LES Troubles des conduites alimentaires
338 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
338 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage, qui fait appel à une soixantaine de spécialistes canadiens et européens − médecins, psychiatres, psychoéducateurs, nutritionnistes, kinésiologues et professeurs-chercheurs −, décrit de façon approfondie les caractéristiques clés des troubles des conduites alimentaires (TCA) en s’appuyant sur les informations les plus récentes et les données les plus actuelles. Il dresse un panorama exhaustif des problèmes de santé mentale les plus fréquemment associés aux TCA, et passe en revue l’anxiété, les obsessions ou les compulsions en plus de s’intéresser à l’obésité, à l’anorexie et aux dépendances de toutes sortes.
Qui sont les gens les plus à risque d’être atteints de TCA ? Les femmes, bien sûr, mais aussi les hommes, les enfants, les sportifs, les victimes de maltraitance durant l’enfance, ceux qui ont une déficience intellectuelle ou des troubles du spectre de l’autisme. Dans ce livre, on examine les particularités des évaluations médicales, nutritionnelles et psychosociales et on présente en détail des interventions efficaces, allant de la thérapie cognitive-comportementale à l’alimentation intuitive en passant par les thérapies corporelles ou familiales centrées sur les émotions. Enfin, l’accompagnement des personnes atteintes de TCA en hôpital de jour, en hospitalisation ou en externe est passé à la loupe pour offrir le portrait le plus complet à jour des ressources accessibles.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 juin 2020
Nombre de lectures 6
EAN13 9782760641761
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1600€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Sous la direction de Annie Aimé, Christophe Maïano et Marie-Michèle Ricard
LES TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES
Du diagnostic aux traitements
Les Presses de l’Université de Montréal




Les auteurs remercient l'Université du Québec en Outaouais pour le soutien accordé à cette publication. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Titre: Les troubles des conduites alimentaires: du diagnostic aux traitements / Annie Aimé, Christophe Maïano, Marie-Michèle Ricard. Noms: Aimé, Annie, 1972- auteur. Maïano, Christophe, 1974- auteur. Ricard, Marie-Michèle, auteur. Collections: Paramètres. Description: Mention de collection: Paramètres Comprend des références bibliographiques. Identifiants: Canadiana (livre imprimé) 20200074067 Canadiana (livre numérique) 20200074075 ISBN 9782760641747 ISBN 9782760641754 (PDF) ISBN 9782760641761 (EPUB) Vedettes-matière: RVM: Troubles du comportement alimentaire. Classification: LCC RC552.E18 T76 2020 CDD 616.85/26—dc23 Mise en pages: Folio infographie Dépôt légal: 2 e trimestre 2020 Bibliothèque et Archives nationales du Québec © Les Presses de l’Université de Montréal, 2020 www.pum.umontreal.ca Les Presses de l’Université de Montréal remercient de son soutien financier la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC).





Avant-propos
Annie Aimé, Christophe Maïano et Marie-Michèle Ricard
En tant que professeurs, conférenciers, chercheurs et cliniciens, nous avons pu constater à quel point les troubles des conduites alimentaires (TCA) suscitent un grand intérêt aussi bien chez les intervenants et professionnels de divers milieux que dans la population en général. Cet intérêt entraîne de la fascination, mais suscite également de l’incompréhension ou même un certain manque de considération à l’égard des personnes présentant un TCA. Parfois, il est aussi le reflet d’expériences personnelles que l’on partage avec des proches. Quoi qu’il en soit, les étudiants de niveau collégial ou universitaire inscrits dans des programmes de formation en relation d’aide s’attendent à ce qu’on leur présente ces troubles, à ce qu’on leur permette de mieux les comprendre et de mieux connaître leurs manifestations. Ils veulent surtout recevoir l’information nécessaire pour intervenir adéquatement. Dans ces cours, les étudiants doivent considérer les caractéristiques cliniques des TCA selon une symptomatologie d’intensité et de sévérité variables, susceptible, en outre, de fluctuer dans le temps. Ils apprennent également que ce sont des troubles d’une complexité souvent sous-estimée, qui nécessitent une évaluation, un suivi attentif et des soins spécialisés. En particulier, les étudiants se montrent avides d’exemples cliniques. Ils veulent connaître les approches et les stratégies d’intervention à privilégier et ils s’interrogent sur leur propre capacité à intervenir.
Dans nos conférences et les formations que nous donnons, nous avons la chance de rencontrer des intervenants et des professionnels passionnés qui partagent un même désir de comprendre les personnes atteintes de TCA et de les aider du mieux possible. Bien conscients des conséquences de ces derniers sur la santé physique et l’adaptation psychosociale des personnes malades, ils voient l’intérêt qu’il y a à les considérer comme des troubles prioritaires. Ils perçoivent également la valeur ajoutée que représente le travail en équipe et donc l’implication d’autres intervenants dans le suivi offert.
Les besoins en formation des intervenants et des professionnels qui nous consultent sont variés et dépendent en partie de leur expérience et du délai qui s’est écoulé depuis l’obtention de leur diplôme. Ainsi, pour certains d’entre eux, les nouveaux apprentissages reposent sur des connaissances déjà bien établies alors que, pour d’autres, tout est pratiquement à apprendre. Quoi qu’il en soit, nous remarquons que les uns et les autres, quand ils cherchent à revoir leur mode d’intervention, se montrent disposés à reconsidérer leur pratique, leurs idées et leurs croyances. Ils sont également satisfaits de pouvoir disposer de matériel de formation crédible et à jour.
Nous constatons que les médias et le grand public se sentent également interpellés par les travaux scientifiques relatifs à l’alimentation. Ces thèmes sont toujours d’actualité et touchent un grand nombre de personnes. En effet, dans la société occidentale, une très large proportion de la population est insatisfaite de son image corporelle. Inondé d’informations en lien avec l’alimentation, chacun est fortement encouragé à maintenir un poids dit «santé» et blâmé lorsqu’il n’y arrive pas. Ces informations et ces pressions médiatiques, qui s’exerçaient autrefois plus fréquemment sur les femmes, touchent maintenant de plus en plus d’hommes. On surveille de près ce que l’on mange, on suit des régimes amaigrissants et, si l’on pratique l’exercice physique, on le fait parfois plus par culpabilité ou par peur d’engraisser que pour le plaisir de bouger et de se maintenir en bonne santé, physique et mentale.
Dans notre pratique clinique, nous intervenons auprès d’une diversité d’individus, allant de personnes soucieuses de leur apparence, mais qui ne répondent pas à un diagnostic de TCA, jusqu’à celles souffrant de TCA sévères depuis plusieurs années, en passant par des familles et des conjoints inquiets, désemparés et qui veulent aider un proche présentant un TCA. Nous avons remarqué que, bien qu’ils soient absolument nécessaires, les services offerts aux personnes ayant un TCA ou des symptômes alimentaires problématiques sont souvent insuffisants. Ce constat, partagé par nombre d’intervenants et professionnels, devrait nous alarmer. Il nous révèle que certaines personnes atteintes de ce type de trouble ne peuvent pas recevoir l’aide dont elles auraient besoin. En fait, malgré une augmentation graduelle des ressources spécialisées, l’accessibilité de celles-ci reste souvent limitée. Dans les milieux hospitaliers spécialisés en TCA, les demandes de consultation sont nombreuses, les places, restreintes et les équipes en place, malgré leur bon vouloir, n’arrivent pas répondre à toutes les demandes. Certaines personnes devront attendre longtemps avant de recevoir les services spécialisés dont elles ont besoin et d’autres ne pourront pas être admises et suivies en milieu hospitalier. Dans le secteur privé, d’autres limitations se font sentir, comme le fait de devoir payer pour les services offerts, d’avoir à combiner les suivis (par exemple, en psychothérapie, en nutrition et avec un médecin de famille), de voir ses intervenants ou thérapeutes moins fréquemment et de ne pas disposer d’un accompagnement aussi intensif qu’en milieu hospitalier. L’accessibilité aux services peut s’avérer plus problématique encore lorsqu’il s’agit de familles. En effet, même si l’importance d’impliquer la famille dans les soins donnés aux personnes présentant un TCA fait consensus, les milieux d’intervention ne disposent pas toujours des conditions et des ressources permettant de le faire.
Par nos expériences en enseignement, en formation, en recherche et en clinique, nous avons rencontré des intervenants soucieux de bien faire et d’aider les autres le plus efficacement possible, ainsi que des personnes souffrantes, extrêmement touchantes et attachantes. Même si certains pensent encore que le travail avec les personnes atteintes de TCA représente un défi impossible à relever ou, pis encore, que ces personnes ne veulent pas vraiment changer, nous croyons au contraire qu’elles le veulent, mais qu’il leur est difficile de le faire. Elles ont besoin d’être rassurées, accompagnées, conscientisées, doucement amenées à se remettre en question, et il faut aussi parfois les retenir quand elles ont envie d’adopter des comportements qui leur seraient néfastes. Pour certaines, le changement peut s’avérer laborieux et lent, et leur parcours clinique ponctué de rémissions et de rechutes. Malgré tout, les intervenants et professionnels aguerris dans le traitement des personnes atteintes de TCA considèrent comme un privilège le fait de travailler avec elles et leurs proches.
Afin de maximiser les chances pour ces personnes de recevoir les meilleurs services cliniques possible et de transmettre les idées de différents spécialistes du domaine, nous avons produit un ouvrage collectif. Cet ouvrage rassemble l’expertise et la contribution de 60 intervenants, professionnels ou chercheurs, majoritairement francophones, s’intéressant aux TCA et originaires de la Belgique, du Canada, de l’Espagne, des États-Unis, de la France et de l’Italie. Son objectif est d’offrir une compréhension clinique, théorique et empirique, élaborée au fil de différents cheminements professionnels, et de présenter la perspective de pédopsychiatres, de psychiatres, de psychologues, de nutritionnistes, de psychoéducateurs, de kinésiologues et de professeurs-chercheurs. Plus précisément, ce collectif fournit un éclairage actuel sur les TCA et leurs caractéristiques, et sur les différentes populations à risque. Il dresse aussi un état des connaissances sur l’évaluation, les milieux d’intervention, les traitements et les moyens d’intervention.
On trouve déjà plusieurs ouvrages sur les TCA, mais très peu qui sont en français ou qui regroupent des experts bien au fait des dernières avancées cliniques et empiriques. Nous avons ainsi souhaité produire un ouvrage qui concerne: 1) les périodes où le risque de développer un TCA est présent, soit autant durant l’enfance qu’à l’adolescence et à l’âge adulte; 2) une multitude de problématiques et de populations à risque, et ce, selon une perspective englobante et éclectique plutôt que principalement cognitive-comportementale; 3) une compréhension qui s’appuie sur des données probantes et qui est susceptible d

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents