Samafou
230 pages
Français

Samafou

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
230 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Boubou Hama (1906-1982) est une figure majeure de l'histoire du Niger contemporain. Premier instituteur en 1929, auteur d'une quarantaine d'ouvrages et de plusieurs centaines d'articles, il joua un rôle important dans la marche vers l'indépendance (1960) et dans le premier régime (1960-1974). Ce livre donne un éclairage nouveau sur Boubou Hama à travers le témoignage inédit d'un homme qui, des années durant, fut son compagnon dans l'enseignement, dans la politique et même dans la prison.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 mars 2016
Nombre de lectures 67
EAN13 9782140004414
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Boubou Hama (1906-1982) est une figure majeure de l’histoire du Niger contemporain. Premier instituteur en 1929, auteur d’une quarantaine d’ouvrages et de plusieurs centaines d’articles, il joua un rôle important dans la marche vers l’indépendance (1960) et dans le premier régime (1960-1974). est le témoignage inédit d’un homme qui, des années durant, fut le compagnon de Boubou Hama dans l’enseignement, dans la politique et même dans la prison, puisqu’ils furent tous deux incarcérés ensemble après le coup d’État d’avril 1974. Ce livre donne un éclairage nouveau sur Boubou Hama, l’amitié n’excluant pas l’humour et la lucidité.
Illustration de couverture : © shvaista - Fotolia.com
Samafou
Etudes africaines
Léopold K
Samafou
Fragments biographiques de la vie de Boubou Hama
Introduction et notes de JeanDominique Pénel
SAMAFOU Fragments biographiques de la vie de Boubou Hama
Collection « Études africaines » dirigée par Denis Pryen et son équipe
Forte de plus de mille titres publiés à ce jour, la collection « Études africaines » fait peau neuve. Elle présentera toujours les essais généraux qui ont fait son succès, mais se déclinera désormais également par séries thématiques : droit, économie, politique, sociologie, etc.
Dernières parutions
BODO (Bidy Cyprien), COULIBALY (Moussa), KAMAGATE (Bassidiki) (dir.),Les écritures de l’horreur en littératures africaines, 2016. VAUDELIN (Pierre),Afriquéconomie, Entre défis urbains et émergence économique, 2016.BARBET (Clotilde),Les rébellions touarègues au Nord-Mali, 2016. AMBOULOU (Hygin Didace),Le droit des investissements et l’analyse économique de l’espace OHADA, 2016.SOHI BLESSON (Florent),les traces du premier administrateur Sur colonial du Haut-Cavally (Côte d’Ivoire), Laurent Charles Joseph (1877-1915), 2016. DAMIBA (François-Xavier),Les Moosé du Burkina Faso, 2016. ADAMA (Hamadou) (dir),Patrimoine et sources de l’histoire du Nord-Cameroun, 2016. TARCHIANI (Vieri) et TIEPOLO (Maurizio),Risque et adaptation climatique dans la région Tillabéri, Niger. Pour renforcer les capacités d’analyse et d’évaluation, 2016. TAPOYO (Faviola),Les règles coutumières au Gabon. Parenté, mariage, succession, 2016. AMOUZOU (Esse),L’Afrique noire face à l’impératif de la réduction des naissances, 2016 BRACK (Estelle),Les mutations du secteur bancaire et financier africain, 2016 RIDDE (Valéry), KOUANDA (Seni), KOBIANE (Jean-François) (éds.),Pratiques et méthodes d’évaluation en Afrique, 2016 NKERE (Ntanda Nkingi),Clitorisation de la fille Mushi : antithèse de la Mutilation, Génitale Féminine, 2016 UWIZEYMANA (Emeline),Quand les inégalités de genre modèrent les effets du micro-crédit, 2016.
LÉOPOLD KAZIENDÉ SAMAFOU Fragments biographiques de la vie de Boubou Hama Introduction et notes de Jean-Dominique Pénel
Du même auteur Souvenir d’un enfant de la colonisationvolumes), Porto-Novo (Bé- (6 nin), Ed. Assouli, 1998 (la première édition a été faite par la Coo-pération française au Niger en 1992-1993). Mayaki Tounfalis, gentilhomme sahélien, Imprimerie IBS, Niamey s.d. (1998 ?) © L'HARM ATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08792-4 EAN : 9782343087924
INTRODUCTION
Les circonstances de la vie sont parfois étonnantes :  - En 1991, on m’avait demandé de donner mon appré-ciation sur un manuscrit, dont la taille volumineuse m’inquiéta au départ. Cependant, dès le moment où je me mis à le lire, je fus fort intéressé par le texte et je recomman-dais très vivement sa publication. C’étaient lesSouvenirs d’un enfant de la colonisation de Léopold Kaziendé, autobiographie qui parut en six volumes (format 21 x 29,7 cm), en 1992-1993, et dont j’eus l’honneur de rédiger la préface du premier volume. Cinq ans plus tard, Léopold Kaziendé eut l’opportunité de le publier, toujours en six volumes, mais en format livre, aux éditions Assouli au Bénin. C’était un an avant sa mort, le 22 mai 1999. - J’ai quitté le Niger en juillet 1992 et n’y suis revenu qu’en mars 2005 pour une période de deux ans. En 2006, avec l’aide active et efficace de Diouldé Laya, qui fut long-temps directeur du CELHTO, il a fallu convaincre les autori-tés nigériennes d’organiser une grande commémoration en l’honneur du centenaire de la naissance de Boubou Hama : une journée lui fut consacrée dans tous les établissements scolaires du Niger ; le Musée reçut désormais son nom ; des conférences eurent lieu ainsi que des émissions dans les di-verses radios et télévisions ; l’année même fut déclarée offi-1 ciellement « année Boubou Hama ». Une publication repro-duisit le premier séminaire qui lui avait été consacré en 1989 à l’initiative du Directeur de la culture de l’époque, Inoussa Ousséïni. Dans ce sillage d’édition, Diouldé Laya me présen-
1  Diouldé Laya, JD. Pénel, Boubé Namaïwa :Boubou Hama, un homme de culture nigérien(Paris, L’Harmattan 2007).
7
2 ta un inédit, tapé à la machine à écrire , sur Boubou Hama : l’auteur en était… Léopold Kaziendé !  Je me suis donc trouvé, pour la deuxième fois, devant un manuscrit de la même personne. Toutefois, à la différence de 1991, l’auteur n’était plus vivant, ce qui rend toujours un peu délicate l’édition posthume d’un texte qui semble avoir été 3 composé en 1983 , une année après la mort de Boubou Ha-ma - au sujet duquel il avait, d’ailleurs, déjà fait quelques dé-4 clarations et confidences à la radio et à la presse . Que déci-der quand des détails du texte peuvent être obscurs ou exiger des corrections, quand des noms peuvent être orthographiés différemment, quand des mots ont été mal tapés à la ma-chine ? Mais, surtout, on s’interroge sur les raisons pour les-quelles le texte est resté si longtemps inédit : par manque d’éditeur ? Par une certaine pudeur envers son ami et sa fa-mille ? Pour des motifs politiques, le contexte étant jugé peu 5 ou pas favorable (déjà dans sesSouvenirs d’un enfant de la colo-nisation, il prend souvent des précautions et cache certains noms et faits) ? Est-ce parce qu’en avril 1974, au moment du coup d’Etat militaire, il avait la position rétrospectivement inconfortable de ministre de la Défense et avait manqué de perspicacité comme il l’a reconnu d’ailleurs dans son auto-6 biographie ? On peut aussi se persuader que, selon un ordre
2  Il n’y a donc pas de texte original écrit à la main. Lorsqu’on constate une faute de frappe, on peut la corriger, mais s’il manque des dates ou si des erreurs sont intervenues, la situation n’est pas facile pour l’édition. 3 Comme le prouvent plusieurs passages du texte de L. Kaziendé. 4 Cf. José KagaboL’Ecole de la tradition, RFI – Publicontact, Paris, 1989. – rapporté par Abdoulaziz Issa Daouda dans son livreBoubou Hama, conteur et romancier(UAM, IRSH, 2009) aux pages 22-25 et 112. 5 C’est pour une telle raison qu’Ibrahim Issa avait fait retirer de la vente sa brève autobiographieNous de la coloniale (éditée pourtant à compte d’auteur à La pensée universelle en 1982). 6  «Personnellement, je m’accuse beaucoup de manquer de perspicacité, d’intelligence. Pourtant, j’aurai dû être éveillé par certains faits parlant d’eux-mêmes, certains signes dignes d’attention» dit-il au T6 de sesSouvenirs d’un enfant de la colonisationet il s’explique assez longuement à ce sujet
8
de priorité, il avait choisi de publier la même année 1998 – celle de ses quatre-vingt-six ans – d’abord son autobiogra-phie, pour sortir de la confidentialité de la première édition, et la biographie de Mayaki Tounfalis, qui fut son ami à Filin-gué et dont la personnalité était moins connue : était-il alors trop fatigué pour porter à l’édition son témoignage sur Bou-bou Hama ? Avait-il du mal à trouver un éditeur ? Laissait-il le choix à d’autres de décider de l’opportunité d’une édition ? Questions bien difficiles à résoudre, mais, quoi qu’il en soit, la lecture du texte convainc facilement le lecteur de la néces-sité de le publier, car il contient des informations de pre-mière main qui donnent de Boubou Hama une autre image, ou, au moins, qui la complètent utilement. En effet, Léopold Kaziendé avait connu Boubou Hama, son aîné, en sep-tembre 1923, puis, ayant suivi la même filière de l’enseignement (l’Ecole Normale William Ponty à Gorée) et 7 ayant choisi le Niger comme affectation alors qu’il était vol-taïque, il a été son ami, de longues années durant (près de soixante ans !), et son témoignage est donc inestimable. De plus, il ne manque pas d’humour et porte des jugements, qui ne sont pas dictés par de mauvais sentiments, mais par l’observation et la fréquentation de Boubou Hama. L’amitié n’exclut pas une certaine objectivité – c’est, parfois, presque une parenté à plaisanterie, ce dont les Nigériens sont coutu-miers.  Si le titreSamafou a été choisi par Léopold Kaziendé lui-même, le sous-titre (Fragments biographiques de la vie de Boubou Hama) a été ajouté par nous pour indiquer la nature du texte à un lecteur non averti. Il ne s’agit pas, en effet, pour Léo-pold Kaziendé de proposer une biographie complète de Boubou Hama. Ce dernier a d’ailleurs déjà longuement rap-porté lui-même des éléments de sa vie dans plusieurs livres : Kotia Nima (1969),L’aventure extraordinaire de Bi Kado, fils de 7 L. Kaziendé sort de Ponty, en 1932, second sur quarante, avec la men-tion « bien ». Il est aussitôt affecté au Niger avec E. Wright et Tagnan Batien Il n’y avait aucun Nigérien dans cette promotion.
9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents