Bérémadji Madengar, élégie d un neveu
49 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Bérémadji Madengar, élégie d'un neveu , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
49 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’objet de ce modeste récit qui se prétend biographique est de ressortir le caractère humain et humaniste de ce grand commis de l’État, véritable homme d’État, qui m’a offert le luxe de figurer parmi ses proches à qui il a, malgré lui peut-être, fait découvrir une autre facette de sa grande personnalité. Bérémadji a été ? Non, j’ai du mal à parler de cet érudit et émérite personnage au passé. Le lecteur remarquera bien vite l’incohérence des styles narratif et descriptif tantôt au présent, tantôt au passé. J’écrirai donc ce récit dans un style libre qui échapperait aux rigueurs d’un genre littéraire particulier. Monsieur B ! Grand ! Comme affectionnent à t’appeler tes enfants-complices, tu as tour à tour tout vécu. La gloire et l’oubli. La prison et la liberté. La bonne chère et la galère. Bref, tu es un homme qui a su s’accommoder de ce que Dieu lui donne, et au moment où Il le lui donne. Bérémadji, tu es un homme aux plaisirs simples. Ta haute et vive intelligence et ton humilité presque maladive ont fait que je me délecte toujours des moments de causerie sur tout sujet que tu m’accordes volontiers quand je te rends visite, dans tes modestes demeures (au sens vrai du terme) de Sabangali à N’Djaména ou de Parsanda (quartier Représentant) à Koumra. Bérémadji, créature de Dieu, tu as certes des défauts. Mais cela n’est véritablement pas l’autre objet de ce livre qui veut juste te rendre un hommage mérité, toi dont l’immense vie est un exemple pour notre actuelle génération un peu déboussolée et tiraillée entre plusieurs civilisations métissées.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 novembre 2015
Nombre de lectures 1
EAN13 9791029003738
Langue Français

Extrait

Bérémadji Madengar, élégie d’un neveu
Arsène Djimingar
Bérémadji Madengar, élégie d’un neveu
Préface et épilogue de Ngarmbatina Bémadji











Les Éditions Chapitre.com 123, boulevard de Grenelle 75015 Paris
Du même auteur
Et Dany passe l’éponge , Ed. Sao, 2009
Sagesses mal rendues, Ed. Publibook, 2011
Un si bel échec, Ed. Sao, 2013
Amantes de leur prof, Ed. Sao, 2013

























© Les Éditions Chapitre.com, 2015 ISBN : 979-10-290-0373-8
La nature, ce n’est pas le respect de la vie.
C’est l’œuvre de la mort. Chacun tue et est tué.
L’équilibre, c’est l’harmonie des prédateurs.
Protéger la nature, c’est savoir qui il faut faire mourir.
J-C Rufin, Le parfum d’Adam , Ed. Flammarion
À toi Fatimé Kimto,
Ma grande-sœur,
Ma complice,
Première femme tchadienne ministre,
Pour ton sens de la famille,
Pour ton œuvre littéraire à accomplir
Avant-Propos
Ce livre n’a nullement vocation de polémiquer sur les causes de la mort de l’immense Marc Kamis Bérémadji Madengar Békamba. Mon oncle maternel m’en aurait tenu rigueur si c’en était le cas.
L’objet de ce modeste récit qui se prétend biographique est de ressortir le caractère humain et humaniste de ce grand commis de l’État, véritable homme d’État, qui m’a offert le luxe de figurer parmi ses proches à qui il a, malgré lui peut-être, fait découvrir une autre facette de sa grande personnalité.
Bérémadji a été ? Non, j’ai du mal à parler de cet érudit et émérite personnage au passé. Le lecteur remarquera bien vite l’incohérence des styles narratif et descriptif tantôt au présent, tantôt au passé. J’écrirai donc ce récit dans un style libre qui échapperait aux rigueurs d’un genre littéraire particulier.
Monsieur B ! Grand ! Comme affectionnent à t’appeler tes enfants-complices, tu as tour à tour tout vécu. La gloire et l’oubli. La prison et la liberté. La bonne chère et la galère. Bref, tu es un homme qui sait s’accommoder de ce que Dieu lui donne, et au moment où Il le lui donne. Bérémadji, tu es un homme aux plaisirs simples. Ta haute et vive intelligence et ton humilité presque maladive ont fait que je me délecte toujours des moments de causerie sur tout sujet que tu m’accordes volontiers quand je te rends visite, dans tes modestes demeures (au sens vrai du terme) de Sabangali à N’Djaména ou de Parsanda (quartier Représentant) à Koumra.
Bérémadji, créature de Dieu, tu as certes des défauts. Mais cela n’est véritablement pas l’autre objet de ce livre qui veut juste te rendre un hommage mérité, toi dont l’immense vie est un exemple pour notre actuelle génération un peu déboussolée et tiraillée entre plusieurs civilisations métissées.
Le deuxième forum des Nar a eu lieu en avril 2014 à Békamba chez toi. J’en étais le rapporteur général. Tu n’y étais certes pas physiquement, mais ton ombre a plané sur nos travaux. Ngarmbatina Bémadji t’a cité parmi les grands hommes de la communauté, à l’instar de mon oncle paternel Ahmet Madtoïngué, ton madmbor , à qui nous avons consacrés une minute de recueillement.
L’auteur
Préface
Et Dany passe l’éponge – Sagesses mal rendues – Amantes de leur Prof – Un si bel échec, ce sont là les quelques titres de romans publiés par Djimingar Nguétola Arsène et qui traitent pour l’essentiel et souvent avec humour des faits de société. Cette fois-ci, l’auteur, le romancier franchit le Rubicon et immortalise non seulement son oncle Bérémadji Madengar décédé en octobre 2013 et enterré à Békamba mais pour la première fois, parle de lui-même, de ses origines, de ses moments de bonheur et de malheur, en tout cas rien ne sera laissé au hasard. Arsène s’est autobiographié en quelque sorte.
Le 29 Novembre 2014, nous étions à Békamba où était célébrée une messe d’action de grâce en la mémoire de feu Bérémadji, messe dite par l’Évêque de Sarh, Mgr Edmond Djitangar. Après l’Église, nous sommes revenus au domicile familial où repose pour l’éternité Bérémadji et l’Évêque a procédé à la bénédiction de la tombe. C’est après ces deux cérémonies que Arsène s’approche de moi et m’informe qu’il est en train d’écrire un livre sur son oncle, que le manuscrit est assez avancé mais pris par ses activités professionnelles et manquant parfois d’inspiration, le projet traine un peu mais ne saurait tarder à se concrétiser. D’emblée, je n’ai pipé mot. Mais dans ma tête turlupinaient quelques doutes. La mort de Bérémadji étant de fraîche date et ne reconnaissant pas de qualité d’historien à Arsène qui lui permette de rassembler en un temps record la documentation nécessaire à la réalisation d’une telle œuvre ; s’agissant surtout d’une personnalité aussi complexe que controversée et qui plus est, développe une nature extrêmement réservée à la limite de la méfiance si vous ne le rassurez pas. C’est tout cela le vrai Bérémadji et je m’interroge encore sur le sérieux du projet.
Revenu à Koumra le lendemain, Arsène m’apporte à la maison la mouture du texte en me disant : « II se lit crayon à la main ». Une façon de me signifier que si des corrections s’avèrent nécessaires, que je n’hésite pas. En parcourant le document, je me suis dit que le mérite c’est d’avoir osé, et c’est ce qu’Arsène a fait.
Arsène a soigneusement choisi des mots pour honorer la mémoire de feu Bérémadji son oncle. Bien que cette page de préface mise généreusement à ma disposition ne me permette pas d’étaler grand-chose, je m’autorise, pour avoir côtoyé le personnage des années et ayant beaucoup appris de lui, à témoigner de ce qui suit. Bérémadji est non seulement un cadre compétent, bien formé et de bonne réputation mais également un très fin politicien. « Je n’aime pas les questions qui fâchent », « à chaque problème Dieu a prévu une solution » aimait à répéter Bérémadji de son vivant. Ces deux boutades expliquent à suffisance les forts traits de caractères de cet homme : ne jamais créer inutilement des problèmes à autrui et se réserver de dire à autrui ce que l’on ne désire entendre.
A contrario, s’il existe d’autres relations de Bérémadji qui le connaissaient mieux et qui doivent rester sur leur soif en lisant le livre, elles trouveront certainement un motif de satisfaction ici.
Respecté et honoré ailleurs, Bérémadji est curieusement vu comme l’expression de la négation chez lui à Koumra, simplement pour des intérêts égoïstes. Est- ce le sens de l’expression qui dit que nul n’est prophète chez soi ? Pour ma part, je reste convaincu de ce que j’ai lu un jour dans ton carnet de notes de l’École nationale du Trésor de Paris : « Tu es le meilleur », et le meilleur dans notre réduit du Mandoul.
Adieu Kamis Marc Bérémadji Madengar Békamba.
Ngarmbatina Bemadji
Comment a-t-on fait connaissance ?
J’entendais parler de toi. Ce que j’ai retenu est que tu faisais partie du club très restreint des déé-ke-boo-gue (l’élite). C’est après le déguerpissement forcé dû à la guerre civile de février 1979 de N’Djamena que nous nous sommes « retrouvés » à Koumra. Désormais Mayroo-gue (déplacés de guerre), nous chez ta sœur Zara Madengar et Gotyana Etienne et toi, chez toi à Parsanda. Mon père, ton beau-frère, n’ayant pas de maison à Koumra, comme la plupart de cadres originaires de cette localité en ce temps-là, a dû nous faire interner chez son « rival », puisque mari de la grande-sœur de sa femme.
C’est à l’école Sainte-Thérèse de l’Enfant-Jésus de Koumra que j’ai fait la connaissance de tes deux fils Ngassade et Djimasngar. Mes souvenirs sont vagues au sujet de notre véritable première rencontre à Koumra.
On s’est revus à Sarh. J’étais tout petit, j’avais huit ou neuf ans. Ce qui est sûr, c’est que c’est avant l’entrée des FAN de Hissein Habré à Sarh. Je suis parti du quartier Baguirmi, la concession de Neldjita et Madtoïngué Ahmet Dogue pour passer les congés de Pâques au quartier administratif, dans la résidence du commissaire Néguermadji, mari à ma défunte tante Mado Kemnéloum, ta sœur. J’y jouais des journées entières avec mes défuntes cousines Mané, Lata et Modji.
Je me souviens

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents