent guide n’a pas la prétention de parcourir l’ensemble des techniques de recherche d’emploi, entreprise utopique eut égard à la diversité des règles existant en la matière, selon les secteurs d’activités, les postes envisagés et la culture concernée. Néanmoins, les recommandations ci-après exposées sont le fruit d’une synthèse et d’une harmonisation des règles impératives qu’un jeune candidat doit connaître dans le cadre de sa quête d’emploi ou de stage . Elles s’attachent également à prendre en compte certaines spécificités guinéennes.

La maîtrise de ces techniques est certes indispensable mais elle n’est pas suffisante. Le principal atout du candidat restera sa formation de base et les outils dont il se dotera en complément (langue étrangère, informatique, etc)

Le candidat apprendra dès lors que, pour postuler à un emploi ou un stage, sa formation, ses expériences professionnelles éventuelles et son vécu doivent impérativement figurer sur un CV qui doit accompagner une lettre de motivation, dans le but de décrocher un entretien d’embauche reflétant son développement personnel. Ces étapes (II) devront s’accompagner d’une démarche incitative destinée à favoriser la prise en compte de votre candidature. C’est pourquoi, particulièrement lorsque vous recherchez un stage, vous devrez aussi être en mesure de proposer une mission à l’entreprise qui vous intéresse afin, au final de réussir votre intégration en entreprise (III).

Avant toutes ces étapes, il est cependant nécessaire de rappeler au candidat les fondamentaux du succès en matière de recherche d’emploi (I). C’est seulement fort de tous ces acquis que le candidat mettra en place une véritable stratégie de recherche d’emploi (IV). Bien entendu, il est important que le demandeur d’emploi dispose d’un minimum de connaissances par rapport à la réglementation du travail et notamment en début de relations employeurs/employés (V).

Enfin et surtout, décrocher un premier emploi ou un stage relève souvent d’un parcours parsemé de désillusions et d’erreurs, toutes choses qui participent à l’aguerrissement du jeune candidat pour les défis futurs. Il est donc inutile de se décourager tant il est vrai que « Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir»
(Jean Mermoz)
LES FONDAMENTAUX
DE LA RECHERCHE D’EMPLOI
I. LES FONDAMENTAUX DE LA RECHERCHE D’EMPLOI
Ainsi que tous les marchés pris au sens commercial du terme, le « marché » du travail se caractérise par la forte concurrence entre ses acteurs, candidats à l’emploi et recruteurs. Nous sommes en présence d’un domaine où le sentimentalisme n’a pas de raison d’être, la recherche du potentiel exploitable, la culture de la rentabilité et du résultat est la seule valeur en cours.

Dans un tel contexte, avant même d’analyser les techniques de recherche d’emploi il faut tout d’abord prendre conscience qu’il existe un certains nombres de facteurs hors de contrôle du candidat : l’environnement économique, la politique sociale mise en place par les pouvoirs publics, les spécificités du marché de l’emploi et des différents secteurs d’activité, le dynamisme ou la morosité des différents secteurs d’emploi.

La nécessité pour le candidat à l’emploi d’acquérir les techniques de recherche d’emploi résulte donc d’un constat élémentaire : ce sont les seuls facteurs qu’il maîtrisera dans sa démarche d’insertion professionnelle et qui lui permettront de décrocher un emploi dès lors que les facteurs hors de son contrôle seront favorables.

Entendons-nous bien, quelque soit la bonne santé d’un marché ou d’un secteur d’activité, le contexte économique favorable ou la politique mise en place pour favoriser l’emploi, à compétences sensiblement égales, celui qui ne sait pas « vendre » ses compétences aura plus de mal à trouver un emploi que celui qui maîtrise les exigences de cette démarche.

Pour cela et avant de développer les principaux instruments de ce qu’il faut considérer comme une discipline à part entière, il est indispensable d’assurer ce que nous appelleront les fondamentaux de l’employabilité, ce dernier concept se définissant comme « l’ensemble des préalables qu’une personne doit posséder à un niveau minimal afin de chercher, de trouver et de conserver un emploi {1} »
Ces éléments essentiels s’envisagent à plusieurs niveaux ; allant de l’éducation au sens strict et familial du terme aux formations complémentaires en passant par l’accompagnement personnalisé du candidat tels que les séances de coaching.

N’ayant pas la prétention de refaire l’éducation de base des plus jeunes, nous concentreront notre propos sur les préalables généraux à la recherche d’emploi et sur quelques compétences complémentaires à la formation initiale de base qui sont aujourd’hui fondamentales sur le marché de l’emploi
A. Les préalables à la recherche d’emploi
1. PREALABLES GENERAUX
Il s’agit des caractéristiques essentielles à posséder avant d’entreprendre des démarches d’intégration au travail. Santé physique et mentale, autonomie sociale sont trois exemples évidents de caractéristiques qui disposent une personne à intégrer le marché du travail. Il ne faut pas oublier la nécessité d’avoir un projet vocationnel, réaliste et réalisable, une certaine connaissance de soi, de la réalité sociale et également du marché du travail.
2. PREALABLES LIES A UN SECTEUR D’EMPLOI
Cette dimension correspond à ce qui est nécessaire pour fournir le rendement quantitatif et qualitatif dans un secteur d’emploi. Il est ici question de la formation générale, de la formation professionnelle et de l’expérience de travail permettant de répondre aux exigences d’un emploi. D’autres facteurs comme la polyvalence face aux tâches à accomplir, la possibilité de reconnaître et de transférer ses acquis antérieurs et l’adéquation entre la personnalité, les tâches ainsi que les responsabilités en font également partie.
3. ADAPTATION AU TRAVAIL
Il est question d’un ensemble de qualités et de compétences, principalement interpersonnelles permettant à l’individu d’interagir adéquatement avec son milieu de travail et d’assumer ainsi son rôle de travailleur. Faire une liste exhaustive des éléments concernés serait trop long, mais en voici des exemples : ponctualité, assiduité, communication (avec les pairs, les clients. les dirigeants), interaction avec les normes implicites et explicites du milieu… »
B. Les compétences complémentaires
Il s’agit, par ordre d’importance, de la maîtrise des principaux outils bureautiques, de l’apprentissage d’une langue étrangère (anglais de préférence) et d’une initiation à un métier différent et/ou complémentaire de sa formation de base.
1. LES OUTILS BUREAUTIQUES
L’équation est simple : l’informatique a envahit tous les secteurs de la société qu’ils soient professionnels ou non. Il n’existe pratiquement aucune activité professionnelle qui ne requiert pas à un moment donné l’utilisation d’un ordinateur soit pour ses propres besoins, soit dans ses relations avec ses partenaires.

Le traitement de texte (Microsoft Word ou Open Office Writer {2} ), le tableur (Microsoft Excel ou Open Office Calc) sont les deux logiciels qu’il faut obligatoirement apprendre. Aujourd’hui la différence se fait en faveur de ceux qui, en plus de maitriser ces deux outils sont capables d’utiliser un système de gestion de base de données tel que Access et éventuellement les présentations PowerPoint.

Il est malheureux de constater qu’aujourd’hui encore, beaucoup de jeunes diplômés ne perçoivent pas le caractère indispensable de ces compétences et arrivent sur le marché du travail en espérant apprendre pendant qu’ils seront en entreprise. Sachez que cette lacune est éliminatoire dans 80% des cas !
2. LA LANGUE ETRANGERE
Au deuxième niveau des compétences complémentaires se trouve la langue étrangère. Bien entendu, s’il ne faut en posséder qu’une autant privilégier l’anglais, langue internationale par excellence. Plusieurs niveaux de connaissance sont envisageables, le candidat devra au moins pouvoir suivre une conversation courante, à défaut de savoir écrire dans ladite langue.
Attention à ne pas s’autoproclamer bilingue alors que l’on ne possède que les rudiments de la langue (voir en page 21, rubrique « langues étrangères).
3. LA DOUBLE COMPETENCE
Avoir une formation de base de qualité est certes indispensable pour trouver et conserver un emploi mais elle sera d’autant plus appréciée qu’elle sera accompagnée de compétences pédagogiques ou techniques complémentaires.

Ainsi pour un poste de Responsable Export dans une entreprise commerciale un Docteur en droit des affaires sera moins opérationnel qu’un titulaire d’un Master en Droit des affaires qui aura suivi une formation complémentaire sur les Incoterms ou le Commerce international {3} . Il existe en effet des formations intensives très courtes qui n’en demeurent pas moins très valorisantes et que l’on peut même parfois suivre à distance {4} .

Voici ce qu’en dit Chantal Poty {5} « Avec un Bac +2/3/4, les étudiants justifient d’une première compétence, que ce soit en mécanique, en biologie, en droit ou en économie………..Les admissions parallèles présentent donc un grand intérêt pour eux dans la mesure où elles permettent de compléter un acquis par une formation, puis de le valoriser tout en lui conférant une nouvelle dimension. Elles offrent alors la possibilité de revendiquer une double compétence. Résultat, les étudiants affichent des profils intéressants sur le marché de l’emploi. En effet, ils mêlent les apports de l’université (sens de l’organisation, indépendance, bonne culture générale…) à ceux de l’école de commerce (compétences en gestion, management, comptabilité, finance, mais aussi expérience pratique acquise via les stages)… »

Ceci est encore plus vrai au niveau du recrutement commercial que la forte concurrence rend de plus en plus exigeant. C’est pourquoi le candidat qui répond à une offre d’emploi technico-commercial doit renforcer son employabilité en acquérant, si possible, une double compétence, technique et commerciale.

La tendance est en effet de proposer des offres d’emploi qui se déclinent en technico commercial, ingénieur commercial ou encore commercial électronique, qui nécessitent toutes de posséder une double compétence. Car plus que toute autre agent commercial, celui spécialisé dans des technologies de pointe doit mettre au service de la négociation commerciale ses connaissances techniques. Ainsi, dans l’industrie, on trouvera des ingénieurs qui accompagneront leur produit. Et leurs connaissances ou savoir-faire technique leur permettra de proposer des solutions ou des projets sur mesure à une problématique donnée du client ou du prospect.

Pour un emploi commercial informatique par exemple, l’aspect technique permet de négocier son produit avec des interlocuteurs de haut niveau. Il s’agit la plupart du temps d’ingénieurs ou de techniciens, ce qui est plutôt valorisant, surtout quand on vend des produits high tech. Il y a aussi l’aspect commercial. Rétribué à la commission, le bénéficiaire d’un contrat d’agent commercial en informatique peut rapidement bien gagner sa vie. C’est là encore un facteur motivant {6} . Enfin, décrocher une offre emploi de technico commercial représente généralement un tremplin efficace vers plus de responsabilités, telle que Responsable Produit ou même Directeur Commercial.
II. LES ETAPES DE LA RECHERCHE D’EMPLOI
Il reste vrai que les relations personnelles sont encore et toujours le meilleur moyen d’avoir un premier contact avec un recruteur. Les relations personnelles de Papa ou Maman, d’un oncle ou d’une tante sont les meilleurs passeports pour avoir une chance d’accès à un stage et, si affinités, un emploi.

Ceci dit, il faudra quand même, dans le meilleur des cas, respecter un minimum de formalisme et fournir un dossier de candidature composé du CV et de la lettre de motivation. Par ailleurs, pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir des « ambassadeurs familiaux » auprès des entreprises, le Curriculum Vitae et la lettre de motivation demeurent traditionnellement les premiers outils du candidat à l’emploi. Ils constituent la clé d’accès à l’entretien d’embauche.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents