Ahmed Sékou Touré (1922 - 1984) Tome 5
269 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Ahmed Sékou Touré (1922 - 1984) Tome 5

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
269 pages
Français

Description

Le tome 5 de cette biographie décrit les événements qui se déroulent de mai 1962 à mars 1969. Il commence avec l'intronisation de l'archevêque de Conakry Mgr Tchidimbo. Avec la France du général de Gaulle, on assiste en 1963 à la signature d'accords bilatéraux, et en 1965 à une rupture des relations diplomatiques. On voit également Sékou Touré célébrer les femmes, radicaliser la Révolution, réprimer sévèrement divers complots, mais aussi concrétiser l'un de ses rêves : la naissance de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA) dont Diallo Telli devint le premier secrétaire général.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2010
Nombre de lectures 146
EAN13 9782296249745
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

%bh_^ /0ejp :jpm0
-2+==d2+S8

mm0nc^_io ^_ fZhpci0_ ^_ 2+^)2+S

© L’Harmattan,2010
5-7,rue de l’Ecole polytechnique; 75005Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-11254-4
EAN : 9782296112544

%i^m0 @R[~V

%bh_^ /0ejp :jpm0
-2+==d2+S8

mm0nc^_io ^_ fZhpci0_ ^_ 2+^)2+S

:jh_^d hZc2+i=d hZmn2+i+
-]bZkcom_n ^= ) iS8

;bZkcom_ ^=

H2 hZc 2+i=
Kamo $Zuhji^dKZmc_ :]bc^ch[j ^_qc_io Zm]b_q2lp_
^_;jiZemu Zq_] fZ [0i0^c]ocji ^_/0ejp:jpm0

Avantmême l'indépendance, des signesavant-coureursavaientmontré
que les relationsentre lerégime etleséglises risquaientd'être difficiles.
C'étaiten particulierlecaspourleségliseschrétiennes, notammentl'Église
1
catholique ,alorsmêmeque l'épouse duprésident,MadameAndrée,avait
été élevée danscettereligion et que de nombreuxGuinéensdeconfession
chrétiennesoutenaientlapolitique deSékou ;plusieursd'entre euxavaient
même faitpartie duconseil de gouvernementde la Loi-cadre etdupremier
2
gouvernementd'aprèsl'indépendance .
Ainsi, lorsd'uneréuniontenueaucinéma RexdeKankan,IsmaëlTouré
affirme le27janvier1957,àproposd'unequerelle impliquantl'école
catholique locale,que lesAfricainsdoivent systématiquement se détourner
desEuropéenset se montrercontre lesprêtres"aussi féroces que contre le
colonialisme".LansanaDiané déclare lorsde lamêmeréunion:"L'Églisea
travaillé pourle colonialisme;c'estpourquoi l'État(français)soutient
l'Églisecatholique;d'oùl'obligationde la liquider,en mêmetemps que
l'Étatcolonial,commesystème inadaptéàlamentalitéafricaine".Sékou
3
Touré lesdésavoue publiquementdèsle lendemain .
Cette mêmeannée 1957, leconseil de gouvernementdirigé parSékou
Tourésupprime les subventionsdu territoireauxécoleschrétiennes.Mgr.
Tchidimboavaitenvain protesté.

1
Comme l'affirmeà Romeune dépêche de l'agence de presseFides, le6novembre 1958, la
position duVatican est que"l'Église nes'inquiète pasdevoirla Guinéeaccéderà
l'indépendance;elle demandesimplementle droitde poursuivresamission."
2
Quatrechrétiens surdouze ministresdansle gouvernementde 1957, encorequatresur une
vingtaine danslesgouvernementsde 1958à1964.Ensuite, laproportionseréduira.
3
Vieira(PèreGérard),"Souslesigne dulaïcat, l'Églisecatholique enGuinée",tomeI,
18751925,Dakar,Imp.Saint-Paul, 1992, 467p.;TomeII,"Letempsdesprémices:1925-1958",
Dakar, 1998 (pages559à561);Tome3,"L'Églisecatholique enGuinéeàl'épreuve deSékou
Touré:1958-1984",Paris,Karthala(2005)Raymond-MarieTchidimbo,"Noviciatd'un
évêque",Paris,Fayard, 1987,332p. (p. 126).

En mars1959, la création de la JRDAentraîne lasuppression detoutes
lesautresorganisationsde jeunesse -beaucoup étaientchrétiennes-ainsi
que leurfusionavecle nouveaumouvement.Enavril 1959, lesémissions
religieuses sontinterditesàlaradio.En juin 1959, pourlapremière fois,un
prêtresevoit refuser sonvisaderetourenGuinée, oùil exerçaitdepuis 35
ans.
Leschrétiensnesontpasles seulsàs'inquiéterde l'évolution du régime.
Unecirculaire d'octobre 1959 demandeauxmilitantsdes'intégrerdavantage
àlaviereligieuse pourl'orienterdanslesensdesintérêtsdu régime.Cela
provoque des remousprofonds,carcespropos sontinterprétéscomme
hostilesàlareligion (musulmanesurtout).Au retourdeson premierlong
voyageàl'étranger, débutdécembre 1959,SékouTouré dénonce pourla
première fois un"complot".Le malaises'aggraveaupoint queElHadj
MohamedLamineKaba,Imam de l'une desprincipalesmosquéesde
Conakry,celle deCoronthie, estdémisdesesfonctionsle20mars1960, et
misen étatd'arrestation, pendantleRamadan, enraison deson oppositionà
lapolitique gouvernementale.Maisplusieurs sectionsduPDGrefusentde
reconnaître le nouvelImam, etbeaucoup de fidèles refusentdeseréuniràla
Mosquée,allantprieraudomicile de l'ancienImam.Celui-ci,rétabli dans
sesfonctionsle28 mars, estpourtantarrêté de nouveaule21avril 1960.
Bienqu'ilaitété naguère l'un desartisansdu ralliementde la BasseGuinée
4
auPDG, il estfinalementexécuté .
Lesmouvementsde jeunessechrétiens(notammentcatholiques)avaient
déjàété interditsaumomentde la création de la JRDA, le26mars1959.En

4
Samortne faitpasde doute, maisil n'estpas totalementcertainqu'ilaitété exécuté.Voici
cequ'enrapporteununiversitaire guinéen,ami de l'auteur,AmadouTidianeTraoré,qui fut
égalementministre desaffairesislamiques sousLansana Conté:"Encequiconcerne l'imam
deCoronthie, j'ai enquêtéauprèsdetémoinsde l'époque;ilsemblequec'était un imamqui
disaitouvertementcequ'il pensaitet qui était trèsécouté desesfidèlevs ;ers1960,Chérif
Nabaniou s'étaitplaintà Sékou que le ditimamrefusaitl'entrée desamosquéeà ceux qui
priaientlesbrasballantsetnoncroisés, et quecelaétaitcontraireàl'Islam;àl'époque
certainsmouvementsislamistesde l'Arabiesaouditecommençaientàs'intéresseràl'Afrique
de l'Ouest ;orChérifNabaniou quiavaitdesambitionspolitiqueset qui étaitoriginaire de
Kankan,considéraitl'imam deCoronthiecommeun obstacleà Conakry, influençant
l'électorat soussou traditionnel deSékou.Il demandaitauxfidèlesdesamosquée de ne plus
accueillirdésormaisSékouencriant "Sily"maisen disant "Allahakbar".C'estdansce
contexteque l'imamauraitétérappeléàl'ordre pour respecterlaliberté deculte;maiscelui-ci
seseraitentêté en disant que"le parti ou sonchef nesont rien par rapportà Dieu".
Effectivementarrêté, dans un premier temps, ilauraitconfirmésespropos; relâché, il futde
nouveauarrêté, puismouruten prisonsoitde mauvais traitements,soitde maladie, maispas
exécuté."(lettreàl'auteur, date non précisée).Toutefois,SékouTouré lui-même, dans une
lettreauPapePaulVIécriteaudébutde 1971àproposdu sortdeMgrTchidimbo,confirme
qu'ilafait "jugeretcondamneràl'extrême peine"cetImam (voirenannexeauchapitre65).

8

décembre 1960,BarryDiawadou, ministre de l'éducation nationale,annonce
laprochaine nationalisation detouteslesécolesprivéesnonreligieuses.Le
4 juillet1961, leBureauPoliique duParti décide l'instauration decours
politiquesetciviquesdansleslycéesetcollèges.
Lorsde la3èmeconférence nationale duPartiquisetientà Conakrydu
14au19août1961,SékouTouréaborde laquestion de laréforme de
l'enseignementetannonce laprochainesuppression de l'enseignementprivé,
confessionnel ounon,cequi estentériné parlesdélégués.Touteslesécoles
5
chrétiennes(catholiquesetprotestantes) deGuinéesontdoncnationalisées,
6
de mêmeque lesmedersasmusulmanes.Il précise dans son discoursde
clôturequetoutesleséglisesdeGuinée doiventdevenir "nationales".Mgr.
Gérard deMillevilleréagitle lendemain20aoûtpar une lettre pastoraleaux
fidèles, lue dans toutesleséglisescatholiquesdeGuinée.Le23août,Sékou
Touré intervientàlaradio ensommantl'archevêque de désavouer salettre
auxfidèles.Le26août,aprèsavoir refusé dequitterle paysdeson plein
78
gré,ce dernier seraexpulsé ,cequibouleverse la communautécatholique .
9
Le pèreLeDouarin, levieuxcuré deMamouarrivé enGuinée en 1910, est
expulséquelquesjoursplus tard, enseptembre.L'agitation danslesmilieux
musulmansdure elleaussi plusieurs semaines.
Le27août,aucoursd'un grand meeting populaire,SékouTouré lance
desaccusationsdecomplotcontre l'Église deGuinée.Le28août, ilreçoit

5
Lesécoleschrétiennesavaientété interditeslorsde laséparation enFrance de l'Église etde
l'État ;mais un décret signé le 14 février1922parle présidentde la RépubliqueAlexandre
Millerandautoriseànouveaul'enseignementprivé etenréglemente le fonctionnementen
AOF.
6
L'Imam de la Mosquéecentrale deConakry rendvisiteà Mgr. deMillevillequelquesjours
avantl'expulsion dece dernier, etlui dit:"Il fautpourtant resteravecnous.Tenezbon."
(entretien du9 juin 1987entreMgr. deMilleville et unanciencadre
deFria,JacquesCharlesMessange,rapporté dansle mémoire deJacquesLarrue (op.cité)
7
Mgr.Gérard deMilleville estmêmeconduitàl'aéroportenMercedes 220!Duhautde
l'échelle decoupée, ilseretourne pourbénirlesprêtresguinéens qui ont tenuà
l'accompagner.Ce gesteauraitété interprété parSékouTourécommeun mauvaisprésageà
son endroit, etilaurait renoncéàunvoyagequ'il devaiteffectuerle lendemain.SékouTouré
auraitproposéquelquesjoursauparavantà Mgr. deMillevillequetouslesprofesseursdes
écoleslibres soient recrutésparle gouvernementguinéen pour servirdansl'enseignement
laïque.SékouTouréauraitajoutéqueson oppositionàl'égliseconcernaitdavantage encore
l'africanisation duclergéque le problème de l'enseignement.Ilauraitenfinaffirméqu'il ne
traiteraitdésormaisdeces questions qu'avecun prélatafricain, dequelque originequ'il fut,
même d'Afrique duSud.
8
Mgr.Gérard deMillevilleavaitdéjàdémissionné en février1960, mais sadémission fut
alors refusée par sahiérarchie.
9
Le pèreLeDouarina catéchisé etbaptisé laprésidente,MadameAndréeTouré, lorsqu'ellea
séjournéàl'Orphelinatcatholique desmétissesinstalléà Mamou(entretien de l'auteuravecle
pèreMichelChaverot,2 septembre 1998).

9

Mgr. Maury, déléguéapostolique de l'Afrique occidentale,venudeDakar ;
il lui précisequ'aucun prélatde l'Églisecatholique neseraplusaccepté en
10
Guinées'il n'estpasafricain .Enraison decettecrise des relationsavec
l'Église, lechef de l'Étatguinéenadécidé deresterà Conakryaulieudese
rendrecomme prévuauCaire pourla conférence duGroupe deCasablanca,
11
puisà Belgrade pourla1èreconférence desnonalignés.
Lorsducomplotdesenseignants,àlafin de l'année 1961, lesplus
radicauxdescadresduPartivontjusqu'àréclamerlerenvoi des
missionnairesblancsenEurope;leurprésenceàelleseuleserait unrisque
permanentdesubversion.Dans sa conclusion,Sékou revient surce dernier
point ;ilconseilleàlapopulation d'êtrevigilanteavecl'Églisecatholique et
deconvoyer versConakrylesprêtresnon-africainsnouvellementarrivésen
Guinée,afinqu'ils soientexpulsés.
Finalement, le papeJeanXXIIInomme le 10mars1962 quatre
12
archevêquesafricains, dontRaymond-MarieTchidimboà Conakry.Le
13
SaintSiège poursuitainsi l'africanisation de l'Église;il n'estpas sûr que
lespressionsdeSékouaientété décisives, maiscettesolution présentait
égalementl'avantage de lui donner unesatisfaction de principe etde
normaliserpour untempsles relationsentre l'Église guinéenne etlerégime.
Mgr.Raymond-MarieTchidimbo estnéà Conakryle 15août1920,
d'une mère métisse, néeCurtis- dontle père étaitfrançais- etd'un père
14
gabonais.Séminariste enGuinée puisauSénégalaprèslaguerre (ilse dira

10
Ilconfirmece pointdevue dans "Horoya"du 2 septembre 1961
11
LeBureauPolitiqueavaitle22aoûtarrêté laliste de ladélégationqui devaitaccompagner
SékouTouré;ellecomprenaitle ministre desaffairesétrangèresLouisLansana Béavogui, le
ministre de lajusticePaulFaber, etplusieursambassadeurs.C'estfinalementBéavoguiqui
représenterala Guinée lorsdecesdeuximportantesconférences.
12
Mgr.RobertCasimirDosseh-Anyronà Lomé,Mgr.Luc Sangaréà Bamako,Mgr.
HyacintheThiandoumà DakaretMgr.Raymond-MarieTchidimboà Conakry.Lesprélats
européensdes troispremiersarchidiocèsesavaientdémissionné,seulcelui deConakryavait
été expulsé.Mgr.BernardinGantin étaitdéjàdepuis1960archevêque deCotonou(il est
décédé en2008, et son nomaété donnéàl'aéroportdeCotonou).
13
Un plan derelève duclergé européenaété mis surpied en
1967parMgr.Benelli,Prononceapostolique, etlecardinalZoungrana.Maisen 1997,soit 30ansplus tard, ilreste
encore enAfrique 14.000prêtresetmissionnairesnonafricains ;il est vraiaussique2.585
prêtresontété misparl'Églisecatholiqueàladisposition d'autrescontinents(chiffresfournis
parleCardinalJozefTomko,qui dirige la congrégation"pro propagandafide", pourla
propagation de lafoi).
14
Selon lesfichesd'activitésde l'ambassade deFrance enGuinée pourl'année 1963, ilserait
le filsducuisiniergabonaisdugouverneurBallayet seraitfrançaisparnaturalisation dupère
audébutdu siècle.Le gouverneurBallayayantété gouverneurauGabonavantde l'êtreà
Conakryde 1890à1900, le père deMgr.Tchidimbo, né en 1920,auraitoccupécesfonctions
trèsjeune,si l'information estexacte.Mgr.Tchidimbo, dans son ouvrage"Noviciatd'un
évêque"(op.cité), ne mentionne paslaprofession deson père, dontil dit simplement que,

10

àplusieurs reprisesfierd'êtreanciencombattant), novice enFrance, il
terminesesétudesdethéologieàla congrégation desPèresmissionnairesdu
Saint-Espritetil estordonné prêtre le7octobre 1951.Nommé enGuinée en
1952, ilcommenceson ministèreà Faranah, lieude naissance deSékou
Touré, oùilresteradixhuitmoiscommevicaire de lapetite paroisse
15
missionnairecatholiqueSaint-FrançoisXavier ;traditionnellementen
Guinée,_la congrégation duSaintEspritestplutôtprésenteà_Conakry, en
BasseGuinée etenHauteGuinée,alors que lesPèresBlancs sontprésents
enGuinée forestière.
Maisdès sonarrivéesur sonsol natal, le jeune prêtreaprononcéà
Kindia, le28septembre 1952(un jour qui deviendrasixansplus tard
historique, maispourbien d'autres raisons),uneconférencesur "Leréel et
l'avenir", dontlecontenudéplaîtàl'administrationcoloniale etle fait
cataloguer,sansnul
douteabusivement,comme"agitateurcrypto16
communiste".
A Faranah, ilrencontrerégulièrementSékouTouré,quiyfaitdes
17
séjoursassezfréquents ;il l'encourageàplusieurs reprisesdans sonactivité
syndicale, maisaudébutde 1953, le futurprélatfaitobstacleaumariage
d'une desescousinesavec Sékou ;c'estl'occasion d'un premieraccrochage
18
sur un plan personnel entre lesdeuxhommes.Tchidimbo enseigne ensuite
pendant troisanslesfutursinstituteursdesdiocèsesdeGuinée,avantd'être
nommécuré deKankan,ville dontil dirigera aussiun peuplus tard la
préfectureapostolique jusqu'en 1959.Lorsdu référendum deseptembre
1958,Tchidimbo prend publiquementparti en faveurdu "oui"et refuserade

quand lui-même étaitjeune,son pèreavait un"atelier"et qu'ilallaitaumarchéacheterdes
accessoiresde machineà coudre etdesnouveautésdetissuspourhommes.
15
quiavaitétécréée le20janvier1948àl'intention en particulierdes148catholiquesde la
ville, desservisjusque-làparlesPèresduSaintEspritdeKissidougou.
16
En 1953,Raymond-MarieTchidimbocollaboreavecl'un desanimateursduPAI, le
SénégalaisMahjmoutDiop, le futurprésidentduSénégalAbdoulayeWade etl'historien
voltaïqueJosephKi-Zerbo,àl'ouvrage publié parPrésenceAfricaine,"Lesétudiantsnoirs
parlent",quiappelleà"combattre lecolonialismesous toutes sesformes"(cité dansLilyan
Kesteloot,"Histoire de lalittérature négro-africaine",Paris,Karthala-AUF,2001).
17
En fait, lesdeuxhommesfontconnaissanceà Conakryen janvier1953lorsdumariage du
jeune frère de l'ecclésiastique (alors vicaireà Faranah),PatriceTchidimbo, membreactif du
syndicatchrétien descheminsde fer.
18
Dans son livre"Noviciatd'un évêque"(Paris,Fayard, 1987),Tchidimbo écrit que le
"syndicalisteSékouTourétournaitdéjà à cette époqueautourd'une de mescousines qu'il eût
bienaimé épouser.Maisce projet, je m'étaisévertuéàle faire échouer, pour unesimple
raison d'éthique:en 1953,SékouTouré en étaitàsonsecond mariage etladernière épouse en
date était unechrétienne !".LesarchivesdeKankanconservent une lettre deTchidimbo
écrivantàproposdeSékouTouré:"Les quelquesdialogues que j'ai puengageraveclui m'ont
permisdecomprendreque je ne pouvais(...) espérercollaboreraveclui."

11

19
choisirlanationalité guinéenne .Ilcraintdes troubleslorsdu scrutin et
conseilleàplusieursprêtresfrançaisinstallésdansdespostesisolésdevenir
20 21
auprèsde luià Kankan .En 1960, il estnommévicaire général de
Conakry,cequi l'amèneàêtreaussi lereprésentantde l'Églisecatholique de
GuinéeauprèsdeSékouTouré.
Le31 mai 1962,Mgr.Tchidimbo estintronisé en la cathédrale de la
capitale parMgr.Jean-MarieMaury,Déléguéapostoliqueà Dakar.Le
même jour,Sékoufait une déclarationà RadioConakry,quicongratule le
nouvelarchevêque etfélicite leSaintSiège pourl'africanisationainsi
22
entreprise ,en exprimant sa"satisfactiondevoirl'Église guinéenne dirigée
par un filsde l'Afrique, fondéesurl'intime harmoniequi existeradésormais
entre l'expression individuelle de lafoireligieuse etlesexigences
23
collectivesducombat révolutionnaire."
Le papeJeanXXIII aformellementdonnéaunouveauprélatla
24
consigne derenouerle dialogueavec SékouTouré ,cequi lui futfacile,car

19
MaisRaymond-MarieTchidimbose feradès1959 immatriculercommeressortissant
françaisauconsulatdeFranceà Conakry.En 1967, faisantétatde lanationalité deson père,
Mgr.Tchidimbosollicitera auprèsduprésidentOmarBongoun passeportgabonais,qui lui
seraétabli.
20
Témoignage dupèreSénéchalPire dans uncourrielàl'auteurle 10juillet 2007:"Moi
même, j'aivécucesévénementsd'ilya cinquanteans.Encetemps-là, j'enseignaisaucours
normal deDabadougou.Aumomentdes votes, lePèreTchidimbo m'avaitconseillé devenir
passercesjours-là chezluià Kankan,carilcraignaitpourmasécurité.En fait tout s'était
déroulé danslecalme, etensuite, j'étais repartià Dabadougou,continuercommeavant."
21
doncuneannéeavantl'expulsion deMgr. deMilleville,contrairementà cequ'écritSidiki
KobéléKeitadans son livrebiographique déjà cité:"Aprèsl'expulsion de l'archevêque de
Conakryle26août1961,Tchidimbo profite de lasituation enraison des rapportsd' "amitié"
intéresséequ'il entretientavec SékouTouré, pour se faire nommer vicaire général deConakry
etchargé d'affairesduVaticanauprèsdugouvernementguinéen."(page 405)
22
Pourtant, en dépitdesaffirmationscontraires,répanduesnotammentà Conakry,Mgr.
Tchidimbo n'estpasle premierprélatafricain noir, mêmes'il est sansdoute le premierdontla
nominationsoitdueàunesollicitation pluspolitiquequereligieuse: Mgr.Dieudonné
Yougbaré estnommé évêque deKoupéla(HauteVolta) le29 février1956;Mgr.Bernardin
Gantin, déjàévêque depuis1956, estnomméarchevêque deCotonoule 5 janvier1960;le 5
avril 1960 sontnommésMgr.PaulZoungrana archevêque deOuagadougou,Mgr.Bernard
Yagoarchevêque d'Abidjan,Mgr.JérômeRakotomalala archevêque deTananarive;Mgr.
JeanZoadevientarchevêque deYaoundé le20novembre 1961;le 4avril 1962- en même
temps queMgr.Tchidimboà Conakry-Mgr.HyacintheThiandoum estnomméDakar,Mgr.
Luc Sangaréà Bamako,Mgr.RobertDossahà Lomé;Mgr.GilbertRamanantoaninadevient
archevêque deFianarantsoale 11 mai 1962.EnAfriqueanglophone, oùlescatholiques sont
moinsnombreux,MauriceOtungaestnommé évêqueauxiliaire deKisumuen 1956, évêque
deKisii en 1960, etenfin en 1969coadjuteurde l'archevêque deNairobi (auquel ilsuccédera
en 1971).
23
ladéclaration faite parSékouTouréàl'occasion du sacre deMgr.Tchidimbo figure en
annexeà cechapitre
24
Raymond-MarieTchidimbo,"Noviciatd'un évêque", op.cité, page 140

12

ilavait àlafoisla réputation d'êtreunami duprésident, d'avoirété imposé
parluiauSaint-Siège, etenfin de professerdepuis toujoursdesidées
progressistes.Aucoursdesannées suivantes,Mgr.Tchidimbo publie
d'ailleurs un ouvragequi montrequeses vuesn'ontpaschangésurce
25
point.Le22août1962, le gouvernementdécide d'envoyer une délégation
officielleà Rome pour représenterlaGuinéeàl'ouverture duconcile
oecuméniqueVaticanII.
Lorsque meurtle papeJeanXXIII, le3juin 1963,SékouTourévient
d'arriverà Brazzaville envisite officielle,au retourde la conférence d'Addis
Abebaoùaétécréée l'OUA.Etc'estàun long éloge duSaintPère disparu
queSékouTouré -quirappellequ'il n'estpourtantpascatholique -consacre
toutle débutdesapremièreallocution, etnon pasàl'unitéafricaine.Il est
vraiqueson hôte esthomme d'église:le présidentduCongo-Brazzaville est
alorsl'AbbéFulbertYoulou(pluspourlongtempsd'ailleurs,comme nousle
26
verrons).
Maisl'Église guinéenne n'estpasexempte de problèmesinternes.En
1962, le pèreChaverotfaillitêtre expulsésurordre duministre des travaux
publicsIsmaëlTouré,quiavaitfaiteffectuer unbranchement surleconduit
d'égoutconstruitparl'Archevêché et refusaitde prendre enchargeune partie
desfraisd'entretienque luiréclamaitle pèreChaverot,Procureurchargé des
immeublesetdesateliers,qui l'avaitalorsmenacé de fermerl'égout!C'est
une interventionauprèsdeSékouTouré d'IgnaceDeen,alorsdirecteurde
l'hôpitalqui portaplus tardson nom,qui lui permitin extremisderesteren
Guinée.Paspourlongtempsd'ailleurs,carle pèreChaverotétaiten
désaccordavec Mgr.Tchidimbosurlagestion et surl'emploi desfonds
(importants)querapportaientàl'Archevêchésesimmeubleset sesateliers ;
sachant que le nouvelarchevêquevoulaitluiretirerenconséquenceses
pouvoirsdeProcureur, le pèreChaverotdemandasamutation et quittala
27
Guinée en 1963.
Autrecrisequi implique l'Églisecatholiqueàlafin de 1963.Radio
Conakryannonce l'arrestation deMadameCharpentierdeBerne, impliquée
dans untraficde devisesetaccusée en plus(peut-êtresurtout) d'avoir
"corresponduavecdesecclésiastiques sénégalaishostiles àla Guinée".
CetteFrançaiseaété pendantplusieursannéesdirectrice de la Procure de la
missioncatholique deConakryetaurait transféré illégalementdescapitaux

25
Raymond-MarieTchidimbo,"L'homme noirfaceauchristianisme",Paris,Éd.Présence
Africaine, 1963
26
Voirlechapitre 55:"3-7juin 1963: SékouTouré déstabilise l'AbbéFulbertYoulou".Le
discoursdeSékouTouréyfigure enannexe.
27
Entretien de l'auteuraveclePèreMichelChaverot(2 septembre 1998).

13

appartenant à cette institution.Mgr. Tchidimboad'ailleursmisfinàses
28
fonctionsen mai 1963.Finalement, elleseralibérée le 15 mars1964 .
Le 8 décembre 1965,Mgr.Tchidimbo,quisetrouveà Rome pour
29
assisterauConcileVaticanII(quia commencé le 11 octobre 1962et
achèveses travauxen 1965), est reçuenaudience privée parle papePaul
VI,àqui il faitpartdesonsouhaitdequitter son poste en 1975,aprèsle
Centenaire de l'Églisecatholique enGuinée, pourlaisser son posteàun
"Guinéenauthentique", lui même n'étantguinéen"ni de naissance, ni de
nationalité".L'auteurignorequelleaété laréaction duSouverainPontife.
Les relationsdu régimeavecl'Égliseconnaissentencore d'autres
périodesdetension;ainsi, le 1ermai 1967, le gouvernementguinéen décide
quetouslesprêtres, missionnaireset religieusesnonafricainsdevrontavoir
quitté leterritoire guinéenavantle 1erjuin,souspeine d'expulsion.Le 12
mai,Mgr.Benelli, le nonceapostolique enAfrique de l'Ouest,serendà
Labé pour s'yentretenirde lasituationavec SékouTouré,qui luiconfirme
saposition, demandantnotammentleremplacementdesévêqueseuropéens
deKankan etdeNzérékoré;Mgr.Benellisembler trouveracceptables
certainesdesesdemandeset revientenGuinée le 19 mai, en mêmetemps
que leCardinalZoungrana, de la Haute-Volta(futurBurkina).Ce dernier,
quiacceptetouslesautrespoints,refuse enrevanche leremplacementdes
deuxprélats,arguantde leurnomination parle pape etdesonrefusdese
laisserimposerdesnominationsparle pouvoircivil.SékouTouréconfirme
que lesdeuxévêqueseuropéensdoivent quitterle paysetêtreremplacéspar
desprélatsafricains ; sinon,tousles religieuxnonafricainsdevront quitter
le pays.Peuaprès, effectivement,Mgr.Jean-BaptisteCoudray, préfet
apostolique deKankan (de la Congrégation desPèresblancsetde
nationalitésuisse),Mgr.EugèneMaillat, évêque deNzérékoré (de la Société
desMissionnairesd'Afrique -PèresBlancs, etluiaussi de nationalité
suisse),ainsique 117 religieuxet religieuseseuropéens, dont 35 pèreset 27
soeursde nationalité française, doivent quitterla Guinée;parmi eux, le père
BernardVoisin,qui enseignaitaupetit séminaire deDixinn depuis1956.
30
Quelquespasteursprotestantsdoiventégalement quitterle pays.

28
Elleavaitétéarrêtée en mêmetemps qu'un dénomméBalozian,un franco-arménien dontla
familletenaità Conakry uncomptoird'import-export, luiaussiaccusé detraficde devises.
Maislesdeuxaffairesparaissentn'avoiraucun lien entre elles.
29
Mgr.TchidimboaparticipéàplusieursétapesdeceConcile, et s'yesten particulier
exprimé en 1962(ouen 1963) en des termes qui
ontparud'unetonalité"trèsanticolonialiste"àl'ambassade deFrance enGuinée (Fichesduposte diplomatique deConakry
pourl'année 1963).
30
Parmi eux,un pasteuraméricain établiavecsafemme enGuinée depuis1924, et qui
reprocha àl'ambassadeaméricaine de ne pas s'être opposéeàleurdépart.L'ambassadeurdes
États-Unisaurait répondu qu'il nevoulaitpascompromettre les relationsdeWashingtonavec

14

L'Églisedécide de les remplacerpardesprêtresafricainsoriginaires
d'autrespays ;c'estainsique plusieursprêtres sénégalaisou voltaïques se
31
rendentenGuinée pour yexercerleurministère pendant quelquesannées.
Le 13juillet1967,SékouTourérappelle dans un discoursl'ensemble deces
événementsetaffirme:"Si lareligion est unechose éternelle, il estmieux
quecesoientdesnationaux qui enassumentlaresponsabilité (...)Ilya
beaucoup de musulmansenGuinée maisaucun paysarabe n'ajugé
nécessaire d'envoyer unchefreligieuxarabe pourdirigerlesdestinéesde
l'Islam enGuinée etnosmusulmansdésignentlibrementlesImamsde leur
choix.Mêmesi lescatholiquesne désignentpaseux-mêmesleurchef, le
Pape pourraitetdevraitaumoinsdésignerlechef de l'Église guinéenne
32
parmi lesGuinéens.Voilà ceque nousexigeons."
Bienqu'entermesprudents, l'archevêque prend fréquemmentposition
contrecertainesorientationsdu régime.LorsqueSékouTouré faitdes
tournéesenGuinée, ilse fait souventaccompagnerparl'abbéSock,un
nationalisteafricain originaire duSénégalquiasouventdéfié lesautorités
ecclésiastiques sénégalaises.En 1968,Mgr.Tchidimbo lerenvoieau
Sénégal parcequ'il n'apasdemandé l'autorisation préalableàsavenue.
SékouTouréveutmettre leschosesaupointenrappelant que les
catholiques représententenGuinée moinsde 5% de lapopulation.En 1968,
il déclare:"Nous voulonsêtreresponsablesde notre destin dans tousles
domaines.LecongrèsduPDGen 1961avaitdécidé l'africanisation des
cadresde l'Églisecatholique etlanationalisation detouteslesécoles
privées,ycomprislesécolesmusulmanes.C'estalors que leVatican décida
lanomination d'unarchevêqueafricainà Conakry,Tchidimbo;ce fut une
grande fête dans toutle pays.Tchidimbo estdésormaisconsidérésurle
même planqu'unresponsable duParti oudugouvernementet reçuavecles
mêmeségards.Maiscertainsmembreseuropéensduclergécatholique ont
bafoué l'autorité deTchidimbo.Onaremarquéàplusieurs reprises que les
pèresblancsdesmissionsde l'intérieurétaient volontairementabsentsdes
manifestationsofficiellesd'accueilà Tchidimbo.Un fossésecreusaitentre
lesmembresafricainsduclergé etleseuropéens.Danscertainesmissions,
les soeurs voltaïquesavaientleurshabitationsàpart, latêterasée,
marchaientpiedsnus,alors que les soeurseuropéennesbénéficiaientde
toutleconfortmatériel.Ilyeutmême le licenciementd'unblanchisseur qui

laGuinée pourdes questionsdereligion.Unautrerévérendaméricain,HarryWatkins, est
resté établi plusdetrenteansà Labé.
31
C'estlecasdesabbés sénégalaisPierreSock etPierreSagna, futurévêque deSaint-Louis.
A Nzérékoré,Mgr.RaphaëlTéaresteraen fonctionsde 1967à1979.A Kankan,cesera Mgr.
Gomez.
32
voirenannexe2d'autrespassagesdece même discours

15

avait mélangé le linge des soeursnoiresetdes soeursblanches.Lesprêtres
européensn'avaientaucunrespectpourleursconfrèresafricains.Voilà
pourquoi nousavonsdécidé le départduclergé européen.Alors, en France,
toutle monde pousse leshautscris.Avez-vousoubliéquequand la Francea
chassé lesAllemandsduTogo pendantlaguerre de 14-18,elles'est
empressée d'ordonnerle départdetouslesprêtresallemandsdansles trois
moisetde les remplacerpardesprêtresfrançais ?La Chrétientéavingt
sièclesd'existence, etdansnotre pays, elles'étaitimplantéeavantmême
l'arrivée de l'administrationcoloniale.Alorsj'ai posé laquestionauPape:
depuis
qu'ilyadesChrétiensenGuinée,quellesdispositionsleVaticana-t33
il prisespourafricaniserleclergé enAfrique?Etpuisque l'Église
catholiquese dit universelle etau-dessusdespréjugésderace, dans quel
paysa-t-onvunommerdesévêquesdecouleurpouravoirautoritésurdes
prêtresblancs ?Laréponse duVaticanaétéqu'on ne peutpasformer un
archevêquecomme on formeuncommisd'administration.Oui,ai-je
répliqué, maisenGuinée lecatholicisme estimplanté depuis quatre-vingts
ans.Plusderéponse duVatican.Voilàpourquoi, en 1966, nousavions
donnétroisansauxautorités religieusespourafricaniserleclergé guinéen.
AuVatican onaprotesté, disant qu'ils'agissaitd'un domainequi neregarde
pasl'Étatet que nousn'avionspasle droitde prendre detellesdécisions.
Puisque lePape nevoulaitpascomprendre, nousavons suppriméce délai
detroisansetprié leclergé européen des'enaller surlechamp".
Cette mêmeannée 1968,Sékou Touréreçoit Mgr.GiovanniMariani,
prononceapostolique pourl'Afrique de l'Ouest,venu s'enquérirde la
situation de l'Église enGuinée.
Maisc'estle débarquementde novembre 1970 quivaplongerl'Église
guinéenne dans unecrisesérieuse.Mgr.Tchidimbosera arrêté le24
décembre 1970,veille deNoël, etemprisonné pendantprèsde neufannées.
Depuis quelques semaines,un"Comitéspécial decatholiquesdeGuinée",
constitué le2octobre 1970, mène ouvertementcampagne"pourdénonceret
redresser toutesleserreurs qui peuventporteratteinteàladignité de leur
Église,queceserreurs soientle faitde dignitaireset responsables
ecclésiastiquesoudesimplesfidèles(...),envue de l'assainissement total de
leurÉglise (...) jusqu'au résultatfinalrecherché."Une fractionconduite par
34
l'abbéGomez,alorsévêque deKankan,reprochaità Mgr.Tchidimboson

33
Le premierGuinéena avoir reçul'ordinationsacerdotale futlePèrePathé, en 1939, juste
avantlaguerre.
34
L'abbéGomezavait un"caractère envieux, difficile, opportuniste etiladorait semerla
bisbille entresescamarades"(témoignageàl'auteurde l'abbéAugustinDiamacouneSenghor,
secrétaire général duMouvement(séparatiste) desForcesDémocratiquesdeCasamance,qui
fut soncamarade deséminaireauSénégal,Ziguinchor,30mai
1998).Mgr.Gomezfutlui

16

hostilitéàl'égard du régime et son hypocrisie, danslamesure oùil déplorait
ladégradation de lafoichrétienne etladépravation desmoeursenGuinée,
qu'ilattribuaitau régime,alors qu'ilvivaitlui-même maritalementavecune
35
sage-femme de la capitale .
Le prétexte officiel de ladétention duprélatest sa complicité dansle
débarquementdu 22novembre 1970, maisSékouaffirmera àl'auteur que
desdénonciations venuesde l'Église elle-même ontjouéunrôle important
dansl'arrestation.Mgr.Tchidimbo leconfirme luiaussi, écrivant que"ma
prise de positionvis-à-visdeSékouTouré etdesapolitique m'a conduiten
prison;avec aussibiensûrla complicité decertainsmembresde mafamille
etdecertainsclercsen mal de promotion, (...)lesjalousiesetles trahisons
successivesdecertainsde mescousinsetdecertainsde mesplusproches
36
collaborateurs."
Mgr.Tchidimbo estd'abordamenéaucamp militaireAlfaYaya.
Interrogé et torturé en janvier1971 par unecommission présidée par
Moussa Diakité, il finitpar "avouer" untraficde devisesavec AdolfMarx,
le directeurallemand de la brasserie deConakry.Son nom estinscritd'abord
parletribunalrévolutionnairesurlaliste descondamnésàmort, mais,àla
37
suite d'une intervention de l'ambassadeurd'Unionsoviétiquil fe ,utensuite
placésurlaliste des 66personnescondamnéesle23janvier1971aux
travauxforcésàperpétuité (il figure dansl'arrêtavecletitre
de"ex38
archevêque") .
Le31 décembre 1970,Mgr.GiovanniMariani, le nonceapostoliqueà
Dakar,révèleque lui-même etl'archevêque deDakar(etfuturcardinal)
HyacintheThiandoums'étaient vu refuserdes visasparl'ambassade de
Guinée lorsqu'ilsavaient souhaitéserendreà Conakrypour y rendrevisiteà
leurcollègue.Lescardinauxouarchevêquesfrancophonesde l'Afrique de

mêmeaccusé en 1970-71 d'êtreuncomplice de l'AllemandSeibold;ils'en défendvivement
dans une lettre du 24août1971.
35
Aucoursdesannéesprécédantl'indépendance,untribunal guinéena condamné le futur
archevêqueàverser une (modeste) pensionalimentaireàl'une desesfidèlesetproches
ouailles,MademoiselleCurtis,âgée d'unevingtaine d'années,quiaffirmaitêtretombée
enceinte deson fait.Cette dernière, peut-être d'ailleurs une lointainecousine duprélat, était
représentée parMaîtreGuyFleury,avocataubarreaudeConakryde 1954 jusqu'après
l'indépendance.C'estl'évêque deConakry,MgrBernard lui-même,quiavaitdemandéàla
jeune femme de poursuivresonaction judiciaire etàl'avocatde lareprésenter. (témoignageà
l'auteurdeMaîtreGuyFleury,Paris, février 2009, etconversationtéléphonique le31août
2009).
36
Ouvrage deMgr.Tchidimbo déjà cité
37
Selon l'ouvrage précité deMgr.Tchidimbo,Jean-PaulAlataluiauraitditplus tardaucamp
Boiroqu'informé par ses services secrets, l'ambassadeurd'Unionsoviétiqueseraitintervenu
personnellementauprèsdeSékouTouré pouréviterde faire de l'archevêqueun martyr.
38
Letexte desadéposition figure enannexe

17

39
l'Ouest serencontrentà Abidjan les 6et 7janvier1971 etdemandenten
vainqueSékouTouréaccepte derecevoirl'un d'entre eux.Le21 janvier, le
Vatican publieuncommuniqué exprimant "pourl'honneuretladignité de
l'Afrique"l'espoir que"rien d'irréparable"nesera accompli enversMgr.
Tchidimbo etlesautresaccusés.Le24 janvier, le papePaulVIrévèlequ'ila
lancéunappel personnelauleaderguinéen.Etle journal duVatican
"OsservatoreRomano"du 26janvier rappellecombien il estabsurde de
penser queMgr.Tchidimbo,quis'étaitdansle passé montréunadversaire
résoluducolonialisme, pouvaitaujourd'hui êtresoupçonné decomplicité
aveclui.Le27janvier, le pape déclareàproposduprocès:
"L'horrible etimpitoyable issue duprocès révolutionnaire deConakry
nouscauseune profonde douleuret une grave désillusion,carmêmesi la
vie de l'Archevêqueaété préservée,ce n'estlecasni deson honneur, ni de
saliberté.Il ne nousappartientpasde nousprononcer surles questions
particulièresd'unÉtatindépendantet souverain.Maisl'aspectmoral de
cettetristeaffaire, oùilsembleque l'exercice dupouvoirjudiciairesesoit
transformé enunaccèspassionnel devengeance farouche etaveugle etde
cruauté, est soumisaujugementde la conscience morale dumonde."
Peuaprès, le pape nommera administrateurapostolique deConakry "ad
40
nutumsanctasedis"et"tant queMgr.Tchidimboseraempêché dans
l'exercice desesfonctions à cause desdouloureuses circonstances bien
connues", l'un desprêtresguinéensprésents surplace, l'abbéLouisBarry,
déjàresponsable de lapréfectureapostolique deKissidougou-Kankan (poste
qu'il occuperade 1967à1979).
Le 14 mars1971,Mgr.Tchidimbo est transféré ducampAlfa Yaya au
campBoiro.De nouveau soumisaumoisd'aoûtàdesinterrogatoiresetàla
torture, il"avouera"àla commission maintenantprésidée parIsmaëlTouré
sa complicité dansle"complotde la VèmeColonne".Ses "aveux",
enregistrés surbande, furentensuite diffusés surlesondesde"La Voixde la
Révolution".
En marge decesaccusations,RadioConakrylaisse entendrequ'unvaste
planauraitété manigancé parleVatican pourformerenAfrique de l'Ouest,
contre lavolonté de lamajorité de lapopulation, musulmane ouanimiste,
unecommunauté politique de payscatholiques,s'appuyant surleSénégal et
la Côte d'Ivoire, l'un etl'autre dirigéspardesleaderscatholiques, etle
Liberia,quia comme président, depuislamorten juilletdeWilliam
Tubman,un pasteurprédicateurbaptiste,qui futpendant vingtannées
vice

39
Lescinqprélatscitésen note 4, plusMgr.Yago d'Abidjan etlecardinalZoungrana
d'Ouagadougou.
40
"sousladépendance directe duSaint-Siège"

18

41
président,WilliamRichardTolbert;lerôle deTchidimbo eûtété de
soutenirde l'intérieurce mouvement,cependant qu'un opposantguinéen
catholique eûtprisle pouvoiràlaplace du régimerévolutionnaire etlaïque !
Des relationsépisodiques se poursuivaiententre lerégime etl'Église,
celle-ci évidemmentdevenue particulièrementprudente.Le2 septembre
1973,SékouTouréreçoitpendantplusd'une heureune délégation de prêtres
africainsen provenance deHaute-Volta,
duDahomeyetduMali.Mgr.JeanMarieTraoré, duMali,s'estfélicité de l' "accueilchaleureuxetfraternel
réservéàsadélégation",cependant queSékouluiconfirmaitles"sentiments
de confianceque lePeuple deGuinée nourritàl'endroitduclergé."
Mgr.Tchidimbo futl'un des raresprisonniersàrecevoir quelques
visitesaucoursdesadétention: ainsi,à Pâques1971, l'ambassadeurd'Italie
enGuinée;en mai 1973,unsecrétaire d'Étatitalienaccompagné duministre
libérien ducommerce, frère duprésidentTolbert.Enrevanche, le nonce
apostolique ne futpasautoriséàlerencontrerlorsqu'ilserend enGuinée en
septembre 1973(SékouTouré présentece dernierle7 septembreàlafoule
masséeau stade du 28septembre, etaffirmequ'ilaeuaveclui des
"entretiensimportants"), maisil obtienten 1974 de lui envoyer uncolis
mensuel.
L'auteur, pour sapart, échangea,commeambassadeurdeFrance en
Guinée,quelqueslettresavecle prélatemprisonné et, grâceàla complicité
d'un gardien etparl'entremise d'unesecrétaire des servicesculturelsde
l'ambassade,MelleTurpin,une parente de l'archevêque, lui envoyades
42
ouvrages religieux, etmême du vin pourdire lamesse dans sa cellule .Mais
laparution dulivre deJean-PaulAlata"Prisonsd'Afrique"àl'automne de
43
1976mitfinà ces quelquesfacilités.
Pendantcetemps, etalors que lesautresprisonnierspolitiques
étrangersétaientprogressivementlibérés, d'activesnégociationsavecle
Vaticanse poursuivaientpardiverscanaux.L'auteureutainsi plusieurs
entretiensà Romeaveclesprincipaux responsablesde ladiplomatie
vaticane, notammentleCardinalAgostinoCasaroli etMgr.Achille

41
Il futmême présidentde l'AllianceBaptisteInternationale en 1965, plusieursannéesde
devenirprésidentdeson pays, en 1971
42
levin dontl'auteurdisposaitalorsn'était-comptetenudesconditionsclimatiqueslocales
etducaractère encoretrès sommaire desinstallationsde l'ambassade -qu'unvinassez
ordinaire, dontil lui fitparvenirdeuxbouteilles.Grande fut sasurprise derecevoirdèsle
lendemain - etparlesmêmes voies-un petitmotmanuscritduprélat:"Excellence, levinque
vousm'avezenvoyé me donne desaigreursd'estomac;n'auriez-vouspasplutôtdu
Bordeaux"!
43
"L'interruption decesenvoisdecolismensuels sesituequelques semainesaprèslaparution
dulivre deJ.P.Allata(sic)"(lettre écrite ducampBoiroàl'auteurparMgr.Tchidimbo le30
juin 1979,soit six semainesenvironavant sapropre libération).

19

Silvestrini,ainsiqu'avecleSupérieurdesJésuites, lePèrePedroArupe.
D'autresdémarchesavaientlieuparl'intermédiaire duprésidentduLiberia.
Maislesnégociationsbutaient surle problème de ladémission deMgr.
Tchidimbo,qui devaitlibérerlesiège deConakryafin de permettreune
autre nomination.PourSékouTouré, la culpabilité etla condamnation du
prélatavaientdéjàeupoureffetde le destituerautomatiquementdesa
charge, etilsouhaitait que leVatican nommât unautretitulaireavant toute
libération;pourleSaint-Siège, il enallaitbien entenduautrement.Mgr.
Tchidimbo, desoncôté,refusaitformellementde démissionner,cequi eut
facilité laposition duVatican.
En 1978,cesdiverseffortsétaient surle pointde porterleursfruits.Le
25avril 1978, l'auteurenvoyamêmeune lettreauSecrétaire général des
Nations unies,aveclequel il demeuraitenrelations surcetteaffairequ'il
l'avaitchargé, dès1974, desuivrecommecelle desFrançais, desAllemands
oudesLibanais, pourluiannoncercommetrèsprobable lalibération"dans
lesprochainsjours"deMgr.Tchidimbo.On pouvaiten effetcroire la
libération imminente;àdeux reprises, en décembre 1977etenavril 1978,
Mgr.Tchidimboavait reçulavisite deCharlesCecilDennis, ministre des
44
affairesétrangèresduLiberia,accompagné laseconde foisparl'archevêque
45
deMonrovia,Mgr.O'Carrol .Laréconciliation deSékou,Senghoret
Houphouëtavaiteulieu un moisauparavant,à Monroviajustement.La
proximité du voyage enGuinée duprésidentfrançaisValéryGiscard
d'Estaing, dontonsavait qu'il ne manqueraitpasdesouleverle problème de
l'incarcération duprélat-quiaffichaitparailleurs sanationalité française
toutautant que gabonaise - était unatout supplémentaire en faveurd'une
prochaine libération.
Peuaprès,unavion envoyé parle présidentTolbert se posa àl'aéroport
46
deConakry.Malheureusement, l'AgenceFrance-Presse ébruitalanouvelle ,

44
Cethomme politique libérien (qui futministre desaffairesétrangèresdeson paysde 1973
jusqu'aucoup d'Étatdu sergentSamuelKanyonDoe en 1980)vivaitalorsavecla chanteuse
noireaméricaineNina Simone,quiavaitelle-même ététrèsproche duBlackPower, etliée
d'amitiéavec StokeleyCarmichael etMalcolmX.C'est sonamieMyriamMakeba(alors
épouse deCarmichael)qui l'avaitpersuadée, en 1974, dequitterlesÉtats-Unisetderevenir
"àses sourcesafricaines", d'abordàla Barbade, puisauLiberia.
45
Ilsemblequecesémissairesaient tenté d'obtenirdeMgr.Tchidimbosadémission,ainsi
que lapromesse, exigée parTolbert,qu'il n'entreprendrait riencontreSékouTouréune fois
libéré.Mgr.Tchidimbo estimaitcesdemandesinfondées.
46
"LeMonde"du 26avril 1978 publie letextesuivant:"Mgr.Tchidimbo,archevêque de
Conakry, emprisonné depuis1970, doitêtre libéré danslesprochainsjours,a annoncé"de
source digne de foi"(sic!), lundi24avril, lebureaude l'AgenceFrance-Presseà Monrovia
(Liberia).Cette libérationseraitle fruitde négociationsentre lerégime deM.SékouTouré et
leVatican. (AFP)"

20

Amnesty International publia uncommuniquévengeur, et Sékou Touré,
47
furieux,annulalalibération envisagée .
Il fallutde nouveauplusieursmoisde négociationspour que finalement,
le7août1979 -unesemaineavant son 59èmeanniversaire, le 15août-,
Mgr.Tchidimbosoitextraitdesa cellule parlecommandantSiaka Touré et
amenéàl'aéroport, oùilretrouve le ministre libérien desaffairesétrangères,
CecilDennis,aveclequel ils'envole dansl'avion présidentiel libérienvers
48
Monrovia, d'oùil gagneRome oùilarrive le 11août.L'acte de libération
avaitétésigné parSékouTouré le6août, premieranniversaire de lamortdu
papePaulVI;cequeMgr.Tchidimboconsidérera commeunsigne, mais
qui n'aeuévidementaucune influencesurladécision duleaderguinéen.En
revanche, il n'estpasindifférentdesavoir que le 8août,SékouTouré devait
rencontrerà Washington le présidentCarter, l'un deschampionsdesdroits
de l'homme, et que le présidentTolbertavaitprévenu soncollègue guinéen
qu'il ne fallaitcompter suraucuneaideaméricainesi lesprisonniers
politiques-aumoinslesplus symboliques- n'étaientpaslibérés;propos qui
avaientcontrariéSékouTouré, lequelavaitbattufroidTolbertpendant
49
quelques semaines.
Le 12août,Mgr.Tchidimbo est reçuà CastelGandolfo parle pape
Jean-PaulII,qui lui faitpartager sonrepas.Comme ilafinalementaccepté
de démissionner-àladate du 23août- leVatican peutannoncerle même
jourlanomination pardécretpontifical du13aoûtde deuxnouveaux

47
Lorsde lavisite enGuinée duprésidentValéryGiscard d'Estaing, en décembre 1978, la
question futeffectivementabordéeavecinsistance.MadameGiscard d'Estaing en parla avec
MadameAndrée, la PremièreDame, elle-même élevée danslareligioncatholique.Un mois
aprèslavisite présidentielle, leconseillerpourlesaffairesafricaines,RenéJourniac, écrità
l'auteur:"lePrésidentest un peu surpris qu'un moisaprès sonvoyage etlespromessesfaites
parle présidentSékouTouré,rien n'aitétéaccompliconcernantlalibération despersonnes
auxquellesnousnousintéressons(et surlaquelleMgr.Tchidimbo figure entoutpremierlieu).
J'aivu quevousaviezfourniune nouvelle liste, mais ya-t-il eu uneréaction?C'est une
affaire difficile, mais sirien nese passe,c'estla crédibilité de notrePrésident quisera
atteinte.."(carte manuscrite du 21 janvier1979).Le 12juilletde lamêmeannée,René
Journiacenvoieune nouvellecarte:"Merci devotre motau sujetdeMgr.Tchidimbo.Le
président souhaiterait qu'avant votre départ(celui-ciauralieuen novembreNDLA),vous
fassiez un effortdécisif pour réglerce problème.Ilaétéun peu surpris queMgr.Tchidimbo
aitl'aird'ignorerlesdémarches répétéesetpersonnelles qu'ilafaitesensafaveur."(carte
manuscrite du12juillet1979).En fait,cette fois-ciserala bonne.
48
A Rome,Mgr.Tchidimbosera accueilli notammentparPierre-MarieCoty, plus tard
évêque deDaloa(Côte d'Ivoire).Ses yeux trèsaffaiblisne lui permettrontde lereconnaître
qu'au son desavoix(conversation deMgr.Cotyavecl'auteur,Dakar, 10février1997).Ason
arrivéeà Paris, le22août,Mgr.Tchidimbo estaccueilli parle pèreMichelChaverot.
49
En juillet1979, lorsd'unevisite enLibyeaucoursd'unetournée danslespaysarabes,
SékouTouréannoncequ'àsonretour, il libéreratouslesprisonnierspolitiques, entête
desquelsMgr.Tchidimbo.

21

prélats,Mgr.Robert Sarahcommearchevêque deConakryetMgr.Philippe
50
Kourouma comme évêque deNzérékoré .Le22août,Mgr.Tchidimbo part
pourParis, où,accompagné parWilliamGemayel,qui futpendant quatre
ans soncompagnon decaptivité, ilaunesérie decontacts(en particulier
avecson ordre desSpiritains) etde formalitésà accomplir(se faire établir
de nouveauxpapiersd'identité,se faire examiner surle plan médical et
régulariser sesdossiersdesanté, etc...).Ultérieurement, ilsera chargé de
dirigerà Rome leConseil pontifical pourlafamille,avantdeséjourner
quelquetempsdanslamaison deretraite de l'ordre duSaint-Esprità
Carpentras, puisdeseretirerdans samaison familiale deSaint-Didier,au
51
pied duMontVentoux(Vaucluse), oùilréside encoreactuellement.
Lorsde l'intronisation parlecardinalGiovanniBenelli,alors
archevêque deFlorence, deMgr.RobertSarahà Conakry, le 8 décembre
1979, en présence detroisarchevêques, devingtet un évêques, detrente
prêtreset religieuses venusd'Europe etd'Afrique, etd'une nombreuse
assistance,SékouTouré faitallusionauxproblèmesinternesde l'Église de
Guinée,qui ontcontribuéàla crise,"pouréviter toutfosséau sein du
Peuple guinéen,toutfossé entre l'Églisechrétienne etlasociété guinéenne
et surtout toutfosséau sein de l'Églisechrétienne... (et que) lesdirigeants
de l'Églisecomprennentmieux que parle passé leurdevoir".Mgr.

50
LeSaint-Siègeavaitproposétroisnomspourle poste deConakry: ceuxdesPèresFowler,
BarryetSarah.SékouTouré portasonchoix surce dernier,qui étaitle moinsâgé et qui
appartenaitàune minorité ethnique.LePèreBarryenauraitétéquelque peuameret son
morals'enressentit,aupoint quecertainsaffirment quesasanté déclinafortement ;par
coïncidence (maisenGuinée,rien n'estjamaisconsidérécommecoïncidence),Mgr.Barry
mourutaumomentdu voyage dupapeJean-PaulIIenGuinée.Mgr.Tchidimbocontinuera à
utiliserletitre de"Archevêque émérite deConakry".MgrRobertSarah, ordonné prêtre le20
juillet1969,archevêque émérite deConakry,aété nommé en octobre2001àla Curie de
Romecommesecrétaire général de la congrégationromaine pourl’évangélisation des
peuples.Sonsuccesseurà Conakry,MgrVincentCoulibaly,yaété nommé en2003.
51
LouiseAvon,amie etanciennecollaboratrice de l'auteurauSénégal, elle même
successivementambassadeurenLettonie puisauMozambique, et qui possèdeune maison
dansleVaucluse non loin decelle deMgrTchidimbo, luiarendu visite débutoctobre2006
etluia communiqué letexte decechapitre.Voicisoncompte-rendu, envoyé parcourriel le 5
octobre:"MgrTchidimbovousfait "entièreconfiance"pourécriresurlui;bienque n'y
voyantpresque plusetn'entendantpasbeaucoup, perdantlamémoire immédiate, ilse
souvient trèsbien devouset surtoutde"toutlebienquevousavezfaitpourlui." "C'est un
homme profondémenthonnête", dit-il en parlantdevous,"trèsbon":il prietouslesjours
pour vous,"comme pour tousceux qui m'ontfaitdubien".Quantà SékouTouré,"ila avalé
sonbulletin de naissanceavantmoi", dit-ilavecun humour quicontinueàlecaractériser,
maisàlaquestion:"qu'est-cequivous vientàl'espriten pensantà SékouTouré?", il
répond:"beaucoup desangsurlesmains,beaucoup decrimesd'innocents".Je luiai laissé le
texteque lui lirasa cousine,quis'occupe de lui depuisdesannées.Ilapromis quesivouslui
écrivez, ilvous répondra.Sonadresse postale: BP9StDidier84210."

22

Tchidimbo le confirme (dans son livre),toutenattribuantévidemment à
l'évolution du régime etàlapersonnalité deSékouTouré laresponsabilité
essentielle decesévénements:
"(lescauses profondesde monarrestation) setrouvaientaussi dansles
jalousiesetles trahisonsprogressivesdecertainsde mescousinsetde
certainsde mesplusprochescollaborateurs...Aussi n'insisterai-je pas sur
cette page douloureuse de la"cassure"de la communion:la communion
dansmafamille etla communion dansmon église locale;bienque jesois
52
désormaisen possession deslettresde délation."
Le 16mai 1982,Mgr.RobertSarah présenteauprésidentSékouTouré
quivientd'êtreréélu- les voeuxde la communautéchrétienne.Ilydit
notamment que"L'exercice dupouvoiretdes responsabilités use l'homme".
Qualifiantcette expression de"phrasesublime",Sékou réplique en disant:
"Le pouvoirpeut userl'homme et renouvelerl'homme...L'homme estcette
créature privilégiéequi peut soumettreà sa volonté les autres.Le pouvoir
use l'hommequandcelui-ciconsidèrequec'estlui lechef.Qu'ilsoit
présidentde larépublique,archevêque, ministre, officier supérieur,s'ilala
mentalité dechef danslajouissance desesattributs, iladéjàéchoué dans
samission.Rien de plusfacileque d'êtreunarchevêque,unchef d'État,un
ministre.Rien de plusfacilesi l'onreste encommunionaveclasociété et
que l'onsesoumetà Dieu.Alors, latâche estaisée.Mais si l'on laissese
développerleSatan ensoi, ons'éloigneradeDieuetde lasociété, et untel
pouvoirécrase l'homme, épuise l'homme...Je meconsidèrecomme le
présidentdetouslesGuinéens,au-delàdetouteslesconfessions,au-delàde
touteslesethnies,au-delàdetouteslesfamilles.Nouspensons que doit se
sentiràl'aisetoutGuinéen,qu'ilsoitmusulman,catholique, protestant, ou
mêmeathée."
Du 24au 26février1992, le papeJean-PaulIIvisite la Guinée.
Accueilliàl'aéroportdeConakryparle présidentLansana Conté
musulman - etla PremièreDameHenrietteConté -catholique -,
chaleureusementapplaudi parlafouletoutesconfessionsconfondues, il
rappelleque"larécente histoire de la Guinéetémoigne hélas qu'uneterre
heureuse peut temporairement setransformerenvallée de larmes."
Un peuplus tard,célébrantlamesseàla Cathédrale, iladresseunsalut
fraternelà Mgr.Raymond-MarieTchidimbo (devenuCardinal),qui est venu
deRomeaveclui et quisetrouveàsescôtés.Ilrappellequ'il leconnaissait
53
personnellementdepuisl'époque duConcileVaticanIIet qu'il"amené le

52
dans son ouvrage"Noviciatd'un évêque", déjà cité, page 152
53
auquel le futurpapeaparticipé en octobre 1962entant qu'évêqueauxiliaire deCracovie.
Nomméarchevêque deCracovie l'annéesuivante, puiscardinal en 1967, ilseraen 1971

23

durcombatdontnousaparlé l'Apôtre ensouffrantpourleChristetpour
l'Église.A cetitre, iladroitàune estime etàuneaffection particulièresde
lapartdesChrétiens.".Le paperendégalementhommageauxprêtres,aux
religieusesetaux religieux,aux séminaristesainsiqu'auxlaïcscroyantsde
Guinée:"c'estgrâceàvous que leschrétiensdeGuinée, privésde prêtres,
empêchésdecommuniqueravecl'extérieur, ont tenu bon."Le25 février,
MgrTchidimbo estégalementprésentauxcôtésdupape lorsde la
célébration eucharistiqueauStade du 28septembre.

secrétaire général du synode desévêqueset seraélupape en octobre 1978, prèsd'unanavant
lalibération deMgrTchidimbo.

24

%VVRfR ~

Allocation duprésident AhmedSékou Touré
lorsde l'intronisation deMgr.Tchidimbo
(25 mai 1962)

Au nom de l'ensemble dupeuple de Guinée,aunom deson grand parti national etde
son gouvernementetfidèlesàlarévolution populairequ'ilsmènent, nous sommes
heureuxd'adresser,solennellement,aujourd'hui,àl'occasion descérémonies
d'intronisation dunouvelarchevêque deConakry, nos viveset très sincères
félicitationsà MonseigneurRaymond-MarieTchidimbo etd'exprimeràtravers sa
personneàtoute la chrétienté guinéenne, notrevolonté desincèreamitié humaine,
notre désirloyal decoopérationavectouteslesorganisationsconfessionnelles,afin
derésoudre efficacementdansl'harmonie, lajusticesociale, letotalrespectdes
croyancesetlestrictintérêtdupeuple guinéen, lesnombreuxetdifficilesproblèmes
quise posentànous, dansnotreactionrévolutionnairequi,surlechampconcretdes
réalités quotidiennes, entend fairetriompherlebien dumal, lavérité dumensonge,
lajustice de l'iniquité etlebonheurde lamisère humaine.
Il nousestparticulièrementagréable d'exprimerauSaintSiège lagratitude des
catholiquesguinéenspouravoircomblé leursaspirationsen procédant, non
seulementàl'africanisation de l'Églisecatholique deGuinée, maisencore en
engageant une largeafricanisation duhautclergé d'Afrique.
L'Afrique,tant surle plan politique, économique,culturelquespirituel,veut, en
exerçantlibrementetconsciemment ses responsabilitéshistoriques,seréhabiliteren
prouvant quesespeuples sontaussicapables que lesautrespeuplesd'assurerle
rayonnement universel deses valeurs techniques, intellectuellesetmorales.
Ladirection desaffairesafricainesdoit revenir totalementauxAfricains.Telaété et
tel demeureun desmotsd'ordre de notre parti,qui encela, n'exprimequ'une
revendication légitime et unanime despeuplesconscientsde notrecontinentenvoie
de décolonisation intégrale.
Ainsi, notresatisfaction devoirl'Église guinéenne dirigée par un filsde l'Afrique est
fondéesurl'intime harmoniequi existeradésormaisentre l'expression individuelle de
lafoireligieuse etlesexigencescollectivesducombat révolutionnaireque livre
courageusementl'ensemble de notre peuple pouracquérirlesconditionsmatérielles
etmoralesdesadignité etdesaliberté humaines,sanslesquellesil nesaurait yavoir
ni justice, ni paix, ni félicitésociales.
Aujourd'hui plus qu'hier, nousavonsla conviction profondeque l'Églisecatholique
deGuinéecontribueralargementàl'édification d'une nation prospère etheureuseau
sein de laquelle,GuinéensetGuinéennesdetouteconfessioncommunierontd'un
mêmecoeurpourmatérialiserlespluslégitimesaspirationshumainesetlesjustes
espérances temporelles quianimentl'Homme d'Afrique,toutentier requisparla

25

nécessité dereconquérirl'intégralité desesdroitshumains,afin derestituerà
l'Afrique nonseulement sapersonnalité politique, économique etculturelle, mais
également,sapersonnalité morale et spirituelle.
Lafoirévolutionnaire,quianime notre peuple, enrichitlathéologie par toutcequi
permetàl'homme d'accéderàunevie de liberté, de justicesociale, de fraternité dans
ladémocratie, de progrèsetdesolidarité.
Enconstituant unÉtatlaïque, populaire, démocratique et social, le peuple deGuinée
aindiquésavolonté devoirgarantie laliberté deculte, indissociable de laliberté
intérieure de l'homme,afinquesoient réservés,auprofitdesasociété,tousles
concoursloyaux,touteslesinitiativescréatrices,toutesles richesses spirituelleset
toutesles ressourcesintellectuelles.Si l'Église, maison ducroyant,symbolise l'unité
spirituelle desfidèles, de même, lanationqui est toutàlafoislamaison dupeuple et
lechamp d'action de l'État,symbolise l'unité politique dupeuple etdu régimequ'il
s'estchoisi.Or,si"les religieux sont,selonsaintPaul, les serviteursducroyant", les
ministresde l'Étatguinéensontles serviteursfidèlesdupeuple.Notresatisfaction est
doncentière devoir remisesentre lesmainsd'un filsde notre peuple lesclefsde la
maisonchrétienne deGuinée,carl'unité descatholiquesguinéensne peut qu'enrichir
l'unité de lanation enconsolidantlamaisoncommune dupeuple.Nousne doutons
pas quetouslescatholiquesd'Afrique ont ratifié
dansleurcoeurlechoixduSaintSiègequi noushonoretous,àtraverscinqde nosfrèresnouvellementpromusdans
leshautesfonctionsd'archevêquesà Conakry,Dakar,Bamako,Abidjan etCotonou.
L'Afrique et sespeuples sonten droitdecompter surl'action dynamique etdévouée
desesenfantsdevenus responsablesdirectsd'un deses secteursconfessionnels.Nul
doutequ'ils remplirontdignementleurmission pourlebonheurde nospeuples.
Notreconfiance enMonseigneurRaymond-MarieTchidimbo procède deson
patriotisme militant, desesgrandes qualitéshumaines, desaprofondeconnaissance
des réalitésde notre pays, desaspirationsde notre peuple, desesdifficultés
nombreusesetde lalégitimité desesespérances.Nous savons qu'ensadouble
qualité d'Africain hautementconscientetdechef de l'Église guinéenne,Monseigneur
Tchidimboapporteradansl'accomplissementdesdevoirsdeson ministère le
constant souci d'associerétroitementl'actionspirituelle de l'Églisecatholiqueànos
efforts visantl'édification d'une nation prospère et unie, le développementconstant
de notre peuple etl'épanouissementharmonieuxdeses valeursmatérielles,
intellectuellesetmorales.
Aunom de l'ensemble dupeuple, duparti démocratique etdugouvernementde la
République deGuinée, nous souhaitonsà MonseigneurTchidimbo,àsescollègues
archevêquesde l'Églisecatholique d'Afrique etauxnombreuxhôtes quisont venus
enGuinéeàl'occasion descérémoniesdu sacre dunouvelarchevêque deGuinée,
bonheuretprospérité, etlesassuronsde nos sentimentsde fraternelleamitié.
Pourle progrèscontinude l'Afrique etdesespeuples,vive la Révolution !
SÉKOU TOURÉ

26

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents