Je fantasme donc je suis
77 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Je fantasme donc je suis , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
77 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Qu'est-ce qu'un fantasme ? Tout le monde en a-t-il ?

Faut-il en avoir peur et les taire car ils révèlent la part obscure de nos personnalités ?

Ou bien doit-on les cultiver, en parler et chercher à les réaliser pour s'épanouir sexuellement ?



La banalisation de la pornographie, la multiplication des sites de rencontres sexuelles ou I attrait des pratiques SM et échangistes nous poussent à considérer le fantasme comme nouvelle norme sexuelle.



Or les fantasmes, rappelle Alain Héril, ont une vertu intime et secrète. Ils sont comme les rêves quon ne peut contrôler et qui révèlent quelque chose de ce que nous sommes, au plus profond de nous-mêmes. A partir des questions qui reviennent le plus fréquemment dans son cabinet de sexothérapie, de témoignages et de tests, I auteur éclaire ce sujet délicat pour aider chacun à mieux se situer dans sa sexualité.




  • Introduction - Nous sommes tous des êtres de fantasmes


  • "J'ai des désirs et des envies, mais je n'appellerais pas ça des fantasmes"


  • "Fantasmer ne sert à rien"


  • Quand je fantasme je me sens coupable"


  • "Les fantasmes, c'est pour les pervers"


  • "Le fantasme, c'est un truc d'hommes"


  • "C'est quoi les fantasmes les plus courants ?"


  • "Il ne faut pas parler de ses fantasmes à son/sa partenaire"

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 avril 2018
Nombre de lectures 70
EAN13 9782212344400
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Qu’est-ce qu’un fantasme ? Tout le monde en a-t-il ? Faut-il en avoir peur et les taire car ils révèlent la part obscure de nos personnalités ? Ou bien doit-on les cultiver, en parler et chercher à les réaliser pour s’épanouir sexuellement ?
La banalisation de la pornographie, la multiplication des sites de rencontres sexuelles ou l’attrait des pratiques SM et échangistes nous poussent à considérer le fantasme comme nouvelle norme sexuelle.
Or les fantasmes, rappelle Alain Héril, ont une vertu intime et secrète. Ils sont comme les rêves qu’on ne peut contrôler et qui révèlent quelque chose de ce que nous sommes, au plus profond de nous-mêmes. À partir des questions qui reviennent le plus fréquemment dans son cabinet de sexothérapie, de témoignages et de tests, l’auteur éclaire ce sujet délicat pour aider chacun à mieux se situer dans sa sexualité.
Alain Héril est psychanalyste et sexothérapeute. Formateur, il codirige un centre de formation à la psychothérapie intégrative.
Alain Héril
JE FANTASME DONC JE SUIS
Ce que nos fantasmes disent de nous
Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05 www.editions-eyrolles.com
Dans la même collection
Le désir après bébé , Maryse Dewarrat
Avec la collaboration d’Anne Jouve
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2018 ISBN : 978-2-212-56937-7
« Nous sommes faits de la même étoffe que les songes […]. »
William Shakespeare, La Tempête .
« Tout d’abord, l’érotisme diffère de la sexualité des animaux en ce que la sexualité humaine est limitée par les interdits et que le domaine de l’érotisme est celui de la transgression de ces interdits. Le désir de l’érotisme est celui qui triomphe de l’interdit. Il suppose l’opposition de l’homme à lui-même. »
Georges Bataille, L’Érotisme .
À mes étudiantes et étudiants en sexothérapie en France et en Russie, qui m’ont offert la possibilité de mettre en acte cette phrase de Jean Jaurès dans L’Esprit du socialisme « On n’enseigne pas ce que l’on sait ou ce que l’on croit savoir : on n’enseigne et on ne peut enseigner que ce que l’on est. »
Table des matières

Introduction
Nous sommes tous des êtres de fantasmes
Chapitre 1
« J’ai des désirs et des envies, mais je n’appellerais pas ça des fantasmes »
Chapitre 2
« Fantasmer ne sert à rien »
Chapitre 3
« Quand je fantasme je me sens coupable »
Chapitre 4
« Les fantasmes, c’est pour les pervers »
Chapitre 5
« Le fantasme, c’est un truc d’hommes »
Chapitre 6
« C’est quoi les fantasmes les plus courants ? »
Chapitre 7
« Il ne faut pas parler de ses fantasmes à son/sa partenaire »
Conclusion
Bibliographie
Table des tests et exercices
Introduction
Nous sommes tous des êtres de fantasmes
Beaucoup de nos contemporains se posent la question : qu’est-ce qu’une sexualité épanouie ? Cette question est aussi bien féminine que masculine. Certaines personnes pensent que la réalisation de leurs fantasmes est un signe de libération sexuelle évident. La banalisation des images pornographiques sur Internet, la multiplication des sites extraconjugaux, l’attrait grandissant pour l’échangisme, la fascination pour les pratiques SM, etc., donnent aux fantasmes sexuels une aura médiatique qu’ils n’avaient pas autrefois. Néanmoins il est bon de se demander si le fantasme sexuel n’aurait pas une vertu intime et secrète qu’il n’est pas obligatoire de partager avec les autres ni de mettre en acte. Car à entendre les patients dans un cabinet de sexothérapie, on s’aperçoit que le monde des fantasmes sexuels n’est pas si simple que cela à accepter. Les fantasmes dérangent parfois, interpellent souvent, irritent ou peuvent même parfois entraîner certaines personnes jusqu’à un certain dégoût d’elles-mêmes.
Les fantasmes sont comme les rêves : on ne peut pas les contrôler, et pourtant ils disent quelque chose de ce que nous sommes au plus profond de nous-mêmes. Aborder les mondes des fantasmes sexuels avec sérieux sans être trop théorique, en proposant des exercices simples et en prenant appui sur des témoignages et des interrogations est une piste pertinente pour aborder ce sujet délicat, mystérieux et passionnant. C’est tout l’enjeu de ce livre.
Sommes-nous toutes et tous des êtres de fantasmes ? Oui, assurément, mais comme le fantasme sexuel vient bousculer notre morale et nos représentations de la sexualité, nous pouvons bloquer l’accès à ces univers afin de ne pas être trop « dérangés » ! Le fantasme peut donc être considéré comme un « jeu » qui se déroulerait à l’intérieur de chacun d’entre nous. Un jeu entre ce que nous considérons comme « normal » et ce que notre imaginaire fertile cherche à nous imposer. Face à ce jeu, certaines personnes peuvent être amenées à prendre peur en ayant l’impression d’une sorte de schizophrénie interne dont elles ne savent pas quoi faire. C’est souvent ce qui les amène à consulter un sexothérapeute, avec l’idée dérangeante qu’elles sont gouvernées par des forces obscures, voire diaboliques.
Par ailleurs, on peut considérer que le fantasme n’est pas uniquement sexuel même s’il prend sa source dans des pulsions à caractère sexuel. On peut ainsi fantasmer de gagner au Loto, d’avoir une superbe maison ou d’être immortel.
Nous portons en nous de multiples représentations de la sexualité. Celles-ci vont s’étoffer avec le temps et les expériences réelles que nous vivons. Mais aussi en fonction de la culture à laquelle nous appartenons. Le propos de ce livre est de dire le plus clairement possible combien les fantasmes parlent de notre extravagance intérieure et que tant que ces images restent en interne, elles demeurent une source d’énergie importante et stimulante. Et, comme nous le verrons, le « passage à l’acte » n’est en rien obligatoire car il faut bien saisir qu’un fantasme acté n’est plus un fantasme !
Tout être humain est un être de fantasmes, ne serait-ce que parce que nous avons un imaginaire souvent fertile, toujours actif. Nous pouvons fantasmer une réussite financière, un examen passé brillamment, un concours sportif gagné avec aisance, etc. Mais le fantasme sexuel, lui, est d’une autre nature. Il engage notre lien à la morale, aux convenances, et pose souvent problème quant à la question de la fidélité. Fantasmer une relation sexuelle avec un(e) autre, est-ce trahir la relation ?


Conseil de thérapeute
Retenez ceci : vos fantasmes, même les plus incongrus, ne vous veulent pas de mal ! Ce qui compte, c’est la manière dont vous les regardez et les interprétez. Et l’accompagnement thérapeutique va souvent dans le sens de dédramatiser cette situation et ce flot d’images particulier.
Chapitre 1

« J’ai des désirs et des envies, mais je n’appellerais pas ça des fantasmes »
« J’ai et je tiens à faire la différence entre mes désirs, mes envies et mes fantasmes. J’ai parfois peur d’être débordée par une sexualité trop prédominante. Pour moi, les fantasmes, c'est pas que du sexuel. J’ai des passions concrètes comme jardiner, élever mes enfants, faire du sport ou aller aux expositions. Je suis très heureuse dans ma vie sexuelle, très épanouie, et je ne veux pas m’encombrer avec des fantasmes. J’ai des désirs, des envies mais je n’appelle pas ça des fantasmes ! Et, d’ailleurs, quel plaisir aurais-je à imaginer que je trompe mon mari ? » Sophie, 34 ans .
D’un point de vue étymologique, le mot fantasme vient de fantaisie. Il indique notre capacité à imaginer des situations et à les croire comme réelles. C’est une forme d’hallucination particulière qui, lorsqu’elle s’appuie sur des scénarios sexuels, est particulièrement excitante. Comme nous l’avons vu dans l’introduction de ce livre, l’activité fantasmatique est la capacité à créer en soi un monde d’images et de représentations qui modifient notre réalité en la déformant ou en la magnifiant. Et de cela, nous sommes tous porteurs. Le fantasme est donc comme un rêve avec ceci de particulier de pouvoir s’exprimer de manière diurne et nocturne et de provoquer une excitation qui va de la joie à la honte en passant par tous les registres émotionnels possibles. Le témoignage de Sophie renvoie à une difficulté qui est peut-être la vôtre, celle de savoir ce qui caractérise le fantasme et pourquoi il peut être si dérangeant. C’est ce que nous allons explorer ensemble dans ce premier chapitre.
Un rêve à la force particulière
Le fantasme sexuel est souvent associé à une sensation de vertige et de toute-puissance : on jouit plus qu’à l’accoutumée, on fait l’amour à plusieurs, on est adulé par des foules qui nous désirent, etc. Et cette puissance peut dérouter, d’autant plus qu’elle n’est que rarement en lien avec ce qui est réellement vécu. Il s’agit d’une dimension narcissique forte qui va à l’encontre de ce que l’on suppose d’une certaine bienséance. Rappelons ici que le narcissisme est ce qui nous permet d’affirmer notre personnalité face à ce qui nous entoure. C’est un élément positif qui permet de construire la confiance en soi et l’estime de soi. Le fantasme vient donc parfois amplifier et magnifier cette fonction positive du narcissisme !
Autre aspect dérangeant et parfois difficile, les fantasmes nous échappent dans leurs organisations. Ils passent au travers des filets de notre contrôle et imposent des scénarios que nous n’avions pas prévus. Tout cela déconcerte, même si certains fantasmes donnent le sourire aux lèvres et créent une certaine excitation (imaginer que l’on est président de la république et désiré par des foules entières ou être Blanche-Neige faisant l’amour avec les sept nains !). Ce qui peut déranger dans le fantasme c’est qu’il est toujours la manifestation d’un désir et cette idée bouleverse un peu car nous n’arrivons pas à saisir que nous pouvons désirer des situations aussi grotesques et improbables. Néanmoins c’est là, c’est en nous et cela s’exprime malgré tout ! Ainsi Sophie qui ne peut supporter l’idée qu’elle pourrait s’imaginer ayant une relation sexuelle avec un autre homme que son mari !
« Quand je suis en contact avec mes fantasmes, j’ai la sensation d’être la spectatrice d’une pièce de théâtre. » Ces propos de Karine, 38 ans, sont éloquents. La métaphore du théâtre est très juste pour comprendre ce que sont les fantasmes. Imaginons que nous ayons en nous un répertoire théâtral et que nos fantasmes puisent dans ce répertoire leurs capacités expressives. Ce théâtre intérieur peut se manifester sous toutes les formes possibles : tragédie, mélodrame, bouffonnerie, pantomime, etc. À l’instar de Karine, certaines personnes peuvent se contenter d’être spectatrices de ce théâtre intérieur et le regarder avec amusement. Mais d’autres peuvent préférer la comédie et ne pas accepter la mise en scène tragique (par exemple préférer une scène d’orgie joyeuse et débridée à une situation sexuelle collective où l’on assisterait à un sacrifice humain) qui leur est offerte.

L’inconscient

L’inconscient est un espace psychique mais également un espace relationnel. Il constitue une partie de ce que nous sommes mais aussi il permet de « communiquer » avec ce qui n’est pas nous selon des modalités qui restent encore mystérieuses à théoriser mais qui sont vérifiables au travers des ressentis, des rêves, des liens subtils que nous entretenons avec les autres. L’inconscient est dynamique dans la mesure où il est un réceptacle de nos expériences de vie et des émotions qui y sont associées. L’inconscient est le lieu des pulsions (comme Sigmund Freud l’a proposé) mais il est aussi le lieu de notre possible créativité, ces deux éléments étant intimement liés. Parler de l’inconscient, c’est dire quelque chose de ce qui nous anime en sourdine et nous conditionne, mais c’est aussi accepter que nous soyons « impactés » par des énergies qui ont existé avant nous et qui s’inscrivent dans notre psychogénéalogie personnelle (selon la proposition de Françoise Dolto). L’inconscient est donc façonné, modelé selon notre histoire personnelle mais il est aussi une matière vive qui s’élabore autour de schémas ancestraux appartenant à l’histoire de l’humanité ( cf . les travaux de Carl Gustav Jung sur l’inconscient collectif). In fine , l’inconscient n’est ni bon ni mauvais, il est juste présent en nous et constitue les sédiments de notre être, une source inépuisable de possibilités de connaissance de soi, de l’autre et du monde.
Différence entre fantasme et rêverie sexuelle
Nous venons de parler de l’inconscient. Il est bon ici de préciser quelques notions simples de psychanalyse. Ce que nous apprend la psychanalyse, c’est que notre psychisme est organisé en plusieurs parties qui s’entremêlent et dialoguent continuellement les unes avec les autres. Ce mécanisme échappe à notre logique mais nous pouvons vérifier son fonctionnement au travers de nos actes manqués, de nos rêves, de nos symptômes et de nos fantasmes. Le moi est la partie consciente qui détermine notre personnalité, c’est ce qui nous permet de dire « je ». Le surmoi est le siège de nos interdits, de notre morale, et il est intimement construit en fonction de l’éducation que nous avons reçue. Enfin le ça est le siège de nos pulsions et il est profondément ancré dans nos zones inconscientes. Nous pouvons également dire que notre moi est le résultat des négociations constantes qui se font en nous entre le surmoi et le ça . Il y a donc des fantasmes issus du ça et d’autres qui s’organisent en fonction du lien entre le surmoi et le moi .
Ce point théorique nous permet de faire une différence importante qui est celle qui existe entre le fantasme sexuel et la rêverie sexuelle. Dans le fantasme issu de l’inconscient, donc du ça , nous sommes face à nos pulsions les plus fortes et parfois les plus incompréhensibles. En général nous nous sentons dérangés et agacés par ces scénarios en nous. C’est ce qu’exprimait Sophie au début de chapitre, troublée par l’idée d’avoir le fantasme de tromper son mari.
Ces fantasmes ont un aspect très régressif et sont parfois empreints de pulsions de mort, c’est-à-dire de moments où le sang, la torture, la mutilation, etc. peuvent être présents. C’est surtout ce type de fantasmes dont parlent les témoignages lorsque les personnes se sentent mal à l’aise face à cette expression de leurs désirs inavouables.
En revanche la rêverie sexuelle, qui est une forme de fantasme doux que l’on peut aussi appeler fantasme érotique, est plus facilement acceptée car elle ne contredit pas trop la morale et aide la personnalité (le moi ) à jouer avec les interdits sans remettre en question l’édifice psychique et comportemental d’une personne. Je peux citer en exemple tous ces fantasmes où l’on rêve d’une scène déjà vécue mais que l’on magnifie dans le fantasme, ou ces moments où le fantasme est plus construit autour du lien amoureux que du lien sexuel.
Dans l’ensemble des enquêtes menées autour des fantasmes c’est souvent l’expression de rêveries sexuelles à laquelle nous sommes habitués. Cela ne retire rien à la dynamique du fantasme mais c’est un ajustement qui nous permet de mieux accepter ces dimensions en nous et d’en faire une part de créativité avec plus de facilité et moins de culpabilité.
La part de créativité en nous : la libido
Le fantasme prend sa source dans nos pulsions à caractère sexuel. Cette énergie, c’est ce que l’on nomme libido. Il s’agit d’une énergie où le sexe a sa place et sa fonction, mais c’est aussi une énergie qui anime nos capacités de créativité. Une œuvre d’art quelle qu’elle soit est ainsi un fantasme projeté dans le monde et offert aux yeux et à la sensibilité de tous. On peut donc considérer les fantasmes d’un être humain comme sa part créative et comme l’expression d’une énorme vitalité.
Mais ce que nos fantasmes disent aussi de nous c’est combien nous n’avons pas la totale maîtrise de ce que nous sommes. Nous ne sommes pas les maîtres dans notre propre demeure ! Si je me réfère à ma pratique de sexothérapeute, je peux dire que beaucoup de mes patients souffraient (au-delà de leurs symptômes) de leur incapacité à contrôler leur sexualité. Il s’agit là d’un paradoxe ! Nous voulons vivre une sexualité débridée mais nous voulons tenir ce qui normalement devrait nous échapper. Nous voulons jouir de manière totale et absolue, mais nous voudrions contrôler cette jouissance. C’est tout le paradoxe (oserais-je dire le mystère ?) de la sexualité qui se joue ici. Car nous savons pertinemment que la raison d’être de la sexualité n’est pas que de faire des enfants, c’est aussi de mobiliser notre envie de plaisir dans le cadre d’une relation choisie. Elle implique donc des enjeux relationnels avec l’autre et aussi avec soi-même. Et comme nous connaissons ces enjeux (amour, tendresse, conjugalité, séduction) nous avons la sensation de les comprendre. Mais une partie de nous sait aussi que quelque chose nous échappe, et cette « chose »-là porte un nom, c’est l’inconscient !
Nous verrons un peu plus tard dans cet ouvrage combien l’acceptation de cette notion de l’inconscient est importante pour comprendre l’organisation de nos fantasmes. Les fantasmes racontent donc des histoires qui sont en nous. Certaines de ces histoires nous les connaissons et les apprécions, et d’autres nous surprennent ; mais ce sont toujours nos histoires. Nous sommes comme un livre dont certains chapitres nous échappent. C’est là toute notre complexité et notre extraordinaire richesse.


Conseil de thérapeute
Acceptez de ne pas tout contrôler, de laisser vivre en vous une part d’incertitude. C’est en « jouant ce jeu » de l’inattendu que vous pouvez faire dans la rencontre avec vous-même de merveilleuses découvertes. Se vivre comme un être de fantasmes ne peut vous apporter que des sensations agréables. Et c’est au travers de ces sensations et des images qui y sont associées que vous apprendrez à grandir et à mieux vous connaître.

Le quotient érotique

Nous avons toutes et tous un quotient intellectuel et un quotient émotionnel. Ces derniers se calculent à partir de réponses à des questions qui nous permettent de mieux connaître nos aptitudes à gérer notre intelligence et nos émotions. Un quotient sert à mesurer nos capacités, il fixe un état des lieux à partir duquel tout un chacun peut être apte à évoluer.
Il existe aussi un quotient érotique, dont le calcul est un indicateur pour vous aider à saisir à quelle typologie érotique vous appartenez, et surtout pour dévoiler quel est votre rapport à tout ce qui constitue l’érotisme : la sensualité, le désir, la sexualité et, bien sûr, les fantasmes.
Les fantasmes sexuels sont plus ou moins intenses en fonction des moments de notre existence et de notre personnalité particulière. Pour mieux les comprendre il est bon de connaître son rapport à l’érotisme. C’est pour cela, et pour vous aider au mieux à saisir ses composantes fantasmatiques que je vous propose le test suivant autour du quotient érotique et de sa typologie érotique.
Test : quelle est votre typologie érotique ?
Voici un test qui va vous permettre de déterminer votre typologie érotique autour de deux axes : votre profil dominant, qui est la colonne vertébrale de votre personnalité érotique ; votre polarité inverse, qui représente la partie cachée de votre personnalité et qu’il peut être intéressant de connaître et d’explorer, surtout dans le cadre des fantasmes sexuels. Et quatre atouts importants : vos couleurs érotiques pour habiller votre univers sensoriel, votre mode d’entrée principal dans le monde de l’érotisme, votre sens le plus actif pour percevoir l’Éros et, enfin, votre animal érotique totem, celui qui symbolise (comme un fétiche précieux) votre lien aux fantasmes sous toutes ses facettes.
Répondez à chacune des 15 questions en entourant la lettre associée à la réponse qui vous correspond le mieux.
1. Vous rentrez chez vous plus tôt qu’à l’habitude et vous surprenez votre partenaire devant un film pornographique. Vous régissez en disant : Il faut qu’on parle A Je me sens blessé(e) B Ça m’excite ce que tu fais C J’ai l’impression que tu me trompes avec un(e) autre D
2. Quelle proposition pourrait être un fantasme sexuel pour vous ? Écrire un texte érotique pour votre partenaire et le lui lire quand il a les yeux bandés A Demander à votre partenaire de faire un strip-tease dans un jardin public B Demander à l’autre de vous recouvrir de chocolat avec une cerise dans la bouche C Faire une croisière sur le fleuve Amour sans jamais quitter votre chambre D
3. Érotisme pour vous est synonyme : D’amour partagé D De mythologie grecque A De cœur qui bat B De frissons dans tout le corps C
4. Votre partenaire est en train de vous masser, dans quel état êtes-vous ? Je porte mon attention sur sa technique de massage A J’observe ce que je ressens C Je suis totalement en lien avec ses mains D Je suis dans le remerciement inconditionnel B
5. Quelle odeur vous trouble le plus ? Un parfum capiteux A L’odeur de la terre qui vient d’être arrosée C Une odeur corporelle B L’odeur d’une fleur D
6. Pour les femmes. Vous voyez un corps nu d’homme, que regardez-vous en premier ? Ses mains D Son torse A Ses fesses C Son regard B
6. Pour les hommes. Vous voyez un corps nu de femme, que regardez-vous en premier ? Ses seins B Sa beauté A Son regard D Son sexe C
7. Désirer quelqu’un, c’est : Chercher à le comprendre intimement A Vouloir partager des sensations fortes avec l’autre C Le prélude de l’amour D Une émotion qui n’a pas de prix B
8. Quelle danse associez-vous d’emblée à l’érotisme : La salsa B Le slow D Le tango C Une danse sensuelle en solitaire A
9. Terminez cette phrase : « La représentation du véritable érotisme c’est… Une statue grecque A Un voile léger caressé par le vent D Un visage bouleversé par l’orgasme B Une caresse sur une peau C
10. On a trouvé le visage de la femme qui a posé pour le célèbre tableau de Courbet L’Origine du monde . Qu’en pensez-vous ? C’est dommage, il n’y a plus de mystère B Enfin ! Nous connaissons la « vérité » ! A Elle est belle ! D On dirait qu’elle jouit ! C
11. Pour vous, la masturbation est : Une manière d’être avec l’autre à distance D Une expérience personnelle qui ne se raconte pas C Une manière de compenser l’absence de sexualité à deux A Une possibilité de découverte de soi B
12. Pour vous, quelle est la photo la plus érotique ? Le visage D Le soutien-gorge A Le cou B Les pieds C
13. Quel lieu vous évoque le plus l’érotisme ? Un jardin en fleurs au printemps A Une plage ensoleillée l’été C Une forêt aux couleurs ocre l’automne D Un feu de cheminée l’hiver B
14. Le plus beau préliminaire à un acte sexuel, c’est : Un strip-tease de la personne que vous aimez D Un massage sensuel C Un éclat de rire commun B Un cunnilingus ou une fellation A
15. Laquelle de ces phrases poétiques vous bouleverse le plus ? « Je t’aime quand je ne t’aime pas », Pablo Neruda A « Ta bouche aux teintes de vin est une fontaine de grâces », Omar Khayam D « Entre chez moi toi ma passion de vivre », Paul Éluard B « Mes orteils de soleil marchent sur tes vagues », Claude Nougaro C
Résultats du test
Vous avez un maximum de A : votre profil dominant est l’érotisme cérébral
Pour vous l’érotisme doit se penser. Vous avez besoin d’élaborer, et aussi de comprendre votre désir. Tout ce qui fait partie de l’histoire de l’érotisme est pour vous plus intéressant que les actes érotiques eux-mêmes. Cela ne fait pas de vous quelqu’un d’indifférent au sexe, bien au contraire. Vous êtes très curieux(se) concernant l’univers de la sensualité et de la sexualité, mais votre position est plus celle d’un chercheur ou d’une chercheuse qui observe que celle d’un praticien ou d’une praticienne qui fait et expérimente à tout-va. Votre quotient sexuel est relié à votre capacité à évaluer les situations érotiques et à vous projeter dans leur éventuelle réalisation. Votre tête domine votre corps et lorsque vous ressentez directement les émotions il vous faut les comprendre avant de lâcher prise complètement. Vous êtes une personnalité agréable pour les autres et on recherche souvent votre expertise car vous savez peser le pour et le contre et vous êtes de bon conseil. C’est pour cela que vos ami(e)s n’hésitent jamais à vous parler de leur intimité, voire de leur désarroi face à la sexualité. Votre polarité inverse : l’érotisme émotionnel.
Cette polarité, vous la portez en vous mais vous n’osez pas la côtoyer. Pour un juste équilibre entre ces deux parties il serait bon de vous astreindre à quitter le cérébral de temps à autre afin de visiter des sphères érotiques où vos émotions seraient plus actives. Pour cela un rapport plus direct au corps vous serait très utile. Votre couleur érotique : les couleurs pastel, notamment le bleu. Votre mode érotique principal : l’écriture et la lecture de textes érotiques. Votre sens le plus actif : l’ouïe. Votre animal totem érotique : le dauphin.

LE TEXTE ÉROTIQUE

Écrivez un texte érotique selon vos propres modalités de style, de ton, de longueur, etc. Lorsque celui-ci est écrit, enregistrez-vous en le lisant avec la voix la plus sensuelle possible. Puis de temps en temps écoutez-vous et prenez conscience de votre capacité de suggestion érotique.
Vous avez un maximum de B : votre profil dominant est l’érotisme émotionnel
Pour vous les émotions priment avant toute chose. Vous ne jugez le monde que par ce que vous éprouvez. L’érotisme n’a de sens que s’il vous amène à des émotions qui vous bouleversent et vous font vivre autre chose que la morosité du quotidien. Vous êtes toujours en quête du plus fort et du plus beau et votre esprit a besoin pour être activé que votre corps soit en ébullition. Il n’y a pas de demi-mesure. Vous êtes une personnalité que l’on peut qualifier d’entière et vous n’hésitez pas à imposer aux autres ce qui est bon pour vous. L’aspect négatif de cela est de vous installer dans une certaine toute-puissance. L’aspect positif est votre grande capacité à l’empathie et à la compréhension des émotions d’autrui.
Vous aimez l’érotisme qui vous emporte, vous fait voyager dans des mondes nouveaux et éclatants. Vous n’aimez pas passer trop de temps à discuter, vous préférez l’acte et son engagement, et la prise de risque ne vous fait pas peur. Vous êtes en phase avec vos fantasmes et ceux-ci sont en perpétuel renouvellement. Votre imagination est sans limite. Votre polarité inverse : l’érotisme cérébral.
Il serait intéressant pour vous de prendre parfois un peu de recul et de visiter cette partie de vous-même qui a besoin de penser la sexualité, de la disséquer pour la comprendre. Cela vous aiderait à ne pas vous précipiter et à ralentir certains ressentis par une pensée tranquille et mature. Et de mettre un peu plus de fonction « adulte » dans un rapport à l’érotisme parfois un peu trop « adolescent ». Votre couleur érotique : vous êtes du côté du vif, du flamboyant. Vos couleurs sont chaudes et actives. Et c’est le rouge et toutes ses variations qui domine. Votre mode érotique principal : le regard. Vous aimez voir et être vu(e) car cela active votre dimension émotionnelle. Votre sens érotique le plus actif : le regard. Votre animal totem érotique : le loup.

UNE SITUATION ÉROTIQUE EXCITANTE

Allongez-vous confortablement et pensez à la situation érotique qui est la plus excitante pour vous. Vous pouvez la trouver dans l’une de vos expériences personnelles ou l’imaginer totalement. Une fois cette image sélectionnée, reprenez vos activités habituelles. Observez alors comment la présence de cette image en vous, agissant comme en « arrière-plan » dans votre psychisme, vous amène à voir et à ressentir les choses différemment.
Vous avez un maximum de C : votre profil dominant est l’érotisme de sensations
Pour vous il n’y a pas d’érotisme sans sensations. Vos sens sont en éveil dans le lien si particulier que vous avez avec la sexualité. Tout passe par votre corps et le moindre effleurement peut provoquer chez vous une sensation préorgasmique. Vous êtes littéralement à fleur de peau. Ce rapport aux sensations fait de vous un être hédoniste qui cherche d’emblée ce qui va lui procurer le plus de plaisir. Ce ne sont pas les émotions que vous recherchez, car elles sont pour vous parfois difficiles à vivre, sauf la joie que vous aimez pour son caractère communicatif. Vous aimez toucher et que l’on vous touche, d’où votre amour des massages. Et la vue, l’odorat, l’olfactif et l’auditif sont activés au plus haut point dès que l’occasion se présente. Vous n’avez de cesse de trouver un moment propice à la fête et au partage. L’aspect positif de tout cela est un amour de l’autre, de la rencontre et du partage. L’aspect négatif est un comportement trop enjoué que certains pourraient qualifier facilement d’hystérique. Votre polarité inverse : l’érotisme sentimental

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents