Le management des talents
288 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le management des talents , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
288 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

"Attirer et retenir les meilleurs talents", telle pourrait être la bannière de nombreuses entreprises en matière de politique d'emploi. Mais qu'est-ce que le talent ? Est-il une compétence supérieure, un haut potentiel, un trait de personnalité ? Vient-il de l'hérédité, de l'éducation, des expériences ? Peut-on manager les talents ? Partant des relations des organisations sportives avec les sportifs de haut niveau, et en les confrontant aux concepts de la GRH, cet ouvrage propose une définition du talent utilisable par les organisations.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2007
Nombre de lectures 605
EAN13 9782336261317
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Entreprises et Management
Collection dirigée par Ludovic François
La collection Entreprises et Management est destinée à accueillir des travaux traitant des questions liées aux sciences de gestion et à l’entreprise. Les ouvrages publiés ont pour la plupart une vocation pratique. Certains d’entre eux sont issus de thèses professionnelles soutenues à HEC.
Déjà parus
K. LEMASSON [et.al.], Eau et paix au Moyen-Orient. La mer à boire : une solution durable  ?, 2007.
E. RIOT, Entrepreneurs , investisseurs , entre confiance et allégeance , 2006.
F. DUPUICH RABASSE, La gestion des compétences collectives, 2006.
D. LOTH, Le management. interculturel, 2006.
C. LAPASSOUSE MADRID et M.-C. MONNOYER LONGUE, La dimension numérique dans la stratégie commerciale. Brique. com, 2005.
D. SCHMAUCII. Les conditions du leadership, 2005.
B. BARATZ, P. A. BAUQUIER, J. DE VIDAS, Le business en Irak, 2005.
B. BARATZ, L’économie mondiale en mouvement, 2005.
G. LHOMMEAU, Le droit international à l’épreuve de la puissance crr7zoricaine, 2005.
G. RENARD, Les règles communautaires en matière d’Etat et la fiscalité, 2005
B. GIBERT, A. MARAUT. B. TELLE, Et après le pétrole ? Risques et enjeux géopolitico-financiers pour les Emirats Arabes Unis. 2005. Alain BOLLE, Le produit de la délinquance de proximité. L’économie souterraine, 2004.
L. MOUTAMALLE, L’intégration du développement, durable au management quotidien d’une entreprise, 2004.
Charles-Henri LAFONT, Les processus de privatisation en Bulgarie et en Roumanie (1989-2002) : Une transition confisquée ?, 2004.
Le management des talents

Pierre Miralles
© L’Harmattan, 2007
5-7, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
9782296039452
EAN : 9782296039452
Sommaire
Entreprises et Management - Collection dirigée par Ludovic François Déjà parus Page de titre Page de Copyright Introduction I. Actualité et pertinence de la notion de talent II. Le talent - construction d’un concept et d’une théorie utilisables en sciences de gestion III. Le management des talents comme gestion d’une ressource rare : description de quelques pratiques typiques dans le monde du sport professionnel Conclusion Générale Bibliographie
Introduction
L’ouvrage que l’on va lire parle du talent. Rien de nouveau là-dedans, dira-t-on, car le talent est vieux comme l’humanité. Certes oui, mais il s’agit ici d’un ouvrage de gestion, et non point d’art ou de littérature. Et le talent est non seulement un objet neuf en gestion, mais un objet qui pour l’essentiel reste à définir et dont le « mode d’emploi » reste à écrire, un objet un peu bizarre, qui inspire au gestionnaire des sentiments mêlés d’attirance et de rejet. Attirance car chacun voit bien que certains individus, formés de la même façon que les autres et placés dans les mêmes circonstances, réussissent mieux que les autres et parfois même au-delà des espérances placées en eux à l’origine. Pour le gestionnaire, les sources inépuisables de valeur que semble alors receler le talent suscitent la convoitise, mais aussi pas mal d’illusions et même de désillusions lorsque la performance à laquelle il s’était accoutumé n’est plus au rendez-vous, sans qu’on puisse bien souvent comprendre pourquoi. L’attrait laisse alors soudain la place au rejet, tout aussi injustement d’ailleurs dans bien des cas, et les exigences ou les fantaisies qu’on admettait chez les personnes de talent au moment de leurs succès, qu’on encourageait même par des surenchères permanentes, sont alors perçues comme des lubies, voire des provocations. Et les mêmes individus qu’on portait jadis au pinacle se voient soudain traités impitoyablement, et parfois même sans le moindre respect humain.

Mais qu’est-ce donc que le talent ? Et tout d’abord comment procéder pour définir le talent ? Ces questions sont des questions de recherche, et cet ouvrage est tiré d’une recherche doctorale, menée par l’auteur au sein du CREGO (Laboratoire de gestion de l’Université Montpellier 2) sur la gestion des talents dans le sport professionnel. Cette recherche, sous la direction du Professeur Jean-Michel Plane, a été conduite selon une démarche constructiviste. Non par choix de principe, mais par une nécessité tirée de son objet même. En l’absence ou quasi-absence de littérature théorique sur le thème du talent à proprement parler, il nous fallu élaborer par nous-mêmes un concept utilisable en sciences de gestion en nous appuyant sur une double recherche : recherche conceptuelle d’abord : elle a consisté notamment à positionner le talent par rapport à plusieurs notions « cousines » elles-mêmes utilisées par les sciences de gestion, comme par exemple les notions d’aptitude, de potentiel, de compétence, d’expertise, etc. recherche abductive ensuite, consistant à analyser certaines des manifestations les plus visibles du talent, en l’observant à l’œuvre sur un « terrain » privilégié, celui du sport professionnel. Celui-ci aura été utilisé comme une vaste « étude de cas » permettant d’établir des régularités observables et de les interpréter à partir d’un corpus théorique existant. Ce corpus n’a pas lui non plus été arrêté a priori au terme d’une première analyse de la littérature (celle-ci faisant défaut, comme on l’a dit), mais dégagé au fur et à mesure des besoins de mise en perspective des phénomènes eux-mêmes.
Ainsi, cette recherche « hybride» (progressant par allers-retours entre des concepts et une réalité empirique) présente certains des caractères de la théorie « enracinée », tout en restant perpétuellement soumise au contrôle de la théorie constituée. C’est cette démarche en quelque sorte duale qui explique le plan du présent document. Après avoir posé la problématique et évoqué la méthodologie (Partie I), on s’attachera à partir d’une étude comparative des concepts voisins à dégager une définition utilisable du talent (Partie II). Puis on mettra en quelque sorte cette définition et les hypothèses qui la sous-tendent à l’épreuve simultanée du terrain et de la théorie en examinant les pratiques du management des talents dans le monde du sport professionnel (Partie III). Enfin nous conclurons en brossant l’esquisse d’un modèle du « management des talents ».
I. Actualité et pertinence de la notion de talent

1-1 Pourquoi une recherche sur le talent ?

I-1.1. Actualité de la question du talent
Les années 2006 et suivantes verront le retrait de la vie active de cohortes nombreuses de baby - boomers . Les conditions de leur remplacement par les classes d’âge entrant sur le marché du travail soulèvent de nombreuses interrogations, compte tenu de l’évolution démographique de la plupart des pays du Nord, où ces mouvements risquent d’entraîner un sévère déficit de main d’œuvre qualifiée. Simultanément, la mondialisation se concrétise par un phénomène d‘hypercompétition entre firmes, tel qu’il a été théorisé par R. D’Aveni il y a quelques années (1994, 2002). L’hypercompétition, c’est avant tout un contexte au sein duquel aucun acteur ne peut prétendre à bénéficier d’un avantage concurrentiel unique et durable (comme par exemple le coût de production ou les barrières à l’entrée), mais dans lequel les différents compétiteurs recherchent des combinaisons éphémères d’avantages concurrentiels variés tels que le délai de mise en marché, la qualité, la capacité financière, la technologie, l’innovation, etc. Par ailleurs, nos économies développées se “déforment” dans le sens du renversement de la proportion traditionnelle entre coûts de conception et coûts de production des biens et des services. Selon D. Pineau-Valencienne (2003), de 30% des coûts totaux, les coûts de conception (R&D, design, marketing, etc.) seraient passés à 70% du coût de revient des produits mis sur le marché actuellement, les coûts de manufacturing suivant l’évolution inverse. Cette déformation, suscitée ou encouragée par la diffusion des technologies de l’information, s’accompagne d’une augmentation considérable de l’incertitude et des risques auxquels sont confrontés les entreprises. En effet, celles-ci sont d

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents