Dictionnaire des éponymes mondiaux
804 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Dictionnaire des éponymes mondiaux

-

804 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Ce dictionnaire regroupe 10 000 éponymes mondiaux provenant de personnes qui ont donné leur nom, ou dont on a donné le nom : à leur entreprise, leur invention, leur fondation…, à des musées, des prix littéraires, des lycées, des universités, des stades, des cathédrales, et ce, depuis des siècles, dans tous les pays du monde, et parfois même sur les planètes !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782336811659
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Couverture
4e de couverture
Copyright

© L’Harmattan, 2018
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

www.editions-harmattan.fr

EAN Epub : 978-2-336-81165-9
Titre
Christian NAU





Dictionnaire
des éponymes mondiaux


10 000 références commentées
Christian Nau traverse de la Death Valley en 1985 avec son tricycle à voile.
En 1982, Christian Nau écrit au Chief Ranger de la « Death Valley » aux USA, pour lui demande l’autorisation de la traverser. Sa réponse du 7 juin 1982, en anglais et en français, est complètement négative :

Dear Mr. Nau
« We are sorry, but traversing Death Valley in a sand yacht is impossible . Winds and terrain are not suitable. Also, travelling off established roads is not allowed in Death Valley. We hope you will visit here anyway, without a sand yacht ».

« Pour la protection de L’environ, il est impossible de traverser la Death Valley en char à voile. L’autorité de National Park Service et la loi disent Non. Merci beaucoup pour avoir écrit au National Park Service à Death Valley ».

Larry Thomas, Acting Chief Ranger

Mais, selon la phrase bien connue, « Impossible n’est pas Français ! »
En effet, en 1985, Christian Nau réalise tout de même cette traversée mythique de la Death Valley en « tricycle à voile » via un premier bivouac près du petit lac de Bad water , par 86 mètres en-dessous de la mer , face au Telescope Peak qui culmine à 3 368 mètres ! Il est alors conduit chez les Rangers, pour signer un document selon lequel il doit absolument nettoyer les traces des roues de son tricycle, notamment lors de sa traversée des Sands Dunes ! Á défaut, il s’engage à verser la somme faramineuse de 1 million de dollars ! … Christian Nau continue son voyage « aux bons soins d’Éole ». Il traverse ensuite les « Sands Dunes » en tricycle à voile, avec un bivouac lors d’une terrible tempête de sable… Chaleur maximale : 56,7°C enregistrée à Furnace Creek le mercredi 10 juillet 1913.

Conclusion : Lors de cette traversée de la « Death Valley », bien évidemment, Christian Nau n’a pas nettoyé les traces des roues de son tricycle à voile, le vent étant bien suffisant pour les faire disparaître ! Christian a toutefois utilisé ses 18 rustines et son unique chambre à air de secours. Une crevaison de plus, et le raid était terminé !
Carte IGN du monde géographique


Christian Nau au Cap de Bonne Espérance, au sud de l’Afrique.


En 2003, Christian Nau traverse la Bolivie en « vélo à voile » via le Salar Uyuni, puis sur les hauts plateaux jusqu’à 5 000 mètres d’altitude !
SÉLECTION d’événements MONDIAUX
Années polaires internationales

1882-1883. Première année polaire internationale (API).
1932-1933. Seconde année polaire internationale (API) : 50 e anniversaire de la première API.
1957-1959. Troisième année polaire internationale (API) : 75 e anniversaire de la première API.
2007-2008. Quatrième année polaire internationale (API) : 125 e anniversaire de la première API.

Années et décennies internationales désignées par l’ONU depuis 1957
1957-1958. Année géophysique internationale (AGI), du 1 er juillet 1957 au 31 décembre 1958.
1959. Année mondiale du réfugié.
1963. Année mondiale contre la faim.
1965. Année de la coopération internationale.
1967. Année internationale du tourisme.
1968. Année internationale des droits de l’homme, pour le 20 e anniversaire de la déclaration éponyme.
1969. Année mondiale du tourisme en Afrique.
1970. Année internationale de l’éducation, plus la décennie 2005-2014 pour le développement durable.
1971. Année internationale de la lutte contre le racisme, plus trois décennies 1973-2003.
1972. Année internationale du livre.
1974. Année mondiale de la population.
1978. Année internationale pour la lutte contre l’apartheid et la variole.
1979. Année internationale de l’enfant.
1981. Année internationale des personnes handicapées.
1982. Année internationale de mobilisation pour des sanctions contre l’Afrique du Sud.
1983. Année mondiale des communications et télécommunications.
1985. Année internationale de la jeunesse.
1986. Année internationale de la paix.
1987. Année internationale du logement des sans-abri.
1990. Année internationale de l’alphabétisation, plus la décennie 2003-2012 : l’éducation pour tous.
1992. Année internationale de l’espace.
1993. Année internationale des populations autochtones, plus les 2 décennies 1994-2014.
1994. Année internationale de la famille, du sport et de l’idéal olympique.
1995. Année des Nations unies pour la tolérance, et décennie 1995-2004 pour les droits de l’homme.
1996. Année internationale pour l’élimination de la pauvreté, plus la décennie 1997-2006.
1997. Année francophone internationale.
1998. Année internationale de l’océan.
1999. Année internationale des personnes âgées.
2000. Année internationale pour la culture de la paix, plus la décennie 2001-2010 au profit des enfants.
2001. Année internationale des volontaires, plus la décennie 2001-2010 pour faire reculer le paludisme.
2002. Année internationale de la montagne, du patrimoine culturel et de l’écotourisme.
2003. Année internationale de l’eau douce, plus la décennie d’action 2005-2015, l’eau source de vie.
2004. Année internationale pour la lutte contre l’esclavage et son abolition, et année du riz.
2005. Année internationale du microcrédit.
2006. Année internationale des déserts et de la désertification.
2007-2008. Quatrième année polaire internationale, du 1 er mars 2007 au 29 février 2008.
2008. Année internationale des langues, de la planète Terre et de la pomme de terre.
2009. Année internationale de l’astronomie.
2010. Année internationale de la jeunesse et de la biodiversité.
2011. Année internationale de la chimie.
2012. Année internationale des coopératives.
2013. Année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau.
2014. Année internationale de l’agriculture familiale. 2015. Année internationale de la lumière et des sols. 2016. Année internationale des légumineuses.
2017. Année internationale du tourisme durable pour le développement...

Illustrations de la couverture du livre 10 000 éponymes mondiaux avec 8 exemples choisis par Xavier Nau (fils de l’auteur) :
Société Louis Vuitton , créée en 1854 , pour commercialiser de la maroquinerie et des malles Louis Vuitton (LV) .
Société Eiffel , créée en 1858 , pour fabriquer des ponts, la statue de la Liberté en 1875-1886 et la Tour Eiffel en 1887-1889.
Société Michelin, créée en 1889 par les frères André et Édouard Michelin, pour fabriquer des milliards de pneus Michelin .
Société Harley-Davidson , créée en 1901 par W. Harley et les frères Davidson, pour fabriquer les motos Harley-Davidson .
Société Hertz, créée à Chicago en 1923 par l’américain John Daniel Hertz, pour louer des millions de voitures Hertz . Société McDonald’s , créée en 1940 par les frères Richard et Maurice McDonald, pour cuisiner des milliards de McDo .
Société Bonduelle , créée en 1947 par les frères Pierre et Benoît Bonduelle, pour lancer le groupe agroalimentaire Bonduelle .
Société Bic , créée dès 1950 par le baron Marcel Bich (1914-1994), pour fabriquer des milliards de stylos-billes BIC .
Principales Expositions universelles mondiales
1851 à Londres, en Angleterre.
1853 à New York, aux États-Unis.
1855 à Paris, en France.
1860 à Besançon, en France (horlogerie).
1862 à Londres, en Angleterre.
1867 à Paris, en France.
1872 à Lyon, en France.
1876 à Philadelphie, aux États-Unis.
1878 à Paris, en France (présentation de la tête de Statue de la Liberté qui sera inaugurée à New York le 28 octobre 1886).
1879 à Sydney, en Australie.
1880 à Melbourne, en Australie.
1885 à Anvers, en Belgique.
1888 à Barcelone, en Espagne.
1889 à Paris, en France (inauguration de la tour Eiffel le samedi 31 mars 1889).
1892 à Chicago (400 e anniversaire de la découverte de l’Amérique le mercredi 12 octobre 1492 par Christophe Colomb).
1894 Anvers, en Belgique.
1900 à Paris, en France (première rame de métro à Paris sur la ligne 1, mise en service le jeudi 19 juillet 1900 à 13 heures).
1904 à Saint-Louis, aux États-Unis.
1905 à Liège, en Belgique.
1906 à Milan, en Italie, consacrée aux transports.
1910 à Bruxelles, en Belgique.
1914 à San Francisco, aux États-Unis (inauguration du canal de Panamá le lundi 3 août 1914).
1929 à Barcelone, en Espagne.
1931 à Paris, en France (Exposition coloniale), de mai à novembre, dans le bois de Vincennes.
1933 à Chicago, aux États-Unis.
1935 à Bruxelles, en Belgique.
1937 à Paris, en France.
1958 à Bruxelles, en Belgique (inauguration de l’Atomium le jeudi 17 avril 1958).
1962 à Seattle, aux États-Unis.
1967 à Montréal, au Canada. Le général de Gaulle prononce le fameux « Vive le Québec libre ».
1970 à Osaka, au Japon.
1986 à Vancouver, au Canada.
1992 à Séville, en Espagne (500 e anniversaire de la découverte de l’Amérique le mercredi 12 octobre 1492).
1998 à Lisbonne, au Portugal (inauguration du pont Vasco de Gama le vendredi 29 mai 1998 via l’A12).
2000 à Hanovre, en Allemagne, avec 18 millions de visiteurs.
2005 à Toyota, au Japon, avec 20 millions de visiteurs.
2010 à Shanghai, en Chine.
2015 à Milan, en Italie (du 1 er mai au 30 octobre 2015), avec 145 pays représentés.
2017 à Astana, au Kazakhstan.
2020 à Dubaï, aux Émirats arabes unis.
*2025 Candidature du Grand-Paris, du 1 er mai au 30 octobre 2025. La dernière remonte à 1937... Réponse en novembre 2018. Un globe terrestre itinérant, de quinze mètres de diamètres, sera présenté dès 2016 dans les grandes villes françaises et mondiales pour présenter ce grand projet. expofrance2025.com

Il faut aussi rajouter les années consacrées à de grands écrivains ou compositeurs de musique, comme ce fut le cas de « l’année Mozart 2006 » pour célébrer le 250 e anniversaire de sa naissance.
ÉVÉNEMENTS SPORTIFS
Jeux Olympiques d’été : Les années bissextiles, tous les quatre ans depuis le 6 avril 1896 à Athènes, par exemple : 1924 (Paris)..., 2016 (Rio de Janeiro), 2020 (Tokyo), 2024 (Paris) du 2 au 18 août, 2028 (Los Angeles), 2032, 2036...
Jeux Olympiques d’hiver : Tous les quatre ans, entre deux Jeux Olympiques d’été, depuis le 25 janvier 1924 à Chamonix. Les prochains se dérouleront en 2018 (PyeongChang, en Corée du Sud), 2022 (Pékin, en Chine), 2026, 2030, 2034...
Coupe du monde de football : Tous les quatre ans, la même année que les Jeux Olympiques d’hiver : 2018 (en Russie), 2022 (au Qatar), 2026, 2030, 2034…
Coupe d’Europe de football : Tous les quatre ans depuis 1960, la même année bissextile que les Jeux Olympiques d’été : 2016 (en France), 2020, 2024, 2028, 2032, 2036…

* Candidature de Paris pour les J.O. d’été 2024 , lancée par sa maire, Anne Hidalgo. Le dossier de candidature a été remis le 17 février 2016. La commission d’évaluation du Comité international olympique (CIO), présidée par Patrick Baumann, est venue à Paris du 13 au 16 mai 2017. Dès le lundi 31 juillet 2017, Los Angeles a choisi 2028, donc Paris aura les J.O. d’été en 2024 pour commémorer le centenaire des premiers J.O. à Paris en 1924 avec Pierre de Coubertin (1863-1937).
AVANT-PROPOS
Ce dictionnaire mondial reprend, par ordre alphabétique général, une liste de 10 000 personnalités mythologiques, bibliques, historiques, culturelles, politiques, industrielles, scientifiques, artistiques ou religieuses…, connues et reconnues, qui ont donné leur nom à…, ou dont on a donné le nom à…, des éponymes et/ou des toponymes (astéronymes, choronymes, autonymes, oronymes...).

De nombreux navigateurs, explorateurs, découvreurs, aventuriers, scientifiques, géographes, alpinistes, écrivains, musiciens, personnages politiques ou religieux très connus, font en effet partie du patrimoine de l’humanité. Leurs noms ont souvent été donnés à des toponymes, des villes ou des rues, des îles ou des péninsules, des détroits, des mers, des rivières, des montagnes, ou à de grandes réalisations humaines…

De nombreux génies mondiaux, artistes, créateurs, industriels, inventeurs, religieux, scientifiques, sportifs, ou personnages politiques, ont donné leur nom à leurs inventions, à des unités de mesure, à des dynasties, à leurs entreprises, à leurs marques, ou à leurs fondations…, au niveau français, européen et/ou mondial, grâce à leur capacité de penser, réfléchir et créer. Pour quelques personnalités généreuses, leurs activités philanthropiques ont donné beaucoup de bonheur terrestre, et leur ont peut-être permis de réserver ainsi une place au paradis...

On a aussi donné le nom de certains d’entre eux à des Fondations, des musées, des prix et d’autres événements, ou à des lycées, des universités, des stades, des cathédrales ou même à des aéroports…

Cette étude des noms propres s’appelle « l’onomastique » ; elle compte trois grandes catégories : La « toponymie » concerne les noms de lieux (toponymes) ; « l’anthroponymie » concerne les noms de personnes (anthroponymes) devenus des noms communs, et « l’éponymie » concerne les gens célèbres ou inconnus (noms propres), qui ont donné leur nom ou dont on a donné le nom (éponyme) à des objets, des unités de mesures, des marques, des dynasties... (Voir le paragraphe éponymie ci-dessous).

Ce dictionnaire essaie de répondre aux principales questions que l’on peut se poser à propos des différentes personnalités citées : Qui, quoi, où, quand, comment, pourquoi ?…

En effet, pour chacun de ces hommes et de ces femmes célèbres, on donnera, avec la plus grande précision possible, les dates de naissance et de mort, on indiquera également leur nationalité et leurs principales activités ; parfois une notice biographique sommaire. Signalons toutefois que selon les sources consultées, il existe parfois des différences dans l’orthographe des noms ou dans les dates d’état-civil. C’est pourquoi nous avons choisi, dans cet ouvrage, de retenir les dates qui ont été le plus souvent mentionnées.

Ce livre recense plus de 10 000 personnalités célèbres « qui ont donné leur nom à… », ou dont « on a donné le nom à… ». Elles ont généralement une forte notoriété, et vous en connaissez probablement plus de la moitié ; elles font partie sans aucun doute de votre culture générale. Vous y trouverez aussi près de 100 000 dates, avec souvent l’année, le mois, le jour de la semaine, et même parfois l’heure de l’événement. Cependant, il faut savoir que les dates du 5 au 14 octobre 1582 n’existent pas, car le pape Grégoire XIII (1502-1585) réforma le calendrier dit grégorien, de sorte que le jeudi 4 octobre 1582 fut suivi du vendredi 15 octobre 1582, et le premier 29 février de l’histoire fut celui du 29 février 1584, avec la première année bissextile ! La sélection de cet ouvrage s’est faite sur des personnalités de tous les temps, de l’antiquité jusqu’à nos jours, avec toutefois une recherche encore plus pointue sur celles mises en valeur par l’actualité quotidienne en ce début du XXI e siècle, afin de permettre au lecteur de choisir, comme dans les médias : La culture, l’information ou le divertissement.
L’éponymie
Cette science étudie des hommes et des femmes, généralement célèbres, ingénieux ou entreprenants, souvent pionniers de l’industrialisation, qui ont donné leur nom, leurs prénoms ou leurs initiales, ou dont on a donné le nom à…, dans des domaines très divers : A ccessoires, aéroports, alcools, anagrammes, animaux, arbres, arts... B arrages, bâtiments, bibliothèques, bijoux, boissons, boutiques... C entres culturels, champagnes, chantiers, chaussures, cirques, comètes, communautés religieuses... D octrines, dynasties... É difices civils ou religieux, éditions, éponymes, époques, équipements, événements... F aits, films, fleurs, Fondations... G alaxies, groupes mondiaux... H agionymes, hagiotoponymes, homonymes, homophones, hôpitaux, hôtels... I nstituts, inventions... J ours de fêtes... L ieux, lois, lycées... M agasins, maisons, machines, maladies, marques, mécanismes, minerais, monuments, mots, musées... N oms communs, noms propres... O bjets, œuvres, oronymes... P arcs nationaux, parfums, personnages littéraires ou mythologiques, philosophies, planètes, plantes, plats gastronomiques, ponts, ports, prix, procédés, promotions de grandes écoles, promotions de prix... R eligions, restaurants, rues... S atellites, sectes, sociétés, spécialités culinaires, stades, stations de métro... T héâtres, théories, toponymes terrestres ou lunaires... U nités de mesure, universités... V éhicules aériens, véhicules marins, véhicules sous-marins, véhicules spatiaux, véhicules terrestres, vêtements… Certains d’entre eux, fort connus, ont fait l’objet de statues, d’icônes, de mémoriaux, de musées ou de peintures ; d’autres mériteraient réellement d’entrer un jour dans les grands dictionnaires encyclopédiques , s’ils n’y sont déjà…

La plupart des unités de mesures physiques portent le nom d’illustres physiciens dont on retrouve les initiales en majuscules : A, Bq, C, F, Gy, H, Hz, K, N, Ω, Pa, S, Sv, T, V, W, Wb...

Par contre, certaines unités de mesure sont en lettres minuscules lorsqu’elles ne correspondent pas à une personnalité scientifique : cd, cm, Kat, kg, km, e, lm, lx, m, m 2 , m 3 , mm, mol, rad, s, sr…, avec des préfixes vers l’infiniment petit par facteur de 10, déci (d), centi (c), milli (m), puis par facteur de mille, micro (μ), nano (n), pico (p), femto (f), atto (a), zepto (z) et yocto (y). Il en est de même pour les préfixes vers l’infiniment grand par facteur de 10, déca (da), hecto (h), kilo (k), puis par facteur de mille avec des lettres majuscules compte tenu de leur taille de plus en plus gigantesque, méga (M), giga (G), téra (T), péta (P), exa (E), zetta (Z), et yotta (Y) qui correspond à 10 puissance 24 ! La vitesse de la lumière qui voyage à 299 792 km/s porte la lettre (c). Les distances vers le cosmos se chiffrent en années-lumière (10 000 milliards de kilomètres), sachant que le Big Bang remonte à 13,7 milliards d’années-lumière !

Certaines personnalités ont même donné leur nom à un parc naturel ou à un monument culturel inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture), fondée en 1944. Ces mécènes souhaitent parfois voir ainsi leur nom sur des bâtiments prestigieux. D’autres personnalités ont aussi été honorées par un ou plusieurs timbres-poste à leur effigie, dans un ou plusieurs pays.

Au début du XXI e siècle, de nouvelles catégories de personnalités donnent leur nom à une ou plusieurs marques en déposant leur nom, dans de nombreux domaines, à l’Institut national de la protection industrielle (Inpi). Je pense notamment aux chanteurs, aux sportifs et même aux présentateurs de télévision qui ont souvent fait des publicités pour d’autres marques avant de déposer leurs propres noms à l’Inpi et de faire désormais des publicités pour eux-mêmes, et d’en recueillir ainsi les royalties. Tout le monde connaît l’adage : « On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même… »

Cette sélection de personnalités est volontairement non exhaustive, puisque les millions de rues, avenues, boulevards, places, squares, immeubles ou quartiers d’habitations, fort bien indiquées sur les plans de nos villes et de nos villages, ne sont pratiquement pas mentionnés dans cet ouvrage, car il serait fastidieux de recenser toutes les rues Charles-de-Gaulle ou Georges Pompidou… Pour cette raison, notre sélection s’est plus généralement portée sur des noms liés à des réalisations humaines non seulement françaises, mais aussi européennes ou mondiales, selon les coups de cœur de l’auteur…, et si le lecteur a simplement envie d’en savoir plus et de rechercher aussi des informations sur le nom d’une rue, d’un collège, d’un lycée, d’une université, d’un musée, d’une entreprise, d’une église…, dans sa ville, ou au bout du monde, le présent ouvrage aura atteint l’un de ses objectifs !

Dans certains cas le nom d’une personne a été donné à un objet à la suite d’une découverte ou d’une invention plus ou moins directement liée à cet objet (tarte Tatin, le métier Jacquard, le procédé de pasteurisation, etc.) ; dans d’autres cas, le nom ainsi donné relève simplement de l’utilisation d’un stock de personnalités célèbres et plus ou moins emblématiques d’un domaine d’activité (une rose Charles-Aznavour, une école Jules-Ferry, une rue Ernest-Renan…).

Plusieurs marques d’alcool, de champagne, de vin, de vodka, de whisky…, portent le nom de leur fondateur ; il convient ici de signaler que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Ainsi, dans les années à venir, de nouveaux créateurs donneront leur nom à leurs inventions ou à leur marque, car selon l’expression de Jules Verne (1828-1905) : « Tout ce qui est impossible reste à accomplir »… Par ailleurs, une marque connue permet de vendre plus cher...

Pour chaque personnalité citée dans ce dictionnaire, nous n’avons retenu qu’une très courte biographie, car vous retrouverez toutes les définitions et les précisions souhaitées en compulsant bien entendu les livres spécifiques et les dictionnaires tels que les dictionnaires Bordas, Hachette, Larousse, Littré, Robert…, ainsi que le Quid , les éditions Chroniques, et les grandes encyclopédies telles que l’Encyclopédie Universalis fondée en 1968, ou l’Encyclopédie Brittanica , sans oublier, bien sûr, les millions de sites Internet, dont l’encyclopédie gratuite et interactive Wikipedia, Fondée en Floride, le 15 janvier 2001, par les américains Jimmy Donal Wales (né le 7 août 1966) et Larry Sanger (né le 16 juillet 1968), qui comprend déjà plus de deux cents millions de références vérifiées et réactualisées en permanence.

Les villes françaises citées ici, même pour des événements remontant à plusieurs siècles, sont généralement suivies, entre parenthèses, de leur indicatif départemental actuel, pour mieux vous aider à les situer grâce au tableau en annexe qui présente aussi les 13 nouvelles régions françaises.

Parmi les noms cités, figurent des « homonymes », c’est-à-dire noms de personnes identiques se rapportant à des familles différentes. En effet, le même nom, avec la même orthographe, peut être porté par des personnes totalement différentes et qui n’appartiennent pas à la même famille (Weber le musicien, Weber le chimiste, Weber le philosophe et sociologue…). Par contre, les « homophones » ont la même prononciation mais pas la même orthographe (Pineau et Pinault, Picard et Piccard, ou Dalloz et Daloz).

Certaines entrées de ce dictionnaire offrent l’occasion, parfois, de vous présenter une chronologie simplifiée de certains événements, et surtout une généalogie très partielle sur plusieurs générations, car le talent est souvent inscrit dans les 20 000 gènes chez l’homme, ces segments d’ADN renforcés par les liens du sang, de l’esprit et du cœur. La généalogie permet aussi de valoriser votre patronyme par le mérite de vos ancêtres. Vous retrouverez en effet dans ce dictionnaire quelques pistes pour préciser sommairement, à partir d’un « patronyme » choisi, le développement d’une dynastie royale, ou d’une saga familiale qui a permis par exemple le développement d’une grande entreprise régionale, nationale ou mondiale, parfois même jusqu’à la vingtième génération ! Ces hommes et ces femmes de génie, grâce à leur imagination, leur volonté, leurs exploits et leur travail acharné, ont construit des empires industriels ou des marques prestigieuses, réalisant des profits considérables, dans presque tous les domaines. Il fallait ici leur rendre hommage. Beaucoup d’entreprises sont même fières d’indiquer la date de leur création, en utilisant les mots « depuis »…, ou « since » …
Association « Éponymes »
Cette association française a été créée par Bernard Logié, son président fondateur ; elle met en évidence les entreprises industrielles baptisées du nom de leurs fondateurs selon leurs desseins. Devenues raisons sociales, elles confèrent aux familles propriétaires une dimension qui fait des « éponymes » le cas de l’entreprise familiale. Leurs principes de gestion et de gouvernance se résument dans le slogan de l’association : Éthique et croissance, pérennité et transmission . « L’association Éponyme », implantée au 8, rue Jean Goujon, dans le 8 ème arrondissement de Paris, organise la cérémonie de remise des « Trophées des Éponymes » tous les deux ans depuis l’an 2000, avec le parrainage depuis 2002 par le groupe bancaire suisse LODH, pour distinguer les familles entrepreneuriales qui s’appuient sur trois patrimoines, le patrimoine passé, souvent sur plusieurs générations, le patrimoine présent et le patrimoine avenir :
– 2000, Bich, Decaux, Jallerat, Soufflet, Taittinger.
– 2002, Beretta, Bonduelle, Hermès, Mars.
– 2004, Bernardaud, Cotten, Daher, de Dietrich, Loiseau.
– 2006, Bodet, Clayeux, Lohr, Peugeot.
– 2008, Gruau, Senoble, Solvay.
La remise des trophées 2008 s’est déroulée sous le haut patronage de Christian Poncelet, président du Sénat, dans les salons de Boffrand de la présidence du Sénat, au Palais du Luxembourg à Paris.
Association des Hénokiens
L’association des « Hénokiens » a été créée en 1981 pour rassembler une quarantaine de groupes familiaux bicentenaires, implantés aux quatre coins du monde, soit actuellement quatorze groupes italiens, douze groupes français, cinq groupes japonais, trois groupes allemands, deux groupes hollandais, deux groupes suisses, un groupe irlandais du Nord et un groupe belge. Leurs activités sont notamment présentées dans huit musées, et les meilleures d’entre-elles peuvent recevoir le prix Léonard de Vinci.
Les dynasties royales
En ce qui concerne les dynasties royales par exemple, le principe de succession de mâle en mâle par ordre de primogéniture a prévalu en France pendant près d’un millénaire. Cette loi fondamentale de la dynastie capétienne, dite loi salique, a notamment permis à chaque roi, de son vivant, d’associer son fils aîné aux affaires de l’État, tout en garantissant la continuité du pouvoir. Choisir le fils aîné permettait ainsi de faire connaître, au plus tôt, le successeur probable d’un roi régnant ; il n’imite pas son père, mais développe sa propre personnalité. Une famille royale n’est pas tenue par la durée, alors que le président d’un État est tenu par la durée de son mandat. Le rôle d’un roi ou d’une reine est à la fois protocolaire et moral. Les dynasties royales ont le pouvoir de relier le passé, le présent et l’avenir d’une nation, car ses souverains représentent la mémoire de la nation.

Beaucoup de dynasties royales actuelles ont abandonné la primogéniture mâle au profit de la progéniture simple, dans le cadre de l’égalité des sexes, en décidant que la succession serait assurée par l’aîné des enfants légitimes, quel que soit son sexe ; c’est notamment le cas en Suède depuis 1980, aux Pays-Bas depuis 1983, en Norvège depuis 1990, ou en Belgique depuis 1991.
La toponymie
J’ai aussi choisi de vous présenter ici des hommes, et, plus rarement des femmes, dont le nom a été donné à des lieux sur la Terre, accessibles notamment par voie maritime : Iles, mers, détroits, baies, golfes, caps, montagnes, rivières, bases scientifiques, notamment aux îles Kerguelen (TAAF) que j’ai eu le grand plaisir de parcourir en char à voile, en avril 1977, de la base de Port-aux-Français jusqu’au cap Ratmanoff situé sur la côte ouest, avec même des débarquements en hélicoptère sur les îles Amsterdam et Saint-Paul depuis le navire Marion Dufresne … Cependant, la « toponymie » n’est pas définitive et peut changer selon les régimes politiques, l’actualité ou la mode.

Les toponymes mondiaux cités ici sont généralement mentionnés sur les cartes du monde ou dans les atlas. Ils sont fort intéressants, car ils permettent souvent de retrouver l’itinéraire parcouru, sur les mers ou sur la Terre, par les grands navigateurs, explorateurs ou scientifiques des siècles passés ; ils rendent aussi hommage aux hommes politiques qui les ont encouragés, ou aux commanditaires et sponsors qui ont financé leurs expéditions. Certains toponymes ont aussi été donnés en souvenir de marins ou d’explorateurs morts ou disparus pendant leurs navigations ou leurs expéditions, des plus hauts responsables, Fernand de Magellan, James Cook…, jusqu’aux simples matelots, Auguste Wincke par exemple. Ce sont les strates de la mémoire universelle de l’histoire humaine. En effet, il faut apprécier à sa juste mesure cette belle phrase d’Olivier de Kersauson : « Ce sont les voiliers qui ont découvert le monde, et ils charrient dans leur sillage bien des légendes ».

Parmi les toponymes figurent également les « oronymes » qui concernent plus spécialement les noms des montagnes. En ce qui concerne des toponymes en France, il faut signaler les CD « Carto Explorer 3 » produits par Bayo, qui présentent non seulement des cartes détaillées IGN au 1/100 000 e et au 1/25 000 e , avec toutes les coordonnées GPS, mais aussi 2 millions de toponymes en France métropolitaine et dans les départements français d’outre-mer. La version en 3D est vraiment impressionnante dans les régions montagneuses.

On remarque cependant que, depuis 1950, il est rare de donner des noms à des lieux sur Terre, en hommage à des personnes vivantes, sauf s’ils concernent des chefs d’État ou des personnalités éminentes. Ainsi, les trois astronautes de la mission Apollo 11 vers la Lune ont eu l’honneur de voir, de leur vivant, leur nom donnés à des cratères sur la Lune, ce qui est tout à fait exceptionnel. Il s’agit, bien sûr, de Neil Armstrong (né le 5 août 1930, et mort le 25 août 2012) qui a posé son pied gauche sur la Lune, le lundi 21 juillet 1969, à une heure 56 minutes et 20 secondes GMT ou TU, Edwin Aldrin (né le 20 janvier 1930) qui y a posé ses pieds un quart d’heure plus tard, et Michael Collins (né le 31 octobre 1930) qui attendait ses coéquipiers à bord du vaisseau spatial Columbia . Neil Armstrong a alors prononcé la phrase légendaire : « C’est un petit pas pour l’homme, mais un bond de géant pour l’humanité ».

Des astronomes et des commissions internationales de toponymie, membres de l’Union astronomique internationale, ont, par ailleurs, homologué et donné le nom de certaines personnalités remarquables à un cratère, à une mer ou à une montagne sur la Lune, sans oublier bien sûr celles dont on a donné le nom à des comètes, véhicules spatiaux et autres nuages stellaires : Vous en trouverez quelques exemples dans cet ouvrage.
L’hagiographie « L’hagiographie » est la science relative aux saints ; elle compte deux domaines, les hagionymes et les hagiotoponymes :

Les « hagionymes » concernent les saints dont on a souvent donné le nom à des éponymes, c’est-à-dire à des fêtes, des écoles, des édifices religieux, des tableaux religieux et des communautés religieuses, car ils sont par ailleurs très souvent représentés sur des vitraux, des icônes ou par des statues à leur image, sur le portail ou à l’intérieur des édifices religieux. Parfois, certains saints et certaines saintes sont les saints patrons de métiers, de villes ou de pays. Une petite sélection de saints et de saintes figure dans ce dictionnaire, car on a notamment donné leur nom à des fêtes annuelles qui servent généralement de prénoms et de noms de baptême, masculins ou féminins. Par tradition, la fête d’un saint coïncide généralement avec le jour de sa mort, sauf de rares exceptions, car il correspond aussi au jour de sa naissance dans le royaume de Dieu ! Les fêtes qui sont habituellement retenues dans les calendriers français sont mises en italique . Cependant, depuis la loi n°92-22 du 8 janvier 1993, relative à l’état civil, à la famille et aux droits de l’enfant, et instituant le juge aux affaires familiales, les parents peuvent choisir librement le prénom de leurs enfants, et peuvent ne plus utiliser nécessairement un prénom du calendrier, dans la mesure où le ou les prénoms retenus ne sont pas contraires à l’intérêt de l’enfant ou au droit des tiers à voir protéger leur patronyme. Cette loi a abrogé la loi du 11 germinal an XI, qui stipulait que les noms en usage dans les différents calendriers, et ceux des personnages connus dans l’histoire ancienne pouvaient, seuls, être reçus comme prénoms sur les registres destinés à constater la naissance des enfants. Il était interdit aux officiers publics de n’en admettre aucun autre dans leurs actes. Cette nouvelle loi permet donc d’élargir le champ classique du calendrier des saints à des prénoms plus originaux. Toutefois, les dérives sont possibles avec l’utilisation de marques, comme prénoms pour nos enfants, par exemple : Porsche, Canon ou Armani pour les garçons…, et Nivéa, Ikea ou Chanel pour les filles…

Les « hagiotoponymes » concernent les saints dont on a donné le nom à des toponymes, c’est-à-dire à des îles, des détroits, des caps, des golfes, des baies ou des montagnes, car les premiers navigateurs ont parfois baptisé ces toponymes en l’honneur du saint du jour lors de la découverte de tel ou tel endroit sur notre planète. Ne serait-ce qu’en France métropolitaine, une commune sur neuf, soit 4 000 sur les 36 000 communes recensées, porte le nom d’un saint ou d’une sainte… Mieux : Au Québec, une commune sur trois, porte le nom d’un saint ou d’une sainte… Vous en trouverez quelques exemples dans ce dictionnaire, à commencer bien évidemment par Jésus-Christ, à l’origine de tous les autres saints. De nombreux saints finiront leur vie d’une manière violente, car « le sang des martyrs est la semence des chrétiens »…

Cet ouvrage ne recense bien évidemment que quelques saints, classés par ordre alphabétique au milieu d’une sélection de personnalités éminentes, dans des domaines très divers, car la pratique de la canonisation a beaucoup varié dans l’histoire du catholicisme, le pape Jean-Paul II, ayant canonisé à lui seul, en 20 ans, plus de saints que ne l’avait fait l’ensemble de ses prédécesseurs en 2 000 ans, avant d’être canonisé à son tour le dimanche 27 avril 2014 à Rome !

Certains saints et certaines saintes sont souvent invoqués dans la « Litanie des saints » que l’on récite et que l’on chante lors de grandes cérémonies religieuses : La veillée pascale, le baptême, les professions religieuses, l’ordination des diacres, des prêtres et des évêques, la Toussaint… Chaque invocation est ponctuée de la formule « priez pour nous », afin de demander aux saints d’intercéder pour nous auprès de Dieu par la plus belle et la plus simple des prières. Parmi ces saints, on reconnaît les apôtres de Jésus-Christ, des membres de sa famille, des papes, des docteurs de l’Église, des fondateurs de communautés religieuses, des missionnaires, des martyrs…

Nota : Vous retrouverez les « journées mondiales ou internationales », ainsi que les « fêtes nationales » de la plupart des pays du monde, au saint du jour concerné. La fête de ce jour correspond généralement au jour de la mort de ce saint, qui est aussi le jour de sa naissance dans le royaume de Dieu (rappel) ! Cependant, il n’y a pas nécessairement une « journée mondiale » ou une « fête nationale » chaque jour de l’année, bien évidemment. En annexe à la fin de l’ouvrage, vous retrouverez pour mémoire quelques sigles et acronymes fort connus.
Conclusion
Ce long travail a nécessité une recherche approfondie depuis l’an 2000, soit pendant dix-sept ans, obligeant l’auteur à parcourir des millions de pages, sur support papier ou sur Internet. Les informations ont souvent été croisées et recoupées, mais des erreurs éventuelles de dates ou de noms sont toujours possibles. Des erreurs dans la généalogie de certaines personnes sont aussi probables, compte tenu du nombre et la complexité des recherches réalisées, ne serait-ce que pour retrouver simplement une date de naissance ou de mort, il y a parfois plusieurs siècles ou plusieurs millénaires.

Dates de naissance et de mort . La naissance d’un enfant s’exprime simplement par « il est né ou il est venu au monde » . Par contre, en ce qui concerne la mort des personnes, la terminologie est beaucoup plus diversifiée, car plusieurs causes sont possibles : accident, assassinat, disparition, exécution, maladie, mort naturelle, noyade, suicide, torture… Pour cela, on utilise plusieurs mots : abattu, accidenté mortellement (accidents domestiques, médicaux ou dans les transports), asphyxié, assassiné, atomisé, avorté, brûlé vif, congelé, crucifié, débranché, décapité, décédé, déchiqueté, dévoré par les bêtes fauves, écartelé, écorché, écrasé, égorgé, électrocuté, empalé, empoisonné, étouffé, étranglé, exécuté, défenestré, fossilisé, foudroyé, fusillé, gazé, grillé, guillotiné, hara-kiri, hydrocuté, irradié, lapidé, liquidé, mangé, martyrisé, massacré, mort (d’amour, de faim, de rire, de soif...), mort (par crise ou malaise cardiaque, par hémorragie, par overdose, par strangulation, par un virus, ou suite à une erreur médicale), mortellement blessé, mort-né, noyé, percé de flèches, poignardé, suffoqué, suicidé, supprimé, torturé, tué (accident, attentat, duel, guerre), ou disparu (mot actuel)… On utilise aussi plusieurs expressions : Son âme l’a quittée, il a cessé de vivre, il a donné sa vie, il a perdu la vie, il a rendu son dernier soupir, il a rendu son âme à Dieu, il a rejoint ses ancêtres, il n’est plus, il s’est endormi dans la paix du Seigneur, il nous a quittés, il a succombé, il a été emporté par une longue maladie, dont l’amiante, la maladie de Parkinson ou le cancer, il est parti dans les nuages, il a quitté la scène, il a quitté cette Terre, il s’en est allé, il a passé l’arme à gauche, il a tourné les talons, il a tiré sa révérence, il a mis fin à ses jours, il s’est éteint, il a disparu (selon l’expression actuelle la plus utilisée)… Bien évidemment il faut indiquer il ou elle, selon le sexe de la personne.

Selon les très nombreuses sources consultées, on constate parfois un décalage, d’un à plusieurs jours, si ce n’est plusieurs années entre les dates relevées. La date précise du jour de la naissance d’une personnalité célèbre correspond, dans la plus grande majorité des cas, à la date réelle de sa naissance. Cependant, elle correspond parfois à la date de la déclaration aux autorités ou, plus rarement, à la date de son baptême. Cette date de naissance est souvent moins connue et beaucoup moins précise que la date de la mort d’une personnalité, surtout dans l’Antiquité, car à sa naissance, on ne connaît pas encore l’avenir brillant d’un bébé, sauf si ses parents sont déjà fort connus. Par contre, la date précise du jour de la mort d’une personnalité célèbre correspond, dans la plus grande majorité des cas, à la date réelle de sa mort. Cependant, elle correspond parfois à la date de la découverte de son corps ou, plus rarement, à la date de son enterrement.

Par ailleurs, il faut signaler que les auteurs peuvent involontairement se tromper dans les dates. En revanche, il arrive parfois que certains d’entre eux décalent volontairement certaines dates, d’un à un jour, ou d’un à deux ans, par rapport aux dates réelles, pour peut-être « s’approprier » ces nouvelles dates. C’est très fréquent sur Internet, et il est vraiment nécessaire de croiser les informations.

Des coquilles sont assez fréquentes . On en trouve parfois dans les plus grands journaux, magazines ou œuvres littéraires. Malgré notre vigilance et notre attention, malgré les innombrables vérifications, vous en trouverez aussi dans cet ouvrage, et l’auteur vous prie sincèrement de l’excuser. Il est fort probable que certaines informations citées ici soient devenues obsolètes au moment de la parution de cet ouvrage, ou d’ici quelques années, car beaucoup d’informations sont liées à l’actualité, et les sociétés, ou les grands groupes évoluent dans le temps, s’associent ou disparaissent, notamment à cause de la mondialisation. L’auteur demande donc aux lecteurs les plus attentifs qui constateront des imperfections, des erreurs ou des coquilles toujours possibles, de les signaler à l’éditeur afin de lui permettre d’intégrer leurs corrections et leurs compléments dans une éventuelle réédition de ce dictionnaire.

Espérons que cet ouvrage excitera votre curiosité et que vous effectuerez à votre tour de nouvelles recherches pour approfondir l’histoire de ces personnalités qui ont donné leur nom, ou dont a donné le nom, à…, car elles font partie, pour la plupart, du patrimoine mondial de l’humanité. Pour cela, je vous propose, par exemple, de rechercher l’histoire de quelques personnalités citées ci-dessous, dont on a donné le nom à des cours, des salles ou des amphithéâtres à l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) à Paris, face à la tour Eiffel : Les cours Beaumel, Berthier, Coquelin de l’Isle, Delattre, Desjardin, Garnier, Guerat, Jacquelot, Lazaret, Leclerc Almandet, Legrand, Malanot, Morland, Riberpray, Roederer, Westel ; les salles Aubry, Colinet, de Guibert, Janus, La Motte Piquet ; et les amphithéâtres Cesa, de Bourcet, Delfosse, Des Vallières, Lacoste, Louis, Maréchal Foch, Sabatier, Suffren.

Certains patrons d’entreprise ont parfois subi des échecs, mais ils ont alors rebondi pour renflouer leurs entreprises, car « Quand on a un beau projet, on a un cap à tenir ; et lorsque l’on a un cap, on peut alors affronter des vents contraires pour arriver au but ! »

Ils n’ont pas encore d’Éponymes . Il faudrait enfin rendre hommage aux millions d’hommes et de femmes remarquables qui ont aussi fondé des empires industriels exceptionnels, sans toutefois donner leur nom à leur groupe, à leur marque ou à leur invention. En voici quelques exemples :
*Olivier AIZAC (né en 1975), le leader français des petites annonces en ligne « leboncoin.fr » depuis 2006.
*Jeff BEZOS (né le 12 janvier 1964), le fondateur et président américain d’« Amazon.com » depuis 1995.
*Brian CHESKY (né le 29 août 1981), cofondateur et président de l’application de location immobilière chez l’habitant « Airbnb » en 2008 à San Françisco, valorisée à 30 milliards de dollars en 2016, dans 190 pays.
*Jack DORSEY (né le 19 novembre 1976), le créateur américain du site « Twitter », le mardi 21 mars 2006, pour envoyer 300 milliards des messages tweets en 140 caractères, puis en 280 caractères fin 2017.
*David FILO (né le 20 avril 1966) et Jerry YANG (né le 6 novembre 1968), les fondateurs américains de « Yahoo ».
*Janus FRIIS (né le 26/6/1976) et Niklas ZENNSTRÖM (né le 16 janvier 1968), cofondateurs danois et suédois de « Skype ».
*Bill GATES (né le 28 octobre 1955), et Paul ALLEN (né le 21 janvier 1953), les fondateurs américains de Microsoft, en 1975, avec déjà 100 000 salariés dès 2013.
*Yataro IWASAKI (1835-1885), financier et armateur japonais, qui a fondé le groupe mondial « Mitsubishi », en 1850 ; il produira plus de 10 000 avions pour les porte-avions, puis il fabriquera des autos et des ordinateurs.
*Steve JOBS (24/2/1955-5/10/2011) et Steve WOZNIAK (né le 11 août 1950), les créateurs « d’Apple » le 1 er avril 1976 à Los Altos en Californie, et « l’iPhone » le 9 janvier 2007, avec déjà 55 000 salariés en 2013 !
* Travis KALANICK (né le 6 août 1976) fondateur, en 2010, de l’application de transports « Uber » à San Francisco, valorisée à 41,2 milliards de dollars en 2015. Mots : Ubériser, Ubérisation (livre paru chez Dunod).
* Frédéric MAZZELLA (né en 1976), le créateur de la plateforme de covoiturage « Blablacar » en 2006.
*Roland MORENO (11/6/1945-29/4/2012), l’inventeur français de la « carte à puce » entre 1974 et 1979.
*Elon MUSK (né le 26 juin 1971), le fondateur américain de « Tesla, de SpaceX, et PayPal » avec Peter Thiel .
*Xavier NIEL (né le 25 août 1967), le créateur français de la « Free Box », en 2002, qui permet de recevoir Internet, le téléphone et la télévision, grâce à l’ADSL et à un réseau de 40 000 km de fibres optiques en France.
*Larry PAGE (né le 26 mars 1973), Ray KURZWEIL (né le 12 février 1948) et Sergeï BRIN (né le 21 août 1973), les créateurs californiens du célèbre moteur de recherche « Google » le 27 septembre1998, « Google Earth » et « Google Maps » qui propose depuis le 1 er septembre 2017 les services de Blablacar, une plateforme de covoiturage, avec des milliards de connexions gratuites par jour, financées par la publicité.
*Ray TOMLINSON (né en 1941), l’inventeur de l’adresse électronique @, fin octobre 1971.
*Jimmy Donald WALES (né le 7 août 1966), le fondateur de Wikipedia.
*Norman J. WOODLAND (6/9/1921-9/12/2012) et Bernard SILVER (21/9/1924-28/8/1963), qui ont déposé, en 1952, le brevet du code-barres, utilisé dès 1974 grâce au scanner laser développé avec IBM.
*Jerry YANG , le créateur de Yahoo.
*Mark ZUCKERBERG (né le 14 mai 1984), le créateur et PDG du réseau social « Facebook » sur Internet, le 4 février 2004, qui comptait déjà 1,2 milliard d’amis dix ans plus tard ! Le 1 er décembre 2015, il a promis de donner 99% de ses actions pour créer une organisation philanthropique. Facebook compte 27 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2016 !

Ce dictionnaire, totalement inédit, devrait combler tous les passionnés d’histoire, de géographie, de religion, de sciences, de généalogie ou même simplement de la vie quotidienne avec tous ces groupes mondiaux, toutes ces enseignes et toutes ces marques grand public ou prestigieuses, ainsi que tous ces lieux mythiques ou sympathiques. La plupart de ces informations ont été glanées par l’auteur au hasard de ses lectures, ainsi que lors de ses nombreux voyages aux quatre coins du monde (2 millions de kilomètres parcourus), tout en faisant référence à l’histoire ou à l’actualité ; ces informations sont volontairement très courtes, car vous pourrez en lire tous les détails dans le Quid et les dictionnaires ou encyclopédies Actes Sud, Albin Michel, Batelière, Bordas, Bouquins, Chambers, Chronique, Eyrolles, First, Flammarion, Gallimard, Grande Batelière, Grasset, Gründ, Hachette, Larousse, Littré, Michelin, Million, Muses, Robert, Robert Laffont, Taillemite, Universalis, xo... Par ailleurs, si vous disposez d’un PC ou d’un Apple, avec un accès Internet, il vous sera possible d’accéder instantanément à des centaines de pages d’informations sur chaque personnalité citée dans ce dictionnaire. Pour cela, il faut vous rendre sur un moteur de recherche Internet type « Alibaba », « Altavista », « AOL », « Ask », « Baidu », « Bing », « eBay », « exelead », « Facebook » fondé le vendredi 4 février 2004 (avec déjà 1,2 milliard d’amis, 10 ans plus tard, le 4 février 2014 !), Deliveroo, « Free », « Lycos », « Microsoft », « MIH », « Mozilla Firefox », « MSN », « NHN », « Sohu », « Tencent », « Tiscali », « Twitter », « Voilà », « Wanadoo », « Wolfram », « Yahoo », « Yandex »…, sans oublier bien évidemment l’incontournable « Google ». Pour trouver tous les renseignements souhaités concernant des personnalités, il vous suffira alors de taper simplement son prénom, son nom et l’une des dates indiquées dans l’article concerné de ce dictionnaire. Pour les marques, il vous suffira généralement de taper simplement le nom de la marque sans espace. Vous pouvez aussi indiquer le nom de la marque, précédé de www, et suivi de .com , soit : www.marque.com ; si cela ne fonctionne pas, vous pouvez remplacer .com par .org , .fr ou .net ; vous aurez ainsi toutes les réponses à vos questions en quelques dixièmes de seconde. Je vous souhaite une bonne lecture de ce dictionnaire qui, je l’espère, vous donnera envie de poursuivre vos recherches pour élargir vos connaissances.

NOTA : Ce livre « 10 000 éponymes mondiaux » correspond à une base de données qui fait partie du code de la propriété intellectuelle par la loi n°98-536 du 1 er juillet 1998, aux articles L. 112-3 qui la définit : « On entend par base de données un recueil d’œuvres, de données ou d’autres éléments indépendants, disposés de manière systématique ou méthodique, et individuellement accessibles par les moyens électroniques ou par tout autre moyen », et L 341-1 et suivants qui les protège.

Une base de données ayant un caractère d’originalité est protégée par un droit d’auteur spécifique que la pratique a nommé « droit sui generis ». Ce droit protège la base de données non seulement dans son contenu mais aussi dans sa structuration et son choix de données. Le producteur de la base de données est protégé par le droit de l’auteur. L’extraction et la réutilisation de la base en son entier ou en partialité sont interdites. La durée de la protection est de quinze ans à compter de l’achèvement de la base. Extraits du livre Le métier de documentaliste de Jean-Philippe Accart avec la collaboration de Marie-Pierre Réthy, page 57, publié en février 2015 aux Éditions du Cercle de la librairie. Les erreurs ou omissions involontaires qui auraient pu subsister dans ce livre, malgré les soins et les contrôles de l’auteur, ne sauraient engager la responsabilité de l’éditeur.

Je souhaite terminer cet avant-propos par trois phrases significatives :

– Une phrase de Carlos Ghosn (né le 9 mars 1954), président de Renault depuis le 29 avril 2005 :
« Il faut être soi-même passionné par ce qu’on fait pour enthousiasmer les autres ».

– Une phrase de Pierre Cardin (né le 2 juillet 1922), créateur de la Maison de couture éponyme :
« L’ambition est le carburant avec lequel on peut réaliser ses rêves ».

– Une phrase de Mike Perham (né le 16 mars 1992), le plus jeune navigateur à avoir bouclé un tour du monde à la voile en solitaire à l’âge de 17 ans :
« La grandeur d’un homme est proportionnelle à celle de ses rêves, surtout lorsque l’on tente de les vivre ».
« Bonne lecture », et « bon vent » pour vos recherches.

Nota 1 : Le premier prix Goncourt a été attribué, le lundi 21 décembre 1903 lors d’un dîner au restaurant Champaux, place de la Bourse à Paris, à John Antoine Nau (1860-1918) , un homonyme de l’auteur de ce livre, pour son roman Force Ennemie .
Nota 2 : Ce livre de Christian Nau, arrêté le lundi 18 décembre 2017, comprend 1 million, 17 mille et 957 mots, soit près de 5 millions de caractères tapés durant 17 années, avec le seul doigt majeur de la main droite !


Christian NAU à la barre du Pen Duick VI en 1983.
A
A. Première lettre de l’alphabet et première voyelle. Alphabet 1 : La lettre « A » se prononce « Alpha » dans l’alphabet phonétique des aviateurs et de l’OTAN depuis 1955. Alphabet 2 : La lettre « Alfa » est aussi la première lettre de l’alphabet grec. Toponyme : « L’Alpha du Centaure » comprend trois étoiles A, B et C qui sont les plus proches de la Terre ; elles se situent à 4,4 années-lumière de la Terre ! Dimensions 1 : Le mètre carré de Léonard de Vinci, nommé format A0 en 1920 , mesurait (84,1x118,9 cm). En pliant cette feuille, on arrive au format normalisé A1 (84,1x59,45 cm), puis au format normalisé A2, (42x59,45 cm), puis au format normalisé A3 (42x29,7 cm), puis au format normalisé A4 (21x29,7 cm), puis au format normalisé A5 (21x15), puis au format normalisé A 6 (15x10 cm), puis au format normalisé A 7 (10x7,5 cm) et enfin au format normalisé A8 (5x7,5 cm). Dimensions 2 : Le double raisin mesure 100x65 cm, le raisin mesure 50x65 cm, et le demi raisin mesure 50x32,5 cm. Groupe sanguin : Le groupe « A » est l’un des quatre Groupes sanguins avec les groupes A, B, AB et O. Vitamine : La vitamine « A », un facteur de croissance, a été découverte en 1913 et dénommée ainsi en 1920 par le biochimiste américain Elmer Mc Colum. Autoroute A 16 : Elle a été ouverte le vendredi 15 mai 1998.

AALTO, Alvar (1898-1976), designer et architecte finlandais. Fondation : La Fondation « Alvar Aalto » a été créée, en 1978, à Helsinki pour regrouper les milliers de dessins de ce grand architecte scandinave, ainsi que sa biographie et sa bibliographie. Musée : Le Musée « Alvar-Aalto » est implanté dans la ville finlandaise de son enfance Jyväskylä. On y trouve notamment ses célèbres sièges réalisés en bois collés courbés qui sont toujours commercialisés dans 25 pays par sa société Artek. Pour mémoire : La ville portuaire d’Helsinki, capitale de la Finlande actuelle, a été fondée le 12 juin 1550 par le Gustave 1 er Vasa (1496-1560), roi de Suède de 1523 à 1560.

AARON : Voir MOÏSE.

ABARTH, Carlo (1908-24/11/1979), industriel italien. Marque : L’écurie de voitures de course « Abarth » a été fondée en 1949. Cet industriel italien s’associera à de grands constructeurs automobiles pour fabriquer les Abarth Fiat, Abarth Simca et les Abarth Auto Bianchi.

ABBOT, George (1885-3/7/1923), navigateur et explorateur polaire anglais. Toponyme 1 : « La banquise d’Abbot » se situe en Antarctique ; George Abbot avait accompagné Robert Falcon Scott (1868-1912) dans l’une de ses expéditions polaires. Toponyme 2 : « Le mont Abbot » se situe en Californie, il s’élève à 4 180 mètres d’altitude. Homonyme : « Charles G. Abbot » (1872-1973) était un astrophysicien américain qui a vécu plus d’un siècle ; des astronomes ont même donné son nom à un toponyme sur la Lune !

ABBOTT, Wallace Calvin (1857-1921), physicien et pharmacien américain. Groupe : Les laboratoires pharmaceutiques « Abbott » ont été fondés, en 1888, à Chicago ; depuis, ils emploient plus de 60 000 personnes dans 130 pays, dont 5 000 chercheurs pour effectuer de nombre uses rech erches, notamment sur le VIH Sida. Les laboratoires Abbot rachetèrent, en 2001, les laboratoires Knoll Anecdote : Les laboratoires Abbott diffusent, à titre publicitaire, une règle graduée de 0 à 10 pour permettre aux patients d’évaluer leur douleur éventuelle avant et surtout après une opération. Homonyme : « Sir John Joseph Abbott » ( 1821 -1893) a été Premier ministre du Canada, de 1891 à 1892.

ABD al AZIZ ibn SAOUD (24/11/1876-9/11/1953), fondateur de l’Arabie Saoudite, et roi de 1932 à 1953. Toponyme : « L’Arabie Saoudite » a été nommée ainsi d’après le nom de son fondateur en 1932. Aéroport : L’aéroport « Abd al Aziz » de Djedda (ou Jeddah), en Arabie Saoudite, se situe à 35 km au nord de la ville la plus proche de La Mecque. Université : L’université « Abd al Aziz » de Djedda se situe près du stade éponyme qui a été achevé en 1981 pour accueillir 35 000 spectateurs. Paquebot : Le yacht royal Abd al Aziz , long de 147 mètres, construit au Danemark, a été achevé le 22 juin 1984 à Southampton ; il comprend 60 cabines luxueuses. Cet aéroport, cette université, ce stade et ce paquebot ont été nommés ainsi en hommage à celui qui fonda le royaume moderne d’Arabie Saoudite, en 1932, et qui régna dans ce pays jusqu’en 1953, en y développant notamment la recherche pétrolière. Ses fils légitimes lui succéderont les uns après les autres : Saoud ibn Abd al Aziz (1902-1969), roi d’Arabie Saoudite de 1953 à 1964 ; Faysal ibn Abd al Aziz (1906-1975), roi d’Arabie Saoudite de 1964 jusqu’à son assassinat, le 25 mars 1975. Ce sera ensuite le tour de Khaled ibn Abd al Aziz (1913-1982), roi d’Arabie Saoudite de 1975 à 1982 ; Fahd ibn Abd al Aziz (1923-2005), roi d’Arabie Saoudite de 1982 à 2005, et Abdallah ibn Abd al Aziz (né en 1924), régent de facto de 1995 à 2005, et roi d’Arabie Saoudite depuis le 1 er août 2005. Le prince héritier, Mohammed bin Salman (Mbs), âgé de 31 ans, s’est rendu en France en septembre 2017. Nota : Selon les sources, Ibn Saoud peut aussi s’écrire ibn Saud ou Ibn Séoud, et Abd al Aziz peut s’écrire Abd el Aziz ou Abdul Aziz.

ABÉLARD, Pierre (1079-1142), philosophe et théologien français ; HÉLOÏSE (1101-1164), maîtresse du précédent, puis abbesse. Centre : Le centre « Pierre Abélard » a été créé, en 2000, à la Sorbonne, Université IV à Paris, pour mieux faire connaître la philosophie et la théologie médiévales, dont la Sorbonne fut l’un des phares historiques. Chaire : La chaire « Pierre Abélard » a été créée à la Sorbonne en 1999. Elle est animée chaque année par un nouvel universitaire de renommée mondiale. Éditions : Les leçons enseignées au centre Pierre Abélard sont publiées dans la collection « Conférences Pierre Abélard » aux éditions Vrin à Paris. Pour mémoire : Héloïse eut en 1116, à l’âge de 15 ans, un amant nommé Pierre Abélard, chanoine à Notre-Dame de Paris. Elle tomba rapidement enceinte d’un fils, et Abélard l’épousa secrètement en Angleterre. L’oncle d’Héloïse, le chanoine Fulbert, eut vent de cette liaison et fit émasculer Abélard qui se retira à l’abbaye de Saint-Denis (93) tandis qu’Héloïse entrait au couvent d’Argenteuil (95) ; elle dirigea ensuite le monastère de Paraclet (10), près de Nogent-sur-Marne (94), fondé en 1129, par Abélard qui rédigea en 1134 son histoire amoureuse avec Héloïse dans son recueil Historia calamitatum . Leur amour est alors devenu platonique, et ils échangèrent de nombreuses lettres qui sont devenues les plus anciennes de l’amour romantique. Le Roman de la Rose réécrit, en 1527, par Clément Marot (1496-1544), raconte de nouveau cette belle histoire, avec de belles illustrations. Dernière demeure : Les cendres « d’Héloïse et d’Abélard » ont été transférées en mars 1817 au cimetière du Père-Lachaise à Paris, 7 e division, sur ordre de Louis XVIII (1755-1824), frère de Louis XVI et roi de France de 1814 à 1824 avec toutefois une petite interruption du 20 mars au 8 juillet 1815, lors des « Cent jours » de Napoléon I er et de Napoléon II. Ils reposent désormais dans cette petite chapelle ouverte aux quatre vents, ramenée à Paris par l’archéologue français Alexandre Lenoir (1761-1839).

ABEL Lobbes (Saint) (mort le 5 août 770), bénédictin d’origine écossaise. Fête : On souhaite la fête de « saint Abel », le 5 août , en souvenir de ce moine écossais qui sera consacré archevêque de Reims en 744, mais il devra quitter son diocèse trois ans plus tard pour rejoindre son abbaye de Lobbes en Belgique, sur ordre de l’évêque de Trèves.

ABEL, Niels Henrik (5/8/1802-5/4/1829), mathématicien norvégien. Événement : Le prix « Abel » a été institué, en 2003, par l’Académie norvégienne des sciences et lettres, pour récompenser un mathématicien de renom. Ce prix est devenu l’équivalent d’un prix Nobel de mathématique, doté chaque année d’un montant d’environ 675 000 €. Nota 1 : Le mathématicien français, Jean-Pierre Serre (né le 15 septembre 1926), a reçu le premier « prix Abel » en 2003. Nota 2 : Le mathématicien américain John Forbes Nash (1928-2015) a reçu le prix « Abel » de mathématiques, en mars 2015, quelques semaines seulement avant de se tuer en voiture avec son épouse le 23 mai 2015 ; il avait aussi reçu le prix Nobel d’économie en novembre 1994. Nota 3 : Le prix « Abel 2017 » a été attribué le 21 mars 2017 au Français Yves Meyer (né le 19/7/1939), chercheur à l’École normale supérieure Paris-Saclay ; il est le quatrième Français à avoir reçu le prix Abel de mathématiques. Mathématiques : Un ensemble est dit « abélien » lorsqu’il est muni d’une loi de composition interne commutative ; cet ensemble a été nommé ainsi en hommage au mathématicien qui, malgré sa courte vie, travailla sur les équations algébriques, sur les séries et sur les intégrales bien connues des mathématiciens. On lui doit aussi les théorèmes « d’Abel », et les équations « Abéliennes » qui sont utilisées en algèbre. Elles portent le nom de ce célèbre mathématicien qui ne vécut que 26 ans. Voir la médaille Fields.

ABRAHAM (Saint) (né vers 1850 avant J.-C., mort vers 1675 avant J.-C.), patriarche biblique. Seconde génération : Isaac et Ismaël. Fête : On souhaite la fête de « saint Abraham », le 20 décembre, en souvenir du premier patriarche biblique qui aurait vécu 175 ans ! Il est le père des trois religions monothéistes, et il devra sacrifier son fils unique Isaac sur le mont Moria où sera construit le futur temple de Jérusalem, à la demande de Dieu, pour tester sa foi. Mais Isaac, le seul fils qu’il a eu tardivement avec sa femme Sarah, sera heureusement sauvé par la main de Dieu qui remplacera in extremis son fils par un bélier ; cet événement est fêté par les musulmans lors de la grande fête de l’Aïd-el-Kébir, en tuant un mouton dans chaque famille. Abraham aura ensuite avec Agar, la servante égyptienne de sa femme, un second fils nommé Ismaël, dont les descendants seront les Ismaélites. Ce patriarche est le père de tous les Hébreux qui sont les croyants des trois religions monothéistes ; les Juifs (par Isaac), les Chrétiens (par Jésus) et les Musulmans (par Ismaël). L’un des descendants d’Abraham, Jacob, recevra le surnom d’Israël qui sera l’ancêtre de tous les Israélites. Abraham est invoqué dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Botanique : Selon la tradition, le chêne d’Abraham, situé en Cisjordanie, devrait disparaître juste avant la fin du monde. Voir Isaac, Jacob et Juda.

ABRAHAM, Martin (1589-1664), propriétaire terrien au Canada. Toponyme : « Les plaines d’Abraham » se situent dans la ville de Québec au Canada, près des fortifications de la ville. Ces plaines ont été nommées ainsi en souvenir du premier pilote royal sur le fleuve Saint-Laurent, surnommé l’Écossais, arrivé en Nouvelle-France en 1617. Il posséda et cultiva en effet le sol de ces plaines tristement célèbres par la terrible bataille homonyme. Cette bataille s’y est déroulée, le jeudi 13 septembre 1759, entre les troupes françaises dirigées par le général Louis de Montcalm (1712-1759) et les troupes britanniques dirigées par le général anglais James Wolfe (1727-1759). Les troupes anglaises accéderont de nuit à ces plaines en passant par l’Anse-au-Foulon. Ces généraux y seront tous les deux tués ou mortellement blessés. Suite à cette terrible bataille, et à partir du Traité de Paris signé le 10 février 1763, la Nouvelle-France deviendra une colonie britannique, et ce jusqu’à la création de la Confédération du Canada le 1 er juillet 1867. Ces plaines seront rebaptisées Parc des Champs de Bataille, et l’on donnera le nom d’Abraham Martin à la rue qui longe le bassin Louise de la ville de Québec.

ABRUZZES, Louis duc des (1873-1933), explorateur polaire italien. Toponyme : « Le mont Abruzzi » se situe en Colombie-Britannique, au Canada, près de la ville de Calgary ; il s’élève à 3 261 mètres d’altitude. Ce mont a peut-être été nommé ainsi en hommage à cet explorateur polaire italien qui hiverna, en 1899-1900, avec son navire Stella polaire sur la côte ouest de l’île du Prince Rodolphe, la plus septentrionale de la Terre François-Joseph. De cette île, l’explorateur italien Umberto Cagni (1853-1932) réussit à atteindre le 25 avril 1900, la latitude de 86°34’N, un fabuleux record pour l’époque ! Pour info, la région montagneuse des Abruzzes, située à l’est de Rome en Italie, a donné son nom à ce duc, et non le contraire.

ACADÉMOS, héros mythique grec. Université : « L’Académie » d’Athènes a été fondée, en 387 avant J.-C., par Platon (428 avant J.-C.-347 avant J.-C.) ; elle porte le nom de ce héros grec, dont on peut lire sur son tombeau, situé dans les faubourgs d’Athènes : « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ». Toponyme : Les jardins « Académos » d’Athènes ont été fondés en 387 par le philosophe grec Platon (428-347 avant J.-C.), pour y enseigner sa philosophie. Mots : Un « académicien » est membre de l’Académie française ou d’une autre académie. Une « Académie » est une école artistique, une université ou une société savante regroupant des artistes, des savants ou des hommes de lettre ; en voici quelques exemples : L’Académie de musique, l’Académie de Paris, l’Académie française, l’Académie d’agriculture, l’Académie des beaux-arts, l’Académie nationale de médecine, l’Académie des sciences, l’Académie des sciences morales et politiques, l’Académie Goncourt... École : L’organisme privé de cours à domicile « Acadomia » est spécialisé dans le soutien scolaire ; il forme des élèves pour préparer la plupart des examens scolaires et universitaires.

ACAIRE (Saint) (mort le 27 novembre 640), évêque de Noyon. Fête : On souhaite la fête de « saint Acaire », le 27 novembre, en souvenir de cet évêque de Noyon qui dirigera également le diocèse de Tournai, avant d’être remplacé par le bon saint Éloi (588-660) ; ses reliques sont précieusement conservées à Haspres (59) près de Valenciennes. Selon la légende, elles sont vénérées par les pèlerins pour les guérir de la mauvaise humeur et de la folie. Mot : « acariâtre ».

ACHILLE (Saint) (décapité vers 95), soldat romain. Fête : On souhaite la fête de « saint Achille », le 12 mai , en souvenir de ce soldat romain, baptisé par Saint Pierre, qui sera décapité vers 95 avec son frère Nérée et Flavie Domitille, la nièce de l’empereur Domitien. Le 12 mai est aussi le second des trois jours des saints de glace, du 11 au 13 mai.

ACHILLE, guerrier troyen, selon la mythologie grecque. Anatomie : Le talon et le tendon « d’Achille » ont été nommés ainsi en souvenir de ce guerrier troyen qui fut blessé au talon par une flèche lancée par Pâris pendant la guerre de Troie ; il en mourut quelques heures plus tard, selon le récit de l’ Iliade attribué au poète grec Homère (VIII e siècle avant J.-C.). Expression : « Un talon d’Achille » est apparemment solide, mais vulnérable. Botanique : « L’Achillée » est une plante herbacée connue pour ses vertus hémostatiques afin d’arrêter une hémorragie. Livre : Le talon d’Achille, est une nouvelle de Jean-Guillaume Costi, publié aux éditions Les Impliqués l’Harmattan.

ACKERMANN, Haider (né le 29 mars 1971), créateur de mode français. Marque : Les vêtements « Ackermann » en prêt-à-porter sont dessinés par ce créateur qui a été stagiaire du grand couturier John Galliano (né en 1960) avant de lancer sa propre marque, avec ses premiers défilée printemps-été 2011 et automne-hiver 2011. Défilé : Le défilé « Haider Ackermann », collection automne-hiver 2015-2016, s’est déroulé début mars 2015 à Paris. Homonyme : Le mathématicien allemand Wilhelm Ackermann (1896-1962) : Voir Jeantaud.

ADAM (premier homme créé par Dieu en l’an 6722 avant J.-C. – mort en 6092), personnage biblique (comme les suivants) qui aurait vécu 930 ans ! ÊVE, son épouse. Seconde génération : CAÏN, ABEL, et SETH qui aurait vécu 912 ans !... Sixième génération : JARED. Septième génération : HÉNOCH (6400-6035 avant J.-C.), qui aurait vécu 365 ans ! Huitième génération : MATHUSALEM (6035-5066 avant J.-C.), qui aurait vécu 969 ans ! Neuvième génération : LAMECH. Dixième génération : NOÉ (5590-4640 avant J.-C.), capitaine de l’arche éponyme, qui aurait vécu 950 ans ! Onzième génération : SEM, CHAM et JAPHET, fils du précédent. Douzième génération : ARAM, fils de SEM ; les deux filles jumelles de JAPHET ; KOUST, MISRAIM, POUT, et CANAAN, les quatre fils de CHAM... Vingtième génération : ABRAHAM, qui aurait vécu 175 ans ! Vingt et unième génération : ISAAC, le père de tous les Juifs ; ISMAËL, le père de tous les musulmans. Vingt deuxièmes génération : JACOB, le fils d’Isaac, et le père des 12 tribus d’Israël… Trente quatrième génération : DAVID. Trente cinquièmes génération : SALOMON… Soixantième génération : JOSEPH, le père adoptif de JÉSUS-CHRIST. Toponyme : « Le mont Adam » se situe au Sri Lanka ; il s’élève à 2 243 mètres d’altitude. C’est un site sacré pour toutes les religions, que l’on atteint via 5 200 marches, car on y trouve l’empreinte d’un pied géant long de 160 centimètres qui correspondrait au pied d’Adam, en souvenir du premier personnage biblique qui vécut 930 ans et qui fut notamment le père de Caïn, d’Abel et de Seth. Selon les religions, il pourrait être aussi le pied du Bouddha, de Shiva, de saint Thomas... Anatomie : « La pomme d’Adam » est une saillie du cartilage thyroïde située à la partie antérieure du cou de l’homme. Toutes les femmes, dont Ève, n’ont pas cette saillie qui caractérise les hommes. Objet : Le prototype de canon laser « ADAM » de l’US Navy parvient à détruire des cibles en mer ou dans les airs depuis 2012. Maison 1 : La Maison « d’Adam et Ève » se situe dans la Grand-Rue du Mans (72). Maison 2 : La Maison « d’Adam » se situe à Angers (49). Peinture 1 : La célèbre toile « Adam et Ève » du peintre allemand Lucas Cranach (1472-1553) a été peinte vers 1510. Peinture 2 : La célèbre fresque « la Création d’Adam » a été peinte, entre 1508 et 1512, par Michel-Ange (1475-1564) sur la voûte de la chapelle Sixtine. Centre de loisirs homonyme : « L’A’DAM » d’Amsterdam, est un centre de danse et de musique, ouvert 24 heures sur 24 dès 2016, avec hôtel et bureaux. Secte : « L’Adamite » est une secte du II e siècle après J.-C. dont les membres refusaient de s’habiller pour imiter Adam dans le Paradis terrestre. Pour mémoire : « Adam et Ève » vivaient dans le jardin d’Éden surnommé le Paradis terrestre ou le jardin des Hespérides ; ils utilisaient alors de la feuille de figuier pour cacher leur nudité et s’en faire des pagnes. La feuille de figuier sera remplacée par de la feuille de vigne dans les œuvres des peintres de la Renaissance représentant Adam et Ève. Prénom : « Adam » a été le prénom masculin le plus attribué aux bébés en 2016. Citation 1 : « À l’origine Adam et Ève étaient aussi heureux qu’il est possible de l’être quand on a, ni travail à faire, ni impôt sur le revenu, ni avocat, ni médecin, ni enfant, ni chien. » William Claude Fields (1879-1946). Citation 2 : « Adam est le seul homme qui, quand il disait quelque chose d’épatant, était sûr que personne ne l’avait dit avant lui . » Mark Twain (1835-1910). Expression : Un homme nu est en « costume d’Adam ».

ADAM, Adolphe-Charles (24/6/1803-3/5/1856), compositeur français. Événement 1 : Le grand ballet romantique en 2 actes, Giselle , du compositeur « Adolphe-Charles Adam » et du chorégraphe « Marius Petipa », a été créé le 28 juin 1841 au théâtre de l’Opéra de Paris ; il a été diffusé en direct, le jeudi 6 février 2014 pendant 2 h 10, depuis le Bolchoï de Moscou, sur les écrans géants d’une dizaine de milliers de salles de cinéma, réparties dans vingt-huit pays à travers le monde. Événement 2 : Le grand ballet romantique en 2 actes, Giselle , du compositeur « Adolphe-Charles Adam » et du chorégraphe « Youri Grigorovitch » a été diffusé en direct, le dimanche 11 octobre 2015 pendant 2 h 20, depuis le Bolchoï de Moscou, sur les écrans géants d’une dizaine de milliers de salles de cinéma, réparties dans vingt-huit pays à travers le monde. Nota : « Adolphe-Charles Adam » a aussi composé Minuit chrétien , chanté le 24 décembre à minuit, dans les églises, basiliques et cathédrales catholiques du monde entier.

ADAM, Gilbert Joseph (1795-1881), minéralogiste français. Minerai : « L’adamite » est un arséniate de zinc découvert au Chili ; elle a été nommée ainsi, en 1866, par le chimiste français Charles Friedel (1832-1899), pour rendre hommage à ce minéralogiste français.

ADAMS, John (1735-1826), 2 e président des États-Unis, de 1797 à 1801. Seconde génération : ADAMS, John Quincy (1767-1848), fils du précédent, 6 e président des États-Unis, de 1825 à 1829. Toponyme 1 : « Le mont Adams » se situe dans l’État de Washington aux États-Unis ; il culmine à 3 742 mètres d’altitude. Toponyme 2 : « Le mont Adams » se situe en Californie, à 50 km au nord de la ville de Reno ; il culmine à 3 275 mètres d’altitude. Ces deux monts ont été nommés ainsi en hommage à ces deux présidents des États-Unis, John Quincy étant le fils de John ; ils seront respectivement présidents, de 1797 à 1801, pour John Adams, et, de 1825 à 1829, pour John Quincy Adams. Une dizaine de villes américaines portent aussi leur nom. Anecdote : Le président John Adams sera le premier président des États-Unis à habiter la Maison-Blanche à partir de 1800. La Maison-Blanche est ainsi devenue la résidence officielle des présidents américains. Homonyme : « Walter S. Adams » (1876-1956) était un astronome allemand qui dirigea l’observatoire du mont Wilson ; des astronomes ont même donné son nom à un toponyme sur la Lune.

ADAMS, John (1760-1829), marin anglais. Toponyme : « Adamstown » est le seul village de l’île de Pitcairn située par 25°04’S et 139°05’W ; il a été nommé ainsi en souvenir de ce marin qui fut le seul survivant de la mutinerie du Bounty , habitant cette île avec dix femmes et leurs nombreux enfants. Ce village ne compte actuellement que cinquante habitants. Homonyme : Le navigateur anglais « William Adams » (1564-1620) a piloté le navire Erasmus qui fut le premier navire hollandais à atteindre le Japon, en 1599.

ADAMS, John (né en 1947), compositeur américain. Événement : L’opéra The Death of Klinghoffer d’Adams, a été diffusé en direct, le samedi 15 novembre 2014, sur les écrans géants d’une dizaine de milliers de salles de cinéma, réparties dans une trentaine de pays à travers le monde, depuis le Metropolitan Opera de New York.

ADDISON, Thomas (1793-1860), médecin anglais. Maladie : La maladie « d’Addison » a été décrite en 1855 par ce médecin : elle concerne une insuffisance chronique des glandes surrénales lentes.

ADÉLAÏDE de Saxe Meininghen (1792-1849), reine de Grande-Bretagne et d’Irlande. Toponyme : « L’île Adélaïde » se situe près de la péninsule Antarctique par 67°30’S et 68°W. Son point culminant, le mont Gaudry, s’élève à 2 316 mètres d’altitude. Cette île a été découverte le 16 février 1832, par le navigateur anglais John Biscoe (1794-1843) avec ses navires Tula et Lively . On trouve dans cette île la base scientifique anglaise de Rothera installée, avec son terrain d’aviation, en décembre 1976. Cette île a été nommée ainsi en hommage à la reine Adélaïde, épouse de Guillaume IV, roi de Grande-Bretagne et d’Irlande de 1830 à 1837. Le mont Liotard qui culmine à 2 225 mètres d’altitude dans cette île, a été nommé ainsi en hommage à André-Franck Liotard qui dirigea, en 1949-1950 le premier hivernage dans la base française de Port-Martin en Terre Adélie. Par ailleurs, le mont Bouvet qui culmine à 2 073 mètres d’altitude a été nommé ainsi en hommage au navigateur français Jean-Baptiste Bouvet de Lozier (1705-1786) qui a découvert le 1 er janvier 1739 l’île qui porte maintenant son nom, pensant à l’époque que c’était le continent austral qu’il nomma alors le cap de la circoncision. Voir Bouvet. Toponyme 2 : L’archipel de la « Reine-Adélaïde » se situe au Chili par 50° de latitude Sud ; il comprend notamment l’île du Duc-d’York. Toponyme 3 : La ville « d’Adélaïde » est la capitale de l’État d’Australie-Méridionale. Homonyme : La reine « Adélaïde de Savoie » (morte en 1154) épousa, en 1115, le roi Louis VI le gros (1081-1137) ; elle devint la première abbesse du monastère de femmes qu’elle créa à Montmartre, en 1133. Devenue veuve à la mort de Louis VI en 1137, elle épousa alors Mathieu de Montmorency (mort en 1160).

ADÈLE (Sainte) (morte en 735), fille du roi Dagobert II. Fête : On souhaite la fête de « sainte Adèle », le 24 décembre , en souvenir de la fille de Dagobert II (652-679), roi d’Austrasie entre 676 et 679, qui deviendra abbesse bénédictine au monastère de Pfalz en Rhénanie.

ADÉLIE : Voir DUMONT d’URVILLE.

ADELINE (Sainte) (morte le 20 octobre 1125), abbesse à Mortain en Normandie. Fête : On souhaite la fête de « sainte Adeline » ou « sainte Aline », le 20 octobre , en souvenir de cette abbesse qui dirigea un monastère près de Coutances (50).

ADELPHE (Saint) (mort le 11 septembre 670), abbé de Remiremont. Fête : On souhaite la fête de « saint Adelphe », le 11 septembre , en souvenir de cet abbé qui fut responsable de l’abbaye de Remiremont (88) dans les Vosges.

ADELSON, Sheldon G. (né le 1 er août 1933), milliardaire américain. Groupe : Le groupe hôtelier américain « Las Vegas Sands Corp » a été fondé par Sheldon Adelson, pour créer des hôtels et casinos prestigieux à Las Vegas puis à Macao, parmi lesquels le « Las Vegas Venitian » inauguré à Las Vegas en 2000 sur l’emplacement même de l’ancien hôtel Sands détruit pour lui faire de la place, le Palazzo inauguré à Las Vegas en 2007, et le Macao Venitian inauguré à Macao en 2007. Le groupe Sands possède aussi le Sands Convention Center de Las Vegas. Il faut noter que les deux premières lettres de Sands correspondent aux initiales de Sheldon Adelson, fils d’un chauffeur de taxi de Boston, qui est ainsi devenu l’un des hommes les plus riches au monde. Pour mémoire : Le Portugal a rétrocédé Macao à la Chine le lundi 20 décembre 1999. Depuis, les casinos de luxe sont encore plus nombreux (on en compte plus de 30 !) ; ils font rentrer beaucoup de devises sur cet ancien territoire portugais de 30 km 2 acquis en l’an 1557 !

ADENAUER, Konrad (1876-1967), chancelier de la République fédérale d’Allemagne (RFA), de 1949 à 1963. Salle : La salle « Adenauer » est l’une des salles du Palais des Congrès du Touquet (62) qui est notamment utilisée pour projeter des films lors du Figra du Touquet (Festival International du Grand Reportage d’Actualité et du documentaire de société). La 23 e édition s’y est déroulée du 30 mars au 3 avril 2016.

ADER, Clément (1841-1925), aviateur français. Musée : Le Musée « Clément-Ader » est implanté à Muret (31), sa ville natale située à 25 kilomètres au sud-ouest de Toulouse ; il rend hommage au père de l’aviation qui inventa le mot « avion » et qui effectua le premier décollage de l’histoire d’un « plus lourd que l’air » sur 50 mères avec son avion Éole le 9 octobre 1890, objet du brevet n°203 155, puis un second vol sur 300 mètres le 14 octobre 1897 à Satory, avec son avion Aquilon à deux hélices. Compte tenu de ses deux premiers vols en avion, l’aéro-club sera cofondé, le 20 octobre 1898, par Ernest Archdeacon, Henri Deutsch de la Meurthe, le marquis de Dion, et Louis Blériot. Ce club, reconnu d’utilité publique, prendra le nom d’aéro-club de France, le 20 avril 1909. Cent ans plus tard, à Paris, une vingtaine d’avions mythiques seront exposés sur les Champs-Élysées en octobre 1998. Entrepôt : L’entrepôt « Clément Ader » se situe dans la rue éponyme à Calais (62). Des bénévoles gèrent cet entrepôt pour approvisionner les migrants en attente de pouvoir passer en Grande-Bretagne. Philatélie : La Poste française a émis, en 1938, un timbre à l’effigie de « Clément Ader », avec une nouvelle valeur en 1941.

Adidas : Voir DASSLER.

ADLER, Jacques (né au XIX e siècle), joaillier suisse d’origine turque… Autre génération : ADLER Carlo, Franklin et Leylâ (nés au XX e siècle), descendants du précédent… Marque : Jacques Adler a créé sa première joaillerie « Adler » à Istanbul, en 1886 ; ses descendants développeront ce commerce luxueux en créant de nouvelles boutiques « Adler » à Genève et à Gstaad en Suisse, à Londres en Angleterre, à Moscou en Russie, à Hongkong en Chine, à Tokyo au Japon, et à Dubaï aux Émirats arabes unis. La boutique de Genève a été inaugurée le 26 mai 1972.

ADOLPHE (Saint) (mort le 11 février 1224), évêque d’Osnabrück. Fête : On souhaite la fête de « saint Adolphe », le 11 février, en souvenir de cet évêque qui visita souvent les pauvres et les malades. Fête nationale 1 : Le 11 février est aussi le jour de la fête nationale en Iran pour commémorer sa Révolution islamique du 11 février 1979. Fête nationale 2 : Le 11 février est également l’un des jours de fêtes nationales du Japon pour commémorer sa fondation, le 11 février 660 avant J.-C., par Jimmu le premier empereur du Japon ; l’empereur actuel est le 125 e empereur de ce pays !

ADONIS, dieu dans la mythologie grecque. Botanique : La fleur « Adonis », de couleur rouge à centre noir, porte le nom de ce jeune homme de grande beauté changé en fleur par Aphrodite pour symboliser à la fois la mort et le renouveau de la nature. Pour cette raison, de nombreux fleuristes portent le nom d’Adonis.

ADORNO, Théodore W. (1903-1969), philosophe et sociologue allemand. Événement : Le prix « Adorno » de la ville de Francfort est décerné tous les trois ans, en alternance avec le prix Goethe et le prix Beckermann.

ADRASTE, roi d’Argos dans la mythologie grecque. Astronomie : « Adraste » est l’un des satellites de la planète Jupiter.

ADRIEN (Saint) (martyrisé le 8 septembre 303), geôlier romain. Fête : On souhaite la fête de « saint Adrien », le 8 septembre, en souvenir de ce geôlier romain qui, chargé de garder des chrétiens par les officiers de l’empereur Dioclétien, se convertira au christianisme et, de ce fait, subira le martyre à Nicomédie, avec eux et avec son épouse Nathalie. Lycée : Le lycée privé sous contrat « Saint-Adrien » est implanté à Villeneuve-d’Ascq (59), ville proche de la Belgique où les cendres de ce saint et de son épouse, sainte Nathalie, ont été transférées au début du XII e siècle. Journée : Le 8 septembre est aussi la journée mondiale de l’alphabétisation désignée par l’Unesco. Fête nationale 1 : Le 8 septembre est également le jour de la fête nationale des vallées d’Andorre pour commémorer le couronnement de la Vierge de Meritxell, sainte patronne de l’Andorre. Fête nationale 2 : Le 8 septembre est enfin le jour de la fête nationale de la Macédoine pour commémorer son indépendance du 8 septembre 1991.

AEGYR, dieu scandinave de la mer. Minerai : « L’aegyrine » est un silicate de fer et de sodium ; elle a été découverte, en 1835, et nommée ainsi d’après ce dieu, très honoré des vikings.

AFCHAIN, Émile (né au XIX e siècle), apprenti confiseur. Marque : Les succulents bonbons « Afchain », plus connus sous le nom de « bêtises de Cambrai », ont été inventés, en 1830 à Cambrai (59) par l’apprenti Émile Afchain dans la petite confiserie de ses parents. Il s’agissait alors d’une erreur de fabrication du jeune apprenti, d’où le nom de ce bonbon qui comprend du sucre cuit, finement parfumé à la menthe, avec une fine rayure de caramel. Ce garçon fut reconnu, lors d’un procès en 1889, comme le seul inventeur de cette spécialité locale, et la maison Despinoy reconnue comme le créateur de cette spécialité qui sera bientôt connue dans toute la France ; en effet l’usine qui fabrique ces bonbons a été agrandie, en 1985, pour atteindre une superficie de 4 000 m 2 et produire chaque année 400 tonnes de « Bêtises de Cambrai » ! Le succès a été tel que la ville voisine de Valenciennes (59) a concocté à son tour les « sottises de Valenciennes »…

AFFLELOU, Alain (né le 1 er janvier 1948), entrepreneur français. Seconde génération : AFFLELOU, Laurent (né au XX e siècle), fils du précédent ; AFFLELOU, Lionel (né au XX e siècle), frère du précédent ; AFFLELOU, Romain (né au XX e siècle), frère des deux précédents ; AFFLELOU, Anthony (né au XX e siècle), frère des trois précédents. Marque : Le réseau d’opticiens « Afflelou », a été fondé, en 1978 par cet opticien qui lui a donné son nom. Alain Afflelou, né en Algérie, arrive en France, en 1962, à l’âge de 14 ans ; il ouvrira son premier magasin Optica à Bordeaux (33) en 1972, un second, en 1975, puis il créa, en 1978, son réseau qui deviendra rapidement le premier réseau franchisé européen, avec plus de 1 000 points de vente en France et en Europe, dont 120 en Espagne, exploités par 300 franchisés. Qui ne connaît pas le célèbre slogan créé en 1986 par Jacques Seguela (né en 1934) : « On est fou d’Afflelou ». Son fils, Romain créera sa propre marque de lunettes, « Romain Afflelou créateur », notamment pour des clubs de football. Alain Afflelou lancera à son tour, en 2014, sa première collection de lunettes solaires griffées à son nom, avec 7 modèles bicolores déclinés en 16 références. Les opticiens « Afflelou » sont gérés en Suisse par Alain Afflelou depuis 1998. Ce réseau sera partiellement racheté par le fonds Bridgepoint entre 2002 et 2006. L’enseigne « Claro by Afflelou » a même proposé des montures à moins 50% fin 2014. Événement : La course à la voile « Solitaire du Figaro » créée en 1970, a été parrainée par Afflelou pendant cinq ans, de 2003 à 2007, d’où son nom…, puis parrainée en 2017 par Urgo.

AFFLIGEM, abbaye bénédictine créée en 1074 dans le Brabant flamand. Brasserie : La célèbre brasserie d’Opwijk y a été créée il y a près d’un millénaire !...

AFRIQUE, continent situé entre l’océan Atlantique, l’océan Indien, la mer Rouge et la mer Méditerranée. Statue : La statue en marbre « l’Afrique », est érigée dans les jardins du château de Versailles (78) ; elle a été sculptée entre 1675 et 1682 par Georges Sibrayque (1650-1682) et Jean Cornu (1650-1710).

AGA KHAN III, Sir Sultan Muhammad Shah (2/11/1877-11/7/1957), prince ismaélien… Troisième génération : AGA KHAN IV, Karim (né le 13 décembre 1936), petit-fils du précédent… Fondation : La Fondation « Aga Khan Development Network » (AKDN) a été créée à Genève en 1967 par Karim Aga Khan IV, afin de développer des hôpitaux et des écoles en Asie et en Afrique. Son Altesse, Karim Aga Khan IV, est le 49 e Imam des musulmans chiites ismaéliens. Il descend en ligne directe du prophète Mahomet (570-632), et succéda à son grand-père Aga Khan III, selon ses dernières volontés, le jour de sa mort, survenue le 11 juillet 1957. On se rappelle que Sir Sultan Mohammed Shah Aga Khan avait présidé, en 1937, la Société des Nations (SDN) installée en Suisse ; elle sera remplacée en 1945 par l’Organisation des Nations Unies (ONU). Les élèves de l’ENA, intégrés en 1947, ont, par ailleurs, choisi « Les Nations Unies » comme nom de leur promotion 1948-1949. Université : L’université « Aga Khan » est implantée à Karachi au Pakistan. Événement : Le prix d’architecture « Aga Khan » est le plus doté au monde ; il est remis tous les trois ans aux meilleurs architectes mondiaux. Écurie : La famille Aga Khan, très riche et très philanthrope, possède une écurie de chevaux de course.

AGASSIZ, Louis (1807-14/12/1873), géologue et glaciologue suisse. Seconde génération : AGASSIZ, Alexandre (1835-1910), biologiste américain, fils du précédent. Toponymes 1 : « Les glaciers Agassiz » se situent aux îles Kerguelen, en Argentine et en Alaska. Toponyme 2 : « Le mont Agassiz » se situe en Californie, il s’élève à 4 235 mètres d’altitude. Toponyme 3 : « Le cap Agassiz » se situe dans la péninsule Antarctique, sur la côte de Wilkins par 68°30’S et 62°30’W, face à la banquise de Larsen dont un bloc de 1000 milliards de tonnes de glace s’est détaché le 12 juillet 2017. Ces trois toponymes rendent hommage à ces deux scientifiques et tout spécialement à Alexandre Agassiz qui explora les trois océans, à bord du navire Blake entre 1877 et 1880, et à bord de l’ Albatros en 1899 et 1900. Il mourra en mer lors de sa dernière campagne en 1910, à l’âge de 75 ans… Homonyme : Sir Peter Blake (1948-2001) était un grand navigateur néo-zélandais tué à Macapa, au Brésil.

AGATHE (Sainte) (brûlée vive le 5 février 251), vierge chrétienne sicilienne. Fête : On souhaite la fête de « sainte Agathe », le 5 février , en souvenir du jour de la mort de cette jeune chrétienne qui se réfugia d’abord à Malte, pour subir ensuite le martyre, les seins tranchés sur des charbons ardents à Catane en Sicile au pied de l’Etna qui culmine à 3 323 mètres d’altitude, pour avoir refusé de coucher, selon un mot actuel, avec le gouverneur de la région ; elle fut alors brûlée vive ! C’est la sainte patronne de la Sicile, de l’île de Malte, de Palerme, des bergères, des bijoutiers, des fondeurs de cloches, des nourrices et des tisserands, en souvenir bien évidemment de son supplice très particulier. Édifice souterrain : Les catacombes de « Sainte-Agathe » se situent à Mdina-Rabat, l’ancienne capitale de Malte où elle se cacha pendant plusieurs mois.

ÂGE. 1) « L’âge de la pierre taillée » se situe durant le Paléolithique, soit entre 1,8 million d’années à 8 000 ans avant J.-C. 2) ; c’est notamment l’époque de l’homme de Neandertal qui va de 140 000 à 40 000 avant J.-C., puis l’époque de l’homme de Cro-Magnon qui va de 40 000 à 3 000 avant J.-C. 2) « L’âge de la pierre polie » se situe durant le Néolithique, soit entre 8 000 ans avant J.-C. et 3 000 ans avant J.-C. 3) « L’âge du bronze » se situe entre 3 000 ans et 800 ans avant J.-C. 4) « L’âge du fer » commence 800 ans avant J.-C. 5) « L’âge d’or » correspond, depuis le XX e siècle, au départ à la retraite des travailleurs qui achètent parfois des bijoux en or en entrant dans le « troisième âge ». 6) « Le quatrième âge » correspond à la vieillesse extrême.

AGNELLI, Giovanni (13/8/1866-1945), industriel italien. Seconde génération : AGNELLI, Eduardo (1892-1935), fils du précédent. Troisième génération : AGNELLI, Gianni (12/3/1921-24/1/2003), fils du précédent ; AGNELLI, Umberto (1 er /11/1934-27/5/2004), frère du précédent. Quatrième génération : AGNELLI, Margherita (née le 26 octobre 1955), fille cadette de Gianni. Cinquième génération : ELKANN, John (1 er /4/1976), fils aîné des huit enfants de la précédente et d’Alain Elkann (né en 1949) … Groupe : Le groupe « Agnelli » a été fondé par Gianni Agnelli, petit-fils de Giovanni Agnelli, le fondateur de Fiat, en 1899 ; il contrôle notamment la firme des automobiles Fiat et de nombreux groupes mondiaux dont le Club Med. Eduardo Agnelli créa la grande station italienne de sports d’hiver de Sestrières en 1934 avant de mourir d’un accident d’avion l’année suivante. Gianni Agnelli a été PDG de Fiat de 1966 à 1996 ; il a acheté, en 1983, le palazzio grassi de Venise, puis a laissé sa place à son frère Umberto qui mourra le 27 mai 2004… John, le fils de Margherita, sera alors nommé vice-président de Fiat le 30 mai 2004, puis président d’Ifil en mai 2008. Événements : Le groupe « Agnelli » possède des participations dans la prestigieuse écurie Scuderia Ferrari en formule 1, dans la Juventus de Turin en football, et dans le défi suisse de la coupe de l’América en voile.

AGNÈS (Sainte) (362-21/1/375), vierge et martyre romaine. Fête : On souhaite la fête de « sainte Agnès », le 21 janvier , en souvenir du jour de la mort de cette jeune fille qui subira le martyre à l’âge de 13 ans pour rester vierge ; c’est la sainte patronne des jeunes filles et des fiancés. Elle est invoquée dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion de grands événements religieux. Toponyme : Le village de « Sainte-Agnès » (06), se situe à quatre kilomètres au nord-ouest de Menton, près de la frontière franco-italienne ; c’est le village littoral le plus élevé d’Europe, à 750 mètres d’altitude. Depuis le fort Maginot, on a une vue superbe sur la mer Méditerranée.

AGOSTINI, Alberto de (1883-1960), explorateur italien. Toponyme : Le Parc national « d’Alberto de Agostini » se situe en Terre de Feu chilienne, à l’ouest de la Cordillère Darwin ; il couvre une superficie de 14 600 km 2 avec un important glacier en son centre. Il a été nommé ainsi en souvenir de cet explorateur qui effectua de nombreuses expéditions en Terre de Feu, de 1913 à 1924, de 1928 à 1932, et même en 1955 à l’âge de 72 ans.

AGRIPPA, Marcus Vispanius (63-12 avant J.-C.), général romain. Voie : L’ancienne voie romaine « Agrippa » va de Milan à Boulogne-sur-Mer (62) ; c’était l’une des principales voies de communication de la Gaule. On en trouve encore de nombreux vestiges, notamment près de Vézelay (89), qui sont parcourus à pied par les pèlerins, de Rome jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle. La construction de cette voie a été réalisée de 26 à 19 avant Jésus-Christ, sur ordre de ce général, d’où son nom. Il officia en effet sous Auguste (63 avant J.-C.-14 après J.-C.), qui sera empereur romain de 27 avant J.-C. à 14 après J.-C. Statue : La statue en bronze « d’Agrippa sur son char » a été érigée en l’an 27 avant J.-C. dans l’Acropole d’Athènes.

AGUESSEAU, Henri-François d’ (27/11/1668-9/5/1751), magistrat français. Lycée : Le lycée « d’Aguesseau » est implanté à Boulogne-Billancourt (92). Fondation : La Fondation « d’Aguesseau » a été créée par le décret du 9 juin 1954. Statue : Une statue « d’Aguesseau » se dresse face à l’Assemblée nationale de Paris. Promotion : Les élèves de l’ENA, intégrés en 1980, ont choisi « Henri-François d’Aguesseau » comme nom de leur promotion 1981-1982.

AGUETTANT, Noël (né au XIX e siècle), entrepreneur français… Troisième génération : AGUETTAN, Ariel (né au XX e siècle). Quatrième génération : AGUETTAN, Sébastien, président. Groupe : Le groupe pharmaceutique « Aguettant » a été créé en 1903 ; il est spécialisé dans les médicaments injectables et dans les bios médicaments, dirigé par Sébastien Aguettant.

AÏCHA (614-678), 3 ème épouse favorite du prophète Mahomet. Événement : Le rallye automobile « Aïcha des gazelles » est organisé chaque année au Maroc ou en Mauritanie par Maïenga. Des centaines de femmes, une pilote et une navigatrice par 4x4, doivent effectuer un parcours difficile, sans GPS, à travers le désert, avec seulement une boussole, des cartes et des jumelles pour s’orienter. Ce rallye féminin se déroule en terre islamique ; c’est pourquoi il a été nommé ainsi en hommage à cette femme, la favorite du prophète Mahomet (570-632) pendant de nombreuses années et ce jusqu’à la mort du prophète dans ses bras le lundi 8 juin 632. Nota : Le père d’Aicha, Abou Bakr, sera le premier calife, de 632 à 634, après la mort de Mahomet. Anecdote : Lors du rallye « Aïcha des Gazelles » de 1997 qui s’est déroulé en Mauritanie, plusieurs chars à voile, chars à cerf-volant et autres speed-sails, ont participé à la « Transat des sables » également organisée par Maïenga, sur un parcours différent, mais avec regroupement des pilotes tous les soirs au bivouac avec les gazelles pour le dîner. Christian Nau, l’auteur de ce dictionnaire, participait à cette « Transat des sables » à bord d’un char à voile biplace, avec comme coéquipier un jeune et courageux journaliste hémiplégique de 37 ans, Yves Le Guludec, qui est revenu complètement revigoré de cette fabuleuse aventure !

Aigle, rapace au bec crochu qui vole sur les hautes montagnes. Marque : La société « Aigle » a été créée en France, en 1853, par l’Américain Hiram Hutchinson (1808-1869), immigré en France pour confectionner des bottes en latex de référence, et des parkas en Goretex et en duvet. En 2017, le chiffre d’affaires atteint 173 M € !

AILLAGON, Jean-Jacques (né le 2 octobre 1946), ministre français. Loi : La loi « Aillagon » n°2003-709 du 1 er août 2003, concerne le mécénat des entreprises et des particuliers, les dons aux associations et aux Fondations, avec une réduction d’impôt de 66% pour tous les dons. Elle porte le nom du ministre de la Culture qui l’a proposée en 2003.

AIMABLE de Riom (Saint) (mort en 485), curé de campagne. Fête : On souhaite la fête de « saint Aimable », le 18 octobre, en souvenir de ce curé de Riom (63) qui réconforta ses paroissiens les plus pauvres. Homonyme : L’accordéoniste « Aimable » (1922-1997) était un grand spécialiste des bals musettes.

AIMÉ (Saint) (mort le 13 septembre 630), premier abbé du Mont-Habend. Fête : On souhaite la fête de « saint Aimé », le 13 septembre , en souvenir de cet abbé qui fondera un double monastère sur le Mont-Habend près de Remiremont (88) dans les Vosges, pour les moines en bas et les religieuses en haut. Journées : Les journées européennes du patrimoine se déroulent généralement le second week-end de septembre depuis 1984. La 25 e édition s’est déroulée le samedi 13 septembre 2008, jour de la saint Aimé, et le dimanche 14 septembre 2008, avec pour thème les lieux de délices. En 2009, les journées européennes du patrimoine se sont déroulées les 12 et 13 septembre avec pour thème les biens culturels au fil de l’eau. En 2010, les journées européennes du patrimoine se sont déroulées les 11 et 12 septembre, avec pour thème les maisons de la vie et les jardins de la mort. En 2011, les journées européennes du patrimoine se sont déroulées les10 et 11 septembre, avec pour thème un monde sous nos pieds…

AIMÉE (Sainte) (morte le 20 février 1254), moniale au couvent d’Assise. Fête : On souhaite la fête de « sainte Aimée », le 20 février , en souvenir de cette moniale qui trouvera sa vocation grâce à sa tante, sainte Claire, la fondatrice des Clarisses ; elle se consacrera à la prière jusqu’à sa mort au couvent de Saint-Damien. Édifice religieux : Un couvent des « Clarisses » a été édifié à Roubaix (59) en 1876.

AIR (L’). Statue : La statue en marbre « L’Air » est érigée dans les jardins du château de Versailles (78) ; elle été sculpté entre 1680 et 1684 par Étienne Le Hongre (1628-1690.

AÏTHIOPS, héros grec au visage brun et buriné. Pays : « L’Éthiopie » a été nommée ainsi d’après le nom de ce héros grec ; sa capitale, Addis-Abeba, se situe dans la corne de l’Afrique à plus de 2 000 mètres d’altitude, elle est reliée à Djibouti par une route et une voie ferrée. Médicaments : Autrefois, certains médicaments mercuriels étaient nommés « éthiops » à cause de leur couleur noire.

AITKEN, Robert Grant (31/12/1864-29/10/1951), astronome américain. Toponyme : Le bassin pôle Sud « Aitken », est le plus grand cratère d’impact de la face cachée de la Lune, avec un diamètre de 2 500 km et -12 km de profondeur ; il a été baptisé ainsi, en 1970, en hommage à cet astronome américain nommé, en 1930, directeur de l’observatoire de Lick situé au sommet du mont Hamilton qui culmine à 1 200 mètres d’altitude à l’est de la ville de San José en Californie où l’on peut admirer la mission franciscaine de San José construite en 1797.

AIX, ville française située en Provence. Confiseries : Les « calissons d’Aix » sont fabriqués, depuis 1920, par la confiserie du Roy René à Aix-en-Provence (13). Festival : Le « Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence » pourrait s’exporter en Chine et en Russie dès 2016.

AKHMADOULINA, Alena (née le 5 juin 1978), couturière russe. Marque : La collection de vêtements d’été « Akhmadoulina » a été présentée par cette couturière russe, née à Saint-Pétersbourg, lors de son premier défilé de mode haute couture, présenté à Paris en octobre 2005.

ALADIN (né au XIII e siècle), chef religieux des ismaéliens. Objet : La lampe « Aladin » est un style de lampe marocaine, nommée ainsi d’après une lampe merveilleuse dans le conte populaire des Mille et Une nuits, racontée par Shéhérazade, l’épouse d’un sultan arabe. Éditions : Le magazine « Aladin », publié depuis 1987, est la bible des chineurs et des ventes aux enchères.

ALAÏA, Azzedine (né en 1935), couturier français d’origine tunisienne. Marque : Les vêtements en prêt-à-porter « Alaïa » sont soutenus par le groupe italien Prada depuis 1999. Ce couturier est arrivé à Paris en 1957 pour commencer une brillante carrière et créer sa marque « Azzedine Alaïa » en 1965.

ALAIN (Saint) (mort le 9 septembre 1475), dominicain français. Fête : On souhaite la fête de « saint Alain », le 9 septembre , en souvenir de ce dominicain qui développera l’utilisation du chapelet en Europe occidentale pour rendre hommage à Sainte Marie : Je vous salue Marie, pleine de grâce… Édifice religieux : La cathédrale gothique « Saint-Alain » de Lavaur (81) a été construite en briques entre 1255 et 1300 ; c’est l’une des merveilles de cette région. Fête nationale : Le 9 septembre est aussi le jour de la fête nationale de la République populaire de Corée pour commémorer sa fondation le 9 septembre 1991, une semaine avant son entrée à l’ONU.

ALAMINOS, Anton de (1482-1520), pilote espagnol. Toponyme : « Le canyon sous-marin Alaminos » se situe dans le golfe du Mexique. Il a été nommé ainsi en hommage au pilote de Christophe Colomb (1450-1451) lors de son quatrième voyage vers le Nouveau-Monde, en 1502, et qui découvrit en 1511 le courant du Gulf Stream, aide précieuse pour le retour des navires en Europe ; il pilota en 1519 l’armada du conquistador espagnol Hernán Cortés (1485-1547) entre Cuba, l’île de Cozumel, et le Mexique continental, avec seulement 600 hommes armés.

ALAMO, Frank (né le 12 octobre 1943), chanteur français. Toponyme : Le fort « Alamo » se situe au Texas ; il a été pris par 5 000 Mexicains en mars 1836, et le trappeur Davy Crockett y fut tué après une résistance courageuse. En fait, Frank Alamo est le pseudonyme de Jean-François Grandin. Ses chansons, parmi lesquelles Biche ô ma biche seront des tubes dans les années 1960.

ALASKA, état américain le plus septentrional des États-Unis. Exposition : Le musée de Boulogne-sur-Mer (62) a présenté l’exposition « Alaska », du 25 juin au 5 décembre 2016. Sommet : Le plus haut sommet américain, le mont Mc Kinley se situe en Alaska ; il culmine à 6 194 mètres d’altitude. Cap : Le cap Barrow est le plus septentrional de l’Alaska ; il se situe face à l’Océan Glacial Arctique par 71°N et 156°47’E.

ALBAN (Saint) (décapité le 22 juin 287), chrétien anglais. Fête : On souhaite la fête de « saint Alban », le 22 juin , en souvenir du jour de la mort de ce chrétien qui se fera passer pour un prêtre fugitif afin de le sauver ; ce sera le premier martyr de Grande-Bretagne qui sera décapité en haut d’une colline, dans le comté d’Hertfordshire, après avoir réalisé un miracle en priant le seigneur. Il asséchera une rivière lui permettant de se rendre plus vite sur les lieux de son supplice. Hôpital : L’hôpital de « Saint-Alban-sur-Limagnole » se situe en Lozère (48). Toponyme 1 : La ville anglaise de « Saint Albans », située au nord de Londres, a été nommée ainsi en souvenir de ce chrétien qui y a subi le martyre. Toponyme 2 : La ville française de « Saint-Alban-les-Eaux » (42) est réputée depuis plus de 2000 ans pour son eau minérale naturellement gazeuse.

ALBANE, Camille (1943-2005), créatrice de salons de coiffure. Marque : Les salons de coiffure franchisés « Camille Albane » ont été créés en 1994 par le groupe Jacques Dessange International. Cette enseigne porte le nom de sa fondatrice, et compte actuellement plus de 300 salons ; elle devrait progresser très rapidement, en proposant aussi ses produits capillaires.

ALBANEL, Christine (née le 25 juin 1955), ministre française de la Culture et de la Communication. Projet de loi : Le projet de loi « Albanel » sur la réforme de l’audiovisuel public (Radio-France et France Télévisions) a été présenté le 22 octobre 2008 en conseil des Ministres.

ALBE de Tormes, Ferdinand Alvare de Tolède, 3 e duc d’ (29/10/1507-11/12/1582), gouverneur des Pays-Bas espagnols de 1567 à 1573. Objets : Les « ducs-d’Albe » sont de grands pieux ou pylônes le long desquels les pontons des marinas coulissent avec la marée ; ils ont été nommés ainsi en souvenir de ce duc qui faisait amarrer ses bateaux à des pieux au Portugal. Opéra : L’opéra « Duc d’Albe » est un opéra en quatre actes dont le héros principal est ce duc portugais joué, dès 1838, sur une musique du compositeur italien Gaetano Donizetti (1797-1848), et sur un livret d’Eugène Scribe (1791-1861) et de Charles Duveyrier.

ALBERT (1819-mort de la fièvre typhoïde en 1861 à l’âge de 42 ans), époux de la reine Victoria : Voir Victoria I ère (1819-1901).

ALBERT I er (13/11/1848-26/6/1922), prince de Monaco, de 1889 à 1922, et grand océanographe... Quatrième génération : ALBERT II (né en 1958), prince de Monaco depuis 2005, marié religieusement le 2 juillet 2011 avec Charlène Wittstock (née le 25 janvier 1978. Cinquième génération : Deux enfants jumeaux, nés le mardi 10 décembre 2014 : Gabriella à 17 h 04 et Jacques à 17 h 06. Fondation : La Fondation « Albert I er » a été créée en 1906 par le prince de Monaco pour développer l’enseignement de l’océanographie à Paris, avec des expositions à Monaco. Il était en effet un océanographe averti qui organisa et participa à 28 campagnes océanographiques, de 1885 à 1915, avec ses navires Princesse Alice et Princesse Alice II . Voir Princesse Alice. Événement : Le Grand prix d’océanographie « Prince-Albert 1 er » a été créé en 1971. Institut : L’Institut océanographique « Fondation Albert I er », est dirigé depuis 2007 par l’explorateur polaire français Jean-Louis Étienne. Ce majestueux bâtiment de 100 mètres de long surplombe la mer à flanc de falaise. Ses aquariums permettent de découvrir plus de 6 000 spécimens. Son musée océanographique mesure 10 mètres de hauteur sur 18 mètres de large, son exposition sur les requins est vraiment passionnante, et l’île aux tortues installée sur 600 m 2 au sommet du bâtiment est un espace ludique pour les enfants. Toponymes 1 et 2 : « La Terre Albert 1 er » et « le glacier de Monaco », situés dans le nord-ouest de l’archipel norvégien du Spitzberg, ont été nommés ainsi en hommage à cet océanographe, prince de Monaco de 1889 à 1922, qui fonda, le 29 mars 1910, le Musée océanographique de Monaco, puis l’Institut océanographique de Paris. Il organisa une douzaine d’expéditions océanographiques, avec son navire Princesse Alice et quatre expéditions scientifiques au Spitzberg, en 1898, 1899, 1906 et 1907, avec son second navire Princesse Alice II. Un siècle plus tard, en 2005, son arrière-petit-fils, Albert II (né en 1958) se rendra à son tour au Spitzberg. Voir Albert II. Toponymes 3 et 4 : La passe du « Prince Albert » et les îles du « Prince de Monaco » se situent aux îles Kerguelen ; voir le livre Toponymie des Terres Australes publié en 1973 par la commission territoriale de Toponymie avec le concours de madame G. Delepine. Toponyme 5 : Le quai « Albert 1 er » se situe face au Port Hercule de Monaco. « Toponyme 6 : « Le jardin Albert 1 er » se situe à Nice (06), face à la Promenade des Anglais. Toponyme 7 : La digue-Promenade « Princes de Monaco » du Touquet (62) a été inaugurée par S.A.S. Albert II, prince souverain de Monaco, le jeudi 10 septembre 2015, en présence de Daniel Fasquelle Député-maire du Touquet-Paris-Plage, des membres du conseil municipal et de Frédéric Lecomte-Dieu. Philatélie : La Principauté de Monaco a émis de nombreux timbres à l’effigie ou en hommage au prince « Albert 1 er de Monaco ». Parmi ceux-ci, on peut notamment citer un superbe timbre panoramique émis, en 1998, pour célébrer le 150 e anniversaire de sa naissance et rappeler ses principales activités. Les timbres de la principauté de Monaco sont émis depuis 1937 par l’Office des Émissions de Timbres-Poste (O.E.T.P.), créé par S.A.S. le prince Louis II de Monaco. Pour mémoire : Le tout premier timbre de l’histoire humaine, baptisé Penny Black, a été émis en Grande-Bretagne le mercredi 6 mai 1840.

ALBERT 1 er (1875-1934), roi des Belges de 1909 à 1934... Troisième génération : ALBERT II (né le 6 juin 1934), petit-fils du précédent, roi des Belges de 1993 jusqu’à son abdication le 3 juillet 2013. Toponyme 1 : « La Ville d’Albertville » se situe dans l’est de l’ex-Congo belge, sur les rives du lac Tanganyika, la plus importante réserve d’eau la planète après le lac Baïkal ; elle a été nommée ainsi en hommage au roi des Belges de 1909 à 1934, qui mourut accidentellement. Cette ville sera rebaptisée Kalemie lors de la création du Zaïre, en 1971, lequel État sera rebaptisé République démocratique du Congo en 1997. Toponyme 2 : Le cours « Albert I er se situe sur la rive droite de la Seine à Paris. Pour mémoire : Les berges de la Seine, entre les ponts de Sully et d’Iéna à Paris, sont inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco depuis le 27 décembre 1991. Canal : Le canal « Albert » a été construit pour relier la Meuse au port d’Anvers en Belgique ; la Meuse et ce canal sont franchis d’un seul tenant depuis 1994 par un grand pont haubané entre les villes d’Herstal et de Wandre situées dans la banlieue nord-est de Liège. Édifice : La bibliothèque royale « Albert 1 er », dite l’Albertine, a été fondée à Bruxelles en 1837 ; elle comprend plus de 2 millions de volumes ! Elle a été nommée ainsi en hommage au roi des Belges qui s’opposa énergiquement, en 1914, à la violation des frontières de son pays par les troupes allemandes. Statue : La statue équestre du roi des belges « Albert 1 er » est érigée sur un socle de marbre, face à la place de la Concorde à Paris.

ALBERT II de Monaco (né le 14 mars 1958), prince de Monaco depuis 2005, marié religieusement le 2 juillet 2011 avec Charlène Wittstock (née le 25 janvier 1978). Seconde génération : Deux enfants jumeaux, nés le mardi 10 décembre 2014 : Gabriella à 17 h 04 et Jacques à 17 h 06. Fondation : La Fondation « Albert II de Monaco » est dédiée à la protection de l’environnement au niveau mondial et au développement durable ; elle a été créée le mardi 27 juin 2006 par le prince de Monaco, sensibilisé par la beauté de notre planète. La septième cérémonie de remise des prix s’est déroulée le dimanche 12 octobre 2014 à Palm Springs, en Californie. Trois prix ont été décernés : Le prix du changement climatique, le prix de l’eau et le prix de la diversité. Titres des enfants légitimes d’Albert II : Le prince héréditaire, Jacques, sera marquis des Baux en Provence ; Gabriella sera comtesse de Cerladès en Auvergne. 21 coups de canons ont été tirés pour chaque bébé. Nota : Les deux autres enfants du prince de Monaco, Jazmin Grace (née en 1992) dont la mère est une serveuse américaine, et Alexander (né en 2003) dont la mère est une ancienne hôtesse de l’air, ne pourront pas lui succéder. Expédition : En 2005, Albert II s’est rendu au Spitzberg, archipel norvégien, sur les traces de son arrière-grand-père Albert 1 er , quelques jours seulement après avoir succédé à son père Rainier III (1923-2005), puis il effectua un grand raid en traîneaux à chiens jusqu’au pôle Nord en avril 2006, depuis la base russe de Barnéo située sur la banquise par 89° de latitude Nord. Cirque : Le prince Albert II de Monaco préside le Festival International du Cirque de Monte-Carlo. La 39 e édition s’est déroulée du 15 au 25 janvier 2015 au Chapiteau de Fontvieille ; elle était suivie par la 4 e New Generation pour les jeunes artistes qui s’est déroulée du 31 janvier au 1 er février 2015. La 41 e édition s’y est déroulée en 2017.

ALBERT de Saxe Terschen (1738-1822), duc autrichien. Musée : Le Musée « Albertina » de Vienne a été fondé du temps de Mozart par ce duc autrichien, d’où son nom ; il contient des dizaines de milliers d’aquarelles, de dessins, d’estampes et de photographies.

ALBERT le grand (Saint) (1193-15/11/1280), théologien allemand. Fête : On souhaite la fête de « saint Albert », le 15 novembre , en souvenir du jour de la mort de cet éminent théologien et philosophe dominicain qui entre chez les dominicains en 1210, à l’âge de 17 ans, pour être ensuite nommé évêque de Ratisbonne. Après deux années, il renonce à cette charge pour instruire la jeunesse. Saint Albert sera proclamé docteur Universalis de l’Église en 1931 ; c’est le saint patron des chimistes, des naturalistes et des savants. L’humaniste et théologien Jacques Lefèvre d’Étaples (1455-1537) écrit, en 1537, que les trois plus grands génies produits par l’humanité sont saint Albert le Grand (1193-1280), le philosophe grec Aristote (384-322 avant J.-C.), et le roi d’Israël Salomon (de 972 à 932 avant J.-C).

ALBERTA, Louise Caroline (18/3/1848-3/12/1939), princesse britannique. Toponyme : Le lac « Louise » se situe près de la ville de Banff, dans la province de l’Alberta au Canada ; il a été découvert en 1882 par l’explorateur Tom Wilson qui l’a alors nommé le lac aux petits poissons. Il sera renommé plus tard lac Louise en hommage à l’une des cinq filles de la reine Victoria. Toponyme 2 : Le mont « Alberta » qui culmine à 3 619 mètres d’altitude, se situe dans la province de l’Alberta au Canada. Toponyme 3 : La province canadienne de « l’Alberta » porte le premier prénom de cette princesse qui épousa en 1871 Sir John Douglas Sutherland Campbel, marquis de Lorne et 9 duc d’Argyll (1845-1914), qui sera gouverneur du Canada de 1878 à 1883. On comprend ainsi parfaitement l’origine de ces trois toponymes canadiens…

ALBERTAS, Jean-Baptiste d’ (1716-1790), administrateur français. Toponyme : Les jardins « d’Albertas » se situent à Bouc-Bel-Air (13), près d’Aix-en-Provence ; ils ont été aménagés à partir de 1751 par cet administrateur qui sera alors président de la Cour des comptes de cette région ; ils seront restaurés à partir de 1949 par Jean d’Albertas, puis classés aux Monuments Historiques en 1990.

ALBRECHT, Karl (20/2/1920-16/7/2014), créateur allemand de magasins ; ALBRECHT, Théo (28/3/1922-24/6/2010), frère du précédent. Magasins : Les magasins de hard discount « Aldi » portent des deux premières lettres d’Albrecht et les deux premières lettres de Discount. Les premiers magasins Aldi à prix cassé ont été créés en Allemagne par les frères Karl et Théo Albrecht. Depuis, il y en a déjà plus de 4 000 en Europe ! La richesse de ces deux frères correspondait, en 2010, à la trentième fortune mondiale. Homonyme : « Berthie Albrecht » (1895-1943) était une héroïne de la Résistance. Philatélie : la Poste française a émis, en 1983, un timbre à l’effigie de Berthie Albrecht pour célébrer le quarantième anniversaire de sa mort, le 9 juin 1943, à la prison de Fresnes, dans des conditions non élucidées. Elle repose dans la crypte du Mémorial de la France combattante avec Renée Lévy (1906-1943).

ALBRET, Jeanne d’ (1528-1572), reine de Navarre. Lycée : Le lycée « Jeanne-d’Albret » se situe à Saint-Germain-en-Laye (78) ; il a été nommé ainsi en souvenir de la mère d’Henri IV (1553-1610), roi de France de 1589 à 1610. Pour mémoire : La Poste française a émis, en 1966, un timbre représentant le superbe château de cette ville.

ALBUQUERQUE, Alfonso de (1453-9/1515), navigateur et conquistador portugais. Toponyme : La ville « d’Albuquerque » se situe dans l’État du Nouveau-Mexique aux États-Unis ; elle a été nommée ainsi en souvenir de ce conquistador qui effectua de nombreux voyages maritimes dans l’Océan Indien, de 1503 à 1505, au cours desquels il découvrit Zanzibar et Madagascar. Il conquit notamment Mascate en 1507, l’île d’Ormuz en 1507, Goa en 1510, Malacca en 1511, l’île de Socotra en 1512 et, de nouveau, Ormuz en 1514. Il était vice-roi des Indes, de 1509 à 1515. Albuquerque avait beaucoup de qualités : il était actif, prévoyant, sage, humain, désintéressé et juste. Albuquerque mourra en mer, en septembre 1515, au large de Goa. Édifice : La petite forteresse « Albuquerque » de Malacca, en Malaisie, se situe au pied de la colline Saint-Paul ; elle a été édifiée en 1511 par ce conquistador qui lui a donné son nom.

ALCATRAZ, îlot situé dans la baie de San Francisco. Édifice : « La prison d’Alcatraz » a été mise en service sur cet îlot en 1934 ; elle a fermé ses portes le jeudi 21 mars 1963. On pouvait la visiter dans les années 1980. Film : Le film américain « L’Évadé d’Alcatraz » de Don Siegel, avec l’acteur Clin Eastwood, est sorti en 1979 ; il raconte la seule triple évasion réussie, de 1960 à 1963.

ALCYONE, fille du vent dans la mythologie grecque. Navire : Alcyone I et Alcyone II étaient les deux derniers navires océanographiques du commandant Jacques-Yves Cousteau (1910-1997) avec lesquels il a parcouru tous les océans du globe, avec des scientifiques et des cinéastes, pour nous ramener de superbes films animaliers, sous la mer, sur terre et dans les airs. Ces navires ont remplacé La Calypso à partir de 1985 ; ils étaient équipés de « turbo voiles » conçues par le professeur Lucien Malavard (1910-1990) et l’ingénieur Bertrand Charrier afin de profiter de la propulsion éolienne complémentaire pour économiser ainsi 30% de gas-oil. Ces navires ont été baptisés ainsi d’après l’une des sept filles du géant Atlas qui sera à l’origine de la constellation des pléiades dans mythologie grecque. La Calypso , quant à elle, pourrait être exposée sur l’un des quais de Monte-Carlo, dès 2016, en vue d’une éventuelle restauration sur plusieurs années, pour rendre hommage au commandant Cousteau et aux plongeurs qui ont exploré tant de fonds sous-marins, en Méditerranée, sur les côtes africaines, en Antarctique et sur la barrière de Corail. Voir Cousteau.

ALDA (sainte) (morte le 26 avril 1309), infirmière toscane. Fête : On souhaite la fête de « sainte Alda », le 26 avril, en souvenir de cette sainte qui se retirera dans la banlieue de Sienne après la mort de son mari pour y prier Jésus, distribuer ses biens aux pauvres et soigner les malades à l’hôpital de Sienne. Plusieurs miracles se produiront près de son tombeau dans l’église Saint-Thomas de Sienne en Italie.

ALDRICH, Pelham (1844-1930), explorateur polaire britannique. Toponyme 1 : « Le cap Aldrich » est le cap le plus septentrional de l’île d’Ellesmere par 83°06’N et 70°30’W, à 759 kilomètres du pôle Nord. Ce cap, nommé initialement Columbia, sera renommé ainsi, le 6 juin 1906, par Robert Edwin Peary (1856-1920), de passage près de ce cap, en hommage à l’explorateur polaire qui l’a doublé pour la première fois en octobre 1875, en provenance depuis le navire Alert commandé par George Nares (1831-1915) qui hivernait dans un fjord situé par 82°27’N et 61°21’W, non loin de l’actuelle station météorologique d’ Alert , la plus septentrionale du globe. Toponyme 2 : « Le canal Aldrich » se situe aux îles Kerguelen, car il a été parcouru, à bord du Challenger, par ce lieutenant qui deviendra amiral.

ALEMBERT, Jean le Rond d’ (16/11/1717-29/10/1783), physicien français. Lycée : Le lycée technique « d’Alembert » se situe dans le 19 e arrondissement de Paris ; son nom rend hommage à l’auteur de l’un des premiers théorèmes fondamentaux de l’algèbre qui indique que toute équation algébrique a au moins une racine réelle ou imaginaire ; il a aussi précisé que les forces internes de l’inertie sont égales ou opposées aux forces qui produisent l’accélération. Ce physicien publie, en 1743, son traité de Dynamique, puis il sera l’éditeur scientifique de l’Encyclopédie de Diderot rédigée de 1747 à 1765, sauf de 1747 à 1759. Il devient alors pensionnaire de l’Académie des Sciences à l’âge de 47 ans, puis il est élu membre de l’Académie française dont il devient secrétaire perpétuel dès le jeudi 9 avril 1772. Toponyme lunaire : Les astronomes ont même donné le nom « d’Alembert » à un toponyme sur la Lune ! Philatélie : La Poste française a émis, en 1959, un timbre à l’effigie de « Jean d’Alembert ».

ALESSI, Giovanni (né au XIX e siècle), entrepreneur italien. Seconde génération : ALESSI, Ettore (né au XIX e siècle), fils du précédent ; ALESSI, Carlo (né en 1916), frère du précédent. Troisième génération : ALESSI, Alberto (né en 1946), fils du précédent. Quatrième génération : ALESSI, Giovanni Jr (né en 1981), fils du précédent… Société : L’entreprise italienne « Alessi » a été fondée, en 1921, à Omegna près du lac Orta ; elle est spécialisée dans la fabrication d’objets ménagers en laiton, maillechort puis inox, pour la table, la cuisine ou le salon. Alberto est le PDG de cette société depuis 1970. Il a ouvert une vingtaine de boutiques Alessi à travers le monde ; son fils Giovanni Jr est un designer réputé. Musée : Le Musée « Alessi » a été inauguré en 1998.

ALEXANDER, Frederick Matthias (20/1/1869-10/10/1955), comédien Australien. Méthode : La méthode « Alexander » a été fondée, en 1890, par ce comédien pour relaxer ses spectateurs.

ALEXANDRE I er (1777-1825), tsar de Russie de 1801 à 1825. Toponyme : « L’île Alexandre 1 er » se situe près de la péninsule Antarctique ; elle a été découverte en février 1821 par le navigateur russe Fabian von Bellingshausen (1778-1852) qui l’a nommée ainsi en hommage à ce tsar qui régnera pendant 24 ans ! Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom « d’Alexandre 1 er » à un toponyme sur la Lune. Homonyme : Le roi « Alexandre 1 er Obrénovitch de Serbie » (1876-1903), monté sur le trône en 1889 à l’âge de 13 ans, a été assassiné le 11 juin 1903 ainsi son épouse Draga (1867-1903), sur les ordres du général Maschin, pour laisser la place quatre jours plus tard, le 15 juin 1903, au roi Pierre 1 er Karadjordjevic (1844-1921).

ALEXANDRE II (29/4/1818-assassiné le 13/3/1881), tsar de Russie de 1855 à 1881. Édifice religieux : La superbe cathédrale « Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé » de Saint-Pétersbourg a été construite, de 1883 à 1907, avec des coupoles colorées toutes différentes, sur le lieu même où le tsar Alexandre II (1818-1881) a été tué le 13 mars 1881, lors d’un attentat nihiliste perpétré par le terroriste Grinevitsky. Nota : Ce tsar avait déjà fait l’objet de cinq autres tentatives d’assassinat, la première en 1861, la seconde en 1867 à Paris, la troisième et la quatrième en 1879 et la cinquième en 1880 ! La sixième tentative d’assassinat tuera ce tsar de Russie à Saint-Pétersbourg : il aura régné sur toute la Russie pendant 26 ans, du 2 mars 1855 au 13 mars 1881 !

ALEXANDRE III (10/3/1845-20/10/1894), tsar de Russie de 1881 à 1894. Seconde génération : Nicolas II (18/5/1868-17/7/1918), dernier tsar de Russie de 1894 à 1917. Quai : Le quai « Alexandre III » se situe à Cherbourg (50). Pont : Le pont « Alexandre III » relie le 7 e au 8 e arrondissement de Paris ; c’est le plus beau pont de Paris qui enjambe la Seine, de l’Esplanade des Invalides vers le Grand et le Petit-Palais. Le mercredi 7 octobre 1896, le tsar de Russie Nicolas II pose la première pierre de ce pont qui portera le nom de son père. Il sera ensuite construit par l’architecte français Charles Girault (1851-1932) pour l’Exposition universelle de Paris en 1900, et nommé ainsi en hommage au grand tsar de Russie qui régna de 1881 à 1894. Le tsar Nicolas II entreprit la construction du transsibérien, de 1895 à 1917, pour relier les hommes, de l’Est vers l’Ouest de son empire, de Vladivostok jusqu’à Moscou, en une semaine sur une longueur de 9 288 km ! Ce train mythique a fait l’objet d’une poésie de Blaise Cendrars (1887-1961) La prose du Transsibérien publiée en 1913. Le tsar Alexandre III organisa un rapprochement de la Russie avec la France, qui se poursuivra par son fils Nicolas II (1868-1918), tsar de Russie, de 1894 à 1917, jusqu’à son massacre et celui de sa famille le mercredi 17 juillet 1918 à Ekaterinbourg. Pour mémoire : Les berges de la Seine, entre les ponts de Sully et d’Iéna, à Paris, sont inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco depuis le 27 décembre 1991. Philatélie : La Poste française a émis, en 1949, un timbre représentant le pont « Alexandre III », en poste aérienne. Voir Romanov.

ALEXANDRE III le grand (21/6/356-13/6/323 avant J.-C.), roi de Macédoine dès l’an 336, à la mort de son père, Philippe de Macédoine. Toponyme : « La Ville d’Alexandrie » a été fondée, en 332 avant J.-C., par ce chef militaire qui sera roi de Macédoine de 336 à 323 avant J.-C., dès l’âge de 20 ans, après avoir été l’élève du philosophe grec Aristote (384-322 avant J.-C.). Pendant son règne, il conquit un immense empire, de la Grèce à l’Inde pendant 12 ans ; il fonda la Ville d’Alexandrie près du delta du Nil en 332 avant J.-C., puis la célèbre bibliothèque d’Alexandrie a été fondée en 288 av J.-C. par le général macédonien Ptolémée I er (367-283), ainsi que le phare d’Alexandrie construit de 299 à 283, haut de cent vingt mètres, l’une des sept merveilles du monde antique. Mille six cents ans plus tard, ce phare mythique sera détruit le mercredi 8 août 1303 par un violent tremblement de terre suivi d’un raz-de-marée. Beaucoup d’autres villes porteront son nom à cette époque : Alexandrie d’Arachosie, Alexandrie d’Arie, Alexandrie de Charax, Alexandrie de Carmanie, Alexandrie du Caucase… Il mourut d’une pancréatite à l’âge de 33 ans, et sa dépouille embaumée sera ensevelie à Alexandrie, en Égypte. Anecdote : Alexandre le Grand, alors âgé de 13 ans, avait réussi à dompter un étalon en allant vers le soleil pour que son étalon ne soit pas effrayé par son ombre ! Bibliothèque : La nouvelle grande bibliothèque « d’Alexandrie » a été inaugurée en 2001 dans son nouveau bâtiment ultramoderne pour abriter huit millions d’ouvrages, tout en s’inspirant de la première bibliothèque d’Alexandrie fondée au III e siècle avant J.-C., qui fut détruite par un incendie. Statue : Une statue équestre en bronze « d’Alexandre le Grand », haute de 22 mètres, est érigée depuis 2011 sur la place centrale de Skopje, la capitale de la Macédoine. Aéroport : L’aéroport international « Alexandre-le-Grand » se situe en Macédoine, non loin de la capitale Skopje. Autoroute : L’autoroute « Alexandre-le-Grand » relie l’aéroport éponyme à Skopje. Objet : Le roi de Trèfle est « Alexandre le Grand » dans un jeu de 32 ou 52 cartes. Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom « d’Alexandre-le-Grand » un toponyme sur la Lune. Poème : Un « alexandrin » est un poème en vers de douze syllabes, avec des rimes utilisées pour la première fois dans le Roman d’Alexandre qui relate la vie d’Alexandre le Grand, rédigée en 1180 par Alexandre de Paris. Chanson enfantine : « Alexandre le Grand, roi de Macédoine, avait un cheval nommé bicéphale ; Alexandre le petit, roi de Sibérie, avait un chat nommé mistigri… ».

ALEXANDRE VI Borgia (1431-1503) , 214 e pape de 1492 à 1503. Famille romaine : Ce pape fait partie de la grande famille italienne des « Borgia ». Il décrète, le samedi 4 mai 1493, la bulle « Inter Cetera », dite de partage du monde matérialisé par une ligne méridienne à 100 lieues (soit 5°) à l’ouest des îles du Cap-Vert allant du pôle Nord au pôle Sud. « Tout ce qui est à l’ouest de ce méridien sera dévolu à l’Espagne ; tout ce qui est à l’Est sera portugais. Un méridien symétrique coupera parallèlement la surface terrestre à l’opposé ». Finalement, les îles du Cap-Vert deviendront indépendantes en 1975.

ALEXANDRE NEVSKI (Saint), (mort en 1263), héro russe. Fête : On souhaite de fête de saint « Alexandre Nevski », le 30 août, en souvenir de ce saint orthodoxe qui remporta une première bataille navale contre les Suédois, puis une seconde bataille navale contre les chevaliers teutoniques, en 1242. Édifice religieux : La cathédrale orthodoxe « Saint-Alexandre Nevski » se situe dans le 8 e arrondissement de Paris ; on y a notamment célébré en 1918 le premier mariage de Picasso (1881-1973) avec la danseuse russe Olga Khokhlova (morte en 1955), en présence de Jean Cocteau (1889-1963), Guillaume Apollinaire (1880-1918) et Max Jacob (1876-1944).

ALEXANDRE premier (Saint) (crucifié en 117), 6 e pape romain. Fête : On souhaite la fête de « saint Alexandre », le 3 mai, en souvenir du sixième pape qui dirigera l’Église, entre 105 et 115 ; il sera crucifié à la fin du règne de Trajan (53-117), empereur romain entre 98 et 117. Son nom sera choisi par sept autres papes, dont le pape Alexandre V de Pise.

ALEXANDRE (Saint) (crucifié le 22 avril 177), martyr chrétien. Fête : On souhaite la fête de « saint Alexandre », le 22 avril , en souvenir de ce chrétien d’origine grecque qui sera dénoncé par un domestique près de Lyon ; il sera aussitôt jugé, condamné et crucifié pendant la persécution des chrétiens ordonnée en 177 par l’empereur romain Marc Aurèle (121-180). Journée : Le 22 avril est la journée mondiale de la Terre.

ALEXANDRINE Ricci (Sainte) (1522-2/4/1589), prieure d’un couvent. Fête : On souhaite la fête de « sainte Alexandrine », le 2 avril , en souvenir de cette sainte qui deviendra prieure du couvent des dominicaines de Prato à l’âge de 25 ans ; elle gardera cette responsabilité pendant 42 ans jusqu’à sa mort. Voir aussi sainte Sandrine.

ALEXIS (Saint) (1200-17/2/1310), fondateur d’un ordre religieux. Fête : On souhaite la fête de « saint Alexis Falconieri », le 17 février , en souvenir de ce moine qui, avec six de ses amis, fondera à Florence l’ordre religieux des Servites de Marie à la demande de la Vierge Marie, en récitant chaque jour cent Ave Maria.

ALFRED, Prince (1844-1900), deuxième fils de la reine Victoria, et duc d’Edimbourg. Toponyme : Le cap du « prince Alfred » se situe à l’extrémité nord-ouest de l’île de Banks, au Canada, dans les Territoires du Nord-Ouest. Le prince Albert épousa la grande duchesse de Russie.

ALFRED (Saint) (mort le 15 août 874), évêque germanique. Fête : On souhaite la fête de « saint Alfred », le 15 août, jour de l’Assomption, en souvenir du jour de la mort de ce moine bénédictin très diplomate qui sera consacré évêque d’Hildesheim en Basse Saxe.

AL GHAZALI, Abu Hamid (1058-1111), théologien et penseur arabe. Institut : L’Institut « Al-Ghazali » a été créé, en 1993 à Paris, pour prendre en charge la formation des imams et des aumôniers, en liaison avec la Grande Mosquée de Paris ; il a été nommé ainsi en hommage à l’une des plus importantes autorités de l’Islam.

ALGORISMI (né au X e siècle), mathématicien arabe. Mathématique : « L’algorithme » est une méthode mathématique pour résoudre un problème.

ALI Ibn Taleb (600-assassiné en 661), quatrième calife musulman et premier imam chiite. Dynastie : La dynastie chérifienne des « Alaouites » regroupe les descendants d’Ali qui fut en effet le cousin et le gendre du prophète Mahomet (570-632) après son mariage avec Fatima. C’est le fondateur de la religion islamique, dont le tombeau, honoré à Nadjaf en Irak, est considéré comme l’un des cinq principaux lieux saints de l’Islam. Le « parti d’Ali » ( Chi’at Ali ) donnera son nom aux chiites, l’une des branches musulmanes, très présente en Iran et en Irak. Ali, le premier imam chiite, sera assassiné à Kufa en 661 ; son fils aîné Hasan (624-669) sera le second imam, tandis que son second fils Husayn (626-680), le troisième imam, sera considéré comme un martyr après son assassinat à Kerbala en 680. Parmi leurs descendants, on retrouve la dynastie « Alaouite » du Maroc, lancée par Idris 1 er (empoisonné en 792),..., Moulay Ismaël (1646-1727) qui régnera au Maroc de 1672 à 1727 ; son petit-fils Sidi Mohammed ibn Abdallah régnera de 1757 à 1790, puis plus tard Hassan 1 er (1836-1874) sera sultan du Maroc de 1873 à 1894. À partir de l’indépendance du Maroc en mars 1956, la dynastie continue avec Mohammed V (1909-1961), roi du Maroc de 1957 à 1961, après avoir déjà été sultan de 1927 à 1953 et de 1955 à 1957. Hassan II (1929-1999) est roi du Maroc de 1961 à 1999 ; Mohammed VI (né en 1963), est le roi actuel depuis le 23 juillet 1999. Son fils Moulay Hassan (né le 2 mai 2003) devient ainsi le prétendant au trône du Maroc ; il pourrait succéder à son père sous le nom d’Hassan III. Pour mémoire : L’ère Mohamétane, l’Hégire et le calendrier lunaire ou calendrier musulman, ont commencé le vendredi 16 juillet 622 après J.-C., c’est-à-dire le jour même du départ de Mahomet, de La Mecque pour se rendre à Médine. Le sanctuaire presque cubique de la Kaaba (15 mètres de hauteur sur 12 mètres de côté) se situe à La Mecque ; c’est un lieu de pèlerinage obligatoire pour tout musulman qui en a la possibilité, au moins une fois dans sa vie. Ce sanctuaire est entouré de la célèbre place contiguë à la grande mosquée al-Haram en cours d’extension qui compte neuf minarets ; deux millions de musulmans s’y rendent chaque année. Ce sanctuaire est entouré d’une centaine de tours en cours de construction, dont la fameuse tour Makkah Clock Royal Tower, haute de 600 mètres avec ses gigantesques horloges visibles à 30 km, qui a été inaugurée en 2011 ! La Mecque est, au XXI e siècle, la capitale spirituelle d’un milliard et demi de musulmans, mais seulement deux millions de musulmans s’y rendent chaque année ! Hélas, le jeudi 24 septembre 2015, une bousculade monstre a causé la mort de 1 600 personnes et fait 2 000 blessés, étouffés contre un mur ! Nota : Les « imâmites », ou « duodécimains », regroupent aujourd’hui la grande majorité des chiites qui croient à l’infaillibilité des douze descendants d’Ali, en attendant le retour sur la Terre du douzième Imam Muhammad al Mahdi, né en 868, qui s’est occulté en 874.

ALIBABA, personnage légendaire des contes populaires arabe des « Mille et Une Nuits » rédigés entre le X e et le XII e siècle. Conte : « Alibaba et les quarante voleurs ». Alibaba découvre le trésor des 40 voleurs caché dans une caverne, en prononçant la formule magique : « Sésame, ouvre-toi »... Moteur de recherche : Le moteur de recherche « Alibaba » est dirigé par le Chinois Jack Ma ; c’est le premier, par ordre alphabétique, valorisé à 275 milliards d’euros en 2017 ! Pâtisserie : Le « baba au rhum » a été créé, au XVII e siècle, par le pâtissier « Nicolas Stohrer », en le baptisant ainsi d’après le nom d’Ali Baba, le héros des contes des Mille et Une Nuits . Ce pâtissier était alors au service du roi de Pologne Stanislas 1 er Leszczyński (1677-1766), dont sa fille Marie Leszczyńska (1703-1768) épousa, le 5 septembre 1725, le roi de France Louis XV surnommé le Bien-Aimé (1710-1774), roi de France de 1715 à 1774. Société : La société chinoise de distribution en ligne « Alibaba » a été fondée par Jack Ma (né en 1964), dans la ville portuaire chinoise de Hangzhou ; c’est le cœur financier de l’Asie qui a fait son entrée à Wall Street de New York, le jeudi 18 septembre 2004, avec un montant levé de 25 milliards de dollars, qui valait déjà 230 milliards le soir même ! Record du monde ! Le volume des ventes d’Alibaba a atteint 456 milliards de dollars en 2015, et 500 milliards en 2016 avec 10,2 milliards d’euros de bénéfices, ce qui lui a permis de racheter Lazada le 12 avril 2016. Alibaba a triplé ses ventes entre 2013 et 2015, en dépassant même Walmart fin 2015.

ALICE (Sainte) (931-16/12/999), fondatrice de monastères. Fête : On souhaite la fête de « sainte Alice » ou de « sainte Adélaïde », le 16 décembre , en souvenir du jour de la mort de cette reine qui épousera, en 947, son premier mari Lothaire d’Arles, roi d’Italie assassiné en 950, puis elle épouse l’année suivante Otton 1 er le Grand (912-973), roi de Germanie de 936 à 973, roi d’Italie de 951 à 973, qui fondera le Saint Empire romain germanique, le 2 février 962, à partir de son sacre impérial célébré par le pape Jean XII. À la mort de son second mari assassiné, en 973, sainte Alice crée alors plusieurs monastères dans l’est de la France ; elle est la sainte patronne des femmes politiciennes. Groupe : Le groupe italien « Alice » commercialise une « Alicebox » qui permet de recevoir l’ADSL, le téléphone et la TV. Il n’y a cependant aucun lien entre cette sainte et ce groupe, bien évidemment. Livre : Alice aux pays des Merveilles, publié le 26 novembre 1865, a été écrit par l’écrivain anglais Charles Dodgson, surnommé Lewis Carrol (1832-1898). Fête nationale 1 : Le 16 décembre est aussi l’un des jours de fêtes nationales du Kazakhstan qui commémore son indépendance du 16 décembre 1991. Fête nationale 2 : Le 16 décembre est également le jour de la fête nationale du Bahreïn pour commémorer l’intronisation, le 16 décembre 1961, de l’émir Cheikh Issa (né le 3 juillet 1933).

ALIDA (Sainte) (1249-26/4/1309), jeune veuve italienne. Fête : On souhaite la fête de « sainte Alida », le 26 avril , en souvenir de cette jeune veuve qui ne se remariera pas pour devenir religieuse afin de consacrer sa vie à la prière, aux malades et aux pauvres en Toscane. Fête nationale : Le 26 avril est aussi le jour de la fête nationale de la Tanzanie pour commémorer l’union du Tanganyika et de Zanzibar du 26 avril 1964, avec la création du nom « Tanzanie » le 29 octobre 1964. Pour mémoire 1 : L’île de Zanzibar et l’île de Gorée ont été les principaux points de départ des esclaves africains. Pour mémoire 2 : Le lac Tanganyika est la plus importante réserve d’eau douce de la planète après le lac Baïkal, en Russie.

ALIÉNOR d’Aquitaine (1122-1 er /4/1204), reine de France, puis d’Angleterre. Lycée : Le lycée et la prépa « Aliénor-d’Aquitaine » sont implantés à Poitiers (86) ; ils ont été nommés ainsi en souvenir de la fille du duc d’Aquitaine Guillaume X (1099-1137) qui deviendra reine de France de 1137 à 1152 avec le roi Louis VII (1120-1180), puis reine d’Angleterre de 1152 à 1173 avec le roi Henri II Plantagenêt. On peut voir son gisant dans la magnifique abbaye royale de Fontevraud (49) fondée, en 1101, par Robert d’Arbrissel (1047-1117). Édifice religieux : L’abbaye royale « Aliénor d’Aquitaine » se situe dans le village de Nieul-sur-l’Autise, à 8 km au sud-est de Fontenay-le-Comte (85) ; elle y a été fondée en 1068 sous le nom de Saint-Vincent, puis promue abbaye royale par Aliénor d’Aquitaine (1122-1204), reine de France de 1137 à 1152, dont elle gardera le nom. Philatélie : La Poste française a émis, en 2004, un timbre représentant « Aliénor d’Aquitaine » pour célébrer le 800 e anniversaire de sa mort. Anecdote : « Aliénor d’Aquitaine » est la première reine de France à obtenir en 1152 l’annulation de son mariage avec le roi Louis VII, pour des raisons de consanguinité.

ALIX Le Clerc (Sainte) (1576-9/1/1622), fondatrice d’un ordre religieux. Fête : On souhaite la fête de « sainte Alix », le 9 janvier , en souvenir du jour de la mort de cette sainte qui fondera le 25 décembre 1597, avec Saint Pierre Fourier (1565-1640), l’ordre religieux des chanoinesses de Saint-Augustin pour assurer l’éducation gratuite aux jeunes filles les plus pauvres ; cet ordre est parfois nommé : Congrégation de l’Union Notre-Dame. Fête nationale : Le 9 janvier est aussi le jour de la fête nationale de l’Ouzbékistan pour commémorer son indépendance du 9 janvier 1991.

ALLAH, Dieu des musulmans. Expressions : « Inch Allah » signifie « si dieu le veut » ; « machallah » signifie « merci mon dieu » ; et « achallah » signifie « ô bon dieu » !... Objet : La perle « d’Allah », en provenance d’un bénitier, a été pêchée aux Philippines, en 1934 ; elle pèse 6 kg avec un diamètre de 23 cm ! Livre : Allah est grand. La république aussi , de Lydia Guirous, est paru aux éditions Lattès début 2015.

ALLARD, Armand (1902-1962), créateur de vêtements. Seconde génération : ALLARD, Jean-Paul (né en 1943), fils du précédent, épaulé par sa femme Sylvie. Troisième génération : ALLARD, Antoine (né au XX e siècle), fils aîné des précédents... Magasin 1 : Le magasin de vêtements en prêt à porter de haute qualité « AAllard » se situe sur la place de l’église de Megève (74) ; il porte le nom de celui qui créa, en 1930, le premier fuseau pour le champion Émile Allais (1912-2012), médaillé olympique de ski alpin en 1936. La famille Allard rebâtit la maison, de 1950 à 1952, avec le concours de l’architecte Henri Jacques, puis Jean-Paul et Sylvie Allard, ainsi que leur fils aîné Antoine ont organisé de grands travaux intérieurs en 2012. La collection « AAllard » est unique et exclusive. Magasin 2 : Un second magasin « AAllard » est ouvert depuis 1990, à 100 mètres du premier, pour proposer de la maroquinerie, bagagerie, linge de maison, chapeaux, foulards et gants. Pour mémoire : Le skieur Émile Allais a été enterré, en 2012, au cimetière de Megève, à l’âge de 100 ans !

ALLARD, Sydney (5/6/1910-12/4/1966), industriel britannique. Marque : La première automobile « Allard » a été fabriquée par cet industriel, en 1936, mais sa société fut fondée, en 1946, après la Seconde Guerre mondiale. Plus de 2 000 voitures de sport de 14 types différents sortiront de ses ateliers jusqu’en 1960.

ALLEAUME, Pierre (1890-1978), entrepreneur français. Seconde génération : ALLEAUME, Robert (16/11/1914-20/9/1992), fils du précédent. Troisième génération : ALLEAUME, Hubert (né le 12 février 1951), fils du précédent… Autre personnalité : GOULART, Bertrand (né le 30 janvier 1948), associé du précédent. Société : La société « Alleaume & Goulart » est une PME parisienne de couverture plomberie fondée, en 1925, par Pierre Alleaume avec seulement 4 ou 5 employés ; elle emploie actuellement plus de 70 personnes dans une structure contrôlée par la société « Algobat », dont les trois syllabes représentent les premières syllabes d’Alleaume, Goulart et bâtiment. Homonyme : « João Goulart » (1918-1976) a été vice-président du Brésil de 1956 à 1962, puis président jusqu’en 1964.

ALLENDE, Salvador (26/7/1908-suicidé le 11/9/1973), président de la République du Chili. Musée : Le Musée de la « Solidarité Salvador Allende » est implanté à Santiago du Chili ; il présente de nombreuses sculptures et peintures offertes par des artistes depuis les quatre coins du monde, pendant le mandat de ce président chilien de 1970 à 1973. Salvador Allende se suicidera le 11 septembre 1973, lors du coup d’État militaire orchestré par plusieurs généraux, dont le général Augusto Pinochet (1915-2006) qui lui succédera le 26 juin 1974, pour rester au pouvoir pendant 16 ans, jusqu’en 1990.

ALMAGRO, Diego de (1475-1538), conquistador espagnol. Seconde génération : ALMAGRO, Diego de (1518-1542), fils du précédent. Toponyme 1 : « La Ville d’Almagro » se situe au Chili près de Temuco. Toponyme 2 : « L’île Diego d’Almagro » se situe en Patagonie chilienne. Ces deux toponymes ont été donnés en souvenir de ces deux conquistadors du Pérou et du Chili. Diego d’Almagro père effectuera la conquête du Pérou avec Francisco Pizarro (1475-1541) ; il tuera l’Inca Atahualpa, en 1533, puis commencera la conquête du Chili où il sera nommé gouverneur par l’empereur Charles Quint (1500-1558). Il sera décapité à Cuzco en 1538 sur ordre du gouverneur de Cuzco, Hernando Pizarro (1508-1578), l’un des frères de Francisco. Le fils de Diego Almagro, surnommé El Monzo (1518-1542), vengera son père en tuant Francisco Pizarro, en 1541, il fut décapité à son tour, en 1542, par le successeur de Pizarro.

ALMEIDA, Francisco de (1450-tué le 1510), navigateur et conquistador portugais. Toponyme : « La baie d’Almeida » se situe au Mozambique ; elle a été nommée ainsi en hommage au conquistador qui écréma l’Océan Indien sur la route des Indes, au début du XVI e siècle. En 1505, il sera le premier vice-roi des Indes, et gardera cette fonction jusqu’à son remplacement en 1509 par le navigateur et conquistador portugais Afonso d’Albuquerque (1453-1515). En 1508, il mettra en déroute la flotte de Kansou, Sultan d’Égypte, dans la mer d’Oman au large de l’île de Diu, qui sera une possession portugaise à partir de 1535. Les Égyptiens voulaient disputer aux Portugais le commerce de l’Inde. Almeida fut tué, en 1510, par des Cafres dans la région du Cap en Afrique du Sud, et son fils Laurent périra en 1509, peu de temps avant son père, dans un combat naval contre les Égyptiens dirigés par l’émir Hossein, après avoir reconnu et soumis les îles Maldives et l’île de Ceylan (Sri Lanka actuel).

ALPES, principale chaîne montagneuse d’Europe, longue de 1 500 km sur 200 km de largeur. Départements français : « Les Alpes-de-Haute-Provence (04 », « Les Hautes-Alpes (05) », et « Les Alpes-Maritimes (06) ». Toponyme 1 : « Les Alpes australiennes » sont situées dans la partie méridionale de la Cordillère australienne. Toponyme 2 : « L’Alpe-d’Huez » est une station de sports d’hiver située en Isère (38). Véhicule : « L’Alpine Renault » est une voiture légendaire construite par la société anonyme des automobiles « Alpine », créée le 25 juin 1955 à Dieppe (76), par Jean Rédélé (1922-2007). Finalement 26 666 voitures « Alpine » (de l’A106 à l’A610) ont été produites en France jusqu’en 1995, dont 7 579 Berlinettes A110. Il faut aussi rajouter les 4 150 voitures « Alpine » qui ont été produites au Brésil, en Bulgarie, en Espagne et au Mexique ! Les services sportifs d’Alpine et Gordini ont disparu en 1976 pour être remplacés par Renault Sport. Cependant, en 2016, un nouveau modèle « Alpine » A110, baptisée la « Berlinette du XXI e siècle », devrait sortir des usines Renault de Dieppe.

Alpha du Centaure, exoplanète tempérée la plus proche de la Terre à 4,37 années-lumière, annoncée le mardi 23 août 2016. Surnom : Cette exoplanète rocheuse baptisée « Proxima b » aurait une masse comprise entre 1 et 3 masses terrestres. Elle se situe à 7,5 millions de km de son étoile. Une mini sonde poussée par des lasers pourrait atteindre cette exoplanète en 21 ans !

ALPHAND, Luc (né le 6 août 1965), skieur et pilote automobile ; ALPHAND, Lionel (né au XX e siècle), frère du précédent. Société : La société « Luc Alphand Aventures » qui gère une écurie automobile, a été fondée au Technoparc du circuit du Mans (72) par ce sportif qui a remporté les plus importantes compétitions de ski et d’automobile ; il a aussi cofondé avec son frère Lionel, en 1991, la brasserie « L&L Alphand » installée à 1 170 mètres d’altitude à Vallouise, près de la station de Serre-Chevalier (77), avec un potentiel annuel de 250 000 litres de bière, réparties en 6 marques. On peut se restaurer, en été, dans le bar-restaurant qui est implanté à côté de la brasserie.

ALPHONSE XIII (17/5/1886-28/2/1941), 41 e roi d’Espagne de 1886 à 1931. Toponyme : Le canal « Alphonse XIII » est une darse qui traverse la ville de Séville du Nord au Sud, avant de rejoindre le fleuve Guadalquivir qui se déverse dans l’océan Atlantique, non loin du détroit de Gibraltar. Les championnats d’aviron s’y déroulent chaque année fin mai. Ce roi finira sa vie en exil à Rome.

ALPHONSE Marie de Liguori (Saint) (1696-1 er /8/1787), fondateur d’une congrégation. Fête : On souhaite la fête de « saint Alphonse », le 1 er août , en souvenir du jour de la mort de celui qui fonda, en 1732, la congrégation des Rédemptoristes. Il sera proclamé docteur de l’Église en 1871. Fête nationale 1 : Le 1 er août est aussi le jour de la fête nationale suisse en souvenir du 1 er août 1291 lorsque des responsables de trois cantons des Alpes suisses, Uri, Zoug et Unterwald, prêtèrent serment pour conclure une alliance perpétuelle dans la prairie de Rütli (ou Grütli) selon les sources. Fête nationale 2 : Le 1 er août est également le jour de la fête nationale du Bénin, pour commémorer son indépendance du 1 er août 1960 sous le nom de Dahomey jusqu’en 1975. La seule langue officielle de ce pays est le français.

ALSTOM : Voir DIETRICH.

ALTRAD, Mohed (né le 9 mars 1948), industriel français d’origine syrienne. Groupe : Le groupe « Altrad » été fondé, en 1985, à Florensac (34) près d’Agde, par cet industriel avec le concours de Richard Alcock, pour louer du matériel à l’industrie et au BTP (échafaudages, matériel tubulaires, brouettes, bétonnières...). Ce groupe compte déjà une centaine d’entreprises, dont 70% hors de France, avec plus de 17 000 personnes et un chiffre d’affaires de 1,8 milliard d’euros en 2015. Pour mémoire 1 : Mohed « Altrad » a passé son baccalauréat à Racca, en Syrie, la triste capitale de l’État terroriste Daech. Pour mémoire 2 : Mohed « Altrad » est aussi le PDG du Montpellier Hérault Rugby. Récompense : il a reçu le prix de l’entrepreneur mondial de l’année à Monaco entre le 3 et le 7 juin 2015, décerné par Ernst & Young (EY) et le journal l’Express. Événement : Mohed Altrad a présidé la 56 e remise des Prix de la Vocation, le lundi 30 novembre 2015, au Théâtre de Paris.

ALVARADO, Pedro de (1485-4/7/1541), conquistador espagnol. Toponyme : Le col « d’Alvarado » se situe entre l’argentine et le Chili, par 5 290 mètres d’altitude, près du volcan Maipo, au sud-est de Santiago du Chili. Ce col a été nommé ainsi en hommage à ce conquistador qui sillonna notamment le Guatemala et le Honduras, en Amérique Centrale.

ALVAREZ, Juan (1790-1867), général mexicain. Aéroport : L’aéroport « général Juan Alvarez », se situe à 26 km au sud-est d’Acapulco, le port mexicain renommé pour ses hommes téméraires qui plongent dans l’océan Pacifique depuis une falaise culminant à 36 mètres de hauteur ; il a été nommé ainsi en hommage au général qui sera président du Mexique par intérim en 1955.

ALZHEIMER, Aloïs (14/6/1864-19/12/1915), neurologue allemand. Maladie : La maladie « d’Alzheimer », concerne surtout les personnes âgées ; elle entraîne des déficiences mentales, dont des troubles de la mémoire à cause de la destruction progressive de certains neurones du cerveau. Cette terrible maladie commence la plupart du temps par une perte de l’odorat. Pour mémoire : Le cerveau humain a une capacité mémoire de 1 Po, soit 1 petaoctet. Des recherches actuelles sur les cellules embryonnaires pourraient déboucher dans quelques années sur un traitement efficace de cette terrible maladie neurodégénérative. Elle a été identifiée et décrite pour la première fois, à l’université de Munich en 1906, par ce neurologue, d’où son nom, et concerne actuellement plus de 850 000 Français, dont plus de 220 000 nouveaux cas chaque année, et près de cent millions de personnes dans le monde ! Molécule : La petite molécule « Alzheimed » pourrait enrayer la maladie d’Alzheimer. Les essais cliniques des phases un et deux sont déjà concluants. On attend les résultats des essais cliniques de phase 3 avant de lancer sa commercialisation à partir de 2013. Plan : Le plan « Alzheimer » a été lancé en France avec succès, en 2008, car on compte déjà 900 000 victimes en France, et 35 millions de victimes dans le monde en 2017, avec une espérance de 8 ans après le diagnostic ! Objet : Le bracelet téléphone Columba, réalisé par la société canadienne Medical Intelligence, peut aider à la prise en charge des malades atteints par la maladie d’Alzheimer, car il permet une géolocalisation du patient. En effet, lorsque le porteur de ce bracelet sort d’une zone géographique délimitée dans laquelle il dispose de points de repère ou d’une surveillance constante, l’appareil déclenche immédiatement un système d’alarme automatisé pour avertir la famille ou l’environnement médical. Association : L’association « France Alzheimer » regroupe une centaine d’associations départementales pour aider et soutenir les 860 000 personnes atteintes en France ainsi que leurs proches. Citation : « Ce qui est agréable avec la maladie d’Alzheimer, c’est qu’on fait chaque jour de nouvelles connaissances. » Ronald Reagan (1911-2004). Événement : La journée mondiale « Alzheimer » se déroule chaque année le 21 septembre depuis 2007.

Amadeus : Voir MOZART.

AMALTHÉE, Nymphe dans la mythologie grecque. Astronomie : « Amalthée » est l’un des satellites de la planète Jupiter.

AMAND (Saint) (584-680), évêque itinérant mérovingien. Fête : On souhaite la fête de « saint Amand », le 6 février, en souvenir de cet évêque qui parcourut les Flandres et l’Europe centrale pour y fonder des monastères. Il meurt à l’âge de 96 ans à Saint-Amand-les-Eaux près de Valenciennes (59). Source : L’eau de source puisée à « Saint-Amand-les-Eaux » est réputée pour soigner les rhumatismes.

AMANDINE Jeuris (Sainte) (1872-9/7/1900), martyre franciscaine. Fête : On souhaite la fête de « sainte Amandine », le 9 juillet , en souvenir du jour de la mort de cette missionnaire franciscaine de Marie, qui sera martyrisée le 9 juillet 1900, par les Boxers chinois à Taiyuan dans la province du Shanxi, ainsi que plusieurs de ses compagnes. Homonyme : Amandine (née le 13 mars 1984) est une jeune créatrice lilloise d’accessoires et de splendides vêtements en cuir de toutes les couleurs sous la marque House of Vice. Ses créations sont déjà commercialisées dans des boutiques à Hong Kong, Paris, New York, Tokyo et Marseille. Elle a notamment participé au 4 e concours européen des jeunes designers qui s’est déroulé à Milan le 18 juillet 2014. Fête nationale : Le 9 juillet est le jour de la fête nationale de Palau, État insulaire du Pacifique, pour commémorer sa constitution du 9 juillet 1979. De même, le 9 juillet est aussi le jour de la fête de l’Indépendance très récente du Soudan du Sud qui a été proclamée le 9 juillet 2011.

AMANN, Jacob (1644-1730), évêque suisse. Religion : Le mouvement « amish » a été fondé par cet évêque, en 1693, à Sainte-Marie-aux-Mines (68) où seuls les adultes pouvaient être baptisés. Ils seront expulsés par Louis XIV, en 1712, pour se regrouper en Pennsylvanie où la communauté actuelle vit encore comme au XIX e siècle, sans voiture et sans électricité.

AMAR el GAID, Ahmed Ben (1960-1913), créateur de cirque algérien. Seconde génération : AMAR, l’aîné (1888-1963), fils aîné du précédent, et ses trois frères Ali, Shérif et Mustapha (nés au XIX e siècle). Cirque : Le cirque « Amar » a été créé, en 1909, par Ahmed Ben Amar. Il présentait auparavant des spectacles de danses du ventre, puis il rajoutera cette année-là une grande ménagerie qu’il dirigera avec son épouse Marie Gabrielle Bonnefoux. Leurs quatre fils, Ahmed, Ali, Schérif, et Mustapha développeront considérablement ce cirque en le renommant, en 1926 « La grande ménagerie des frères Amar », puis en 1929 « Le cirque géant Amar » avec deux pistes. Ils organiseront alors une grande tournée en Afrique du Nord, puis tout autour de la mer Méditerranée, avec la réputation des meilleurs dompteurs au monde. De retour en France, ils s’installeront au Théâtre de l’Empire situé avenue de Wagram près de l’Arc de Triomphe de l’Étoile à Paris, puis ils dirigeront trois grands chapiteaux itinérants « Amar » : le Grand Cirque, le Cirque International, et le nouveau Cirque de Paris. Ces chapiteaux furent finalement rachetés, en 1976, par Firmin Bouglione (1905-1980) qui en gardera le prestigieux nom. Homonyme 1 : « Paul Amar » (né le 11 novembre 1950) est un journaliste français de télévision. En 1985, Christian Nau a couvert avec lui à Kourou, en Guyane française, le lancement de la fusée Ariane V15 en présence du président de la République français, François Mitterrand. Hélas, ce fut alors un échec. Mais cela n’a pas empêché ce programme spatial de connaître ensuite un franc succès, avec le 200 e lancement effectué le 16 février 2011, à 22 h 50 (heure de Paris) avec à son bord l’ATV Johannes Kepler chargé de ravitailler la station spatiale internationale (ISS), sachant que le premier lancement de la fusée Ariane s’est déroulé à Kourou, le lundi 24 décembre 1979, couvert par le journaliste Michel Anfrol avec le concours de Christian Nau, le rédacteur de ce livre ! Homonyme 2 : L’entrepreneur français « Laurent Amar » (né le 21 mai 1972) est le PDG du groupe Monceau fleurs qui comprend plus de 400 magasins en franchise dans le monde.

AMARELLI, Paolo (né au XVIII e siècle), entrepreneur italien. Seconde génération : AMARELLI, Fortunato (né au XVIII e siècle), fils du précédent. Troisième génération : AMARELLI, Paolo Fortunato (né au XVIII e siècle), fils du précédent… Autre génération : AMARELLI, Giorgio, descendant du précédent... Autre génération : AMARELLI, Pina (née au XX e siècle), descendante des précédents… Société : La société italienne « Amarelli » a été fondée, en 1731, à Rossano, en Italie, par Paolo Amarelli qui vécut 104 ans ! Elle râpe de la réglisse depuis cette date et fabrique maintenant des aliments et des liqueurs aromatisés à la réglisse, tels que l’eau-de-vie, le chocolat et les pâtes, car elle a des propriétés adoucissantes. Musée : Le Musée « Giorgio Amarelli » implanté à Rossano, retrace l’histoire de cette entreprise italienne. Association : Cette entreprise fait partie de l’association des « Hénokiens », créée en 1981 pour rassembler une quarantaine de groupes familiaux bicentenaires, implantés aux quatre coins du monde.

AMARYLLIS, bergère dans la littérature grecque. Botanique : La jolie fleur « amaryllis » a été nommée ainsi d’après cette belle bergère citée notamment par le poète grec Théocrite (315-250 avant J.-C.).

AMAURY, Émilien (5/3/1909-2/1/1977), fondateur du Parisien Libéré . Seconde génération : AMAURY, Philippe (6/3/1940-23/5/2006), fils du précédent ; AMAURY, Marie-Odile (née le 21 décembre 1940), épouse du précédent. Troisième génération : AMAURY, Aurore (né en 1974), fille aînée des deux précédents ; AMAURY, Jean-Étienne (né en 1976), frère de la précédente et directeur d’ASO… Groupe : Le groupe « Amaury » a été fondé, en 1944, par Émilien Amaury, un ancien résistant, lors de la création du Parisien Libéré et du Syndicat de la presse hebdomadaire parisienne qu’il dirigera jusqu’à son décès survenu le 2 janvier 1977, lors d’un accident de cheval. Ce groupe a été dirigé par son fils Philippe jusqu’à son décès, en 2006, puis il est actuellement dirigé par son épouse Marie-Odile. Le groupe Amaury gère notamment le « Futuroscope » de Poitiers, et comprend les éditions « Philippe Amaury SA », dont Le journal l’Équipe , Le Parisien , Aujourd’hui en France , l’Écho républicain, France football et Vélo magazine, un département télévision avec l’Équipe 21 , plus un département organisation avec « Amaury Sports Organisation » (ASO) qui organise notamment le Paris-Dakar en janvier, l’Enduro du Touquet en février (jusqu’en 2004), le Marathon de Paris (long de 42,195 km), le Paris Roubaix cycliste et le Liège Bastogne Liège cycliste en avril, l’Open de France de golf en juin, le Tour de France à la voile en juin-juillet (depuis l’édition 2012), le Tour de France cycliste en juillet, dirigé par Christian Prudhomme, qui a fêté son centenaire le 1 er juillet 2013, et le Ride équestre en septembre. Après le décès de Philippe Amaury, le 23 mai 2006, des suites d’un cancer, sa succession à la tête du groupe Amaury est assurée par son épouse Marie-Odile depuis le 2 juin 2006, leurs deux enfants étant nommés administrateurs des éditions Amaury. Événement : L’édition 2008 du Paris-Dakar a été annulée, pour des raisons de sécurité, suite à l’assassinat de quatre touristes français en Mauritanie fin 2007. Depuis 2009, le Paris-Dakar se déroule en Amérique du Sud. Homonyme : Olympe Amaury (née Olympe Vignal le mercredi 19 juin en 1901 à Tracy-sur-Loire dans la Nièvre) est la doyenne des français depuis le 14 juillet 2013.

AMAZONE, tribu de femmes guerrières dans la mythologie grecque. Toponyme : « L’Amazone » est le plus important fleuve du monde ; il traverse l’Amérique du Sud sur 7 000 km, des Andes jusqu’à l’Océan Atlantique. Nom commun : Une « Amazone » est une femme qui monte à cheval en ayant les deux jambes du même côté. Anecdote : Les « amazones grecques » brûlaient le sein droit de leurs filles pour mieux tirer à l’arc, et tuaient leurs enfants mâles. Société : « Amazon.com » est une société internationale de distribution en ligne fondée, en 1995 à Seattle, par l’Américain Jeff Bezos (né le 12 janvier 1964) ; elle valait déjà 153 milliards de dollars en septembre 2014. Cette société comptait alors 80 entrepôts géants et 150 000 salariés, pour satisfaire 250 millions de clients aux quatre coins du monde ! En France, on compte 4 entrepôts, 4 000 employés, 4,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires, et 24 millions de visiteurs par mois !

AMBROISE (Saint) (340-4/4/397), gouverneur puis évêque de Milan. Fête : On souhaite la fête de « saint Ambroise », le 7 décembre , en souvenir de cet évêque italien qui sera un écrivain et un prédicateur exceptionnel. Il sera proclamé docteur et père de l’Église. Pour mémoire : Saint Ambroise baptisa en 387 le futur saint Augustin qui sera sacré évêque d’Hippone en 395. Il est invoqué dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Rite : On parle du rite « Ambrosien ». Édifice religieux 1 : L’église « Saint-Ambroise » se situe dans le 11 e arrondissement de Paris, près de la station de métro de la ligne N°9 et de la rue éponyme. Édifice religieux 2 : La basilique « Saint-Ambroise » de Milan est implantée au cœur de la ville ; elle a été construite en 1080 en l’honneur du saint patron de cette ville. Journée : Le 7 décembre est la journée de l’aviation civile internationale désignée par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

AMÉDÉE IX (Saint) (1435-30/3/1472), duc de Savoie. Fête : On souhaite la fête de « saint Amédée », le 30 mars , en souvenir de ce duc, père d’une famille nombreuse, qui aidera les plus pauvres et fondera plusieurs monastères et hôpitaux dans son duché de Savoie ; c’est le saint patron de la Maison de Savoie. Édifice : Le phare « Amédée » se situe dans l’île éponyme, près de la passe de Boulari, à 19 km au sud de Nouméa en Nouvelle-Calédonie (988) ; mais il n’a peut-être pas été baptisé en hommage à ce saint.

AMEL, Henri (mort en juin 2005), architecte naval français. Chantiers : Les chantiers « Amel » ont été fondés, en 1968, à La Rochelle (17) et longtemps dirigés par cet architecte et designer naval, d’où leurs noms ; ils sont spécialisés dans la fabrication d’unités de grande croisière. Henri Amel a aussi fondé le Grand pavois de La Rochelle (17), dont on a fêté la 40 e édition du vendredi 28 septembre au lundi 1 er octobre 2012. Il est le papa du super-manaru 2000 qui sillonne tous les océans du monde, sans oublier les voiliers de croisières Amel 54, Amel 64, Kirk, Meltem ou Santorin. Les chantiers « Amel » sont également présents en Méditerranée.

AMÉRIQUE, continent situé entre l’océan Atlantique et l’océan Pacifique. Course de chevaux : La célèbre course de chevaux en trot attelé « Prix d’Amérique » se déroule à l’hippodrome de Vincennes (94) depuis 1920. La 96 e édition s’est déroulée le dimanche 29 janvier 2017, parrainée par Opodo et dotée d’un million d’euros, devant 40 000 spectateurs, sur un parcours de 2 700 mètres, avec 17 trotteurs et 40 millions d’euros de paris ! Le cheval vainqueur 2017, Bold Eagle, a effectué son parcours en 3 minutes et 12 secondes. Il avait déjà remporté le Prix en 2016 ! Nota : Le Grand Prix du Président de la République de trot monté se déroule chaque année sur ce même hippodrome fin juin, sur un parcours de 2 850 mètres, devant 20 000 spectateurs. Statue : La statue en marbre « L’Amérique », est érigée dans les jardins du château de Versailles (78) ; elle a été sculptée entre 1675 et 1679 par Gilles Guérin (1611-1618) et Henri Emericq (actif vers 1680).

AMERY, William B. (né au XIX e siècle), homme politique britannique. Toponyme : « La banquise d’Amery » se situe en Antarctique, à la même longitude des îles Kerguelen. William Amery était le représentant du Royaume-Uni en Australie, de 1925 à 1928, lorsque l’explorateur australien Sir Douglas Mawson (1882-1958) prépara son expédition de 1929-1931 en Antarctique. Homonyme : « Léopold Charles Amery » (1873-1955) fut Premier lord de l’Amirauté, de 1922 à 1924.

Amiens, chef lieu du département de la somme (80). Traité : « Le Traité d’Amiens » du 25 mars 1802 a rattaché l’île d’Elbe à la France continentale. Le général d’artillerie Drouot » qui accompagna l’empereur Napoléon dans ses batailles en Europe, de Wagram à Waterloo, via la Moskova, sera également gouverneur de l’île d’Elbe lorsque l’empereur y régnera, à la palazzina dei Mulini, en exil de 1814 à 1815. Napoléon quitta cette île le dimanche 26 février 1815 à bord du navire l’ Inconstant , jusqu’au Golfe-Juan où il débarqua le mercredi 1 er mars 1815, pour rejoindre les Tuileries, le 20 mars 1815.

AMMON, dieu égyptien. Liquide : « L’ammoniaque » a été nommée ainsi d’après ce dieu égyptien honoré tout spécialement à Thèbes et dans le grand temple de Karnak, grâce au pharaon Toutankhamon (1364-1346 avant J.-C.), dont Howard Carter a découvert sa tombe en 1922.

AMOUR (Saint) (martyrisé le 9 août 302), légionnaire chrétien. Fête : On souhaite la fête de « Saint Amour », le 9 août , en souvenir de ce légionnaire qui aurait été martyrisé dans le Jura en 302 avec son compagnon Viateur. Toponyme : Le village de « Saint-Amour » se situe dans le Jura. Vignoble : Le « saint Amour » est le plus septentrional des crus du Beaujolais. Journée : Le 9 août est la journée mondiale des populations autochtones. Fête nationale : Le 9 août est aussi le jour de la fête nationale de Singapour pour commémorer son indépendance du 9 août 1965.

AMPÈRE, André Marie (20/1/1775-10/6/1836), physicien et mathématicien français. Unité de mesure : « L’ampère » (A) correspond à l’intensité du courant ; elle a été nommée ainsi en hommage au fondateur de l’électromagnétisme qui énonça, en 1820, une théorie concernant les actions magnétiques de l’électricité en mouvement, appelées aussi forces électromagnétiques. Dès 1814, il avait déjà fait une distinction entre les molécules et les atomes. On parle aussi du théorème d’Ampère et de la loi d’Ampère. Autres unités : L’ampère-heure (Ah), l’ampère par m 2 (A/m 2 ), le nano ampère (nA), le micro-ampère (µA), le milli ampère (mA), le déca ampère (daA) et le kilo ampère (kA). Appareil de mesure : « L’Ampèremètre » permet de mesurer l’intensité du courant. Lycée : Le lycée et les prépas « Ampère » se situent dans le 2 e arrondissement de Lyon (69) ; on y étudie notamment la règle du bonhomme « d’Ampère ». Édifice : La tour « Ampère » se situe à Paris-la Défense. Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom « d’Ampère » à un toponyme sur la Lune. Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1936, un timbre à l’effigie « d’André Marie Ampère » pour commémorer le centenaire de sa mort. Philatélie 2 : La Principauté de Monaco a émis, en 1975, un timbre à l’effigie « d’André Marie Ampère » pour commémorer le bicentenaire de sa naissance. Seconde génération : L’historien Jean-Jacques Ampère (1800-1864), fils d’André Marie Ampère, sera un écrivain reconnu, spécialiste du Moyen Âge ; il sera élu au fauteuil 37, en 1847, à l’Académie française, fondée par le cardinal de Richelieu le jeudi 22 février 1635.

AMPHITRYON, roi légendaire de Tirynthe en Grèce. Pièce de théâtre : La comédie « Amphitryon » écrite en 1668 par Molière (1622-1673) a été nommée ainsi d’après ce personnage de la mythologie grecque dont Zeus prit le visage pour abuser de sa femme Alcmène, ce qui engendra la naissance de deux jumeaux, Héraclès, le fils de Zeus, et Iphiclès, le fils d’Amphitryon. Mot : Un « amphitryon » est un hôte qui sert un repas.

AMRAM : Voir MOÏSE.

AMSTERDAM, capitale des Pays-Bas. Voilier : Le grand trois-mâts carré Stad Amsterdam , long de 76 mètres, a été lancé en l’an 2000 au chantier Amsterdam des Pays-Bas. Il effectua notamment un tour du monde en 2009 pour rendre hommage au bicentenaire de la naissance du naturaliste anglais Charles Darwin (1809-1882).

AMUNDSEN, Roald (16/7/1872-disparu le lundi 18/06/1928), explorateur polaire norvégien. Toponyme 1 : « La mer d’Amundsen » se situe le long de la Terre Marie Byrd en Antarctique, où l’on trouve aussi une baie, une côte, un mont et un glacier Amundsen. Toponyme 2 : « Le golfe d’Amundsen » se situe dans l’Arctique canadien, au sud de l’île Banks. Il est délimité par les Territoires du Nord-Ouest du Canada, le golfe du couronnement, l’île Victoria et la mer de Beaufort. Ce golfe a ainsi été nommé en hommage à l’explorateur polaire norvégien Roald Amundsen (1872-1928) qui réalisa dans cette région la première traversée du passage du Nord-Ouest, de 1903 à 1906. Voici le récit de cette belle aventure : Le 17 juin 1903, Amundsen quitta Christiania, la capitale de la Norvège (rebaptisée Oslo en 1924), avec son navire Gjoa pesant 47 tonnes. Il fit d’abord escale à Godhaven dans l’île de Disco au Groenland du 26 au 30 juillet 1903, il longea le Groenland jusqu’au cap York et traversa la baie de William Baffin (1584-1622) et le détroit de James Lancaster (1555-1618). Il mouilla du 22 au 23 août 1903 près de l’île de Fréderik-William Beechey (1796-1856) et traversa les détroits de John Barrow (1764-1848), de Robert Peel (1788-1850), de John Franklin (1786-1847), de James Ross (1800-1862) et de John Rae (1813-1893), avant d’effectuer deux hivernages à Gjöa Haven au sud-est de l’île du Roi-Guillaume, du 12 septembre 1903 au 13 août 1905. Il prit ensuite la direction de l’Ouest via le détroit de Thomas Simpson (1808-1840), le golfe de la Reine-Maud, le détroit de Peter Dease (1788-1863), le golfe du Couronnement, le détroit de Dolphin et Union, le golfe de Roald Amundsen (1872-1928) ainsi nommé en son honneur et la mer de Francis Beaufort (1774-1857). Du 9 septembre 1905 au 10 juillet 1906, il dut effectuer son troisième hivernage à King’s Point (Kay Point) à 70 km à l’est de l’île d’Herschel située dans la mer de Beaufort par 69°16’N et 138°21’W au nord-ouest du delta du Mackenzie. Pendant cet hivernage, Amundsen réalisa un raid à skis en direction de Fort Yukon, puis jusqu’à Fort Egbert près de Eagle City, à seulement 100 km au nord-ouest de Dawson City dans le territoire du Yukon, où il reprit des forces du 5 décembre 1905 au 3 février 1906. De retour à King’s Point, Amundsen retrouva son équipage en bonne santé, à part la maladie de son responsable des observations magnétiques Gustave Viik qui mourut de pleurésie, le 4 avril 1906. Le Gjoa appareilla le 10 juillet 1906, en direction de Nome où il arriva le 31 août 1906 via le détroit de Vitus Béring (1681-1741) qu’il franchit le 30 août 1906. Le Gjoa termina son voyage à San Francisco où il est toujours exposé au public près du magnifique pont suspendu rouge « Golden Gate », inauguré le 27 mai 1937 ; il était alors le plus long pont du monde avec 2 725 mètres. Pour mémoire : Roald Amundsen survolera aussi pour la première fois le pôle Nord à bord du dirigeable Norge, le 12 mai 1926, à 1 h 25, avec une quinzaine de membres d’équipage. Toponyme 3 : « La base polaire Amundsen-Scott » se situe depuis janvier 1957 en Antarctique, exactement au pôle Sud par 90°S ; elle a été nommée ainsi, non seulement en hommage de cet explorateur polaire norvégien Roald Amundsen (1872-1928) qui sera le premier à atteindre le pôle Sud le jeudi 14 décembre 1911 vers 15 heures, avec ses quarante-deux chiens de traîneau et ses quatre coéquipiers, Olav Bajaaland (1873-1961), Helmer Hansen (1870-1956), Sverre Hassel (1876-1928) et Oscar Wisting (1871-1936), mais aussi en hommage à l’explorateur polaire britannique Robert Falcon Scott (1868-1912) qui atteindra également le pôle Sud cinq semaines plus tard, le mercredi 17 janvier 1912, avec ses quatre coéquipiers Lawrence Oates (1880-1912), Edgard Evans (1875-1912), Henry Bowers (1884-1912) et Edgard Wilson (1872-1912), qui perdront la vie sur le chemin du retour. On a aussi donné le nom d’Amundsen à un glacier et à des montagnes. Pour mémoire : Amundsen réalisa également, du 15 juillet 1918 au 27 juillet 1920 la seconde traversée du passage du Nord-Est avec le Maud, de Tromsö, en Norvège, jusqu’à Nome en Alaska ; il atteignit en hydravion la latitude de 87°44’N le 21 mai 1925 en direction du pôle Nord, et traversa l’Arctique en dirigeable du 11 au 14 mai 1926 avec l’Italien Umberto Nobile (1885-1978), l’Américain Lincoln Ellsworth (1880-1951) et douze hommes d’équipage, via le pôle Nord le 13 mai. Toponyme 4 : La plaine abyssale « Amundsen » descend jusqu’à -4 499 mètres de profondeur dans le bassin du Pacifique sud-oriental, à un millier de kilomètres de l’Antarctique occidental par 130°W. Drame : Le lundi 18 juin 1928, Roald Amundsen (1872-1928), Leif Dietrichson, René Guilbaud (1890-1928), Alfred Cavelier, Émile Valette et Gilbert Brazy embarquent à Tromsö en Norvège à bord d’un Latham 47 , en direction du Spitzberg, pour rechercher les survivants du dirigeable Italia commandé par Umberto Nobile (1885-1978), qui s’était fracassé contre la banquise arctique le 25 mai 1928, au retour d’une expédition au pôle Nord. Le Latham 47 disparaîtra en pleine mer, et l’on ne retrouvera qu’une partie de l’épave. Il y aura en tout 14 morts… Statue : La statue « d’Amundsen » est érigée à Tromsø, en Norvège, près du Northern Norway Art Museum. Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom « d’Amundsen » à un toponyme sur la Lune. Voilier : Le brick allemand Roald Amundsen , long de 50 mètres, a été lancé pour la première fois, en 1952, depuis le port d’Eckernförde pour le compte de l’armée est-allemande. Il a ensuite été racheté par l’association « Apprendre à vivre à bord d’un voilier » pour en faire un navire école, relancé en 1993. Brise-glace : Le brise-glace canadien « NGCC Amundsen », long de 98 mètres, effectue chaque année 152 jours de mission par an dans l’Arctique canadien, avec parfois des missions dans la mer de Barents autour du Spitzberg, un archipel norvégien. Statue : Une statue de « Roald Amundsen » a été dressée dans le village de Ny-Ålesund, fondé en 1916 au Spitzberg par 78°53’N et 11°56’E, face à la baie du Roi. On peut y admirer un petit train à vapeur qui servait à transporter le charbon. Philatélie : La Principauté de Monaco a émis, en 1972, un premier timbre à l’effigie de « Roald Amundsen » pour commémorer le centenaire de sa naissance, un second timbre en 1976 à l’effigie de « Richard Evelyn Byrd et Roald Amundsen » pour célébrer le 50 e anniversaire de leur survol du pôle Nord, à trois jours d’intervalle, respectivement en avion, le 9 mai 1926, à 9 h 03 GMT ou TU, et en dirigeable, le 12 mai 1926, à 1 h 25 GMT ou TU, puis un troisième timbre en 2003 pour commémorer le centenaire de sa première traversée du passage du Nord-Ouest avec son navire Gjoa.

ANACRÉON (570-488 avant J.-C.), poète grec. Mot : « L’anacréontique » est un genre de pensée créé par ce philosophe qui célèbre les plaisirs de l’amour et de la table.

ANASTASE, Charles (né en 1979), couturier français. Marque : Le jeune créateur « Charles Anastase » a organisé, en 2005, son second défilé de mode à l’hôtel Bristol de Paris, situé dans le cadre prestigieux de la rue Saint-Honoré au cœur du 8 e arrondissement de Paris, près des Champs-Élysées, car c’est l’un des sept palaces ***** de la capitale.

Anatomie : Le corps humain comprend notamment une tête, un cou, une bouche, un menton, un nez, un cœur, une trachée, un estomac, un intestin, un nombril, un foie, un dos, une colonne vertébrale, un ventre, un anus, un appareil génital… deux yeux, deux oreilles, deux épaules, deux bras, deux coudes, deux poignets, deux mains, deux jambes, deux cuisses, deux genoux, deux pieds, deux talons d’Achille…, cinq doigts par main et cinq doigts par pieds…, ce qui correspond à des milliards de cellules.

ANDERSEN, Arthur E. (1885-1947), expert-comptable américain. Société : La société américaine d’audit « Arthur Andersen » a été fondée, en 1913, par Arthur Andersen, d’où son nom, avec le concours de Clarence DeLany. Cette société sera rebaptisée « Arthur Andersen & Co » après le départ de Clarence DeLany. Devenu un important groupe international, il emploie actuellement plus de 90 000 personnes à travers le monde.

ANDERSEN, Hans-Christian (2/4/1805-1875), écrivain danois. Musée : Le Musée « Hans Christian Andersen » est implanté à Odense, sa ville natale au Danemark. Événement : Le prix de littérature jeunesse « Hans Christian Andersen » est décerné tous les deux ans à un auteur et à un illustrateur de livres pour enfants dans le but de lutter contre l’analphabétisme ; c’est la plus haute distinction internationale en ce domaine. Ce prix rend ainsi hommage à l’auteur des merveilleux « Contes » connus de tous les enfants, dont la Petite Sirène et le Vilain Petit Canard. Sculpture : La fameuse « petite sirène d’Andersen » est une sculpture qui trône sur un rocher dans le port de Copenhague, dont la ville a été fondée en 1167. Philatélie : La Principauté de Monaco a émis, en 1980, six timbres représentant des contes « d’Andersen » pour célébrer le 175 e anniversaire de sa naissance.

ANDERSON, Monroe D. (29/6/1873-6/8/1939), banquier et philanthrope américain. Université : L’université américaine « MD Anderson » a été fondée à Houston en 1941. Spécialisée dans la recherche sur le cancer, elle a été nommée ainsi en souvenir de ce philanthrope qui léguera une partie de ses biens pour sa construction, après avoir lui-même souffert de cette terrible maladie pendant plus d’un an.

ANDRÉ (Saint) (crucifié le 30 novembre 64), l’un des douze apôtres du Christ. Fête : On souhaite la fête de « saint André », le 30 novembre , en souvenir du frère de Saint-Pierre qui fut le premier disciple de Jésus-Christ et l’un de ses douze apôtres ; il mourut en 64 à Patras sur une croix en forme de X, dite croix de Saint André. Ses reliques seront transférées le 3 mars 357 à Constantinople. C’est le saint patron des bouchers, des mineurs, des pêcheurs, de l’Écosse, de la Russie et de l’Ukraine. Plusieurs villes portent son nom, dont celle qui se situe dans le nord-est de La Réunion (974). Il est invoqué dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Ordre militaire : L’ordre de « Saint-André de Russie » est l’une des plus prestigieuses décorations russes. Toile : La magnifique toile « La Crucifixion de Saint-André » a été dessinée, en 1749, par l’artiste français Jean Restout (1692-1768) pour la collégiale Saint-André de Grenoble ; elle est exposée au Musée de Grenoble pour représenter le XVIII e siècle. Faille : La faille de « San Andreas », située en Californie, est à l’origine du tremblement de terre du 18 avril 1906 à 8 h 45, de magnitude 8,25 sur l’échelle de Richter, qui a incendié et détruit une grande partie de la ville de San Francisco. Cette faille est aussi à l’origine du tremblement de terre du 17 octobre 1989 à 17 heures 04, de magnitude 6,9 sur l’échelle de Richter, qui a surtout détruit le « Bay Bridge » qui relie San Francisco à Oakland, causant à lui seul la mort de deux cent cinquante personnes. Un terrible tremblement de terre pourrait se dérouler le long de la faille de « San Andreas », dans les années 2030 à 2050, lorsque la Californie subira un séisme de magnitude 8 sur l’échelle de Richter, faisant probablement 2 000 morts... Film : Le film en 3D « San Andreas », de Brad Peyton, est projeté en France depuis le mercredi 27 mai 2015, avec notamment l’acteur américain Dwayne Johnson ; il a été rediffusé le mercredi19 avril 2017 sur ciné + premier. Toponyme : La baie de « St Andrew » se situe sur la côte est de la Georgie du Sud ; on y trouve une colonie de 150 000 manchots royaux. Hôpital 1 : L’hôpital « Saint-André » se situe à l’extérieur des remparts de Jérusalem. Hôpital 2 : L’hôpital « Saint-André » est implanté à Metz (57). Golf : Le golf de « St Andrew » a été construit en Écosse au XVI e siècle sur ordre de la Reine d’Écosse Mary Stuart ; c’est le premier golf de l’histoire. Il a été réaménagé en parcours à 18 trous dès 1764. Université : L’université écossaise de « St Andrew » a été fondée, en 1413, dans la ville éponyme située face à la mer du Nord près de Dundee ; c’est la plus ancienne université écossaise, et la troisième plus ancienne université mondiale, après celles d’Oxford (1163) et de Cambridge (XIII e siècle). Elle compte actuellement 9 000 professeurs et étudiants sur une population totale 12 000 habitants. Parmi les plus prestigieux élèves récents, on peut citer le prince Williams qui y a peut-être rencontré sa future épouse, Kate Middleton. Édifice : Les ruines du château « St Andrews Castle » sont implantées dans la cité médiévale écossaise éponyme. Musée : Le Musée « St Andrews » de cette cité retrace son histoire passionnante. Édifice religieux 1 : L’église « Saint-André » se situe près de Jérusalem. Édifice religieux 2 : La chapelle dédiée à « Saint-André » et aux saints d’Écosse fait partie de la cathédrale Westminster édifiée à Londres entre 1895 et 1903. Édifice religieux 3 : La cathédrale gothique « Saint André » de Wells, en Grande-Bretagne, a été construite entre le XII e au XIV e siècle sur le site même d’une première église « Saint-André qui avait été construite en 764. La façade de cette cathédrale, achevée en 1239, est exceptionnelle grâce à sa centaine de superbes statues de pierre toujours en place, car à l’origine, il devait y en avoir près de 300 ! Édifice religieux 4 : La cathédrale « Sant’Andréa » d’Amalfi, en Italie, est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco ; elle a été construite au XI e siècle et rénovée au XVIII e siècle en style baroque. Édifice religieux 5 : La cathédrale « Saint-André » de Bordeaux (33), en style gothique, est la plus importante église de la ville ; elle a été consacrée le jeudi premier mai 1096 par le pape Urbain II. Édifice religieux 6 : L’église « Saint-André » de Niort (79) est représentée sur un timbre émis, en 1966, par la Poste française. Édifice religieux 7 : L’Abbaye « Saint-André » de Villeneuve-lès-Avignon (30) est renommée pour ses jardins panoramiques. Édifice religieux 8 : La basilique « Saint-André » de Mantoue, en Italie, semble assez moderne. Édifice religieux 9 : L’abbaye « Saint-André » de Meymac (19) est entourée de pittoresques ruelles. Édifice religieux 10 : La cathédrale anglicane « St Andrew » d’Inverness, en Écosse, a été édifiée, de 1866 à 1869, par l’architecte local Alexander Ross (1834-1925). Édifice religieux 11 : La cathédrale « St Andrews » de la cité médiévale écossaise éponyme fut fondée, en 1160 et consacrée en 1318 ; elle fut alors la plus grande cathédrale de Grande-Bretagne, mais il ne reste actuellement que des ruines impressionnantes. Édifice religieux 12 : La cathédrale gothique « Saint-Andrew » de Wells, en Grande-Bretagne, a été édifiée à partir de 1173. Édifice religieux 13 : La cathédrale anglicane « St-Andrew » de Sydney » a été fondée en 1819. Édifice religieux 14 : La cathédrale « St-Andrew » de Singapour, a été reconstruite, en 1862, après de gros dégâts causés par la foudre. Édifice religieux 15 : La cathédrale orthodoxe « Saint-André » de Saint-Pétersbourg, en Russie, a été bénie en 1780. Édifice religieux 16 : L’Abbaye de « Saint-André-aux-Bois », de Gouy-Saint-André (62), date du XVIII e siècle… Édifice : La tour « Saint-André » est implantée à Rouen (76). Toponyme : Le cap Saint-André se situe sur la côte ouest de Madagascar par 16°S. Drapeau : Le drapeau national britannique et irlandais « Union Jack » a été créé, en 1606, par le roi Jacques I er (1566-1625), en unissant la Croix de Saint-Georges anglaise et la Croix de Saint-André écossaise. On a ensuite rajouté la Croix de Saint-Patrick en 1800 après l’union avec l’Irlande. Ordre : L’Ordre de « Saint André » a été créé en décembre 1698 par Pierre 1 er le Grand (1672-1725), tsar de Russie de 1682 à 1725. Relique : La tête de Saint André a été volée à Constantinople en 1210 pour être conservée dans la basilique Saint-Pierre de Rome ; le pape Paul VI l’a rendue, en 1964, au patriarche de Constantinople. Philatélie : La Principauté de Monaco a émis, en l’an 2000, une série de six timbres représentant les douze apôtres de Jésus-Christ par groupes de deux : saint Pierre et saint Jacques le Majeur, saint Jean et « saint André », saint Philippe et saint Barthélemy, saint Matthieu et saint Thomas, saint Jacques le mineur et saint Jude, saint Simon et saint Matthias à l’occasion de l’Année Sainte. Fête nationale 1 : Le 30 novembre est aussi le jour de la fête nationale de la Barbade pour commémorer son indépendance du 30 novembre 1966. Fête nationale 2 : Le 30 novembre, jour de la « Saint Andrew », ou « St Andrew’day », est également le jour de la fête nationale écossaise.

ANDRÉ : Voir JACQUEMART.

ANDRÉ, Adeline (née en 1949), couturière française. Marque : La couturière « Adeline André » a travaillé chez Christian Dior, dès 1970, puis elle a créé sa propre marque, en 1981. Elle a été sélectionnée, en 2006 pour faire partie des dix membres officiels de la haute couture en France. Elle a ainsi présenté sa collection haute couture printemps-été 2006 dans un style très épuré à l’hôtel Libéral Bruant de Paris. Philatélie : La Poste française a édité, en 2012, un timbre d’Adeline André représentant un cœur.

ANDRÉ, Maurice (21/5/1933-25/2/2012), trompettiste classique français. Événement : Le Concours international de trompette « Maurice André » est organisé depuis 1979 par la ville de Paris ; la 6 e édition s’y est déroulée en novembre 2006. Ce concours a été nommé ainsi en hommage à ce virtuose de la trompette, de réputation internationale qui a édité 255 albums dont des dizaines de disques d’or et de platine.

ANDRÉE, Salomon (1854-10/1897), explorateur polaire Suédois. Toponyme : « La Terre Andrée » se situe au Spitzberg, un archipel norvégien ; elle a été nommée ainsi en souvenir de cet explorateur qui essaiera d’atteindre le pôle Nord en ballon ; il s’envolera le 11 juillet 1897, à 13 h 50, de l’île des Danois située dans le nord-ouest du Spitzberg par 79°40’N et 11°E, installé dans la nacelle du ballon l’Aigle ( Orn en Suédois) gonflé par 5 000 m 3 d’hydrogène, avec ses deux coéquipiers Fraenkel et Strindberg. On saura ce qui s’est passé grâce à l’appareil-photo et au carnet de bord d’Andrée retrouvé en 1930, soit trente-trois ans plus tard, dans l’île Blanche située au nord-est du Spitzberg par une expédition norvégienne. Le vol du ballon s’effectuera normalement jusqu’à l’atterrissage sur la banquise le 14 juillet à 7 h 30 par 82°57’07’’N et 29°32’E. Les trois naufragés réussiront avec d’immenses difficultés à regagner la terre ferme dans l’île Blanche, le 5 octobre 1897, pour y installer un bivouac, mais Strindberg mourra le premier, Andrée et Fränkel mourront quelques jours plus tard, à la fin octobre 1897.

ANDRIEUX : Voir VILMORIN.

Andrinople, ville de Turquie. Traité : « Le Traité d’Andrinople » a été signé dans cette ville, le 14 septembre 1829, entre la Russie et la Turquie, pour reconnaître l’autonomie de la Serbie et l’indépendance de la Grèce, sauf la Crète et les îles de la mer Egée. La Russie garde toutefois la libre navigation sur la mer Noire. Á cette époque, Mahmoud II (1784-1839) était le sultan de l’Empire ottoman de 1808 à 1839. Pour mémoire : La Crète a hébergé la civilisation minoenne, de 3 000 ans avant J.-C. jusqu’à 1 200 ans avant J.-C., notamment dans le palais de Minos situé à une dizaine de kilomètres de la capitale actuelle d’Héraklion. Cette civilisation sera détruite par une éruption volcanique. La Crête sera rattachée à Venise dès le XIII e siècle, puis à l’Empire ottoman, de 1669 à 1898. Elle sera finalement autonome de 1898 à 1913, avant d’être rattachée à la Grèce en 1913.

ANDROMÈDE, épouse de Persée dans la mythologie grecque. Astronomie : La galaxie « Andromède » est visible la nuit de l’hémisphère Nord, dans le ciel boréal près de la constellation de Cassiopée ; elle se situe à 2,5 millions d’années-lumière de la Terre, avec un diamètre de 200 000 années-lumière, et compterait plus d’un 200 milliards d’étoiles. Elle porte aussi le nom de M 31 dans le catalogue de Charles Messier (1730-1817). C’est la sœur jumelle de la Voie Lactée. Connue depuis le X e siècle, elle a été étudiée, en 1924, par l’astrophysicien américain Edwin Powell Hubble (1889-1953) qui y a trouvé des milliers d’étoiles. C’est la galaxie la plus proche de la Voie Lactée qui mesure environ 100 000 années-lumière ; elle s’en rapproche inéluctablement à la vitesse prodigieuse de 400 000 km/h, soit l’équivalent de la distance Terre Lune par heure…, mais la collision avec la Voie Lactée, donc avec la Terre, attendra tout de même 2 milliards d’années ! Pour mémoire : Andromède est la fille de Céphée et de Cassiopée dans la mythologie grecque ; elle dirige les hommes. Botanique : « Andromède » est une plante très toxique. Système : Le système d’exploitation « Androïd » est notamment utilisé dans les Smartphones, les PDA et les tablettes. Holding : La holding « Andromède » est détenue par la famille Hériard-Dubreuil pour gérer notamment le groupe Rémy Cointreau. Statues : Les statues en marbre de « Persée et Andromède » sont exposées dans les jardins du château de Versailles ; elles ont été réalisées entre 1679 et 1684 par Pierre Puget (1620-1694).

ANDROS, petit-fils d’Apollon dans la mythologie grecque. Toponyme : L’île grecque « Andros » est la plus septentrionale des Cyclades ; sa superficie est de 373 km 2 pour une population de 10 000 habitants. Groupe : Le groupe agroalimentaire français « Andros » est implanté à Biars-sur-Cère (46) ; il compte 10 000 personnes et comprend des marques telles que Bonne Maman, Mamie Nova, les confiseries Pierrot Gourmand… Événement 1 : Le trophée « Andros » est une compétition de voitures sur glace depuis 1990, une compétition de pilot bike sur glace depuis 1998, et une compétition de voitures électriques sur glace depuis 2010. Événement 2 : Le « City Raid Andros », réservé aux Isséens âgés de 10 à 13 ans, se déroule chaque année à Issy-les-Moulineaux (92), depuis avril 2012.

ANGEL, James Crawford (1 er /8/1899-8/12/1956), pilote d’avion américain. Toponyme : Le « Salto del A ngel » se situe au Venezuela ; il s’agit d’une falaise haute de 979 mètres dont 807 mètres d’un seul tenant, d’où se déverse la plus haute cascade du monde en provenance du Rio Caroni. Elle a été nommée ainsi en souvenir de ce pilote d’avion américain, surnommé Jimmy, qui survécut à un atterrissage forcé, le 7 octobre 1937, près de cette falaise. Il s’agit du plus célèbre site du « base-jump » d’où sautent les fêlés de parapente. Ce parc est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1994. Le guide de haute montagne français Jean-Marc Boivin (1950-1990) s’y est tué le 17 février 1990 ; il n’avait que 39 ans. En avril 2006, une équipe internationale d’excellents grimpeurs a réussi l’escalade de cette paroi verticale dans le cadre du film de 52’, Amazonian Vertigo, réalisé par Evrard Wendenbaum, qui a remporté la Toison d’or du film d’aventure de Dijon 2006 organisé par la Guilde Européenne du Raid.

ANGÈLE Mérici (Sainte) (1474-27/1/1540), franciscaine italienne et fondatrice des Ursulines. Fête : On souhaite la fête de « sainte Angèle », le 27 janvier , en souvenir du jour de la mort de cette mère de famille qui fondera, le 25 novembre 1535, la Compagnie de Sainte Ursule de Brescia, plus communément appelée les Ursulines, pour l’éducation des adolescentes à travers le monde. À titre d’exemple les Ursulines arrivèrent, en 1727, à la Nouvelle-Orléans en même temps que les esclaves « pour sauver les âmes » selon une expression de la mère supérieure, Philippine Duchene ; elles y effectueront un travail de mission et y ouvriront, dès 1749, le premier couvent des États-Unis, le premier orphelinat et la première école destinée aux Indiens et aux noirs. Angèle Mérici sera canonisée le 27 mai 1807 par Pie VII (1742-1823), pape bénédictin de 1800 à 1823, qui assista au sacre de l’empereur Napoléon I er à Paris, le dimanche 2 décembre 1804, en la cathédrale Notre-Dame de Paris. Pour mémoire : La National Geographic Society a été fondée le vendredi 27 janvier 1888. Journée : Le 27 janvier est la journée mondiale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste. L’ONU et l’Union Européenne ont en effet retenu la date anniversaire du 27 janvier 1945 qui correspond à la libération du camp d’Auschwitz par l’Armée Rouge, sachant que l’ONU a été créée le 26 juin 1945 à San Francisco.

ANGELI, Daniel (né en 1942), photographe français. Agence : L’agence photographique « Angeli » a été créée en 1967 par ce photographe des stars parfois surnommé le roi des paparazzis. Il photographiera notamment les vedettes du Festival de Cannes et deviendra même à partir de 1996 le photographe privilégié de Johnny Hallyday (né en 1944 ). Homonyme : « Ève Angeli » est le pseudonyme de la chanteuse française Vanessa Garcin née le 25 août 1980.

ANGENIEUX, Pierre (12/7/1907-26/6/1998), industriel français. Seconde génération : ANGENIEUX, Bernard (né au XX e siècle), fils du précédent. Marque : Les objectifs « Angénieux » sont fabriqués depuis 1935 à Saint-Héand (42) ; cet industriel a inventé le zoom, en 1947, et ses objectifs sont surtout utilisés sur les caméscopes professionnels, et pour des applications militaires ou civiles. Certains objectifs Angénieux ont même équipé des caméras et appareils-photos, lors notamment de la mission Apollo 11 , avec le premier pas de l’homme sur la Lune en juillet 1969, ainsi que lors du lancement du satellite Spot 1, mis en orbite le 22 février 1986 grâce au lanceur européen Ariane 1 depuis le centre spatial de Kourou en Guyane française ; depuis, les satellites Spot 2, Spot 3, Spot 4 et Spot 5 ont été lancés depuis le centre spatial de Kourou. Pierre Angénieux a reçu plusieurs récompenses internationales, dont des Oscars à Hollywood en 1964 et en 1990. Cette société a rejoint le groupe Thalès en 1993. Les objectifs Angénieux équipent aussi des fantassins, des cockpits d’avion et des cabines de conduite de trains. La société Angénieux, dirigée par Bernard Angénieux, fait maintenant partie du groupe Thales dont le sigle représente les deux premières lettres des groupes Th omson et Al catel, plus les initiales de la société E lectronic S ystems.

ANGO, Jehan (1580-1551), armateur dieppois. Lycée : Le lycée « Jehan-Ango » est implanté à Dieppe (76). Les élèves de lycée doivent être férus d’histoire maritime. Port : Le port de plaisance « Jehan Ango », avec ses 450 emplacements, se situe également à Dieppe (76). Ce lycée et ce port ont été nommés ainsi en souvenir de cet armateur qui organisa deux expéditions maritimes du navigateur florentin Giovanni da Verrazano (1485-1528) vers le Nouveau-Monde. Verrazano appareilla pour la première fois de Dieppe le 1 er janvier 1525 à bord de la Dauphine pour traverser l’Atlantique et mouiller en Caroline du Sud le 7 mars 1525… Voit Verrazano.

ÅNGSTRÖM, Anders Jonas Thomas (13/8/1814-21/8/1874), astronome et physicien suédois. Unité de mesure : « L’angström » (A°) correspond à une unité de mesure de longueur équivalente à 0,1 nanomètre, c’est-à-dire 10 puissances moins 10 mètres ; il a été nommé ainsi en hommage au physicien suédois qui détermina les limites du spectre visible de la lumière, et décrivit les spectres des gaz incandescents et les spectres d’absorption. Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom « d’ Å ngström » à un toponyme sur la Lune. Pour mémoire : Le 8 mai 1890, l’Assemblée nationale décide la création d’un système de mesure décimal. Sur proposition de Charles Talleyrand (1754-1838), évêque d’Autun, une commission est alors formée par le marquis Marie Jean de Condorcet (1743-1794) pour déterminer les nouvelles unités de mesure. Cette commission comprend cinq membres de l’Académie des Sciences : Le physicien Jean-Charles Borda (1733-1799), le mathématicien et astronome Joseph Louis Lagrange (1736-1813), président de la commission, l’astronome Pierre Simon de Laplace (1749-1827), le chimiste Antoine de Lavoisier (1743-1794) qui sera guillotiné le 8 mai 1794, et le mathématicien Gaspar Monge (1746-1818), dont on donnera le nom à des cratères sur la Lune. Ils décident de nommer « mètre » la principale unité de ce système, d’après le mot grec « metra » qui signifie mesure. Ce mètre correspondra à la dix-millionième partie du quart d’un méridien terrestre, entre le pôle et l’Équateur. Cette définition est proposée par l’Académie royale des sciences, le samedi 26 mars 1791, puis signée officiellement, le mercredi 30 mars 1791, par le roi Louis XVI. Deux astronomes et géodésiens français, Jean-Baptiste Delambre (1749-1822), dont on donnera le nom à un cratère sur la Lune, et Pierre Méchain (1744-1804) sont choisis pour mesurer l’arc de méridien compris entre Dunkerque et Barcelone le long du méridien de Paris, afin de déterminer officiellement la longueur précise du mètre-étalon le 7 avril 1795. Ils effectuent en effet ce laborieux travail de juin 1792 à novembre 1798, en partant chacun d’une extrémité pour rejoindre Rodez. Un mètre provisoire est fixé par le décret du 1 er mars 1973, en attendant le résultat des mesures en cours. Le système métrique est promulgué par le décret de la Convention du 18 germinal an III, soit le mardi 7 avril 1795, avec plusieurs unités de mesure, dont le mètre-étalon pour la longueur, l’are pour la surface, le stère pour le volume du bois, le litre pour le volume d’un liquide, et le kilogramme étalon pour le poids, sans oublier le franc comme unité de monnaie. Le mètre définitif, dit mètre-étalon, et le kilogramme étalon, manufacturés en platine iridié par le chimiste Marc Étienne Janety, sont finalement déposés le vendredi 21 juin 1799, à 15 heures, dans le coffre-fort d’un caveau protégé par une double porte blindée. Les bases du système métrique sont déclarées « étalons définitifs des mesures de longueur et de poids de la République » par le consulat de Napoléon, selon la loi du 19 frimaire an VIII, soit le mardi 10 décembre 1799. Ce caveau est implanté à neuf mètres sous terre dans le pavillon de Breteuil du Parc de Saint-Cloud, près de la manufacture Royale de porcelaine transférée à Sèvres en 1756. Le système métrique décimal deviendra obligatoire en France, dès le 1 er janvier 1840, puis sera progressivement reconnu internationalement, sauf dans trois pays : les États-Unis, le Libéria et le Myanmar (ex-Birmanie). Le Royaume-Uni n’adoptera en effet le système décimal que le 15 février 1971. Le mètre-étalon, entaché d’une erreur de 0,2 millimètre, suite à une erreur de trois secondes lors des mesures de Méchain à Barcelone, sera redéfini en octobre 1960 par la longueur du trajet parcouru par la lumière dans le vide pendant 1/299792458 e de seconde, puis en octobre 1983, par l’une des radiations émises par une lampe à krypton. Le franc, quant à lui, est remplacé par l’euro depuis le 1 er janvier 2002, en ce qui concerne les pièces et les billets. Pour mémoire : La Constitution de l’an III définit, en 1795, les droits et devoirs du citoyen : Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fit ; faites constamment aux autres le bien que vous voudriez en recevoir.

ANHEUSER Eberhart (1805-2/5/1880), brasseur américain. Seconde génération : BUSCH, Adolphus (1839-1913), gendre du précédent, brasseur américain. Marque : La brasserie « Anheuser-Busch » provient du nom de leurs deux créateurs à Saint-Louis dans le Missouri : Eberhart Anheuser, d’origine allemande, avait repris une petite brasserie, en 1860, et Adolphus Busch le rejoint en 1864. L’immense développement de cette brasserie en fera la plus importante des États-Unis et même au monde. Leurs bières les plus connues sont la Budweiser d’Anheuser-Busch commercialisée, dès 1876, et la Michelob commercialisée dès 1896.

ANICET (Saint) (mort le 17 avril 166), 11 ème pape romain de 155 à 166. Fête : On souhaite la fête de « saint Anicet », le 17 avril , en souvenir du jour de la mort de ce saint, qui sera élu onzième pape de l’Église catholique en 155 ; il le restera jusqu’à sa mort en 166. Fête nationale : Le 17 avril est aussi le jour de la fête nationale de la Syrie pour commémorer son indépendance du 17 avril 1946.

ANKER, M. J. (né au XVIII e siècle), minéralogiste autrichien. Minerai : « L’ankérite » est un carbonate de calcium avec un peu de fer et de magnésium ; elle a été nommée ainsi, en 1825, pour rendre hommage à ce minéralogiste.

ANNE (Sainte) (née au I er siècle avant J.-C.), grand-mère de Jésus-Christ et mère de Marie. Fête : On souhaite la fête de « sainte Anne » et de « saint Joachim », le 26 juillet , en souvenir des parents de la Vierge Marie, et grands-parents de Jésus-Christ. Sainte Anne est la sainte patronne des dentellières, des femmes enceintes, des écolières, des mères de famille, des institutrices, des veuves, des gantiers, de la Bretagne et de la Chambre de rhétorique. Elle est invoquée dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Toponyme 1 : L’île brésilienne de « Sainte-Anne » a été découverte le 26 juillet 1612, le jour de la Sainte-Anne, d’où son nom, par le navigateur français Daniel de la Touche, seigneur de la Rivardière (mort en 1635), à la tête de ses navires la Sainte-anne , la Charlotte et le Régent . Toponyme 2 : Les villes de « Sainte-Anne » se situent en Guadeloupe (971), en Martinique (972) et à La Réunion (974). Toponyme 3 : Le Parc sous-marin « Sainte-Anne » est le premier parc sous-marin de l’Océan Indien ; il se situe aux Seychelles, à quelques kilomètres au large de la capitale Victoria, autour de six petites îles : Sainte-Anne (d’où son nom), l’île aux Cerfs, l’île Longue, l’île Moyenne, l’île Ronde et l’île Cachée. Toponyme 4 : Le Canyon de « Sainte Anne » se situe au Québec, sur la route 138… Édifice religieux 1 : L’église « Sainte-Anne » est implantée dans le centre de Jérusalem, à l’intérieur des remparts. Édifice 2 : La cathédrale « Sainte-Anne » de Brazzaville a été fondée, en 1892, par l’archevêque Prosper Augouard (1852-1921). Édifice religieux 3 : La cathédrale « Sainte-Anne » est implantée à Apt (84) ; on y trouve des reliques de la sainte. Édifice religieux 4 : La basilique « Sainte-Anne », édifiée de 1866 à 1877, se situe à Sainte-Anne-d’Auray (56) ; elle accueille le principal pèlerinage breton avec plus de 900 000 visiteurs chaque année ! La Poste française a émis, en 1981, un timbre représentant cette basilique. Édifice religieux 5 : La basilique « Sainte-Anne-de-Beaupré » a été fondée, en 1658, dans la ville canadienne éponyme, située sur la côte de Beaupré le long du fleuve Saint-Laurent, à 30 km au nord-est de Québec. Depuis 1876, un important pèlerinage y est organisé chaque 26 juillet, jour de la Sainte Anne, en hommage à la sainte patronne de la province de Québec. Cette basilique reçoit chaque année plus de 1,5 million de pèlerins. Édifice religieux 6 : L’abbaye bénédictine « Sainte-Anne » de Kergonan a été édifiée près de Plouharnel (56) à partir de 1896. Édifice religieux 7 : L’église luthérienne « Sainte-Anne » de Vilnius, en Lituanie, a été construite en briques, de 1520 à 1570, par les rois de Pologne Sigismond I er (1467-1548) et Sigismond II (1520-1572), 133 ans après la fondation de la ville de Vilnius. Toponyme : Le mont « Sainte-Anne » culmine à 800 mètres d’altitude dans le parc éponyme situé au nord-est de Québec : on y pratique le ski en hiver. Apparition : Sainte-Anne est apparue, en 1624, à Auray au paysan Yvon Nicolazic (1591-1645) qui venait de découvrir une statue de Sainte-Anne datant du VII e siècle. Portail : Le portail ouest de la cathédrale Notre-Dame de Paris se situe à droite de la façade ; il est dédié à « Sainte-Anne ». Statue 1 : La statue dorée de « Sainte Anne » a été érigée au sommet de la tour de la basilique de Sainte-Anne-d’Auray (56). Statue 2 : La statue de « Sainte Anne », bénissant le port, se dresse devant le Musée Jules-Verne de Nantes (44). Fête nationale 1 : Le 26 juillet est aussi le jour de la fête nationale aux Maldives pour commémorer leur indépendance du 26 juillet 1965. Fête nationale 2 : Le 26 juillet est également le jour de la fête nationale du Libéria pour commémorer son indépendance du 26 juillet 1847.

ANNE de Bretagne (25/1/1477-9/1/1514), duchesse de Bretagne et deux fois reine de France. Voilier : Le trois-mâts carré « Duchesse Anne » est le plus grand voilier conservé actuellement par la France ; il est à quai devant le Musée portuaire de Dunkerque (59). Ce magnifique voilier, long de 92 mètres hors-tout sur 11,90 mètres de largeur, avec un grand mât haut de 48 mètres au-dessus du pont, jauge 1 250 tonnes pour une surface de voiles de 2 060 m 2 ; il a été lancé, le 7 mars 1901, aux chantiers de Bremerhaven en Allemagne au profit de l’association des voiliers écoles allemands, puis il passera sous pavillon français le 12 août 1946 à Kiel, pour être sauvé par le port de Dunkerque en 1981. Pont : Le pont « Anne de Bretagne » traverse la Loire à Nantes (44), sa ville natale ; ce pont et le voilier ci-dessus ont été nommés ainsi en hommage à cette duchesse, qui épousa en 1491, à l’âge de 14 ans, le roi de France Charles VIII (1470-1498), pour être sacrée reine de France le mercredi 8 février 1492. Son mari mourut le 8 avril 1498 des suites d’un traumatisme crânien en heurtant un passage trop bas dans son château d’Amboise... Devenue veuve en 1498, à l’âge de 21 ans, elle épousa en secondes noces le roi de France Louis XII (1462-1515), cousin de son précédent mari. Elle sera la seule femme de l’histoire de la France à avoir été deux fois reine de France. C’est elle qui fera entrer la Bretagne dans le royaume de France ! Pour mémoire 1 : Anne de Bretagne mourra le 9 janvier 1514, à l’âge de 36 ans au château de Blois (41) ; son mari, le roi Louis XII, organisera ses funérailles pendant quatre jours. Son corps sera inhumé le 16 février 1514 en la cathédrale St-Denis, près de Paris, tandis que son cœur sera conservé dans un écrin en or en forme de cœur, surmonté d’une couronne dès le 13 mars 1514 ; il reposera longtemps dans le caveau de ses parents situé dans le cimetière d’une église à Nantes (44). Puis le cœur sera volé pendant la Révolution française. Pour le 500 e anniversaire de la mort d’Anne de Bretagne, l’écrin en or en forme de cœur a été exposé au Palais Dobrée de Nantes (44), puis il a été prêté, du 14 mars au 6 avril 2014 au château royal de Blois (41) ; du 8 au 18 mai 2014 au château des ducs de Bretagne à Nantes (44) ; du 14 juin au 28 septembre 2014 dans la forteresse médiévale de Châteaubriant implantée dans la ville de châteaubriant (44) ; du 30 septembre au 30 octobre 2014 au Musée de Bretagne à Rennes (35)... Pour mémoire 2 : La fille aînée de Louis XII et d’Anne de Bretagne, deviendra Claude de France (1499-1524) qui épousera le futur roi François 1 er en 1514 ; ils auront sept enfants, dont le futur roi de France Henri II (1519-1559) qui épousera Catherine de Médicis en 1533. Pour mémoire 3 : Le père d’Anne de Bretagne, le duc François de Bretagne, a donné aux pauvres les 49 000 hectares du marais de Brière situé sur les communes de Saint-André-des-Eaux et Saint-Lyphard, à l’est de Guérande (44), au nord-est de la Baule (44) et au nord de Saint-Nazaire (44). Ce marais est maintenant classé parc ornithologique régional. Philatélie : La Poste française a émis le 1 er janvier 2014, un timbre à l’effigie « d’Anne de Bretagne », pour commémorer les 500 ans de sa mort, un événement exceptionnel dans toute la Bretagne.

Année-lumière. Distance parcourue par la lumière en une année, soit environ 9 000 milliards de kilomètres. Pour mémoire 1 : Une seconde-lumière correspond à la distance parcourue par la lumière de la Terre à la Lune, soit environ 380 000 km. Pour mémoire 2 : Huit minutes lumière correspondent à la distance parcourue par la lumière de la Terre au Soleil, soit environ 150 millions de kilomètres.

Anniversaires de mariage. Voici les principales noces. 5 ans. N oces de bois.
10 ans. N oces d’étain.
15 ans. N oces de cristal.
20 ans. N oces de porcelaine.
25 ans. N oces d’argent.
30 ans. N oces de perle.
35 ans. N oces de rubis.
40 ans. N oces d’émeraude.
45 ans. N oces de vermeil.
50 ans. N oces d’or.
55 ans. N oces d’orchidée.
60 ans. N oces de diamant.
65 ans. N oces de palissandre.
70 ans. N oces de platine.
75 ans. N oces d’albâtre.
80 ans. N oces de chêne.

ANSELME (Saint) (1033-21/4/1109), archevêque de Canterbury. Fête : On souhaite la fête de « saint Anselme », le 21 avril , en souvenir du jour de la mort de cet éminent théologien et philosophe qui professa et devint abbé de l’abbaye du Bec en Normandie avant de diriger le diocèse de Canterbury dans le Kent dès 1093 ; il sera proclamé docteur de l’Église, en 1720. Pour mémoire : L’archevêque de « Canterbury » est le numéro 1 de l’église anglicane. Fête nationale : Le 21 avril est aussi un grand jour de fête au Royaume-Uni pour commémorer la naissance de la reine Élisabeth II, née Windsor le 21 avril 1926.

ANSON, George (23/4/1697-6/6/1762), amiral anglais. Toponyme : « La baie d’Anson » se situe au sud-ouest de la ville australienne de Darwin ; elle a été nommée ainsi en hommage au navigateur anglais qui effectua un tour du monde à la voile du 16 septembre 1740 au 15 juin 1744. Un seul navire, le Centurion , reviendra en Angleterre sur les huit navires au départ, avec seulement 105 hommes rescapés sur les 1 600 au départ, mais avec un butin estimé à 500 000 livres en lingots. Ce navigateur deviendra Premier lord de l’Amirauté, de 1747 à 1748, de 1751 à 1755 et de 1758 à 1762. On a aussi donné son nom à une pointe et à des villes.

ANTARCTIQUE, continent le plus froid de la planète avec un record de -93,2°C le mardi 10 août 2010 au dôme Fuji, autour du pôle Sud, à l’intérieur du Cercle polaire antarctique situé par 66°33’38’’ de latitude Sud. Nota : Des centaines de références à l’Antarctique sont rédigées dans ce livre. Si vous avez une édition numérique de ce livre, vous pourrez les retrouver facilement et rapidement. Historique : Vous retrouverez la chronologie de la conquête du pôle Sud en recherchant « Pôle Sud » dans ce livre.

ANTARES, rivale du dieu Mars dans la mythologie grecque. Astronomie 1 : « Antarès » est un groupe de deux étoiles, très brillantes, situées dans la constellation du Scorpion. Astronomie 2 : Le premier télescope sous-marin à neutrinos au monde, « Antarès », est immergé dans la fosse de Porquerolles par -2 500 mètres de profondeur en mer Méditerranée, à 40 kilomètres au large de Toulon (83), près de La Seyne-sur-Mer (83) où se trouve la station de mesure « Antarès », dans le cadre du projet éponyme. En effet, Antarès signifie étymologiquement anti-mars. Fusée : Une fusée « Antares », destinée à relier la Terre à la station spatiale internationale (ISS), a explosé au décollage le vendredi 24 octobre 2014 à 16 h 20 TU.

ANTHELME de Chignin (Saint) (1107-26/6/1178), évêque de Belley. Fête : On souhaite la fête de « saint Anthelme », le 26 juin , en souvenir du jour de la mort de cet évêque de Belley (01) qui sera élevé à la dignité de prince électeur du Saint Empire romain germanique par l’empereur Frédéric I er Barberousse (1122-1190). Il sera aussi prieur à la Grande-Chartreuse, et fonda, en 1178, la Chartreuse pour femmes, quelques semaines avant sa mort. Journée 1 : Depuis la décision de l’ONU du 7 décembre 1988, le 26 juin est la journée mondiale contre l’abus et le trafic illicite des drogues. Journée 2 : Le 26 juin est aussi la journée mondiale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture. Fête nationale : Le 26 juin est par ailleurs le jour de la fête nationale malgache pour commémorer son indépendance du 26 juin 1960.

ANTIN, Louis-Antoine, duc d’ (1665-1736), surintendant des bâtiments de France. Autre personnalité : LA FAYETTE, Yves Gilbert, marquis de (1757-1834), officier français. Station de métro : La station de métro « Chaussée d’Antin-La Fayette » se situe dans le 9 e arrondissement de Paris ; elle permet les correspondances entre les lignes de métro N°7 et N°9, près des rues éponymes. La chaussée d’Antin a été nommée ainsi en souvenir du duc d’Antin, fils du marquis et de la marquise de Montespan, qui sera le surintendant des bâtiments du roi Louis XIV. Pour le second nom, voir La Fayette.

ANTIOPE, fille de Nyctée dans la mythologie grecque. Système de codage : Le système « Antiope » est un système de codage électronique dans la transmission des signaux de télévision. Il permet d’incruster dans l’image vidéo des sous-titres destinés aux sourds ou aux malentendants. Ce système a été nommé ainsi d’après cette superbe jeune fille, qui sera adorée par Zeus ; elle lui donnera des jumeaux, Amphion et Zétos. Pour mémoire : Les premières séances de télévision, organisées par l’ingénieur écossais John Logie Baird, se sont déroulées à Londres, en 1926, pour le noir et blanc, et en 1928 pour la couleur.

ANTOINE, Louis-Joseph (1846-1912), créateur belge d’un mouvement religieux. Religion : Le Mouvement religieux guérisseur « Antoinisme », d’inspiration chrétienne, a été fondé en 1910 par ce wallon. Temple : Un temple « Antoiniste » est implanté à Fontvieille près du jardin exotique de Monaco.

ANTOINE d’Égypte (Saint) (250-17/1/356), ermite égyptien. Fête : On souhaite la fête de « saint Antoine d’Égypte », dit le grand, le 17 janvier, en souvenir du jour de la mort de ce saint qui sera plusieurs fois tenté par le diable, mais qui sera sauvé par ses jeûnes et ses prières, tout en respectant la règle de l’Évangile. Il vivra plus de 105 ans et fondera l’ordre des Hospitaliers et l’ordre des Antonins. Il est invoqué dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux.

ANTOINE de Padoue (Saint) (15/8/1195-13/6/1231), prédicateur portugais, né à Lisbonne. Fête : On souhaite la fête de « saint Antoine », le 13 juin , en souvenir du jour de la mort de ce saint que l’on invoque souvent pour retrouver un objet perdu ; on l’implore aussi pour recouvrer la santé ou l’amour. Antoine de Padoue est ordonné prêtre à l’âge de 25 ans et parcourt les chemins de France et d’Italie pour prêcher la parole de l’Évangile à des milliers d’humains et même aux poissons, en réalisant de nombreux miracles ; on peut encore observer sa langue intacte à Padoue. Il a été canonisé en 1232 par Grégoire IX, pape de 1227 à 1241, puis proclamé docteur de l’Église en 1946. C’est le saint patron des solitaires, des marins, des naufragés, des prisonniers, des faïenciers, du Portugal et de sa capitale Lisbonne. C’est aussi le saint protecteur des enfants. Le jour de cette fête, une procession est notamment organisée à Dubrovnik en Croatie, pays rattaché à l’Europe depuis le 1 er juillet 2013, sauf l’euro. Il est invoqué dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Médaille : « La médaille de Saint-Antoine » et des prières ferventes permettent souvent de retrouver des objets perdus. Toponyme : Le cap « San Antonio » se situe face à l’Océan Atlantique Sud ; c’est le cap le plus oriental de l’Argentine, par 36°20’S et 56°45’W. Édifice : Le palais « Saint-Antoine » est la résidence du président de la République de Malte depuis la proclamation de la république en 1974. Édifice religieux 1 : L’église « Saint-Antoine de Padoue » se situe dans le 15 e arrondissement de Paris, près de la Porte de Plaisance, face au tramway T3 des maréchaux. C’est l’une des 109 paroisses de la capitale. Édifice religieux 2 : Le monastère « Saint-Antoine » se situe dans l’île grecque de Paros ; il a été construit au XVI e siècle sur une colline qui domine le village de Marpissa, avec vue imprenable sur l’île de Naxos. Édifice religieux 3 : La cathédrale « San Antonio da Sé » de Lisbonne a été érigée près de l’endroit même où naquit saint Antoine, en 1195. Édifice religieux 4 : La basilique « Saint-Antoine de Padoue » se situe à Padoue en Italie Édifice religieux 5 : La mission franciscaine « San Antonio de Padoue a été construite en 1771 en Californie… Pèlerinage : Un pèlerinage se déroule chaque année le 13 juin à la basilique « Saint-Antoine » de Padoue, en Italie, pour honorer la dernière demeure de « Saint-Antoine ». Botanique : La rave de « Saint-Antoine » est une plante médicinale. Hôpital : L’hôpital « Saint-Antoine » se situe dans le 12 e arrondissement de Paris. La qualité de son personnel, plus quelques prières à Saint-Antoine ne permettent généralement de recouvrer la santé. Philatélie 1 : La Principauté de Monaco a émis, en 1995, un timbre représentant « Saint-Antoine de Padoue » pour célébrer le 800 e anniversaire de sa naissance. Philatélie 2 : La Poste française a émis, en 2012, un timbre représentant le tableau La Tentation de Saint-Antoine de Jérôme Bosch (1453-1516) peint en 1506, à l’occasion de la fête du timbre 2012. Jour férié : Le 13 juin est un jour férié à Lisbonne en hommage à « Saint-Antoine », le saint-patron de Lisbonne. Homonyme : « San Antonio », né Frédéric Dard (1921-2000), est le pseudonyme du romancier français fort connu qui a créé en 1949 le personnage du commissaire San Antonio.

ANTOINE MARIE Zaccaria (Saint) (1502-5/7/1539), prêtre italien. Fête : On souhaite la fête de « saint Antoine Marie Zaccaria », le 5 juillet , en souvenir du jour de la mort de ce jeune médecin d’origine noble qui sera ordonné prêtre en Lombardie en 1528. Dix ans plus tard, il fondera à Milan les congrégations religieuses des Barnabites et des Angéliques. Fête nationale 1 : Le 5 juillet est aussi le jour de la fête nationale des îles du Cap-Vert pour commémorer leur indépendance du 5 juillet 1975. Fête nationale 2 : Le 5 juillet est également le jour de la fête nationale du Venezuela pour commémorer son indépendance du 5 juillet 1811. Pour mémoire : Le journal satirique « Le Canard enchaîné » a été fondé le vendredi 10 septembre 1915, puis relancé le mercredi 5 juillet 1916... Depuis cette date, il est mis en vente chaque mercredi.

ANTOINE, André (1858-1943), comédien et metteur en scène français. Seconde génération : ANTOINE, André (né le 17 août 1892), fils du précédent. Troisième génération : ANTOINE (né le 4 mars 1924), fils du précédent. Théâtre : Le « Théâtre Antoine » se situe sur le boulevard de Strasbourg, dans le 10 e arrondissement de Paris, non loin du Musée de l’éventail. Il compte actuellement 875 places. Il a été nommé ainsi le 4 juin 1896, par André Antoine en personne, directeur de ce théâtre pour la seconde fois, après y avoir fondé le théâtre libre en 1894. Son fils André sera un dramaturge réputé, et son petit-fils Jacques produira de nombreux films et des émissions de télévision très regardées comme La tête et les Jambes , Seul contre tous , La chasse au trésor… Ce théâtre sera rebaptisé « Théâtre Antoine-Simone Berriau ». Homonyme : Le chanteur, navigateur et réalisateur français « Antoine » (né en 1944) est bien connu pour ses reportages vidéo dans les plus belles îles du monde et pour ses publicités à la télévision ; il est même diplômé de l’École Centrale.

ANTOINE, Marc (83-suicidé en 30 avant J.-C.), homme politique romain. Autre personnalité : CLEOPÂTRE (69-suicidée en 30 avant J.-C.), reine d’Égypte, maîtresse du précédent. Œuvre : La tragédie « Antoine et Cléopâtre » de William Shakespeare (1564-1616), rédigée et publiée en 1606, met en scène ce couple célèbre qui vivra un terrible destin trente ans avant notre ère : Antoine se donnera la mort lors du siège d’Alexandrie sur la fausse annonce du suicide de Cléopâtre, et celle-ci, en apprenant la terrible nouvelle se suicidera alors à son tour en se faisant mordre par un serpent aspic. Shakespeare rédigera aussi d’autres grands drames historiques consacrés à des personnages célèbres. Beaucoup d’autres auteurs feront de même dans des livres, des émissions de télévision, des pièces de théâtre, des chroniques radiophoniques ou dans des films pour les salles obscures. Cela pourrait faire l’objet d’un prochain livre. Un exemple parmi tant d’autres, Le Cid (1040-1099), le héros le plus populaire d’Espagne, inspira Pierre Corneille (1606-1684) pour sa pièce de théâtre Le Cid jouée pour la première fois le mercredi 7 janvier 1637.

ANTONIN le pieux (86-161), empereur romain entre 138 et 161. Édifice 1 : Les thermes « d’Antonin » ont été construits en 145 à Carthage, en Tunisie, face à la mer Méditerranée. Ils correspondent à l’apogée de l’Empire romain. Édifice 2 : Le mur « d’Antonin » a été érigé en Écosse, de 142 à 154 pour sécuriser la partie la plus septentrionale de l’empire romain afin de doubler ainsi le mur édifié en l’an 122 par l’empereur Hadrien.

ANTONIN (Saint) (1389-1459), archevêque de Florence. Fête : On souhaite la fête de « saint Antonin », le 5 mai, en souvenir de ce saint qui sera moine dominicain au monastère Saint-Marc près de Florence, avant d’être nommé archevêque de Florence, en 1445. Édifice religieux : La cathédrale « Saint-Antonin » à Pamiers (09) a été nommée ainsi au XVI e siècle, lorsque l’évêché de diocèse a été transféré au Mas Saint-Antonin.

ANTONOV, Oleg Konstantinovich (7/2/1906-4/4/1984), constructeur d’avions ukrainien. Société 1 : Les avions « Antonov » portent le nom de ce génie de l’aviation soviétique. Sa société fabriquera notamment l’Antonov An-225 , le plus gros avion du monde, présenté au salon du Bourget 2005, à l’occasion du centenaire de l’aviation et du cinquantenaire de ce salon. Société 2 : La compagnie d’aviation ukrainienne « Antonov Airlines » a été baptisée ainsi en hommage à ce grand constructeur ukrainien ; elle utilise bien évidemment des avions Antonov dont l’Antonov 124 , d’un poids total de 392 tonnes, qui a notamment transporté une rame de métro jusqu’en Inde. Philatélie : Un timbre à l’effigie « d’Oleg Konstantinovich Antonov » a été commercialisé en Ukraine à partir du 14 septembre 1996.

ANVILLE, Jean-Baptiste Bourguignon d’ (1697-1782), géographe et cartographe français. Cartothèque : La cartothèque « d’Anville », qui comprend plus de 10 000 cartes, est déposée à la Bibliothèque nationale. On lui doit aussi près 200 cartes et 80 ouvrages de géographie historique.

APAVOU, Armand (né le 26 août 1939), entrepreneur en immobilier réunionnais. Groupe : Le groupe immobilier « Apavou » a été fondé, en 1965 à l’île de La Réunion, par Armand Apavou, d’où son nom. Une équipe de 2 000 personnes lui permet de gérer à la fois l’immobilier et l’hôtellerie à l’île de la Réunion et à l’île Maurice. Il loge actuellement 10% de la population réunionnaise !

APHRODITE (ou Vénus), déesse de la beauté et de l’amour dans la mythologie grecque. Substance 1 : Une substance est dite « aphrodisiaque » lorsqu’elle stimule, en principe, le désir sexuel. Ce serait le cas du gingembre. Aphrodite était la fille du dieu Zeus et de la nymphe Dionée ; elle avait le pouvoir de faire naître l’amour grâce à sa ceinture magique. Substance 2 : Une substance est dite « anaphrodisiaque » lorsqu’elle inhibe, en principe, le désir sexuel. Expression : « Des vertus aphrodisiaques ». Pour mémoire : Selon la mythologie, Aphrodite serait née à Cythère, aux îles Ioniennes ; ensuite, le vent d’ouest Zéphyr la fait voguer jusqu’à Chypre à bord d’une conque sacrée. Toponyme 1 : Le chemin de randonnée « Aphrodite » se situe à Chypre, le long de la péninsule d’Akamas ; il s’agit d’une petite boucle de 8 km au départ et à l’arrivée des bains « d’Aphrodite » près de la ville de Paphos. Toponyme 2 : Le rocher « d’Aphrodite » se situe près de la ville de Paphos à Chypre. Voir Vénus.

APICIUS, Marcus Gavicius (v. 25 avant J.-C.-37 après J.-C.), gastronome romain. Recette : Le canard « Apicius » a été concocté, en 1985, au restaurant Lucas-Carton situé dans le VIII e arrondissement de Paris près de la Madeleine, par le chef-cuisinier Alain Senderens (né le 2 décembre 1939), chef *** dans les Guides Michelin, de 1978 à 2005. Marcus Gavicius Apicius était, quant à lui, le cuisinier officiel de Tibère (v. 42 avant J.-C. – assassiné en 37 après. J.-C.), empereur romain de 14 à 37 après. J.-C.

APOLLINAIRE, Guillaume (1880-1918), poète français d’origine italienne et balte. Événement : Le prix de poésie « Apollinaire » est décerné en octobre, chaque année depuis 1941 ; c’est l’équivalent du prix Goncourt en poésie. Lycée : Le lycée « Apollinaire » se situe à Nice (06). Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1961, à l’effigie d’Apollinaire. Philatélie 2 : la principauté de Monaco a émis, en 1980, un timbre à l’effigie de « Guillaume Apollinaire » pour commémorer le centenaire de sa naissance.

APOLLINAIRE (Saint) (martyrisé le 12 septembre 1622), missionnaire franciscain. Fête : On souhaite la fête de « saint Apollinaire », le 12 septembre , en souvenir du jour du martyre de ce missionnaire espagnol au Japon, qui sera emprisonné pendant cinq ans avant d’être brûlé vif avec sept autres chrétiens pendant la terrible persécution ordonnée par Tokugawa Ieyasu (1542-1616) et poursuivie par ses successeurs shogouns. Édifice religieux 1 : La cathédrale « Saint-Apollinaire » de Valence (26), de style roman, a été consacrée au XI e siècle. Après avoir subi deux incendies au XVI e siècle, elle sera restaurée cinquante ans plus tard. Édifice religieux 2 : La basilique « Sant’Apollinaire in classe » de Ravenne, en Italie, a été construite en style paléochrétien byzantin, de 532 à 549.

APOLLINE (Sainte) (brûlée le 9 février 249), vierge et martyre égyptienne. Fête : On souhaite la fête de « sainte Apolline », le 9 février , en souvenir de cette sainte très âgée qui sera torturée avec la mâchoire brisée lors d’une persécution impitoyable des chrétiens à Alexandrie, sous le règne de l’empereur Decius (249-251) ; elle se précipitera d’elle-même dans un brasier pour ne pas renoncer à la foi chrétienne. C’est la sainte patronne des chirurgiens-dentistes, des orthodontistes, des prothésistes dentaires et des patients souffrant de douleurs dentaires. Gare 1 : La gare « Santa Apollonia » se situe à Lisbonne, la capitale du Portugal. Gare 2 : La gare « Sainte-Apolline » se situe à Buenos-Aires, la capitale de l’Argentine.

APOLLON, Dieu du Jour et du Soleil dans la mythologie grecque. Nom commun : Un « Apollon » est un très beau jeune homme. Édifice 1 : Le temple « d’Apollon » Épikourios se situe à Bassae en Grèce ; il comprend un chapiteau corinthien datant du V e siècle avant Jésus-Christ. Ce temple est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1986. Édifice 2 : Le temple « d’Apollon » se situe dans l’île grecque de Delphes ; il a été construit en 560 avant J.-C. Il n’en reste qu’une demi-douzaine de colonnes ainsi qu’une belle arène bien conservée. Delphes était alors surnommée « Le nombril du monde ». Édifice 3 : Le sanctuaire « d’Apollon » se situe à Curium près de la ville de Limassol à Chypre. Édifice 4 : Le temple « d’Apollon » de Syracuse, en Sicile, a été construit en 600 avant J.-C. Édifice 5 : Le temple « d’Apollon » se situe à Pompéi, en Italie. Il a été très abîmé par la terrible éruption du Vésuve du mardi 24 août 79 qui ensevelit la ville sous 7 mètres de cendres. Pour mémoire : 12 000 personnes vivaient alors à Pompéi, dont de nombreux esclaves. Finalement, on a retrouvé près de 1 200 corps au XVIII e siècle ! Événement : « L’Oracle d’Apollon » se tenait chaque année durant les 6 mois d’hiver à Patara, en Lycie. Toponyme : « Apollonia » est le plus important centre archéologique d’Albanie qui regroupe les vestiges de cette ancienne cité grecque située face à la mer Adriatique. Salle : « La galerie d’Apollon » se situe au Musée du Louvre de Paris ; elle a été créée par les architectes Le Vau et Le Brun, et inaugurée le samedi 27 juillet 1793 pour abriter les collections royales menacées par la Révolution ; ce musée fut ouvert au public le vendredi 8 novembre 1793. Sa pyramide de verre, quant à elle, a été conçue par l’architecte Ieoh Ming Pei (né en 1917), en utilisant le nombre d’or (1,618...) des Égyptiens du temps de Khéops ; elle a été inaugurée le jeudi 30 mars 1989. Salon : Le salon « Apollon » se situe au premier étage du château de Versailles (78) ; sa fresque, sur le plafond, a été réalisée par le peintre français Charles de La Fosse (1636-1716). Bosquet : Le bosquet des bains « d’Apollon » se situe en bas du parterre d’eau du château de Versailles. Bassin : Le grand bassin du char « d’Apollon » se situe près du Grand canal. Axe : L’axe « apollonien » est un axe est-ouest qui va du château de Versailles vers le grand bassin « d’Apollon » situé à l’ouest des jardins et bosquets du Château, prolongé par le Grand canal vers le Soleil couchant. Théâtre 1 : Le « Théâtre Apollo » de Londres a été inauguré en 1901. Théâtre 2 : Le « Théâtre Apollo » de Harlem à New York a vu la naissance de nombreuses stars de la chanson, du jazz ou du gospel. Salon : Le salon « Apollon » se situe dans le grand appartement du Roi-Soleil au château de Versailles (78). La plupart des peintures du plafond de ce salon ont été réalisées par le peintre français Charles de La Fosse (1636-1716). Sculpture : On peut admirer « Apollon servi par six nymphes » dans le bosquet d’Apollon à Versailles ; c’est l’œuvre du sculpteur français François Girardon (1628-1715), réalisée de 1666 à 1675 avec le concours du sculpteur français Thomas Regnaudin. Une copie de cette magnifique fontaine a été érigée à Taïwan. Toile : Une magnifique peinture représentant « Apollon et un joueur de flûte », dessinée vers 1490-1500 par Le Pérugin (1445-1523), était exposée en 2013 au Louvre-Lens qui aura déjà accueilli 1,5 millions de visiteurs fin 2014. Numismatique : Le billet russe de 100 roubles représente « Apollon » en tenue d’Adam. Programme spatial : Le programme spatial « Apollo », décidé en 1961 par le président Kennedy, a permis la conquête de la Lune par les astronautes américains, entre 1966 et 1972, en voyageant à travers l’espace à bord de la cabine « Apollo ». Pour échapper à l’attraction de la Terre, les lanceurs américains devaient atteindre la vitesse de 40 000 km/h ! On se souvient encore de Neil Armstrong (1930-2012) qui posa pour la première fois le pied gauche sur la Lune, le 21 juillet 1969, à trois heures, 56 minutes et 20 secondes en heure de Paris. Ce programme a compté 17 vols, dont le vol Apollo 8 qui a permis pour la première fois le survol de la Lune, puis les vols Apollo 11, 12, 14, 15, 16 et 17 qui ont déposé à chaque fois deux hommes sur la Lune, suivi d’un retour sur la Terre. Le responsable de ce programme était l’ingénieur allemand, Wernher Von Braun (1912-1977). Voir le détail des vols à Armstrong. Nota : Le vol « Apollo 13 » a failli tourner à la catastrophe à cause de l’explosion d’un réservoir d’oxygène le 13 avril 1970 ; voir le film éponyme réalisé en 1995 par Ron Howard. Pour mémoire : Apollon était le fils du dieu Zeus et de Léto.

APOLLONIUS de TYANE (mort en 97 après J.-C.), philosophe en Cappadoce. Loge : La loge maçonnique « Apollonius de Tyane » est l’une des trois loges fondatrices de la franc-maçonnerie libérale en Suisse. Elle porte le nom de ce philosophe et prédicateur néopythagoricien. Statue : La statue en marbre « d’Apollonius », dit aussi Bacchus, sans bras ni jambes, est érigée dans les jardins du château de Versailles (78) ; elle a été sculptée entre 1685 et 1688 par Thomas Regnaudin (1622-1706).

APOPHIS, Dieu égyptien représentant le chaos à plusieurs reprises. Astronomie : L’astéroïde « Apophis », d’un poids sept millions de tonnes et de 300 mètres de longueur, a été découvert en juin 2004 ; c’est l’un des trois millions d’astéroïdes de type géocroiseur qui naviguent dans le système solaire en coupant parfois l’orbite de la Terre, notamment, en 2029 et en 2036 ; certains de ses fragments pourraient même toucher la Terre en 2036, occasionnant des vagues gigantesques… Apophis était un immense serpent dans la mythologie égyptienne.

APPERT, Nicolas François (17/11/1749-3/6/1841), industriel français. Procédé : « L’appertisation » a été inventée, en 1775, par cet industriel, d’où son nom ; ce procédé permet de conserver les denrées alimentaires par stérilisation à la chaleur (entre 120 et 130°) dans un récipient hermétiquement clos, afin de détruire les micro-organismes. Le compte rendu de ses recherches a été publié en 1810. L’utilisation à titre personnel de son procédé lui a peut-être permis de vivre ainsi plus de 91 ans ! Institut : L’Institut « Appert » se situe dans le 14 e arrondissement de Paris ; cet institut national de la conserve édite les barèmes de stérilisation ; il porte le nom du maître confiseur qui a découvert le principe de stérilisation après 14 années d’expérimentation, et qui a ouvert en 1804 sa première usine de conserve. Lycée : Le lycée « Nicolas-Appert » est implanté à Orvault (44). Événement : Le prix de recherche en nutrition « Institut Appert » est attribué depuis 1995 par l’UPPIA (voir ci-dessous). Mot : La filière de « l’appertisé » est regroupée dans l’Union interprofessionnelle Pour la Promotion des Industries de la conserve Appertisée (UPPIA). Philatélie : La Poste française a émis, en 1955, un timbre à l’effigie de « Nicolas Appert ».

APPIUS, Claudius (340-273 avant J.-C.), censeur romain. Fruit : « La pomme d’api » a été nommée ainsi d’après ce censeur qui aurait importé cette variété de pomme à Rome. Itinéraire : La voie romaine « appienne » a été construite à partir de 312 avant J.-C. entre Rome et Brindisi via Capoue sur ordre de ce censeur ; elle sera achevée sous le règne de l’empereur Auguste (63-14 avant J.-C.).

AQUINO, Benigno Ninoy (1932-assassiné le 21/8/1983), homme politique philippin ; AQUINO, Corazón (née en 1933), épouse du précédent. Aéroport : L’aéroport « Ninoy Aquino » de Manille se situe à 12 km de la capitale des Philippines ; il a été nommé ainsi en hommage à cet homme politique, leader du Laban, qui sera assassiné le 21 août 1983 par des militaires. Sa veuve, Corazón Aquino, deviendra présidente de la République de son pays, de 1986 à 1992.

ARAFAT, Yasser (24/8/1929-11/11/2004), président de l’Autorité palestinienne. Toponyme : Le mont « Arafat » se situe à 18 km au sud-est de la Mecque, en Arabie Saoudite ; il culmine à 322 mètres d’altitude. Ce mont porte le même nom que le président de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) dès le 5 février 1969, puis président de l’Autorité palestinienne jusqu’à sa mort le 11 novembre 2004 dans un hôpital parisien. Livre : Yasser Arafat , a été mis en vente le jeudi 16 avril 2015 par les éditions Le Monde-Histoire. Ce livre fait partie d’une collection consacrée à 19 hommes et une femme d’État qui ont changé le monde. Cette collection a été progressivement mise en vente dans tous les kiosques au prix de 6,99 €, du jeudi 30 octobre 2014 au jeudi 23 juillet 2015.

ARAGO, Dominique François (26/2/1786-2/10/1853), astronome français. Objet 1 : Lunette astronomique « Arago » est en service à l’observatoire de Paris depuis 1855 ; elle a été nommée ainsi en hommage à celui qui dirigea l’École Polytechnique, puis l’Observatoire de Paris et le bureau de Longitudes (BDL) de 1843 jusqu’à sa mort. François Arago fera construire à partir de 1845 la grande coupole qui surmonte la tour Est de l’observatoire, puis la monture parallactique de la grande lunette équatoriale de 38 cm de diamètre sur neuf mètres de longueur qui y sera installée entre 1852 et 1855 par l’opticien français Jean Brunner (1804-1862). Objets 2 : Cent trente-cinq médaillons « Arago » ont été scellés dans le sol de Paris, en l’an 2000, le long de la ligne imaginaire qui représente le méridien de Paris, entre le boulevard périphérique nord et le boulevard périphérique sud, via la porte Montmartre, la place Pigalle, la pyramide du Louvre inaugurée le jeudi 30 mars 1989 par le président François Mitterrand, le jardin du Luxembourg, l’observatoire de Paris, le Parc Montsouris et la Cité internationale universitaire. Chaque médaillon de bronze, de 12 cm de diamètre, est gravé avec le nom Arago, l’auteur de Prolongation de la Méridienne , plus les lettres N et S qui indiquent bien évidemment le nord et le sud. Ce monument imaginaire, sur une ligne imaginaire, a été conçu par l’artiste néerlandais Jan Dibbets. Il fait partie de la fameuse méridienne verte qui traverse toute la France, pour rappeler ce méridien de Paris qui guidera les navigateurs, les géographes et les grands voyageurs jusqu’au congrès de Washington, le 13 octobre 1884, avant d’être progressivement remplacé au niveau international par le méridien de Greenwich, situé à 2°20’16’’ plus à l’Ouest. La France attendra le 10 mars 1911, pour accepter ce méridien « zéro » qui est le point de départ des 24 fuseaux horaires et de l’heure TU (Temps Universel) depuis le 10 mars 1911, autrefois appelée GMT (Greenwich médian Time) depuis le 13 octobre 1884. La colline de Greenwich se situe au milieu d’un joli parc arboré près de Londres, par 51°28’38’’N et 0°W. Le « Musée National maritime de Greenwich » est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Laboratoire : Le laboratoire « Arago » se situe à Banyuls-sur-Mer (66). Question : Quelques médaillons « Arago » ont été volés par des collectionneurs ; combien pouvez-vous en compter actuellement ? On devrait en trouver par exemple neuf dans le Parc Montsouris et 10 dans la Cité internationale universitaire. Anecdote 1 : « François Arago » a eu dix frères et sœurs ; son plus jeune frère, Étienne Arago (1802-1892), futur maire de Paris, en 1859, fera adopter le timbre-poste en août 1848, avec une mise en vente dans les bureaux de tabac, dès le lundi premier janvier 1849 ; il porte l’effigie de Cérès, la déesse des moissons dans la mythologie romaine. Anecdote 2 : « François Arago » a été nommé ministre de la Guerre et de la Marine, en 1848 ; à ce titre il signa, le 27 avril 1848, le décret sur l’abolition de l’esclavage qui permettra l’émancipation de plus de 250 000 esclaves dans les colonies françaises. Philatélie : La Poste française a émis, en 1986, un timbre à l’effigie de « François Arago », et en 1948, un timbre à l’effigie de son jeune frère « Étienne Arago » pour commémorer le centenaire du timbre-poste, pour la raison ci-dessus. Pour mémoire : Des observatoires astronomiques ont été mis en service en Europe, à Genève en 1830, à Paris en 1855, à Neuchâtel en 1860, et à Besançon en 1878.

ARAGON Louis (1897-1982), écrivain français. Station de métro : La station de métro « Villejuif-Louis Aragon » se situe à Villejuif (94), comme son nom l’indique, dans la banlieue sud de Paris ; elle est le terminus de l’une des deux extrémités méridionales de la ligne de métro N°7. Cette station a été nommée ainsi en hommage à cet écrivain communiste, auteur en 1936 du livre les Beaux quartiers. Station de tramway : La station « Villejuif-Louis Aragon » est le point de départ de la ligne de Tramway T7 en direction d’Athis-Mons via l’aérogare Orly Sud ; cette ligne a été inaugurée le vendredi 15 novembre 2013. Gare du RER : La nouvelle gare du RER 15 Sud « Villejuif Louis Aragon » pourrait entrer en service à l’horizon 2025. Bibliothèque : La bibliothèque d’Amiens (80), ouverte en 1826, a été renommée « Louis Aragon » en son hommage ; on y trouve des centaines de milliers de manuscrits. Philatélie : La Poste française a émis, en 1991, un timbre à l’effigie de « Louis Aragon ».

ARAM, personnage biblique (né trois mille ans avant Jésus-Christ), fils de SEM et petit-fils de NOÉ (5590-4640 avant J.-C.). Peuple : Les « Araméens » étaient un peuple de semi-nomades qui vivaient au Moyen-orient, mille ans avant Jésus-Christ ; ils portaient le nom de ce personnage biblique, fils de Sem et petit-fils de Noé. Langue : « L’araméen » était la langue officielle, parlée et écrite de ces tribus araméennes pendant plus d’un millénaire jusqu’à notre ère, parallèlement au latin et au grec, puis supplanté progressivement par l’arabe.

ARCHAMBAULT, Jean (né au XX e siècle), créateur du chantier éponyme. Seconde génération : ARCHAMBAULT, Emmanuel (né au XX e siècle), directeur de chantier ; ARCHAMBAULT, Jean-Jacques (né au XX e siècle), frère du précédent, les fils de Jean. Chantiers : Les chantiers « Archambault », ont été créés en 1954 par Jean Archambault, d’où leur nom. Ils construisent de nombreux bateaux et voiliers habitables, dont le Sprinto , Surprise (né en 1976) et le Grand Surprise , ainsi que notamment les A 27, A 31, A 35, A 35R, A 40 RC, A 13, et le M 34 (le monotype du Tour de France à la voile). Hélas, ces chantiers ont été mis en liquidation judiciaire le 28 avril 2015.

ARCHAMBAULT, Gustave (20/6/1872-5/1899), lieutenant français. Toponyme : Sur les anciennes cartes de l’Afrique équatoriale française (AEF), « Fort-Archambault » était un fort situé par 09°09’N et 18°23’E sur les berges du fleuve Chari ; ce fort avait été nommé ainsi en souvenir de ce jeune lieutenant né à Angoulême (16), adjoint au capitaine Julien, qui fut emporté par la maladie en mai 1899 à l’âge de 27 ans, près du village de Tounia-Kango. Fort-Archambault sera rebaptisé Sarh lors de l’indépendance du Tchad en 1960. C’est maintenant la troisième agglomération du pays, surnommée « la belle endormie ».

ARCHDEACON, Ernest (1863-1950), industriel et philanthrope français. Autre personnalité : DEUTSCH de la Meurthe, Henry (1846-1919), industriel et philanthrope français. Seconde génération : DEUTSCH de la Meurthe, Suzanne (1892-1937), fille du précédent. Événement 1 : Le prix « Archdeacon », d’un montant de 3 000 F, a été remporté par l’aviateur brésilien Santos-Dumont (1873-1932), le 23 octobre 1906, après avoir réussi un vol de 60 mètres à Bagatelle à bord de son biplan n°14 bis ; il a été financé par une souscription lancée par le cofondateur de l’aéro-club de France le 20 octobre 1898. Événement 2 : Le prix « Henry Deutsch de la Meurthe », d’un montant de 100 000 F, a été remporté le 19 octobre 1901, par l’aéronaute brésilien Santos-Dumont (1873-1932), après avoir réussi une boucle de 11 kilomètres entre la tour Eiffel et le Parc de Saint-Cloud (92) à bord de son dirigeable n°6 . Événement 3 : Le prix « Henri Deutsch de la Meurthe », de l’Académie des Sports récompensant un fait sportif pouvant entraîner un progrès matériel, scientifique ou moral pour l’humanité, a récompensé en 1951 l’aviatrice Jacqueline Auriol (1917-2000). Événement 4 : Le prix « Deutsch-Archdeacon », d’un montant de 50 000 F, a été remporté par l’aviateur français Henri Farman (1874-1958), le 13 janvier 1908, à Issy-les-Moulineaux (92), pour avoir réussi le premier vol d’un kilomètre en circuit fermé sur un aéroplane Voisin. Pour mémoire : Archdeacon pilota, en septembre 1906, une motocyclette à hélice. Archdeacon et Deutsch fonderont l’aéro-club de France. Fondation : Suzanne Deutsch créa, en 1931, la Fondation « Suzanne Deutsch » en lui léguant son château de Boulains situé à Echouboulains (77) pour en faire la « Maison des Ailes », un lieu de repos et de convalescence pour le personnel de l’aéronautique française. Événement 4 : La coupe « Suzanne Deutsch » a été créée en 1931 par la fille d’Henry Deutsch de la Meurthe, pour récompenser des records de vitesse en avion sur 1000 kilomètres ; elle fut remportée, en 1933, par Georges Détré et Raymond Delmotte, puis, en 1934, par Hélène Boucher (1908-1934) sur Caudron Rafale à plus de 409 km/h.

ARCHIMÈDE (287-assassiné en 212 avant J.-C.), savant grec qui vivait en Sicile. Énoncé : Principe « d’Archimède » : « Tout corps plongé dans un fluide subit une poussée verticale, dirigée de bas en haut, égale au poids du fluide déplacé ». Lorsque Archimède trouva cette loi sur la pesanteur spécifique des corps flottants en prenant son bain, il s’est exclamé à Syracuse : « Eurêka ! J’ai trouvé ». On parle aussi de l’axiome « d’Archimède », de la poussée « d’Archimède », et de la vis « d’Archimède » à l’origine des hélices de navires. Archimède inventera aussi les miroirs ardents, il énoncera le principe des vases communicants et calculera le rapport entre la longueur d’une circonférence et son diamètre représenté par la lettre grecque pi, qui est d’environ 3,1416. Archimède participa à la construction du phare d’Alexandrie pendant le règne de Ptolémée 1 er d’Égypte, en étudiant notamment les miroirs situés à 120 mètres de haut pour réfléchir les feux allumés, avec une portée nocturne de 50 kilomètres. Archimède sera assassiné par un légionnaire romain dans sa maison, en 212 avant J.-C., lors de la prise de la ville de Syracuse en Sicile par les troupes du général romain Marcellus (268-208 avant J.-C). Bathyscaphe : Le bathyscaphe Archimède , construit par la Marine nationale et le CNRS, en 1961, a atteint le 25 juillet 1962, la profondeur de – 9 525 mètres dans la fosse des Kouriles située dans l’océan Pacifique à l’est des îles éponymes. Éditions : « Les nouvelles d’Archimède » est la revue culturelle trimestrielle de l’Université Lille 1 qui est l’héritière de la Faculté des sciences de Lille créée en 1854. Cette université organise les « Rendez-vous d’Archimède » un mardi sur deux à 18 h 30, dans l’espace Culture de l’Université Lille 1 implanté à Villeneuve d’Ascq (59). Philatélie : La Poste française a émis, en 1963, un timbre représentant le bathyscaphe « Archimède » pour commémorer son curieux record de plongée à -9 200 mètres de profondeur comme indiqué sur le timbre, alors que la profondeur réellement atteinte, en 1962, était de – 9 525 mètres sous le niveau de la mer, dans la fosse des Kouriles. Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom « d’Archimède » à un toponyme sur la Lune.

Archos : Voir CROHAS.

ARCIMBOLDO, Giuseppe (1527-1593), peintre italien. Mot : Les peintures modernes « arcimboldesques » utilisent des objets divers pour dessiner ou sculpter des portraits. Exposition : L’exposition « Arcimboldo » s’est déroulée au Musée du Luxembourg à Paris, d’octobre 2007 à janvier 2008. On pouvait y admirer ses curieux portraits caricaturaux, dont celui de Rodolphe II de Habsbourg (1552-1612), empereur du Saint Empire, de 1576 à 1612, dessiné uniquement avec des fruits et des fleurs…

ARCOLE (tué le 28 juillet 1830), insurgé français. Pont : Le pont « d’Arcole » relie le 4 e arrondissement de Paris à l’île de la Cité ; il a été construit en 1856 et a été nommé ainsi en souvenir de ce jeune insurgé qui y fut tué le 28 juillet 1830, paraît-il, en y plantant le drapeau tricolore. Ce pont a été emprunté en août 1944 par les blindés de la 2 e DB (Division Blindée) en arrivant place de l’Hôtel de Ville.

ARCTIQUE, région située autour du pôle Nord à l’intérieur du Cercle polaire arctique par 66°33’38’’N de latitude Nord, dont les terres septentrionales de la Russie, de la Finlande, de la Suède, de la Norvège, du Groenland, du Nunavut, du Canada et de l’Alaska, plus la totalité du Spitzberg et du Svalbard. Nota : Des centaines de références à l’Arctique sont rédigées dans ce livre. Si vous avez une édition numérique de ce livre, vous pourrez les retrouver facilement et rapidement. Toponyme : l’océan glacial arctique se situe au nord de la Russie. Navire : Le navire russe Arctica est le plus puissant brise-glace atomique au monde avec une puissance de 50 000 CV ; il a une autonomie de 4 années pour le réacteur nucléaire. Son équipage comprend 90 hommes et 8 femmes pour chaque rotation de 4 à 5 mois ; il peut parcourir 800 km par jour tout au long du Passage du Nord-Est entre Mourmansk et le détroit de Béring. Pour mémoire : Le forage de Kola, situé dans la péninsule éponyme en Russie, a été creusé pendant la guerre froide, sur une profondeur de 12 262 mètres avec un diamètre de 23 cm. Historique : Vous retrouverez la chronologie de la conquête du pôle Nord en recherchant « Pôle Nord » dans ce livre.

ARCTOWSKI, Henryk (1871-1958), explorateur polaire polonais. Toponyme : La base polaire polonaise « Henryk Arctowski » se situe dans l’île du Roi George par 62°09’S et 58°29’W, non loin de la péninsule Antarctique ; elle a été nommée ainsi en hommage au géologue et météorologue polonais Henryk Arctowski (1871-1958), membre de l’expédition dirigée par le navigateur belge Adrien de Gerlache (1866-1934) qui effectua le tout premier hivernage en Antarctique à bord de son navire La Belgica, bloqué par la banquise dans la mer de Fabian von Bellingshausen (1778-1852) du 10 mars 1898 au 14 mars 1899.

ARCY, Jean d’ (1913-1983), administrateur français. Événement : Les bourses « Jean d’Arcy » sont décernées chaque année depuis 1984 par France Télévisions, à de jeunes journalistes en fin de cursus des écoles de journalisme ; ces bourses portent le nom de l’un des créateurs de la télévision française qui en sera notamment le directeur des programmes de 1952 à 1959 ; c’est lui qui fondera l’Eurovision.

ARDEN, Elizabeth (1884-16/8/1966), femme d’affaires américaine. Marque : La première gamme de cosmétiques et de parfums « Elizabeth Arden » a été créée en 1910 par cette femme d’affaires américaine ; elle avait ouvert son premier salon d’esthétique, en 1908, à New York dans la V e avenue. Elle ouvrira son second salon d’esthétique à Paris, en 1921, puis créa, en 1930, la première crème de soins pour cheveux et, en 1934, la première gamme de cosmétiques pour hommes. Cette marque comptait déjà une vingtaine d’Instituts de beauté dans le monde avant la Seconde Guerre mondiale.

ARDI. Squelette : « Ardi » est le nom du squelette historique d’un hominidé mâle, ancêtres de l’homme il y a 4,4 millions d’années, découvert en 2014.

ARDISSON, Thierry (né le 6 janvier 1949), animateur français de télévision. Marque : La marque « Thierry Ardisson » se décline dans plusieurs domaines, de la papeterie aux télécoms, pour profiter de l’exceptionnelle renommée de ses émissions de télévision. On se souvient encore de sa célèbre émission « Tout le monde en parle », diffusée en seconde partie de soirée sur France 2. Prix : Le journaliste « Thierry Ardisson » a remporté le prix Philippe-Caloni 2016 décerné au meilleur intervieweur par la Société civile des auteurs multimédia.

ARÈS, Dieu de la guerre dans la mythologie grecque. Véhicule spatial : Les fusées « Arès I à V » seront construites par le groupe aérospatial américain Lockheed-Martin pour lancer la nouvelle capsule Orion qui devrait transporter six astronautes jusqu’à la station spatiale internationale (ISS) dès 2018, quatre astronautes vers la Lune à partir de 2021, puis deux astronautes vers Mars. Les premiers essais de cette capsule Orion (non habitée) se sont déroulés le vendredi 15 décembre 2014 en effectuant deux tours de la Terre. Selon la mythologie grecque, Arès était le fils de Zeus et de sa femme légitime Héra.

ARGINE, fille d’Argos dans la mythologie grecque. Objet : La dame de trèfle est « Argine » dans un jeu de 32 ou 52 cartes ; selon la légende, son père avait 100 yeux dont 50 demeuraient toujours ouverts. Pour mémoire : « Argine » est aussi l’anagramme de Regina.

ARGOS ou ARGUS, géant et père d’Argine dans la mythologie grecque. Objet : Une balise « Argos » permet de transmettre régulièrement par satellite la position d’un navire ou d’un véhicule terrestre, avec quelques autres paramètres comme la température et la pression atmosphérique, ainsi que le cas échéant un appel de détresse pour déclencher l’envoi rapide des secours. La consultation de ces éléments permet notamment de retrouver avec précision l’itinéraire d’un navire. Ce géant, surnommé « celui qui voit tout », possédait en effet 100 yeux, dont 50 demeuraient toujours ouverts. Selon la légende, il sera décapité par Hermès et ses yeux seront dispersés par Héra sur la queue d’un paon. Magazine : « L’argus de l’automobile » est un magazine périodique indiquant la cote des voitures d’occasion. Société : « L’argus de la presse » recherche, sur abonnement, tous les articles de presse publiés sur un certain nombre de critères, noms, événements, pour une période donnée.

ARIANE, fille de Minos et de Pasiphaé dans la mythologie grecque ; elle est à la foi la pure et la vierge. Société 1 : La société « Arianespace » commercialise les lancements de la fusée européenne « Ariane », tout en coordonnant sa construction. Depuis 2013 le PDG d’Arianespace est Stéphane Israël. Société 2 : « Ariane Tours » est une agence de voyages parisienne. Véhicules spatiaux l : Depuis le 24 décembre 1979, la fusée européenne « Ariane » décolle régulièrement depuis le Centre spatial Guyanais de Kourou. Différentes versions ont vu le jour, depuis Ariane I , jusqu’à Ariane V qui peut mettre en orbite une charge allant jusqu’à 10 tonnes. Ce programme spatial a connu un franc succès, avec notamment le 200 e lancement effectué le 16 février 2011, à 22 h 50 (heure de Paris) avec à son bord l’ATV « Johannes Kepler » chargé de ravitailler la station spatiale internationale (ISS). Les nouvelles fusées Ariane 6 , très économiques, devraient décoller dès 2020. Véhicules spatiaux 2 : Depuis le 25 avril 2016 et ce jusqu’en 2019, Arianespace lancera 21 fusées Soyouz VS 14 depuis Kourou, en Guyane française, contenant chacunes 32 satellites de 150 kilos, à mettre sur une orbite basse à 1 200 km d’altitude pour apporter la téléphonie 4G et l’Internet à haut débit dans les zones les plus reculées de la planète entière. Virgin Galactic de Richard Branson devrait aussi mettre sur orbite 228 de ces satellites. La société OneWeb de Greg Wyler exploitera cette myriade de petits satellites, ainsi que les boitiers de réception au sol qui pourraient être installés dans les 25 millions de points de vente Coca Cola ! Objet : « Le fil d’Ariane » est un fil symbolique ou réel qui permet de retrouver son chemin, comme ce fut le cas de Thésée qui réussit ainsi à sortir du labyrinthe grâce à la pelote de fil que lui avait donné Ariane, son épouse, fille du roi Minos et de Pasiphaé. Déesse : « Ariane » fut aussi la déesse du château de Cnossos construit 3 000 ans avant J.-C., et situé à quelques kilomètres au sud d’Héraklion, la capitale actuelle de la Crête. Fruit : La pomme « Ariane » est succulente. Toponyme : Le quartier de « l’Ariane » est implanté en périphérie de Nice (06), au nord de l’autoroute A8 (sortie 55). Pour mémoire : Le nouveau cosmodrome russe, baptisé Vostochny, situé en Sibérie orientale par 52°N et 128°E, dans la région Oblast de l’Amour, non loin de la frontière chinoise et du transsibérien russe, a été inauguré le jeudi 28 avril 2016 par le président russe, Vladimir Poutine (né le 7/10/1952), avec le lancement réussi d’une fusée Soyouz. Ce lancement a été diffusé à la télévision russe avec un retard de 10 minutes. Ce cosmodrome Vostochny est donc sur le territoire russe alors que le cosmodrome de Baïkonour se situe dans l’État du Kazakhstan.

ARISTARQUE de Samothrace (215-143 avant J.-C.), grammairien grec. Nom commun : Un « aristarque » est une critique minutieuse et sévère, mais juste, comme le fit ce grammairien à l’encontre des poètes grecs Homère, Hésiode et Pindare. Pour mémoire : Une critique tatillonne est dite « Zoïle » en souvenir du grammairien grec Zoïle (400-320 avant J.-C.) qui critiqua sévèrement Homère.

ARISTIDE (Saint) (né au II e siècle), philosophe à Athènes. Fête : On souhaite la fête de « saint Aristide », le 31 août , en souvenir de ce philosophe païen grec qui se convertira au christianisme. Fête nationale 1 : Le 31 août est aussi le jour de la fête nationale de Malaisie pour commémorer son indépendance du 31 août 1957. Fête nationale : Le 31 août est également le jour de la fête nationale dans les îles antillaises de Trinité-et-Tobago pour commémorer leur indépendance du 31 août 1960. Fête nationale : Le 31 août est enfin le jour de la fête nationale du Kirghizistan pour commémorer son indépendance vis-à-vis de l’URSS du 31 août 1991.

ARISTOTE (384-322 avant J.-C.), philosophe et savant grec. Objet : La lanterne « d’Aristote » est l’appareil masticateur des oursins, situé au centre de leur face ventrale ; il est constitué de cinq mâchoires qui portent chacune une dent à croissance continue. Cette lanterne porte le nom de son descripteur. Philosophie : « L’aristotélisme » est la philosophie préconisée par le philosophe grec Aristote, souvent considéré comme le fondateur de la philosophie moderne avec son professeur Platon (428-347 avant J.-C.). Cette philosophie, destinée à rationaliser le monde, orientera la pensée de l’Europe pendant près de quinze siècles afin d’obtenir le bonheur par la sagesse. Aristote fonda, en 347 avant J.-C., à Assos en Turquie asiatique, une école avec le jeune philosophe et naturaliste grec Théophraste (372-287 avant J.-C.), puis un lycée horticole à Athènes en 335 avant J.-C. Aristote fut notamment chargé de l’éducation intellectuelle d’Alexandre le Grand (356-323 avant J.-C.) au point de vue philosophie, politique et géographie ; il rédigea notamment son célèbre traité sur la morale du juste milieu, Éthique à Nicomaque adressé à son fils, ainsi qu’un magnifique mémoire sur la météorologie, encore valable de nos jours, et un autre sur l’astronomie en plaçant la Terre au centre de l’Univers, avec autour de la Terre les étoiles et les sept planètes (la Lune, Jupiter, Mars, Mercure, Saturne, le Soleil et Vénus). Cette théorie sera chamboulée entre 1512 et 1514 par l’astronome et savant polonais Nicolas Copernic (1473-1543). L’humaniste et théologien Jacques Lefèvre d’Étaples (1455-1537) écrit, en 1537, que les trois plus grands génies produits par l’humanité sont saint Albert le Grand (1193-1280), le philosophe grec Aristote (384-322 avant J.-C.), et le roi d’Israël Salomon (de 972 à 932 avant J.-C.). Pour mémoire : Aristote épousa Pythias en 341 avant J.-C. ; elle lui donna une fille du même nom avant de rendre l’âme ; il épousa alors Herpyllis qui lui donna un fils, Nicomaque. Mots : Un « aristotélicien » ou une « aristotélicienne » sont des partisans de ce philosophe et des adeptes de sa philosophie. Selon Aristote, pour être heureux, il faut être vertueux et estimé des siens, en bonne santé et relativement aisé.

ARIUS (256-336), prêtre égyptien. Doctrine : « L’arianisme » est une doctrine hérétique fondée à Alexandrie par le prêtre égyptien Arius, d’où son nom ; elle niera en effet la divinité du Christ, et sera à ce titre, condamnée au IV e siècle par les conciles de Nicée I, en mai 325 et de Constantinople en 381, avant de disparaître complètement au VIII e siècle.

ARLES (13), ville des Bouches du Rhône sur le Rhône en Provence, à 35 km au sud d’Avignon. Arènes : « Les arènes d’Arles », datent du 1 er siècle avant J.-C. ! Elles sont surnommées « théâtre des angoisses de Van Gogh », à cause des corridas dans le sang, mais sans mise à mort. La fête des Gardians se déroule le 1 er mai.

ARMAND (Saint) (mort le 23 décembre 1164), évêque de Brixen-Bolzano. Fête : On souhaite la fête de « saint Armand », le 23 décembre , en souvenir de ce moine qui fera partie de la communauté religieuse des chanoines réguliers de Saint Augustin avant de devenir évêque. Fête nationale : Le 23 décembre est aussi le jour de la fête nationale du Japon pour commémorer la naissance de l’empereur Akihito, le 23 décembre 1933, premier empereur non divin.

ARMAND, Louis (1905-1971), administrateur français. Lycée : Le lycée technique « Louis-Armand » se situe dans le 15 e arrondissement de Paris ; les lycées de Mulhouse (68), Poitiers (86) et Chambéry (73) portent aussi ce nom en hommage au président du Conseil d’administration de la SNCF qui électrifia le réseau français dans les années 1950 ; il sera également secrétaire général de l’Union Internationale des chemins de fer. Remarque : La promotion 1971 « Louis Armand » de la Fondation de la Vocation Marcel Bleustein-Blanchet, a donné une bourse à l’auteur de ce livre pour lui permettre de traverser le Sahara en char à voile en 1972, de Zouerate à Dakar, sur 1 500 km en solitaire, le pays du Soleil, du sable et des vents. Philatélie : La Poste française a émis, en 1981, un timbre à l’effigie de « Louis Armand » pour célébrer le dixième anniversaire de sa mort.

ARMANI, Giorgio (né le 11 juillet 1934), spécialiste du luxe italien. Marque : Les eaux de toilette dont l’Aqua di Giò pour homme, les parfums dont l’eau de cèdre et Sì, les bijoux, les vêtements, les sacs, les lunettes de Soleil, les cosmétiques et les arts de la table « Giorgio Armani » et « Emporio Armani », sont bien connus. Giorgio Armani commencera sa carrière chez Nino Cerruti de 1964 à 1970, puis il présenta, en 1974, sa première collection de vêtements prêt-à-porter avec le concours de Sergio Galeotti. Sa collection de hautes coutures printemps-été 2006, baptisées Armani Privé, était inspirée par les cultures indiennes, chinoises et polynésiennes. Son groupe comprend maintenant plus de 400 boutiques, des milliers de points de vente, une quinzaine d’hôtels luxueux, et plus de 4 800 salariés. Défilés : Les défilés « Emporio Armani et Giorgio Armani », collection automne-hiver 2015-2016, se sont déroulés en février 2015 à Milan.

ARMEL (Saint) (482-16/8/570), fondateur de monastères. Fête : On souhaite la fête de « saint Armel », le 16 août , en souvenir de ce moine, originaire du Pays de Galles, qui fonda notamment l’abbaye de Ploërmel en Bretagne.

ARMSTRONG, Louis (1901-1971), trompettiste de jazz américain. Aéroport : L’aéroport international « Louis Armstrong » de la Nouvelle-Orléans en Louisiane a été baptisé ainsi en hommage au chanteur et trompettiste de jazz exceptionnel, né à la Nouvelle-Orléans, qui joua aussi du cornet dans les bars et sur les bateaux à aubes qui sillonnent le fleuve Mississippi, avant de créer plusieurs orchestres et de se produire partout dans le monde. Philatélie : La Poste française a émis, en 2002, un timbre à l’effigie de « Louis Armstrong ». Homonyme : Le coureur cycliste américain « Lance Armstrong » (né le 18 septembre 1971) a notamment remporté sept fois consécutives le Tour de France, de 1999 à 2005, mais on lui reprendra ses titres en octobre 2012 pour cause de dopage.

ARMSTRONG, Neil (5/8/1930-25/8/2012), astronaute américain. Toponyme : « Le cratère lunaire Armstrong » a été baptisé ainsi en hommage à l’astronaute Neil Armstrong, de son vivant, ce qui est très rare, après la mission Apollo 11 vers la Lune. En effet, il a été le premier être humain à y poser son pied gauche après un alunissage réussi le 21 juillet 1969 à 3 heures, 56 minutes et 20 secondes en heure de Paris, ou le 20 juillet 1969 à 21 heures 56 minutes et 20 secondes en heure du cap Canaveral, en Floride près de Houston, avant de marcher sur la mer de la Tranquillité. On se souvient de sa célèbre phrase : « C’est un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour l’humanité » . On a aussi donné le nom à deux autres cratères sur la Lune en hommage à ses deux coéquipiers, Edwin Aldrin (né le 20 janvier 1930) qui a aussi posé ses pieds sur la Lune un quart d’heure plus tard, et Michael Collins (né le 31 octobre 1930) qui attendait le retour de ses coéquipiers à bord de la cabine Apollo. Physique : La limite « d’Armstrong » se situe dans la stratosphère, à environ 19 000 mètres d’altitude au-dessus de la Terre : la pression atmosphérique y est si basse que l’eau bout à 37°. Astronautes lunaires : Seuls douze êtres humains ont eu l’honneur et le privilège de marcher sur la Lune. En voici la liste exhaustive : – Vol Apollo 11 en juillet 1969 : Neil Armstrong et Edwin Aldrin. – Vol Apollo 12 en novembre 1969 : Alan Beam et Charles Conrad. – Vol Apollo 14 en janvier 1971 : Alan Shepard et Edgar Mitchell. – Vol Apollo 15 en juillet 1971 : James Irvin et David Scott. – Vol Apollo 16 en avril 1972 : Charles Duke et John Young. – Vol Apollo 17 en décembre 1972 : Eugene Cernan et Harrison Schmitt. Eugene Cernan (1935-2017) fut le dernier homme à marcher sur la Lune, le 14 décembre 1972. Pour mémoire : Le programme Apollo a coûté vingt-cinq milliards de dollars ; près de 20 000 sociétés et 350 000 personnes ont collaboré à ce programme. Douze astronautes ont marché sur la Lune et ont ramené sur la Terre près de 390 kg d’échantillons de roches lunaires. Anecdote : L’astronaute Alan Shepard, lors du vol Apollo 14, joue au golf sur la Lune le 6 février 1971. Nota : Pour échapper à l’attraction de la Terre, les lanceurs américains doivent atteindre la vitesse de 40 000 km/h ! Homonyme 1 : « Lance Armstrong » (né le 18 septembre 1971) est un coureur cycliste américain qui a remporté sept fois consécutives le Tour de France cycliste, de 1999 à 2005. Homonyme 2 : « Henry Armstrong » (1912-1988) était un boxeur américain. Homonyme 3 : Le trompettiste « Louis Armstrong ». Voir ci-dessus. Anecdote : Lors de cette expédition sur la Lune en 1969, « Neil Armstrong » a planté le drapeau américain sur la Lune… Trente-huit ans plus tard, en août 2007, le professeur russe Arthur Tchilingarof a planté un fanion russe en titane au pôle Nord de la Terre depuis un sous-marin de poche, par 4 261 mètres de fond sous la banquise de l’Océan Arctique, pour symboliser la reconquête russe et prouver au monde que le pôle Nord est bien russe ! Pour mémoire : Arthur Tchilingarof est député russe, vice-président de la Douma, océanologue, héros de l’Union Soviétique et président de l’association des explorateurs polaires russes.

ARNAUD Cataneo de Padoue (Saint) (1185-10/2/1255), abbé d’un monastère bénédictin. Fête : On souhaite la fête de « saint Arnaud », le 10 février , en souvenir du jour de la mort de ce saint qui dirigera le monastère Sainte-Justine dès 1209 ; il sera persécuté et emprisonné pendant 8 ans par Ecelino, le seigneur du lieu.

ARNAULT, Jean (1920-2010), industriel français. Seconde génération : ARNAULT, Bernard (né le 5 mars 1949), PDG de LVMH. Troisième génération : Premier mariage avec Anne : ARNAULT Delphine (née le 4 avril 1975), fille aînée du précédent ; ARNAULT Antoine (né le 4 juin 1977), frère cadet de la précédente. Second mariage avec Hélène : ARNAULT Alexandre, ARNAULT Frédéric et ARNAULT Jean, nés dans les années 1990. Groupe : Le groupe « Arnault » fait partie de l’empire LVMH ; Bernard Arnault est le président de ces deux groupes depuis 1990, Jean Arnault en était le président d’honneur jusqu’à son décès en janvier 2010. Les nouveaux espaces LVMH Louis Vuitton ont été inaugurés le 23 mai 2004, avenue Montaigne à Paris ; ils ont été créés par l’architecte Jean-Michel Wilmotte (né en 1948). Delphine Arnault, bardée de diplômes, fait déjà partie de la direction des deux groupes dirigés par son père, et son frère cadet Antoine est directeur général de Berluti depuis 2010, puis administrateur du Comité Colbert depuis 2012. La famille Arnault est propriétaire du « château d’Yquem » depuis 1999, un célèbre vin de Bordeaux présidé par Pierre Lurton. Les futurs héritiers de Bernard Arnault, c’est-à-dire Ludovic et Stéphanie, les enfants de sa sœur décédée, ses deux femmes et leurs cinq enfants devront gérer un fabuleux empire dans quelques années, car Bernard Arnault est devenu la quatrième fortune mondiale et la première fortune de France, en 2011. Marques : Depuis 2012, la marque « Bernard Arnault » appartient à LVMH, en attendant les futures marques « Delphine Arnault » et « Antoine Arnault ». Fondation : La Fondation caritative « Natalia Vodianova » porte le nom du mannequin d’origine russe qui est la compagne d’Antoine Arnault. Voir Vuitton.

ARPELS : Voir VAN CLEEF.

ARRAS, Préfecture du Pas-de-Calais. Traité : « Le Traité d’Arras », signé le lundi 23 décembre 1482, stipule que la Bourgogne et la Picardie deviennent françaises.

ARRHENIUS, Svante A. (19/2/1859-2/10/1927), physicien et chimiste suédois. Théorie : La théorie des ions « d’Arrhenius » a été élaborée, en 1887, par ce chimiste, d’où son nom ; elle concerne la dissociation électrolytique grâce à la conductivité galvanique des électrolyses. On lui doit aussi un procédé de résolution des équations du 3 e et du 4 e degré. Pour ses travaux, il obtiendra le prix Nobel de chimie en 1903. Toponyme lunaire : Les astronomes ont même donné le nom « d’Arrhenius » à un toponyme sur la Lune !

Arrondissements. Pour mémoire : La ville de Lyon (69) compte 9 arrondissements, la ville de Marseille en compte 16, et la ville de Paris (75) en compte 20, écrits en chiffres arabes ou romains.

ARSÈNE (Saint) (354-412), Sénateur de Constantinople. Fête : On souhaite la fête de « saint Arsène », le 19 juillet , en souvenir de ce diacre qui deviendra Sénateur de Constantinople, puis ermite dans le désert égyptien. Fête nationale : Le 19 juillet est aussi le jour de la fête nationale du Nicaragua pour commémorer le départ pour Miami, le 19 juillet 1979, du président Anastasio Somoza (1923-1980), et laisser la place à l’époque sandiniste.

ARSONVAL, Arsène d’ (1851-1940), physicien français. Physique : La « Darsonvalisation » est un emploi thérapeutique de la haute fréquence. Lycée : Le lycée « d’Arsonval » se situe à Saint-Maur-des-Fossés (94) ; il a été nommé ainsi en hommage au physicien qui perfectionna le téléphone et inventa le principe de la bouteille thermos, devenue une marque déposée.

ARTAGNAN, Charles de Batz, comte d’ (1611-tué en 1673), capitaine des mousquetaires et gouverneur de Lille. Roman : D’Artagnan fut le héros du roman Les trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas père (1802-1870), publié en 1844. Ce roman raconte aussi les aventures d’Athos, Porthos et Aramis, inventées par Alexandre Dumas père, au temps de Louis XIII, avec leur célèbre devise : « Tous pour un, un pour tous ». Leurs aventures se déroulent à Paris, de 1625 à 1627, puis au siège de La Rochelle. Véhicule : L’excavatrice « d’Artagnan » est la plus grande au monde utilisée dans les années 2010 pour creuser les nouvelles écluses du canal de Panamá. Statue : La statue de « d’Artagnan » se situe sur la place du général Catroux, dans le 17 e arrondissement de Paris.

ARTÉMIS, fille de Zeus et de Léto, divinité de la chasse dans la mythologie grecque, et sœur jumelle d’Apollon. Holding : La holding « Artémis » a été fondée, en 1963, par François Pinault pour piloter le groupe PPR qui a finalement rejoint la nouvelle holding française Kering le mardi 18 juin 2013. Édifice et sponsoring : La reconstruction du temple « Artémis » d’Éphèse, l’une des sept merveilles du monde antique, a été sponsorisée par Crésus (596-546 avant J.-C.), le dernier roi de Lydie de 561 à 546 avant J.-C. Ce site est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour mémoire : Érostrate a détruit le temple d’Artemis à Éphèse en 356 avant J.-C. Voilier : Le catamaran « Artémis » était l’un des six challengers de la 34 e coupe de l’América Cup qui s’est déroulée du 7 au 22 novembre 2013 dans la baie de San Francisco, en Californie ; il était sponsorisé par la holding éponyme.

ARTHAUD, Benjamin (né le 30 juin 1896), éditeur français. Seconde génération : ARTHAUD, Claude (né au XX e siècle), fils du précédent ; ARTHAUD, Jacques (mort le 28 novembre 2014), frère du précédent. Troisième génération : ARTHAUD, Florence (28/10/1957-9/3/2015), fille du précédent, navigatrice… Quatrième génération : ARTHAUD, Marie (née en 1993), fille de Florence... Éditions : Les éditions « Arthaud » ont été fondées, en 1924, par Benjamin Arthaud, d’où leur nom. Benjamin Arthaud sera président du Syndicat national de l’édition, de 1963 à 1969, puis Jacques Arthaud cède les éditions Arthaud à Flammarion en 1977. Ces éditions sont spécialisées dans les ouvrages maritimes, ce qui incitera Florence Arthaud, surnommée la fiancée de l’Atlantique, à devenir une grande navigatrice, en arrivant à la 11 e place de la première Route du Rhum en solitaire de 1978, puis en remportant notamment le record de vitesse de la traversée de l’Atlantique Nord, de New York jusqu’au Cap Lizard le 24 juillet 1990, puis la première place de la Route du Rhum en solitaire, en novembre 1990, avec son trimaran Pierre 1 er , et en prenant la seconde place de la Transat AG2R en double qui relie Concarneau (29) à Saint Barthélémy aux petites Antilles... En 2011, elle tombe de son voilier au large du cap Corse, heureusement sauvée quelques heures plus tard en prévenant sa mère grâce à son téléphone portable étanche qui indiquait sa géolocalisation. Hélas, elle a perdu la vie lors d’un accident d’hélicoptère survenu le 9 mars 2015 en Argentine, lors du tournage de l’émission de télévision Dropped pour TF1, animée par Louis Bodin, monsieur Météo. Cet accident fera 10 morts dans les deux hélicoptères qui se sont percutés en plein vol, alors qu’ils étaient l’un au-dessus de l’autre, sans se voir ! Magazine TV : Laurent Delahousse a présenté, le mardi 8 mars 2016 sur France 2, le magazine « Florence Arthaud, vague à l’âme » consacré à la vie de cette grande navigatrice française, pour commémorer (un an moins un jour) le terrible accident d’hélicoptère du 9 mars 2015. Homophone : Le comédien français « Antonin Artaud » (1896-1948) jouera dans de nombreuses pièces de théâtre et dans quelques films, avant de disparaître tragiquement dans un asile.

ARTHUR (né à la fin du V e siècle), roi celte presque légendaire du sud de l’Écosse. Spectacle : « La légende du roi Arthur » est un magnifique spectacle mis en scène en 2015 et 2016, pour relater le roman breton du XII e siècle, avec les chevaliers de la Table ronde. Pour mémoire : Excalibur fut le nom de l’épée du roi Arthur.

ARTHUR, Alias Jacques ESSEBAG (né en 1965), animateur de télévision et homme d’affaires. Société : La holding « Arthur World Participation Group » était située dans le 8 e arrondissement de Paris jusqu’en 2013, avant d’émigrer au Luxembourg. Ce célèbre animateur de télévision anime notamment l’émission Les enfants de la télé diffusée généralement le samedi sur TF1.

ARTHUR de Glastonbury (Saint) (martyrisé en 1539). Fête : On souhaite la fête de « saint Arthur », le 15 novembre, en souvenir de ce saint qui sera torturé dans la ville de Glastonbury en Angleterre ; c’est le prénom d’Arthur Normand, le second petit-fils de l’auteur de ce dictionnaire. Homonymes 1 : Les comtes ou ducs de Bretagne, « Arthur I er » (1187-1203), « Arthur II » (1262-1312) et « Arthur III » (1393-1458). Homonyme 2 : Le légendaire roi écossais « Arthur » (470-540) réunissait ses chevaliers Lancelot, Perceval et Yvain autour d’une table ronde, selon les romans bretons du XII e siècle. Homonyme 3 : Le général américain « Douglas MacArthur » (1880-1964) dirigea les forces alliées du Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale qui fera 70 millions de morts ! On lui doit ce formidable message : « La jeunesse n’est pas une période de la vie, elle est un état d’esprit, un effet de la volonté, une qualité de l’imagination, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure sur l’amour du confort. On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années : on devient vieux parce que l’on a déserté son idéal. Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme. Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui lentement nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort. Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille ; il demande comme l’enfant insatiable : « Et après ? » Il défie les événements et trouve de la joie au jeu de la vie. Vous êtes aussi jeune que votre foi, aussi vieux que votre doute ; aussi jeune que votre confiance en vous-mêmes, aussi jeune que votre espoir, aussi vieux que votre abattement. Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif. Réceptif à ce qui est beau, bon et grand, réceptif aux messages de la nature, de l’homme et de l’infini. Si un jour vous deviez être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard. » Homonyme 4 : La navigatrice anglaise « Ellen MacArthur » (née le 8 juillet 1976) détient depuis 2005 le record absolu du tour du monde à la voile en solitaire, sans escale et sans assistance, à bord de son trimaran B&Q-Castorama , en 71 jours, 14 heures, 18 minutes et 33 secondes. Pour cet exploit exceptionnel, elle sera anoblie par la reine d’Angleterre et décorée de l’ordre de l’Empire britannique.

ARTHUS-BERTRAND, Claude (né au XVIII e siècle), entrepreneur français… Troisième génération : ARTHUS-BERTRAND, Claude (né en 1847), petit-fils du précédent. Quatrième génération : ARTHUS-BERTRAND, Michel-Ange, fils unique du précédent. Cinquième génération : ARTHUS-BERTRAND, André (né au XIX e siècle), fils du précédent. Sixième génération : ARTHUS-BERTRAND, Henri (né en 1913), fils du précédent. Septième génération : ARTHUS-BERTRAND, Nicolas (né en 1943), fils du précédent ; ARTHUS-BERTRAND, Yann (né le 13 mars 1946), cousin germain du précédent… Groupe : Le groupe « Arthus-Bertrand » est né en 1803 en même temps que la Légion d’honneur. Son créateur, Claude Arthus-Bertrand, fonde en effet une librairie, fournisseur de la Marine, qui deviendra une grande maison d’édition dans les années 1820. Il publiera en effet des récits de voyage dont plusieurs tours du monde à la voile pour la Société de géographie, avec de superbes lithographies. Claude Arthus-Bertrand, le petit-fils du fondateur, épousa en 1862 Marie Adelina Marion, la petite-fille de Michel-Ange Marion, le fondateur en 1803 de la maison Marion, fournisseur de l’armée impériale, spécialisée dans les drapeaux et les insignes. La famille Arthus-Bertrand ouvrira dans les années 1870 la prestigieuse boutique située place Saint-Germain-des-Prés à Paris, face à l’église homonyme, près de la brasserie « Aux deux Magots ». Au fil des années et des générations, de fructueux regroupements seront réalisés par les entreprises familiales Arthus-Bertrand, Béranger et Magdeleine. Michel-Ange Arthus-Bertrand et ses descendants créeront et rachèteront ainsi de nombreux ateliers. André Arthus-Bertrand dirigera l’entreprise dès 1925 ; il développera rapidement la création, la fabrication et la commercialisation d’ordres et de décorations qui sont les marques les plus éminentes du mérite civil ou militaire partout dans le monde. Sa société façonnera aussi de superbes trophées, des insignes, des médailles, et même des épées d’académiciens… Elle créera également de nombreux objets en joaillerie, bijouterie, orfèvrerie et horlogerie. Cette société familiale deviendra un SA en 1953. Henri Arthus-Bertrand dirigera à son tour l’entreprise avec son frère Claude ; il sera même président fondateur de la Fédération internationale des éditeurs de médailles (Fidem) et président du Syndicat de la propriété artistique des dessins et modèles (Spadem). Nicolas Arthus-Bertrand, l’un des cinq enfants d’Henri, est le PDG actuel de cette entreprise depuis 1983, avec son frère Benoît comme directeur général ; ils lancèrent, en 1986, le fameux pin’s, ces épinglettes commercialisées à l’occasion des tournois de tennis de Bercy, puis ceux de Roland Garros, qui atteindront rapidement une fabrication mensuelle d’un million d’exemplaires pour assouvir la passion des collectionneurs ; ils fondèrent, en 2002, le groupe international Arthus-Bertrand. Leur cousin germain, le célèbre photographe Yann Arthus-Bertrand, né le 13 mars 1946, est fort connu du grand public ; il prendra des millions de photographies aériennes aux quatre coins du monde pour témoigner de l’état de la planète ; il publiera notamment aux éditions de la Martinière, La Terre vue du ciel, vendue à trois millions d’exemplaires dans 80 pays, Une France vue du ciel avec le concours de Patrick Poivre d’Arvor (né le 20 septembre 1947), et Une Algérie vue du ciel . C’est aussi le créateur des fameuses montres YAB qui portent ses initiales. Académie : Yann Arthus-Bertrand fut élu, en 2006, à l’Académie des beaux-arts, dans la section photo nouvellement créée. Cette académie compte désormais trois nouveaux membres élus en 2016 : Bruno Barbey, Jean Gaumy et Sebastiao Salgado. Pour mémoire : En 2011, Yann Arthus-Bertrand a même été sponsorisé par la marque de montres Omega pour réalise un documentaire sur les océans. Collège : Le collège « Yann Arthus-Bertrand » a été inauguré le 24 juin 2006 à Cysoing (59) près de Lille, par Yann Arthus-Bertrand en personne. On se souvient encore de ses superbes photos exposées en poster sur les grilles du jardin du Luxembourg à Paris pendant l’été et l’automne 2000. La maison Arthus-Bertrand compte 3 boutiques à Paris, et trois boutiques en province, à Lille (59), Bordeaux (33) et Lyon (69).

Ascension. Fête : « La fête de l’Ascension » est une fête religieuse catholique qui se déroule chaque année un jeudi, en mai, pour commémorer la montée au ciel de Jésus-Christ le jeudi 14 mai 33. Toponyme : « L’île de l’Ascension » fut découverte le jour de l’Ascension, en mai 1501, par le navigateur Juan de Nova, d’où son nom donné, en 1503, par le navigateur portugais Alphonso de Albuquerque (1453-1515). Cette île britannique, d’un millier d’habitants, comprend un aérodrome réservé aux vols militaires, d’une part entre l’aérodrome militaire de Brize Norton, à l’ouest de Londres, et d’autre part l’aérodrome militaire des îles Falkland. Cette île comprend de grandes paraboles pour suivre en temps réel la trajectoire des fusées européennes ou russes lancées depuis Kourou, en Guyane Française, et celles des fusées américaines de la NASA lancées depuis la Floride. Par ailleurs, l’agence de sécurité américaine NSA surveille en temps réel les communications de l’hémisphère sud.

ASCOT, ville anglaise située près de Londres, réputée pour son hippodrome. Homophone : « Ascott » (avec deux t) est un groupe hôtelier singapourien qui comprend 68 résidences Citadines, dont 25 en France, plus 300 établissements dans le monde.

ASHLEY, Laura (7/9/1925-17/9/1985), couturière britannique ; ASHLEY, Sir Bernard (mort en 2009), époux de la précédente. Marque : La marque de décoration « Laura Ashley » a été cofondée, en 1953, par Laura Ashley et son mari Bernard ; ils créeront et commercialiseront les vêtements en prêt-à-porter et les papiers peints « Laura Ashley » à Londres, dès 1967, puis en France dans les années 1970 ; Laura Ashley avait fabriqué sa première robe, en 1961, dans son village natal de Carno, au cœur du Pays de Galles. Au fil des années, des centaines de boutiques Laura Ashley seront ouvertes dans de nombreux pays, avec, hélas, le déclin de la marque après le décès de la couturière en 1985.

ASIE, continent situé entre l’Europe et l’océan Pacifique. Statue : La statue en marbre « l’Asie » est érigée dans les jardins du château de Versailles (78) ; elle a été sculptée entre 1674 et 1683 par Léonard Roger (1644-vers 1695). ASPERGER, Hans (18/2/1906-21/10/1980), psychiatre autrichien. Syndrome : Le syndrome d’Hans Asperger » a été décrit, en 1943, par ce psychiatre pour expliquer les troubles du développement des enfants autistes, très intelligents et surdoués, avec souvent une grande mémoire des chiffres. Certains peuvent en effet déchiffrer une partition musicale instantanément ou retenir un poème en quelques secondes, mais ils sont incapables de ressentir des émotions.

ASSAS, Nicolas, chevalier d’ (1733-tué le 16/10/1760), capitaine français. Université : L’université de droit Paris II, surnommée faculté « d’Assas », se situe dans la rue d’Assas du 6 e arrondissement de Paris ; elle a été nommée ainsi en souvenir de ce capitaine français qui découvrira une troupe ennemie cachée dans un bois pendant la nuit du 15 au 16 octobre 1760. Après s’être farouchement battu, il sera tué à l’âge de 27 ans en voulant donner l’alerte à ses compagnons. Navire : Le croiseur français D’Assas , long de 99 mètres sur 14 mètres de large, jaugeant 3000 tonneaux, a été lancé en 1893.

ASSOULINE, Prosper (né au XX e siècle), éditeur français ; ASSOULINE, Martine (née au XX e siècle), épouse du précédent. Éditions : Les éditions « Publishing Assouline » ont été fondées par ce couple, en 1994 ; elles sont devenues internationales, en l’an 2000, avec des traductions en six langues. Leur catalogue actuel compte plus de 250 titres, dont des livres consacrés à la mémoire des stars ou des marques de luxe.

ASTON MARTIN : Voir MARTIN.

ASTÉRIX, personnage de bande dessinée. Parc de loisirs : Le Parc « Astérix » se situe près de Senlis (60) ; il a été inauguré en 1989, et fait maintenant partie du groupe Grévin et Cie. Ce parc a été nommé ainsi d’après le célèbre personnage de bande dessinée, créé le 29 octobre 1959 par le dessinateur Albert Uderzo (né en 1927) et le scénariste René Goscinny (1926-1977) pour le journal Pilote. Trente-cinq albums « Astérix » seront édités à plus de trois cent trente-cinq millions d’exemplaires, traduits en plusieurs langues à travers le monde, neuf feront même l’objet de dessins animés pour le cinéma et la télévision, et trois films de longs métrages seront tournés avec de vrais acteurs. La bande dessinée Astérix et Cléopâtre est la plus vendue au monde. La bande dessinée Astérix chez les Pictes a été tirée à 5 millions d’exemplaires en octobre 2013, et traduite en 23 langues ! Numismatique : Douze pièces de 10 euros « Astérix » en argent 333 millièmes, de diamètre 31 mm, pesant chacunes 17 grammes, représentant des personnages d’Uderzo avec la Liberté, l’Égalité ou la Fraternité, ont été frappées par la Monnaie de Paris, et vendues en métropole par La Poste, du lundi 30 mars 2015 jusqu’au samedi 27 février 2016, avec le concours des éditions Albert René/Goscinny-Uderzo.

ASTOR, John Jacob (17/7/1763-29/3/1848), marchand américain de fourrures. Édifice 1 : Le « Fort Astoria » se situe sur la côte américaine du Pacifique ; il a été fondé en 1811 par ce marchand de fourrure d’origine allemande, créateur et patron de l’Américan Fur Company. Il deviendra ensuite très riche en spéculant sur des terrains situés dans l’île de Manhattan. Édifice 2 : « L’Astor Library » de New York a été construite grâce à une donation de ce milliardaire. Négociants : Les négociants en fourrure de John Jacob Astor furent surnommés les « Astorians » de 1810 à 1813. Hôtels : De nombreux hôtels « Astoria » sont implantés un peu partout dans le monde, dont le « Waldorf Astoria » de New York célèbre pour ses expositions d’art.

Astrolabe , l’un des deux navires du navigateur français Jean-François de la Pérouse (1741-1788), et l’un des deux navires du navigateur français Dumont d’Urville (1790-1842). Toponyme : Le glacier de « l’Astrolabe » se situe en Antarctique, en Terre Adélie ; il mesure 16 km de long sur 6 km de large, soit 96 km 2 . Pour mémoire 1 : Le navigateur irlandais, Peter Dillon (1785-1847), commandant du navire Research , effectua des recherches en 1827 sur les navires L’Astrolabe et La Boussole du navigateur français Jean-François de La Pérouse (1741-1788), disparus depuis 1788. Il fut le premier à trouver enfin des indices sur l’île de Vanikoro. Ces indices seront exploités l’année suivante par le navigateur français Jules Sébastien Dumont d’Urville (1790-1842) qui y découvrira L’Astrolabe le 26 février 1828. Pour mémoire 2 : Douze ans plus tard, lors de son second tour du monde effectué du 7 septembre 1837 au 6 novembre 1840 avec L’Astrolabe et La Zélée , il découvrira et prendra possession de la Terre Adélie le 20 janvier 1840. Sur les 82 hommes au départ, 19 étaient morts pendant le voyage. Finalement, Dumont d’Urville périra le dimanche 8 mai 1842 à 17 h 50, avec son épouse Adèle et son fils, lors d’un terrible accident de chemin de fer près de Meudon qui fera 55 morts et 109 blessés.

ASUNCIÓN, Domingo d’Irala (1509-3/10/1556). Toponyme : La ville « d’Asunción », capitale du Paraguay, a été fondée le 12 septembre 1537 par Domingo d’Irala Asunción, d’où son nom. Anecdote : Lors d’un voyage au Brésil avec le CE de RFO, nous avons notamment visité les 250 superbes chutes d’Iguaçu, hautes de 90 mètres, qui sont inscrites au patrimoine de l’Unesco. Ces chutes, entre le Brésil et l’Argentine, sont proches du Paraguay. L’auteur de ce livre avait alors visité 99 pays, sauf notamment le Paraguay. Avec trois collègues de RFO, nous nous rendons en taxi jusqu’à la frontière toute proche du Paraguay (15 km) pour me permettre d’avoir le tampon du Paraguay sur mon passeport afin de valider mon centième pays visité à travers le monde en 2008. Hélas, il n’y a pas de douanier à l’entrée de ce pays, et il faudrait faire 150 km pour nous rendre à la capitale Asunción afin de recevoir ce fameux tampon. Notre temps étant très limité, nous quittons le Paraguay pour prendre notre avion à Iguaçu vers l’aéroport de São Paulo afin de rentrer à Paris. Le 100 e pays visité officiellement par l’auteur de ce livre sera pour plus tard... Voir sa biographie.

ATAHUALPA (1497-tué le 29/8/1533), dernier roi inca. Musée : Le Musée « Atahualpa » est implanté dans la ville de Caranqui située au nord de Quito en Équateur ; c’est la ville natale du dernier roi inca. Statue : Une statue « d’Atahualpa » est implantée dans la ville de Cuzco au Pérou. Pour mémoire : Le royaume Inca remonte au XIII e siècle. Le dernier roi a été tué le 29 août 1533, par le conquistador espagnol Francisco Pizarro 1475-1541). Anecdote dramatique : Atahualpa devait être brûlé vif : on lui a proposé une mort plus rapide par le supplice de la garrotte s’il se convertissait à la religion catholique, ce qu’il a fait.

ATATÜRK, Mustafa Kemal (19/5/1881-10/11/1938), fondateur de la République turque. Aéroport : L’aéroport « Atatürk Havalimani » d’Istanbul, se situe à 24 km au sud-ouest de la grande ville turque située sur le Bosphore ; il a été nommé ainsi en hommage au président turc qui proclama la République turque, le 29 octobre 1923, avec Ankara comme capitale, et qui dirigea la Turquie pendant 15 ans, de 1923 jusqu’à sa mort en 1938. Il est considéré comme le père des Turcs, figure emblématique de la Turquie, car il supprima le khalifat, créa l’état laïque, adopta le système métrique, changea le calendrier, changea le week-end en adoptant le jour de repos du dimanche, supprima le mariage avec quatre femmes pour adopter la monogamie (la monotonie, diront certains), réforma les vêtements en supprimant le voile et le tchador, accorda le droit de vote aux femmes en 1933 (soit 11 ans avant les Français), et leur accorda la possibilité d’être élue. Il changea l’alphabet pour le rendre phonétique avec 29 caractères… Fête nationale : Le 29 octobre est le jour de la fête nationale turque pour commémorer le jour de la proclamation de la République du 29 octobre 1923 par le général Mustafa Kemal (1881-1938), surnommé le père de tous les Turcs. Constitution : La constitution turque affirme la laïcité de l’État dès le 10 novembre 1937. Doctrine politique : Le « Kémalisme » est la doctrine de Mustafa Kemal et de son surnom Atatürk qui signifie le père des Turcs. Musée : La maison musée « d’Atatürk » se situe à Antalya en Turquie ; elle porte le nom du premier président turc qui y séjourna pour la première fois, le 6 mars 1930, avant d’y revenir à deux reprises pour s’exclamer que cette ville est « sans aucun doute le plus bel endroit du monde ». Numismatique : Les billets de banque turcs, de 5 à 200 €, sont à l’effigie d’Atatürk. Œuvre magistrale : Le barrage « Atatürk » construit en Turquie a été inauguré en 1992 ; il a été nommé ainsi en hommage au fondateur de la Turquie moderne, surnommé le père des Turcs, qui dirigera ce pays de 1922 jusqu’à sa mort. On peut admirer sa statue dans la ville portuaire de Kyrenia située au nord de l’île de Chypre, dans sa partie turque. Édifice : Le Mausolée « Atatürk » a été édifié à Ankara, la capitale de la Turquie moderne. Pour mémoire : Un attentat a été perpétré le mardi 28 juin 2016 vers 22 heures par 3 kamikazes contre l’aéroport « d’Atatürk », faisant 36 morts et 147 blessés.

ATGER, Jean-François Xavier (14/11/1758-1833), collectionneur français. Musée : Le Musée « Atger » est implanté dans deux salles de la Faculté de médecine de Montpellier (34), la ville natale de ce collectionneur averti ; il a été nommé ainsi en souvenir de celui qui légua à ce musée plus d’un millier de dessins et plus de cinq mille estampes provenant de différentes écoles européennes ; l’entrée y est libre et gratuite, selon le souhait du donateur. Homonyme : « Eugène Atger » fut l’un des plus grands photographes documentaires du XX e siècle.

ATHANASE (Saint) (296-2/5/373), évêque d’Alexandrie. Fête : On souhaite la fête de « saint Athanase d’Alexandrie », le 2 mai, en souvenir du jour de la mort de cet évêque qui écrira de nombreux ouvrages théologiques ; il sera proclamé docteur de l’Église. Il est invoqué dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux.

ATHÉNA, déesse de la sagesse dans la mythologie grecque. Fondation : La ville « d’Athènes », capitale de la Grèce, a été fondée en 800 avant J-C. Toponyme : La ville « d’Athènes » a été nommée d’après le nom de la déesse « Athéna », fille de Zeus et de Métis, qui est chargée de protéger la Terre des forces du mal ; elle est aussi la déesse de la guerre, de la famille et des artisans. Objet : La dame de pique est « Athéna » dans un jeu de 32 ou 52 cartes. Édifice : Le sanctuaire du Parthénon, dédié à « Athéna », a été édifié sur les hauteurs d’Athènes, de 447 à 438 avant J.-C., par les architectes grecs Callicratès, Ictinos et Phidias, pendant le siècle de Périclès.

ATKINSON, Francis George (1874-6/12/1902), officier britannique à Bornéo. Édifice : La tour horloge « Atkinson » se situe à Kota Kinabalu, la capitale malaise de l’état de Sabah dans le nord de Bornéo. C’est une colonie britannique, depuis le 15 juillet 1946, qui a proclamé son indépendance le 16 septembre 1963. Cette tour a été construite en 1905 par Mary Edith Atkinson sur la colline Brace et nommée ainsi en mémoire de son fils, officier britannique à Bornéo, mort de la malaria à l’âge de 28 ans.

Atlantique. L’un des 3 océans du monde du monde qui comprend l’Atlantique Nord et l’Atlantique Sud. Toponyme : La ville américaine « d’Atlantique City » se situe dans l’État du New Jersey, face à l’océan Atlantique, d’où son nom. Anecdote : Le mardi 7 mars 1933, l’ingénieur américain, Charles Darrow, a déposé la marque du jeu de Monopoly en reprenant le nom des rues de cette ville. De nombreuses éditions seront ensuite créées dans plusieurs pays, notamment en France, en reprenant par exemple les rues et les gares de Paris. Les accessoires de ce jeu de plateau comprennent notamment des dés, cartes de jeu, billets de banque et de minuscules maisons en bois de couleurs différentes pour chaque joueur.

ATLAS, Titan emblématique de la mythologie grecque ; il fut condamné par Zeus, le roi des Dieux, à porter la Terre sur ses épaules. Objet 1 : Un « atlas » regroupe de nombreuses cartes géographiques ou géologiques ; il a été nommé ainsi en souvenir de ce demi-dieu grec qui portait sur ses épaules la Terre ou la voûte céleste qui serait datée d’environ 125 ans avant J.-C. ; elle correspond en effet à l’époque où vécut l’astronome grec Hipparque (190-125) qui fonda la trigonométrie, qui découvrit la précision des équinoxes, le 20 mars pour l’équinoxe de printemps, et le 22 septembre pour l’équinoxe d’automne, car lors de ces deux journées, la durée du jour et de la nuit est la même en chaque point du globe, soit 12 heures ! Il élabora le premier catalogue d’étoiles, raison pour laquelle on a donné son nom à un cratère sur la Lune. Atlas était le fils du Titan Japet et de l’océanide Clyméné ; il sera ensuite transformé en montagne. Objet 2 : Les tables de montage « Atlas » ont été utilisées pendant des décennies par les chaînes de télévision pour monter la pellicule film 16 mm pour l’image et la bande magnétique pour le son. Objet 3 : Le détecteur de particules « Atlas », long de 25 mètres sur 20 mètres de diamètre, pour un poids de 7 000 tonnes, est implanté au CERN à Genève depuis 2007 ; il a notamment permis de découvrir le boson de Higgs le mercredi 4 juillet 2012. Objet 4 : « Atlas » était une série de 500 lanceurs américains utilisés, 1960 à l’an 2000, pour commencer la conquête spatiale en envoyant dans l’espace des satellites ainsi que les premiers astronautes du programme Mercury. Objet 5 : Le futur télescope spatial « Atlas T » devrait être lancé, en 2025, en direction du point de Lagrange L2, situé à 1,5 million de kilomètres de la Terre ; son diamètre de 16 mètres devrait lui permettre de multiplier par 10 les capacités du télescope James Webb et par 1000 celles du télescope Hubble, avec des performances exceptionnelles grâce à des spectrographes et des caméras 3D à haute résolution, de l’infrarouge à l’ultraviolet. Objet 6 : Le nouveau robot « Atlas » autonome, racheté en 2013 par Google, pèse 80 kg pour une hauteur de 1,75 mètres ; il est même capable de se relever tout seul après une chute volontaire choisie par ses programmateurs ! Livre 1 : L’Atlas des risques majeurs a été publié en 1992 par Michel Barnier (né le 9 janvier 1951). La loi qui porte son nom, votée le 2 février 1995, édicte le principe de précaution. Livre 2 : L’Atlas des océans comprend les « pilot charts » de tous les océans ; il a été publié en 2011 par Jimmy et Ivan Cornell. Société : La société de vente par correspondance, « Atlas for men », est basée à Lille (59). Cirques : Les cirques « Atlas » se sont notamment produits pendant l’été 2012 dans le Pas-de-Calais (62) et en Isère (38). Anatomie : « L’atlas » est la première vertèbre cervicale (C1) qui soutient la tête. Toponyme 1 : Les montagnes de « l’Atlas » au Maroc. Toponymes 2 : Les Océans « Atlantique nord » et « Atlantique sud ». Toponyme 3 : « L’Atlantide » était, selon Platon, une île splendide située au-delà de détroit de Gibraltar, ou au sud de l’île grecque de Santorin, vers 360 avant J.-C., avant d’être engloutie lors d’un violent cataclysme. Sa ville mythique était Ys. Relire le roman « L’Atlantide » de Pierre Benoît (1886-1962) publié en 1919. Voir aussi le documentaire britannique de Paul Williams Le Mythe de l’Atlantide, diffusé sur France 5 en août 2016. Éditions : Les « Éditions Atlas Collections SA » commercialisent notamment de magnifiques maquettes des paquebots du monde à construire soi-même, dont les paquebots France , HMT Mauretania , Normandie , RMS Queen Mary , RMS Titanic, SS United States . Expression : « Avoir des épaules d’Atlas » signifie prendre toutes ses responsabilités. Fusées : La fusée américaine « Atlas » placée sur orbite, le 18 décembre 1958, le premier satellite de télécommunications Score. D’autres fusées américaines « Atlas » lanceront les capsules Mercury , lors du programme spatial éponyme de 1960 à 1963. Voir Mercure. Ces fusées sont commercialisées depuis le 25 juillet 1990, pour lancer des satellites. Sigle : « Atlas » signifie « atmospheric laboratory for application and science » ; ce module spatial international a été embarqué dans l’espace à bord des navettes spatiales. Astronomie : « Atlas » est l’un des satellites de la planète Saturne. Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom « d’Atlas » à un toponyme sur la Lune.

ATTALE II, Philadelphe (220-138 avant J.-C.), roi de Pergame entre 159 et 138. Toponymie : La ville portuaire « d’Antalaya », en Turquie, a été fondée par ce roi pour y créer une base navale. Cette ville est devenue l’une des plus grandes stations balnéaires de Turquie. De cette ville, il faut absolument se rendre à Aspendos pour y découvrir le superbe théâtre romain de 15 000 places dotées de conditions acoustiques optimales.

ATTIAS, Richard (né au XX e siècle), homme d’affaires français ; ATTIAS, Cécilia (née en 1957), épouse du précédent. Fondation : La Fondation « Cécilia Attias pour les femmes » a été fondée, en octobre 2008, pour financer notamment des projets dans le tiers-monde.

ATTILA (395-453), chef des Huns. Frontière : La ligne de démarcation « Attila » sépare l’île de Chypre en deux zones depuis 1974, y compris la capitale Nicosie. Cette ligne est contrôlée par les Casques bleus de l’ONU : Au nord la zone turque correspond à la République turque de Chypre du Nord (RTCN) reconnue par la Turquie, et au sud la zone grecque correspond à la République de Chypre, reconnue par la communauté internationale, sauf la Turquie. Cette ligne de démarcation a été nommée ainsi d’après ce chef de guerre des Huns qui envahit et mit à sac les empires d’Orient et d’Occident de 445 à 453 ; il fut surnommé « le fléau de Dieu ». Toutefois, il fut battu par les Wisigoth en 451 près de Châlons-en-Champagne (51).

ATTOYAN, René (né le 21 décembre 1930), coiffeur français. Lycée : Le lycée professionnel privé de coiffure « Phocéa-René-Attoyan » a été fondé, en 1962 à Marseille (13), par ce coiffeur qui l’a dirigé de 1962 à 2005, avec le concours de son épouse Jeannette Attoyan comme surveillante générale du lycée, puis avec le concours de ses enfants, Martine et Franck Attoyan qui assurent la direction du Centre de formation depuis l’année scolaire 2005-2006.

ATWATER, Wilbur Olin (3/5/1844-2/9/1907), chimiste canadien. Formule : Le facteur « Atwater » est un système de conversion des calories ; il a été établi par ce chimiste lors de ses recherches sur la nutrition et le métabolisme. Homonyme : « Edwin Atwater » (1808-1874) était un immigrant américain qui donna son nom au marché et à l’une des stations de métro de Montréal.

AUBE, Hyacinthe Théophile (1826-1890), amiral français. Navire : Le croiseur-cuirassé français Amiral-Aube , long de 100 mètres sur 21 mètres de large, jaugeant 10 000 tonneaux, a été lancé en 1903 ; il a été nommé ainsi en hommage à l’amiral qui sera ministre de la Marine en 1886-1887.

AUBER, Daniel-François-Esprit (29/1/1782-12/5/1871), compositeur français. Station du RER . La station du RER A « Auber » se situe dans le 9 e arrondissement de Paris, près de la rue Auber qui longe l’Opéra Garnier ; elle a été nommée ainsi en hommage au compositeur qui deviendra directeur du Conservatoire de Paris en 1842 et directeur de la Chapelle impériale. Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1971, un timbre à l’effigie « d’Esprit Auber » pour commémorer le centenaire de sa mort . Philatélie 2 : La Poste française et la Poste suédoise ont émis en 2012 deux timbres communs en hommage à l’auteur de l’opéra historique en cinq actes Le bal masqué qui retrace les dernières heures du roi Gustave III de Suède (1746-1792), assassiné le 16 mars 1792, pendant ce bal par un officier qui sera décapité onze jours plus tard, le 27 avril 1792. Cet opéra sera représenté pour la première fois le mercredi 27 février 1833 à l’opéra Garnier de Paris. AUBIN (Saint céphalophore) (né au IV e siècle à Naxos en Grèce). Édifice religieux 1 : La collégiale « Saint-Aubin » de Namur, en Belgique, a été fondée en 1047 ; elle est devenue une cathédrale en 1559, puis elle a été reconstruite de 1751 à 1767. Sa coupole, rehaussée par une lanterne, culmine à 70 mètres. Édifice religieux 2 : La collégiale « Saint-Aubin » se situe à Guérande (44) ; elle a été construite du XII e au XVI e siècle, à 150 mètres du Musée de la Poupée. Pour mémoire : « Saint Aubin » a quitté la Grèce vers l’an 380 pour se rendre à Rome puis à Mayence afin d’évangéliser cette région. Il fut décapité avec ses fidèles par des barbares. Selon la légende, il ramassa alors sa tête pour la porter jusqu’à l’endroit de sa sépulture. Finalement, le comte de Namur, Albert II, fit la promesse de construire une église baptisée « Saint-Aubin » à Namur s’il échappait à la mort lors de sa guerre contre Eudes de Champagne.

AUBIN (Saint) (470-1 er /3/550), évêque d’Angers. Fête : On souhaite la fête de « saint Aubin », le 1 er mars , en souvenir du jour de la mort de cet évêque d’Angers, élu en 529, qui consacrera son épiscopat à lutter contre les couples incestueux, après avoir dirigé pendant 25 ans l’abbaye de Tincillac près de Vannes (56). C’est le saint patron de la ville de Guérande (44) située près des marais salants éponymes. Miracle : Pendant une grande promenade sous un orage, il arrivera sec à destination après avoir en quelque sorte slalomé entre les gouttes… Édifice : La tour « Saint-Aubin » se situe à Angers (49). Édifice religieux : La collégiale « Saint-Aubin » est érigée au cœur de la cité médiévale de Guérande (44). Aéroport : L’aéroport de « Dieppe Saint-Aubin » se situe entre la ville de Dieppe (76) et le village de Saint-Aubin (76). Pour mémoire : La chaîne de télévision française M6 a été créée 1 er mars 1987 ; elle a ainsi fêté ses 30 ans le mercredi 1 er mars 2017. Journée : Depuis 1991, le 1 er mars est la journée mondiale de la protection civile adoptée, le 17 décembre 1990, par la 9 e assemblée générale de l’Organisation internationale de la protection civile (OIPC). Cette journée est également consacrée à la sécurité routière depuis 2004.

AUBRAC, Lucie (29/6/1912-12/3/2007), héroïne de la Résistante française. Toponyme : Le plateau des « monts d’Aubrac » situé au sud du Massif central fait bien évidemment penser à la grande résistante française, née Lucie Bernard, qui épousa en 1939 le Juif Raymond Samuel avant de prendre tous les deux le nom de guerre d’Aubrac lors de leur résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Lucie libérera par trois fois son mari arrêté par la Gestapo. Un hommage solennel, présidé par Jacques Chirac (né en 1932), sera rendu à Lucie Aubrac dans la cour d’honneur des Invalides à Paris le mercredi 21 mars 2007, neuf jours après sa mort à l’hôpital suisse d’Issy-les-Moulineaux (92), à l’âge de 94 ans.

AUBRY, Martine (née le 8 août 1950), ministre française. Loi 1 : La loi « Aubry I » n°98-461 du 13 juin 1998, parue au J.O. le lendemain, concerne l’orientation et l’incitation relative à la réduction du temps de travail (RTT) en passant aux 35 heures au 1 er janvier 2000 pour les entreprises de plus de 20 salariés, et en 2002 pour les autres salariés. Loi 2 : La loi « Aubry II » n°2000-37 du 19 janvier 2000, parue au J.O. le lendemain, concerne la réduction négociée du temps de travail sur les 35 heures, en fixant la durée légale à 1 600 heures annuelles. Pour mémoire : La loi « Aubry » a été adoptée à l’Assemblée nationale le mercredi 15 décembre 1999 ; depuis, elle a souvent été remise en cause, à droite comme à gauche. Martine Aubry est ministre du Travail, en 1993, député du Nord depuis 1997, ministre de l’Emploi et de la Solidarité de 1997 à 2000, maire de Lille depuis 2001, conseiller d’État depuis 2006 et Première secrétaire du parti socialiste du 25 novembre 2008 jusqu’au 16 septembre 2012 ; elle sera alors remplacée en intérim par Harlem Désir qui sera élu Premier secrétaire du parti socialiste, le 18 octobre 2012, lors du congrès de Toulouse.

AUCKLAND, George Eden, lord (1784-1849), homme politique britannique. Toponyme 1 : « La Ville d’Auckland » est la plus grande ville de Nouvelle-Zélande ; elle a été fondée, en 1840, et nommée ainsi en hommage à l’homme politique britannique qui sera gouverneur général de l’Inde et Premier lord de l’Amirauté, en 1834-1835 et de 1846 à 1849. Toponyme 2 : Les îles subantarctiques « Auckland » se situent dans le Pacifique Sud, à 400 km au sud de la Nouvelle-Zélande dont elles dépendent. Ces principales îles sont l’île Auckland, l’île Adams et l’île Enderbey. Toponyme 3 : La zone météorologique « Auckland » se situe de 50°S à 60°S et entre 160°E et 180°E.

AUDE (Sainte) (née au VI e siècle), moniale à Meaux. Fête : On souhaite la fête de « sainte Aude », le 18 novembre , en souvenir de cette sainte, moniale en région parisienne dont les reliques sont exposées à la Sainte-Chapelle de Paris, édifiée par Saint Louis, de 1241 à 1248, et restaurée par Jean-Baptiste Lassus (1807-1857) ; elle suivra à Meaux et à Paris sainte Geneviève qui deviendra la sainte patronne de Paris. Fête nationale 1 : Le 18 novembre est aussi le jour de la fête nationale lettone pour commémorer son indépendance du 18 novembre 1918. Fête nationale 2 : Le 18 novembre est également l’un des jours de fêtes nationales au Maroc pour commémorer la déclaration d’indépendance du 18 novembre 1958 proclamée par le futur roi du Maroc Mohammed V (1909-1961) qui sera surnommé le père de l’indépendance marocain. Fête nationale 3 : Le 18 novembre est enfin le jour de la fête nationale du sultanat d’Oman pour commémorer la naissance du sultan Qabous ibn Saïd (né le 18 novembre 1940).

AUDEMARS, Louis Benjamin (22/5/1782-21/5/1833), maître horloger suisse… Autre génération : AUDEMARS, Jules-Louis (1851-17/10/1918), descendant du précédent… Autre personnalité : PIGUET, Isaac-Daniel (1775-1841), maître horloger suisse… Autre génération : PIGUET, Louis-Élysée (né au XIX e siècle), descendant du précédent… Autre génération : PIGUET, Edward-Auguste (1853-1919), descendant du précédent. Marque : Les montres « Audemars Piguet » portent le nom de ces deux familles de maîtres horlogers suisses qui se sont associées, dès 1875, grâce à Jules-Louis Audemars (1851-1918) et Edward Auguste Piguet (1853-1919) pour fonder la manufacture « Audemars Piguet & C° », puis la marque « Audemars Piguet » en 1882 au Brassus, dans la vallée de Joux située dans le Jura suisse. Cette marque possède des boutiques non seulement en Europe, mais aussi à Singapour, Kuala Lumpur, Djakarta, Hongkong, Shanghai et New York. La montre Royal Oak est vraiment exceptionnelle. La montre Royal Oak Offshore Chronographe est vendue entre 32 380 et 35 900 €, et la montre en titane Openworked Royal Oak Offshore Grande Compilation est vendue 652 240 € en 2014 ! Cette entreprise familiale de 1 500 salariés a vendue 40 000 montres, pour un chiffre d’affaires de 826 millions d’euros en 2016 ! Boutique : La boutique « Audemars Piguet » de Paris se situe rue Royale à Paris. Musée : Le Musée « Audemars Piguet » se situe au Brassus en Suisse ; il présente plus de 240 montres splendides, dont des savonnettes et des demi-savonnettes. Fondation : La Fondation « Audemars Piguet » pour l’environnement a été créée en 1992. Sponsoring : « Audemars Piguet » sponsorise le trimaran L’Hydroptère d’Alain Thébault pour améliorer encore son record du monde de vitesse sur la distance officielle de 500 mètres, établi en 2009, avec une moyenne de 95,11 km/h et même une pointe à 103 km/h !

AUDIBERTI, Jacques (25/3/1899-10/7/1965), poète et dramaturge français. Lycée : Le lycée « Jacques-Audiberti » est implanté à Antibes (06), la ville natale de cet écrivain. Événement : Le prix littéraire « Jacques Audiberti » a été fondé en 1989 ; il est décerné par l’Association des journalistes du tourisme pour récompenser une œuvre d’inspiration méditerranéenne.

AUDREY (Sainte) (morte le 23 juin 679), abbesse d’une abbaye anglaise. Fête : On souhaite la fête de « sainte Audrey », le 23 juin , en souvenir du jour de la mort de cette sainte qui fondera l’abbaye d’Ely en Angleterre. Journée 1 : Le 23 juin est la journée des Nations Unies pour le service public. Journée 2 : Le 23 juin est aussi la journée mondiale du yoga. Fête nationale : Le 23 juin est aussi le jour de la fête nationale luxembourgeoise pour commémorer la naissance de Son Altesse Royale le Grand-Duc Henri, né le 23 juin 1955.

AUDUBON, John James (1785-1851), ornithologue et peintre américain. Aquarium : L’aquarium et le Zoo « Audubon » se situent dans la ville de la Nouvelle-Orléans en Louisiane, près du fleuve Mississippi ; ils ont été nommés ainsi en hommage à celui qui dessina de superbes gravures représentant les oiseaux de cette région, française jusqu’en 1803. Navire : Le bateau à aubes Audubon est amarré au quai situé face à l’aquarium éponyme, à la Nouvelle-Orléans, lorsqu’il n’effectue pas de croisières sur le fleuve Mississippi. Lycée : le lycée professionnel « Jean-Jacques-Audubon » est implanté à Couëron (44). Pour cette occasion, on a francisé le double prénom de cet ornithologue d’origine française car née à Saint-Domingue en Haïti ; il arriva aux États-Unis, en 1802, pour y décrire les oiseaux de ce continent nord-américain de 1807 à 1839. Société : La « National Audubon Society » est la plus importante organisation américaine de protection de la nature ; elle regroupe plus de 600 000 membres !

AUGAGNEUR, Jean-Victor (16/5/1855-23/4/1931), médecin, ministre et Député-maire de Lyon. Toponyme : Le quai « Victor-Augagneur » de Lyon (69) longe la rive gauche du Rhône, du parc de la tête d’or à celui de Gerland ; il a été complètement réhabilité sur 7 kilomètres, au plus grand bonheur des piétons, joggeurs et cyclistes. Lycée : Le lycée « Augagneur » est implanté à Pointe-Noire, au Congo.

AUGER, Pierre (14/5/1899-25/12/1993), physicien français. Objet : L’observatoire « Pierre Auger » se situe en Argentine à 1 500 mètres d’altitude, près de la Cordillère des Andes, au cœur de la pampa Amarilla dans la région de Mendoza. Cet observatoire compte quatre télescopes à fluorescence et 1 600 cuves remplies de 12 tonnes d’eau chacune, répartie sur une superficie de 3 000 km 2 ; c’est le plus grand du monde, opérationnel depuis le 21 février 2000 ; il est destiné à observer les rayons cosmiques ultra énergétiques de 10 puissance 19 e V, baptisés citius, altius et fortius .

AUGUSTE Chapdelaine (Saint) (martyrisé le 29 février 1856), missionnaire français. Fête : On souhaite la fête de « saint Auguste Chapdelaine », le 29 février , tous les quatre ans, lors des années bissextiles, en souvenir du jour du martyre de ce missionnaire français, fondateur d’une communauté chrétienne en Chine.

AUGUSTE, Caius Julius (63 avant J.-C.-14 après J.-C.), empereur romain. Mot 1 : Un « auguste » personnage mérite le respect ; ce mot fait bien évidemment penser à l’un des plus brillants empereurs romains qui vécurent à l’époque de la naissance du Christ en Galilée. On parle aussi du « siècle d’Auguste », car il régna de 27 avant J.-C. jusqu’à sa mort en 14 après J.-C. Cet empereur romain créa même un service de courrier administratif vers toutes les provinces de son empire, via des routes privilégiées. Mot 2 : Le mois « d’août », qui compte 31 jours, a été nommé ainsi par l’empereur Auguste en l’honneur de lui-même, tout en baptisant le mois de juillet en hommage à l’un de ses prédécesseurs, Jules César (101-44 avant J.-C.), créateur du calendrier julien, qui proposa, en 46 avant Jésus-Christ, de faire coïncider la durée de l’année avec la course du Soleil qui s’effectue en 365 jours. Pour des raisons d’équité, il donna 31 jours à ces deux mois, tout en enlevant un jour au mois de février. Mot 3 : Les « aoûtiens » prennent leurs vacances en août. Toponyme : La « via Julia Augusta » parcoure toute la Riviera française, de l’Esterel à la côte italienne. Monument : « Le Trophée d’Auguste » se situe à La Turbie (06), sur la Côte d’Azur, à 480 mètres d’altitude avec une vue imprenable sur la mer Méditerranée, du cap Ferrat à la Côte italienne via la principauté de Monaco ; il a été érigé au 1 er siècle avant J.-C., sur l’ancienne via Julia Augusta, à la gloire de cet empereur romain. Impressionnant ! Musée : Le Musée du « Trophée d’Auguste » présente l’histoire de la restauration de ce monument.

AUGUSTIN (Saint) (354-28/8/430), évêque d’Hippone entre 396 et 430. Fête : On souhaite la fête de « saint Augustin », le 28 août , en souvenir du jour de la mort de ce théologien exceptionnel qui, en 395, sera sacré évêque d’Hippone en Algérie. On lui doit notamment les Confessions (397-401) et la Cité de Dieu (413-417), ainsi que cette célèbre phrase : « Les royaumes terrestres ne tiennent jamais qu’à un fil » . Ses phrases étaient dictées à un secrétaire. Saint Augustin sera proclamé docteur et père de l’Église ; c’est le saint patron des imprimeurs. Il est invoqué dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Saint Augustin était le fils de sainte Monique. Ordre religieux 1 : L’ordre des chanoines réguliers de « Saint-Augustin » respectent les règles spirituelles édictées par ce saint. Ordre religieux 2 : L’ordre des chanoinesses de « Saint-Augustin » qui enseignent dans une quinzaine de pays, a été fondé le 25 décembre 1597 par saint Pierre Fourier (mort le 9 décembre 1640) et sainte Alix le Clerc (1576-1622). Ordre religieux 3 : L’ordre religieux des chanoines « prémontrés » ou « norbertins » a été fondé par Norbert de Xanten (1080-6/6/1134) qui s’installera en 1119 dans la clairière de Prémontré située dans la forêt de Laon pour y fonder, en 1120, l’ordre des Prémontrés, en adoptant toutefois la règle de saint Augustin. Voir Norbert (Saint). Ordre religieux 4 : L’ordre religieux des « Grands Augustins » a été fondé, en 1256, par le pape Alexandre IV (1199-25/5/1261). Théologie : On parle de la théologie « augustinienne ». Doctrine : « L’Augustinisme » est la doctrine religieuse enseignée par ce saint, notamment sur la grâce. Toponyme : Le « cap San-Augustin » se situe sur les côtes septentrionales de l’Espagne par 43°34’N et 6°44’W. Édifice religieux 1 : L’église « Saint-Augustin » se situe dans le 8 arrondissement de Paris, près de la place et de la station de métro éponyme, sur la ligne N°9. Édifices religieux 2 et 3 : La cathédrale et l’abbaye « Saint-Augustin » se situent dans la ville anglaise de Cantorbéry ; elles sont inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco. Édifice religieux 4 : La chapelle dédiée à « Saint-Augustin » fait partie de la cathédrale Westminster édifiée à Londres entre 1895 et 1903. Autres édifices religieux : Ne serait-ce qu’en France, on peut admirer une centaine d’abbayes augustiniennes et prémontrées, sous forme de ruines*, ou magnifiquement restaurées (partiellement ou totalement), notamment à Abondance (74), Anizy-le-Château (02), Bonneuil-en-Valois (60), Chancelade (24), Juaye-Mondaye (14), Kerity (22), La Couronne (16), Mont-Saint-Éloi* (62), Mont Sainte-Odile (67), Paimpont (35), Pont-à-Mousson (54), Sablonceaux (35), Sixt-Fer-à-Cheval (74), Soissons (02), Stainville (55), Tarascon (13), Toulouse (31) devenu un Musée-Cloître… Peinture : La magnifique peinture sur bois de « Saint-Augustin dans sa cellule » a été dessinée par l’artiste Sandro Botticelli (1445-1510) ; elle est exposée au Palais des Offices à Florence et mesure environ 40 x 24 cm. Hôpital : La clinique « Saint-Augustin » est implantée à Bordeaux (33). Fresque : Une superbe fresque représentant « Saint Augustin » est exposée dans l’église d’Ognissanti à Florence.

AUGUSTIN (Saint) (mort le 27 mai 604), évêque de Cantorbéry. Fête : On souhaite la fête de « saint Augustin de Cantorbéry », le 27 mai , en souvenir de ce saint qui fera construire l’abbaye bénédictine de Cantorbéry d’où il créera et organisera la hiérarchie de l’Église catholique anglo-saxonne à partir de 596, en fondant l’Église d’Angleterre.

AURÈLE, Marc (121-180), empereur romain du 7 mars 161 jusqu’à sa mort en 180. Seconde génération : AURÈLE Commode (161-étranglé en 192), empereur romain de 180 à 192 Dynastie : La dynastie des Antonins (de 96 à 192) succède à la dynastie des Flaviens (de 69 à 96). Marc Aurèle règne ainsi pendant 19 ans à l’apogée de l’Empire romain, puis son fils Commode prend le pouvoir pendant 12 ans en débaptisant Rome et en se faisant reconnaître comme un dieu, compte tenu de sa force herculéenne. Il fut étranglé sur ordre de sa maîtresse Marcia.

AURÉLIEN (212-assassiné en 275), empereur romain de 270 à 275. Édifice : Le mur « Aurélien » a été construit par cet empereur à Rome en 271 sur une longueur de 18 kilomètres, pour se défendre des attaques barbares. Il fut assassiné en 275. Voie : La « voie Aurélienne » était une voie antique de l’Empire romain qui reliait Rome à Pise, Gènes et Arles, via notamment la forêt de l’Esterel. Certains tronçons sont encore empruntés par des randonneurs ou des cavaliers.

AURICOSTE, Joseph (né au XIX e siècle), horloger de marine français. Seconde génération : AURICOSTE, Pierre (né au XIX e siècle), fils du précédent. Société : La société horlogère « Auricoste », fondée à Paris en 1854 par Émile Thomas, a été reprise en 1889 par Joseph Auricoste qui lui donna son nom. Elle fabriquait surtout des montres pour la Marine française. Son fils Pierre dirigea la société de 1953 à 1961 en équipant surtout l’Armée de l’air.

AURIOL, Jacqueline (5/11/1917-11/2/2000), première femme pilote d’essais en France. Station de tramway . La station « Jacqueline Auriol » se situe à Colombes (92), sur la ligne de Tramway T2 qui relie la Porte de Versailles au Pont de Bezons (95), via la Défense à Puteaux (92) ; elle porte le nom de cette aviatrice, belle-fille de Vincent Auriol (voir ci-dessous). Jacqueline Auriol fut la première femme à franchir le mur du son (1 224 km/h ou 340 m/s), à bord d’un mystère II le 15 août 1953, puis elle a atteint la vitesse de 2 130 km/h le 14 juin 1963 à bord d’un Mirage III. Elle recevra quatre fois le Harmon Trophée, puis elle recevra le prix Roland Peugeot de l’Académie des Sports, ainsi que le prix Henri Deutsch de la Meurthe, de l’Académie des Sports, en 1951, qui récompense un fait sportif pouvant entraîner un progrès matériel, scientifique ou moral pour l’Humanité.

AURIOL, Vincent (27/8/1884-21/12/1965), 16 e président de la République française du 16 janvier 1947 au 16 janvier 1954. Lycée : Le lycée technologique « Vincent-Auriol » est implanté à Revel (31), la ville natale de cet homme d’État qui sera le 16 e président de la République française en effectuant son septennat du 16 janvier 1947 au 16 janvier 1954, après sept années de vacance de la fonction présidentielle depuis 1940 ; il sera aussi le premier des deux présidents de la IV e République. Philatélie : La Poste française a émis, en 1984, un timbre à l’effigie de « Vincent Auriol » pour commémorer le centenaire de sa naissance.

AUROUX, Jean (né le 19 septembre 1942), ministre français. Loi : La loi « Auroux » n°82-915 du 28 octobre 1982, parue le lendemain au J.O., concerne le dialogue social dans les entreprises entre les représentants des salariés et les patrons. Les représentants des salariés peuvent ainsi intervenir dans le règlement intérieur, les salaires ou les normes de travail de l’entreprise.

AUSTIN, Sir Herbert (8/11/1866-23/5/1941), industriel britannique. Marque : Les voitures « Austin » portent le nom de ce motoriste qui émigra en Australie avec son oncle, à l’âge de 17 ans, avant de revenir à Birmingham en Grande-Bretagne pour y construire sa première voiture à trois roues, en 1895. Il sera même directeur général de la société Wolseley avant de fonder sa propre société « Austin Motor Company », le 9 juillet 1905 ; cette grande marque britannique fusionna, en 1952, avec Morris pour former le groupe BMC, puis la marque sera rebaptisée « Austin Rover », en 1982, pour être rattachée au groupe BMW, en 1994.

AUSTREMOINE (Saint), (III e siècle), évêque romain. Fête : On souhaite la fête de « Saint-Austremoine », le 1 er ou le 8 novembre, en souvenir du premier évêque de Clermont (60) qui fondera à Issoire (63) un petit monastère pour y prier à la fin de ses jours. Édifice religieux : La plus vaste église romane d’Auvergne date du XII e siècle ; il s’agit de l’abbatiale « Saint Austremoine » implantée à Issoire, dans le Puy-de-Dôme.

AUTOMNE, saison qui va du 23 septembre au 22 décembre dans l’hémisphère nord, et du 20 mars au 21 juin dans l’hémisphère sud. Pour mémoire : Le 23 septembre est la date de l’équinoxe, avec une durée du jour égale à la durée de la nuit (12 heures), partout dans le monde. Cette date correspond généralement aux grandes marées. Statue : La statue en marbre « L’Automne », dit aussi Bacchus, est érigée dans les jardins du château de Versailles (78) ; elle a été sculptée entre 1674 à 1683, par Thomas Renaudin (1622-1706).

AUZOU, Philippe (né le 23 janvier 1946), éditeur français. Éditions : Les éditions « Auzou » ont été créées en 1973 par Philippe Auzou qui leur a donné son nom ; elles sont spécialisées dans la conception et la publication d’encyclopédies et de dictionnaires destinés à ses réseaux de diffusion. Elles ont notamment acquis, en 1993 les éditions Académiques de Paris et mis en œuvre, en 1998 le Dictionnaire encyclopédique Auzou publié, en 2001 et réactualisé tous les deux ans.

AVAROA, Eduardo (13/10/1838-tué le 23/3/1879), ingénieur bolivien. Toponyme : La réserve nationale de faune andine « Eduardo Avaroa » a été créée en 1973 dans le Sud Lipez en Bolivie ; elle couvre actuellement une superficie de 700 000 hectares pour protéger notamment les vigognes. Cet ingénieur des mines d’argent sur la côte bolivienne est considéré comme le héros du combat de Calama lors de la guerre du Pacifique, de 1879 à 1883, au cours de laquelle il sera tué le 23 mars 1879. La Bolivie perdra alors son accès au Pacifique dès 1883. Anecdote : Christian Nau (né en 1944), a traversé, en octobre 2003, une partie de ce parc et du salar d’Uyuni en vélo à voile.

AVERROÈS, Muhammad (1126-1198), philosophe arabe. Lycée : Le lycée « Averroès » a été fondé à Lille en 2003 ; il sera le premier établissement privé musulman sous contrat avec l’État en 2008. Hôpital : L’hôpital « Averroès » de Casablanca a été nommé ainsi en hommage à ce philosophe qui sera notamment médecin à la cour du Maroc ; il finira sa vie à Casablanca, d’où le nom de cet hôpital. Promotion : Les élèves de l’ENA, intégrés en 1998, ont choisi « Averroès » comme nom de leur promotion 1999-2000.

AVICENNE, Ibn Sina (980-1037), philosophe, médecin et naturaliste arabe. Hôpital : L’hôpital « Avicenne » est implanté à Bobigny (93) ; il a été nommé ainsi en souvenir de ce médecin né à Boukhara, actuellement en Ouzbékistan, dont la réputation était venue jusqu’en France au XI e siècle. Il a notamment écrit près de 500 titres dont 456 rédigés en arabe. Son Canon de la médecine est étudié dans les universités européennes. Son Livre de la guérison permet d’accéder à l’aristotélisme du philosophe grec Aristote (384-322 avant J.-C.). Toponyme lunaire : Le cratère « Avicenne » se situe sur la Lune. Philatélie : La Poste française a émis, en 2005, un timbre à l’effigie « d’Avicenne ».

AVIS, Warren E. (4/8/1915-24/4/2007), loueur américain de voitures. Marque : La société de location de voitures « Avis » a été fondée, en 1946, à l’aéroport de Détroit par Warren Avis ; il souhaitait mettre à la disposition des hommes d’affaires et des touristes, des voitures de location près des aéroports. Warren Avis y fut le premier loueur de voitures.

AVOGADRO, Amadeo di (9/8/1776-9/7/1856), professeur de physique italien. Nombre : « Le nombre d’Avogadro » a été trouvé, en 1811, par ce chercheur italien. Ce nombre (6,022x10 puissance 23) sert à définir la mole qui est une unité de matière. Par exemple, la mole correspond au nombre d’atomes dans 12 grammes de carbone 12. Selon la théorie d’Avogadro, on retrouve ainsi un nombre identique de molécules dans des volumes égaux de gaz différents. On parle aussi de la loi et de la constante « d’Avogadro ».

AYACHE, Alain (1 er /9/1938-17/2/2008), éditeur français. Seconde génération : AYACHE, Caroline (née au XX e siècle), fille du précédent. Groupe : Le groupe de presse « Alain Ayache » compte plusieurs magazines, dont Le meilleur , Spécial Dernière, Réponse à Tout, Réponse Santé, Réponse à tous jeux !... L’épouse d’Alain Ayache est PDG de ces éditions depuis la mort de son mari, tandis que Caroline Ayache est maintenant la directrice générale du groupe.

AYALA, Edmond de (1831-1902), viticulteur d’origine colombienne. Marque : Le « champagne Ayala » a été baptisé ainsi, en 1922, par les trois fils de ce viticulteur qui avait reçu en dot ces terres champenoises autour du château d’Aÿ en épousant Berthe Gabrielle Albert, en 1860.

AYERS, Sir Henry (1821-1897), homme politique australien. Toponyme : « L’Ayers Rock » est le plus gros monolithe du monde, avec ses 3,6 kilomètres de longueur, ses 2,5 kilomètres de largeur et ses 355 mètres de hauteur visible, mais dont la partie souterraine s’étend sur cent kilomètres de longueur et jusqu’à 5 km de profondeur ! Ce monolithe se situe au centre de l’Australie par 25°20’S et 131°05’E, à 450 km au sud-ouest de la Ville d’Alice Springs. Cet énorme bloc sacré, aux couleurs changeantes selon la position du Soleil, est nommé « Uluru » par les aborigènes Anangu qui s’opposent à son ascension, il culmine à 867 mètres d’altitude par rapport au niveau de la mer. Ce monolithe a été gravi pour la première fois, le 20 juillet 1873, par l’explorateur anglais William Gosse (1842-1881) ; il l’a nommé ainsi en hommage à Sir Henry Ayers, un émigré anglais arrivé en Australie, en 1841, qui sera membre du Conseil de gouvernement australien de 1863 jusqu’à sa mort, et président du Conseil des ministres de 1881 à 1894. Ce monument fait partie d’un Parc national australien.

AYMAR (Saint) (martyrisé le 29 mai 1242), inquisiteur français. Fête : on souhaite la fête de « saint Aymar », le 29 mai , en souvenir du jour de la mort de ce saint qui sera martyrisé, ainsi que ses confrères, par les Albigeois à Avignon (84). Journée : Le 29 mai est la journée mondiale des Casques bleus à l’ONU.

AYRAULT, Jean-Marc (né le 25 janvier 1950), 20 e Premier ministre français de la V e République, du 15 mai 2012 au 31 mars 2014, et maire de Nantes de 1989 à 2012. Aéroport : Le futur aéroport du Grand Ouest de « Notre-Dames-des-Landes (44) », si on le construit un jour, pourrait peut-être s’appeler aéroport international « Jean-Marc Ayrault », en souvenir de cet homme politique qui a œuvré pour sa construction, en tant que maire de Nantes et Premier Ministre, malgré les affrontements qui s’y sont déroulés par des écologistes en novembre 2012. Le 31 mars 2014, le PS subit une cinglante défaite aux municipales. Jean-Marc Ayrault est remplacé à Matignon par Manuel Valls, pour prendre ensuite le poste de ministre des Affaires étrangères en janvier 2016 après le départ de Laurent Fabius (né le 20 août 1946), nommé président du Conseil constitutionnel dès le mardi 8 mars 2016 pour un mandat de 9 ans.

AZAGURY-PARTRIDGE, Solange (née en 1961), joaillère britannique. Marque : Les bijoux, montres et parfums « Azagury-Partridge », sont commercialisés depuis 1995, lorsque cette joaillère a ouvert sa première boutique à Londres.

AZOULAY, Jean-Luc (né le 23 septembre 1947), producteur français. Groupe : Le groupe de production TV « Jean-Luc Azoulay » (JLA) a été fondé par ce producteur qui est aussi auteur, compositeur et PDG de son groupe ; il a notamment créé le Club Dorothée , la série Hélène et les Garçons, la série de téléfilms Les liaisons dangereuses …

AZZARO, Loris (9/2/1933-20/11/2003), couturier franco-italien. Marque : Les vêtements en prêt-à-porter « Loris Azzaro » sont diffusés à Paris depuis 1962, puis ce sera le tour des accessoires de mode « Azzaro », en 1965. Les parfums « Azzaro », quant à eux, seront diffusés mondialement depuis 1974. L’eau de toilette « Azzaro Chrome » est notamment vendue dans les boutiques hors taxes des aéroports internationaux.


Christian Nau pilote son vélo à voile devant l’Ahu Akivi et ses 7 Moais, lors de sa traversée de l’île de Pâques en 2009. Il traverse aussi la carrière des ahus à pieds.
B
B. Deuxième lettre de l’alphabet. Alphabet : La lettre « B » se prononce « Bravo » dans l’alphabet phonétique des aviateurs et de l’OTAN depuis 1955. Groupe sanguin : Le groupe « B » est l’un des quatre Groupes sanguins avec les groupes A, B, AB et O. Vitamines : La vitamine « B », un facteur de croissance hydrosoluble, a été découverte en 1913 et dénommée ainsi en 1920 par le biochimiste américain Elmer Mc Colum. On compte aussi les vitamines B1, B2, B3, B6, B12…

B (Proxima). Exoplanète située à 4 années lumière de la Terre. Découverte : L’exoplanète « proxima b » a été découverte par le plus grand télescope du monde, baptisé très grand télescope (VLT) au Chili, installé par l’Observateur européen austral (ESO). Elle se trouve dans la zone d’habitabilité de son étoile.

B&O : Voir BANG & OLUFSEN.

BAADE, Walter (24/3/1893-25/6/1960), astronome américain d’origine allemande. Cet astronome a étudié un certain nombre de galaxies, dont la nôtre ; il a aussi établi la classification d’un grand nombre d’étoiles et découvert les astéroïdes Icare et Idalgo. Toponyme lunaire : Des astronomes ont, pour ces raisons, donné le nom de « Baade » à un toponyme sur la Lune ; il s’agit en l’occurrence d’un gros cratère.

BAADER, Andréas (1943-suicidé le 18/10/1977), chef de bande allemand. Groupe : « La bande à Baader » a perpétré 16 meurtres et une centaine de blessés en Allemagne. L’arrestation de cette bande s’est effectuée en juin-juillet 1972. L’un de ces bandits est décédé lors d’une grève de la faim de 53 jours en 1974. Son chef, Andréas Baader, quant à lui, s’est suicidé en prison, ainsi que ses trois principaux acolytes entre 1976 et 1977.

BABA, Ali, personnage principal des contes des Mille et Une Nuits. Site internet : Le site internet « Alibaba » a été créé par Jack Ma (né en 1964). Conte : Parmi ces contes légendaires, on peut citer « Alibaba et les quarante voleurs ». Pâtisserie : « Le baba au rhum » a été créé, au XVII e siècle, par le pâtissier Nicolas Stohrer, en le baptisant ainsi d’après le nom d’Ali Baba, le héros des contes des Mille et Une Nuits . Ce pâtissier était alors au service du roi de Pologne Stanislas 1 er Leszczyński (1677-1766), dont sa fille Marie Leszczyńska (1703-1768) épousa, le 5 septembre 1725, le roi de France Louis XV surnommé le Bien-Aimé (1710-1774), roi de France de 1715 à 1774.

BABEUF, Gracchus (23/11/1760-27/5/1797), révolutionnaire français. Doctrine : « Le babouvisme » est la doctrine sociale qui a établi les bases du communisme en vue de réduire les inégalités. Son auteur, premier communiste agissant d’après Karl Marx (1818-1883), sera guillotiné le 27 mai 1797, pendant la Révolution française ; il n’avait que 36 ans. Mot : « Babouviste ».

BABOLAT, Pierre (né au XIX e siècle), industriel français… Quatrième génération : BABOLAT, Pierre (mort le 2 septembre 1998), arrière-petit-fils du précédent. Cinquième génération : BABOLAT, Éric (né en 1970), PDG actuel, fils du précédent. Société : La société « Babolat » a été fondée à Lyon (69), en 1875, par Pierre Babolat, pour fabriquer des cordages en boyaux de moutons pour raquettes de tennis, deux ans avant le premier championnat de Wimbledon. Cinquante ans plus tard, en 1925, elle inventera les boyaux VS qui seront utilisés par les plus grands champions français, dont Jean Borotra (1898-1994), René Lacoste (1904-1996) et Suzanne Lenglen (1898-1939). Encore cinquante ans plus tard, en 1975, elle inventera la machine à corder les raquettes dont 10 000 exemplaires ont été produits jusqu’à présent. Cette société, leader mondial sur ce créneau, utilise des boyaux de vaches bretonnes, avec une excellente élasticité, pour devenir le numéro 1 mondial des cordages, puis elle se diversifiera pour fabriquer et commercialiser aussi des raquettes de tennis en 1994, des balles de tennis en 2001, des chaussures de tennis en 2003 et même des raquettes de badminton. Lorsque Pierre Babolat se tuera dans un accident d’avion, le 2 septembre 1998, son fils Éric devra prendre la relève en créant de nouvelles usines à Besançon (25) et en Bretagne.

BACARDI, Don Facundo (1816-1886), distillateur cubain. Seconde génération : BACARDI, Emilio (né au XIX e siècle), fils du précédent… Quatrième génération : BACARDI, Joaquin (né au XX e siècle), petit- fils du précédent. Marque : Le rhum « Bacardi & Co » a été fondé, en 1862 à Santiago de Cuba, par ce marchand de vin cubain d’origine espagnole. Ses descendants développeront la production, puis ils devront s’exiler de Cuba en 1960. Le siège social est actuellement installé à Hamilton, aux Bermudes. Bacardi a rejoint le groupe Martini, en 1992, pour former le groupe Bacardi Martini & Rossi, le premier groupe mondial en ce domaine, qui commercialise notamment le whisky William Lawson et, depuis 2005, la vodka Eristoff. Nota : Le logo de « Bacardi » est une chauve-souris.

BACCARAT, village situé en Lorraine. Entreprise : La plus célèbre cristallerie du monde, « Baccarat », a été fondée en 1764 sur le bord de la Meurthe par le roi Louis XV à la demande de l’évêque de Metz. Le roi Louis XVIII commandera, dès 1823, de nombreux verres, carafes, bougeoirs, lustres et candélabres en cristal pour ses palais royaux. Il en sera de même de la part des plus grands chefs d’états et de régions tels que les maharajas, sultans, rois, présidents, empereurs, tsars, papes..., sans oublier de riches particuliers. Expositions : Pour commémorer le 250 e anniversaire de Baccarat, on peut signaler deux expositions « Baccarat » exceptionnelles : Au Petit Palais à Paris, du 15 octobre 2014 au 4 janvier 2015, et à la maison « Baccarat » à Paris XVI e jusqu’au 25 janvier 2015.

BACCHUS, dieu du vin et de la vigne dans la mythologie romaine. Objet : Le collier de « Bacchus » permet d’éviter que les gouttes de vin ne glissent du col de la bouteille sur la nappe. Mot : Les « bacchanales » étaient des fêtes, parfois orgiaques, organisées par les anciens Romains. Boutiques : « Les repères de Bacchus », dirigés de père en fils depuis 1983 par la famille Fenouil, vendent bien évidemment du vin et du champagne sur Internet, ainsi que dans une trentaine de boutiques et caves situées à Paris et en région parisienne. Bassin : Le bassin de « Bacchus » se situe dans les jardins du château de Versailles (78). Tableau : Le tableau L’enfance de Bacchus, de Nicolas Poussin (1594-1665), est exposé au Musée du Louvre à Paris. Statue 1 : Une statue de « Bacchus » en pierre blanche, située à l’entrée du nouveau bâtiment de l’hôpital Sainte-Anne de Paris (14 e ), a été sculptée par le sculpteur Toulousin Gaston Contesse (1870-1946). Statue 2 : Une statue de « Bacchus », réalisée par Michel-Ange 1475-1564), est exposée au Palais du Bargello à Florence. Statue 3 : La statue en marbre blanc « d’Archimole dit aussi Bacchus », sans bras ni jambes, est exposée dans les jardins du château de Versailles ; elle a été réalisée entre 1655 et 1660 par Nicolas Poussin (1594-1665).

BACH, Jean-Sébastien (21/3/1685-28/7/1750), compositeur allemand. Événement : Le Concours international « Jean-Sébastien Bach », réservé aux artistes âgés de 16 à 32 ans, est organisé tous les deux ans depuis 1978 à Leipzig, la ville où il enseigna la musique dès 1723. La 18 e édition s’y est déroulée en juillet 2012 dans les catégories chant, orgue, violoncelle et violoncelle baroque. Ce compositeur de génie était aussi capable de jouer du piano, de l’orgue, du clavecin ou du violon. Il composa 1 087 œuvres musicales, dont plus de 250 pièces d’orgue qui sont régulièrement interprétées par les meilleurs organistes dans les églises et les cathédrales lors des grandes célébrations religieuses, ou lors de concerts spécifiques. Ses autres œuvres musicales sont interprétées par les orchestres les plus renommés au monde, dans les plus prestigieuses salles de concert, et ce depuis des générations. Pour la petite histoire, sachez que Bach a eu vingt enfants de ses deux femmes, dont sept de sa première épouse Maria Barbara depuis leur mariage en 1709, et treize de sa seconde épouse, Anna Magdalena, depuis leur mariage en 1721, célébré un an après la mort de Maria Barbara. Commercialisation : Depuis octobre 2006, « l’intégrale de Bach » est mise en vente pour 99 €. Elle compte 155 CD publiés par l’éditeur néerlandais Brillant Classics, et distribués en France par Abeille Musique. Philatélie : La Principauté de Monaco a émis, en 1985, un timbre à l’effigie des compositeurs allemands « Jean-Sébastien Bach » (1685-1750) et Georg Friedrich Haendel (1685-1759) pour commémorer le tricentenaire de leur naissance.

BACHELARD, Gaston (27/6/1884-1962), philosophe français. Lycées : Des lycées « Gaston-Bachelard », sont implantés dans le 13 e arrondissement de Paris, à Chelles (77) et à Bar-sur-Aube (10), sa ville natale ; ils ont été nommés ainsi en souvenir de ce philosophe qui a notamment rédigé, en 1934, le Nouvel Esprit Scientifique . Philatélie : La Poste française a émis, en 1984, un timbre à l’effigie de « Gaston Bachelard » pour commémorer le centenaire de sa naissance.

BACHMANN, Fernand (né au XIX e siècle), pilote français d’automobiles. Chaussures : Deux souliers « Fernand Bachmann » de la marque Stand 21 ont a été créés en 2013 par l’arrière-petit-fils de ce pilote automobile pour commémorer le 90 e anniversaire des 24 Heures du Mans, remportées en 1923 par ce pilote exceptionnel. Cette épreuve portait alors le nom de « Coupe Rude Whitworth ». Voir Rudge.

BACK, George (6/11/1796-1878), explorateur polaire anglais. Toponyme : « La rivière Back » se situe au nord du Canada, dans le territoire du Nunavut, autonome du Canada depuis le 1 er avril 1999 ; elle a été nommée ainsi en souvenir de cet explorateur polaire qui l’a explorée.

BADEN-POWELL, Robert Stephenson (22/2/1857-8/1/1941), fondateur du scoutisme. Toponyme : Le mont « Baden-Powell » se situe en Californie ; il culmine à 2 865 mètres d’altitude. Ce mont a été nommé ainsi en hommage à l’inspecteur général de la cavalerie qui lancera le scoutisme, en 1907. Il publiera une trentaine de livres, dont Aids to scouting et Scouting for boys , qui seront traduits dans de nombreuses langues. Il organisera de nombreux jamborees, et sera membre honoraire de plusieurs universités. Son épouse Olave Sames l’aidera dans sa tâche dès leur mariage en 1912. Ils participeront ainsi au grand développement du mouvement scout et des guides entre les deux guerres grandes mondiales en organisant plusieurs jamborees. Baden-Powell sera enterré très simplement près du mont Kenya, le second plus haut sommet d’Afrique qui culmine à 5 199 mètres, entouré par le parc national éponyme qui se situe à seulement 170 km au nord de la capitale Nairobi ! Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1947, un premier timbre à l’occasion du jamboree mondial scout qui se déroula, du 9 au 20 août 1947, à Moisson près de Nantes (44), et un second timbre en 1982 à l’effigie de « Baden-Powell » en l’honneur du mouvement scout. Philatélie 2 : La Principauté de Monaco a émis, en 1982, un timbre à l’effigie de « Baden-Powell » pour célébrer le 125 e anniversaire de sa naissance.

BADIN, Raoul-Édouard (1879-1963), officier et inventeur français. Objet : Le « badin » basé sur le principe de l’anémomètre, servait à mesurer la vitesse d’un avion d’après celle du vent, avant l’arrivée des GPS. Raoul Badin avait fondé son laboratoire en 1911. Expression : « À plein badin » signifie à toute allure.

BADINTER, Robert (né le 30 mars 1928), ministre de la justice français. Pour mémoire : La première exécution en France par la guillotine a eu lieu en France le 25 avril 1792. Sa dernière exécution a eu lieu le samedi 10 septembre 1977 à 4h40. Loi 1 : Robert Badinter a été l’un des plus fervents défenseurs de l’abolition de la peine de mort. Il a présenté à l’Assemblée nationale son projet de loi sur l’abolition de la peine de mort, votée le 18 septembre 1981. La loi « Badinter » n°81-908 du 9 octobre 1981, a été publiée le lendemain au Journal officiel. Loi 2 : La loi « Badinter » du 5 juillet 1985, est destinée à améliorer l’indemnisation des victimes d’accidents de la circulation, dont les cyclistes et les piétons. Loi 3 : La loi « Badinter » du 22 juin 1987 concerne le service public pénitentiaire, pour améliorer et humaniser notamment les conditions de vie des condamnés. Promotion : Les élèves de l’ENA, intégrés en 2009, ont choisi « Badinter » comme nom de leur promotion 2010-2011. Pour mémoire 1 : Robert Badinter, professeur de droit, est nommé avocat au barreau de Paris, en 1950 ; il est l’avocat de Patrick Henry, en 1976, ministre de la Justice de 1981 à 1986, président du Conseil constitutionnel de 1986 à 1995, puis sénateur PS des Hauts-de-Seine (92). Pour mémoire 2 : Robert Badinter a épousé Elisabeth Bleustein-Blanchet (née en 1944), la fille de Marcel Bleustein-Blanchet, PDG de Publicis et créateur de la Fondation de la Vocation jusqu’à sa mort en 1996. Depuis cette date, Elisabeth Badinter est la présidente de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation. Nota : L’auteur de ce livre, Christian Nau, est lauréat de cette Fondation.

BADOIT, Auguste Saturnin (1801-1858), industriel français. Source : La source « Badoit » porte le nom d’Auguste Saturnin Badoit qui obtiendra, le 1 er mai 1837, le fermage de la source Fontfort à Saint-Galmier (42) près de Saint-Étienne. En 1845, il rachète cette source et il lui donne son nom ; il sera le premier à réaliser l’embouteillage industriel, avec une production annuelle d’un million de bouteilles l’année de sa mort, en 1858 ; cette production d’eaux thermales et minérales passera à quarante millions de bouteilles, en 1965, lorsque cette source sera acquise et gérée par la société des Eaux minérales d’Évian, pour atteindre une production annuelle actuelle de plus de cinq cents millions de bouteilles. Cette eau minérale, naturellement gazeuse, est très appréciée en été. Cette marque du groupe Danone remonterait toutefois à l’année 1778, car Richard Marin de Laprade, médecin de Louis XVI, écrivait alors : Cette eau gazeuse est le champagne de l’eau ! Elle a des propriétés apéritives, gustatives et digestives.

BAEKELAND, Léo Hendrik (14/11/1863-23/2/1944), chimiste américain. Objet : La « bakélite », a été inventée en 1908 par cet inventeur d’origine belge ; c’est une résine phénolique qui résiste à la chaleur, et un excellent isolant électrique très utilisé comme support des circuits électroniques.

BAFFIE, Laurent (né le 18 avril 1958), animateur de radio et de télévision française. Dictionnaire : « Le dictionnaire de Laurent Baffie » a été publié, en 2012, aux éditions Kero ; il recense plus de 500 définitions et citations de la langue française, par exemple : « Adolescence : Période pendant laquelle on prend son pied avec sa main. »

BAFFIN, William (1584-tué le 23/1/1622), navigateur polaire anglais. Toponyme 1 : « L’île de Baffin », ou « Terre de Baffin », se situe au nord-est du Canada ; elle fait partie du territoire du Nunavut, autonome du Canada depuis le 1 er avril 1999. Cette île a été découverte le 9 octobre 1000, par le fils d’Erik le rouge (vers 940-vers 1010), Leif Ericsson (né vers 970) avec le bateau du viking Bjarni Herjolfsson et 35 hommes d’équipage. Il la baptisa Helluland (pays des pierres plates). Des stations météo sont implantées dans les villages Inuits d’Arctic Bay (73°00’N et 85°15’W), Pond Inlet (72°42’N et 77°59’W), Clyde (70°27’N et 68°33’W) et Frobischer (63°45’N et 68°33’W). Le Parc national Auyuittuq a été créé au Nord-Est de cette île et au sud de l’île Boughton. Toponyme 2 : « La mer de Baffin » se situe entre l’île de Baffin et le Groenland. Ces deux toponymes, ainsi qu’une baie, un bassin sous-marin, une rivière et une ville, ont été nommés ainsi en souvenir de ce navigateur anglais qui participera comme pilote à de nombreuses expéditions à la recherche des Passages du Nord-Ouest et du Nord-est. En 1612, avec James Hall, avec les navires la Patience et Heart’s Ease , il explorera la côte ouest du Groenland ; en 1613, avec Benjamin Joseph et 7 navires, il recherchera le Passage du Nord-Est, et fera de même, en 1614, avec une flotte de 13 navires. En 1615 et 1616, avec Robert Bylot à bord du Discovery , il recherchera le Passage du Nord-Ouest, cartographiera la Terre qui portera son nom et explorera les détroits d’Hudson, de Smith, de Jones et de Lancaster, jusqu’à 77°45’ de latitude Nord. William Baffin sera tué le 23 janvier 1622, lors d’une offensive anglo persane contre les Portugais dans le détroit d’Ormuz, à l’entrée de la mer Rouge. Anecdote 1 : L’aventurier français François Varigas (né en 1958) a traversé l’île de Baffin, du sud au nord. Il quittera Frobisher Bay, le 28 avril 1982, en direction d’Arctic Bay via Igloolik, avec un traîneau tracté par 11 chiens. Il poursuivra son expédition solitaire (à part ses amis les chiens) en direction de l’ouest le long de la fameuse « Dew Line (Distant Early Warning Line) » qui coupe le Canada septentrional à hauteur de la latitude de 70° Nord avec un certain nombre de bases construites par les américains pendant la guerre froide avec les Russes entre 1952 et 1957 pour un coût de 600 millions de dollars ; ces bases sont équipées de puissants radars protégés par un radôme et gérées chacune par une douzaine d’hommes à l’écoute des pays de l’Est, afin de détecter le moindre lancement d’une fusée stratégique. Varigas arrivera finalement à Dawson le 11 avril 1983, après 8 000 km de voyage via les bases « Dew-Line » ou villages Inuits d’Hall-Beach, Pelly-Bay, Gjoa Haven, Jenny-Line, Cambridge-Bay, Coppermine, Fort Franklin, Fort Norman, Fort Good Hope, Arctic Red River, Fort McPherson et Eagle-Plain. Quel exploit ! Anecdote 2 : Les jeux arctiques ont été créés en 1970 ; ils se disputent tous les 2 ans dans l’un des pays arctiques. La dernière édition s’est déroulée du 17 au 23 mars 2002, simultanément à Iqaluit, la capitale du Nunavut, et à Nuuk, la capitale du Groenland.

BAGGIO, César (17/9/1846-28/5/1893), avocat français. Lycée : Le lycée technique et scientifique « César-Baggio » est implanté à Lille (59) ; il a été nommé ainsi en hommage à l’homme politique qui sera adjoint au maire de Lille ; il fera une donation par testament pour la fondation de ce lycée.

BAGNOUD, François-Xavier (11/9/1961-tué le 14/1/1986), pilote d’hélicoptère français. Fondation : La Fondation « Bagnoud » a été créée en Suisse en 1989 par la comtesse Albina du Boisrouvray (née le 2 juillet 1941) pour s’occuper des soins palliatifs ; cette Fondation rend ainsi hommage à ce pilote qui sera tué le 14 janvier 1986 lors de l’accident de son hélicoptère « Écureuil » survenu lors du 8 e Paris-Dakar. Son organisateur, Thierry Sabine (1947-1986), sera également tué ainsi que le chanteur Daniel Balavoine (1952-1986), la journaliste Nathalie Odent (1960-1986) et le technicien radio Jean-Paul le Fur.

BAHA, Allah (12/11/1817-29/5/1892), cofondateur iranien de la religion Bahaï. Autre personnalité : BAB, Ali Muhammad (20/10/1819-9/7/1850), cofondateur de la religion Bahaï. Religion : Le « Bahaïsme » a été créé à Chiraz le 23 mai 1844 par Baha Allah et par Bab Ali ; cette religion correspond à une synthèse entre la Bible et le Coran. Il y aurait six millions de bahaïs à travers le monde, dont deux millions en Inde. Les adeptes de cette religion seront souvent persécutés par les Chiites. Pour les bahaïs, la Terre n’est qu’un seul pays, et tous les hommes en sont les citoyens ; ils travaillent tous pour la paix, sans prêtres, selon le principe de base : Aimez-vous les uns les autres.

BAHIER, Régis (né en 1944), industriel français. Marque : Le groupe agroalimentaire « Régis Bahier » a été fondé, en 1966 à Sceaux-sur-Huisne (72) dans la Sarthe, lorsque Régis Bahier reprit la boucherie charcuterie de son père. Il créera une première usine en 1989, agrandie en 1994, puis une seconde en 1998, pour y développer la fabrication de boudins blancs et noirs, de tripes, rillettes et autres produits de salaison, pour devenir le numéro 1 français en boudins, et le numéro 2 en rillettes. Cette entreprise emploie plus de 350 salariés.

BAHLSEN, Hermann (1859-1919), entrepreneur allemand. Seconde génération : BAHLSEN, Hans (1901-1959), fils du précédent ; BAHLSEN, Werner (1904-1985), frère du précédent ; BAHLSEN, Klaus (1908-1991), frère des deux précédents. Troisième génération : BAHLSEN, Lorenz (né en 1947), fils de Werner ; BAHLSEN, Michael (né en 1949), frère du précédent. Société : La société agroalimentaire allemande « Bahlsen » a été fondée, en 1889, à Hanovre. Ses trois fils reprendront la société, en 1919, à la mort de leur père, puis ce sera le tour de Michael et de Lorenz qui rachetèrent, en 1994, les biscuits Saint-Michel et les madeleines de Commercy ; à partir du 1 er janvier 2000, ils fabriqueront et commercialiseront séparément leurs produits : les snacks salés par Michael, et les biscuits sucrés par Lorenz.

BAILLET, Karine (née le 23 juin 1975), organisatrice de raids nature sur la côte d’Opale. Société 1 : Karine Baillet a créé la société KBO (Karine Baillet Organisation) pour organiser et participer à des raids nature au Touquet et aux quatre coins du monde, notamment à La Réunion, en Écosse, en Australie, au sultanat d’Oman, au Québec, au Brésil, en Espagne, en Chine, en Équateur en 1998 sur 400 km VTT, 100 km canoë et 200 km à pied au Vietnam en 2002…, lors du raid Gauloise le plus dur du monde sur 1 000 km en 6 jours, 19h, et 14 mn… Elle a aussi traversée la Manche à quatre reprises, en wake board (kite surf en 2006) en windsurf (en planche à voile en aller et retour en 2007), en kayak en 2009, et en catamaran avec Yvan Bourgnon en 2012. Raid 1 : Le Trail D2B (des deux baies), entre l’Authie (Berck) et la Canche (Le Touquet), soit 21 km sur sable (plage et dunes), lancé en 2008, a été repris depuis le dimanche 19 janvier 2014, avec ses 940 participants, par Karine Baillet Organisation (KBO) via l’association Touquet Raid. La dixième édition s’est déroulée avec1 247 participants le dimanche 15 janvier 2017 avec 4 courses principales, sur 3 km (réservée aux ados), 12, 24 et 42 kilomètres ! Raid 2 : La 20 e édition du Bike&Run du Touquet, organisée par KBO, s’est déroulée le dimanche 1 er novembre 2015, avec la participation de près de 800 concurrents. Chaque équipe de 2 personnes se relayait à son rythme, entre la course à pied et le vélo. Société 2 : Cette grande sportive touquettoise a aussi créé la société KBH (Karine Baillet Home) pour louer la villa éponyme au Touquet (62) afin de proposer une escapade nature au Touquet. Éditions : Karine Baillet a publié son livre « Conquête de femme » en 2017 aux Éditions du Panthéon, avec la plume de Sophie Chegaray.

BAILLY, Anatole (1833-1911), helléniste français. Dictionnaire : Les « Bailly », sont des dictionnaires grecs français et grec anglais, bien connus des étudiants de latin et de grec anciens, rédigés initialement par cet helléniste renommé. La première édition a été publiée, en 1895 par Hachette, puis rééditée tous les 20 ans jusqu’au « grand Bailly » publié en l’an 2000. Une version abrégée du Bailly est accessible en ligne.

BAILY, Francis (28/4/1774-30/8/1844), astronome anglais. Astronomie : Les grains de « Baily » sont quelques rares points lumineux visibles pendant quelques secondes sur le bord du Soleil, au début ou à la fin de la phase totale d’une éclipse du Soleil par la Lune, dont le cercle d’ombre fait 270 km de diamètre. Ce phénomène optique a été constaté pour la première fois par cet astronome lors de l’éclipse totale de Soleil du 15 mai 1836. Pour mémoire : L’éclipse solaire totale qui s’est déroulée le lundi 21 août 2017 aux États-Unis, de Salem à Charleston durant 1h30, fut la plus regardée de l’histoire. Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom de « Baily » à un toponyme sur la Lune.

BAKER, Joséphine (1906-1975), artiste française de music-hall d’origine américaine. Piscine : La piscine « Joséphine Baker » est amarrée au Port de la Gare, dans le 13 e arrondissement de Paris, près de la passerelle Simone-de-Beauvoir, face à la Bibliothèque nationale de François Mitterrand. Elle a été inaugurée le 5 juillet 2006. C’est la 36 e piscine de Paris et sa première piscine municipale flottante depuis l’accident fluvial subi par la piscine Deligny le 8 juillet 1993. Voir Deligny. Philatélie : La Poste française a émis, en 1994, un timbre à l’effigie de « Joséphine Baker ». Livre : Osez Joséphine , de la dessinatrice Catel Muller et du scénariste José-Louis Bocquet, est publié en 2016 aux éditions Casterman.

BAKER, Marcus (né au XIX e siècle), cartographe et géologue américain. Toponyme : Le mont « Marcus Baker » culmine à 4 016 mètres d’altitude dans la chaîne des montagnes Chugach, en Alaska, à 120 km d’Anchorage. Ce cartographe est l’un des cofondateurs de la National Geographic Society, le 27 janvier 1888. Ce sommet a été vaincu pour la première fois le 19 juin 1938.

BAKER, Russell (né au XX e siècle), avocat d’affaires américain. Autre personnalité : McKENZIE, John (né au XX e siècle), avocat d’affaires américain, associé au précédent. Groupe : Le cabinet d’avocats d’affaires « Baker & McKenzie » a été fondé en 1945 à Chicago. Il est devenu le premier cabinet d’affaires au monde, avec 74 bureaux répartis dans 46 pays en 2013.

BAKER, Sir Samuel (1821-1893), explorateur britannique de l’Afrique. Toponyme : « Baker ville » se situe en Afrique du Sud ; cette ville a probablement été nommée ainsi en souvenir de cet explorateur qui remonta le Nil et découvrit le lac Albert en 1864.

BAKKER, Piet (né au XX e siècle), horticulteur néerlandais. Seconde génération : BEKKER, Jacques (né au XX e siècle), fils du précédent. Société : La société « Bakker » a été fondée, en 1945, à Mouscron (7700) en Belgique, par Piet Bakker, d’où son nom, avec des filiales dans presque toute l’Europe, dont celle de Lys-lez-Lannoy (59) en France. Cette société est spécialisée dans la vente par correspondance de produits de jardinage, de bulbes de fleurs et de vivaces, d’arbustes et de plantes pour jardins, terrasses et maisons ; elle est leader sur le marché européen avec ses 700 collaborateurs dont Jacques Bakker, le fils du fondateur. Éditions : Le guide « Bakker », édité par Bakker, permet de « savoir tout faire au jardin »…

BALARD, Antoine Jérôme (1802-1876), chimiste français. Station de métro : La station de métro « Balard » se situe dans le 15 e arrondissement de Paris, près de la place et de la rue éponyme ; c’est le terminus de la ligne de métro N°8 qui permet des correspondances avec le tramway T3 des Maréchaux depuis 2006, et avec le tramway T2 qui relie la Porte de Versailles au Pont de Bezons (95), via Paris-la Défense à Puteaux (92) depuis 2009, avec une station tout près de l’héliport et de l’Aquaboulevard. Cette station de métro a été nommée ainsi en hommage au chimiste français qui découvrit le brome, en 1826, et qui sera professeur à la faculté de la Sorbonne et au Collège de France. Station de tramway : La station du tramway T3 « Balard » se situe dans le 15 e arrondissement de Paris, sur le boulevard du général Martial Valin et du boulevard Victor, près de la place et de la rue Balard, d’où son nom. Pour mémoire : « L’Hexagone Balard », situé dans le 15 e arrondissement près du métro Ballard, a été lancé en décembre 2007 pour accueillir le ministère de la Défense ; il a été inauguré le jeudi 5 novembre 2015 par le président de la République François Hollande. Ce pentagone français regroupe près de 10 000 personnes des trois armées sur plus de 400 000 m 2 .

BALAVOINE (Daniel) (5/2/1952-tué le 14/1/1986), chanteur français. Centre culturel : Le centre culturel « Daniel Balavoine » d’Arques (62), près de Saint-Omer, a été nommé ainsi en souvenir de ce chanteur qui perdra la vie, le 14 janvier 1986, lors de l’accident de l’hélicoptère « écureuil » survenu lors du 8 e Paris-Dakar. Le pilote de l’hélicoptère, François-Xavier Bagnoud, sera également tué ainsi que les autres passagers, Thierry Sabine (1947-1986), le créateur de l’Enduro du Touquet (62) en 1975 du Paris-Dakar en 1978, la journaliste Nathalie Odent et le technicien radio Jean-Paul le Fur.

BALBOA, Vasco Nuñez de (1475-15/1/1519), explorateur espagnol. Toponyme 1 : « Les collines de Balboa » se situent à Panamá ; elles ont été nommées ainsi en hommage à l’explorateur occidental qui effectuera plusieurs navigations dans la mer des Antilles. Avec l’aide de Diego Colomb, le fils de Christophe Colomb, il sera nommé en 1511 gouverneur de Darién au sud de l’isthme de Panamá, puis il réalisera la traversée de cet isthme et découvrira pour la première fois l’océan Pacifique le 25 septembre 1513 depuis le sommet d’une colline. Il atteindra finalement l’océan Pacifique le jeudi 29 septembre 1513 dans le golfe de San Juan. Quatre ans plus tard, Balboa sera décapité le 15 janvier 1519, sur ordre de son successeur, Pedro Arias de Avila (1450-1530), le fondateur de la ville de Panamá la même année. Toponyme 2 : La ville portuaire de « Balboa » se situe à l’entrée du canal de Panamá face à l’océan Pacifique, non loin de la ville de Panamá, la capitale de l’État du Panamá. Pour rejoindre la mer des Antilles, puis l’océan Atlantique, les navires doivent franchir trois groupes d’écluses : Miraflores, Pedro Miguel et Gatun, qui seront doublées avec seulement 2 groupes d’écluses mises en service fin 2016, avec des bassins d’épargne qui vont permettre 60% d’économie d’eau par rapport à l’ancien système, pour commémorer les 101 ans du canal de Panamá, et pouvoir faire passer, via la lac Gatún, les plus gros porte-conteneurs Garching, longs de 366 mètres et larges de 49 mètres, avec un tirant d’eau de 15 mètres ! Devise : Le « balboa » est la devise du Panamá. Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom de « Balboa » à un toponyme sur la Lune.

BALDWIN Dwight Hamilton (1821-23/8/1899), organiste et professeur de violon américain. Société : L’histoire des pianos américains « Baldwin » commence en 1862 à Cincinnati dans l’Ohio aux États-Unis lorsque D. H. Baldwin ouvre une boutique spécialisée en instruments de musique. À sa mort, en 1899, son comptable et associé Lucien Wulsin reprendra l’affaire en gardant le nom de son créateur ; il entreprendra alors la fabrication de pianos. Á la fin du XX e siècle, la marque sera rachetée par le fabricant de guitares Gibson.

BALDWIN, Mathias William (1796-1866), industriel américain. Société : La société « Baldwin Locomotive Works » a été fondée à Philadelphie en 1831 ; elle a produit 75 000 locomotives à vapeur jusqu’en 1955. Anecdote : Quelques-unes de ces locomotives, produites en Belgique, sont toujours utilisées par le train touristique argentin qui relie en été la ville Ingeniero Jacobacci à Esquel, via El Maiten, soit 402 kilomètres sur la voie ferrée étroite de 75 cm construite en 1917.

BALENCIAGA, Cristóbal (21/1/1895-24/3/1972), couturier espagnol. Marque : La Maison de couture « Balenciaga » a été fondée, en 1915, par Cristobal à Guetaria, dans le pays basque espagnol. Il ouvrira sa première boutique en 1919 à San Sébastien, et se développera ensuite à Madrid, puis à Paris lors de la création de sa marque en 1937. La collection de prêt-à-porter automne-hiver 2006-2007 de Balenciaga by Nicolas Ghesquière (né en 1971) a été présentée à Paris dans un style très bourgeois ; Nicolas Ghesquière était en effet le directeur artistique de Balenciaga (Kering), de 1997 à 2012, avant d’être remplacé en décembre 2012 par le créateur américain Alexander Wang (né en 1984), afin de rejoindre Louis Vuitton (LVMH), pour succéder à Marc Jacobs. Cette marque fait partie du groupe Gucci depuis 2001, qui lui-même fut racheté, en 2003, par PPR. Cette griffe compte de nombreuses boutiques qui présentent les vêtements, ballerines, chaussures de basket, chaussures haut de gamme, parfums, eaux de toilettes et accessoires Balenciaga, sans oublier les trois superbes boutiques Balenciaga de Hongkong, New York et Paris. L’eau de parfum « L’essence de Balenciaga Paris » est commercialisée depuis 2011. Défilé : Le défilé « Balenciaga », collection automne-hiver 2015-2016, s’est déroulé à Paris début mars 2015, et le défilé « Balenciaga », collection Printemps-été 2017, était dirigé par le styliste géorgien Demna Gvasalia le dimanche 2 octobre 2016 à 11h30.

BALFOUR, Sir Arthur James (1848-1930), ministre des Affaires étrangères britannique. Déclaration : La déclaration de « Balfour » du 2 novembre1917 adressée par ce ministre au banquier britannique lord Lionel Walter Rothschild (1868-1937) et confirmée par le Traité de San Remo du 4 avril 1920, permit la création d’un foyer national juif en Palestine qui débouchera sur la création de l’État d’Israël le 15 mai 1948.

BALLADUR, Édouard (né le 2 mai 1929), Premier ministre français de 1993 à 1995. Mot : « balladurien », partisan et sympathisant qui partage les idées de cet homme d’État qui sera Premier ministre de François Mitterrand, du 29 mars 1993 au 7 mai 1995. Prime : La « balladurette » était une prime de 5 000 F, soit 762 €, offerte de février 1994 à juin 1995 à toute personne qui mettrait au rebut un vieux véhicule de moins de 10 ans pour en acheter un neuf. Elle sera remplacée de septembre 1995 à septembre 1996 par la « jupette » avec une prime de 5 000 à 7 000 F, soit 762 à 1 067 €, selon la taille d’un véhicule de moins de huit ans mis au rebut. Comité : Le comité « Balladur », présidé par cet ancien Premier ministre et composé de onze membres, dont André Mauroy et Dominique Perben, a remis au président de la République Nicolas Sarkozy, en mars 2009, un rapport sur la réforme des collectivités locales envisagée en 2014, dont la réduction du nombre des régions de 22 à 13, et la création d’un Grand Paris qui comprendrait 131 commune et qui engloberait les départements limitrophes de Paris, à savoir les Hauts-de-Seine (92), la Seine-Saint-Denis (93) et le Val-de-Marne (94) ; il pourrait porter le nom de Paris-Île-de-France à partir de 2016. Pour mémoire : La Société du Grand Paris (SGP) est chargée de réaliser ou de prolonger 5 nouvelles lignes RER, Eole, 15, 16, 17 et 18, au cœur du « Grand Paris Express (GPE) » qui comprendra à terme 200 kilomètres de voies et 73 gares, dont 68 nouvelles. Ce grand projet a été lancé à Créteil, le lundi 13 octobre 2014, par le Premier ministre Emmanuel Walls, puis confirmé à Matignon le 15 octobre 2015. La ligne 11 du métro sera prolongée de Rosny-Bois-Perrier jusqu’à Noisy-Champs en 2025. La ligne RER Eole, entre la Gare St-Lazare et la Défense, sera finalisée entre 2020 et 2022. La ligne 14 actuelle sera prolongée de la gare Saint Lazare jusqu’à Saint-Denis-Pleyel au Nord, et de la station Olympiades jusqu’à l’aéroport d’Orly au Sud, entre 2019 et 2024. La ligne 15 , entre Noisy-Champs et Saint-Denis Pleyel, via Vitry-Centre et La Défense, sera finalisée entre 2022 et 2027. La ligne 16 , de Saint-Denis-Pleyel à Noisy-Champs, sera mise en service entre 2023-2024. La ligne 17 , de Saint-Denis-Pleyel à l’aéroport de Roissy-CDG, sera mise en service entre 2023 et 2030. Enfin, la ligne 18 , entre l’aéroport d’Orly et Versailles, sera mise en service entre 2023 et 2030. Nota : Le site de maintenance des lignes 16 et 17 sera implanté sur le site de l’ancienne usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, avec à la clef 350 emplois directs !

BALLAND, André (23/3/1925-12/12/2001), éditeur français. Éditions : Les éditions « Balland » ont été fondées, en 1967, par André Balland qui leur a donné son nom et qu’il dirigera pendant plus de vingt ans. Elles publieront de nombreux auteurs et le fameux guide du voyageur « Saisons et Climats » qui sera repris par Hachette et renommé « Où partir » en 2005, 2006… Le catalogue de Balland comprend plus de 700 titres, dont le « Dictionnaire de l’éloge, de la flatterie et du compliment ».

BALLANTINE, George (né au XIX e siècle), distillateurs écossais. Seconde génération : BALLANTINE, Archiduc (1809-1891), fils du précédent ; BALLANTINE, George junior, frère du précédent. Marque : Le whisky « Ballantine’s », a été conçu en 1827, et en Écosse comme il se doit, par George Balantine et ses fils. Cette marque fera partie du groupe britannique Allied Domecq qui fut racheté, en 2005, par le groupe Pernod Ricard. Anecdote : La première discothèque mondiale « Whisky à Gogo » a été inaugurée le vendredi 11 janvier 1963 à Los Angeles.

BALLANTYNE, Robert (1825-1854), aventurier canadien. Toponyme : « Le détroit de Ballantyne » se situe dans le Grand Nord Canadien ; il sépare l’île du Prince-Patrick de l’île Brock ; cet aventurier explora cette région de 1841 à 1847.

BALLENY, John (1770-1857), navigateur anglais. Toponyme : « Les îles néo-zélandaises Balleny » se situent à 240 km du continent Antarctique par 66°35’S et 162°50°E ; elles ont été nommées ainsi en hommage au navigateur qui les découvrit le samedi 9 février 1839 avant de voir le continent Antarctique, le 2 mars 1839, avec ses navires Elisa Scott et Sabrina . Cet archipel a ensuite été reconnu le 13 janvier 1840, par le navigateur polaire américain Charles Wilkes (1798-1877), lors de sa découverte d’une partie des côtes du continent Antarctique. L’une des îles de cet archipel, l’île Sabrina, porte le nom de l’un des deux navires de John Balleny.

BALLOT, Joseph (1817-1890), météorologiste néerlandais. Loi : La loi de « Joseph Ballot » a été énoncée en 1857 : « Dans l’hémisphère Nord, le vent tourne autour des anticyclones dans le sens des aiguilles d’une montre, et autour des dépressions en sens inverse » ; et c’est le contraire dans l’hémisphère Sud.

BALLY, Carl Franz (24/10/1821-5/8/1899), industriel suisse. Seconde génération : BALLY, Eduard (11/8/1847-24/7/1926), fils du précédent. Marque : La société suisse « Bally & Co », a été fondée, en 1851, par Carl Franz Bally et son frère Fritz, après avoir repris en 1847 la fabrication de rubans élastiques et de bretelles de leur père. Ils ont décidé de fabriquer des chaussures après un voyage d’étude à Paris. Leurs successeurs, dont Eduard Bally, confectionneront non seulement des chaussures, mais aussi des vêtements en prêt-à-porter et des accessoires. Ils étendront leur marque en ouvrant de nombreuses usines et boutiques « Bally » non seulement en Suisse, mais aussi en Grande-Bretagne, en France, aux USA, à Hongkong et à Singapour. Cette marque a été revendue au groupe américain « Texas Pacific Group ».

BALMAIN, Pierre (18/5/1914-29/06/1982), couturier et bijoutier français. Marque : Les bijoux, les parfums, les montres, les uniformes « Pierre Balmain » sont commercialisés depuis 1945 depuis notamment la boutique située rue François 1 er à Paris. Ce groupe français arrêtera en 2004 ses présentations de haute couture ; il continuera cependant à présenter ses collections de prêt-à-porter. Le créateur actuel est Christophe Decarmin. Cette société fait maintenant partie du groupe suisse Swatch qui emploie plus de 21 000 salariés. Défilé : Le défilé « Balmain », collection automne-hiver 2015-2016, s’est déroulé à Paris début mars 2015.

BALTARD, Victor (1805-1874), architecte français. Halles : Le pavillon « Baltard » se situe à Nogent-sur-Marne (94) depuis 1976 ; il est classé aux Monuments historiques car c’est le seul pavillon Baltard (Numéro 8) sauvegardé lors de la destruction des Halles en 1972, décidée en 1969 par le préfet de la Seine, pour transférer leur activité à Rungis et construire à leur place le Forum de Halles qui sera inauguré en 1979. Les six premiers pavillons Baltard y avaient été érigés par cet architecte entre 1851 et 1857. Quelques autres pavillons Baltard y furent construits entre 1857 et 1866. Le pavillon « Baltard » de Nogent-sur-Marne accueille chaque année les émissions de télévision La Nouvelle Star organisées par M6. Philatélie : La Poste française a émis, en 2005, un timbre représentant le « Pavillon Baltard N°8 » de Nogent-sur-Marne pour commémorer le bicentenaire de la naissance de « Victor Baltard ».

BALTHAZAR, l’un des trois Rois mages venus d’Afrique noire pour adorer l’enfant Jésus à sa naissance, le 25 décembre de l’an 4 avant J.-C. Objet : La grosse bouteille de champagne dite « balthazar » a une contenance de 12 litres, soit l’équivalent de 16 bouteilles ordinaires de 75 cl. Elle porte le nom de l’un des trois rois mages, les deux autres étant Melchior et Gaspar. Fête : On célèbre la fête de « l’Épiphanie » le premier dimanche après le Jour de l’An, en souvenir de l’annonce de la naissance de Jésus-Christ faite miraculeusement par une étoile dans le ciel, aux bergers et aux trois Rois mages, Melchior, Gaspar et Balthazar, venus l’adorer. Leurs reliques sont précieusement conservées dans la cathédrale de Cologne dont le clocher culmine à 157 mètres de hauteur, dépassé toutefois par le clocher de la cathédrale d’Ulm avec ses 161 mètres (record du monde). Voir les autres grosses bouteilles de champagne à Jéroboam. Homonyme : Balthazar Klossowski (1908-2001), est un peintre d’origine polonaise. Il a peint Le Salon II de Balthus, exposé au MoMa de New York.

BALTIMORE, lord Cecilius (1603-1676), colonisateur américain. Toponyme : La ville américaine de « Baltimore », principale ville et grand port de l’État du Maryland aux États-Unis, a été nommée ainsi en souvenir de ce lord qui reçut en 1632 la concession de ce territoire octroyée par Charles 1 er (1600-1649), roi d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande de 1627 à 1649.

BALZAC, Honoré de (1799-1850), écrivain français. Lycée : Le lycée « Honoré-de-Balzac » se situe dans le 17 e arrondissement de Paris ; il a été nommé ainsi en hommage à l’auteur de 85 romans, dont Le Père Goriot , et Le Lys dans la vallée publié en 1836, regroupés dans la Comédie humaine . On trouve d’autres lycées éponymes à Issoudun (36), Mitry-Mory (77), Tours (37)… Numéro célèbre : « Balzac 0-0-0-1 » était le célèbre numéro de téléphone de l’agence de publicité Jean Mineur que l’on voyait à l’entracte lors d’une sympathique pub à l’entracte dans les salles de cinéma. C’était un moyen mnémotechnique pour retenir les trois premières lettres du numéro de téléphone 225 0001. Voir Mineur. Musée 1 : Le Musée « Balzac » se situe au château de Sachi à Azay-le-Rideau (37). Musée 2 : La Maison de « Balzac » se situe au 47, rue Raynouard, dans le 16 e arrondissement de Paris, sur les coteaux de Passy ; ce fut la demeure parisienne de cet écrivain de 1840 à 1847. On peut y voir un gigantesque arbre généalogique comprenant un millier de ses 5 000 personnages décris dans ses 90 livres, ainsi que quelques-unes de ses œuvres consacrées aux femmes, sous le titre générique La Comédie humaine. Il rédigera aussi de nombreuses lettres pour son amie, la comtesse polonaise Eve Hanska, dont il sera follement amoureux dès leur première rencontre en septembre 1833 ; il l’épousera finalement en 1850, quelques mois seulement avant de rendre son dernier soupir. Statue : Une statue de « Balzac debout », se situe dans les jardins du musée Rodin à Paris. Événement 1 : Le prix littéraire « Balzac » a été créé en 1922. Événement 2 : Le prix de l’Académie « Balzac » a été créé en 1980. Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1939 et 1940, deux timbres à l’effigie « d’Honoré de Balzac », avec une surtaxe pour les chômeurs intellectuels. Philatélie 2 : La Principauté de Monaco a émis, en 1999, un timbre représentant le portrait « d’Honoré de Balzac » pour commémorer le bicentenaire de sa naissance.

BANG, Peter (1900-1957), industriel danois. Autre personnalité : OLUFSEN, Svend (1897-1947), industriel danois. Seconde génération : OLUFSEN, Peter Shak (né au XX e siècle), neveu du précédent. Groupe : Le groupe danois « Bang & Olufsen » surnommé parfois « B & O », est spécialisé dans la TV, la hi-fi et la téléphonie ; il a été fondé, le 17 novembre 1925 à Struer au Danemark, par ces deux ingénieurs danois qui lancèrent alors la production de postes de radio fonctionnant sur secteur. Leur usine sera complètement dynamitée par les forces allemandes le 14 janvier 1945. Depuis, cette entreprise s’est développée en privilégiant un design très moderne avec des technologies d’avant-garde dans tous ses domaines : téléviseurs, systèmes musicaux, enceintes, téléphones (dont le Samsung Serene), produits médicaux et multimédias, actuellement vendus dans 70 pays à travers le monde, grâce à un large réseau de boutiques franchisées.

BAND, H. (1821-1860), inventeur français. Objet : Un « bandonéon » est un instrument de musique à air proche de l’accordéon, qui est utilisé dans les orchestres de tango.

BANFF, ville canadienne située dans les Rocheuses, célèbre pour son festival du film de montagne. Festival : Le Festival du film de montagne de « Banff » se déroule chaque année depuis 1976 dans cette petite ville canadienne. 350 films étaient en compétition en 2015, avec une sélection de 89 films. En 2016, une sélections des huit meilleurs films de ce Festival était projetée dans 42 pays dont douze villes françaises, entre le 15 février et le 28 mars 2016.

BANKS, Joseph (15/12/1744-19/5/1820), naturaliste britannique. Toponyme 1 : « Le détroit de Banks » sépare la Tasmanie de l’île Flinders ; Joseph Banks était alors naturaliste à bord du navire Endeavour de James Cook (1728-1779) lors de son premier tour du monde réalisé de 1768 à 1772. Ils avaient alors cru que ce détroit n’était qu’une profonde baie lors de leur navigation près de l’île Flinders en avril 1770, entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Joseph Banks sera ensuite Premier lord de l’Amirauté, puis élu en 1778 président de la Royal Society, et cela pendant quarante-deux ans, jusqu’à sa mort. Toponyme 2 : « L’île Banks » se situe dans le détroit de Torres qui sépare la Nouvelle-Guinée de l’Australie. Toponyme 3 : « L’île Banks » se situe dans le Grand Nord canadien. Toponyme 4 : « les îles Banks » font partie du Vanuatu, ex Nouvelles-Hébrides… Autres toponymes : Deux caps en Australie, une baie, un lac, une presqu’île et plusieurs villes portent aussi ce nom. Faune : Le « Pachyptile desolata banksi » est un oiseau des mers du Sud.

BANVILLE, Théodore de (14/3/1823-13/3/1891), poète français. Hôtel : Le luxueux « hôtel de Banville » se situe dans le 17 e arrondissement de Paris ; il a été édifié en 1927 en style art déco, et baptisé ainsi en souvenir de ce poète romantique. Il a été acquis en 1967 par la famille de Marianne Moreau qui l’a complètement restauré avec le concours de son mari architecte.

BAPTISTA, Felipe Oliveira (né en 1975), couturier portugais. Marque : La collection de vêtements haute couture printemps-été 2006 « Felipe Oliveira Baptista » a été présentée au Palais de la Découverte à Paris. Les journalistes y ont remarqué une mode asymétrique et futuriste.

BARANOV, Alexandre (1747-1819), marchand russe. Toponyme : « L’île Baranov » fait partie de l’archipel Alexandre en Alaska ; elle a été nommée ainsi en souvenir du marchand de fourrures qui dirigeait, en 1799, la compagnie russo-américaine pour le commerce des fourrures. Nommé premier gouverneur russe de l’Alaska, il transféra la capitale, de l’île Kodiak à Sitka. Finalement, le secrétaire d’État américain William Henry Seward (1801-1872) achètera l’Alaska à l’Empire russe, le 18 octobre 1867, pour seulement 7,2 millions de dollars. C’est une sacrée aubaine pour les Américains, car on vient d’y découvrir l’équivalent de 6 milliards de Barils, soit une augmentation de 80% des ressources de cet État situé à mois de 90 km de la Russie via le détroit de Béring… 150 ans plus tard, en 2017, cela pourrait donner des idées à Poutine pour reprendre ce riche territoire.

BARBARA ou BARBE (Sainte) (235-décapitée au III e siècle), vierge et martyre légendaire. Fête : On souhaite la fête de « sainte Barbe », le 4 décembre , en souvenir de cette sainte, née en 235, qui sera enfermée dans une tour pour ne pas rencontrer un garçon. Puis, elle sera torturée et décapitée pour avoir reçu le baptême sans l’autorisation de son père Dioscore qui brûlera entièrement après avoir assassiné sa propre fille ! C’est la sainte patronne des artificiers, des artilleurs, des armuriers, des canonniers de marine, des sapeurs-pompiers, des ingénieurs et des mineurs qu’ils invoquent pour éviter une mort violente, par la foudre notamment. Ce prénom est remplacé par Barbara depuis 1969. Évènement 1 : Le Musée du Louvre Lens (62) a été inauguré le 4 décembre 2012, jour de la Sainte-Barbe, par François Hollande, président de la République depuis le 15 mai 2012. Évènement 2 : Le futur Musée du Louvre d’Abu Dhabi a été inauguré le 4 décembre 2014, jour de la Sainte-Barbe, par François Hollande, président de la République depuis le 15 mai 2012. Navire : L’aviso-torpilleur français Sainte-Barbe , long de 59 mètres sur 6 mètres de large, jaugeant 400 tonneaux, a été lancé en 1885. Entrepôt : Dans la Marine, la soute à munitions est nommée « Sainte-Barbe ». Philatélie : La Poste française a émis, en 1969, un premier timbre représentant l’église de Brou à Bourg-en-Bresse (01), puis un second timbre émis en 1976 représentant une statue de « Sainte-Barbe » trônant dans cette église, au profit de la Croix-Rouge. Édifice religieux 1 : L’église « Sainte-Barbe » de Kutna Hora en République tchèque mérite votre visite, car elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, au même titre que tout le centre historique de cette ville qui était une ville royale au XIV e siècle. Édifice religieux 2 : La mission franciscaine « Santa Barbara » a été construite, en 1786, en Californie ; c’était le plus grand couvent franciscain au XVIII e siècle. Hôpital : La clinique « Sainte-Barbe » est implantée à Strasbourg (67). Collège : Le collège « Sainte-Barbe » se situe dans le 5 e arrondissement de Paris, près de la bibliothèque Sainte-Geneviève. Philatélie : La Poste française a émis, en 1960, un timbre pour commémorer le cinquième centenaire de sa fondation en 1460. Événement : Les samedi 6 et dimanche 7 décembre 2014 à 14h30, pour fêter la fête sainte Barbe, des tirs d’artillerie et des coups de canon ont raisonné dans la cour de l’Hôtel des Invalides à Paris. Pour mémoire : La barbe était portée de tous les temps, mais plus souvent au XII e siècle, au XVI e siècle, la fin du XIX e siècle, au début du XX e siècle et au début du XXI e siècle.

BARBARA, José (6/6/1944-7/1/2017), garagiste français et pilote de rallye. Garages : José Barbara dirige deux garages, l’un à Aire-sur-la-Lys (62) et l’autre à 100 mètres de la tour de contrôle de l’aéroport du Touquet (62). Il a notamment commercialisé les voitures Subaru, et participé à plus de 500 courses automobiles en rallyes à bord de ses voitures Subaru, et totalisé 111 victoires, dont 8 remportées lors du Rallye du Touquet.

BARBERI, Giovanni (né au XVI e siècle), facteur d’orgues italien. Objet : Un orgue de « Barbarie » est un instrument de musique à vent portatif, dit auto phone, utilisant des cartes perforées mues par une manivelle. Cet orgue a été nommé ainsi d’après ce célèbre facteur d’orgues qui fabriqua également des modèles portatifs à Modène pour animer les rues d’Italie, puis celles de toute l’Europe dès le XVIII e siècle.

BARBERINI, Maffeo (1568-1644), cardinal florentin. Édifice : Le palais « Barberini » est implanté à Rome ; il a été nommé ainsi en souvenir de ce cardinal qui l’habitera avant de devenir le 235 ème pape, de 1623 à 1644, sous le nom d’Urbain VIII.

BARBEROUSSE, Frédéric 1 er (1122-noyé en 1190 lors de la 3 e croisade), empereur du Saint Empire romain germanique. Opération : L’opération « Barberousse » fut organisée par Hitler pour effectuer l’invasion de l’URSS en juin 1941. Homonymes : Les deux frères « Barberousse » (1473-1518) et (1475-1546) furent de terribles pirates turcs qui régnèrent surtout aux alentours d’Alger. Le plus jeune s’allia aux Français, en 1543, contre Charles Quint.

BARBÈS, Armand (1809-1870), homme politique français. Autre personnalité : ROCHECHOUART, Marguerite de (1665-1727) abbesse française. Station de métro : La station de métro « Barbès-Rochechouart » se situe à la jonction des 9e, 10 e et 18 e arrondissements de Paris, et au croisement des boulevards éponymes ; elle permet la correspondance entre les lignes de métro N°2 et N°4. Cette station a été nommée ainsi, d’une part en hommage à Barbès, un homme politique guadeloupéen, qui sera emprisonné pendant de nombreuses années pour ses idées politiques révolutionnaires, et d’autre part en hommage à l’abbesse de Montmartre qui dirigera ce monastère de 1717 à 1727. Philatélie : La Poste française a émis, en 1948, un timbre à l’effigie « d’Armand Blanqui » pour commémorer le centenaire de la Révolution de 1848.

BARBOSA, Rui (1849-1983), écrivain et juriste brésilien. Musée : Le Musée « Casa de Rui Barbosa » se situe à Rio de Janeiro dans la maison natale de ce juriste qui rédigea le Constitution brésilienne en 1891, et publia plus de 130 livres.

BARBOUR, John (1849-7/7/1918), entrepreneur britannique. Seconde génération : BARBOUR, Jack (né au XIX e siècle), fils du précédent ; BARBOUR, Malcolm (1881-1964), frère du précédent. Troisième génération : BARBOUR, Duncan (1900-1939), fils du précédent. Quatrième génération : BARBOUR, John (1920-15/6/1968), fils du précédent ; BARBOUR, Margaret (née en 1940), épouse du précédent. Cinquième génération : BARBOUR, Helen (née au XX e siècle), fille de la précédente. Marque : Les vêtements imperméables « Barbour » sont fabriqués et commercialisés par cette entreprise familiale depuis 1894. Margaret Barbour deviendra PDG en 1973, et sa fille Helen la remplacera en 1997. Cette société fabrique et commercialise aussi, maintenant, des sous-vêtements et des vêtements non imperméables.

BARBUSSE, Henri (1873-30/8/1935), écrivain français. Musée : La maison « d’Henri Barbusse » se situe à Aumont-en-Halatte (60). Cet écrivain, surnommé le Zola des tranchées, décrira les atrocités de la Première Guerre mondiale, qui fera 18,6 millions de morts, dans son livre Le Feu avec lequel il obtiendra le prix Goncourt en 1916. Il militera ensuite pour la paix.

BARCLAY, Eddie (26/1/1921-13/5/2005), producteur français. Groupe : La maison de disque « Barclay », l’orchestre « Eddie Barclay » et le « Barclay’s Club » ont été créés par ce compositeur, né Édouard Ruault. Il créa en effet sa première société en 1954 avec le concours de sa seconde femme Nicole, puis l’étoffe avec Quincy Jones (né en 1933), Franck Ténot (né en 1925), Daniel Filipacchi (né le 12 janvier 1928), le futur président d’honneur de Paris Match, Boris Vian (1920-1959) et Philippe Bouvard (né en 1929) en fondant Jazz magazine . À cette époque, ils n’étaient pas encore connus. Il ramènera des États-Unis en 1952 les premiers disques 33 tours et, en grand manager, il saura dénicher, promouvoir et produire de nouveaux talents tels que Léo Ferré (1916-1993), Jacques Brel (1929-1978), Charles Aznavour (né en 1924), Bernard Lavilliers (né en 1946), Charles Trenet (1913-2001), Hughes Auffray (né en 1929), Alain Barrière (né en 1935), Claude Nougaro (1929-2004), Nino Ferrer (1934-1998), Eddy Mitchell (né en 1942), Guy Marchand (né en 1937), Daniel Balavoine (1952-1986), Georges Brassens (1921-1981), Frank Alamo (né en 1943), Henri Salvador (1917-2008), Jean Ferrat (né en 1930), Michel Delpech (né en 1946)…, sans oublier Dalida (1933-1987), Brigitte Bardot (née le 28 septembre 1934), Barbara Streisand (née en 1942), Nicoletta (née en 1944), Édith Piaf (1915-1963), Françoise Hardy (née en 1944), Sylvie Vartan (née en 1944)… ; il produira plusieurs Jazzman, dont Louis Armstrong (1900-1971), Sydney Bechet (1897-1959), les Platters avec leur tube Only you , Ray Charles (né en 1930)… Il revendra finalement sa société en 1978 au groupe Philips-Phonogram. Toujours vêtu en blanc, Eddie Barclay se mariera et divorcera huit fois : Il se mariera la première fois le 9 juillet 1945 avec Michelle, la seconde fois en 1949 avec Nicole qui lui donnera son premier fils Pascal, la troisième fois le 30 juin 1965 avec Marie-Christine qui lui donnera son second fils Guillaume, la quatrième fois le 5 juin 1970 avec Béatrice, la cinquième fois en 1973 avec Michèle, la sixième fois le 1 er juin 1982 avec Danièle, la septième fois le 21 juin 1984 avec Cathy, et la huitième fois le 3 juin 1988 avec Caroline dont il divorcera en 1998. Sa dernière femme sera Stéphanie en 2004. Il organisera les fabuleuses « fêtes blanches » à Saint-Tropez (83), et il sera enterré à Saint-Tropez comme il se doit, le 19 mai 2005, dans un cercueil blanc, accompagné de sa famille et tous ses amis habillés de vêtements blancs.

BARCLAY, Robert (1843-1913), banquier britannique. Banque : La banque « Barclay & Company Limited » a été fondée, le 20 juillet 1896, par Robert Barclay qui lui a donné son nom ; elle comprenait déjà une vingtaine de succursales. Elle sera renommée « Barclay’s Bank Limited » en 1917, après la mort de son fondateur, avec l’ouverture de nombreux bureaux à travers le monde. Le groupe international actuel, « Barclay’s Group International Inc. », compte actuellement huit compagnies, chacune spécialisée dans un service relatif à l’immobilier et aux investissements. La banque Barclay’s atteindra, en 2012 le cinquième rang mondial en fusions-acquisitions (M&A), avec plus de 96% du PIB de l’Angleterre !

BARDOUIN, Henry (mort en 1979) distillateur français. Seconde génération : BARDOUIN, Jacques (né au XX e siècle), fils du précédent. Marque : Le pastis grand cru « Henri Bardouin » est produit à Forcalquier (04), en Provence, depuis 1898 ; il est composé d’anis étoilé et de 65 plantes et épices. Cette distillerie portait initialement le nom de « Distilleries et domaines de Provence », avant de porter son nom actuel depuis l’année 1990. Cocktail : Le pastis avec du cola donne le cocktail mazout.

BARDOT, Brigitte (née le 28 septembre 1934), actrice et chanteuse française. Fondation : La Fondation « Brigitte Bardot » pour la protection de l’animal sauvage et domestique a été créée le 30 avril 1986 ; elle est reconnue d’utilité publique depuis le 21 février 1992. Le siège social de cette Fondation est implanté dans la villa « La Madrague » à Saint-Tropez (83) ; elle a notamment cherché à diminuer la souffrance et le stress des animaux dans les abattoirs, et a lutté contre le massacre des bébés phoques au Canada. Elle a sorti, en 2012, une belle collection de vêtements. Rappelons ici que Brigitte Bardot a joué dans 48 films. Botanique : Le rosier à grandes fleurs « Brigitte Bardot » est de couleur magenta strié blanc rosé. On a aussi donné le nom de quelques autres personnalités à d’autres variétés de rosiers à grandes fleurs : Baronne Edmond de Rothschild, Caroline de Monaco, Charles de Gaulle, Hector Berlioz, Ingrid Bergmann, Isabelle Autissier, Johan Strauss, Jules Verne, Juliette Greco, André Le Notre, Maria Callas, Philippe Noiret, Princesse de Monaco, Queen Elisabeth, Sissi, Tchaïkovski… Pour mémoire : Brigitte Bardot a contribué à la popularité de la tarte tropézienne créée en 1956 par l’un des boulangers de Saint-Tropez.

BARÉ, (né au XIX e siècle), brasseur valenciennois. Société : La brasserie « Baré » de Valenciennes (59) a été nommé ainsi, en 1900, lorsque le brasseur Baré racheta la brasserie fondée, en 1891, par Alfred Tunquet. Elle fera partie de la SEB (Société Européenne de Brasserie), jusqu’à sa fermeture en 1985 et sa destruction en 1987. Slogan : « La bière Baré, c’est la meilleure ». Anecdote 1 : En 1960, l’auteur de cette encyclopédie, Christian Nau, alors âgé de 16 ans, rédige un beau livre illustré de 100 pages au format A4, sur sa ville natale de Valenciennes à l’occasion d’un concours organisé par la mairie. Il en profite pour visiter tous les sites importants de cette ville, dont bien sûr la brasserie « Baré », afin de rédiger son livre avec photos sur les principaux sites religieux, historiques, culturels, artistiques et industriels, avec même un peu de dentelle de Valenciennes réalisée par sa tante Françoise, meilleure ouvrière de France ! Finalement, Christian remporte le premier prix, à savoir un voyage en train, aller et retour, vers le Danemark, accueilli par une famille danoise pendant une douzaine de jours à travers ce beau pays, sans oublier l’excursion à Copenhague pour voir notamment le palais Royal, le Parc de Tivoli et la petite sirène sur son rocher. Anecdote 2 : Voir Mineur, Jean.

BARENTS, Willem (1550-20/6/1597), navigateur polaire néerlandais. Toponyme 1 : « L’île de Barents » fait partie de l’archipel des 7 îles au Svalbard. Toponyme 2 : La ville de « Barentsburg » a été fondée en 1932 pour exploiter du charbon jusqu’en 2016 ; c’est l’une des 3 principales villes du Spitzberg, surnommée la petite Russie. Toponyme 3 : « La plaine abyssale de Barents » descend jusqu’à -3 840 mètres de profondeur ; je vous laisse le soin de la situer sur les cartes et atlas spécialisés. Toponyme 4 : « La mer de Barents » se situe au nord du Cercle polaire arctique par 66°33’38’’N. Elle est délimitée par la Norvège, la péninsule de Kola, la mer Blanche, la péninsule de Karin, la Nouvelle-Zemble, la Terre de François-Joseph et l’océan Arctique ; sa superficie est de 1,3 million de km 2 . Cette mer et ces autres toponymes ont été nommés ainsi en hommage au navigateur hollandais Willem Barents qui effectua de nombreuses navigations et organisa 3 expéditions en Arctique à la recherche du Passage du Nord-Est. La première en 1594 avec les navigateurs Cornelius Nay, Brent Tetgailes et Jan Van Linschoten pour atteindre le nord de la Nouvelle Zemble en 1594 ; la seconde en 1595 avec Cornelius Nay et 6 navires, et la troisième, de 1596 à 1597, avec 2 navires commandés par Jacob Van Heemskerck et Jan Cornelius Rup au cours de laquelle ils découvrirent l’île aux Ours le 9 juin 1596, le Spitzberg le 17 juin 1596, qui signifie la montagne pointue, et la Nouvelle-Zemble le 17 juillet 1596 ; ils longèrent la côte occidentale de Nouvelle-Zemble et doublèrent cap Jelania le 15 août 1596. Ils hivernèrent ensuite à « Ice Haven » sur la côte Nord-Est par 76°42’N. Ce furent les premiers européens qui survécurent à un hivernage en Arctique. Ils quittèrent la Nouvelle-Zemble le 14 juin 1597 et Barents mourra le vendredi 20 juin 1597 dans mer de Barents. Heureusement les 13 survivants purent regagner Amsterdam. Près de trois siècles plus tard, des pêcheurs norvégiens retrouveront en 1871 la cabane de « Ice Haven » où Barents et ses compagnons ont hiverné, avec tous leurs ustensiles… Drame 1 : Le Samedi 12 août 2000, à l’occasion de manœuvres navales en mer de Barents organisées par l’amiral Viatcheslav Popov, le sous-marin nucléaire russe Koursk, commandé par le commandant Guennadi Liatchine, coula par 108 mètres de fond à 120 km de Mourmansk, suite à une violente explosion de l’un de ses missiles vétustes à l’avant du submersible. Le choc de ce sous-marin, long de 154 mètres et pesant 18 000 tonnes, percutant le fond de la mer, a été enregistré par les sismographes : il correspond à une magnitude de 1,5 sur l’échelle de Richter, proposée en 1935 par le scientifique américain Charles Richter (1900-1985). Les 118 officiers et marins du « Koursk » ont tous péri dans leur cercueil d’acier. Le Koursk sera relevé du fond le 8 octobre 2001 par une barge construite spécialement, puis mis en cale sèche pour expertises. La mer de Barents est réputée pour être la plus grande poubelle nucléaire au monde. Dans la région de Mourmansk, il faudrait en effet démanteler par exemple le premier brise-glace nucléaire russe Lénine qui navigua de 1959 à 1989, ainsi qu’une centaine de sous-marins nucléaires russes à l’abandon. Drame 2 : Le jeudi 29 août 1996, un Tupolev 154 en provenance de Moscou a percuté la montagne Opera juste avant l’atterrissage à Barentsburg, la seconde ville du Spitzberg. Il n’y a eu aucun survivant parmi les 130 passagers et les 11 membres d’équipage. Pour mémoire : Le forage de Kola, situé dans la péninsule éponyme en Russie, a été creusé pendant la guerre froide, sur une profondeur de 12 262 mètres avec un diamètre de 23 cm.

BARILLA, Pietro (1845-1922), entrepreneur italien. Seconde génération : BARILLA, Riccardo (1880-1947), fils du précédent ; BARILLA, Gualtiero (1881-17/5/1919), frère du précédent. Troisième génération : BARILLA, Pietro Jr (1913-1993) fils de Riccardo ; BARILLA, Gianni (1917-2004), frère du précédent. Quatrième génération : BARILLA, Guido (né le 30 juillet 1958), fils de Pietro Jr ; BARILLA, Luca (né le 12 mai 1960), frère du précédent ; BARILLA, Paolo (né le 20 avril 1961), frères des deux précédents. Marque : Le groupe agroalimentaire italien « Barilla » produit des pâtes à Parme et les commercialise depuis 1877, sauf entre 1971 et 1979 lorsque ce groupe sera repris par le groupe agroalimentaire américain WR Grace. Les trois frères Guido, Paolo et Luca Barilla reprendront les rênes de cette société à la mort de leur père Pietro Jr en 1993, et Guido Barilla sera nommé PDG, avec ses deux frères comme vice-présidents. Cette multinationale comptait déjà en 2003 : 25 usines avec plus de 21 000 salariés dans une centaine de pays !

Barkhane, dune de sable en forme de croissant. Mission : L’opération « Barkhane » regroupe 4 000 soldats dans cinq pays du Sahel depuis janvier 2013.

BARLOW, Peter (13/10/1776-1 er /3/1862), ingénieur et physicien britannique. Test : La roue de « Barlow » a été imaginée en 1822 par cet ingénieur pour démontrer l’action d’un champ magnétique sur un courant électrique ; ce test déboucha sur la réalisation du premier moteur électrique. Optique : La lentille de « Barlow » a été inventée en 1834 par cet ingénieur, d’où son nom ; elle double ou triple la focale, donc le grossissement, de l’oculaire d’un microscope, d’une longue-vue ou d’un télescope. Peter Barlow a été professeur de mathématique à l’Académie militaire royale de Grande-Bretagne.

BARNABÉ (Saint) (lapidé le 11 juin 60), disciple du Christ. Fête : On souhaite la fête de « saint Barnabé », le 11 juin , en souvenir de ce disciple du Christ, célèbre par plusieurs légendes relatives à la météo, comme c’est aussi le cas pour saint Médard. C’est le saint patron des tisserands. Il est invoqué dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Toponyme : L’île « Saint-Barnabé », toute en longueur, se situe sur le fleuve Saint-Laurent, près de la ville québécoise de Rimouski.

BARNARD (Saint) (778-23/1/842), archevêque de Vienne. Fête : On souhaite la fête de « saint Barnard », le 23 janvier , en souvenir de ce religieux bénédictin qui deviendra archevêque de Vienne en 810, sacré à Lyon ; il jouera un rôle important dans la royauté de l’époque.

BARNARD, Christian (1922-2001), professeur sud-africain. Hôpital : Le « Christian Barnard Memorial Hospital » du Cap, en Afrique du Sud, a été nommé ainsi en hommage à ce professeur qui a réalisé la première greffe d’un cœur humain le 3 décembre 1967 ; son patient, Louis Washkansky, a alors survécu 18 jours avant de mourir d’une double pneumonie. Maintenant, 10 greffes cardiaques sont pratiquées chaque jour dans le monde…

BARNARD, Edward Emerson (1857-1923), astronome américain. Astronomie : L’étoile « Barnard » est l’une des plus proches de la Terre ; elle se situe à seulement 6 années-lumière de la Terre. Cette étoile a été nommée ainsi en hommage à l’astronome qui l’a découverte en 1916, après avoir découvert en 1892 cinq nouveaux satellites de Jupiter.

BARNÉO, base russe installée chaque année depuis 2002 sur la banquise, uniquement en avril, à la latitude de 89°N, pour rejoindre ensuite le pôle Nord (90°N) selon deux budgets. Pour mémoire : La grande île de « Bornéo », très chaude, est partagée entre 3 états, la Malaisie, l’Indonésie et le sultanat de Brunei, qui se situent sur l’Équateur. Par opposition, les Russes ont créé la base de Barnéo , très petite et très froide. Expédition 1 : Le samedi 13 avril 2002 , l’explorateur polaire français Jean-Louis Étienne (né le 9 décembre 1946) utilise la capsule « Polar Observer » lors de sa « Mission banquise » réalisée au départ du pôle Nord, le 13 avril 2002, à 1 degré de latitude de la base russe de Barnéo . La capsule reste immobile sur la glace pendant trois mois, d’avril à juillet 2002, mais géographiquement mobile dans le temps en direction du Groenland, à la vitesse moyenne de 5 km par jour. La capsule et Jean-Louis Étienne seront récupérés en juillet 2002 au nord du Spitzberg par le brise-glace russe Yamal , ainsi baptisé d’après la péninsule éponyme située en Sibérie Arctique à l’ouest du golfe de l’Ob que l’auteur de ce dictionnaire, Christian Nau, a traversé avec son « vélo à voile » en mars 1996, depuis le village russe de Salekhard situé exactement sur le Cercle polaire arctique par 66°33’38’’N ! Expédition 2 : En 2005, Albert II (né en 1958), prince de Monaco, s’est rendu au Spitzberg, un archipel norvégien, sur les traces de son arrière-grand-père Albert 1 er , quelques jours seulement après avoir succédé à son père Rainier III (1923-2005), puis il effectua un grand raid en traîneaux à chiens jusqu’au pôle Nord en avril 2006, depuis la base russe de Barnéo située sur la banquise par 89° de latitude Nord. Tarif 1 : 22 740 € par personne pour un voyage de 6 jours, avec le vol régulier Paris Longyearbyen (la capitale du Spitzberg par 78°N). Ensuite vol Antonov 74 entre Longyearbyen et la base russe de Barnéo située par 89°N, suivie d’un vol en hélicoptère jusqu’au Pôle Nord (90°N°). Retour enfin dans l’autre sens. Tarif 2 : 44 915 € par personne pour un voyage de 17 jours, avec le vol régulier Paris Longyearbyen (la capitale du Spitzberg par 78°N). Ensuite vol Antonov 74 entre Longyearbyen et la base russe de Barnéo située par 89°N. Le voyage (très sportif) se fait ensuite à ski en tractant une pulka, par -20° à -30°, afin de rejoindre le pôle nord (90°N). Retour enfin en hélicoptère jusqu’à la base de Barnéo, puis l’avion Antonov 74 jusqu’à la capitale du Spitzberg, et enfin le vol régulier jusqu’à Paris. INOUBLIABLE !

BARNES, Dr Albert Coombs (2/1/1872-24/7/1951), philanthrope américain. Fondation : La société « Barnes & Hille » a été fondée, en 1902, par le docteur Albert C. Barnes et le scientifique allemand Herman Hille pour commercialiser le collyre antibiotique Argyrol qu’ils avaient inventé. La grande fortune acquise par Albert Barnes lui a permis de fonder en 1922 la Fondation qui porte son nom à Merion près de Philadelphie, sa ville natale, en Pennsylvanie. Il a ainsi réuni l’une des plus belles collections de peintures impressionnistes et postimpressionnistes du monde, estimées à sept milliards de dollars, avec de nombreux tableaux d’Auguste Renoir (1841-1919), Paul Cézanne (1839-1906) et Henri Matisse (1869-1954), plus quelques tableaux de Pablo Picasso (1881-1973), Vincent Van Gogh (1853-1890), Maurice Utrillo (1883-1955), Amadeo Modigliani (1884-1920) et d’Henri Rousseau dit le douanier (1844-1910), afin de promouvoir le développement de l’éducation artistique. Dernière heure : La Fondation Barnes devait être réinstallée au centre de Philadelphie fin 2009. Homonyme : Le théologien américain « Albert Barnes » (1798-1870) fut le pasteur de la première église presbytérienne de Philadelphie ; il rédigea de nombreuses notes sur le vieux et le nouveau testament. Serait-il le grand-père du Dr Albert Barnes ?

BARNES, Heidi (née au XX e siècle), fondatrice d’une agence immobilière internationale. Société : « Immobilier Barnes international » a été fondé en 1994 à Londres par madame Heidi Barnes, d’où son nom, avec le concours de Thibault de St Vincent, le PDG de cette société, avec le concours de Richard Tzipine comme directeur général depuis 2006. Cette agence immobilière compte un bureau à Paris depuis 1995, et des bureaux à Genève, New-York, et St Barth depuis 2006 pour vendre des biens prestigieux situés dans les plus belles adresses du monde, avec même des pages publicitaires dans de grands magazines dont Le Point, dont le premier numéro remonte au lundi 25 septembre 1972. Les sociétés « Immobilier Barnes international » et « Barnes viager » gèrent un volume annuel de 2,7 milliards d’euros de transactions, avec le concours de 275 collaborateurs et 22 100 biens à vendre dans le monde, via 18 bureaux en France et 14 bureaux à l’étranger.

BARNIER, Michel (né le 9 janvier 1951), homme politique français. Loi : La loi « Barnier » n°95-101 du 2 février 1995 est relative au renforcement de la protection de l’environnement ; elle édicte le principe de précaution et comprend un plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR), avec la gestion du fonds de prévention de ces mêmes risques. Cette loi réglemente aussi l’urbanisation des territoires exposés aux risques naturels. Michel Barnier » a été député de Savoie de 1978 à 1995, ministre de l’Environnement en 1995, sénateur de 1995 à 1999, puis ministre de l’Agriculture et de la Pêche à partir de 2007 ; il a été élu député européen le 7 juin 2009.

BARNIER, Pierre et Marius (nés au XIX e siècle), confiseurs français. Société : Les bonbons « Barnier » ont été créés par ces deux frères à Rouen en 1885 sous la dénomination de Bonbons Suisses ; cette société sera rachetée en 1900 par le grossiste nantais Eugène Callet qui rebaptisera la société « Bonbons Barnier ». L’usine actuelle est implantée à Saint-Étienne-du-Rouvray (76), dans la banlieue de Rouen ; elle produit chaque année plus de 500 tonnes de sucettes et bonbons Barnier, acidulés, nus, au caramel, fourrés aux fruits ou à la liqueur… 40% de la production est exportée dans plus de 30 pays !

BARNUM, Phineas T. (5/7/1810-7/4/1891), créateur de cirque américain. Autre personnalité : BAILEY, James Anthony (1847-1906), créateur de cirque américain. Cirque : Le cirque « Barnum » a été créé, en 1871, par Phineas Taylor Barnum. Auparavant, il avait plutôt une réputation de charlatan, depuis la création à New York en 1842 de son curieux Musée américain « Barnum’s ». Il s’associera en 1881 avec James Anthony Bailey pour fonder le célèbre cirque américain « Barnum-Bailey », avec ses trois pistes. Mais, la concurrence étant très dure, le cirque « Barnum » a mis la clef sous la porte en mai 2017. Objet : Un « Barnum » est une tente de jardin ou une tente de réception, généralement blanche avec un toit pointu. Toponyme : La zone météorologique « Bailey » se situe dans l’Atlantique Nord, au large de l’Écosse, entre les zones Rockhall et SE Iceland. Mais cette zone a peut-être été nommée d’après un scientifique.

BAROVIER, Jacobello (né au XIII e siècle), maître verrier vénitien... Autre génération : BAROVIER, Angelo (1405-1460), descendant du précédent. Génération suivante : BAROVIER, Anzelotto (1470-1541), neveu du précédent... Autre génération : BAROVIER, Giovanni, Antonio, et Benvenuto (nés au XIX e siècle), descendants du précédent et directeurs en 1878... Autre génération : BAROVIER, Encole (1889-1974), descendant des précédents. Génération suivante : BAROVIER, Angelo (né en 1927), fils du précédent. Génération suivante : BAROVIER, Jacopo (né au XX e siècle), fils du précédent... Autre personnalité : TOSO, Ferro (né au XIX e siècle). Génération suivante : TOSO, Decio et Artemio (nés au XIX e siècle), fils du précédent. Génération suivante : TOSO, Mario (né au XX e siècle) fils de l’un des deux précédents. Génération suivante et vingtième génération : TOSO, Giovanni (né au XX e siècle), PDG depuis 2003. Société : La manufacture italienne de verre, de cristal et d’émail vitrifié « Barovier Tozo » a été fondée, en 1295, sur l’île Murano située à 10 minutes de Venise en ferry ; c’est l’une des cinq entreprises les plus anciennes au monde. Elle sera rebaptisée « Barovier frères » en 1878 par Benvenuto et Giuseppe Barovier, puis « Verrerie Barovier et Cie » en 1919, et enfin « Barovier Tozo » en 1942 par son PDG Encole Barovier. Musée : Le Musée « Barovier & Toso » a été inauguré le mercredi 14 juin 1995 à Murano par Angelo Barovier, PDG de la verrerie éponyme ; il comprend plus de 200 pièces exceptionnelles, dont la magnifique coupe d’Angelo Barovier (1405-1460) datant du XV e siècle, et plus de 20 000 dessins originaux d’Encole Barovier... Association : Cette entreprise fait partie de l’association des « Hénokiens », créée en 1981 pour rassembler une quarantaine de groupes familiaux bicentenaires, implantés aux quatre coins du monde. Barracuda, poissons marins rapides et voraces. Sous-marins . Les sous-marins « Barracudas » sont les sous-marins nucléaires français basés à l’île Longue, face à Brest. Il y a toujours un sous-marin français en mer.

BARRE, Raymond (14/4/1924-24/8/2007), Premier ministre français. Mot : « Barriste », partisan et sympathisant qui partage les idées de cet homme d’État d’origine réunionnaise. Il sera Premier ministre de 1976 à 1981 pendant le septennat du président de la République Valéry Giscard d’Estaing (né le 2 février 1926), puis maire de Lyon de 1995 à 2001. Pont : Le pont « Raymond Barre » de Lyon a été assemblé sur le port Edward Herriot (1872-1957), puis il a été acheminé 1 km plus loin sur une barge pour être posé au-dessus du Rhône dans la nuit du 3 au 4 septembre 2013. Ce treizième pont de Lyon (69) permettra le passage des piétons, des vélos, des voitures, des camions ainsi que le futur tramway.

BARRÊME, François (1638-1703), mathématicien français. Mot : Un « barème » (avec un seul r) est un recueil de tableaux numériques et de grilles de calcul, nommé ainsi au XIX e siècle d’après ce mathématicien français qui fonda l’École de commerce de Paris. Il publia les premiers manuels pratiques de comptabilité à usage commercial et financier, dont Les comptes-faits en 1670 et Le barème des commerçants en 1698.

BARRIÈRE, François-André (né au XIX e siècle), administrateur de biens. Seconde génération : BARRIÈRE, Lucien (14/1/1923-9/1990), neveu du précédent. Troisième génération : BARRIÈRE, Diane (morte le 18 mai 2001), fille adoptive du précédent ; DESSEIGNE, Dominique (né en 1944), PDG actuel du groupe Barrière, veuf de la précédente. Quatrième génération : Alexandre et Joy, fils des deux précédents… Marque : Le groupe « Lucien Barrière Hôtels et Casinos » gère notamment une dizaine de palaces, dont le « Fouquet’s Barrière » de Paris inauguré le 26 octobre 2006, le « Magestic Barrière » de Cannes (06), le « Royal Barrière » de Deauville (14) et le « Grand Hôtel Barrière » de Dinard (35), ainsi qu’une cinquantaine de casinos, dont celui de Sain Julians à Malte et les casinos théâtres de Biarritz (64), Enghien-les-Bains (95) surnommé le plus parisien des casinos, Royan (17), Trouville (14)… Ce groupe gère également le casino Barrière, place de l’Hermitage au Touquet (62), et une trentaine de restaurants, trois terrains de golf, une trentaine de courts de tennis et une dizaine de discothèques. C’est la seconde chaîne de casinos en France, derrière le groupe Partouche et devant le groupe Tranchant. Monsieur et Madame Lucien Barrière n’ayant pas eu d’enfants, ils adopteront une petite fille, Diane. Elle se mariera le 7 avril 1984 avec Dominique Desseigne, et ils auront deux enfants, Alexandre et Joy. Diane aura un très grave accident d’avion privé le 16 juillet 1995 ; elle sera tétraplégique et mourra le 18 mai 2001, après avoir lutté de nombreuses années contre son lourd handicap. Son mari reprendra la direction du groupe, et leurs enfants en hériteront. Le groupe est donc actuellement dirigé par Dominique Desseigne. Pour mémoire 1 : Les casinos ne peuvent être ouverts en France que dans les villes d’eau, les stations balnéaires et les stations de ski. Par ailleurs, les machines à sous n’y sont autorisées que depuis 1988. Pour mémoire 2 : Mi 2014, on recensait 198 casinos en France avec près de 16 000 salariés pour un chiffre d’affaires de plus d’un milliard d’euros ! Fondation : La Fondation « Diane et Lucien Barrière » a été créée 1999 pour décerner chaque année le prix « Barrière » pour soutenir et promouvoir les œuvres de nouveaux talents en leur facilitant l’accès à la notoriété. Événement 1 : La 95 e édition du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe s’est déroulée au galop sur l’hippodrome de Chantilly le dimanche 2 octobre 1016 sous la direction d’Édouard de Rothschild, président de France Galop. Événement 2 : La 96 e édition du Qatar prix de l’Arc de Triomphe s’est déroulée le dimanche 1 er octobre 20017 sur l’hippodrome de Chantilly. Une vingtaine de concurrents se sont affrontés sur un parcours de 2 400 mètres, suite à un partenariat exclusif jusqu’en 2022 entre le Qatar et France Galop présidé par Édouard de Rothschild. 5 millions d’euros récompensent les 5 premiers, répartis entre les propriétaires (77 %), les entraîneurs (14,5 %) et les jockeys (8,5 %). Cet hippodrome a disposé, en 2017, d’une tribune panoramique ! Événement 3 : Le meeting de Deauville « Lucien Barrière » se déroule chaque année en août. Homonyme : Le chanteur français « Alain Barrière » (né le 18 novembre 1935) est fort connu pour ses chansons romantiques telles que : Elle était si jolie, Emporte-moi…

BARRINGER, Daniel Moreau (25/5/1860-30/11/1925), géologue américain. Toponyme : Le cratère météoritique « Barringer » se situe en Arizona, aux USA ; il mesure 167 mètres de profondeur pour 1 186 mètres de diamètre et porte le nom de ce géologue qui a acheté ce site en 1903. Ce cratère a été creusé il y a 50 000 ans par une météorite.

BARROW, John (1764-1848), secrétaire de l’Amirauté de 1804 à 1845. Toponyme 1 : « Le cap Barrow (ou la pointe Barrow) » représente la limite occidentale du Passage du Nord-Ouest. Il ou elle se situe en Alaska, face à l’océan glacial Arctique, par 71°N et 156°47’W. Ce cap ou cette pointe ont été baptisés ainsi en hommage à l’écrivain anglais John Barrow (1764-1848) qui fut un grand explorateur de l’Arctique, fondateur de la Royal Geographic Society et secrétaire de l’Amirauté de 1804 à 1845. Toponyme 2 : « Le mont Barrow » se situe en Tasmanie ; il culmine à 1 413 mètres d’altitude. Toponyme 3 : « Le détroit de Barrow » se situe dans le territoire du Nunavut, autonome du Canada depuis le 1 er avril 1999 ; il sépare l’île Cornwallis de l’île Somerset. Toponyme 4 : « L’île Barrow » se situe près de la côte au nord-ouest de l’Australie. On a aussi donné son nom à une pointe, une rivière et des villes… Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom de « Barrow » à un toponyme sur la Lune. Homonyme : Le boxeur américain « Joe Louis Barrow » (1914-1981) a gardé son titre de champion du monde des poids lourds de 1937 à 1951.

BARRY, John (1745-13/9/1803), corsaire américain. Navire : Le sous-marin allemand U-Boat 859 a torpillé puis coulé le Liberty Ship américain John Barry le 28 août 1944 vers 22 heures, dans le golfe d’Aden, entre le Sultanat d’Oman et l’île de Socotra, en direction de Bahreïn. Il transportait 30 tonnes de pièces d’argent en rials saoudiens, et peut-être plus de 2 000 tonnes de barres d’argent. Ce navire a été nommé ainsi en souvenir de ce capitaine de navires corsaires américains, qui écréma l’océan atlantique pendant de nombreuses années. Le navire John Barry sera finalement localisé en 1992 par 2 600 mètres de fond et par 15°10’N et 55°18’E, grâce à l’Ifremer qui avait déjà localisé le Titanic , le 1 er septembre 1985, par 3 843 mètres de profondeur au large de Terre-Neuve. L’Ifremer réussira ensuite à extraire de la coque en 1994, soit 50 ans après les faits, plus de 17 tonnes de pièces d’argent, grâce à une tenaille hydraulique géante opérée depuis le navire foreur Flex LD . Les 2 000 tonnes de barres d’argent restent à trouver… Avis aux amateurs.

BART, Jean (21/10/1650-27/4/1702), corsaire français. Toponyme 1 : L’île « Jean Bart » se situe près de la côte occidentale des îles Kerguelen par 49°18’S et 68°48’E. Toponyme 2 : La cité de « Jean Bart » est le surnom de la ville de Dunkerque (59) qui a été choisie pour devenir en 2013 la capitale régionale de la culture avec 600 événements. Événement : Le Grand Prix « Jean Bart » du film de mer, d’un montant de 4 000 €, est décerné par le jury du Festival du film de mer de Dunkerque (59) depuis juillet 2011. Navire 1 : Le croiseur français Jean-Bart , long de 105 mètres sur 14 mètres de large, a été lancé en 1889, il faisait déjà suite à 3 navires éponymes. Navire 2 : Le cuirassé français Jean-Bart a été lancé à Brest (29) le 22 septembre 1911 ; il a été nommé ainsi en souvenir de ce corsaire qui sera nommé chef d’escadre en 1687 par Louis XIV, puis capturé par les Anglais en 1689. Navire 3 : Le vaisseau Jean Bart est une réplique à l’identique d’un vaisseau de premier rang du XVII e siècle, avec ses 84 canons ; il est construit à Gravelines (59) par l’association Tourville dirigée depuis 1992 par Christian Cardin. Lycée : Le lycée « Jean-Bart », implanté à Dunkerque (59), est ouvert depuis la rentrée scolaire de 1958. Gastronomie : Le « doigt de Jean Bart » est la spécialité gastronomique de Dunkerque. Statue : On peut admirer la statue de « Jean Bart » sur un piédestal, réalisée par le sculpteur David d’Angers et érigée le 7 septembre 1845 sur la place éponyme à Dunkerque (59), ainsi qu’un magnifique vitrail à la gloire de Jean Bart dans le beffroi haut de 75 mètres. Cette ville est en effet la ville natale de Jean Bart ; il y est aussi mort après avoir navigué de nombreuses années à bord de ses navires. Philatélie : La Poste française a émis, en 1958, un timbre à l’effigie de « Jean Bart ».

BARTH, Heinrich (16/2/1821-25/11/1865), explorateur allemand. Toponyme : La ville de « Barth » se situe au nord de l’Allemagne, près de la mer Baltique ; elle a été nommée ainsi en souvenir de cet aventurier allemand qui explora l’Afrique, de Tripoli à Tombouctou aller et retour, via la Libye, le Tchad, le Niger et le Mali (noms actuels), du 18 janvier 1850 au 28 août 1855, via notamment Agadès en 1852.

BARTHÉLEMY (Saint) (martyrisé au 1 er siècle), l’un des douze apôtres du Christ. Fête : On souhaite la fête de « saint Barthélemy », le 24 août , en souvenir de cet apôtre de Jésus-Christ qui sera martyrisé à Albanopolis, en Arménie, écorché vif par un couteau. C’est le saint patron des relieurs et des tanneurs. Son nom sera choisi en 1991 par le patriarche de l’église orthodoxe de Constantinople, Bartholomé 1 er . Drame : Le massacre de la « Saint-Barthélemy » ordonné par le roi Charles IX fit plus de 3 000 morts parmi les protestants à Paris, dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 août 1572, d’où son nom, et plus de 20 000 morts en France ! Toponyme : L’île française de « Saint-Barthélemy » fait partie des petites Antilles. Sa capitale est Gustavia, et sa petite piste d’aviation, longue de 660 mètres, est entourée de collines face à la mer : atterrissage délicat ! Cette petite île, paradis des milliardaires, est située près de l’île franco-hollandaise de Saint-Martin ; elle a décidé de s’affranchir comme elle de l’administration de la Guadeloupe (971) pour devenir une collectivité territoriale française à part entière, lors du référendum du 7 décembre 2003. Cette île a été découverte le 11 novembre 1493 par le navigateur génois Christophe Colomb (1451-1506) à bord du navire amiral Marie Galante , lors de son second voyage transatlantique ; il l’a nommée d’après le prénom de son frère Bartholomé Colomb (1461-1514). Événement : « Les voiles de Saint-Barth » se déroulent chaque année en avril depuis 2010 au large de cette île. Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1978, un timbre commémorant le centenaire du rattachement à la France de l’île de Saint-Barthélemy. Philatélie 2 : La Principauté de Monaco a émis, en l’an 2000, une série de six timbres représentant les douze apôtres de Jésus-Christ par groupes de deux : saint Pierre et saint Jacques le Majeur, saint Jean et saint André, saint Philippe et « saint Barthélemy », saint Matthieu et saint Thomas, saint Jacques le Mineur et saint Jude, saint Simon et saint Matthias à l’occasion de l’Année Sainte. Fête nationale : Le 24 août est aussi le jour de la fête nationale en Ukraine pour commémorer son indépendance du 24 août 1991.

BARTHOLDI, Frédéric-Auguste (1834-1904), sculpteur français. Musée : Le Musée « Bartholdi » est implanté à Colmar (68), sa ville natale ; il a été nommé ainsi en souvenir de ce sculpteur qui réalisa la statue du Lion de Belfort, haute de 11 mètres, dont une copie est érigée au centre de la place Denfert-Rochereau depuis 1880. Pour mémoire : La ville de Belfort a subi un long siège de 113 jours entre le 25 décembre 1813 et le 12 avril 1814. Par ailleurs, il faut bien évidemment rappeler que Bartholdi réalisa aussi la célèbre statue de la Liberté, haute de 46 mètres pour atteindre une hauteur totale 93 mètres, socle compris. Rappel historique 1 : Auguste Bartholdi a commencé à présenter son projet de Statue de la Liberté en avril 1865 pour le canal de Suez, appuyé par des républicains français. Il a ensuite réalisé, en 1867, une première maquette de 1,20 m de haut, prévue initialement pour l’inauguration du canal de Suez, mais pour des raisons budgétaires Ferdinand de Lesseps a rejeté ce projet. Avec le financement de nombreux sponsors, Bartholdi construit finalement sa statue de la Liberté dans un atelier du 17 e arrondissement de Paris, réalisé enfin avec 300 tonnes de cuivre repoussé, avec des armatures et des escaliers intérieurs réalisées par Eiffel. Il présente ensuite son projet lors de l’indépendance américaine à Philadelphie, le 4 juillet 1876. Mais le bras gigantesque de la statue n’y arrive que deux mois plus tard... La tête de la statue est présentée à Paris lors de l’exposition Universelle de 1878, puis le financement final est acquis en 1879. Rappel historique 2 : En 1884, le socle de la statue de la Liberté est construit selon les plans de l’architecte américain Richard Morris Hunt (1827-1895) sur des fondations de 16 mètres de profondeur. Il est notamment financé par une souscription de 120 000 donateurs du journal World , lancée en 1884 par Joseph Pulitzer, directeur du journal de New York World, dont on donnera son nom aux lauréats des prix Pulitzer décerné aux meilleurs architectes mondiaux dès 1917. Finalement, la statue de la Liberté arrive à New York le 17 juin 1885, puis elle est inaugurée le jeudi 28 octobre 1886 sur l’île Bedloe qui sera rebaptisée Liberty Island en 1956. La couronne de cette statue compte 25 fenêtres et 7 rayons. L’armature de cette statue, réalisée finalement par la société Eiffel, pèse 120 tonnes de fer forgé qui ont été assemblés par 300 000 rivets. Rappel historique 3 : Bartholdi réalise ensuite une statue de la Liberté en bronze au ¼, de 11,5 mètres de hauteur, qui sera finalement réalisée et installée sur un piédestal pour atteindre une hauteur totale de 16 mètres, inauguré le 4 juillet 1889 à 14 heures par le président Carnot, à la pointe aval de l’allée des cygnes, près de l’actuelle Maison de la Radio à Paris. Cette statue a été offerte par le comité des Américains de Paris. La statue de la Liberté de Paris a été prêtée au Japon en 1998, pour reprendre sa place au milieu de la Seine le 2 septembre 1999, lors des fêtes de la Seine. Philatélie : La poste française a émis, en 2012, un timbre à l’effigie de « F-A Bartholdi » à côté de sa statue de la Liberté.

BARTHOLOMEW, John George (1860-1920), éditeur britannique. Éditions : Les éditions « John Bartholomew and son Limited » implantées à Édimbourg sont spécialisées dans les cartes et les atlas. La première publication importante sera l’atlas de l’Écosse publié en 1912, puis ce sera notamment l’atlas « Le Monde Sélection du Reader’s Digest » publié en 1967 et 1980. Cartographie : La projection Nordic de « Bartholomew » donne une représentation optimale de l’Europe au milieu du globe.

BARTHOU, Jean-Louis (25/8/1862-assassiné le 9/10/1934), homme politique français. Lycée : Le lycée « Louis-Barthou » est implanté à Pau (64) ; il a été nommé ainsi en souvenir de ce diplomate qui sera assassiné à Marseille (13) le 9 octobre 1934 par des terroristes croates ; le roi Alexandre 1 er de Yougoslavie (1888-1934) subira également le même sort.

BARTLETT, Robert A. (1875-1946), navigateur polaire américain. Toponyme : « La baie Bartlett » se situe à l’est de l’île d’Ellesmere ; elle a été nommée ainsi en hommage au commandant du navire Théodore Roosevelt qui emmena en 1908-1909, jusqu’à la banquise arctique, l’expédition dirigée par Robert Edwin Peary (1856-1920), au cours de laquelle il a atteint le pôle Nord le mardi 6 avril 1909 avec Matthew Henson et quatre Inuits. Robert Bartlett, quant à lui, a atteint la latitude de 87°46’N. Gastronomie : La poire « Bartlett » a été concoctée par ce navigateur à l’occasion de ses expéditions polaires.

BARTÓK, Béla (1881-1945), compositeur hongrois. Événement : L’opéra Le Château de Barbe-Bleue , de Bartók, a été diffusé en direct, le samedi 14 février 2015, sur les écrans géants d’une dizaine de milliers de salles de cinéma, réparties dans une trentaine de pays à travers le monde, depuis le Metropolitan Opera de New York. Édifice : La Maison de « Béla Bartók », transformée en musée et ouverte au public en 1981, se situe dans la banlieue du nord-ouest de Budapest ; elle a été construite en 1924. Ce grand compositeur hongrois y vécut de 1932 à 1940, avant d’émigrer aux États-Unis. Festival : Le Festival de musique « Bartók » se déroule maintenant chaque année en juillet, dans la ville de Szombathely, à 230 km à l’ouest de Budapest.

BARTON, Bruce Fairchild (1886-1967), publicitaire américain. Autre personnalité : DURSTINE, Roy Sarles (1886-1962), publicitaire américain. Autre personnalité : OSBORN, Alex Faickney (1886-1967), publicitaire américain. Groupe : Le groupe d’audit et de conseil « BDO worldwide » porte les initiales des noms de ces trois publicitaires américains, jeunes diplômés d’Harvard, qui ont fondé leur société BDO le 1 er janvier 1919. Ce 5 e réseau mondial d’audit comprend actuellement plus de 22 000 personnes dans 100 Pays. Voir aussi BBDO à Batten. Le groupe d’audit et d’expertise français « BDO Marque & Gendrot », créé en 2004, fusionnera en 2006 avec le groupe Deloitte pour former le groupe « Deloitte BDO Marque & Gendrot », troisième groupe d’audit en France.

BARTON, Edmund (1849-1920), Premier ministre australien. Toponyme 1 : « Le district de Barton » est l’un des faubourgs de Canberra, la capitale fédérale de l’Australie. Toponyme 2 : « La halte de Barton » est l’un des arrêts du train « Indian Pacific » qui relie Perth à Sydney, lors de sa traversée de la plaine du Nullarbor.

BARTON, Hugh (né au XIX e siècle), viticulteur irlandais. Marque : Les vins de Bordeaux « Château Leoville-Barton » et « Château Langoa-Barton » sont produits par les descendants de ce viticulteur irlandais qui racheta en 1826 le domaine de Leoville. Parmi ceux-ci, on peut citer Anthony Barton et sa fille Lilian Barton-Sartorius, sans oublier Eve Barton.

BASCH, Victor (18/8/1863-assassiné le 10/1/1944), président de la ligue des droits de l’homme. Station de tramway . La station « Victor Basch » se situe à Colombes (92), sur la ligne de Tramway T2 qui relie la Porte de Versailles au Pont de Bezons (95), via la Défense à Puteaux (92) ; elle porte le nom du quatrième président de la ligue des droits de l’homme, professeur et philosophe français, né en Hongrie, qui a été assassiné avec sa femme pendant la Seconde Guerre mondiale.

BASILE (Saint) (mort en 1552), moine russe, dit le Bienheureux. Fête : La date de la fête de « saint Basile le Bienheureux » n’est pas connue. Pourtant, ce moine moscovite fit une terrible prédiction à Ivan IV le Terrible (1530-1584) en lui annonçant qu’il tuerait son propre fils aîné, ce qui se réalisa en 1581 lors d’un excès de fureur d’Ivan le Terrible. Édifice religieux 1 : La superbe cathédrale orthodoxe « Saint-Basile de l’Intercession » de Moscou se situe près de la place Rouge ; elle a été construite entre 1561 et 1580 par les architectes Barma et Postnick, sur ordre d’Ivan IV le Terrible (1530-1584), premier tsar de Russie de 1547 à 1584, en remerciement de sa victoire du 1 er octobre 1552 contre les Tatars. Elle comprend 8 chapelles surmontées de 8 tours à bulbe polychromes de hauteurs différentes, avec une croix dorée à leurs sommets. Elles entourent la chapelle principale dédiée à Basile le Bienheureux, surmontée d’une tour beaucoup plus haute que les autres, avec une flèche ciselée et une croix dorée à son sommet. Cette cathédrale est un joyau de l’architecture mondiale ; elle a été nommée ainsi en souvenir de ce moine moscovite enterré dans la neuvième chapelle centrale. On a fêté en 2011 à Moscou le 450 e anniversaire de cette cathédrale, souvent nommée « Saint-Basile-le-Bienheureux ». Édifice religieux 2 : La basilique « Saint-Basile » se situe à San Remo, en Italie, à 18 km de la frontière franco-italienne, face à la mer Méditerranée. Édifice religieux 3 : Le séminaire « Saint-Basile » de Lille (29) a été fondé par le pape Pie XI (1857-1939) pour quelques jeunes émigrés russes, convertis au catholicisme. Le culte byzantin y était célébré en slavon.

BASILE le Grand (Saint) (329-2/1/379), évêque de Césarée en 370. Fête : On souhaite la fête de « saint Basile le Grand », le 2 janvier , en souvenir de cet évêque de Césarée en Cappadoce, dit Basile le Grand, qui y fondera un hôpital en 368 ; il sera canonisé puis proclamé docteur et père de l’Église ; c’est l’un des pères du monachisme oriental qui rédigea la règle des moines d’orient. Il est invoqué dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Son père, dit Basile l’Ancien, sera aussi canonisé ; par contre, sa fête est souhaitée le 30 mai.

BASS, George (1771-1812), navigateur anglais. Toponyme : « Le détroit de Bass » sépare l’Australie de la Tasmanie ; il a été découvert et parcouru pour la première fois par ce navigateur britannique en 1797, en compagnie du navigateur Matthew Flinders (1814) dont le nom sera donné à la plus grande île située dans ce détroit ; ils avaient fait ensemble le tour de la Tasmanie en 1798, prouvant ainsi son insularité.

BASS, William (mort en 1787), brasseur anglais. Seconde génération : BASS, Michael (né au XVIII e siècle, fils du précédent. Marque : La bière « Bass » a été conçue à Burton par William Bass ; son fils Michael lui succèdera à la direction de cette brasserie.

BASSEDOW, Carl Adolph von (29/3/1799-1854), médecin allemand. Maladie : La maladie de « Bassedow » est une hyperthyroïdie souvent déclenchée par le stress.

BASTIÉ, Maryse (27/2/1898-6/7/1952), aviatrice française. Station de tramway : La station du tramway T3 « Maryse Bastié » se situe sur le boulevard Masséna du 13 e arrondissement de Paris, non loin de la rue qui porte son nom. Lycée : Le lycée « Maryse-Bastié » se situe à Limoges (87), sa ville natale. Philatélie : La Poste française a émis, en 1955, un timbre à l’effigie de « Maryse Bastié », avec l’un de ses avions, car elle a décroché une dizaine de records du monde de distance ou de durée.

BASTILLE, château fort construit à Paris entre 1370 et 1382. Il fut longtemps une prison qui sera prise d’assaut par les émeutes parisiennes du mardi 14 juillet 1789. Elle a été remplacée par la colonne de Juillet. Toponyme : La bastille est une place parisienne située à l’intersection des 4 e , 11 e et 12 e arrondissements de Paris. Manifestations : La « Bastille » est l’un des principaux points de départ et d’arrivée, avec la place de la Nation, lors des grands rassemblements syndicaux. Édifice : « L’Opéra Bastille », édifié par l’architecte Carlos Ott durant 5 ans, a été inauguré le 13 juillet 1989 par le président de la République François Mitterrand. Pour mémoire : Le dernier gouverneur de la Bastille était le marquis Bernard de Launay (1740-1789) ; il fut massacré le 14 juillet 1789.

BATA, Thomas (3/4/1976-12/6/1932), industriel de la chaussure tchécoslovaque. Seconde génération : BATA, Thomas John (né le 17 septembre 1914), fils du précédent. Troisième génération : BATA, Thomas G. (né au XX e siècle), fils du précédent… Société : La société des chaussures « Bata Shoe Company » a été fondée, le 24 août 1894, à Zlin en Tchécoslovaquie par Thomas Bata, avec le concours initial de son frère Antonin et de sa sœur Anna. Thomas Bata dirigera seul l’entreprise à partir de 1895. Elle fabriquera 2 millions de paires de chaussures, dès 1917, avec déjà 5 000 salariés ! Thomas Bata mourra le 12 juin 1932 d’un accident d’avion. Son fils Thomas John Bata installera le siège de l’entreprise à Toronto au Canada en 1960. Depuis, cette entreprise s’est considérablement développée avec la fabrication de 100 000 paires de chaussures par semaine, avec plus de 70 000 salariés dans 73 pays, pour devenir le numéro 2 mondial avec plus de 4 600 magasins. Rien qu’en France, on a compté plus de 200 magasins Bata répartis en quatre catégories de magasins selon leur superficie : « Bata Family », de 110 à 200 m 2 , « Athletic World » de 150 à 300 m 2 , « Bata Superstore » de 200 à 300 m 2 , et « Bata Factory », de 500 à 800 m 2 . On peut même choisir ses chaussures « Bata » sur Internet. Le nombre de magasins Bata a tout de même quelque peu diminué en France à partir de 2005. La société Bata France, avec ses 136 magasins et ses 800 salariés, a été mise en cessation de paiement, le 19 novembre 2014, en attendant un repreneur.

BATAILLE, Christian (né le 13 mai 1946), député français. Loi : La loi « Bataille » du 30 décembre 1991 précise la gestion et le stockage des déchets radioactifs ; elle porte le nom de son rapporteur, député du Nord.

BATES CLARK, John (26/1/1847-21/3/1938), économiste américain. Événement : La médaille « John Bates Clark » est décernée à un jeune économiste américain de mois de 40 ans par l’Américan Economic Association ; elle remise tous les deux ans depuis 1947 (années impaires), et tous les ans depuis 2010.

BATES, Ted (1901-1972), publicitaire américain. Groupe : Le groupe publicitaire « Bates Worldwide » a été fondé, en 1940 à New York, par cet Américain. Il comprend près de 10.000 personnes. Homonyme : Les naturalistes Anglais « Henry Bates » (1825-1892) et « Alfred Russell Wallace » (1823-1913) explorèrent en 1854 l’Amazonie pour effectuer l’inventaire de nouvelles espèces d’insectes dont près d’un millier de papillons dessinés en couleur.

BATHILDE (Sainte) (626-30/1/680), reine mérovingienne. Fête : On souhaite la fête de « sainte Bathilde », le 30 janvier, en souvenir du jour de la mort de l’épouse du roi mérovingien Clovis II (635-657) ; elle se retirera au monastère de Chelles (77), à la mort de son mari, avant de fonder d’autres monastères. Édifice religieux : Le prieuré « Sainte Bathilde » de la Congrégation des bénédictines de Vanves (92) a été fondé, en 1921, par Mère Bénédicte Waddington-Delmas.

BATHURST, Henry de (22/5/1762-1834), homme d’État britannique. Toponyme 1 : « Le cap Bathurst » se situe face à l’océan glacial Arctique par 70°31’N et 128°W ; c’est le cap le plus septentrional du Territoire du Nord-Ouest au Canada. Ce cap a été doublé en 1853 par le navigateur polaire Robert John McClure (1807-1873), puis en 1905 par Roald Amundsen avec le Gjoa , lors de sa traversée du passage du Nord-Ouest. Toponyme 2 : « L’île Bathurst » se situe entre l’île Melville et l’île Cornwallis ; elle fait partie du Nunavut, territoire autonome du Canada depuis le 1 er avril 1999. Cette île a été découverte en 1819 par William Edward Parry (1790-1855), à la tête de ses navires Hecla et Griper ; il lui a donné le nom de l’un de ses commanditaires, secrétaire d’État britannique aux Colonies. Toponyme 3 : « L’île Bathurst » se situe au nord de l’Australie, à l’ouest de l’île Melville. Elle a été nommée ainsi par Robert Fitzroy, commandant du Beagle, pour les mêmes raisons. On retrouve en effet la ville de Darwin sur la côte australienne toute proche, car Darwin faisait partie ce tour du monde réalisé de 1831 à 1836 à bord du Beagle …

BATISTA, Sobrinho José (né au XX e siècle), entrepreneur argentin. Seconde génération : BATISTA, Friboi Junior (né au XX e siècle) ; BATISTA, Wesley (né en 1970), frère du précédent ; BATISTA, Joesley (né au XX e siècle), frère des deux précédents ; BATISTA, Valere et Vanessa (nées au XX e siècle), les deux sœurs des trois précédents. Troisième génération : BATISTA, Wesley Junior (né en 1991), fils de Wesley. Groupe : Le groupe « JBS » (José Batista Sobrinho) est un groupe brésilien spécialisé dans l’abattage des bovins, des moutons, des porcs et des poulets ; il porte les initiales du fondateur de ce groupe qui, en 1953, ouvrait sa première boucherie familiale à Anápolis, près de la future capitale du Brésil, Brasilia, inaugurée le 21 avril 1960. Le groupe JBS va rapidement se développer sous la présidence successive de chacun de trois fils de José Batista. Le PDG actuel est Wesley Batista. Déjà, l’abattoir JBS de Campo Grande, au Brésil, le plus important d’Amérique latine, permet de tuer 2 000 bêtes par jour et d’exporter de la viande vers une trentaine de pays ! Les 140 abattoirs du groupe JBS dans le monde, dont 40 aux États-Unis, ont une capacité journalière d’abattage de 25 000 moutons, 70 000 porcs, 85 000 bovins, et 12 millions de poulets ! Le groupe « JBS » emploie 165 000 personnes, avec un chiffre d’affaires de 31 milliards d’euros !

BATTISTA AGNESE, Giovanni (né au XVI e siècle), cartographe vénitien. Carte : La mappemonde de « Battista », dessinée en 1543, représente le périple de Magellan autour du monde d’après son journal de bord, apportant ainsi la confirmation de la sphéricité de la Terre ; elle a été dressée pour le roi Charles V d’Espagne. Homophone : Fulgencio Batista (1901-1973) a été président de la République de Cuba de 1940 à 1944 et de 1952 à 1959 avant d’être renversé par Fidel Castro (né en 1926).

BATTEN, George (1864-1918), publicitaire américain. Autre personnalité : BARTON, Bruce Fairchild (1886-1967), publicitaire américain. Autre personnalité : DURSTINE, Roy Sarles (1886-1962), publicitaire américain. Autre personnalité : OSBORN, Alex Faickney (1886-1967), publicitaire américain. Groupe : Le groupe publicitaire « BBDO Worldwide » porte les initiales des noms des quatre publicitaires américains dont on a regroupé les activités internationales en septembre 1928. Il compte actuellement plus de 18 000 personnes à travers le monde. Georges Batten avait fondé sa société « George Batten Cos » le 15 mars 1891 ; les trois autres, Berton, Durstine et Osborne, jeunes diplômés d’Harvard, avaient fondé leur société BDO le 1 er janvier 1919.

BAUDELAIRE, Charles (9/4/1821-1867), poète français. Lycée : Des lycées « Baudelaire » sont implantés à Roubaix (59), Évry (91), Fosses (95), Cran-Gevrier (74)… ; ils ont été nommés ainsi en hommage au poète romantique fort connu pour son recueil en vers, les Fleurs du mal, dont certains ont été publiés le 1 er juin 1855 dans la Revue des deux mondes, avant la publication d’autres poèmes en juin 1857 par l’un de ses amis, l’imprimeur alençonnais Auguste Poulet-Malassis. Cet événement attira alors les foudres du Second Empire et fit l’objet d’un procès retentissant. Station de tramway . La station « Baudelaire » se situe à Saint-Denis (93), sur la ligne de Tramway T5 sur pneus, inaugurée le 29 juillet 2013, qui relie le Marché Saint-Denis à la gare de Garges-Sarcelles, via Pierrefitte. C’est un tramway sur pneus adapté aux contraintes du parcours urbain. Anecdote 1 dramatique : « Baudelaire » a tenté de se suicider le 30 juin 1945 avec un coup de couteau à la poitrine dans un cabaret à Paris, en présence de sa maitresse Jeanne Duval, car il était très endetté. Anecdote 2 sympathique : Un exemplaire original des Fleurs du mal a été vendu 600 000 € le 28 juin 2007, soit cent cinquante ans après sa publication à Alençon (61) ! Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1951, un timbre à l’effigie de « Charles Baudelaire ». Philatélie 2 : La Principauté de Monaco a émis, en 1971, un timbre à l’effigie de « Baudelaire » pour commémorer le 150 e anniversaire de sa naissance. Livre : Le livre « Charles Baudelaire » fait partie des grandes biographies du Point. Citation : « J’ai pétri de la boue, et j’en ai fait de l’or ».

BAUDIN, Nicolas (19/2/1754-16/9/1803), navigateur et naturaliste français. Toponyme : Curieusement, il n’y a pas de toponyme connu en hommage à ce grand navigateur français qui effectua en effet de nombreuses navigations maritimes et réalisa depuis la France, à la demande de Napoléon 1 er , un voyage d’exploration scientifique autour de l’Australie avec ses navires Géographe et Naturaliste , au cours duquel il baptisera de nombreux caps, îles, baies autour de l’Australie en souvenir de ses navires, de ses officiers ou de ses scientifiques. Chronologie : Départ du Havre (76) le 19 octobre 1800 ; arrivée en Australie près du cap Leeuwin le 25 mai 1801, baie du Géographe du 30 mai au 9 juin 1801, baie des Requins (Shark Bay) le 19 juillet 1801, Timor du 21 août au 13 décembre 1801, Tasmanie du 13 janvier au 17 février 1802, Sydney du 25 avril au 14 novembre 1802, Albany du 13 février au 1 er mars 1803, baie des Requins de nouveau du 16 au 23 mars 1803, Timor du 6 mai au 3 juin 1803, puis retour vers la France . Baudin, gravement malade, mourra à l’île de France le vendredi 16 septembre 1803. De nombreux scientifiques mourront également de dysenterie pendant ce voyage, parmi lesquels, le jardinier Anselme Riedlé le mercredi 21 octobre 1801, le jardinier Antoine Sautier le dimanche 15 novembre 1801, le zoologiste Stanislas Le vilain le mardi 29 décembre 1801 et le naturaliste René Maugé le dimanche 21 février 1802. Le navigateur français Pierre Milius (1773-1829) ramènera Le Géographe en France en 1804. Philatélie : La Poste française a émis, en 2002, un timbre représentant le Géographe , avec en médaillon le portrait de « Nicolas Baudin » pour commémorer le bicentenaire de sa rencontre le jeudi 8 avril 1802 avec le navigateur anglais Matthew Flinders (1774-1814) à bord de l’ Investigator près des côtes australiennes. Homonyme 1 : L’aspirant de 2 e classe « Charles Baudin » (1784-1854) participera, de 1801 à 1803, à un tour du monde maritime à bord du Géographe commandé par son homonyme « Nicolas Baudin » ; il perdra son bras droit le 15 mars 1808 en combattant les Anglais dans la mer des Indes, et gravira tous les échelons d’une superbe carrière maritime. Onze jours avant sa mort, il sera même élevé à la dignité d’amiral par Napoléon III (1808-1873), empereur des Français de 1852 à 1870. On donnera son nom au cuirassé d’escadre français Amiral-Baudin , long de 100 mètres sur 21 mètres de large, jaugeant 12 000 tonneaux, lancé en 1885. Homonyme 2 : Le contre-amiral « François-André Baudin » (1774-1842) commandera les navires L’Aventure et Le Suffren. Homonyme 3 : Le député et médecin « Jean-Baptiste Baudin » (1811-1851) sera tué sur une barricade en 1851, et ses cendres seront transférées au Panthéon en 1889, près de 40 ans plus tard. Y aurait-il un lien de parenté entre ces trois Baudin ?

BAUDOUIN (Saint) (assassiné le 17 octobre 679), archidiacre de Laon. Fête : On souhaite la fête de « saint Baudouin », le 17 octobre , en souvenir de ce Picard, archidiacre de Laon (02), qui sera assassiné sur l’ordre d’Ebroïn, le terrible maire du palais de Neustrie sous Thierry III (mort en 691). Journée 1 : Le 17 octobre est la journée mondiale pour l’élimination de la pauvreté. Journée 2 : Le 17 octobre 2014 est la journée mondiale du don d’organe, pour permettre notamment des greffes de rein et de foie.

BAUDOUIN 1 er (7/9/1930-31/7/1993), roi des Belges. Stade : Le stade du « Heysel » de Bruxelles a été rebaptisé en 1995, stade du « Roi Baudouin » en hommage à Baudouin 1 er , roi des Belges de 1951 à 1993 ; son épouse était la reine Fabiola (1928-2014), sans postérité. Ce stade est tristement célèbre par l’émeute du 29 mai 1985 qui y avait fait 39 morts et plus de 600 blessés, étouffés ou piétinés, lors de la finale de la Coupe d’Europe des clubs champions en football, opposant le Liverpool F.C. à la Juventus de Turin. Les hooligans britanniques avaient attaqué des supporters italiens. Ce stade se situe près du Parc des expositions, et près de l’Atomium créé par l’architecte André Waterkeyn, et inauguré le 17 avril 1958 par le roi Baudouin 1 er à l’occasion de l’Exposition universelle de Bruxelles. Cette structure géante très surréaliste, d’un poids de 2 500 tonnes, culmine à 102 mètres au-dessus du sol ; elle représente une molécule de fer grossie 165 milliards de fois, avec ses 9 sphères géantes de 18 mètres de diamètre, 1 000 m 2 de surface et pesant initialement 200 tonnes, reliées entre elles par 22 tubes de 3 mètres de diamètre et de 23 mètres de longueur. Ce monument a été remis à neuf, d’avril 2004 à janvier 2006, pour un coût total de 26 millions d’euros, avec la nécessité de fixer en plein ciel 970 plaques d’acier inoxydable sur 9 000 m 2 . Cette structure unique au monde a une capacité d’accueil de 1 000 personnes, ce qui représente une moyenne annuelle de 700 000 visiteurs. Elle est de nouveau ouverte au public depuis le samedi 18 février 2006. Base polaire : La base scientifique du « Roi-Baudouin » a été installée en 1957 sur la Terre de la Reine Maud en Antarctique par Gaston de Gerlache, le fils d’Adrien ; elle cessera de fonctionner dix ans plus tard. Une nouvelle base polaire belge sera installée dans cette même région, face aux montagnes Rondane, à l’occasion de l’année polaire internationale 2007-2008 qui commence effectivement le 1 er mars 2007. Voir Princesse Elisabeth.

BAUER, Louis (1850-1941), fondateur d’un groupe de presse allemand. Groupe : Le groupe de presse allemand « Heinrich Bauer Verlag » a été fondé le 2 février 1874 ; il porte le nom de l’un des descendants du fondateur. Il publie actuellement une centaine de magazines grand public et diffuse une vingtaine de chaînes de télévision en Europe, au Mexique et aux États-Unis.

BAULIEU, Étienne-Émile (né le 12 décembre 1926), médecin et endocrinologue français. Centre de recherche : L’Institut « Baulieu » a été fondé par ce médecin, en juin 2008, pour la recherche scientifique et médicale relative au vieillissement et à la longévité, notamment lors de la maladie d’Alzheimer. Il conseille notamment de prendre de l’hormone naturelle DHEA dès l’âge de 70 ans pour prévenir le vieillissement, notamment au niveau du foie et du cerveau. L’Institut « Beaulieu » se situe au 34 avenue Bosquet, 75007 à Paris. DHEA signifie : déhydroépiandrostérone.

BAUMANN (né au XIX e siècle), marin norvégien. Toponyme : « Le détroit de Baumann » se situe dans l’île d’Ellesmere qui fait partie du Nunavut. Ce détroit a été nommé ainsi par le navigateur norvégien Otto Sverdrup (1854-1920) qui effectua quatre hivernages dans cette région, de 1898 à 1902 avec le Fram , qui signifie « en avant » ! Il baptisa ce détroit en l’honneur de l’un de ses matelots. Homonyme : L’explorateur polaire suisse « Georges Baumann » (né en 1967) devait tenter, en 2006, la traversée de l’océan Arctique à ski, du cap Arktichevsky situé en Zemble du Nord, jusqu’à l’île de Ward Hunt au Canada, via le pôle Nord, en tractant un traîneau avec un chargement de 180 kg, dont 90 kg de nourriture, 50 litres d’essence pour son réchaud, un GPS, une tente, une caméra… Hélas, il a dû annuler son projet, le 21 mars 2006, à cause d’un climat trop doux.

BAUME, Louis-Victor, (né au XIX e siècle), maître horloger suisse ; BAUME, Joseph-Célestin (né au XIX e siècle), frère du précédent… Troisième génération : BAUME, William (1885-1956), petit-fils de Louis-Victor. Autre personnalité : MERCIER, Paul (né au XX e siècle), associé du précédent. Marque : Les montres « Baume & Mercier » ont été fondées à Genève, le 26 novembre 1918, par William Baume et Paul Mercier, d’où le nom de cette marque ; cependant, la maison Baume existait déjà en 1830. En effet, cette maison avait été créée par les frères Louis-Victor et Pierre-Joseph Baume. Cette maison fait maintenant partie de la holding Richemont, numéro 2 mondial du luxe derrière LVMH. La montre Clifton Calendrier Complet est vendue 4 200 € !

BAVON (Saint) (589-650), ermite à Gand. Fête : On souhaite la fête de « saint Bavon », le 1 er octobre, en souvenir de ce puissant seigneur qui deviendra ermite après la mort de son épouse, puis un disciple et un collaborateur de saint Amand en Flandre. Il intégrera l’abbaye fondée par saint Amand à Gand, au confluent de la Lys et de l’Escaut. Édifice religieux : La cathédrale « Saint-Bavon » de Gand, en Belgique, a été consacrée en 1561 ; le roi Charles Quint (1500-1558), né dans cette ville, a participé à son financement ; on peut y admirer l’exceptionnel retable de l’Agneau mystique exécuté par les peintres flamands Hubert Van Eyck (1367-1426) et Jan Van Eyck (1390-1441). Hubert commencera ce travail minutieux en 1425, et son jeune frère le terminera sept ans plus tard, en 1432. Anecdote : « Saint Bavon » est parfois nommé « saint Allowin » ; mais cela n’a bien entendu rien à voir avec « Halloween » qui concerne la fête traditionnelle américaine et maintenant mondiale célébrée dans la nuit du 31 octobre au 1 er novembre au cours de laquelle les enfants se déguisent en sorciers ou sorcières pour demander des bonbons chez les commerçants ou chez les particuliers. Philatélie : La Poste française a émis, en 2012, un timbre représentant la fête « d’Allowin ».

BAYARD, Pierre Terrail de (1476-1524), chevalier français. Groupe : Le groupe « Bayard Presse » implanté rue Bayard dans le 8 e arrondissement de Paris, regroupe de nombreux journaux et magazines parmi lesquels La Croix, Pomme d’Api, Okapi, Pèlerin Magazine, Eurêka, Notre Temps, Terre Sauvage… ; il a été nommé ainsi en souvenir de ce chevalier français, sans peur et sans reproche, qui adouba le roi de France François 1 er le 14 septembre 1515, à la fin de la bataille de Marignan. Édifice : Le château de « Bayard » est implanté à Pont-Cherra (38). Numismatique : La Banque de France, créée le 18 janvier 1800 par le Premier consul Napoléon Bonaparte, a émis à partir de 1916 des billets de 20 (anciens) francs à l’effigie de « Bayard ». Elle détient le monopole de l’émission des billets depuis le samedi 18 janvier 1800. Philatélie : La Poste française a émis, en 1943, un premier timbre à l’effigie de « Bayard », et en 1969, un second timbre le représentant lors de la terrible bataille de Brescia. Musée : Le Musée « Bayard », consacré à la Résistance, a été inauguré en 1946 à Joigny (89).

BAYER, Friedrich (1825-1880), industriel allemand. Groupe : Le groupe chimiste allemand « Bayer » a été fondé, en 1863, par Friedrich Bayer, d’où son nom, avec le concours de Johann Friedrich Weskott (1821-1876). C’est devenu l’un des plus grands groupes mondiaux en ce domaine ; il produit et commercialise aussi de nombreux médicaments, dont l’héroïne synthétisée par Bayer en 1898 et produite jusqu’en 1913, et l’aspirine inventé par Bayer qui a déposé son brevet le 1 er ou le 6 février 1899 selon les sources. Ce dernier médicament, à base d’acide acétylsalicylique, est le plus produit dans le monde, avec 40 000 tonnes d’aspirine par an, dont 2 000 tonnes en France.

BAYER, Johann (1572-7/3/1625), astronome allemand. Astronomie : La désignation de « Bayer » correspond au classement des étoiles situées dans les 88 constellations, par luminosité décroissante d’après l’alphabet grec. Cette désignation porte le nom de cet astronome qui a publié en 1603 le premier atlas astronomique, baptisé « Uranometria ».

BAYONNE, ville des Pyrénées atlantiques (64). Objet : La « baïonnette », fixée sur une fusée, aurait été inventée à Bayonne en 1647, d’où son nom. Pour mémoire : Le trajet Paris Bayonne en TGV se fera en 3h53 au lieu de 5h04, dès le samedi 2 juillet 2017.

BAZILLE, Frédéric (6/12/1841-28/11/1870), peintre français, tué à l’âge de 29 ans. Exposition : Le musé d’Orsay a présenté, du mardi 15 novembre 2016 au dimanche 5 mars 2017, une magnifique exposition impressionniste consacrée à ce jeune peintre qui a été tué trop jeune pendant la guerre franco-prussienne de 1870. Tableau : Le tableau La réunion de Famille a été peint par Bazille à l’âge de 23 ans ! Philatélie : La Poste française a émis, en 2016-2017, un timbre en souvenir de ce jeune peintre Frédéric Bazille à l’occasion de l’exposition qui lui est consacrée au Musée d’Orsay.

BAZIN, François (1816-1878), compositeur français. Lycée : Le lycée « François-Bazin » de Charleville-Mézières (08) a été nommé ainsi en souvenir de ce compositeur qui sera premier Grand Prix de Rome en 1840. Cette ville organise régulièrement un festival de marionnettes. Homonyme 1 : Le romancier français « René Bazin » (1853-1932) a été élu, en 1903, à l’Académie française, fondée par le cardinal de Richelieu le jeudi 22 février 1635. Homonyme 2 : Le romancier français « Hervé Bazin » (1911-1996), petit-neveu du précédent, a notamment écrit en 1948 le célèbre roman Vipère au poing . Homonyme 3 : L’explorateur français « Georges Bazin » (1854-1877), membre de la Société de Géographie qui perdit la vie en explorant les côtes africaines à l’âge de 23 ans.

BB : Initiales de B rigitte B ardot et de l’ex-chef étoilé B enoît B ordier.

BDDP : Voir BOULET.

Beagle , navire commandé par le navigateur Robert Fitzroy (1805-1865) qui fit un tour du monde avec le naturaliste Charles Robert Darwin (1809-1882). Toponyme : La baie du « Beagle » se situe au nord-ouest de la terre de Dampier, face à la ville de Darwin en Australie.

BEARDMORE, William (1856-1936), sponsor de Shackleton en 1908. Toponyme 1 : « Le glacier de Beardmore » se situe en Antarctique, il a été franchi en 1908 par l’explorateur britannique Sir Ernest Shackleton (1874-1922) et ses trois équipiers, Jameson Adams, Eric Marshall et Franck Wild depuis leur navire Nimrod, lors de leur expédition en Antarctique au cours de laquelle ils durent faire demi-tour à seulement 156 km du pôle Sud. Toponyme 2 : La base polaire américaine « Beardmore » a été installée en janvier 1985 ; elle se situe par 84°03’S et 164°16’E, mais ne fonctionne que pendant l’été austral, compte tenu de son isolement au cœur de l’Antarctique.

BEARS, Joseph Ainslee (né au XIX e siècle), banquier américain. Autre personnalité : STEARNS, Robert B. (né au XIX e siècle), banquier américain. Société : La banque d’investissement américaine « Bears, Stearns & Co » a été fondée, en 1923, à New York par ces deux banquiers, d’où son nom, avec le concours d’Harold C. Mayer. Elle deviendra l’une des cinq premières banques d’investissement américaines, puis sera durement secouée en mars 2008 lors de son rachat par JP Morgan, pour 10 dollars l’action.

BÉATRICE d’Ornacieu (Sainte) (1260-25/11/1303), fondatrice de monastère. Fête : On souhaite la fête de « sainte Béatrice », le 13 février , en souvenir de cette sainte qui fondera vers 1290 le monastère d’Eymeux dans la Drôme (26), et y mourra de dénuement.

BEATRIX (née le 31 janvier 1938), reine des Pays-Bas du 30 avril 1980 jusqu’au renoncement à sa charge le 30 avril 2013, en faveur de son fils Willem-Alexander, pour faire comme sa mère Juliana. Aéroport : L’aéroport « Reine Beatrix » de l’île d’Aruba se situe dans les petites Antilles néerlandaises, près du Venezuela.

BEAUCHESNE, Jacques Gouin de (1652-1730), navigateur français. Toponyme : « l’île Beauchesne » ou « Beauchêne » se situe à quelques dizaines de km au sud des îles Falkland ; elle a été découverte le 19 janvier 1701 par Jacques Gouin de Beauchesne. Il avait quitté le port de La Rochelle (17) le 17 décembre 1698 avec ses navires Phélyppeaux et Maurepas , mandaté par le roi Louis XIV (1638-1715), pour effectuer un grand voyage maritime de découverte des côtes de l’Amérique du Sud, via le détroit de Magellan à l’aller, et le cap Horn, sans le voir, au retour. Il reviendra à La Rochelle le 8 août 1701. Homonyme : Le véliplanchiste « Frédéric Beauchêne » a traversé l’océan Atlantique Nord en planche à voile en 1985 avec son coéquipier Thierry Caroni, puis il a atteint le cap Horn en solitaire quelques années plus tard.

BEAUFORT, Sir Francis de (7/5/1774-3/12/1857), amiral britannique. Toponyme 1 : « La mer de Beaufort » se situe dans l’océan Arctique, au nord de l’Alaska, site du plus grand champ pétrolier des États-Unis avec ses 5 000 puits, découvert en 1968 à Prudhoe Bay, via la Dalton Highway depuis Fairbanks, dont le pétrole est acheminé depuis 1970, via 1 400 km d’oléoduc, jusqu’aux raffineries du port de Valdez. Toponyme 2 : « L’île de Beaufort » se situe dans la mer de Ross à 15 km au nord de l’île de Ross en Antarctique. Toponyme 3 : « L’île de Beaufort » se situe au sud de l’île de Hongkong… Nota : Cet amiral créa en 1805 la fameuse échelle anémométrique qui porte son nom. Bien connue des marins, elle sera adoptée par l’Amirauté britannique en 1838, par le comité météorologique international en 1874, et adoptée mondialement à partir de la Seconde Guerre mondiale. Échelle de mesure : L’échelle anémométrique Universelle de « Beaufort » a été conçue en 1805 par cet officier britannique qui sera aussi hydrographe de la Navy, puis vice-amiral : elle sera adoptée par l’Amirauté britannique en 1838, puis par le Comité International météorologique en 1874, avec quelques réajustements ultérieurs. Cette échelle, dite « Force Beaufort », va de 0 à 12 ; elle indique la vitesse du vent en nœuds et ses effets sur terre et en mer, jusqu’aux dépressions tropicales. Pour obtenir la correspondance en km/h, il vous suffit de multiplier la vitesse en nœuds par 1,852. Force 0 : vent inférieur à 1 nœud. Force 1 : vent de 1 à 3 nœuds. Force 2 : vent de 4 à 6 nœuds. Force 3 : vent de 7 à 10 nœuds. Force 4 : vent de 11 à 16 nœuds. Force 5 : vent de 17 à 21 nœuds. Force 6 : vent de 22 à 27 nœuds. Force 7 : vent de 28 à 33 nœuds. Force 8 : vent de 34 à 40 nœuds. Force 9 : vent de 41 à 47 nœuds. Force 10 : vent de 48 à 55 nœuds. Force 11 : vent de 56 à 63 nœuds. Force 12 : vent égal ou supérieur à 64 nœuds. Nota : Une échelle complémentaire, l’échelle de Saffir-Simpson, formulée en 1969, concerne plus spécialement les cyclones et les typhons qui sont en effet répartis en 5 classes selon la vitesse maximale des vents : Classe 1 : Vents de 118 à 153 km/h. Classe 2 : Vents de 154 à 177 km/h. Classe 3 : Vents de 178 à 209 km/h. Classe 4 : Vents de 210 à 249 km/h. Classe 5 : Vents de 250 km/h et plus. Des drones, ces avions très légers sans pilote, sont téléguidés par GPS ; ils permettent maintenant de faire des mesures précises de pression et de vitesse des vents au cœur des cyclones, sans risque de pertes humaines. Le cyclone Katrina , par exemple, était un cyclone de classe 4 ; on se souvient encore des graves inondations qu’il a provoquées le 29 août 2005 dans la ville de la Nouvelle-Orléans en Louisiane, faisant 1836 morts des suites de son passage. Autre exemple, le cyclone Dean qui a sévi de la Martinique au Mexique en août 2007 était de force 5 ! Le typhon Haiyan a fait plus de 6 000 victimes aux Philippines en 2013. Par contre, le cyclone Bejiza qui frappa l’île de La Réunion, le jeudi 2 janvier 2014 vers 17 heures, ne fit qu’un seul mort, car les habitants avaient obligation de rester chez eux, tandis que le cyclone Pan du 13 mars 2015 a fait 11 victimes avec des dégâts considérables aux habitations. Le cyclone Debbie, de force 5, a touché l’état du Queensland, dans le nord-ouest de l’Australie, près Townsville, le mardi 28 mars 2017, avec des vents de 260 km/h, avec beaucoup de casse mais pas de mort. Voir Saffir-Simpson. Fromage : Le nom du fromage de « Beaufort », quant à lui, vient simplement du village de Beaufort, situé en Savoie près d’Albertville (73). De la famille des gruyères, mais sans trous, ce fromage d’appellation contrôlée est fabriqué à base de lait cru et entier de vaches Tarine et Abondance dans les régions de Maurienne, de la Tarentaise et du Beaufortin, avec plus de 6 mois d’affinage en caves d’une température constante de 10°. Homonyme : Le très populaire « duc François de Beaufort » (1616-1669), petit-fils d’Henry IV (1553-1610), participa à la Fronde des princes, de 1651 à 1652, aux côtés de Condé (1621-1686) contre les troupes royales de Louis XIV (1638-1715).

BEAUHARNAIS, Eugène de (1781-1824), vice-roi d’Italie. Édifice : « L’hôtel de Beauharnais » a été construit en 1713 à Paris par l’architecte Germain Boffrand pour le compte du marquis Jean-Baptiste Colbert de Torcy (1665-1746), un diplomate français, neveu de Colbert, qui conclut à cette époque les Traités d’Utrecht, de 1713 à 1715, et celui de Rastatt en 1714. Eugène de Beauharnais rachètera cet hôtel, d’où son nom, puis il sera acquis en 1818 par le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume III (1770-1840), et deviendra la résidence officielle de l’ambassadeur d’Allemagne en France à partir de 1961. Pour mémoire : Eugène de Beauharnais était le fils du général Alexandre de Beauharnais (1760-1794), mort sur l’échafaud en 1794, et de sa mère, Joséphine de Beauharnais, née Tascher de La Pagerie (1763-1814), qui épousera Napoléon Bonaparte le 9 mars 1796, sera couronnée impératrice le dimanche 2 décembre 1804 à Notre-Dame de Paris, puis répudiée par Napoléon I er en 1809. Eugène de Beauharnais aura deux sœurs : « Hortense de Beauharnais » (1783-1837) sera reine de Hollande, de 1806 à 1810, par son mariage avec Louis Bonaparte (1778-1846), et « Stéphanie de Beauharnais » (1789-1860) sera l’arrière-grand-mère du prince Louis II de Monaco (1870-1949). Joséphine de Beauharnais, quant à elle, enverra des botanistes à travers le monde, notamment de 1800 à 1804, avec le navigateur Nicolas Baudin (1754-1803) à bord de ses navires Le Naturaliste et Le Géographe, pour enrichir la collection de sa roseraie implantée à Rueil-Malmaison (92).

BEAUJEU, Anne de (née au XV e siècle), fille du roi de France Louis XI. Musée : Le Musée d’art « Anne-de-Beaujeu » est implanté dans le pavillon éponyme à Moulins (03).

BEAUJON, Nicolas (1718-1789), mécène français. Hôpital : L’hôpital « Beaujon » de Clichy (92) a été inauguré le 15 février 1935 ; il a remplacé le premier hôpital éponyme qui avait été fondé, en 1784, dans le 8 e arrondissement de Paris grâce au financement apporté par ce mécène.

BEAULIEU, Marcel (1908-1985), ingénieur en mécanique français. Entreprise : La société « Beaulieu » a été fondée, en 1951, par cet ancien ingénieur chez Pathé et chez Gaumont ; elle a longtemps été spécialisée dans la fabrication des caméras légères, pour professionnels et amateurs, dans les formats films 8 mm, 9,5 mm, 16 mm et super 8 pour un marché mondial, grâce à ses 250 employés. Avec l’arrivée du numérique, cette société a été rebaptisée « Beaulieu-image » pour assurer le transfert des films sur DVD et autres supports numériques.

BEAUMONT, L.A. (né au XIX e siècle), explorateur polaire anglais. Toponyme : « L’île Beaumont » se situe au nord du Groenland ; elle a été ainsi nommée en souvenir de ce lieutenant et explorateur polaire anglais qui faisait partie de l’expédition du Discovery dirigée en 1875 par Georges Nares (1831-1935). Homonyme : Le pilote d’avion « André Beaumont » remporta la course aérienne Paris-Rome par étapes, du 28 au 31 mars 1911, en 28 heures et 5 minutes, suivi par le pilote Roland Garros.

BEAUTEMPS-BEAUPRÉ, Charles (6/8/1766-16/3/1854), hydrographe français. Toponyme : « L’îlot Beautemps-Beaupré » se situe à l’est de la Nouvelle-Calédonie (988) ; il a été nommé ainsi en hommage à l’hydrographe du navigateur français Joseph d’Entrecasteaux (1737-1793) qui découvrit cette île inhabitée en 1793, lors de son tour du monde inachevé, réalisé entre 1791 et 1793, avec ses navires La Recherche et L’Espérance , à la recherche justement du navigateur français Jean-François de La Pérouse (1741-1788) et de ses navires L’Astrolabe et La Boussole dont était sans nouvelle depuis 1788. Entrecasteaux perdra la vie pendant ce grand voyage. Cet îlot a été nommé ainsi en hommage au père de l’hydrographie qui dirigea la rédaction des côtes française entre 1815 et 1838 ; il fait partie de la réserve marine qui englobe aussi Ouvéa ; d’une superficie de 1 067 km 2 , ils sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008, ainsi que cinq autres sites néo-calédoniens, dont les récifs d’Entrecasteaux. Statue : Le buste de « Beautemps-Beaupré » trône dans le hall d’entrée du phare de Biarritz.

BEAUVAL, Zoo français situé dans la Somme (80), près du village éponyme. Zoo : Le Zoo de « Beauval » a été créé en 1980 ; il devait initialement préserver des espèces menacées. Il compte actuellement plus de 600 espèces, et 500 salariés pour le bienêtre des animaux et l’entretien du parc.

BEAUVAU, Charles Juste de (10/9/1720-21/5/1793), maréchal de France. Ministère : « La Place Beauvau » correspond aux bureaux du Ministère de l’Intérieur à Paris, car ils se situent dans le 8 e arrondissement, face au Palais de l’Élysée et de la place Beauvau, nommée ainsi en souvenir de ce maréchal de France, gouverneur du Languedoc en 1763 qui sera élu à l’Académie française le 7 février 1771, puis nommé ministre de la Guerre en 1789.

BEAUVOIR, Simone de (9/1/1908-14/4/1986), écrivaine française. Événement : Le prix littéraire « Simone de Beauvoir » a été créé, en 2008, pour commémorer le centenaire de la naissance de cette femme de lettres. Passerelle : La passerelle « Simone-de-Beauvoir » permet aux piétons et aux cyclistes de traverser la Seine à Paris, entre le Parc de Bercy et le parvis de la Bibliothèque nationale de France du site François Mitterrand. Pesant 650 tonnes, et longue de 304 mètres, dont 190 mètres de portée au-dessus de la Seine, elle a été conçue et construite de 2004 à 2006 par l’architecte autrichien Dietmar Feichtinger (né en 1961), puis inaugurée le 5 juillet 2006 et mise en service le jeudi 13 juillet 2006. Cette passerelle, réalisée par la société Eiffel, correspond au 37 e pont de Paris ; elle a été nommée ainsi en souvenir de la compagne du philosophe Jean-Paul Sartre (1905-1980) qui refusera le prix Nobel de littérature en 1964. Simone de Beauvoir rédigea de nombreux essais, romans et mémoires pour défendre le féminisme, dont Le Deuxième Sexe paru en 1949, et Les Mandarins paru en 1954, lauréat du prix Goncourt.

BÉCHAMEL, Louis de (1630-1703), marquis français. Produit : La sauce « Béchamel » aurait été mise en œuvre par ce marquis lorsqu’il fut maître d’hôtel pour le roi Louis XIV (1643-1715).

BECKER, Boris (né le 22 novembre 1967), ex champion de tennis allemand. Marque : Les vêtements de loisirs « B.B. » reprennent les initiales de Boris Becker ; ils ont été lancés en octobre 2005 par cet ancien champion de tennis qui remporta les plus grands tournois internationaux, dont celui de Wimbledon à l’âge de 17 ans.

BECKER, Jean (29/6/1915-5/2005), joueur de tennis français. Société : La société « Jean Becker » fabrique et installe des courts de tennis en béton poreux mateco 60 ; il y en a déjà près de 20 000 en exploitation. Elle a été fondée par ce joueur de tennis qui créa, en 1971, un championnat d’Europe de tennis par équipes cadettes qui regroupent l’élite des jeunes joueurs de tennis de moins de 16 ans. Cette coupe « Jean Becker », dont la finale se déroule chaque année sur terre battue au Tennis Club du Touquet, a été rebaptisée en 1981 « Coupe Jean Borotra », en hommage au grand joueur de tennis français Jean Borotra (1898-1994) qui fut deux fois vainqueur à Wimbledon (1924 et 1926), deux fois à Paris (1924 et 1931), six fois vainqueur de la coupe Davis, de 1927 à 1932, et concurrent aux tournois du Touquet, notamment en 1933 et 1957. La 34 ème édition de cette finale s’est déroulée au Tennis-club du Touquet, du lundi 1 er au mercredi 3 août 2005, puis elle a été rebaptisée « Junior Davis Cup » en 2006, dont la 45 e édition s’est déroulée au Touquet, du dimanche 31 juillet au mercredi 3 août 2016 (entrée gratuite). Homonyme : Le joueur de tennis allemand « Boris Becker » (né le 12 novembre 1967), surnommé Boum-Boum, remportera le tournoi de Wimbledon à trois reprises, en 1985, 1986 et 1989.

BECKERMANN, Max (1884-1950), peintre allemand. Événement : Le prix « Beckermann » de la ville de Francfort est décerné tous les trois ans, en alternance avec le prix Goethe et le prix Theodor W. Adorno.

BECKETT, Samuel (1906-1989), écrivain irlandais. Musée : On peut visiter la Maison de « Samuel-Beckett » à Roussillon (84) ; il y a rédigé en français et en anglais certaines de ses œuvres, et recevra le prix Nobel de littérature en 1969. Homophone : L’archevêque anglais « Thomas Becket » a été assassiné dans la cathédrale de Cantorbéry le 29 décembre 1170 par des courtisans du roi Henri I er .

BECKHAM, Victoria (née le 17 avril 1974), actrice, chanteuse, danseuse, mannequin, styliste et femme d’affaire britannique. Marques : Les vêtements et lunettes de soleil « Victoria Beckham » sont conçus et commercialisés depuis 2012 par cette styliste qui a fait partie du groupe musical des Spice Girls de 1994 à 2012. Elle s’est mariée en 1999 avec le joueur de football David Beckham (né le 2 mai 1975) qui lui a donné quatre enfants. Pour mémoire : La paire de lunettes « Victoria Beckham », en métal, est commercialisée 525 €, soit presque trois fois le prix d’une paire de lunette de soleil Ray-Ban, tandis qu’une ligne de vêtements « Victoria Beckham » a été vendue à prix modiques pour la chaîne américaine Target en 2017. Défilé : Le défilé « Victoria Beckham », collection automne-hiver 2015-2016, s’est déroulé en février 2015 à New-York.

BECQUEREL, Antoine (1788-1878), physicien français. Seconde génération : BECQUEREL, Edmond (1820-1891), physicien français, fils du précédent. Troisième génération : BECQUEREL, Henri (15/2/1852-25/8/1908), physicien français, fils du précédent. Unité de mesure : « Le Becquerel » (Bq) correspond à l’intensité de la radioactivité, c’est-à-dire au taux de contamination du sol par le césium 137. Un curie/km 2 correspond à 37 000 becquerel/m 2 . Cette unité de mesure a été nommée ainsi en hommage à Henri Becquerel, d’une famille de physiciens français depuis trois générations, qui découvrit la radioactivité naturelle de l’uranium le 24 février 1896, puis confirmée le 1 er mai 1896. Becquerel obtiendra le prix Nobel de physique en 1903, avec Pierre et Marie Curie. Son père, Edmond Becquerel, avait découvert, en 1839, l’effet photovoltaïque qui permettra le développement des panneaux photovoltaïques actuels. Hôpital 1 : Le Centre régional de lutte contre le cancer « Henri-Becquerel » est implanté à Rouen (76) ; il soigne notamment le cancer du Sein et les cancers gynécologiques. Hôpital 2 : Le Centre régional de lutte contre le cancer « Henri-Becquerel » se situe Rouen (76). Philatélie : La Poste française a émis, en 1946, un timbre à l’effigie « d’Henri Becquerel ».

BECQUET, Alain (né au XX e siècle), entrepreneur français. Seconde génération : BECQUET, Joëlle (née au XX e siècle), fille du précédent. Société : La société « Becquet » a été fondée, en 1966, par Alain Becquet qui lui a donné son nom ; Auparavant, il tenait un petit commerce à Wambrechies (59). Alain Becquet a d’abord vendu aux collectivités, avec un torchon calendrier en cadeau, puis il a regroupé ses commandes, dès 1968, pour éditer l’année suivante son premier catalogue de vente par correspondance, spécialisé dans le linge de maison, les produits de lits, de toilette, de cuisine, avec un grand choix de torchons, nappes, décorations, couvertures, housses de couettes..., pour chambres, cuisines et salles de bains. L’entreprise Becquet s’est finalement installée en 1972 à La Chapelle d’Armentières (59). Elle est devenue une filiale du Groupe 3 Suisses International en 1987 (rebaptisé 3SI), puis elle a créé son premier site Internet en 1997, avec même un catalogue en ligne depuis 2001. Joëlle Becquet est, quant à elle, directrice de collection. Homonyme : Le « becquet », qui est une surface de carrosserie généralement située à l’arrière des véhicules pour améliorer leur aérodynamisme, ne vient pas de la famille Becquet, mais simplement du bec des oiseaux.

BEECH, Walter H (30/1/1891-19/11/1950), constructeur d’avions américain ; BEECH, Olive Ann (25/9/1903-6/7/1993), épouse du précédent. Société : La société « Beech Aircraft Company » a été fondée, en avril 1932, par Walter et Olive Beech pour fabriquer et commercialiser les avions « Beechcrafts ». Walter Beech mourra d’une crise cardiaque le 19 novembre 1950 ; son épouse Olive Ann le remplacera alors à la tête de la société.

BEECHEY, Fréderik William (7/2/1796-29/11/1856), navigateur anglais. Toponyme : « L’île de Beechey », devenue une presqu’île au cours du XX e siècle, se situe dans le grand Nord canadien appelé Territoire du Nunavut depuis le 1 er avril 1999, par 74°43’28’’N et 91°39’15’’W ; elle fait environ 3 km sur 3 km, soit une superficie de 6 km 2 . Elle est actuellement reliée au sud-ouest de l’île Devon par un isthme long de 2 km situé au nord de la baie « Erebus et Terror ». Cette île est composée de milliards de cailloux fragmentés par le gel. La banquise qui l’enserre ne disparaît jamais avant le début d’août. Cette île a été nommée ainsi en hommage au navigateur anglais Frederik William Beechey (1796-1856) qui, avec son navire Blossom , apporta en 1826 des provisions aux expéditions arctiques de William Parry (1790-1855) et de John Franklin (1786-1847) dans le passage du Nord-Ouest via le détroit de Béring, après plusieurs escales en Polynésie lors de son tour du monde réalisé du 19 mai 1825 au 12 octobre 1828. Il réalisera ensuite des expéditions maritimes dans le grand Nord canadien au cours desquelles il découvrira l’île qui portera son nom. Anecdote 1 : Après avoir appareillé de la Tamise le 26 mai 1845, le navigateur anglais John Franklin (1786-1847) hiverna dans cette île entre 1845 et 1846 avec ses navires Erebus et Terror ; il y a enterré trois de ses matelots avant de disparaître avec ses équipages quelques mois plus tard près de l’île du roi Guillaume. Anecdote 2 : Le navire Breadalbane du navigateur anglais William Fawkner coula près de cette île en 1853, à la recherche de John Franklin (1786-1847). Anecdote 3 : En 1854, quatre des cinq navires de l’expédition dirigée par Edward Belcher (1799-1877), sponsorisés par l’Amirauté britannique, furent abandonnés sur son ordre pour ne pas risquer un hivernage supplémentaire : Le navire Resolute du navigateur anglais Henry Kellet qui venait de récupérer l’équipage du navire Investigator de Robert John McClure (1807-1873) en provenance du détroit de Béring et qui fut également abandonné sur la banquise, le navire Intrepid du navigateur anglais Francis Léopold Mac Clintock (1819-1907), le navire Assistance du navigateur anglais Edward Belcher (1799-1877) et le navire Pioneer du navigateur anglais Sherad Osborne (1822-1875). Ces capitaines durent atteindre l’île Beechey après des centaines de kilomètres parcourus à pied avec les survivants de leurs équipages. Ils furent finalement sauvés et ramenés en Angleterre en septembre 1854 par le cinquième navire d’Edward Belcher (1799-1877), le North Star , qui était resté au mouillage près de l’île Beechey. Certains de ces rescapés purent également revenir en Angleterre à bord des navires Isabelle et Phenix du navigateur anglais Edward Inglefield (1820-1894). Anecdote 4 : Le navigateur et explorateur polaire Leopold McClintock (1819-1907) hiverna également dans cette île en 1858-1859 avec son navire Fox ; il y fit élever un monument à la mémoire de Franklin et de ses compagnons, élaboré et financé par Lady Jane Franklin (1792-1875), l’épouse du disparu. Anecdote 5 : Trois coéquipiers du navigateur norvégien Otto Sverdrup (1854-1920), Baumann, Fosheim et Raanes, se rendirent à pied dans cette île en 1902 depuis leur navire Fram (en avant) qui hivernait dans le Goose Fjord par 76°38’N et 88°30’W. Anecdote 6 : Le navigateur et explorateur polaire Roald Amundsen (1872-1928) mouilla son navire Gjöa dans la baie de l’Erebus devant cette petite île du 22 au 23 août 1903 lors de sa traversée du passage du Nord-Ouest réalisée de 1903 à 1906. Anecdote 7 : En 1984, on a découvert sur cette île, dans un petit cercueil de bois, le corps très bien conservé de John Torrington, officier de John Franklin (1786-1847) mort au printemps 1846. Que d’aventures autour de cette petite île !

BEER, Wilhelm (4/1/1797-27/3/1850), astronome allemand. Autre personnalité : LAMBERT, Johann Heinrich (28/8/1728-25/9/1777), mathématicien français. Loi : La loi « Beer-Lambert » concerne l’additivité des absorbances d’un signal lumineux traversant une solution concentrée. Cette loi débouchera sur la spectrophotométrie et sur la colorimétrie. Wilhelm Beer dressa même une carte de la Lune, de 1834 à 1837. Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom de « Lambert » à un toponyme sur la Lune.

BEETHOVEN, Ludwig von (16/12/1770-26/3/1827), compositeur allemand. Événement : Le concours international de piano « Ludwig von Beethoven » a été fondé, en 1961, à Vienne en Autriche où ce compositeur homosexuel terminera sa vie ; il s’y déroule tous les quatre ans. La quinzième édition est prévue en 2017. Œuvres : Tout le monde connaît les 9 symphonies de « Beethoven », composées entre 1799 et 1824, dont le Neuvième Symphonie donnée pour la première fois à Vienne le vendredi 7 mai 1824. Son opéra Fidelio a été représenté pour la première foi, à Vienne, le mercredi 20 novembre 1805. Les nombreux concertos ou sonates pour piano de Beethoven sont également fort connus, ainsi que l’Hymne à la joie qui est devenu l’hymne officiel européen en 1972. Pourtant, ce compositeur de génie sera atteint de surdité dès 1800. Toponyme 1 : La promenade « Beethoven » fait un circuit de 3 km à Vienne au départ du Musée Pasqualati où Beethoven composa notamment ses quatrième, cinquième et septième symphonies. Toponyme 2 : L’île « Beethoven » se situe dans l’île Alexandra, près de la péninsule Antarctique, par 71°30’S et 74°W ; elle a été nommée ainsi par le navigateur français Jean-Baptiste Charcot (1867-1936) qui explora cette région polaire de 1903 à 1905 avec son navire Français , puis de 1908 à 1910 avec son navire le Pourquoi pas ? Édifice : La halle « Beethoven » a été inaugurée à Bonn en 1959. Citation : « Beethoven était tellement sourd que, toute sa vie, il a cru qu’il faisait de la peinture. » François Cavanna (né le 22 février 1923). Pour cette raison, Beethoven a abandonné sa carrière de virtuose dès l’âge de 26 ans, pour se consacrer à son activité de compositeur. Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1963, un timbre à l’effigie de « Ludwig van Beethoven ». Philatélie 2 : La Principauté de Monaco a émis, en 1970, un timbre à l’effigie de « Ludwig van Beethoven » pour commémorer le bicentenaire de sa naissance.

BÉGHIN, Antoine (né au XIX e siècle), sucrier français. Seconde génération : BÉGHIN, Ferdinand (1840-1895), fils du précédent. Troisième génération : BÉGHIN, Joseph (né au XIX e siècle), fils du précédent ; BÉGHIN, Henri (né au XIX e siècle), frère du précédent. Société : La sucrerie « Béghin » a été fondée, en 1824 à Thumeries (59), par Joseph Coget, dont la fille Henriette épousa en 1839 Antoine Béghin qui succédera alors à son beau-père. Ferdinand Béghin développera à son tour cette sucrerie, de 1871 à 1895, puis ses deux fils créèrent en 1898 la société « Ferdinand Béghin » qui prendra de l’ampleur avec l’ouverture de plusieurs raffineries dans le Nord-Pas-de-Calais (62). La société Béghin prit, en 1967, le contrôle de la société Say qui avait été fondée, en 1832, par Louis Say et développée par son fils Constant (mort en 1871) et son petit-fils Henry. Les sociétés Béghin et Say fusionnèrent, en 1972, pour former le groupe « Béghin-Say » qui sera rattaché au groupe italien Ferruzi, en 1986, lequel rejoindra le groupe Eridania, en 1992, pour former le groupe franco-italien Promivi qui comprend plus de 8 000 salariés.

BÉGON, Michel (1638-1710), gouverneur français. Botanique : Le « bégonia gracilis » est une plante tropicale avec des fleurs aux couleurs vives ; elle a été nommée ainsi en 1706 par le Révérend Père Charles Plumier (1646-1706), botaniste du Roi Louis XIV (1638-1715), en hommage au gouverneur qui officia à Saint-Domingue de 1682 à 1684. Cousin de Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), ce botaniste amateur sera aussi intendant de la Marine à Rochefort.

BÉHAGUE, comtesse Martine de (1869-26/1/1939), mécène française. Hôtel particulier : L’Hôtel « de Béhague » de Paris a été édifié, de 1894 à 1905, sur un terrain acheté en 1893 par la famille de cette comtesse. Cette résidence sera rachetée par la Roumanie pour en faire son ambassade ainsi que la résidence de son ambassadeur.

BEHAIM, Martin (1459-1507), géographe allemand. Objet : Le magnifique globe terrestre de « Behaim », achevé en 1492, est le plus ancien globe terrestre au monde ; il est entreposé au Musée National allemand de Nuremberg.

BÉJART, Maurice (1 er /1/1927-22/11/2007), danseur et chorégraphe français. Compagnie : Le « Béjart Ballet Lausanne » a été fondé, en 1987 à Lausanne, par Maurice Béjart, d’où son nom ; il regroupe trente-neuf danseurs de haut niveau, en provenance d’une quinzaine de nationalités. Cette compagnie, surnommée BBL, est dirigée par Gil Roman depuis le décès de Maurice Béjart en 2007 ; elle parcourt le monde entier pour donner des spectacles époustouflants, dont cinq soirées exceptionnelles du 3 au 7 avril 2012 au Palais des Congrès à Paris pour fêter ses 25 ans ! « Le Ballet du XX e siècle », la première compagnie de Maurice Béjart, avait été créée à Bruxelles en 1960. Homonyme : La comédienne française, Armande Béjart (1640-1700), fut l’épouse de Molière (1622-1673). Théâtre : Le théâtre Armande-Béjart se situe à Asnières (92).

BEL, Jules (né au XIX e siècle), fromager français. Seconde génération : BEL, Henri (né au XIX e siècle), fils du précédent, et BEL, Léon (1878-1957), frère du précédent. Troisième génération : BEL, François (né au XX e siècle), FIÉVET, Robert (né au XX e siècle), président du groupe Bel pendant 55 ans, FIÉVET, Claude (né au XX e siècle), frère du précédent. Quatrième génération : SAUVIN, Catherine (née au XX e siècle). Cinquième génération : FIÉVET, Antoine (né en 1964), PDG actuel du groupe. Sixième génération : FIÉVET, Gaspard, fils du précédent, et SAUVIN, Florian (né en 1979), petit cousin du précédent... Groupe : Les « Établissements Jules Bel » ont été créés en 1865 à Orgelet (39) par Jules Bel pour fabriquer du fromage. Ses fils Henri et Léon reprendront l’affaire en 1897 pour la nommer « Bel frères », et s’installer l’année suivante à Lons-le-Saunier (39). Léon Bel commencera la fabrication de fromage fondu, dès 1921, en déposant le 16 avril 1921 la marque « La Vache qui rit », et en créant la « S.A. des fromageries Bel » l’année suivante. Le dessinateur animalier Benjamin Rabier (1864-1939) dessinera, en 1923, une nouvelle étiquette qui sera rajeunie en 1971 puis modernisée en 2006. Cette société se développera considérablement au niveau mondial avec les Apéricubes pour l’apéritif, le Kiri en 1968, le Sylphide, le Leerdammer, le Babybel, le Mini Babybel en 1977… Le groupe Bel fabrique plus de 20 000 tonnes de fromage fondu depuis 1996 en étant présent dans 120 pays, puis il a racheté le fromager hollandais Leerdammer en 2002 et le fromage à l’ail et aux fines herbes Boursin en 2007. Ce groupe a reçu, en 2004, le Grand Prix de l’entreprise patrimoniale décerné par le groupe LODH spécialisé en gestion de patrimoines depuis 1796. Le groupe Bel compte, en 2015, 28 usines dont 8 en France, et 110 000 collaborateurs dont 2 300 en France. Plus de 19 millions de portions de « La Vache qui rit » sont consommées chaque jour dans le monde, avec un chiffre d’affaires de 2,8 milliards d’euros en 2014 !

BELAMICH, Bruno (né au XX e siècle), maître horloger français. Autre personnalité : ROSILLO, Carlos (né au XX e siècle), associé du précédent. Marque : Les montres de l’extrême « Bell & Ross » ont été lancées en 1993 par ces deux horlogers en retenant les trois premières lettres de leur nom et en doublant la troisième lettre ; elles sont recommandées pour les professionnels travaillant sur Terre, sur et sous la mer, dans le ciel et dans l’espace. Les montres Bell & Ross équipent l’Armée de l’air française, et le grand public avec le modèle Vintage BR 126 . Cette marque, distribuée par 750 points de vente, a notamment édité, en 2013, deux montres vintage sport héritage Falcon BR 123 et BR 126 , pour commémorer le cinquantenaire des jets d’affaires Falcon, lancés en 1963 par Dassault-Falcon. Cette célèbre saga continue en 2014 avec les Falcon 5X, 7X et Falcon 8X (à très long rayon d’action). Ces avions ont déjà été vendus à 2 300 exemplaires dans 83 pays, dont 500 exemplaires du Falcon 2000 ; sans oublier la montre WW1 Guynemer , éditée en 2014 pour commémorer le centenaire de la Première Guerre mondiale grâce au pilote mythique Georges Marie Guynemer (1894-1917), titulaire de 54 victoires en combat aérien !

BELCHER, Edward (1799-18/3/1877), navigateur anglais. Toponyme 1 : « L’île Belcher » se situe dans le territoire du Nunavut, autonome du Canada depuis le 1 er avril 1999, à 1 km au sud-est de l’île Cornwall. Belcher réalisa un tour du monde à la voile en 1840 à bord du navire Sulphur , puis il dirigea une grande expédition maritime entre 1852 et 1855 avec 5 navires à la recherche de Sir John Franklin (1786-1847) et de ses navires, Erebus et Terror, dans le terrible Passage du Nord-Ouest. Toponyme 2 : « Les îles Belcher » se situent au sud de la baie d’Hudson au Canada. Ces îles s’étalent sur une centaine de km. On y rencontre des bélugas, des oies et des ours. Le principal village Inuit, Sanikiluaq, dispose d’un aérodrome qui permet des liaisons vers Kuujjuarapik (« Poste à la Baleine ») au Nunavik. Toponyme 3 : « Le chenal de Belcher » se situe dans le territoire du Nunavut, devenu autonome du Canada depuis le 1 er avril 1999 ; il sépare l’île Devon de l’île Amund-Ringnes. Toponyme 4 : « Le cap Belcher » se situe au nord-est de l’île Devon dans le territoire du Nunavut, par 75°45’N et 81°W…

BELÉM, faubourg situé à l’ouest de Lisbonne, au Portugal. Port : Le port brésilien de « Belém », situé face à l’Amazone, a été nommé ainsi d’après le faubourg de Belém implanté à l’ouest de Lisbonne avec le monument aux Navigateurs situé à Belém, en direction de Sud, face au fleuve Tage près de Lisbonne au Portugal. Ce monument comprend une trentaine de personnalités de l’époque, car de nombreux navigateur portugais ont quitté ce faubourg, via le fleuve Tage, pour effectuer leur traversée de l’Atlantique en direction du Brésil, dont Pedro Cabral (1467-1526) qui prit possession du Brésil le 22 avril 1500 à la tête de 13 navires et mille hommes, puis le navigateur espagnol Vincente Pinzon reconnait l’embouchure de l’Amazone, et les navigateurs portugais Gil Eanes (né en 1395), Henri le Navigateur (1394-1460), Vasco de Gama (1469-1524), Afonso Baldaia (1415-1481), Fernand de Magellan (1480-1521), Christophe de Gama (1516-1542), Gaspar Corte Real (1467-1520), Alfonso de Sousa (1500-1564), Bartolomeu Dias (1450-1500)... Voilier : Voici l’histoire exceptionnelle du trois-mâts Belém, construit pendant 7 mois par Adolphe Théodore Dubigeon (1842-1910) pour le compte de l’armateur nantais Fernand Crouan, et mis à l’eau le mercredi 10 juin 1896. Il a été nommé ainsi d’après le faubourg de Lisbonne ou du nom de la ville brésilienne de Belém située à l’embouchure du fleuve Amazone. Le vendredi 31 juillet 1896, commandé par le capitaine Lemerle, le Belem appareille de Saint-Nazaire pour Montevideo en Uruguay où il charge des mules destinées à tracter le tramway de Belém. Le voilier, avec ses 22 voiles, affronte une sérieuse tempête au cap de Punta del Este, puis toutes les mules périssent dans un incendie à Para. Le Belem revient ensuite à Nantes après 179 jours de mer. Il va chercher ensuite du cacao en Uruguay et aux Antilles pour le chocolatier Menier. Quelques années plus tard, le jeudi 8 mai 1902, Le Belem échappe de justesse à l’éruption de la Montagne Pelée en Martinique. Le duc de Westminster (1879-1953) l’achète en 1914 pour en faire son yacht personnel après de luxueux aménagements dans un chantier de Southampton pendant la Première Guerre mondiale. Le Belem est ensuite revendu en 1921 au brasseur irlandais Sir Arthur Ernest Guinness (1876-1949) qui le rebaptise Fantôme II avec lequel il réalise un tour du monde en 1923-1924 au départ de Southampton via Séville, Las Palmas, St-Vincent, Trinité, La Guaira, Caracas, Colon, le canal de Panamá, les îles Galápagos, les îles Marquises, Tahiti, les îles Tonga, Suva, Viti Levu, les îles Salomon, Caroline Island, Shimizu, Osaka, Tien-Tsin, Shanghai, Hong Kong, Singapour, Penang, Colombo, Aden, le canal de Suez, Port Saïd, la Crête, Gibraltar et Southampton après avoir parcouru 31 129 miles nautiques en moins d’un an ! Il effectue ensuite des navigations vers le Spitzberg en 1925, puis vers les grands lacs américains. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Fantôme II est désarmé sur l’île de Cowes, puis il est racheté par un mécène italien qui le rebaptise Giorgio Gini pour devenir un navire école destiné aux orphelins de la Marine italienne, basé à Venise. Quelques années plus tard, le Belem est classé aux Monuments historiques en 1984. Un mécène français le rachète pour l’exposer sur les quais de la Seine à Paris, classés au patrimoine mondial de l’Unesco depuis le 27 décembre 1991. Le Belem redevient un navire école civil afin d’embarquer des stagiaires pour des croisières de découverte, à la vitesse maximale de 12 nœuds. Pierre François Desgeorges, producteur et présentateur de l’émission « Les carnets de l’Aventure » sur Antenne 2, réalise alors une émission TV en direct du Belem à quai au port de la Rochelle au début des années 1990, avec Christian Nau parmi les invités. Anecdote : Pierre-François Desgeorges réalisera ensuite un reportage TV de 26 minutes en 1993 sur le raid de Christian Nau et Damien Chatard en « train à voile » à travers le Botswana, sur la voie ferrée internationale qui relie Francistown à Gaborone sur 435 km. Monument historique : Le Belem, avec ses 22 voiles, est classé aux Monuments historiques depuis 1984 ; il peut organiser des réceptions à quai (petit-déjeuner ou déjeuner assis, cocktail), ainsi que des sorties en mer avec 42 stagiaires, pour des navigations de 3 à 8 jours en équipage le long des côtes françaises et européennes, encadrés par 16 marins et deux cuisiniers professionnels, pour un prix moyen de 170 euros par jour incluant le couchage, les repas et l’initiation à la navigation. Fondation : La Fondation « Belem » présidée par Nicolas Plantrou, reconnue d’utilité publique et soutenue par les Caisses d’Épargne, gère le plus ancien et le plus prestigieux grand voilier français, avec le soutien du Club des Amis du Belem . Événement : Le Belem a participé au jubilé de la reine Élisabeth II à Londres le jeudi 31 mai 2012, puis il a mouillé sur la Tamise près du Tower Bridge pendant les J.O. d’été 2012 à Londres. Le Belem a fêté son 120 e anniversaire en 2016. privatisation@fondationbelem.fr

BELGIQUE, réunie à la Hollande en 1815, puis état indépendant créé le 18 novembre 1830, et reconnu officiellement le 20 novembre 1830. Roi : Le premier roi des Belges est Léopold 1 er de Saxe-Cobourg-Gotha (1831-1862) dès le 21 juillet 1831, dynastie héréditaire. Voir Saxe-Cobourg-Gotha (dynastie 4). Nota : La Belgique a connu un double attentat terroriste à Bruxelles, le mardi 22 mars 2016, faisant 31 morts et plus de 300 blessés.

BELGRANO, Manuel (1770-1820), général argentin. Navire : Le croiseur argentin Général Belgrano a été coulé près des îles Falkland par une torpille britannique Exocet lors de la guerre des Malouines de 1982 lancée le 2 avril par les Argentins et remportée le 14 juin par le premier ministre britannique Margaret Thatcher (1925-2013) ; c’était le navire amiral de la flotte argentinoise. Toponyme 1 : La base polaire « Belgrano II » se situe en Antarctique par 77°52’S et 34°34’W ; elle a été installée en février 1979 par des militaires argentins. Toponymes 2 & 3 : Le lac et la rivière « Belgrano » se situent en Patagonie, au cœur du Parc national Perito Françisco Moreno. Réseau ferroviaire : « Le ferrocarril General Manuel Belgrano » (FCGMB) est l’une des six principales lignes ferroviaires en Argentine depuis leur nationalisation à partir de 1946. Cette ligne a été nommé ainsi en l’honneur de ce héros argentin qui participa à la libération de l’Argentine contre les troupes espagnoles et dessina le drapeau argentin ; il est enterré dans une crypte située à Rosario dans le Parc national de la Bandera, sous une impressionnante tour haute de 78 mètres, d’où l’on a une vue magnifique sur la ville et le Rio Parana.

BELIN, Auguste (1785-1851), éditeur français. Seconde génération : BELIN de LAUNAY, Jules-Henri (né en 1814), fils du précédent. Éditions : Les éditions de livres scolaires « Belin » ont été fondées, en 1777, par la famille Belin, puis par Auguste Belin, d’où leur nom. Son fils Jules-Henri sera d’abord journaliste, puis il prendra la succession de son père à la tête de ces éditions qui ont un catalogue de plus de 2 000 titres. Les éditions Belin seront rachetées, le 30 octobre 2014, par Denis Kessler, PDG de Scor, quelques mois seulement après son rachat des Presses universitaires de France (PUF).

BELIN, Édouard (1876-1963), inventeur français. Objet : Le « bélinographe » a été conçu et fabriqué, dès 1907, par cet industriel pour transmettre des images à distance, en utilisant le principe de la télécopie sur un cylindre. En 1921, il transmettra des images fixes par ondes hertziennes. Philatélie : La Poste française a émis, en 1972, un timbre à l’effigie « d’Édouard Belin ».

BELIN, Gustave (1877-1939), industriel français. Seconde génération : BELIN, Roger (né au XX e siècle), fils du précédent. Marque : Les biscuits salés « Belin » sont très appréciés à l’apéritif ; les premières gaufres ont été fabriquées, dès 1902, à Bagnolet dans la manufacture des biscuits Belin. La production a été transférée en 1931 à Château-Thierry dans une usine fondée par Gustave Belin et Raymond Dallemagne. Roger Belin prendra la succession de son père en 1939. Cette société sera rattachée en l’an 2000 au groupe Biscuit LU qui lui-même fera partie du groupe Danone avant d’être revendu en 2007 au groupe américain « Kraft Foods ». Sponsoring : « Belin » a notamment participé à la caravane du Tour de France cycliste 2014 en qualité de fournisseur officiel.

BELKNAP (1829-1890), secrétaire américain de la guerre de 1869 à 1876. Toponyme : « Le cap Belknap » se situe au nord de l’île Ellesmere, face à l’océan Arctique par 82°31’N et 62°10’W ; il a été nommé ainsi par les navigateurs et explorateurs américains Charles Francis Hall (1821-1871) et Isaac Hayes (1832-1881) qui avaient exploré cette région entre 1871 et 1873, en hommage à l’homme politique américain qui sera secrétaire américain de la Guerre, de 1869 à 1876, sous la présidence d’Ulysse Grant (1822-1890), 18 e président des États-Unis de 1869 à 1877.

BELL, Arthur J.A. (mort en 1900), distillateurs écossais. Marque : Le whisky « Bell’s » a été conçu en Écosse, comme il se doit, par Arthur Bell en 1840. Ses fils l’aideront à développer son entreprise. Anecdote : La première discothèque mondiale « Whisky à Gogo » a été inaugurée le vendredi 11 janvier 1963 à Los Angeles.

BELL & ROSS : Voir BELAMICH.

BELL, Alexander Graham (3/3/1847-2/8/1922), physicien américain d’origine britannique. Unité de mesure : Le « décibel » (dB) est une échelle logarithmique pour mesurer l’intensité sonore ; le 0 représente le seuil de l’audibilité, 60 dB représente le bruit d’une conversation, et 120 dB représente le bruit d’un réacteur d’avion ou d’un concert de rock. Le décibel est la dixième partie du Bel, une unité de mesure nommée ainsi en hommage à Graham Bell (1847-1922), l’inventeur du téléphone qui déposa son brevet aux États-Unis le lundi 14 février 1876 : celui-ci sera enregistré le 7 mars 1876 sous le numéro 174 465, trois jours seulement avant la première liaison téléphonique réalisée à Boston le vendredi 10 mars 1876, puis une liaison à longue distance, de New York à Chicago en 1892. Pour mémoire : Le mouvement aléatoire des particules dans l’air est de -23 décibels. Anecdote : La mère de « Graham Bell » était sourde et son père était spécialisé dans la rééducation des enfants sourds et muets à Édimbourg, ce qui l’amena à réaliser des travaux d’acoustique médicale pour les sourds. Toponyme : « L’île de Graham Bell » fait partie de la Terre de François-Joseph, en Russie arctique ; elle a été découverte en 1874 par les navigateurs autrichiens Karl Weyprecht (1838-1881) et Julius von Payer (1842-1905). Toponyme lunaire : Le cratère « Bell » se situe sur la Lune. Avion : L’avion « Bell X-1 », piloté par le pilote américain Chuck Yeager (né en 1923) de l’US Air Force, franchira pour la première fois le mur du son (Mach 1 ou 340 m/s) le mardi 14 octobre 1947 au-dessus de la Californie en atteignant la vitesse de 1 224 km/h. le mardi 14 octobre 1947 aux commandes de l’avion supersonique Bell X-1 Glamorous Glennis , nommé ainsi d’après le prénom sa séduisante femme. Surnom : « Ma Bell » est le surnom d’AT&T depuis l’apparition des « Regional Bell Operating Compagnies » (RBOC). Société : Les laboratoires de recherche américains « Bell Labs » ont été créés en 1925 ; ils sont bien évidemment spécialisés dans les télécoms et font maintenant partie du groupe Lucent technologies, lequel s’est regroupé avec Alcatel en 2006 pour devenir le groupe Alcatel-Lucent, un géant mondial des télécoms ; ce groupe a été repris, le 15 avril 2015, par le groupe finlandais Nokia pour devenir Nokia Corporation. Une dizaine de chercheurs de ces prestigieux laboratoires ont même partagé une demi-douzaine de prix Nobel de physique. Ces laboratoires déposeront plus de 30 000 brevets dans les transmissions, en inventant notamment la cellule photovoltaïque, le fax, le laser, la fibre optique, les télécoms par satellites… Voir Hewlett. Philatélie : La Principauté de Monaco a émis, en 1976, un timbre à l’effigie de « Graham Bell » pour commémorer le centenaire de la première liaison téléphonique.

BELL, Marie (23/12/1900-14/8/1985), actrice de théâtre et de cinéma française. Théâtre 1 : La salle de théâtre « Gymnase Marie Bell » se situe sur le boulevard Bonne-Nouvelle dans le 10 e arrondissement de Paris. Elle a été construite en 1820 et comprend actuellement 800 places. Théâtre 2 : Le studio « Marie Bell » comprend 90 places.

BELLAY, Joachim du (1522-1560), poète français. Musée : Le Musée « Joachim-du-Bellay » se situe à Liré (49), son village natal ; il rend hommage au grand maître de l’alexandrin, auteur notamment de l’ Olive en 1549 et des Regrets en 1558. Il ne vivra que 38 ans. Ses oncles, les frères Guillaume du Bellay (1491-1543) et Jean du Bellay (1492-1560) seront, respectivement, général et cardinal de Paris.

BELLEMARE, Pierre (né le 21 octobre 1929), écrivain français et animateur audiovisuel de 1955 à 2017. Almanach : L’almanach « Pierre Bellemare » est publié tous les ans depuis 2004-2005 par les éditions Albin Michel ; cet ouvrage collectif est destiné à vous mettre de bonne humeur pour que chaque jour soit un bon jour. Pierre Bellemare a publié de très nombreux livres, dont Ils ont vu l’Au-delà publié chez Albin Michel en 1997, et animé de très nombreuses émissions de radio et de télévision, de 1955 à 2017 !

BELLINGSHAUSEN, Fabian von (20/9/1778-25/6/1852), navigateur russe. Toponyme 1 : « L’île Bellingshausen » fait partie des îles Sandwich du Sud ; elle a été nommée ainsi en hommage au navigateur qui réalisa, de 1803 à 1806, le premier tour du monde à la voile dirigé par un navigateur russe. Lors d’un second tour du monde, réalisé de 1819 à 1821, il découvrira cette île le 22 décembre 1819 ; il sera le premier à voir l’Antarctique le vendredi 28 janvier 1820 et à découvrir l’île Pierre 1 er le dimanche 21 janvier 1821 avec ses navires Vostok et Mirny , commandés par les navigateurs russes Zavodovski et Lazarev. Toponyme 2 : « La mer de Bellingshausen » se situe près de l’Antarctique occidental, le long de la Terre Marie Byrd par environ 105° à 135°W. Toponyme 3 : « L’atoll inhabité Bellingshausen », aussi appelé Motu One, se situe en Polynésie française (987) à l’ouest des îles Sous-le-Vent par 15°49’S et 154°32’W. Cette atoll, classée réserve naturelle, a été découvert en avril 1825 par le navigateur russe Otto von Kotzebue (1787-1846) à bord du navire Entreprise à l’occasion de son second tour du monde réalisé à la voile de 1824 à 1826 ; il lui donna le nom d’un autre navigateur russe, son ami Fabian von Bellingshausen (1778-1852) qui avait réalisé un tour du monde à la voile de 1819 à 1821 avec ses navires Vostock (l’Orient) et Mirny ( le Pacifique ) . Toponyme 4 : La base polaire russe « Bellingshausen » se situe dans l’île du Roi-George ; elle a été installée en février 1968 par 62°12’S et 58°56’W ; son église Sainte-Trinité a été édifiée en 2004. Toponyme 5 : « Le bassin Bellingshausen » est l’une des trois plaines abyssales de l’océan glacial Antarctique ; sa profondeur descend jusqu’à -5 170 mètres en dessous du niveau de la mer. Les deux autres plaines abyssales de cet océan glacial sont le bassin Knox et le bassin Valdivia…

BELLOT, Joseph René (18/3/1826-15/8/1853) navigateur polaire français. Toponyme 1 : « L’île Bellot » se situe au nord-est de l’île Ellesmere, dans le territoire du Nunavut, autonome du Canada depuis le 1 er avril 1999. Cette île porte le nom de ce marin français qui participa, de mai 1851 à octobre 1852, à une expédition maritime dans le grand Nord canadien commandée par William Kennedy (1813-1890) à bord du Prince Albert . Il participera en 1853 à une seconde expédition maritime dans le Grand Nord canadien, avec le capitaine Edward Inglefield (1820-1894), à bord du Phenix , au cours de laquelle il se noiera dans une crevasse ouverte sur la banquise pendant la nuit du 14 au 15 août 1853, près du cap Bowden à l’ouest de l’île Devon. Toponyme 2 : « Le détroit de Bellot » se situe dans le territoire du Nunavut, indépendant du Canada depuis le 1 er avril 1999. Ce détroit, large de deux kilomètres, sépare l’île Somerset de la péninsule de Boothia ; il a été découvert par ce navigateur en 1852, d’où son nom. Toponyme 3 : Le bassin « Bellot » se situe au Havre (76)… Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom de « Bellot » à un toponyme sur la Lune.

BELMONDO, Paul (8/8/1898-1 er /1/1982), sculpteur français. Musée : Le Musée « Paul-Belmondo » a ouvert ses portes le 17 septembre 2010 au château Buchillot de Boulogne-Billancourt (92), implanté dans le Parc Edmond-de-Rothschild, en présence de son fils Jean-Paul Belmondo (né le 9 avril 1933), de sa sœur Muriel et de son frère Alain ; il présente plus de 300 sculptures de cet artiste, dont une sculpture représentant son fils Jean-Paul Belmondo enfant qui deviendra un célèbre acteur.

BELON, Pierre (1517-1564), botaniste français. Toponymes 1&2 : La rivière et le port « Belon » se situent dans le Finistère (29) près de l’estuaire de l’Avon. Ce botaniste et (ou) ces toponymes ont donné leur nom aux huîtres plates « Belon », une espèce indigène bretonne qui commence à réapparaître après une série d’épizooties qui avaient presque entraîné leur disparition. Pierre Belon publia en 1557 son livre Portrait d’oiseaux .

BELORGEY, Jean-Michel (né le 2 novembre 1944), conseiller d’État français. Convention : La convention « Belorgey » a été entérinée par les banques le 19 janvier 2001 ; elle permet aux personnes présentant des risques de santé aggravés, d’avoir enfin accès à l’assurance décès dans le cadre d’un emprunt, qu’il s’agisse d’un crédit à la consommation ou d’un crédit immobilier. Jean-Michel Belorgey créera aussi le RMI (Revenu minimum d’insertion). Homonyme : « Gérard Belorgey » sera le quatrième PDG de RFO (Réseau France Outre-mer) de 1994 à 1997, après René Mahé, PDG de 1982 à 1985, Jacques Vistel (PDG de 1985 à 1989), Jean-Claude Michaud (PDG de 1986 à 1989), François Gicquel (PDG de 1989 à 1994), et avant Jean-Marie Cavada (PDG de 1997 à 1998), André Michel Besse (PDG de 1998 à 2004). Ensuite, RFO se rapprochera du groupe France-Télévisions avec des directeurs généraux à la tête de l’entreprise, François Guilbeau (DG 2004 à 2007), puis Yves Garnier (DG de 2007 à 2009), avant d’être complètement intégré en 2010 au groupe France Télévisions, dirigé de 2005 à 2010 par Patrick de Carolis (né en 1953), par Rémy Pflimlin de 2010 à 2015, puis par Delphine Ernotte dès 2015 qui a notamment lancé la nouvelle chaîne d’information Franceinfo diffusée sur le canal 27 dès le 1 er septembre 2016.

BELOT, François (début du XX e siècle), inventeur français. Jeu : Le jeu de cartes, « la belote », aurait été mis au point par cet inventeur et joueur en 1927, d’où son nom.

BELTOISE, Jean-Pierre (26/4/1937-2014), pilote automobile français. Circuit : Le circuit automobile « Jean-Pierre Beltoise » se situe près de la Zone d’Activités de Trappes (78) ; il a été réalisé et nommé ainsi par son promoteur Jean-Pierre Beltoise, un motard émérite qui a remporté une dizaine de titres de champion de France à moto, puis qui a remporté le Grand Prix de Formule 1 à Monaco en 1972... Nota : Certaines sources indiquent la naissance de Jean-Pierre Beltoise le 27 avril 1937.

BEMBERG, Georges (né en 1915), mécène argentin. Fondation : La Fondation « Georges Bemberg » présente, depuis 1994, une superbe collection de tableaux offerte par ce collectionneur au musée qui porte son nom dans l’hôtel d’Assézat de Toulouse (31).

BEN & JERRY’S : Voir COHEN, Ben.

Ben ou Ibn signifient « fils de… », dans les pays musulmans.

BÉNARD, Auguste (né au XIX e siècle), tailleur français. Objet : Un « bénard » est un pantalon qui ressemble à ceux taillés par ce tailleur à la fin du XIX e siècle, d’où son nom.

BENCKISER, Johann Adam (1782-1851), entrepreneur allemand. Autre personnalité : REIMANN, Ludwig (1804-1872), associé du précédent qui a épousé sa fille Elise. Troisième génération : REIMANN, Emil (1836-1918), second fils des deux précédents. Quatrième génération : REIMANN, Albert Sr (1868-1954), fils du précédent. Cinquième génération : REIMANN, Albert Jr (1898-1984), fils du précédent... Holding : La holding allemande « Joh A. Benckiser SE » a été fondée, en 1823, lorsque Johann Adam Benckiser recrute son jeune associé Ludwig Riemann (1826-1866). Leurs descendants développeront considérablement cette holding qui regroupe actuellement les holdings « Reckitt Benckiser », « Coty » et « Labelux » comprenant plusieurs marques de souliers, cosmétiques, parfums et produits d’entretien, fort connues du grand public, dont Bally, Calgon, Calvin Klein, Chloé, Chopard, Durex, Harpic, Lancaster, Rimmel, School, Woolite... avec le rachat du groupe « Coty » en 1992 et sa fusion en 1999 avec le groupe britannique « Reckitt Colman » pour former le groupe « Reckitt & Benckiser ». Voir Reckitt.

Benedict (née en 1944), seconde fille du roi Frederik IX, (1899-1972), roi de Danemark de 1947 à 1972. Toponyme : Le fjord « Benedict » se situe au nord du Groenland, à 50 km à l’est du cap Morris Jesup ; c’est le fjord le plus septentrional de la Terre.

BÉNÉDICTE (Sainte) (morte le 16 mars 1260), directrice de couvent à Assise. Fête : On souhaite la fête de « sainte Bénédicte », le 16 mars, en souvenir du jour de la mort de cette sainte qui sera directrice du couvent fondé par sainte Claire et les clarisses de Saint-Damien à Assise ; c’est le prénom de la fille de l’auteur.

BÉNÉTEAU, André Benjamin (né au XIX e siècle), architecte naval français. Seconde génération : BÉNÉTEAU, André (né en 1907), architecte naval, fils du précédent. Troisième génération : BÉNÉTEAU, André (mort le 13 novembre 1999), fils aîné du précédent, BÉNÉTEAU-ROUX, Annette (née le 4 août 1942), sœur du précédent ; ROUX, Louis-Claude (1929-10/1/1994), mari de la précédente... Quatrième génération : ROUX, Louis-Claude (né en 1982), fils d’Annette et Louis-Claude ROUX ; BÉNÉTEAU, Yvon et BENETEAU, Benjamin… Chantiers : Le premier chantier naval « Bénéteau » a été créé, en 1884 à Saint-Gilles-Croix-de-Vie (85), par André Benjamin Bénéteau ; il s’agissait alors de bateaux de pêche à voile. Les premiers thoniers à moteur seront construits dès 1912. Les fabrications actuelles concernent surtout des voiliers de plaisance. Le groupe a été dirigé, de 1964 à 2004, par Annette Roux, la petite fille du fondateur, qui recevra en 1983 le prix « Veuve-Clicquot » de la femme d’affaires et qui créera en 1990 la Classe Figaro (voiliers monotypes). Bénéteau rachète Jeanneau en 1995. Bénéteau a même racheté les chantiers Jeanneau en 1995, et repris les chantiers CNB, Lagoon et Wauquiez en 1996-1997 ; il est ainsi devenu le leader mondial de la plaisance. Mais le groupe Bénéteau subit un terrible choc dès le 15 septembre 2008 avec la chute de Lehman Brothers, puis il rebondit rapidement et compte, en 2015, 6 600 salariés et 30 usines à travers le monde, dont 5 en Vendée (85), pour devenir le premier exportateur mondial de bateaux de croisière. Le groupe Bénéteau fabrique aussi de gros bateaux à moteurs après avoir acquis Monte Carlo Yachts et, en juin 2014, le groupe américain Rec Boat Holdings. Bénéteau fabrique même plus de 4 000 mobil-homes par an depuis 2007 sous les marques O’Hara et IRM, ainsi que des habitations en bois sous la marque BH ! Fondation : La Fondation « Bénéteau » est dirigée depuis 2004 par Annette Roux, depuis qu’elle a laissé la place de président du directoire de Bénéteau à Bruneau Cathelinais (né en 1957), son ancien directeur général. Toponyme : La salle « Louis-Claude Roux » se situe à Challans (85) ; elle a été nommée ainsi en souvenir de Louis-Claude Roux (1929-1994), vice-président du Conseil général de Vendée (85) et mari d’Annette Bénéteau-Roux.

BENETTON, Luciano (né en 1935), créateur de vêtements italiens ; BENETTON, Giuliana (née en 1937), sœur du précédent ; BENETTON, Gilberto (né en 1941), frère de la précédente ; BENETTON, Carlo (né en 1943), frère du précédent. Seconde génération : BENETTON, Alessandro (né en 1964), second fils de Luciano. Groupe : Le groupe vestimentaire « Benetton » a été fondé, à Venise en 1966, par Luciano Benetton qui lui a donné son nom de famille ; il installe sa première boutique de pulls et vêtements très colorés à Paris en 1969, et la marque devient très vite connue du grand public en sponsorisant une équipe de volley-ball et une équipe de Formule 1. Une importante usine est ouverte à Troyes en 1983. Le groupe est dirigé par ces trois frères et leur sœur qui se répartissent les tâches, création et marketing pour Luciano, style pour Guliana, administration pour Gilberto et production pour Carlo, avec maintenant plus de 5 000 boutiques réparties dans 120 pays à travers le monde. En mai 2003, Luciano Benetton prend seul les commandes de ce groupe familial, avant de laisser la place à son second fils Alessandro en mai 2007. Le groupe propose maintenant des montres, des produits cosmétiques, des parfums, des équipements de sports, des surfaces synthétiques pour terrains de sports, tout en gérant aussi des travaux publics, des restaurants sur autoroutes et des aéroports en Italie : il a aussi racheté en 1991 la Compañia Tierras Sud Argentino SA (CTSA) qui représente près d’un million d’hectares en Patagonie, dans la province du Chubut située entre 42° et 46°S, pour y élever des moutons, y cultiver des céréales et y planter des arbres. La holding familiale de la famille Benetton, Edizione SRL, réalise un chiffre d’affaires de 11 milliards d’euros avec près de 100 000 collaborateurs dans 120 pays ! Écurie : L’écurie « Benetton » de Formule 1 remportera une trentaine de grands prix. Le pilote allemand Mickael Schumacher (né le 3 janvier 1969) remporta même deux titres de champion du monde chez Benetton, en 1994 et 1995. Homophone : « Benneton » est un graveur héraldiste parisien ; il a fondé sa maison en 1880.

BÉNEZET (Saint) (mort en 1184), berger français. Pont : Le premier pont d’Avignon (84) « Saint Bénezet » aurait été construit, selon la légende, par ce jeune berger qui aurait reçu des instructions du Christ en 1177 pour construire ce pont au-dessus du Rhône. Il en parlera à l’évêque d’Avignon en y faisant un miracle pour transporter une très lourde pierre. Long de 920 mètres sur 4 mètres de large, ce pont sera détruit en 1226 et reconstruit plusieurs fois, mais il n’en reste actuellement que quatre arches sur les vingt-deux à l’origine. Les reliques de ce saint seront abritées jusqu’en 1674 dans la chapelle Saint-Nicolas située sur la seconde pile ; elles seront ensuite transférées au couvent des Célestins, puis dans l’église Saint-Didier en 1854. Ce saint légendaire ne sera jamais canonisé : mais cela ne nous empêche pas de danser tout en rond sur ce célèbre pont, près de la chapelle Saint-Nicolas.

BEN-HUR, Judas (né au 1 er siècle), prince de Judée. Films : Trois films américains à grand spectacle Ben-Hur ont été produits au XX e et au XXI e siècle par la Metro-Goldwyn-Meyer (MGM) : Le premier a été réalisé en 1925 par Fred Niblo (1874-1948) ; le second a été réalisé en 1959 par William Wyler (1902-1981), avec Charlton Heston (né en 1924) dans le rôle de Ben-Hur. Ce second film a remporté onze Oscars lors de la cérémonie des Oscars du dimanche 4 avril 1960 à Hollywood. Le troisième film, réalisé en 2014 par Timur Bekmambetov, est sorti le 2 mars 2016. S pectacle : Du 22 au 30 septembre 2006, les cinq spectacles époustouflants « Ben-Hur », écrits par Alain Decaux (né le 23 juillet 1925) et mis en scène par Robert Hossein (né en 1927), ont permis aux 220 000 spectateurs du Stade de France de revivre en direct la grande course de chars qui oppose Ben-Hur avec ses quatre chevaux blancs, au romain Messala avec ses quatre chevaux noirs. Coïncidence étonnante, ces courses de chars du Stade de France se sont déroulées exactement la même semaine que les Championnats du monde de char à voile au Touquet (62). Réflexion : Ces spectacles grandioses ont été adaptés du roman « Ben-Hur » du général américain Lew Wallace (né en 1827). Ben-Hur se serait affronté en l’an 26 contre le tribun Messala à Jérusalem. Réalité ou fiction ?

BÉNIGNE (Saint) (martyrisé le 21 novembre 179), évêque de Dijon. Fête : On souhaite la fête de « saint Bénigne », le 21 novembre, en souvenir de cet évêque de Dijon (21) qui y subira ce jour-là, en l’an 179, un horrible martyre pendant la terrible persécution des chrétiens ordonnée par l’empereur Marc Aurèle (121-180). L’empereur ordonnera en effet à ses soldats de sceller les pieds de l’évêque dans une pierre creuse avec du plomb fondu, et de briser sa tête et son corps avec des barres de fer. Édifice religieux : La cathédrale « Saint-Bénigne » de Dijon (21) est protégée par un toit multicolore dans le style bourguignon ; elle a été construite entre le XIII e et le XIV e siècle, et sa flèche qui culmine à 100 mètres date du XIX e siècle ; on peut y voir le sarcophage de Saint Bénigne, ainsi que les statues de saint Étienne et de saint Médard. Lycée : Le lycée privé « Saint-Bénigne » est implanté à Dijon. Pour votre information, le grand Festival international du film d’aventures de Dijon est organisé en octobre depuis une quinzaine d’années par la Guide Européenne du raid en liaison avec la municipalité de Dijon.

BENITEZ, Arturo Merino (17/5/1888-2/5/1970), commodore chilien. Aéroport : L’aéroport « Arturo Merino Benitez » de Santiago du Chili a été nommé ainsi en souvenir de ce général chilien qui fondera le premier aéro-club chilien le 5 mai 1928. Il créera des bases aériennes à Arica, Puerto Montt, Puerto Natales, Maggallanes, et participera aussi à la création de la Lan Chile (Linea Aera Nacional) le 5 mars 1929. Cet aéroport a accueilli en octobre 2005 le premier vol Air France direct, Paris Santiago du Chili, en 14 heures sans escale.

BENJAMIN (né au XVIII e siècle avant J.-C.), dernier fils du patriarche Jacob. Enfants : Les « benjamins » et les « benjamines » sont les plus jeunes membres d’une famille ou d’un groupe ; ils ont été nommés ainsi d’après le douzième fils du patriarche Jacob et du second fils de Rachel, l’une de ses quatre femmes. Groupes sportifs : Les « benjamins » et les « benjamines » sont âgés de 11 à 13 ans. Pour mémoire : Les poussins sont des enfants âgés de moins de onze ans, les benjamins et les benjamines sont âgés de 11 à 13 ans, les minimes sont âgés de 13 à 15 ans, les « cadets » et les « cadettes » sont âgés de 15 à 17 ans, et les juniors sont âgés de 17 à 20 ans.

BENJAMIN (Saint) (martyrisé le 31 mars 422), Diacre en Perse. Fête : On souhaite la fête de « saint Benjamin », le 31 mars , en souvenir de ce diacre qui fera de nombreuses conversions et qui, pour cette raison, sera emprisonné plusieurs fois, jusqu’à y subir le martyre puis empalé. Dicton : Pour la « Saint Benjamin », le mauvais temps prend fin.

BENNETT, James Gordon (1795-1872), directeur et fondateur du « New York Herald ». Seconde génération : BENNETT, James Gordon (10/5/1841-14/5/1918), fils du précédent. Société : « Bennett voyages » est une agence de voyages. Toponyme 1 : « L’île Bennett » fait partie de l’archipel De Long situé dans la mer de Sibérie orientale. C’est George de Long (1844-1881) qui l’a nommée ainsi depuis son navire La Jeannette le 29 juillet 1881, en hommage à son sponsor, James Gordon Bennett (1841-1918). Son père James Gordon Bennett (1795-1872), avait fondé le New York Herald le 6 mai 1835 (rebaptisé plus tard International Herald Tribune), et cofondé en 1848 l’Agence Associated Press avec David Hale et Horace Greely (1811-1872). Toponyme 2 : « L’île Gordon » se situe en Patagonie chilienne ; elle a été nommée ainsi pour des raisons similaires, par un autre navigateur polaire. Toponyme 3 : La route en corniche « Gordon Bennett » qui relie Beaulieu à Villefranche (06) a été financée par ce grand magnat de la presse, après sa découverte du petit port de Beaulieu-sur-Mer en 1891. Événement : La sixième et dernière coupe automobile « James Gordon Bennett » s’est déroulée en 1905 dans la région des volcans d’Auvergne, à l’ouest de Clermont-Ferrand avec la première carte routière détaillée au 1/100 000e. Cent ans plus tard, du 2 au 5 juin 2005, une nouvelle coupe était organisée sur le même circuit historique long de 137 kilomètres, au départ de Laschamp près du col de Moreno qui culmine à 1 065 mètres d’altitude sur la D 941, avec la participation de nombreuses voitures anciennes. Depuis le 26 juin 1906, la coupe Gordon Bennett automobile a été remplacée par le Grand Prix de France, organisé par l’Automobile Club de France et l’Automobile club de l’Ouest. Événement 2 : La coupe « Gordon Bennett » de ballons à gaz a remplacé la course automobile éponyme dès 1906. C’est la plus prestigieuse course aéronautique au monde. La première en date se déroulera le 30 septembre 1906, avec 16 ballons, au départ du jardin des Tuileries à Paris. Depuis cette date, elle se déroule chaque année au départ d’un pays, sauf de 1913 à 1919 lors de la Première Guerre mondiale, sauf en 1931, et sauf de 1939 à 1982 lors de la Seconde Guerre mondiale et des années qui l’ont suivie. Le record de distance a été obtenu en 1912 avec 2 191 kilomètres parcourus. La coupe « Gordon Bennett » a été remportée quatre fois, dont trois années de suite, de 2001 à 2003, par l’équipage français Vincent et Jean-François Leys. La 50 e édition s’est déroulée en 2006, soit cent un ans après la première édition. La 57 e édition, avec 18 ballons engagés au départ de l’aéroport de Nancy (54), dès le 23 août 2013, a été remportée par l’équipage Vincent Leys et Christophe Houver qui se sont posés au Portugal le mercredi 28 août 2013 après 72 heures de vol ! Cocktail : Un célèbre cocktail a même été nommé « Gordon Bennett » ! Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 2005, un bloc de dix timbres pour commémorer le centenaire de la dernière coupe « Gordon Bennett » automobile de 1905. Philatélie 2 : La Poste française a émis, en 2009, un timbre pour commémorer le centenaire de la coupe « Gordon Bennett » d’aviation de 1909. Homonyme : « Floyd Bennett » (1890-1928), est un aviateur américain qui fait probablement partie de la même famille ; une ville et un lac portent son nom en Alaska. Par ailleurs, Floyd Bennett sera le nom de l’avion utilisé par Richard Byrd (1888-1957) pour survoler pour la première fois le pôle Sud le 29 novembre 1929 à 13h14 GMT ou TU, avec trois membres d’équipage, au départ de la base de Petite-Amérique, construite spécialement le long de la Grande Barrière de Ross. Son expédition était sponsorisée par le New York Times , et son avion baptisé ainsi en hommage au pilote qui lui avait permis de s’approcher du pôle Nord le 9 mai 1926 à 9h03, à bord du trimoteur Fokker BA-I Joséphine Ford , baptisé ainsi en l’honneur de Joséphine Ford (née en 1923) alors âgée de 3 ans, la seule petite-fille d’Henry Ford, le magnat de l’automobile. Mais Floyd Bennett mourra en 1928 au Canada, à l’âge de 30 ans, en attendant un sérum qui aurait pu le sauver, car acheminé trop tard par Charles Lindbergh (1902-1974) en personne.

BENOÎT, Dominique (né au XX e siècle), artisan chocolatier lillois. Chocolats : Les chocolats « Benoît » se présentent sous la forme de bonbons, truffes, tablettes ou en pâtisserie ; ils sont commercialisés dans deux boutiques à Lille (59).

BENOÎT XVI (265 e pape), né le 16 avril 1927 : Historique : Le cardinal allemand Josef Ratzinger, né le 16 avril 1927, a été élu 265 ème pape le mardi 19 avril 2005 en prenant le nom de Benoît XVI . Il participera notamment à trois JMJ (Journées mondiales de la jeunesse), en 2005, 2008 et 2011, puis il décidera, le lundi 11 février 2013, de renoncer à sa charge dès le jeudi 28 février 2013 à 20 heures, pour devenir pape émérite, en retraite au monastère Mater Ecclesiae situé près de l’héliport du Vatican ; il sera alors remplacé le mercredi 13 mars 2013 par le pape François (né le 17 décembre 1936), 266 ème pape : Voir François.

BENOÎT de Nursie (Saint) (481-11/7/547), fondateur de l’ordre des bénédictins. Fête : On souhaite la fête de « saint Benoît », le 11 juillet , en souvenir de ce moine qui fondera vers 529 l’abbaye du Mont-Cassin et l’ordre des bénédictins dont les membres doivent respecter sa règle monastique très stricte rédigée vers 535. C’est le saint patron des agriculteurs, des architectes et de l’Europe, selon le souhait de Pie XII en 1947 ; c’est aussi le saint patron des spéléologues, des cavaliers et des conducteurs de machines. Il est invoqué dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Homonymes : Le nom de « Benoît » a été choisi par dix-sept papes, dont le pape Benoît I er qui dirigera l’Église de 575 à 579, le pape schismatique Benoît XIII d’Avignon , Benoît XV , pape de 1914 à 1922 pendant la première mondiale. Pour mémoire : La garde suisse pontificale comprend 110 hommes célibataires âgés de 19 à 30 ans ; elle a été créée en 1506 pour protéger le pape et sa résidence. Cloche : La cloche « Benoît-Joseph », d’un poids de 1 309 kg, est l’une des 9 nouvelles cloches de Notre-Dame de Paris, bénies le samedi 2 février 2013 par le cardinal de Paris, Monseigneur Vingt-Trois, et mises en service le samedi 23 mars 2013, veille de la fête des Rameaux ; elle porte le double prénom du pape Benoît XVI et cardinal Josef Ratzinger. Toponymes : Plusieurs villes portent son nom, dont celle qui se situe dans l’est de La Réunion (974). Ordre : L’ordre des « Bénédictins » et des « Bénédictines » a été fondé, en 529, par Saint Benoît, d’où son nom. Il a rédigé vers 535 sa Règle très stricte, avec le respect de l’humilité, l’obéissance, la pauvreté et le juste équilibre entre le travail manuel et la prière. Édifice religieux 1 : La cathédrale « Saint-Benoît » de Castres (81) a été presque totalement peinte à l’intérieur, des voûtes aux murs, en passant par les piliers. Édifice religieux 2 : L’église abbatiale romane de « Saint Benoît-sur-Loire » (45) a été élevée au XI e siècle. Édifice religieux 3 : Le monastère « Sao Bento » de Rio de Janeiro a été fondé en 1590. Édifice religieux 4 : La cathédrale de Santa Maria la Nuova et le cloître du monastère « bénédictin » de Monreale, en Sicile, représentent des chefs d’œuvres de l’art arabo-normand, réalisés au XII e siècle... Autres édifices religieux : Ne serait-ce qu’en France, on peut admirer une centaine d’abbayes Bénédictines, sous forme de ruines*, ou magnifiquement restaurées (partiellement ou totalement), notamment à Alet-les-Bains* (11), Angers (49), Arles* (13), Auxerre (89), Baume-les-Messieurs (39), Beaucaire* (30), Beauvais (60), Bergues* (59), Blasimon* (33), Blois (41), Brantôme (24), Caen (14), Casteil (66), Cerisy-la-Forêt (50), Chalais (16), Châlons-sur-Marne (51), Charlieu (42), Chartres (28), Cluny (71) qui fut la plus gigantesque abbaye de la chrétienté durant cinq siècles, Codalet (66), Corbie (80), Crots (05), Dijon (21), Ebersmunster (67), l’abbaye royale de Fontevraud (49), Fontgombault (36), Ganagobie (04), Hambye (50), Ham-en-Artois (62), Hautvillers (51), Jumièges* (50). La Sauve* (33), La Grasse (11), La Chaise-Dieu (43), Lagny-sur-Marne (77), Laon (02), Le Bec-Hellouin (27), Le Mont-Saint-Michel (50), Ligugé (86), Marcilhac-sur-Célé (46), Moissac (82), Montivilliers (76), Mouzon (08), Murbach (68), Narbonne (11), Paris (à Saint-Germain-des-Prés), Plougonvelin* (29), Plouharnel (56), Poitiers (86), Pontoise (60), Reims (51), Rouen (76), Saint-Denis (93), Saint-Hilaire (11), Saint-Omer (62), Saint-Pierre-sur-Dives (14), Saint-Riquier (80), Saint-Savin-sur-Gartempe (86) inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1983, Saint-Wandrille76), Senones (88), Solesmes (59) dont on a fêté le millénaire le 29 mai 2010, Tours (37), Vendôme (41), Vézelay (89), Vitré (35), Wisques (62),… Certaines de ces abbayes et leurs domaines ont été aménagés pour recevoir des réceptions de mariage ou des réceptions professionnelles. Liqueur : La liqueur « Bénédictine » est une marque déposée ; elle a été initialement élaborée en 1510 à l’abbaye de Fécamp (76) par le moine bénédictin alchimiste Dom Bernardo Vincelli, d’où son nom ; sa recette sera reconstituée et fabriquée à partir de 1863 par Alexandre Legrand, dans le « Palais Bénédictine » qu’il fera construire à Fécamp. Gare : La gare « Sao Bento » se situe à Porto au Portugal. Philatélie : La Poste française a émis, en 1980, un timbre à l’effigie de « Saint Benoît ». Journée : Le 11 juillet est la journée mondiale de la population, désignée par le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP ). Fête nationale : Le 11 juillet est aussi la fête nationale mongole nommée Naadam , célèbre par ses courses de chevaux dans tout le pays, qui commémore la Révolution du 11 juillet 1921 dirigée par l’officier mongol Sükhe-Bator (1893-1923) ; on donnera même son nom à la ville frontière russo-mongole qui est aussi la première gare ferroviaire mongole du transsibérien en provenance de Moscou, et en direction de Pékin. Pour mémoire : La longueur du transsibérien russe, de Moscou jusqu’à Vladivostok, est de 9 288 km ; c’était le plus long chemin de fer du monde, jusqu’au mardi 18 novembre 2014, battu alors par nouvelle liaison ferroviaire de fret, longue de 9 977 km entre la ville chinoise de Yiwu et Madrid, après un voyage de 21 jours à travers 8 pays. En effet, la ville chinoise de Yiwu, avec un million d’habitants, est située dans la province chinoise de Zhejiang à 250 km au sud-est de Shanghai. C’est un nœud ferroviaire important.

BENOÎT-JOSEPH Labre (Saint) (27/3/1748-16/4/1783), mendiant français. Fête : On souhaite la fête de « saint Benoît-Joseph », le 16 avril , en souvenir du jour de la mort de ce pèlerin français à Rome, le mercredi saint. Né à Amettes (62) en 1748, il sera l’aîné de quinze enfants. Dès 1767, il essaie en vain d’être admis dès l’âge de 19 ans à la chartreuse de Longuenesse (62), à la chartreuse de Neuville-sous-Montreuil (62), à la Grande Trappe de Soligny (61), et à la grande Trappe de Sept-Fons, près de Moulins… Il prend, en 1769 le chemin de Rome où il arrive le 3 décembre 1770 ; il y séjourne quelques mois avant de passer le reste de sa vie à mendier tout en parcourant à pied les chemins de toute l’Europe sur plus de 30 000 km, en quête de spiritualité ! C’est le saint patron des pèlerins et des S.D.F. ; il sera béatifié le 20 mai 1860, puis canonisé le 8 décembre 1881 par le pape Léon XIII. Statue : Une statue de « Saint Benoît Labre » pesant 2 700 kg a été sculptée en 2012 par Frédéric Cassarano pour être offerte le 10 juin 2012 aux sanctuaires de Lourdes par le diocèse d’Arras (62). Fête nationale : Le 16 avril est aussi le jour de la fête nationale du Danemark pour commémorer la naissance de Sa Majesté la Reine Margrette II, née le 16 avril 1940).

BENOÎT, Pierre (1886-1962), romancier français. Musée 1 : On peut visiter la Maison de « Pierre-Benoît » à Saint-Paul-lès-Dax (40) ; il y a rédigé la plupart de ses quarante romans, dont L’ Atlantide en 1919. Musée 2 : Le Musée « Pierre-André Benoît » est implanté à Alès (30) ; c’est aussi une bibliothèque.

BENSIMON, Serge (né en 1953), créateur français ; BENSIMON, Yves (né en 1957), frère du précédent. Marque : Les surplus militaires « Bensimon » ont été créés en 1980 par ces deux frères à la mort de leur père. On pouvait y trouver des vêtements militaires, des uniformes et des vêtements de travail. Ils ont alors lancé la mode des chaussures de tennis multicolores, et créé en 1984 des collections de vêtements pour hommes et pour femmes. Ils ouvrent en 1986 à Paris leur premier magasin « Autour du Monde » pour proposer à leur clientèle des vêtements très colorés en provenance du monde entier, des chaussures, des cosmétiques, des parfums dont de l’eau de Cologne Bensimon depuis 1993, des bougies parfumées, des sacs de voyage pliables, et même des accessoires pour chiens…

BENTLEY, Walter Owen (16/9/1888-1971), industriel américain. Marque : La firme construisant les automobiles « Bentley » a été fondée à Londres, le samedi 18 janvier 1919, puis elle a été rachetée par Rolls-Royce en 1931. Le 25 juillet 2004, un riche collectionneur a déboursé la somme de 3,8 millions d’euros pour acheter au Mans une voiture Bentley de 1930 ; elle est ainsi devenue la voiture la plus chère du monde. Le modèle Speed Six a été commercialisé entre 1925 et 1931. Le modèle Continental GT est commercialisé depuis 2002, et la Continental Flying Spur est commercialisée depuis fin 2005. Cette firme fait maintenant partie du groupe Volkswagen, premier constructeur européen, qui comprend les 7 marques automobiles, VW, Audi, Bentley, Bugatti, Lamborghini, Seat et Škoda ; la marque de motos Ducati et la marque de camions Scania. Le groupe Volkswagen (VW) pourrait même devenir le premier groupe mondial dès 2015 ! Le modèle Continental R d’occasion vaut tout de même 65 000 € après 15 ans d’âge et 40 000 km au compteur. Le modèle Bentley G.t.c . neuf vaut déjà 200 000 €, le modèle Bentley continental GT speed cabriolet vaut plus de 236 000 €, le modèle Bentley Arnage vaut plus de 265 000 €, et le modèle cabriolet Bentley Azure de 43 CV plus de 335 000 € ! Pour commémorer les 60 années de règne de la reine de Son Altesse Sérénissime la Reine Elisabeth II en 2012, Bentley a construit 60 exemplaires d’un modèle haut de gamme baptisé Mulsanne Diamond Jubilee Édition . Joaillerie : La collection de montres « Breitling for Bentley », sous le signe du « B ailé », ravira à la fois les amateurs de belles montres et de belles voitures. Toponyme : La fosse subglaciale de « Bentley » se situe en Antarctique, par 2 000 mètres de profondeur.

BENTZ, Melitta (née le 31 janvier 1873), inventrice allemande. Marque 1 : Le filtre à café micro perforé « Melitta » a été inventé en 1908 par cette jeune femme en filtrant son café avec un papier buvard ; elle lui donnera son prénom. Cette marque fabrique maintenant des cafetières à broyeur de grains. Marque 2 : Après en avoir déposé le brevet, son mari créera la société « Bentz » destinée à le fabriquer en grande série et à le commercialiser dans le monde entier. La société actuelle, dirigée par ses petits-enfants, Thomas et Alexandre Bentz, emploie plus de 3 300 personnes !

BENZ, Carl Friedrich (25/12/1844-4/4/1929), ingénieur allemand : BENZ, Berta (1849-1944), épouse du précédent. Seconde génération : BENZ, Mercedes (née au XIX e siècle), fille aînée des deux précédents. Autre personnalité : DAIMLER, Gottlieb (17/3/1834-6/3/1900), ingénieur allemand. Marque 1 : Carl Benz invente le moteur à gaz à 2 temps en 1878. Il équipe ses premières voitures d’un moteur monocylindre et crée sa firme « Benz » en 1883. Trois ans plus tard, le 29 janvier 1886, il dépose le brevet du tricycle Benz avec lequel il parcourt pour la première fois, avec un véhicule à essence, la distance de 1 kilomètre à la vitesse de 15 km/h, dans sa ville de Mannheim en Allemagne, avant de parcourir ensuite jusqu’à 100 kilomètres. Son épouse Berta Benz sera la première conductrice d’une automobile. Marque 2 : Gottlieb Daimler invente le carburateur à essence en 1876, dépose le brevet du moteur à gaz de pétrole en 1885, fabrique sa première voiture à pétrole, baptisée Victoria en 1886, et crée sa firme « Daimler » en 1890. Marque 3 : La première voiture « Mercedes » est fabriquée le 13 mars 1901 par Benz ; elle a été nommée ainsi par Carl Benz en l’honneur de sa fille aînée Mercedes. La firme automobile « Daimler-Benz » sera fondée, en 1926, à partir des deux firmes automobiles allemandes « Daimler » et « Benz ». Les véhicules construits par ce nouveau groupe s’appelleront désormais « Mercedes-Benz », dès 1928, puis tout simplement « Mercedes » dès le milieu du XX e siècle. Cette marque propose 15 gammes de voitures en 2006, dont les classes A, B, C, CLA, E, G, GLA, M, R et S, déclinées en plusieurs versions (coupé, familiale, break ou cabriolet), selon la motorisation et les accessoires. Le logo Mercedes comporte trois branches pour représenter les véhicules particuliers, les véhicules utilitaires et le sport automobile. Le modèle Mercedes GLA 220 CDI ne vaut que 38 900 €. Le modèle Mercedes Classe C Coupé vaut de 37 000 à 60 000 € en 2016. Le modèle Mercedes E280 CDI vaut déjà plus de 50 000 €, le modèle cabriolet E500 vaut quand même 82 700 €, tandis que le modèle Mercedes CL vaut tout de même plus de 122 000 €, et le modèle Mercedes McLaren SLR Cabriolet culmine à près de 500 000 € ! Dans la catégorie 4x4, les modèles Classe R 63 AMG, Classe ML 63 AMG et Classe G 55 K AMG valent plus de 115 000 € ! Par ailleurs, la Mercedes SLS AMG ED est la première voiture grand tourisme électrique, commercialisée en juin 2013 à 413 900 € avec une autonomie de 250 km ! Le groupe Mercedes-Benz France, dirigé depuis le 1 er janvier 2014 par l’Allemand Mark Langenbrinck (né en 1970), représente 15 000 emplois pour un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros en 2014, avec l’immatriculation de plus de 77 000 véhicules, dont les Smart et autres véhicules de tourisme, les camions, les autobus et les véhicules utilitaires. Marque 4 : Le groupe Daimler-Benz AG fusionnera en 1998 avec Chrysler Corporation pour former le groupe allemand « DaimlerChrysler » qui participera avec le groupe français Lagardère à la création d’EADS (European Aeronautic Defense and Space company), le 10 juillet 2000. Ce groupe possède actuellement les marques Mercedes-Benz, Maybach, AMG, Chrysler, Jeep, Dodge et Smart ; cette dernière marque est même vendue aux États-Unis depuis 2008. EADS comprend également le groupe « Eurocopter », basé à Marignane (13) près de l’aéroport Marseille Provence, qui est devenu le numéro 1 mondial pour la fabrication des hélicoptères militaires. Daimler, quant à lui, fera alliance avec Renault le 6 avril 2010. Joaillerie : La collection de chronomètres « TAG Heuer SLR for Mercedes-Benz » a été lancée par le célèbre joaillier français Richard Mille. Stade : Le stade « G. Daimler » de Stuttgart comporte 47 760 places. Il a accueilli plusieurs matches de la coupe du monde de football 2006. Voir Hitler. Écurie : L’écurie « Mercedes » de Formule 1 a notamment remporté 16 grands prix en 2014 ! Musée : Le Musée « Mercedes-Benz » de Stuttgart, en Allemagne, a été construit par l’architecte néerlandais Ben Von Berkel ; il a été inauguré fin mai 2006, et présente 180 véhicules de la marque ; c’est le plus important musée automobile du monde. Philatélie : La Principauté de Monaco a émis, en 1975, un premier timbre représentant une voiture « Mercedes-Benz 300 SL » de 1955, puis, en 2002, un second timbre représentant une voiture « Mercedes 220A cabriolet » de 1949.

BÉRANGER (Saint) (mort le 26 mai 1093), moine bénédictin. Fête : On souhaite la fête de « saint Béranger », le 26 mai , en souvenir de ce moine qui sera réputé pour son ascétisme à l’abbaye bénédictine de Saint-Papoul dans l’Aude, en Languedoc ; on constatera de nombreux miracles sur sa tombe. Bérengère est un prénom féminin, donné notamment à Bérengère Colomès, la sœur de l’auteur de ce dictionnaire. Fête nationale : Le 26 mai est aussi le jour de la fête nationale en Géorgie pour commémorer son indépendance suivie de l’élection du premier président de Géorgie le 26 mai 1991.

BÉRARD, Frédéric et Guillaume (nés au XX e siècle), entrepreneurs français. Groupe : Le groupe « Bérard », fondé en 1968, comprend actuellement un réseau de 360 salons de coiffure.

BERCK-sur-MER, ville et plage du Pas-de-Calais (62), face à la Manche. Événement 1 : Les « Six heures de Berck-sur-Mer, en char à voile » se déroulent chaque année en septembre depuis des décennies. Le départ se fait comme aux 24 heures du Mans, et les deux pilotes de chaque char à voile se relayent à leur guise pendant 6 heures. La 51 e édition s’est déroulée les 15 et 16 octobre 2016. Événement 2 : Les « Cerfs-volants de Berck-sur-Mer » (62), petits ou géants, s’envolent chaque année pendant 9 jours, avec des milliers de cerf-volistes chevronnés. La 31 ème édition s’est déroulée du samedi 1 er au dimanche 9 avril 2017. Numismatique : La Monnaie de Paris a émis, le samedi 18 mars 2017, une nouvelle monnaie de 2 euros consacrée aux « cerfs-volants de Berck-sur-Mer (62) ». Cette monnaie est mise en vente à l’Office de Tourisme de Berck depuis cette date. Pour mémoire : L’iode de la Côte d’Opale et de la ville de Berck, face à la Manche, est réputé pour faciliter et accélérer la réparation des fractures osseuses.

BERCY, Charles Henri de Malon, marquis de (mort en 1676), président du Parlement de Paris… Troisième génération : BERCY, Charles Henri de Malon, seigneur de (1678-1742), petit-fils du précédent. Quatrième génération : BERCY, Nicolas Charles de Malon, seigneur de (1708-1790), fils du précédent. Cinquième génération : BERCY, Maximilien Emmanuel Charles de Malon de (1745-1781)… Toponyme s : Le quai et le port de « Bercy », la gare de « Paris-Bercy », la station de métro « Bercy » (sur les lignes 6 et 14), « Bercy Village », l’échangeur routier de la « Porte de Bercy » et le Parc de « Bercy » se situent dans le 12 e arrondissement de Paris, sur la rive droite de la Seine ; ils portent le nom de la seigneurie de Bercy qui possédait à cet endroit des terres acquises en 1624 de Thomas le Cocq, sieur de la Rapée. Édifice 1 : « Le Palais omnisports de Paris-Bercy » (POPB), en forme de pyramide octogonale recouverte de gazon, accueille de nombreuses compétitions sportives ainsi que des concerts et des spectacles exceptionnels depuis son inauguration le 3 février 1984. Il a accueilli 30 millions de spectateurs, 715 concerts et 670 manifestations sportives en 30 ans, puis il sera rénové de mars 2014 à octobre 2015, avec un budget de 96 millions d’euros, pour passer de 17 000 à 21 000 places ! Édifice 2 : Le grand bâtiment ultramoderne surnommé « Bercy » regroupe les ministères de l’économie, des finances et de l’industrie, du commerce extérieur, du budget et de la réforme de l’État ; il se situe face au pont et au boulevard de Bercy ; un petit quai sous l’édifice permet même à des vedettes d’embarquer des ministres pour se rendre rapidement au Palais de l’Élysée via la Seine. Édifice 3 : Le superbe château de « Bercy », construit à partir de 1658 par Louis Le Vau (1612-1670) sur des dessins de François Mansart (1598-1666) dans le Parc de Bercy ci-dessus, a été détruit en 1861. Édifice 4 : Le centre commercial de « Bercy 2 » est par contre situé à Charenton-le Pont (94), entre de la Porte de Bercy et le Parc de Bercy 2.

BERÈS, Pierre (né le 18 juin 1913), libraire français. La librairie « Pierre Berès » a accumulé, depuis 1931, un fonds extraordinaire d’incunables et de manuscrits anciens. Ses prodigieuses collections, vendues aux enchères entre 2005 et 2006 par Pierre Bergé et Associés, ont atteint des prix faramineux. Ce « libraire des libraires » a finalement offert à l’État, en juin 2006, un manuscrit autographe de La Chartreuse de Parme de Stendhal (1783-1842) qui fera l’objet d’un téléfilm italo-français en deux parties, réalisé par Cinzia Th. Torrini, et diffusé sur France 3 les 29 et 30 décembre 2012.

BERETTA, Bartolomeo (1490-1566), armurier italien… Onzième génération : BERETTA, Pietro (1791-1853), descendant du précédent. Douzième génération : BERETTA, Giuseppe (1840-1903), fils du précédent. Treizième génération : BERETTA, Pietro (22/4/1870-1 er /5/1957), fils du précédent. Quatorzième génération : GUSSALLI-BERETTA, Ugo (né le 21 novembre 1937). Quinzième génération : BERETTA, Franco (né en 1964), fils du précédent ; BERETTA, Pietro (né le 22 avril 1970), frère du précédent… Objet : Les armes à feu « Beretta » sont fabriquées par cette famille italienne depuis le mercredi 3 octobre 1526, soit depuis quinze générations ! La société « Fabbrica d’Armi Pietro Beretta » a été officiellement créée en 1680. Ugo Gussalli-Beretta est le PDG de cette entreprise depuis 1993. Musée : Le Musée « Beretta » présente une belle sélection des armes produites par cette entreprise. Association : Cette entreprise fait partie de l’association des « Hénokiens », créée en 1981 pour rassembler une quarantaine de groupes familiaux bicentenaires, implantés aux quatre coins du monde.

Berezina, rivière de Biélorussie. Retraite : Les troupes de Napoléon ont franchi cette rivière sur des pontons, en novembre 1812, lors de la triste déroute de la campagne de Russie. Livre : Berezina , de l’écrivain Sylvain Tesson et du photographe Thomas Goisque, est publié aux éditions Gallimard. Il raconte un raid de 4 400 km en side-car, de Moscou jusqu’à Paris, sur le traces du terrible carnage de la Berezina.

BERGÉ, Pierre (né le 14 novembre 1930), homme d’affaires français. Fondation : La Fondation « Pierre Bergé-Yves St Laurent » est présidée par Pierre Bergé. Après avoir participé à la création de la Maison de couture Yves Saint-Laurent et l’avoir dirigée pendant de nombreuses années, Pierre Bergé a créé au début du XXI e siècle la maison des ventes aux enchères « Pierre Bergé et Associés », avec le concours de plusieurs banques, ce qui lui a notamment permis de vendre en 2005 et 2006, à des prix faramineux, le fonds de la librairie « Pierre Berès », avec ses nombreux incunables. Voir Berès et Saint-Laurent.

BERGER, Gaston (1896-1960), industriel et philosophe français. Lycée : Le lycée et les prépas « Gaston-Berger » sont implantés à Lille (59) ; ils ont été nommés ainsi en souvenir de cet administrateur qui fondera le centre Universitaire international et qui sera directeur général de l’enseignement supérieur de 1953 à 1960. Citation de Gaston Berger : « L’avenir, c’est tout ce qui nous manque ; c’est ce qu’il nous reste à faire. »

BERGER, Maurice Hilaire (2/12/1866-1930), pharmacien et inventeur français. Groupe : Le groupe « Berger » a été fondé, en 1998, pour commémorer le centenaire de l’invention de la lampe hygiénique « Berger » par Maurice Berger qui lui a donné son nom lors de son dépôt de brevet du 16 juin 1898. Ses lampes en verre, ou en porcelaine, permettent d’assainir l’air vicié et de parfumer l’air ambiant grâce à un astucieux système de diffusion et de catalyse. Il fabriquera de nombreuses lampes entre 1910 et 1926, puis revendra sa société en 1927 à Jean-Jacques Failliot qui en gardera le nom : « Société des produits Berger, l’ozosenteur ». Plus de 20 000 lampes seront alors fabriquées chaque année jusqu’en 1938. Gilbert Failliot prendra ensuite la succession de son père, écrasé par un véhicule allemand en octobre 1940. Devenue une société anonyme en 1965, elle sera revendue en 1973 à Marcel Auvray qui développera considérablement cette marque, avec la fabrication annuelle de 80 000 lampes. Son fils Philippe prendra sa succession en 1989 pour développer l’entreprise en Europe et en Amérique du nord. « Le groupe Bergé », créé en 1998, regroupe actuellement 8 sociétés et 6 marques, avec des brevets déposés dans 20 pays ; il compte plus de 500 salariés qui fabriquent et commercialisent plus d’un million de lampes par an.

BERGERAC, Cyrano de (1619-1655), écrivain français. Œuvre : La comédie historique « Cyrano de Bergerac » en 5 actes et en vers a été écrite en 1897 par Raymond Rostand (1869-1918), en mémoire de cet écrivain français. Promotion : Les élèves de l’ENA, intégrés en 1997, ont choisi « Cyrano de Bergerac » comme nom de leur promotion 1998-1999.

BERGGRUEN, Heinz (6/1/1914-23/2/2007), marchand d’art et philanthrope allemand. Musée : Le Musée « Berggruen » est implanté à Berlin, la ville natale de ce grand collectionneur ; il présente une prodigieuse exposition d’œuvres d’art offertes à l’Allemagne en 2001 par Heinz Berggruen pour le quart de leur valeur, ce qui représente tout de même 200 millions de dollars ! On y trouve, sur trois étages, de superbes tableaux de Braque, Cézanne, Giacometti, Klee, Matisse, Picasso et Van Gogh, représentant sa collection personnelle.

BERGOUNIOUX, Pierre (1877-1959), agent immobilier français. Seconde génération : BERGOUNIOUX, Pierre (1916-1950), fils du précédent. Troisième génération : BERGOUNIOUX, Jean-Louis (né en 1945), fils du précédent. Quatrième génération : BERGOUNIOUX, Pierre-Jean (né en 1976), fils du précédent ; BERGOUNIOUX, Virginie (née au XX e siècle), sœur du précédent. Société : L’agences immobilière « Bergounioux » du Touquet (62) remonte à 1900 via 4 générations d’agents et promoteurs immobiliers ; elle se situe avenue Saint-Jean.

BERGSON, Henri (18/10/1859-4/1/1941), philosophe français. Lycée : Les lycées « Henri Bergson » se situent à Angers (49) et dans le 19 e arrondissement de Paris ; ils ont été nommés ainsi en souvenir de ce philosophe a obtenu le prix Nobel de littérature en 1927. Philatélie : La Poste française a émis, en 1959, un timbre à l’effigie « d’Henri Bergson ».

BERGSTRESSER : Voir DOW.

BÉRING, Vitus Jonassen (12/8/1681-19/12/1741), navigateur polaire danois. Toponyme 1 : « La mer de Béring » se situe entre le détroit de Béring et les îles Aléoutiennes ; elle a été découverte par ce navigateur en 1728, après 3 années d’expédition commanditées en 1725 par Catherine 1 ère de Russie. Toponyme 2 : « Le détroit de Béring », large de 95 km, sépare la Russie de l’Alaska. Il relie l’océan Arctique à la mer de Béring, puis à l’océan Pacifique. Deux îlots rocheux de 500 mètres d’altitude se trouvent en son milieu par 65°45’N et 169°W, de chaque côté de la Ligne de changement de date. En effet, lorsqu’il est samedi sur la petite Diomède à l’est, il est déjà dimanche sur la grande Diomède à l’ouest, à la même heure ! La grande Diomède (russe avec quelques soldats) et la petite Diomède (américaine en Alaska avec 90 habitants), sont séparées seulement de 4 km. Ce détroit a été nommé ainsi en hommage au navigateur danois Vitus Béring (1681-1741) qui l’a franchi le dimanche 15 août 1728 avec son navire Gabriel , après le navigateur russe Semyon Dejnev (1608-1672) qui l’avait déjà découvert par le nord en 1648. Toponyme 3 : « La plaine abyssale de Béring » descend jusqu’à -3 962 mètres de profondeur ; je vous laisse le soin de la situer sur les cartes et atlas spécifiques. Le nom de Béring a aussi été donné à un lac et un glacier. Toponyme 4 : « L’île Béring » se situe au sud-ouest de la mer de Béring, près de la péninsule russe du Kamtchatka ; elle fait partie des îles du Commandeur où Vitus Béring succombera du scorbut le mardi 19 décembre 1741, après une ultime expédition maritime vers l’Alaska à bord du Saint-Pierre au cours de laquelle il permettra à son naturaliste Steller (1709-1746) de descendre à terre quelques heures sur l’île Kodiak, pour y récolter une petite collection de plantes… Lors de cette ultime expédition de Béring, son second Alexeï Tchirikov (1703-1748), commandant du Saint-Paul , fut séparé du Saint-Pierre et réussit à rejoindre la Russie en octobre 1742, via les îles Aléoutiennes. Anecdotes : En août 1979, le détroit de Béring a été franchi par le véliplanchiste Arnaud de Rosnay (1946-1984) ; il a de nouveau été franchi le 17 août 1988 par le navigateur français Olivier Chiabodo (né en 1963) sur un Hobie Cat 18, long de 5,49 mètres et pesant 180 kg ; ce détroit a enfin été traversé à ski en 1998 par l’explorateur polaire russe Dmitry Shparo (né en 1942) accompagné de son fils Matvey. Projet : Les Russes et les Américains envisagent de créer une longue route intercontinentale, de Paris à New York, via le détroit de Béring, large de 90 km, qui serait traversé par un pont via les îles Diomède distantes de 4 kilomètres, de chaque côté de la ligne de changement de date. La Grande Diomède inhabitée est russe, tandis que la Petite Diomède qui compte 200 habitants est américaine. Monument : Un monument a été construit face à la grande baie de Provideniya en l’honneur du célèbre explorateur danois Vitus Béring. Homophone : On écrit parfois « Behring » avec un h ; en fait, il s’agit alors d’Emil Von Behring (1854-1917), un bactériologiste allemand qui reçut le premier prix Nobel de médecine en 1901.

BERKELEY, George (1685-1753), évêque irlandais. Université : L’université américaine de « Berkeley », implantée dans la ville éponyme près de San Francisco, a été fondée en 1868 et construite en 1873. Cette ville et cette université ont été nommées ainsi en souvenir de ce religieux irlandais qui était venu évangéliser les Indiens au XVIII e siècle, avant de rentrer chez lui pour y être consacré évêque ; il finira sa vie à Oxford, ville réputée pour l’université éponyme fondée en 1163 !

BERKELEY, James (1680-1736), amiral anglais. Toponyme 1 : Le cap « Berkeley » se situe au nord de l’île du Prince-de-galles, dans le Territoire du Nunavut, par 75°55’N et 100°15’W. Toponyme 2 et 3 : « Le détroit de Berkeley » et « le golfe de Berkeley » se situent aux îles Falkland. Ces trois toponymes ont été nommés ainsi en hommage à l’amiral anglais qui fut Premier lord de l’Amirauté, de 1717 à 1737. Homonyme : Le colonisateur anglais « Sir William Berkeley » (1605-1677) fut gouverneur de Virginie de 1641 à 1649.

BERLIET, Marius (21/1/1866-17/4/1949), industriel français. Seconde génération : BERLIET, Paul (5/10/1918-7/8/2012), fils du précédent. Troisième génération : BERLIET, Chantal (née au XX e siècle), fille du précédent… Marque : Les autobus et les camions « Berliet » sont fabriqués à Vénissieux (69), dans la zone industrielle de Lyon sud-est, par cette société qui créera le premier véhicule monocylindre, en 1894, des automobiles de course, dès 1907, et des omnibus, précurseurs des autobus, en 1926. Paul Berliet sera PDG de Berliet de 1962 à 1974. La marque et les usines « Berliet » seront alors rachetées par Citroën en 1967, puis fusionneront en 1978 avec Saviem pour créer la société Renault Véhicules Industriels (RVI). Fondation : La Fondation de l’automobile « Marius Berliet » a été créée en janvier 1982 à Lyon (69) par Paul Berliet, le fils de Marius Berliet ; on y trouve un Musée de l’automobile avec plus de 200 véhicules d’époque, de 1886 à 1995, ainsi que la balise Berliet N°14. Alliance : Chantal Berliet épousera Alain Mérieux, PDG de bioMérieux. Expédition : Une expédition « Berliet » a été organisée en 1960 à travers le Sahara ; son tracé a été matérialisé par des balises « Berliet » que l’on retrouve sur le terrain et dont l’emplacement de certaines d’entre elles est toujours indiqué sur la carte Michelin de l’Afrique de l’Ouest au 4 millionième. Pour mémoire : Dix-sept ans plus tard, « la Croisière des sables Saviem » déposera 25 autres balises en 1977. En effet, sept camions Saviem traverseront le Sahara d’ouest en est, sur 10 000 kilomètres, dont 7 000 en hors-piste, sous la direction de Christian Gallissian, au départ de Dakar le 1 er janvier 1977 en direction de l’Égypte, via Nouakchott le 4 janvier, Gao du 16 au 18 janvier, Agadez du 27 janvier au 14 février, Dirkou du 21 février au 3 mars, pour arriver le 24 mars à Al Kharga en Égypte, et poursuivre leur voyage par la route jusqu’à Alexandrie. La société « Saviem » (Société Anonyme de Véhicules Industriels et d’Équipement Mécaniques) a été fondée en 1955 ; elle a repris en 1959 les autobus Floriat et Chausson. En 1978, un an après le raid transsaharien Saviem, les sociétés Saviem et Berliet fusionneront pour créer l’unique constructeur français de poids lourds qui sera alors baptisé « Renault Véhicules Industriels » (RVI), la branche véhicules du groupe Renault. Paul Berliet sera alors vice PDG de RVI International. Quelle carrière !

BERLIN, capitale de l’Allemagne. Véhicule : La première « berline » fut un véhicule à cheval inventé à Berlin, d’où son nom, par Philip de Chiese, responsable des transports du duc Frédéric-Guillaume de Brandebourg. Il créa alors, en 1660, un carrosse suspendu pouvant emmener confortablement quatre passagers sur des centaines de kilomètres. Il offrit l’une de ses berlines au roi Louis XIV. De nos jours, les « berlines » sont des voitures familiales très confortables. Mur : Le « mur de Berlin » a été édifié à partir du 13 août 1961 pour séparer l’est de l’ouest de la ville de Berlin, enclavée dans l’Allemagne de l’Est. Le mur de Berlin a été finalement ouvert les jeudi 9 et vendredi 10 novembre 1989. Après la chute du mur de Berlin, cette ville redevient la capitale de l’Allemagne dès le jeudi 20 juin 1991. Pour mémoire : La ville de « Berlin » a été fondée en 1275.

BERLIOZ, Hector (11/12/1803-8/3/1869), compositeur français. Musée : Le Musée « Hector-Berlioz » est installé à La Côte-Saint-André (38) dans la maison natale de ce compositeur fort connu pour ses opéras dont La Damnation de Faust (1846), ses symphonies dont Roméo et Juliette (1839), ses musiques symphoniques ou religieuses, dont le Requiem composé en 1837 et le Te Deum composé en 1855... Navire : Le ferry Berlioz de la nouvelle compagnie maritime « My Ferry Link » exploite la liaison transmanche entre Calais et Douvres depuis le 12 août 2012. Cette nouvelle compagnie est gérée par une coopérative de salariés, après huit mois de liquidation judiciaire de l’ancienne compagnie SeaFrance rachetée par Eurotunnel. Ce ferry a été lancé aux chantiers de l’Atlantique en 2005 ; il peut transporter 1 900 passagers et 120 camions. Lycée : Le lycée « Hector-Berlioz » se situe à Vincennes (94). Numismatique : La Banque de France a émis, du 23 novembre 1972 au 6 juillet 1978, des billets de 10 francs à l’effigie de « Berlioz ». Elle détient le monopole de l’émission des billets depuis le samedi 18 janvier 1800. Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1936, un premier timbre à l’effigie « d’Hector Berlioz », avec une surtaxe au profit des chômeurs intellectuels, et en 1983, un second timbre, toujours avec une surtaxe. Philatélie 2 : La Principauté de Monaco a émis, en 1987, un premier timbre à l’effigie « d’Hector Berlioz » pour commémorer le 150 e anniversaire de son Requiem , puis un second timbre, en 2003, pour commémorer le bicentenaire de sa naissance.

BERLUTI, Alessandro (1865-1922), bottier italien. Seconde génération : BERLUTI, Torcello (1885-1959), fils du précédent. Troisième génération : BERLUTI, Talbinio, fils du précédent. Quatrième génération : BERLUTI, Olga, fille du précédent… Marque : Le bottier « Alessandro Berluti » a fondé sa marque de bottes et de chaussures, en 1895 ; ses descendants, Torcello, Talbinio et Olga développeront cette marque à Paris, à Londres, à New York et à Tokyo, sachant que la dirigeante actuelle, Olga, est la seule femme bottière au monde. Berluti commercialise aussi des vélos très chics, en partenariat avec la marque Cycles Victoire. Berluti a rejoint le groupe LVMH en 1993.

BERMUDEZ, Juan de (mort en 1570), navigateur portugais. Toponyme : « L’archipel des Bermudes » se situe au nord de la mer des Sargasses dans l’Atlantique Nord ; il comprend 150 îlots coralliens dont seulement une vingtaine est habitée. C’est une colonie autonome du Royaume-Uni depuis le 8 juin 1968, membre du Commonwealth. Ses habitants ont refusé leur indépendance lors du référendum du 17 août 1995. La superficie de cet archipel est de 53 km 2 pour une population de 63 000 hab., soit une densité de 1 189 hab. au km 2 . La capitale est Hamilton. La compagnie anglaise des Bermudes a été fondée dans l’île de Somers. Cet archipel peut être considéré comme un paradis fiscal car il n’y a aucun impôt sur les revenus, tout au moins jusqu’en l’an 2016. On y trouve en effet l’un des plus hauts niveaux de vie au monde, soit plus de 30 000 dollars américains par an et par habitant. Les bases navales anglaises et américaines ont été fermées en 1995. Cet archipel porte le nom du navigateur portugais, Juan de Bermudez, qui l’a découvert en 1503, en 1515 ou en 1522 selon les sources... Vêtement : Le « bermuda » a été lancé aux îles Bermudes au début du XIX e siècle, à la demande des militaires britanniques de la Royal Navy qui se plaignaient de la chaleur dans cet archipel. Ils ont donc demandé de raccourcir le pantalon de leur uniforme, au-dessus du genou. Depuis les années 1930, lors des Jeux Olympiques et des Jeux du Commonwealth, les athlètes des Bermudes portent des bermudas lors des cérémonies officielles. Au XXI e siècle, en été, les garçons et les hommes utilisent les bermudas comme maillots de bains sur la plage et dans la mer, ou pour se promener dans les stations balnéaires. Anecdote : Le triangle qui relie Miami, Porto Rico et les Bermudes, sur la mer des Sargasses, est souvent surnommé « Le triangle des Bermudes » car il est hélas réputé pour la disparition d’une soixantaine d’avions ou de bateaux depuis le XIX e siècle qui serait due, selon une théorie très récente, à des émanations importantes et soudaines de gaz de méthane en provenance des fonds sous-marins ; cela diminuerait la flottabilité des navires et ferait exploser des avions. Ce phénomène naturel pourrait donc expliquer notamment la disparition en moins d’une heure de 5 chasseurs-bombardiers et d’un hélicoptère américain le 5 décembre 1945, sept mois après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Voilier : La goélette Spirit of Bermuda, longue de 36 mètres, est basée dans le port d’Hamilton, aux Bermudes pour servir de navire-école pour les jeunes Bermudiens ; elle a été lancée, en 2006, au chantier Rockport dans la Maine sur la côte est des États-Unis.

BERNADETTE Soubirous (Sainte) (7/1/1844-16/4/1879), jeune chrétienne française. Fête : On souhaite la fête de « sainte Bernadette », le 18 février , en souvenir du jour de la troisième apparition de la Vierge Marie à cette future sainte dans la grotte de Massabielle à Lourdes (65). Alors âgée de 14 ans, elle verra dix-huit apparitions, du 11 février au 16 juillet 1858 (voir à Sainte Marie), dont celle au cours de laquelle Marie se présente : « Je suis l’Immaculée conception » que l’on fête désormais le 8 décembre car ce dogme a été proclamé à Rome le 8 décembre 1854. Quelques années plus tard, le 7 juillet 1866, elle entrera au couvent de Saint Gildard à Nevers (58) à l’âge de 22 ans, pour y prononcer ses vœux le 30 octobre 1867, en prenant le nom de sœur Marie-Bernard ; elle y mourra fort jeune, à l’âge de 35 ans. On peut se recueillir devant la chasse qui héberge le corps intact de sainte Bernadette, car des pèlerinages y sont organisés d’avril à octobre. Les apparitions de la Vierge Marie à cette jeune fille sont à l’origine du pèlerinage de Lourdes. Elle est invoquée dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Événement 1 : Le pape Jean-Paul II (1920-2005) est venu à Lourdes le 15 août 1983 et entre le 14 et le 16 août 2004. Événement 2 : Le pape Benoît XVI (né le 16 avril 1927), 265 ème pape, s’est rendu à Lourdes du 13 au 15 septembre 2008 pour célébrer le 150 e anniversaire des apparitions de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous et célébrer une messe à la basilique « Notre-Dame-du-Rosaire ». Musée : Le Musée « Sainte-Bernadette » se situe à Lourdes, sa ville natale. Pèlerinage : Un grand pèlerinage se déroule chaque année le 18 février à Saint-Gildar de Nevers (58) pour honorer cette sainte, car on y a retrouvé son corps intact à chaque exhumation entre 1909 et 1925. Fête : On souhaite la fête de « Notre-Dame de Lourdes », le 11 février, en souvenir de la première apparition de Notre-Dame en 1858, suivie par dix-sept autres apparitions jusqu’au 16 juillet de la même année. Fête nationale : Le 18 février est aussi le jour de la fête nationale en Gambie pour commémorer son indépendance du 18 février 1965.

BERNADOTTE, Jean-Baptiste (26/1/1763-8/3/1844), maréchal d’Empire français. Dynastie : La dynastie suédoise actuelle « Bernadotte » a été fondée par ce maréchal d’Empire, né à Pau (64), qui sera roi de Suède et de Norvège de 1818 à 1844 sous le nom de Charles XIV Jean . Son fils, Oscar 1 er (1799-1859) sera roi de Suède et de Norvège de 1844 à 1859 ; viendront ses descendants, Charles XV (1826-1872), roi de Suède et de Norvège de 1859 à 1872 ; Oscar II (1829-1907), roi de Norvège de 1872 à 1905, et roi de Suède de 1872 à 1907, après la séparation de ces deux états en 1905 ; Gustave V (1858-1950) , roi de Suède de 1907 à 1950 ; Gustave VI Adolphe (1882-1973), roi de Suède de 1950 à 1973 ; et le dernier en date, Charles XVI Gustave (né le 30 avril 1946), roi de Suède depuis 1973. Sa fille Victoria (née le 14 juillet 1977) est la princesse héritière de Suède. Édifice : La caserne « Bernadotte » de Pau (64) regroupe la plupart des archives militaires françaises. Musée : Le Musée « Bernadotte » de Pau (64) est implanté dans sa maison natale ; il regroupe tous ses souvenirs.

BERNANOS, Georges (20/2/1888-5/7/1948), écrivain français. Espace : L’Espace « Georges Bernanos » se situe près de la gare Saint-Lazare à Paris ; il rend ainsi hommage à l’auteur, notamment, du « Journal d’un curé de campagne » publié en 1936. Maison : La Maison de « Bernanos » de situe à Fressin (62), dans le village de son enfance. Statue : Le buste en bronze de « Georges Bernanos » est visible près de la mairie de Fressin (62). Philatélie : La Poste française a émis, en 1978, un timbre à l’effigie de « Georges Bernanos ».

BERNARD, Claude (1813-1878), médecin et physiologiste français. Lycée : Le lycée « Claude-Bernard » est implanté dans le 16 e arrondissement de Paris, près du Parc des Princes. Il a été nommé ainsi en souvenir de ce médecin, interne des hôpitaux dès 1839, qui fut notamment professeur au Collège de France et au Muséum d’histoire naturelle. Hôpital : L’hôpital-clinique « Claude-Bernard » est implanté à Metz (57). « Université : L’université « Claude-Bernard » est implantée à Lyon I (69).

BERNARD de Clairvaux (Saint) (1090-20/8/1153), abbé de Clairvaux. Fête : On souhaite la fête de « saint Bernard », le 20 août , en souvenir du jour de la mort de ce saint qui sera souvent un arbitre entre la papauté et les royautés au XII e siècle. Il deviendra moine à Cîteaux en 1112 et fondera l’abbaye de Clairvaux le vendredi 25 juin 1115 ; il en sera l’abbé jusqu’à sa mort en 1153 ; entre-temps, devenu un prédicateur et écrivain renommé, saint Bernard prêchera en faveur de la seconde croisade le jour de Pâques 1146 dans l’église de Vézelay (89), et sera proclamé docteur de l’Église en 1830 ; elle a été menée, de 1146 à 1149, par le roi Louis VII le Jeune (1120-1180) de France et Conrad III d’Allemagne (1093-1152), mais leurs armées seront décimées. Saint Bernard est invoqué dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Saint Bernard créera de nombreuses abbayes cisterciennes associées à Clairvaux dans toute l’Europe, de l’Irlande jusqu’en Pologne et de la Scandinavie jusqu’au Portugal. Au XIII e siècle, on en comptait déjà plus de 700 en Europe, dont environ 180 en France. Actuellement, en France, on peut encore admirer les abbayes cisterciennes, sous forme de ruines*, ou magnifiquement restaurées (partiellement ou totalement), notamment à Albertville (73), Arcis-le-Ponsart (51), Argoules (80), Auberive (52), Bégrolles-en-Mauges (49), Bouconville-Vauclair* (02), Cadouin (24), Cernay-la-Ville (78), Chiry-Ourscamp* (60), Crouy-Saint-Pierre (80), Fontaine-Chaalis (60), Fontenay (21) fondée en 1118 par l’abbé Bernard de Clervaux et consacrée en 1147 par le pape Eugène III, Gordes (84), Île Saint-Honorat (06), La Ferté-sur-Grosne (71), La Flotte-en-Ré* (17), La Roque-d’Anthéron (13), lac du Bourget (73), Lachalade (55), Léoncel (26), Les Rues-des-Vignes (59), Longpont* (02), Marmagne (21), Mont-des-Cats (59), Mortagne-au-Perche (61), Narbonne (11) dont l’abbaye de Fontfroide fondée en 1093, Pontigny (89), Roybon (38), Saint-Bris-des-Bois (17), Saint-Jean-d’Aulps* (87), Saint-Nicolas-lès-Cîteaux (21), Sénanque (84), Silvacane (13), Le Thoronet (83), Trois-Fontaines-l’Abbaye (51), Valence-sur-Baïse (32), Villars (24), Villeveyrac (34)… Pour mémoire : L’abbaye bénédictine de Clervaux située au Luxembourg a été construite en 1907. Elle a été saccagée par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, puis restaurée jusqu’en 1951. Nota : L’abbaye de Flaran, située à Valence-sur-Baïse (32), présente une exposition permanente sur le pèlerinage de Compostelle. Toponymes : Le port et le quai « Saint-Bernard » sont situés le long de la rive gauche de la Seine, dans le cinquième arrondissement de Paris. Philatélie : La Poste française a émis, en 1977, un timbre représentant le cloître de l’abbaye cistercienne de Fontenay (21), fondée en 1118 par saint Bernard, et classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981. Cette abbaye a été rachetée en 1906 par Édouard Aynard ; depuis elle est la propriété de leurs descendants, dont Hubert et Dominique Aynard (nés dans les années 1930), François Aynard (1956-2012), et Francisco (né en 1980), gendre du précédent, qui gèrent l’entretien de cette abbaye et ses 100 000 visiteurs annuels ! Ordre : L’ordre cistercien des « Bernardins » et des « Bernardines » a été fondé, en 1098, par Robert de Molesmes à l’abbaye Notre-Dame de Cîteaux située près de Dijon (21) ; il sera développé dans toute l’Europe par Saint Bernard de Clairvaux (1090-1153), d’où son nom. Dans le courant du XIII e siècle, plus de 700 abbayes cisterciennes seront en effet implantées dans toute l’Europe, dont environ 180 en France, par exemple les magnifiques abbayes de Sénanque, Silvacane et du Thoronet, surnommées les trois sœurs de Provence ! Les cisterciens vivent en autarcie ; ils doivent respecter la règle très stricte établie en 535 par saint Benoît (481-547). Édifice religieux : Le collège gothique des « Bernardins », situé au 20, rue de Poissy, dans le 5 e arrondissement de Paris, a été édifié en 1245 par les cisterciens. Après une restauration de 5 années, il a été inauguré le 4 septembre 2008, puis il a reçu une semaine plus tard, le 12 septembre 2008, la visite du pape Benoît XVI qui y a prononcé un important discours sur la culture. Ce collège accueille 150 000 visiteurs et 700 événements par an. Ses conférences sont soutenues par une trentaine d’entreprises via leur fondation, et par des donateurs privés. Enseignement : En septembre 2008, la chaire des « Bernardins » entame sa première année dans cinq départements de recherche au collège des Bernardins, lieu de recherche et de débat pour l’église et la société, financé par la générosité. Fondation : La Fondation des « Bernardins », sous l’égide de la Fondation « Notre Dame », organise maintenant six départements de recherche ainsi que « Les mardis des Bernardins » avec des débats consacrés aux grandes questions de notre temps. Stade : Le stade « Santiago Bernardo » de Madrid en Espagne peut accueillir 80 000 personnes ! Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1953, un timbre à l’effigie de « Saint Bernard » pour commémorer le 800 e anniversaire de sa mort. Philatélie 2 : La Poste belge a émis, en 1990, un timbre à l’effigie de « Saint Bernard » pour commémorer le 900 e anniversaire de sa naissance. Philatélie 3 : La Poste française a émis, en 2013, un timbre à l’effigie de « Saint Bernard de Clairvaux » devant l’abbaye de Fontaine-les-Dijon (21), située dans le nord-ouest de Dijon.

BERNARD de Menthon (Saint) (1008-15/6/1081), fondateur d’hospices. Fête : On souhaite la fête de « saint Bernard de Menthon », le 15 juin, en souvenir de celui qui fondera plusieurs hospices dans la vallée d’Aoste en Italie, dont l’Hospice du « Grand-Saint-Bernard » visité par le pape Benoît XVI en juillet 2006. Il rendra son âme à Dieu au couvent St Laurent-hors-les-murs ; c’est le saint patron des alpinistes, des montagnards et des skieurs. Toponyme 1 : Le col du « Petit-Saint-Bernard » culmine à 2 188 mètres d’altitude, à la frontière entre la France et l’Italie, sur la route nationale 90 et la S 26 qui relient Bourg St Maurice en France, à la vallée d’Aoste en Italie ; Saint-Bernard de Menthon y ouvrit un hospice pour les pèlerins. Toponyme 2 : Le col du « Grand-Saint-Bernard » culmine à 2 469 mètres d’altitude, à la frontière entre la Suisse et l’Italie, sur la route nationale 21 et la S 27 qui relient Martigny en Suisse à la vallée d’Aoste en Italie ; le tunnel du « Grand-Saint-Bernard » suit le même itinéraire. Toponyme 3 : Le col du « Saint-Bernard » se situe sur la presqu’île Jeanne d’Arc, aux îles Kerguelen. Toponyme 4 : « L’Espace San Bernardo » est l’un des plus grands domaines skiables franco-italiens ; long de 150 kilomètres, il permet de relier La Rosière en France à la Thuile en Italie, entre 1 200 et 2 650 mètres d’altitude, via le col du Petit-Saint-Bernard… Édifice religieux : L’église « Saint-Bernard-de-Menthon » se situe à Val d’Isère (73). Faune : Le « Saint-bernard » est un chien d’avalanche qui est entraîné pour retrouver des survivants ou des corps enfouis sous la neige lors d’avalanches, ou sous les gravats lors de tremblements de terre, car il est d’origine suisse depuis un millénaire. Musée : Le Musée et le chenil des chiens du « Grand St Bernard » sont implantés à Martigny en Suisse. Le fameux chien Barry I er (1800-1814) aurait à lui seul porté secours à 40 passants. En septembre 2004, les chanoines de l’hospice prennent la décision de se défaire de la gestion de la maison d’élevage du Grand St Bernard et, en avril 2005, la Fondation Barry, reconnue d’utilité publique, reprend l’élevage. Philatélie : La Principauté de Monaco a émis, en 1974, un timbre représentant une scène de la vie de « Saint Bernard de Menthon » au profit de la Croix-Rouge monégasque. Pour mémoire : Depuis le V e siècle, de nombreux pèlerins parcourent la voie des Francs entre Canterbury et Rome via le col du Grand-Saint-Bernard. Fête nationale : Le 28 mai est la fête nationale de l’Azerbaïdjan pour commémorer son indépendance du 28 mai 1918.

BERNARD, Claude (12/7/1813-10/2/1878), physiologiste français. Université : L’université Lyon-I « Claude-Bernard » de Lyon (UCLB) se situe à Villeurbanne (69), près de Lyon, comme son nom l’indique ; elle a été nommée ainsi en hommage au physiologiste qui effectua des travaux sur le rôle du suc gastrique dans la digestion, dès 1843, sur le diabète et sur le système nerveux, et qui fut élu, en 1868, à l’Académie française fondée par le cardinal de Richelieu le jeudi 22 février 1635. Cette université regroupe les facultés des sciences, des sports, de médecine et de pharmacie. Lycée : Le lycée « Claude-Bernard » se situe dans le 16 e arrondissement à Paris, près du Parc des Princes. Toponyme : L’île « Claude-Bernard » fait partie de l’archipel de la Pointe Géologie en Terre-Adélie ; on y a construit une piste d’aviation pour desservir la base française de Dumont d’Urville. Quelques mois après son inauguration, elle était partiellement détruite par un mini-raz de marée provoqué par la casse d’un iceberg. Voir aussi Bichat. Philatélie : La Poste française a émis, en 1939, 1940 et 1978, trois timbres à l’effigie de « Claude Bernard », avec une surtaxe pour les chômeurs intellectuels. Homonyme : Le médecin français « Jean Bernard » (né en 1907), spécialiste de la leucémie, a été élu en 1975 au fauteuil 25 de l’Académie française, fondée par le cardinal de Richelieu le jeudi 22 février 1635.

BERNARD, Jean (né au XX e siècle), entrepreneur français ; Seconde génération : BERNARD, Christian, (né au XX e siècle), fils du précédent. Société : La société « Accastillage Bernard » a été fondée à Golfe-Juan (06), en 1962, par Jean Bernard, d’où son nom ; elle développe en 1972 la fabrication d’inox et s’installe à Mandelieu (06). Un second site de production est créé à la Rochelle (17) en 1991, puis la société Moine de Bordeaux (33), spécialisée dans le vitrage marin, intègre accastillage Bernard qui à son tour rejoint le groupe Navimo en 1999. La production inox de la Rochelle intègre le groupe Goïot en 2004. La société Accastillage Bernard dispose d’un catalogue de 26 000 références en ligne réservées aux professionnels ; elle emploie actuellement plus de 200 employés répartis sur 3 sites de production, et distribue aussi les plus grandes marques nautiques. Sponsoring : « Accastillage Bernard » a équipé le voilier polaire Vagabond skippé par Éric Brossier (né en 1969) qui réalisa la difficile traversée du Passage du Nord-Est en 2002 et celle du Nord-Ouest en 2004, au nord du Cercle polaire, avant d’effectuer plusieurs hivernages au Spitzberg, un archipel norvégien, à l’occasion de l’année polaire internationale 2007-2008.

BERNARD, Lucien (né au XIX e siècle), financier français. Troisième génération : BERNARD, Jean (né au XX e siècle), petit-fils du précédent, créateur de la holding actuelle ; BERNARD, Patrick (né au XX e siècle), directeur général ; BERNARD, Jean-Marie (né au XX e siècle), président du Conseil d’administration, frère du précédent... Quatrième génération : BERNARD, Christophe (né au XX e siècle), PDG de Sobvi... Société : La financière « Bernard » a été fondée, en 1928, par Lucien Bernard, d’où son nom, pour produire et faire du négoce de brandy, d’eau de vie et de vins de Bordeaux. Elle est implantée au domaine de Burch à Ambés (33). Cette financière comprend 230 salariés et près de 400 actionnaires.

BERNARD, Tristan (7/9/1866-7/12/1947), écrivain français. Théâtre : Le « Théâtre Tristan Bernard » se situe dans le 8 e arrondissement de Paris. Ce théâtre a été ouvert en 1913 ; il comprend 400 places. Tristan Bernard en a été le directeur de 1930 à 1936 ; il a aussi été dirigé de 1936 à 1939 par l’acteur Charles de Rochefort (1887-1952) qui a aussi donné son nom à ce théâtre pendant quelques années. Lycée : Le lycée technique « Tristan-Bernard » est implanté à Besançon (25), la ville natale de cet écrivain qui rédigera aussi quelques comédies.

BERNARDAUD, Léonard (mort en 1923), industriel porcelainier français. Seconde génération : BERNARDAUD, Michel I (mort en 1954), fils aîné du précédent ; BERNARDAUD, Jacques (né en 1888), frère du précédent. Troisième génération : BERNARDAUD, Pierre (1928-1994), fils de Michel I. Quatrième génération : BERNARDAUD, Michel II (né en 1957), fils aîné du précédent ; BERNARDAUD, Frédéric (né en 1959) frère du précédent… Société : La porcelaine « Bernardaud » a été créée en 1900 par Léonard Bernardaud en reprenant la direction d’une manufacture de porcelaine fondée, en 1863 à Limoges (87), par Pierre Guerry (1819-1878). Michel Bernardaud deviendra PDG de cette société à la mort de son père, en 1923, et créera le premier four tunnel à Limoges, en 1949, puis ce sera le tour de son frère Jacques Bernardaud. Pierre Bernardaud, le fils de Michel I, sera PDG à partir de 1966, puis ce sera le tour de son fils Michel II, PDG actuel de cette société depuis 1994. Michel II et Frédéric Bernardaud hériteront de cet empire en mars 1994 à la mort de leurs parents survenue lors d’un accident d’hélicoptère au Vietnam. Anecdote : Des soupières en porcelaine de Limoges décorées à l’or fin ont été fabriquées spécialement en 1957 par Bernardaud pour la réception de la reine Élisabeth en France. Les plus récentes assiettes sont signées Joël Robuchon pour la boutique éponyme proposée par Fleury-Michon. Événement : La famille entrepreneuriale « Bernardaud » a été distinguée en 2004 par le Trophée des Éponymes.

BERNARDIN (Saint) (1380-20/5/1444), évêque de Sienne. Fête : On souhaite la fête de « saint Bernardin de Sienne », le 20 mai , en souvenir de cet éminent prédicateur franciscain, ami de saint Jacques de la Marche (1391-1476). Il passionna les foules et fit la promotion du saint nom de Jésus ; il est ainsi devenu le saint patron des prédicateurs et des publicitaires. Philatélie : La Principauté de Monaco a émis, en 1975, un timbre représentant « saint Bernardin de Sienne » aidant des malades, au profit de la Croix-Rouge monégasque. Fête nationale : Le 20 mai est aussi le jour de la fête nationale du Cameroun pour commémorer son unification suite au référendum du 20 mai 1972.

BERNARDIN de St Pierre, Jacques (1737-1814), écrivain français. Restaurant : « Le-Bernardin » est un restaurant de poissons fort réputé à New York ; il a obtenu *** dans le Guide Michelin de New York 2006. Ce restaurant a été nommé ainsi en souvenir de cet écrivain qui publia en 1787 le célèbre roman Paul et Virginie , vingt ans après un séjour de 3 ans à l’île Maurice, nommée alors Île-de-France. Ce roman s’inspira du naufrage réel du Saint-Géran au large de l’île Maurice qui causa la mort de 150 personnes, dont mademoiselle Caillou de Précourt, dans la nuit du 17 au 18 août 1744 avec seulement 9 survivants.

BERNBACH : Voir DOYLE.

BERNHARDT, Sarah (22/10/1844-26/3/1923), actrice française. Toponyme : Le jardin « Sarah Bernhardt » se situe dans le 20 e arrondissement de Paris. Musée : La Maison de Sarah Bernhardt, située près de la Pointe des Poulains à Belle-Ile-en-Mer (56), a été complètement rénovée et transformée en un Musée « Sarah-Bernhardt » qui a été inauguré en avril 2007, soit dix mois après l’ouverture au public, en juin 2006, de l’hôtel musée de la citadelle Vauban du Palais. Ce Musée Sarah Bernhardt rend ainsi hommage à cette grande actrice qui séjourna chaque été à Belle-Ile-en-Mer (56), de 1894 à 1923. On se rappelle qu’elle joua dans 120 pièces de théâtre dont La Dame aux Camélias , Hernani , Lorenzo , Ruy Blas , Hamlet , L’Aiglon , Phèdre … ; elle se produisit, non seulement en France, mais aussi à Londres, New York et Saint-Pétersbourg. Anecdote : La malle de « Sarah Bernhardt », don de madame Gislain Loréal, est exposée au Musée de la citadelle Vauban située sur les hauteurs du Palais à Belle-Ile-en-mer (56) ; elle l’a laissée après un dernier séjour en 1922. Cette malle est en effet le parfait symbole des innombrables voyages effectués par la « voix d’or » qui s’est produite jusqu’en Australie. Elle fit aussi cinq tournées aux USA ! Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1944, un timbre à l’effigie de « Sarah Bernhard » pour commémorer le centenaire de sa naissance. Philatélie 2 : La Principauté de Monaco a émis à son tour, en 1994, un timbre à l’effigie de « Sarah Bernhardt » pour commémorer le 150 e anniversaire de sa naissance.

BERNHEIM, Lucien (27/1/1856-15/10/1917), propriétaire minier français. Édifice : La bibliothèque « Bernheim » de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie (988), a été fondée en 1905 dans un pavillon colonial de l’Exposition universelle de 1900 dessiné par Gustave Eiffel (1832-1923). Cette bibliothèque a été financée grâce à un don de 100 000 F offert par Lucien Bernheim qui séjournera en Nouvelle-Calédonie, de 1884 à 1906, pour y exploiter sa mine de Népoui. Homonyme : Le banquier français « Antoine Bernheim » (1924-2012) fut PDG ou administrateur de nombreuses sociétés, dont La France I.A.R.D., La France SA, Euromarché, la banque Lazard, LVMH…

BERNIER, Pierre-François (1779-1803), astronome français. Toponyme : « L’île Bernier » se situe à l’ouest de la ville de Carnarvon en Australie, près de la baie du Géographe et de l’île du Dirk Hartog ; elle a été nommée ainsi en hommage à Nicolas Pierre-François Bernier (1779-1803), astronome à bord du Géographe commandé par Nicolas Baudin (1754-1803) qui y a fait escale du 26 juin au 11 juillet 1801. Bernier périra en mer en 1803, entre Timor et Port-Louis.

BERNOULLI, Jacques (27/12/1654-16/8/1705), mathématicien et physicien suisse ; BERNOULLI, Jean (27/7/1667-1 er /1/1748), frère du précédent. Seconde génération : BERNOULLI, Daniel (9/2/1700-17/3/1782), fils du précédent. Théorème : Le théorème de « Bernoulli », concerne l’hydrodynamique, entre l’équilibre et le mouvement permanent d’un liquide. On leur doit aussi la série de « Bernoulli », les équations différentielles de « Bernoulli » et le théorème de « Bernoulli » qui concerne la loi des grands nombres. Pour plus de détails, relire vos cours de physique. Ces trois mathématiciens suisses ont enseigné à L’université de Bâle. Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom de « Bernoulli » à un toponyme sur la Lune.

BERT, Paul (1833-1886), physiologiste et homme politique français. Lycée : Le lycée « Paul-Bert » se situe dans le 14 e arrondissement de Paris ; son nom rend hommage à celui qui étudia notamment l’influence de la pression atmosphérique en altitude sur la respiration, et qui sera gouverneur général de l’Indochine en 1886. Puces : Le marché « Paul Bert » de Saint-Ouen (93) se situe près de la rue éponyme, d’où son nom ; il regroupe plus de 250 brocanteurs et antiquaires. Pour mémoire : La ligne de métro 14 sera prolongée de la gare Saint-Lazare jusqu’à la Mairie de Saint-Ouen en 2019, grâce à deux tunneliers, qui peuvent avancer de douze mètres par jour.

BERTELSMANN, Carl (1791-1850), éditeur allemand. Seconde génération : BERTELSMANN, Heinrich (1827-1887), fils du précédent. Groupe : Le groupe allemand « C. Bertelsmann Verlag » a été fondé, le 1 er juillet 1835, par Carl Bertelsmann lorsqu’il ouvrit sa première imprimerie à Gütersloh en Allemagne. Le livre qu’il publia alors, Theomele, devint rapidement un best-seller mondial. Son fils Heinrich reprit l’entreprise, dès 1849, tout en diversifiant ses activités, en publiant notamment les Contes populaires des frères Jacob Grimm (1785-1863) et Wilhelm Grimm (1786-1859), auteurs notamment de Blanche-Neige et les sept nains , Hansel et Gretel , Raiponce qui seront honorés en 1985 par un timbre à leur effigie émis par la Principauté de Monaco pour commémorer le bicentenaire de leur naissance. Le groupe actuel Bertelsmann est devenu l’un des plus grands groupes multimédias au monde, possédant de nombreux journaux et magazines dont le Stern, des librairies telles que chapitre.com, des clubs tels que France Loisirs et le Grand Livre du mois depuis 1970, des radios et des chaînes de télévision telles que RTL, et des fournisseurs d’accès Internet tels que AOL. La filiale française de Bertelsmann est DirectGroup. Le « Beterlsmann Music Group » (BMG) s’associera avec Sony le 9 janvier 2004 pour former « Sony-BMG » qui est le second groupe mondial du marché du disque, derrière Universal Music Group, l’une des filiales de Vivendi, mais devant les groupes EMI et Warner.

BERTHAUT, Robert (né au XX e siècle), fromager français. Seconde génération : BERTHAUT, Jean (né au XX e siècle), fils du précédent. Marque : La fromagerie « Berthaut » a été fondée en 1956 à Époisses (21). Elle est devenue leader de la filière époisses en Bourgogne. Mi-novembre 2011, cette fromagerie a établi un partenariat avec les réseaux commerciaux du groupe Bongrain pour booster ses ventes, relancées par ailleurs par des publicités sur TF1 en 2013.

BERTHE (5/726-12/7/783), première reine carolingienne. Marque : La marque de lingerie « Berthe aux grands pieds » est l’une des marques de la société Perrin qui fabrique des chaussettes et des collants depuis 1924 en Bourgogne. Cette marque porte le nom de cette reine, connue pour son grand pied droit, qui épousa Pépin le Bref (751-768), sacré roi des francs en 751 ; elle lui donna deux fils dont le grand roi Charlemagne (742-814) qui régna de 768 à 814. Cette société produit chaque année plus de 2,5 millions de paires de chaussettes diffusées par 1 500 points de vente en France et dans une dizaine de pays à travers le monde. Vêtement : Une « Berthe » est une pièce de vêtement portée autour du cou.

BERTHELOT, Lucien (6/11/1903-30/10/1985) industriel et philatéliste français. Philatélie : La Poste française a émis, en 2010, un timbre à l’effigie de « Lucien Berthelot » pour commémorer le 150 e anniversaire de la bourse aux timbres, car il fut président de la fédération française des associations philatéliques (FFAP), de 1947 à 1972.

BERTHELOT, Marcellin (25/10/1827-18/3/1907), chimiste français ; BERTHELOT, Sophie (1837-1907), épouse du précédent. Lycée : Le lycée « Sophie-Berthelot » est implanté à Calais (62). Lycées : Des lycées et des prépas « Marcellin-Berthelot » sont implantés à Toulouse (31) et à Saint-Maur-des-Fossés (94) ; ils ont été nommés ainsi en hommage au créateur de la thermochimie, réalisée grâce à la chaleur de réactions chimiques. Toponyme : L’île « Berthelot » se situe près de la péninsule Antarctique par 65°19’S et 64°10’W ; elle a été nommée ainsi par le navigateur français Jean-Baptiste Charcot (1867-1936) qui explora cette région polaire de 1903 à 1905 avec son navire le Français , puis de 1908 à 1910 avec son navire le Pourquoi pas ? Philatélie : La Poste française a émis, en 1927, un timbre à l’effigie de « Marcellin Berthelot ». Dernière demeure : Les cendres de « Marcellin Berthelot » ont été transférées au Panthéon le lundi 25 mars 1907, une semaine après sa mort, ainsi que celles de son épouse « Sophie Berthelot » (1837-1907) morte quelques heures avant lui ; elle sera la première femme à y reposer.

BERTHIER, Isaac-Alexandre (1638-1708), capitaine français. Toponyme : L’archipel de « Berthier-Sorel » se situe sur le fleuve « Saint-Laurent » dans la province du Québec, entre Montréal et Trois-Rivières ; il comprend une belle réserve ornithologique dans les îles de Sorel. Toponyme 2 : La ville « Berthierville » se situe sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, face à l’archipel Berthier. Toponyme 3 : La ville « Berthier-sur-Mer » se situe sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, face à l’île d’Orléans. Ces trois toponymes ont été nommés ainsi en souvenir de ce capitaine français qui débarqua au Québec en 1665 ; il y trouvera la femme de sa vie, deviendra rapidement le seigneur de cette région et donnera l’une des îles de cet archipel à ses métayers…

BERTHIER, Louis-Alexandre (1753-1815), maréchal français. Théâtre : Le « Théâtre Ateliers Berthier » se situe sur le boulevard Berthier dans le 17 e arrondissement de Paris ; il comprend 400 places.

BERTHILLON, Raymond (1924-11/8/2014), artisan glacier. Seconde génération : BERTHILLON, Marie-José (née au XX e siècle), fille du précédent. Marque : Les glaces « Berthillon », ont été concoctées, dès 1954, par Raymond Berthillon dans le petit café hôtel tenu depuis 1930 par ses beaux-parents dans l’île Saint-Louis à Paris. Sa fille Marie-José Berthillon a repris cette activité artisanale avec son mari Bernard Chauvin et leurs enfants Muriel et Lionel pour fabriquer et vendre ces délicieuses glaces et sorbets chez une douzaine de glaciers, non seulement à Paris, mais aussi en île de France, à Maubuisson (33) et même à Bruxelles.

BERTHOLLET, Claude (1748-1822), chimiste français. Lois : Les lois « Berthollet » concernent la statique chimiste qui pose les lois des affinités et des décompositions chimiques étudiées par ce chimiste qui réalisa de nombreuses expériences pratiques dont celles concernant les propriétés purificatrices du charbon. Lycée : Le lycée et les prépas « Berthollet » se situent à Annecy (74) ; ils ont été nommés ainsi en hommage au chimiste qui découvrit en 1789 les propriétés décolorantes du chlore et leur application au blanchiment des fils et des tissus. La même année, il améliora la qualité de l’eau de javel. Philatélie : La Poste française a émis, en 1958, un timbre à l’effigie de « Claude Berthollet ».

BERTILLE (Sainte) (morte en 713), abbesse de l’abbaye de Chelles. Fête : On souhaite la fête de « sainte Bertille », le 6 novembre , en souvenir de cette moniale qui sera prieure du monastère de Jouarre, avant de diriger l’abbaye de Chelles près de Meaux, juste reconstruite par Sainte Bathilde, l’épouse de Clovis II.

BERTILLON, Alphonse (22/4/1853-13/2/1914), criminologue français. Fichiers : Le « bertillonnage » est un système d’anthropométrie, avec photos de face et de profil droit ; il a été inventé en 1879 et mis au point, dès 1883, par Alphonse Bertillon, d’où son nom, pour identifier les criminels par la police ; il permettra la création du service de l’identité judiciaire en 1888. Ce fichier recensera 8 000 individus, dès 1883, pour atteindre 500 000 individus dix ans plus tard, gérés par la préfecture de police. Il complètera ce dispositif par les empreintes digitales en octobre 1902, ce qui lui permettra de réaliser près de 2 700 arrestations ! Un siècle plus tard, on utilisera l’iris de l’œil et l’ADN.

BERTIN (Saint) (mort le 5 septembre 697), abbé du monastère de Saint-Omer. Fête : On souhaite la fête de « Saint-Omer », le 5 septembre, en souvenir de cet abbé qui fonda deux monastères en Flandre, dont celui de Saint-Omer (62). De nos jours, il n’en reste que des ruines impressionnantes.

BERTHAUT, Robert (né au XX e siècle), fromager français ; BERTHAUT, Simone (née au XX e siècle), épouse du précédent. Seconde génération : BERTHAUT, Jean (né au XX e siècle), fils des deux précédents. Société : La fromagerie « Berthaut » a été fondée en 1956 à Époisses (21) par Robert et Simone Berthaut pour relancer le fromage d’Époisses créé au XVI e siècle par une communauté cistercienne. Jean Berthaut prendra la suite de ses parents en 1989. Le fameux label AOC sera décrété le 14 mai 1991, et le nom de « fromage d’Époisses » sera protégé le 15 novembre 1999. La société se développera rapidement pour atteindre une production annuelle de 550 tonnes d’Époisses qui pourrait doubler, en 2008 ou en 2009, avec la construction d’une nouvelle unité de production en 2007.

BERTIN, Jean (5/9/1917-21/12/1975), ingénieur français. Société : La société « Jean Bertin et Cie » a été fondée, le 27 février 1956, pour créer, fabriquer et promouvoir les véhicules guidés par coussin d’air sur un rail en forme de T inversé. L’aérotrain sera ainsi propulsé par un moteur à courant linéaire inventé par Paul Merlin et fabriqué par Merlin-Gérin. Le 5 mars 1974, l’aérotrain pulvérisa le record mondial de vitesse avec passagers, en atteignant la fabuleuse vitesse pour l’époque de 425 km/h.

BERTRAND de Garrigues (Saint) (mort le 6 septembre 1230), créateur de monastères. Fête : On souhaite la fête de « saint Bertrand », le 6 septembre , en souvenir de ce moine qui sera prieur de l’ordre mendiant des Frères Prêcheurs à Toulouse (31). Édifice religieux : La cathédrale « Saint-Bertrand » de Comminges se dresse sur un mont dans la ville éponyme située en Haute-Garonne (31), face aux Pyrénées. On la compare souvent au Mont-Saint-Michel. Fête nationale : Le 6 septembre est aussi le jour de la fête nationale du Swaziland pour commémorer son indépendance du 6 septembre 1968.

BERTRAND, Gérard (né le 27 janvier 1975), entrepreneur français : Groupe : Le groupe viticole « Gérard Bertrand » a été créé, en 1992, au cœur du Languedoc-Roussillon, sous le nom de « Société des vins Gérard Bertrand » ; il emploie 200 personnes, pour réaliser un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros, en commercialisant déjà ses vins dans plus de 100 pays en 2013.

BERTRAND, Olivier (né en 1964), chef d’entreprise français. Groupe : Le groupe de restauration, hôtellerie et distribution « Bertrand » a été fondé à Paiherols (15), en 1997, par Olivier Bertrand qui lui a donné son nom. Il a repris ainsi quelques enseignes telles que Burger King, Café Leffe, Chesterfield Café, Brasserie Lipp, Toastissimo, Angelina… et créé en 2002 le premier établissement Bert’s qui reprend le début de son nom, anglicisé. Le groupe « Bertrand Restauration » compte déjà 250 établissements et 26 000 collaborateurs, en 2014, avec un chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros en 2015. Le siège social est basé à Paris.

BESANÇON, Hughes (mort en 1532), patriote genevois. Groupe religieux : Les « Huguenots », adeptes de la religion réformée protestante calviniste, ont été nommés ainsi d’après le prénom du chef du parti anti savoyard, hostile au duc de Savoie. Il s’agit d’un sobriquet ayant une signification péjorative. Période huguenote française : Elle s’est surtout déroulée de 1557 jusqu’aux massacres de la Saint-Barthélemy du 24 août 1572 ordonnés par le roi Charles IX, avec plus de 20 000 morts Huguenots (calvinistes), dont 3 000 à Paris ! L’Édit de Nantes d’Henry IV, décrété le 13 avril 1598, autorise en France l’Église réformée ; mais il est révoqué par Louis XIV, le 18 octobre 1685 à Fontainebleau, obligeant 200 000 protestants à quitter la France, et à certains d’entre eux (0,1%) à émigrer rapidement en Afrique du Sud avec leur famille. Période huguenote sud-africaine : La petite ville sud-africaine de Franschhoek a été le refuge de 270 Huguenots (sur 300 000) chassés de France entre 1688 et 1720. Le magnifique « Mémorial Huguenot » inauguré le 17 avril 1948 et le « Musée Huguenot » construit en 1960 retracent cette triste histoire. La langue française est toujours en vigueur dans la petite ville de Franschhoek située près du Cap. Livre : Le parti huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572), d’Hughes Daussy, prix Chateaubriand 2014, livre publié aux éditions Droz.

BESCHERELLE, Louis-Nicolas (10/6/1802-1883), lexicographe français ; BESCHERELLE, Henri-Honoré (1804-1887), frère du précédent. Auteurs : Les fameux livres de grammaire « Bescherelle » ont été rédigés et publiés de 1834 à 1838 par les frères Louis Nicolas et Henri-Honoré Bescherelle, d’où leur nom ; ils ont aussi publié en 1845, le dictionnaire « Bescherelle ». La plupart des étudiants et les lycéens utilisent ces précieux livres pour rédiger leurs devoirs de français. C’est aussi un outil indispensable pour tous les correcteurs de livres. Le livre actuel, commercialisé depuis 1911 par les éditions Hatier, est encore vendu chaque année à plus d’un million d’exemplaires en ce début du XXI e siècle ! Des livres de grammaire Bescherelle existent également pour d’autres langues, dont le Bescherelle consacré à la conjugaison en espagnol paru en 1984.

BESINS, Abel (né au XIX e siècle), fondateur de laboratoires. Seconde génération : BESINS, Jacques (né au XX e siècle), pharmacien, fils du précédent. Troisième génération : BESINS, Jean Louis Abel (né le 22 octobre 1921), fils du précédent. Quatrième génération : BESINS, Antoine (né au XX e siècle), fils du précédent… Société : Les laboratoires pharmaceutiques et gynécologiques « Besins » ont été fondés à la fin du XIX e siècle par Abel Besins, d’où leur nom. Ses descendants poursuivront son œuvre.

BESNARD, Albert (1849-1934), peintre français. Exposition : Une exposition « Albert Besnard » s’est déroulée au Petit Palais de Paris, du 25 octobre 2016 au 29 janvier 2017.

BESNIER, André (1894-21/6/1955), fromager français. Seconde génération : BESNIER, Michel (20/10/1928-2000), fils du précédent. Troisième génération : BESNIER, Emmanuel (né au XX e siècle), fils du précédent… Société : La société agroalimentaire « Besnier » a été fondée à Laval (53) en 1933, par André Besnier, d’où son nom ; il n’avait alors qu’un seul employé. Michel Besnier reprendra la société Besnier, avec ses 50 salariés, à la mort brutale de son père le 21 juin 1955. Elle deviendra rapidement le leader européen du fromage, avec notamment le camembert Président dès 1968, le lait Lactel dès 1985, l’emmental Président dès 1991, le roquefort Société , le camembert Lanquetot , le beurre Bridel … Cette société sera rebaptisée « groupe Lactadis », en 1999 : il développera considérablement ses activités avec le rachat de plusieurs sociétés laitières internationales, dont Invernizzi en 2003, Foodmaster en 2004, McLelland et les yaourts Nestlé d’Europe en 2005, Galbani en 2006… Le groupe Lactadis est devenu le premier fromager européen en traitant chaque année plus de 7 milliards de litres de lait ; il compte actuellement plus de 21 000 salariés en France et à travers le monde, sous la responsabilité du président actuel, Emmanuel Besnier, petit-fils du fondateur du groupe en 1933 avec un seul employé ! Centre technologique : La « Lactopole André Besnier » de Laval (53) a été inaugurée fin 1999 ; c’est un centre technologique consacré à l’industrie laitière, avec un rappel de son activité depuis plus de 60 ans.

BESSE, Georges (25/12/1927-assassiné le 17/11/1986), président de Renault. Usine 1 : L’usine « Georges Besse » de Douai (59) produit actuellement 400 000 véhicules Renault chaque année, soit 1 300 véhicules par jour, avec une capacité annuelle possible jusqu’à 550 000 véhicules, grâce à ses 6 000 salariés. Usine 2 : L’usine « Georges Besse II » sera la plus grande usine d’enrichissement d’uranium du monde à Tricastin près de Valence (26), en prenant la suite d’Eurodif. Ces usines ont été nommées ainsi en souvenir du PDG de Renault, Georges Besse (1927-1986), qui sera assassiné le 17 novembre 1986 par Georges Cipriani, Jean-Marc Rouillan, Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron (1959-2006) du groupe Action directe.

BESSEL, Friedrich Wilhelm (1784-1846), astronome allemand. Événement : La Fondation Alexander von Humboldt attribue chaque année une dizaine de prix scientifiques « Friedrich Wilhelm Bessel » à de jeunes scientifiques étrangers pour leur permettre de travailler en coopération avec de jeunes chercheurs allemands pendant une période de 6 mois à un an. Le montant de ces prix peut atteindre 55 000 euros ; ils rendent ainsi hommage au fondateur de l’observatoire astronomique du port allemand de Königsberg, sur la mer baltique, qui sera rebaptisé Kaliningrad lors de sa cession à la Russie en 1945. Ce port en zone franche fait maintenant parti d’une petite province russe enclavée dans la Lituanie depuis 1991.

BESSEMER, Sir Henry (1813-1898), inventeur britannique.
Procédé : Le « convertisseur Bessemer » a été inventé en 1856 par cet inventeur autodidacte pour améliorer la production industrielle de l’acier. Un violent courant d’air froid balaye une grosse masse de fonte pour en éliminer le carbone, grâce à l’oxygène de l’air. Ce procédé sera utilisé pour la première fois par l’entreprise de Dietrich alors dirigée par Maximilien de Dietrich (1802-1888).

BESSERAT, Edmond (né au XIX e siècle), viticulteur français… Troisième génération : BESSERAT, Edmond (né au XX e siècle), petit-fils du précédent ; BELLEFON, Yvonne de Meric de (né au XX e siècle), épouse du précédent... Marque : Le champagne « Besserat de Bellefon » a été fondé, en 1843, par Edmond Besserat à Ay près d’Epernay (51) ; l’un de ses petits-fils, également prénommé Edmond, épousera en 1927 mademoiselle Yvonne de Meric de Bellefon, ce qui donnera le nom de cette marque de champagne. Il faut déguster la cuvée des « Moines » et la cuvée Besserat de Bellefon « Grande tradition ». La maison Besserat de Bellefon rejoindra le groupe Boizel Chanoine Champagne (BCC).

BESSIÈRES, Jean-Baptiste (6/8/1768-tué le 1 er /5/1813), maréchal de France. Lycée : Le lycée « Bessières » est implanté dans le 17 e arrondissement de Paris ; il a été nommé ainsi en souvenir de ce général, fidèle à Napoléon, qui sera élevé à la dignité de maréchal en 1804 ; il sera tué par un boulet de canon le 1 er mai 1813, la veille de la bataille de Lützen en Allemagne.

BESSON, Colette (1946-2005), athlète française. Station de tramway : La station du tramway T3 « Colette Besson » se situe dans le 18 e arrondissement de Paris, sur le boulevard Ney, près du stade des fillettes où s’est probablement entrainée cette grande athlète, spécialiste du 400 mètres. Stades : De nombreux stades d’athlétismes portent le nom de « Colette Besson », dont ceux d’Albi (81), Bordeaux (33), Dijon (21), La Rochelle (17), Lognes (77), Saint Georges-de-Didone (17), Valence (26)...

BESSON, Louis (né le 9 juillet 1932), ministre français. Loi : Le dispositif « Besson » est une loi de défiscalisation dans l’immobilier, selon le décret 99-244 du 29 mars 1999 ; il concerne les acquéreurs d’un logement neuf et assimilé, du 1 er janvier 1999 au 2 avril 2003. Par ailleurs, un « Besson ancien » était en vigueur jusqu’au 1 er octobre 2006 ; depuis cette date, il est remplacé par le Borloo ancien. Voir Borloo.

BESSON, Luc (né le 18 mars 1959), professeur de plongée et cinéaste français. Cité : La cité européenne du cinéma « Luc Besson » a été présentée à la presse le 29 février 2008 par ce grand réalisateur et producteur d’une quinzaine de films, dont Le Grand Bleu en 1988 et The Lady en 2011. Cette Cité du cinéma, inaugurée à Saint-Denis (93) le vendredi 21 septembre 2012, comprend 9 plateaux de tournage, un centre de postproduction (Digital Factory), des bureaux, des restaurants et des classes préparatoires aux grandes écoles de cinéma, dont la FEMIS et Louis-Lumière, le tout sur 62 000 m 2 pour un budget de 180 millions d’euros. D’après des producteurs américains, ce sont les plus beaux studios du monde qui pourront aussi servir pour des soirées événementielles.

BÉTHENCOURT, Jean de (1360-1422), conquistador normand. Exploration : Ce conquistador normand conquit les îles Canaries septentrionales à partir de 1402 : l’île de Lanzarote en 1402, puis les îles Fuerteventura et Hiéro en 1405. On retrouve sur ces îles quelques toponymes qui portent son nom. Homophone : « André Bettencourt (1919-2007) » est le fondateur du groupe de cosmétiques L’Oréal, avec un chiffre d’affaires de 23 milliards d’euros en 2013, généré par une trentaine de grandes marques parmi lesquelles Lancôme, Vichy, Roger&Gallet.

BETTANE, Michel (né au XX e siècle), œnologue français. Autre personnalité : DESSAUVE, Thierry (né au XX e siècle), œnologue français. Éditions : « Le guide Bettane & Dessauve des vins de France » est publié chaque année depuis 2007, après avoir publié la Revue des vins de France depuis 2004.

BETTENCOURT, Liliane (21/10/1922-21/9/2017), première actionnaire de l’Oréal et épouse du journaliste André BETTENCOURT (21/4/1919-19/11/2007). Seconde génération : BETTENCOURT, Françoise (née en 1953), fille de la précédente et épouse de Jean-Pierre Meyers. Troisième génération : MEYERS, Jean-Victor (né le 29 avril 1986) et MEYERS, Nicolas (né en 1988), fils des précédents. Événement : Le prix « Liliane Bettencourt » pour l’intelligence de la main a été créé, en 1999, pour honorer chaque année, avec un chèque de 50 000 €, un métier d’art artisanal, parmi les couteliers, sculpteurs, taillandiers, ébénistes, dessinateurs, qui façonnent une œuvre conçue par la pensée. Pour mémoire : Le groupe de cosmétiques L’Oréal a été dirigé de 1988 à 2011 par Lindsay Owen-Jones ; depuis le 17 mars 2011, il est dirigé par Jean-Paul Agon (né le 6 juillet 1956) qui avait déjà dirigé la filiale grecque de Loréal de 1981 à 1989, avant de prendre la direction générale de Biotherm. Il a ensuite pris la direction de la zone Asie de L’Oréal, de 1997 à 2001, puis il est devenu PDG de l’Oréal USA jusqu’en 2006. Par ailleurs, Jean-Victor Meyers a remplacé sa grand-mère au conseil d’Administration de L’Oréal le 17 avril 2012, en devenant ainsi le plus jeune actionnaire du CAC 40 qui signifie « Cotation assistée en continu » pour les 40 plus belles entreprises cotées à la bourse de Paris. Le groupe L’Oréal, avec une trentaine de grandes marques, dont Lancôme, Vichy ou Roger&Gallet, a généré en 2017, un chiffre d’affaires supérieur à 33 milliards d’euros ! On se rappelle alors cette phrase de l’aviateur constructeur Louis Blériot : « Concevoir c’est bien, imaginer c’est mieux, réaliser, c’est tout ! ». Voir Schueller.

BEUCHAT, Constant (né au XIX e siècle) horloger français... Autre génération : BEUCHAT, Georges (1910-1992), entrepreneur français. Marque 1 : Les montres de plongée « Beuchat », créées par Contant Beuchat, d’où leur nom, sont fabriquées et commercialisées depuis 1904. Pour son centenaire, cette société marseillaise sera rachetée en janvier 2004 par la société « Bplus » pour produire et commercialiser des montres « Beuchat » encore plus solides, techniques et fiables, étanches jusqu’à 200 mètres, 500 mètres, et même 1 000 mètres pour le modèle lumitech 1000 à 450 € ! Marque 2 : Georges Beuchat, quant à lui, a créé à Marseille (13), en 1934, les équipements sous-marins « Beuchat ».

BEUNINGEN, Daniel Van : Voir BOIJMANS.

BEURZE, Jacob Van der (né au XV e siècle), créateur d’une bourse flamande. Édifice : La première « bourse » au monde a été créée à Bruges en 1423 par cet entrepreneur flamand dont le nom signifie bourse en français, c’est-à-dire le lieu où l’on effectue des transactions. Cette ville belge, surnommée la Venise du Nord, est réputée pour le carillon à heures fixes depuis la célèbre tour, haute de 80 mètres, de la cathédrale Saint-Sauveur qui fut une simple collégiale de 1501 à 1834.

BEUSCHER, Hyppolite, dit Paul (né au XIX e siècle), luthier français. Magasins : Le premier luthier « Paul Beuscher » a été fondé, en 1852, près de la bastille à Paris, pour réparer, accorder et vendre des instruments de musique et leurs accessoires. Plusieurs magasins existent maintenant à Paris et en province. Éditions : Les éditions musicales « Beuscher Arpège », quant à elles, ont été fondées en 1940 ; elles proposent des partitions pour tous les instruments de musique. Ces éditions seront rachetées le 1 er septembre 2006 par Pierre Lemoine, PDG des éditions Henry Lemoine.

BEYAERT, Léon (né en 1932), entrepreneur français. Seconde Génération : BEYAERT, Jean-Jacques, Hubert et François (nés au XX e siècle), les trois fils du précédent. Entreprise : L’entreprise « Léobey » a été fondée, en 1954, à Saint-Omer (62) par cet entrepreneur qui lui a donné son prénom et son nom raccourcis. Elle conçoit, fabrique et installe sur mesure des cuisines et des intérieurs à la demande de ses clients à travers tout l’hexagone, avec le concours d’une équipe d’une quarantaine de collaborateurs, dont des architectes et des décorateurs d’intérieur. On peut aussi visiter les ateliers implantés à Arques (62) sur 4 000 m 2 .

BEYER, Eugen (mort en 1959), industriel allemand. Seconde génération : BEYER, Fred R. (mort le 5/6/2008), fils du précédent. Société : La société allemande « Beyerdynamic GmbH & Co » a été fondée, en 1924 à Berlin, pour fabriquer et commercialiser des haut-parleurs pour le cinéma, puis des microphones et des écouteurs professionnels. Le premier écouteur dynamique hi-fi DT 48 de Beyer sera officiellement présenté à Berlin le 18 août 1937, puis ce sera le tour du premier microphone dynamique broadcast M 19 commercialisé dès 1938. Fred Beyer, le fils du président fondateur, prendra la direction de l’entreprise à la mort de son père en 1959. Les microphones portent des références telles que M 55, M 88, M 130, M 200, M 280, M 310, M 411, M 810... Les écouteurs modernes portent des références telles que DT 131, DT 231, DT 231, DT 331, DT 531, DT 831 et DT 931, sans oublier les modèles DT 770, DT 880, DT 990…

BEYERLER, Ernest et son épouse Hildy (nés au XX e siècle), philanthropes suisses. Fondation : La fondation « Beyerler » a été créée en 1982 à Riehen près de Bale, en Suisse. Elle organise régulièrement des expositions d’œuvres d’art, dont l’exposition Paul Gauguin (1848-1903) présentée du 8 février au 28 juin 2015.

BIANCHI, Eduardo (1865-1946), industriel italien. Marque : La société italienne « Bianchi » fabriquera à Milan des cycles dès 1885, des motocycles dès 1897, puis des automobiles « Autobianchi » dès l’année suivante ; son usine construira surtout des camions pendant la Seconde Guerre mondiale avant d’être détruite par les alliés. Elle sera ensuite reconstruite puis reprise par Fiat. On y construira notamment la petite voiture Bianchina 500 , utilisant de nombreuses pièces de la célèbre Fiat 500 , curieusement surnommée le pot de yaourt, puis la Fiat 500 en 2007, la fiat 500 Tributo Ferrari sous la marque Abarth en 2011, la Fiat 500L en 2012, la Fiat Trekking en 2013 , la Fiat 500X en 2015 ...

BICH, baron Marcel (29/7/1914-30/5/1994), industriel français. Seconde génération : BICH, Bruno (né le 2 octobre 1946), fils du précédent et président du Conseil d’administration ; BICH, François (né le 9 mai 1949), frère du précédent et directeur général délégué ; BICH-DUFOUR, Marie-Aimée (née en septembre 1958), sœur des deux précédents et directrice générale déléguée, sans oublier les sept autres frères et sœurs… Objets : Le stylo à bille « Bic » a été fabriqué industriellement et commercialisé dès 1950 ; il y eut ensuite le briquet non rechargeable « Bic » en 1973, le rasoir jetable « Bic » dès 1975, la planche à voile « Bic » en 1976, le voilier « Open Bic », surnommé l’Optimist du XXI e siècle, et même des parfums et des briquets rechargeables « Bic » à partir de 1988. On peut voir la propriété de ce baron de l’autoroute A1 au nord de Senlis (60), près du viaduc de Verberie. Bruno a d’abord été le PDG de la filiale américaine de Bic, de 1982 à 1993, puis il a longtemps été le PDG du groupe Bic avant d’en devenir le président du Conseil d’administration ; son frère François et sa sœur Marie-Aimée sont directeurs délégués auprès du PDG actuel, Mario Guevara. Les produits Bic sont commercialisés dans 160 pays, avec plus de 3 millions de points de vente, avec un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros en 2014 ! Sponsoring : Le voilier « Baron Bich » a été dirigé de 1977 à 1983 par le célèbre skipper français Bruno Troublé qui a participé à quatre reprises à l’America’s Cup. Événement : La famille entrepreneuriale « Bich » a été distinguée en 2000 par le Trophée des Éponymes. Anecdote : Le baron Bich a longtemps loué des terrains de chasse près du viaduc de Verberie à Maître Christian Goulart, le beau-père de Christian Nau, l’auteur de ce livre. Sponsoring : « Bic » a notamment participé à la caravane du Tour de France cycliste 2014 en qualité de fournisseur officiel.

BICHAT, Xavier (14/11/1771-22/8/1802), physiologiste français. Hôpital : L’hôpital « Bichat Claude Bernard » se situe dans le 18 e arrondissement de Paris, près de la Porte de St Ouen. Les « entretiens de Bichat » s’y déroulent chaque année, en hommage au physiologiste qui a établi, le premier en 1801, que tous les organes étaient formés par des tissus, en rédigeant son Anatomie générale . L’ancien hôpital Claude Bernard qui était situé dans le 19 e arrondissement de Paris près de la porte d’Aubervilliers a été détruit, et son terrain a été réaménagé en lotissement urbain. Le personnel et les équipements de cet hôpital ont été transférés à l’Hôpital Bichat Claude Bernard. Événement : Les entretiens de « Bichat » regroupent chaque année les plus grands professeurs de médecine. Philatélie : La Poste française a émis, en 1959, un timbre à l’effigie de « Xavier Bichat ».

BICHET, Robert (3/10/1903-29/5/2000), député français. Loi : La loi « Bichet » n°47-585 du 2 avril 1947 est relative au statut des entreprises de groupage et de distribution de la presse en France ; elle a été nommée ainsi d’après son rapporteur qui fut notamment député de Seine-et-Oise de 1946 à 1958, et sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil, chargé de l’information du 21 juin au 16 décembre 1946.

BIENVENUE Bojani (Sainte) (1255-1292), femme italienne très pieuse. Fête : On souhaite la fête de « sainte Bienvenue », le 30 octobre , en souvenir de cette sainte italienne qui sera une tertiaire dominicaine très pieuse ; cadette de sept filles, elle sera nommée ainsi par son père.

BIENVENÜE, Fulgence (1852-1936), ingénieur français. Station de métro : La station de métro « Montparnasse-Bienvenüe » se situe à la jonction des 7 e et 15 e arrondissements de Paris ; elle permet la correspondance entre la gare Montparnasse et les lignes de métro N°4, N°6, N°12 et N°13. Cette station a été nommée ainsi en hommage à l’ingénieur en chef de la ville de Paris qui créa le métropolitain en dirigeant notamment la construction de la ligne N°1 entre la Porte Maillot et la Porte de Vincennes ; la première rame sera mise en service sur cette ligne le 19 juillet 1900 à 13 heures. Bienvenüe réalisa aussi l’aqueduc de l’Avre, près de Dreux (28). En 2014, on comptait déjà 16 lignes de métro à Paris et 302 stations. Pour mémoire : Le groupe « Montparnasse 56 » a été créé en 1975. Dirigé par Patrick Abisseror, ce groupe crée des terrasses panoramiques dans certaines des plus hautes tours mondiales, dont celle du 57 e étage de la tour One Liberty place à Philadelphie, le restaurant tournant de la tour de Télévision de Berlin, la tour 360 de Chicago, et la tour Bujg Khalifa, haute de 828 mètres à Dubaï. Anecdote : Il y a une quarantaine d’années, étant étudiant, je pensais alors que le nom de cette station souhaitait réellement la bienvenue aux voyageurs arrivant sur ses quais depuis la gare Montparnasse, ou d’autres lignes de métro ; la réalité est bien différente. Philatélie : La Poste française a émis, en 1987, un timbre représentant « Fulgence Bienvenüe » en médaillon dans son métro.

BIENVILLE, Jean-Baptiste Le Moyne de (1680-1767), gouverneur français. Toponyme : La rue « Bienville » se situe dans le quartier français de la Nouvelle-Orléans en Louisiane ; elle a été nommée ainsi en souvenir de ce corsaire français qui sera gouverneur de la Louisiane, de 1702 à 1713, de 1716 à 1717, de 1718 à 1724, et de 1733 à 1743 ; il fondera La Nouvelle-Orléans en 1718. Plat gastronomique : Les huîtres « Bienville » sont des huîtres chaudes dorées au four avec des champignons, des oignons verts, de la chapelure et du fromage.

BIGARD, Lucien (1926-8/5/2008), entrepreneur français. Seconde génération : BIGARD, Jean-Paul (né le 12 novembre 1948), fils du précédent. Groupe : Le groupe agroalimentaire « Bigard » a été fondé, en 1962, à Quimperlé (29) dans le Finistère par Lucien Bigard. Il y crée, en 1968, la Société commerciale des viandes (Socovia), et lui donne son nom en 1974, avec une nouvelle usine de 17 500 m 2 inaugurée à Quimperlé, en 1978. Ce groupe est actuellement dirigé par son fils Jean-Paul. La principale marque de ce groupe est la viande « Charal », fort appréciée par ses qualités et fort connue depuis la tentative inachevée de tour du monde à la voile en moins de 80 jours organisée par Olivier de Kersauson (né en 1944) avec ses quatre coéquipiers à bord de son trimaran Charal à l’occasion de la première édition du Trophée Jules Verne au départ de Brest en janvier 1993. Ce groupe, devenu le leader européen de la viande bovine avec ses 17 000 salariés et quatre sociétés filiales, a été rebaptisé ABC (Alliance-Bigard-Charal) en 2007, avec un chiffre d’affaires actuel de 6 milliards d’euros ! Homonyme : « Jean-Marie Bigard » (né en 1954) est un humoriste français. Il a présenté son étonnant spectacle dans les plus grandes salles de France, dont Bercy en 2001, le Zénith en 2003, et même le Stade de France en 2004 devant plus de 50 000 spectateurs.

BIGELOW, Robert Thomas (né au XX e siècle), magnat américain. Société : La société américaine « Bigelow Aerospace » a été fondée, en 1999, à Las Vegas. Elle espère commercialiser des vols spatiaux de courte et de longue durée, vers notamment la station spatiale privée « Nautilus » qui pourrait être lancée par cette société en 2015 pour y accueillir des touristes fortunés. Le prix de la nuitée dans cet hôtel spatial n’est pas encore fixé, mais il devrait se chiffrer en millions de dollars ! Robert Bigelow est déjà propriétaire de la chaîne hôtelière Budget Suites.

BIGNON, Jean Paul (1662-1743), prédicateur de Louis XIV. Botanique : La « Bignonia » est une plante originaire de Virginie, en Amérique du Nord, qui a été nommée ainsi en 1694 par le botaniste Joseph de Tournefort (1656-1708) en hommage à cet abbé qui entrera notamment à l’Académie des Sciences en 1691 et à l’Académie française en 1693.

BIGUINE, Jean-Claude (né en 1960), créateur de salons de coiffure. Marque : Le premier salon de coiffure « Jean-Claude Biguine » a été créé, en 1982, par ce visagiste français âgé de 22 ans. Son réseau de salons de coiffures franchisés a été ouvert en 1989 ; il compte actuellement plus de 400 salons de coiffure répartis dans une vingtaine de pays, dont plus de 100 SPA et instituts qui proposent un processus de soins professionnels « Biguine bio » personnalisés pour chacun et qui commercialisent bien évidemment les produits cosmétiques, les lunettes et les accessoires Jean-Claude Biguine.

Bikini : Voir MARSHALL, William.

BILHARZ, Theodor (23/3/1825-9/5/1862), parasitologue allemand. Maladie : « La bilharziose » est une maladie parasitaire due à l’infestation intestinale ou urinaire par des vers, généralement dans les pays tropicaux, qui affecte chaque année des dizaines de millions de personnes dans le monde, causant la mort de dizaines de milliers de personnes. Des millions de femmes sont ainsi frappées de stérilité. Institut : L’institut de recherche « Theodor Bilharz » est implanté à Gizeh en Égypte, l’un des pays les plus touchés par cette terrible maladie.

BILLECART, Nicolas François (mort en 1858), viticulteur français ; SALMON, Élisabeth, épouse du précédent. Seconde génération : BILLECART-SALMON, Jean-Roland, l’un de leurs descendants. Marque : Le champagne « Billecart-Salmon », a été fondé, en 1818, à Mareuil-sur-ay (51), à l’occasion du mariage de Nicolas François Billecart avec Élisabeth Salmon, tous deux propriétaires de vignobles. Nicolas François Billecart se déplacera personnellement aux États-Unis, en Russie et en Europe pour promouvoir sa marque. Jean Rolland Billecart-Salmon, l’un de leurs descendants, gère actuellement le domaine avec ses enfants, en produisant des cuvées spéciales réputées, dont la cuvée Élisabeth Salmon rosé 1996.

BINGER, Louis (1856-1936), officier français. Toponyme : La ville de « Bingerville » se situe près d’Abidjan, la capitale de la Côte d’Ivoire ; elle a été nommée ainsi en souvenir de cet officier qui explora le Sénégal, puis la Côte d’Ivoire, de 1887 à 1889, et qui fut aussi gouverneur de la Côte d’Ivoire, en 1896 et 1897.

BINGHAM, Hiram (19/11/1875-6/6/1956), historien et homme politique américain. Toponyme : Le détroit de « Bingham » permet d’accéder au lagon de l’île Abaiang qui fait partie de la République du Kiribati, au cœur du Pacifique. Ce détroit a été nommé ainsi en hommage à l’explorateur américain, né à Honolulu dans l’île d’Hawaii, diplômé d’Harvard, qui effectuera, en 1906-1907, une première expédition au Venezuela et en Colombie sur les traces de Simón Bolívar (1783-1830). Cinq ans plus tard, du 12 au 24 juillet 1911, à la recherche de la cité perdue de Vilcabamba avec un guide péruvien, il découvre enfin, le 24 juillet 1911, le fabuleux site précolombien du Machu Picchu datant de 4000 ans avant J.-C., avec la fameuse cité perdue des Incas, cachée sous une épaisse couche végétale au cœur des Andes péruviennes, à 2 400 mètres d’altitude. Ce « sanctuaire historique du Machu Picchu » est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1983. Train : Pour visiter ce site exceptionnel au départ de la gare de Poroy à Cuzco, il est conseillé de prendre sur 106 kilomètres un train local, ou le train touristique « Hiram Bingham » baptisé ainsi en hommage à cet historien, avec ses luxueuses voitures-restaurants. Ces trains vous achemineront, respectivement en 5h30 ou 3h30, jusqu’au village d’Aguentas Calientes situé à seulement 8 kilomètres du Machu Picchu que vous pourrez ensuite rejoindre à pied ou en bus. Machu Picchu signifie vieux pic ; on y trouve les célèbres vestiges de la cité éponyme où se seraient réfugiés les derniers souverains Incas. Hiram Bingham sera professeur d’histoire aux universités américaines de Yale, Harvard et Princeton jusqu’en 1924, puis gouverneur et sénateur du Connecticut de 1924 à 1935. Toponyme : La base scientifique péruvienne « Machu Pichu » est installée depuis 1989 dans l’île du Roi-George située près de la péninsule antarctique.

BINET, Benoît (né au XVI e siècle), perruquier du roi Louis XIV. Objet : Les perruques « binettes » ont été nommées ainsi d’après le nom de ce perruquier. Autre mot : Une binette, en argot, signifie un visage.

BIOT, Jean-Baptiste (21/4/1774-3/2/1862), physicien, astronome et mathématicien français. Minerai : La « biotite » est un minerai qui comprend du mica ; elle a été nommée ainsi, en 1847, pour rendre hommage à ce physicien français qui découvrit aussi la polarisation rotatoire de la lumière.

BIRD Peter Kevin (1947-3/6/1996), rameur britannique. Événement : Le trophée « Peter Bird (SPB) » est remis chaque année en octobre lors du Festival International du Film d’Aventure de Dijon organisé par la Guilde Européenne du Raid ; il récompense, depuis 1997, un aventurier particulièrement remarquable pour sa ténacité et sa persévérance dans la poursuite d’un projet exceptionnel à l’image de Peter. Ce trophée a été nommé ainsi en souvenir de ce rameur exceptionnel qui effectua sa seconde traversée de l’océan Pacifique à la rame, dans le sens Est-Ouest, au départ de San Francisco le 23 août 1982, jusqu’à son arrivée à la grande barrière de Corail en Australie le 14 juin 1983 après avoir parcouru 6 000 miles en 295 jours ; il fonda la même année à San Francisco l’Ocean Rowing Society (ORS) avec Kenneth Crutchlow. Peter Bird perdra la vie le 3 juin 1996 à 1 300 miles à l’Est du Japon, lors de sa quatrième tentative de traversée du Pacifique à la rame, dans le sens Ouest Est. Pour mémoire : Peter Bird a parcouru plus de 21 000 miles à la rame en 930 jours de mer depuis sa traversée de l’Atlantique de Gibraltar à Sainte Lucie en 1974. Le trophée Peter Bird, représenté par un escalier cylindrique en fer forgé, est remis à Dijon par Kenneth Crutchlow, avec le parrainage de la société SPB. Le nom des lauréats est gravé sur les marches. Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom de « Bernoulli » à un toponyme sur la Lune.

BIRD, Edward Joseph (né au XIX e siècle), navigateur britannique. Toponyme 1 : « L’île Bird », faisant partie des îles Seychelles, a été nommée ainsi en souvenir de ce navigateur, second de James Clarke Ross (1800-1862) sur l’ Erebus en 1840. Toponyme 2 : « Le cap Bird » se situe en Antarctique par 77°10’S et 166°40’E ; c’est le cap le plus septentrional de l’île Ross, découverte le 28 janvier 1841 par le navigateur britannique James Ross depuis ses navires Erebus et Terror .

BIRDSEYE, Clarence (9/12/1886-7/10/1956), physicien et inventeur américain. Événement : Le prix « Clarence Birdseye » est décerné depuis 1989 par l’Institut International du Froid (IIF) à de jeunes chercheurs ; il a été nommé ainsi en souvenir de ce scientifique qui réalisa des travaux relatifs à la chaîne du froid et au traitement frigorifique des denrées. Il est en effet surnommé le père des techniques de conservation des aliments par le froid.

BIRKIN, Jane (née le 14/12/1946), actrice, chanteuse et comédienne britannique francophone, naturalisée française en 1969. Vente aux enchères : Un sac d’occasion « Birkin Hermès », en croco Himalaya, a été adjugé 77 400 € en juillet 2013 à l’Arcurial de Monaco, alors que le modèle neuf est vendu 6 500 € en boutique. Pour mémoire : Jane Birkin a demandé à Hermès, le 28 juillet 2015, de débaptiser le sac en crocodile qui porte son nom depuis 1984. Parmi ses chansons fétiches, on peut citer : Je t’aime... moi non plus (en 2002), et Pour un flirt avec toi (en 2004).

Bir Mogreïn : Voir TRINQUET.

BISCOE, John (1794-1843), navigateur britannique. Toponyme 1 : La pointe Biscoe » se situe sur l’île Anvers, près de la péninsule Antarctique. Toponyme 2 : « L’archipel Biscoe » se situe par 66°’S et 66°’W près de la péninsule Antarctique, entre les îles Anvers et Adélaïde ; il a été nommé ainsi en hommage au navigateur anglais John Biscoe (1794-1843) qui a notamment découvert l’île Adélaïde le 16 février 1832, l’archipel qui porte maintenant son nom et l’île Anvers le 21 février 1832 avec ses navires Tula et Lively . Son expédition était parrainée par les armateurs anglais Charles et Samuel Enderby. En signe de reconnaissance, John Biscoe baptisera « Terre d’Enderby » un secteur de l’Antarctique. Navire : Le navire océanographique R.R.S. John Biscoe est rattaché au British Antarctic Survey ; il a ravitaillé les bases polaires britanniques en Antarctique dans les années 1980.

BISMARCK, Otto, prince von (1 er /4/1815-30/7/1898), chancelier allemand. Toponyme 1 : « L’archipel de Bismarck » se situe au nord-est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée ; il a été annexé par les Allemands en 1844, et nommé ainsi en hommage à Otto von Bismarck qui fut chancelier du Reich de 1871 à 1890, à l’origine de l’unité allemande. Cet archipel sera une colonie allemande de 1885 à 1914. Toponyme 2 : « La mer de Bismarck » se situe entre la Papouasie-Nouvelle-guinée, les îles de l’Amirauté, la Nouvelle-Irlande et la Nouvelle-Bretagne. Toponyme 3 : « Le détroit de Bismarck » se situe près du continent Antarctique. Navire : Le cuirassé allemand Bismarck, fleuron du III e Reich, a été lancé le 14 février 1939 puis mis en service le 24 août 1940. Moins de 9 mois plus tard, il sera coulé au large de l’Irlande le mardi 27 mai 1941 à 10h40 par trois torpilles du destroyer Dorsetshire de la Royal Navy. Long de 251 mètres, ce prestigieux cuirassier gît par 4 700 mètres de fond, et près de 2 000 marins y ont perdu la vie. Modélisme : Une superbe maquette du cuirassé « Bismarck » au 1/200 e est commercialisée en pièces détachées durant 140 semaines, de 2008 à 2010, par Amati et Hachette, ce qui représente tout de même un investissement d’environ 1 000 € pour des centaines d’heures de plaisir à le construire.

BISQUIT, Alexandre (1799-1886), distillateur français. Marque : La Maison de cognac « Bisquit » a été fondée, en 1819 à Jarnac (16), par Alexandre Biscuit, d’où son nom ; sa fille Ermance épousera en 1846 Adrien Dubouché (1818-1883), le fondateur du musée éponyme de Limoges (87). Cette maison sera reprise en 1965 par le groupe Ricard.

BISSEL, Melville Reube, (1843-1889), inventeur américain. Objet : Le balai mécanique « Bissel » a été breveté par cet inventeur et sa femme Anna le 19 septembre 1876 ; le premier balai mécanique sera fabriqué en série aux USA près du lac Michigan dès 1883.

BIZET, Georges (1838-1875), compositeur français. Opéras : « Les opéras de Bizet » sont connus dans le monde entier ; on peut notamment citer La chanson du Toréador , et surtout Carmen , composé en 1874, qui est l’opéra le plus joué au monde, y compris sous la tour Eiffel à Paris le 14 juillet 2013, devant 400 000 spectateurs enthousiastes massés sur le Parc du Champ de Mars, plus une dizaine de millions de téléspectateurs sur France 2. Événement 1 : L’opéra Carmen , de Bizet, a été diffusé en direct, le samedi 1 er novembre 2014, sur les écrans géants d’une dizaine de milliers de salles de cinéma, réparties dans une trentaine de pays à travers le monde, depuis le Metropolitan Opera de New York. Événement 2 : L’opéra Les pêcheurs de Perle , de Bizet, a été diffusé en direct pendant 2h54, le samedi 16 janvier 2016, sur les écrans géants d’une dizaine de milliers de salles de cinéma, réparties dans une trentaine de pays à travers le monde, depuis le Metropolitan Opera de New York.

BIZOT, Michel (1795-tué en 1855), général français. Station de métro : La station de métro « Michel Bizot » se situe dans le 12 e arrondissement de Paris, sur la ligne de métro N°8. Cette station de métro et l’avenue éponyme toute proche ont été nommées ainsi en souvenir de ce général qui sera directeur de l’École polytechnique et qui sera tué lors de la guerre de Crimée durant le siège de Sébastopol, port militaire russe sur la mer Noire. Cette guerre de positions s’est déroulée du 25 septembre 1854 au 8 septembre 1855 à l’avantage des alliés franco-britanniques, sous la direction du général français Mac-Mahon (1808-1893). Le fils de Michel Bizot terminera sa carrière comme général de division.

BLACHÈRE, Bernard (né au XX e siècle), entrepreneur français ; BLACHÈRE, Marie (née au XX e siècle), épouse du précédent. Entreprise : Les boulangeries traditionnelles « Marie Blachère » proposent notamment des sandwiches et des tartes depuis 2004. Par ailleurs, Bernard Blachère a créé, en 1985, les magasins « Provenc’halles » qui distribuent au détail des fruits et légumes ainsi que des produits frais.

BLACK, Duncan (né au XIX e siècle), industriel américain. Autre personnalité : DECKER, Alonzo (né au XIX e siècle), industriel américain. Marque : Les outils « Black et Decker » ont été initialement fabriqués dans l’usine construite en 1910 à Baltimore par Duncan Black et Alonzo Decker.

BLAIR Antony (Tony) (né le 6 mai 1953), Premier ministre britannique. Doctrine politique : Le « blairisme » est la doctrine préconisée par cet homme d’État britannique qui sera élu chef du parti travailliste le 21 juillet 1994 ; il décidera un peu plus tard de changer le parti et de lancer le New Labour. Il sera élu Premier ministre le 2 mai 1997, réélu en 2001 et en 2005, puis il devra quitter son poste le 27 juin 2007.

BLAISE (Saint) (décapité le 3 février 316), évêque arménien. Fête : On souhaite la fête de « saint Blaise », le 3 février , en souvenir du jour de la mort de ce médecin qui deviendra évêque de Sébaste en Arménie. Grand ami des animaux, il sera martyrisé et décapité en Cappadoce pour avoir refusé de renier sa foi. Il est souvent invoqué contre les maux de gorge. C’est le saint patron des sonneurs de cors, des tailleurs de pierre, des couvreurs, des tisserands, des agriculteurs et de la ville fortifiée de Dubrovnik dès le X e siècle. Édifice religieux 1 : L’église « Saint-Blaise » se situe à Vichy (03). Édifice religieux 2 : L’église « Saint-Blaise », construite en 1715, se situe au cœur de la ville fortifiée de Dubrovnik, en Croatie, dont il est le saint patron. Statues : Des statues de « Saint Blaise » ont été dressées sur les remparts et au-dessus de toutes les portes de Dubrovnik. Cette ville fortifiée a subi un terrible tremblement de terre dans la nuit du 24 au 25 mai 1706, faisant plus de 5 000 morts après avoir déjà subi le tremblement de terre du 6 août 1667 ! Reliques : Des reliques de « Saint Blaise » (une jambe, la main droite et le crâne) sont précieusement conservées dans le trésor de la cathédrale de l’Assomption de la Vierge située au cœur de la ville fortifiée de Dubrovnik en Croatie.

Blanc, couleur blanche comme de la neige. Drapeau : Le drapeau français est un drapeau tricolore dont le « blanc » est au milieu, horizontalement entre le bleu et le rouge. Toponyme : Le cap « Blanc Nez » se situe dans le Pas-de-Calais (62), face à la Manche et aux falaises britanniques (visibles par temps clair) ; il culmine à 158 mètres d’altitude. Ce cap est surmonté de l’obélisque de la Patrouille de Douvres. Brasserie : La « Brasserie des 2 caps » ( cap Blanc Nez et cap Gris Nez), ou Brasserie Noyon, se situe à Tardinghen (62) ; elle a été créée en 2001 par Christophe Noyon (né en 1934), en cultivant aussi des dizaines d’hectares de culture d’orge transformée en malte. Cette bière est consommée à 80% entre Dunkerque et la baie de Somme. Vin : Le vin « blanc » doit être réfrigéré avant dégustation. TV : Dans un écran de télévision, un dosage des pixels bleus, rouges et jaunes donnent la couleur « blanche », ainsi que toutes les autres couleurs.

BLANC, Famille de restaurateurs français. Première génération : BLANC, Jean-Louis et son épouse (nés au XIX e siècle), cuisiniers français en 1872. Deuxième génération : BLANC, Adolphe (né au XIX e siècle), cuisinier en 1902, fils des précédents et BLANC, Elisa (née au XIX e siècle), née Gervais, épouse du précédent. Troisième génération : BLANC, Jean (né au XX e siècle), cuisinier en 1934, fils des deux précédents et BLANC, Paulette (née au XX e siècle), épouse du précédent. Quatrième génération : BLANC, Georges (2/1/1943), cuisinier en 1968, fils des deux précédents. Cinquième génération : BLANC, Frédéric (né au XX e siècle), fils du précédent ; BLANC, Alexandre (né au XX e siècle), frère du précédent… Hôtel restaurant : L’hôtel-restaurant « Georges Blanc » se situe à Vonnas (01) ; il est classé *** dans le Guide Michelin depuis 1981. Il fait partie des Relais & Châteaux. Ce restaurant a obtenu la note de 19,5 sur 20 dans le guide gastronomique Gault&Millau de 1985. Georges, l’actuel chef de ce restaurant gastronomique a écrit le livre Plat du jour . Ses fils Frédéric et Alexandre devraient prendre sa succession dans quelques années. En attendant, on peut aussi se restaurer à un prix très raisonnable dans « l’Ancienne Auberge » ouverte à Vonnas (01) par la famille Blanc, juste en face du restaurant gastronomique.

BLANC, Louis (1811-1882), révolutionnaire français. Station de métro : La station de métro « Louis Blanc » se situe dans le 10 e arrondissement de Paris, sur les lignes de métro N°7 et 7b ; cette station a été nommée ainsi en hommage au journaliste qui sera élu à l’Assemblée nationale en 1870. Philatélie : La Poste française a émis, en 1948, un timbre à l’effigie de « Louis Blanc » pour commémorer le centenaire de la Révolution de 1848.

BLANCHARD, Jean-Pierre (4/7/1753-7/3/1809), aéronaute français. Monument : La colonne « Blanchard » se dresse dans la forêt de Guînes située à 10 km au sud de Calais ; elle commémore le lieu précis de l’atterrissage du ballon à hydrogène piloté par l’aéronaute français Jean-Pierre Blanchard (1753-1809) et l’aéronaute américain John Jeffries (1744-1819), après leur survol du détroit du Pas-de-Calais au départ de Douvres, le 7 janvier 1785. C’est lui qui inventa le parachute. Son épouse Madeleine-Sophie (1777-1819) était aussi une aéronaute confirmée qui accompagna souvent son mari lors de ses voyages aérostatiques, et qui se tua au cours de sa 67 e ascension dans l’explosion de son ballon le 16 juillet 1819 lors d’une soirée organisée au Tivoli par Ruggieri.

Blanche : La couleur « blanche » regroupe les 7 couleurs de l’arc-en-ciel. Touponyme 1 : La mer « blanche » se situe en Russie, au nord de la Péninsule de Lamal. Toponyme 2 : La mer « Blanche » se situe au sud de la Péninsule de Kola.

BLANCPAIN, Jehan-Jacques (né en 1693), maître horloger suisse. Troisième génération : BLANCPAIN, David-Louis (21/12/1765-1816), petit-fils du précédent. Quatrième génération : BLANCPAIN, Frédéric-Louis (né au XVIII e siècle), aîné des cinq fils du précédent... Marque : La manufacture de haute horlogerie « Blancpain » a été fondées, en 1735, par le maître horloger Jehan-Jacques Blancpain dans le village de Villeret au centre du Jura bernois. Ses descendants, sur sept générations, ont pris la relève jusqu’à présent et se sont installés à Brassus. Le modèle Léman Réveil GMT réunit à la fois le réveil mécanique, l’affichage d’un second fuseau horaire et l’indication de la date. La montre Saint-Valentin » 2014 a été réalisée en 99 exemplaires par ce maître horloger. Prix de vente : 15 300 €. Cette société fait maintenant partie du groupe suisse Swatch qui emploie plus de 21 000 salariés.

BLANDIN, Claude (3/11/1927-3/3/1972), entrepreneur français. Seconde génération : BLANDIN, Bruno (né le 7 octobre 1952), fils du précédent. Société : Les « Établissements Claude Blandin » (E.C.B.) a été fondés à Pointe-à - Pitre en Guadeloupe (971) par Claude Blandin, d’où leur nom. Initialement, il n’avait que trois salariés pour commercialiser des équipements destinés aux réseaux de transport d’électricité. Ces établissements se sont ensuite considérablement développés par son fils Bruno dans de nombreux domaines, dont l’import-export de groupes électrogènes, climatiseurs, véhicules automobiles… aussi bien aux Antilles Guyane, que dans certaines régions de métropole, avec plus de 1 200 salariés.

BLANDINE (Sainte) (martyrisée le 2 juin 177), esclave chrétienne. Fête : On souhaite la fête de « sainte Blandine », le 2 Juin , en souvenir de cette esclave chrétienne qui subira le martyre à Lyon, ainsi que l’évêque Pothin et quarante-six autres chrétiens livrés aux fauves, pendant la persécution ordonnée par l’empereur romain Marc Aurèle (121-180). Les lions épargnèrent Blandine et elle assista au supplice de ses compagnons avant d’être emprisonnée dans un filet et livrée à un terrible taureau ; c’est la sainte patronne des servantes. Elle est invoquée dans la litanie des saints, récitée et chantée à l’occasion des grands événements religieux. Hôpital : L’hôpital « Sainte-Blandine » est implanté à Metz (57). Fête nationale : Le 2 juin est aussi le jour de la fête nationale italienne, pour commémorer l’abolition de la monarchie et la proclamation de la République italienne par le référendum du 2 juin 1946. Le dernier roi d’Italie, Humbert II (1904-1983) au pouvoir pendant seulement quelques semaines, du 9 mai au 2 juin 1946, devra s’exiler le jour même au Portugal.

BLANQUI, Louis Auguste (1805-1881), théoricien socialiste français. Doctrine : Le « blanquisme » a été créé par cet homme politique pour instaurer une dictature ouvrière avec le concours de la révolutionnaire Louise Michel (1830-1903), surnommée la Vierge rouge. Sculpture : Le Chapiteau des baisers situé à Roubaix (59), a été sculpté en 1905 par Émile Derré, avec notamment les portraits « d’Auguste Blanqui » et Louise Michel pour symboliser l’amour. Les autres faces de ce chapiteau symbolisent la maternité, la consolation et la mort.

BLARINGHEM, Louis (1 er /2/1878-1 er /1/1958), botaniste français. Lycée : Le lycée « Louis-Blaringhem » est implanté à Béthune (62) ; son nom rend ainsi hommage à un enfant du pays qui a fait une germination entre les plantes. Il a même été un généticien néo-Lamarckien et un ami de l’empereur du Japon.

BLED, Édouard (1899-29/12/1996), instituteur français ; BLED, Odette (1907-31/8/1991), épouse du précédent. Livre : Bled, est le nom générique des cours d’orthographe, grammaire, conjugaison et vocabulaire, rédigés dès 1926 par ce couple d’instituteurs parisiens, et publiés chez Hachette classique depuis 1946. Plus de 20 millions d’exemplaires ont été vendus, dont notamment le Mini Bled anglais , le Mini Bled espagnol , le Mini Bled allemand …

BLÉRIOT, Louis (1 er /7/1872-2/8/1936), aviateur français. Marque : Les avions « Blériot », baptisés de I à XII en différentes versions, ainsi que les « aéroplages » et les phares « Blériot », ont été construits par le premier aviateur qui réussira la première traversée aérienne du détroit du Pas-de-Calais (English Chanel), au-dessus de la Manche le dimanche 25 juillet 1909, de Calais à Douvres, à bord de son monoplan Blériot XI ; il recevra son brevet de pilote le 12 novembre 1909. Louis Blériot s’était marié en 1901 avec Alicia Vedène qui deviendra la présidente du premier aéro-club féminin ; ils auront six enfants : trois garçons, Marcel, Jean et Louis, et trois filles, Simone (épouse d’André Rubel), Geneviève (épouse de Jean Lasalle), et Nelly Charlotte (épouse d’Albert Paul Sirot). Toponyme : La station balnéaire de « Blériot Plage » se situe dans le Pas-de-Calais (62), entre Sangatte et Calais, face à la mer du Nord ; elle a été nommée ainsi, car Louis Blériot a décollé de cette plage le dimanche 25 juillet 1909 à 4h40 pour sa traversée aérienne de la Manche en solitaire ; il a atterri à 5h12, soit 32 minutes plus tard, au sommet des falaises situées au nord du château de Douvres. Mémorial : Le Mémorial « Louis Blériot » est construit sur le site de Langdon Cliff, près du château de Douvres, propriété du National Trust, équivalent de notre Conservatoire du Littoral. Des dalles de pierre représentant l’aéroplane commémorent l’événement. Développement de l’aviation : Il faudra seulement 100 années de haute technologie pour passer du Blériot XI à l’Airbus A380 , et passer ainsi de quelques passagers en 1909 à 2 milliards de passagers chaque année en transport aérien, un siècle plus tard, grâce à l’industrie aéronautique et spatiale qui génère plus de cinq millions d’emplois directs et plus de 25 millions d’emplois indirects à travers le monde ! Club : Le « Blériot-club » du Touquet (62) est l’un des plus importants clubs de char à voile d’Europe avec ses 160 licenciés annuels et ses 5 000 stagiaires ; il a été fondé, en 1956, pour y développer des formations et des courses de char à voile. Ce club a fêté son cinquantième anniversaire en y organisant les championnats du monde de char à voile du 23 au 29 septembre 2006. Pour mémoire : Louis Blériot avait fabriqué des aéroplages au début du XX e siècle. Anecdote : Les élèves du lycée privé aéronautique « Henry Potez », implanté à Méaulte (80), au cœur du site de production Aerolia depuis plus de 60 ans, ont notamment reconstruit, en 2012, une réplique de l’un des aéroplages de Louis Blériot fabriqués par cet aviateur en 1912. Cet aéroplage sera exposé au Blériot-Club du Touquet, dès le samedi 1 er septembre 2012, pour ensuite sillonner la plage du Touquet à l’occasion du centenaire de la station ! Une photo de l’époque représente Louis Blériot assis sur l’un de ses aéroplages, en compagnie de son épouse Alice, de certains de leurs enfants, et des aviateurs renommés tels que les frères Gabriel Voisin (1880-1973) et Charles Voisin (1882-1912) assis sur le sable. Compétition : La « Louis-Blériot Cup » est une course internationale de char à voile organisée depuis 2002 par le Blériot-Club du Touquet (62), en souvenir du promoteur du premier championnat du monde de char à voile programmé en août 1914 à Hardelot (62) et annulé pour cause de conflit mondial. Lycée 1 : Le lycée « Louis-Blériot » se situe à Suresnes près de Versailles (78) ; il prépare aux métiers des énergies. Lycée 2 : Le lycée professionnel « Louis-Blériot » se situe à Étampes (91). Philatélie 1 : La Poste française a émis, en 1934, un premier timbre-poste aérien représentant le monoplan Blériot XI pour célébrer le 25 e anniversaire de sa traversée de la Manche en 1909, et un second timbre en 1972 pour commémorer le centenaire de sa naissance, et un troisième timbre en 2009 pour commémorer le centenaire de sa traversée de la Manche à bord de son aéroplane Blériot XI . Philatélie 2 : La Principauté de Monaco a émis, en 1972, un timbre à l’effigie de « Louis Blériot » pour commémorer le centenaire de sa naissance.

Bleu, l’une des sept couleurs du spectre de l’arc-en-ciel. Drapeau : Le « bleu » est l’une des trois couleurs du drapeau français. Restaurant : Le restaurant « Le Train bleu » se situe au premier étage de la gare de Lyon ; il a été ouvert en 1901, lors de la mise en service de la première ligne de métro, puis il a été rénové et classé monument historique en 2014. Équipes de France : « Les Bleus ». Parfum : L’eau de parfum « Bleu de Chanel » est disponible sur chanel.com. Véhicule : « L’Oiseau bleu (Blue Bird) » du pilote britannique Donald Campbell (1921-1967), après un grave accident aux alentours de 580 km/h le 16 septembre 1960, a atteint la vitesse prodigieuse pour l’époque de 648,6 km/h le 17 juillet 1964 sur le lac Eyre en Australie. Soldats : Les « casques bleus » de l’ONU. Fromage : Le « bleu de Bresse ». Fleuve : Le « Nil Bleu » en Égypte. Montre : La montre Ballon bleu de Cartier, tourbillon volant avec deux fuseaux horaires, calibre 9456 MC, est un vrai bijou. Exposition : La Fondation Hergé a notamment organisé, en 2007, des manifestations pour commémorer le centenaire de la naissance du créateur de Tintin, dont une grande exposition de 124 planches originales du Lotus Bleu et des dessins originaux au Centre Pompidou de Paris. Drapeau : Le drapeau européen représente 12 étoiles dorées en cercle sur fond bleu . Record de vitesse : Le « ruban bleu » est le record de la traversée de l’Atlantique Nord. Tableaux : Le peintre français « Yves Klein » (1928-1962) a surtout peint des tableaux en bleu . Couleur : Le « bleu Yves Klein » est nommé le bleu IKB (International Klein Blue). Vêtement : Le bleu de travail. Couleur : Le « bleu berbère » ou le « bleu Majorelle », portent le nom de ce peintre qui créa au Maroc cette teinte d’un bleu intense et clair. Voilerie : La voilerie « North Sails » est bien connue pour son logo circulaire bleu et blanc représentant les deux hémisphères terrestres, avec la lettre blanche « N » sur fond bleu, et la lettre bleue « S » sur fond blanc. Marque : Le fromage « Bleu de Sassenage » a été mis au point dans le Dauphiné par des moines au XIV e siècle. En 1338, le baron de Sassenage autorisa les habitants de son domaine à vendre librement leur fromage qui porte désormais son nom. Film : Le professeur de plongée et cinéaste Luc Besson (né en 1959) a présentée à la presse, le 29 février 2008, son film « Le Grand Bleu » .

BLEUSTEIN-BLANCHET, Marcel (21/8/1906-11/4/1996), publicitaire français. Événement : Les prix de la « Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation » sont décernés chaque année en décembre à une trentaine de jeunes ayant une solide vocation dans tous les domaines. Ce publicitaire fonda « Publicis » le 8 mars 1926, et la Fondation de la Vocation le 15 mars 1960. Cette Fondation, reconnue d’utilité publique depuis le 18 septembre 1973, est ouverte à tous ceux qui manifestent de l’intérêt à l’égard de la jeunesse et qui souhaitent lui apporter leur aide, tant sur le plan matériel que sur le plan moral et intellectuel. La Fondation de la vocation décerne chaque année à Paris une vingtaine de bourses de 7 700 €, dites « Bourses de la Vocation », ainsi que quelques prix de l’espérance, le prix Littéraire de la Vocation, le prix de Poésie et une bourse Européenne, soit 1 265 lauréats fin 2007, et une Fondation sœur en Belgique depuis 1963. L’auteur de cet ouvrage a été lauréat de la Bourse de la Vocation, promotion 1971, pour organiser des expéditions en char à voile, à la voile, en tricycle à voile, en train à voile et en vélo à voile à travers le monde. Depuis le décès de Marcel Bleustein-Blanchet, en 1996, la Fondation qui porte son nom est présidée par sa fille Élisabeth Badinter (née le 5 mars 1944). Le cinquantième anniversaire de cette Fondation a été célébré avec émotion, le 7 décembre 2009, au Théâtre Marigny à Paris. Logo : Le logo de la Fondation « Marcel Bleustein-Blanchet » pour la Vocation comprend un trèfle à quatre feuilles dessiné, en 1978 par l’égyptologue Guy Lecuyot. Parc : Le Parc « Marcel Bleustein-Blanchet », dit Parc de la Turlure, se situe dans le 18 e arrondissement de Paris, près de la Basilique du Sacré-Cœur ; il a été inauguré le samedi 3 juillet 2004 à 12 heures par Bertrand Delanoë, maire de Paris jusqu’en 2014, et par Daniel Vaillant, maire du 18 e arrondissement. Pour mémoire : Le drugstore Publicis, situé sur le boulevard Saint-Germain à Paris, a subi un attentat organisé le dimanche 15 septembre 1974 par le Vénézuélien Carlos, faisant deux morts et 34 blessés, dont de nombreux enfants. Le procès devait s’achever fin mars 2017. Astronomie : L’astéroïde 99 262 a été baptisé « Bleustein », début 2005, par le « Committee on Small Body Nomenclature » qui est une commission rattachée à l’Union astronomique internationale IAU). Ce comité s’occupe aussi du baptême des comètes et des satellites des planètes. L’astéroïde « Bleustein » a été découvert le 20 juillet 2001 par l’astronome français Jean-Claude Merlin, lauréat de la Bourse de la Vocation 1982 ; il mesure un peu plus de 5 kilomètres de diamètre et met environ 5 ans et demi pour boucler une orbite autour du Soleil à une distance moyenne de 450 millions de kilomètres du Soleil.

BLIGH, William (9/9/1754-7/12/1817), navigateur anglais (Bounty). Toponyme : « Le canal de Bligh », fait partie du détroit de Torres ; il fut parcouru par William Bligh et ses 17 hommes qui durent survivre dans une chaloupe longue de 9 mètres, après la mutinerie du Bounty , en effectuant une difficile navigation, presque sans vivres, des îles Tonga jusqu’à Timor. Ce navigateur a notamment découvert et baptisé ainsi en 1788 les îlots Bounty qui dépendent de la Nouvelle-Zélande. Récit : Bligh et l’équipage du Bounty (215 tonneaux) quittent Spithead le 23 décembre 1787 et font escale à Tahiti du 26 octobre 1788 au 4 avril 1789 pour récolter des arbres à pain (urus) destinés aux Antilles. Une mutinerie de son équipage éclate le 28 avril 1789 au large des îles Tonga, et le lieutenant Christian Fletcher (1764-1793) s’empare du Bounty avec 24 autres mutins. Bligh est abandonné avec 18 hommes dans une chaloupe longue de 9 mètres avec laquelle ils réussissent cependant à atteindre Timor le 14 juin 1789 après avoir parcouru une distance de 7 800 km en 47 jours. Parmi les 25 mutins, 9 se rendront sur l’île de Pitcairn (lire d’autres infos aux îles Pitcairn, Tetiaroa et Tubuaï), et 16 resteront à Tahiti. Le navire Pandora commandé par le navigateur anglais Edward Edwards quittera l’Angleterre le 15 août 1790 à la recherche des mutinés du Bounty . Le 9 avril 1791, Edwards récupèrera les 14 mutins encore vivants à Tahiti ; ils seront mis aux fers sur ce navire dans une cellule de 5,4 sur 3,6 mètres. Le Pandora quittera Tahiti le 19 mai 1791. Edwards recherchera alors d’autres mutins dans d’autres îles, passant notamment par les îles Samoa le 21 juin 1791, et par l’île de Vanikoro qu’il découvrira le 13 août 1791. Le Pandora fera naufrage le 28 août 1791 contre un récif dans le détroit de Torres, causant la mort de 31 hommes d’équipage et de 4 mutins sur les 14 embarqués à Tahiti. La plupart des 88 hommes d’équipage et des 10 mutins survivants, répartis dans quatre chaloupes, réussiront cependant en quinze jours à atteindre l’île de Timor distante de 1 200 km, puis à regagner Spithead en Angleterre le 19 juin 1792. Le procès de cette mutinerie commencera le 12 septembre 1792. Trois mutins y seront condamnés à mort. Anecdote : Les films Les Révoltés du Bounty qui retracent cette aventure, ont été réalisés en 1935 par Franck Llyod (1887-1960), en 1961 par Lewis Milestone (1895-1980) et en 1983 par Roger Donaldson. Ils étaient interprétés par Clark Gable (1901-1960), Marlon Brando (né le 3 avril 1924) et Mel Gibson (né en 1956) dans le rôle de Christian Fletcher, et par Charles Laughton (1899-1962), Trevor Howard (1916-1988) et Anthony Hopkins (né en 1937) dans celui du capitaine Bligh. On s’en souvient encore.

BLIN, Moïse Aron (1798-1866), drapier français. Seconde génération : BLIN, Maurice (1824-1879), fils du précédent ; BLIN, Théodore (1835-1897), frère du précédent. Troisième génération : BLIN, Eugène (né en 1860), fils du précédent ; BLIN, Jules (né en 1866), frère du précédent… Société : La draperie « Blin » a été fondée en Alsace, en 1827, par Moïse Aron Blin qui s’associa, en 1849, avec David Bloch pour fonder la draperie « Blin père, fils & Bloch ». Son second fils Théodore Blin s’installa en 1871 à Elbeuf (76) et y créa, en 1883, la société « Blin & Blin » qui fabriquera essentiellement du drap de laine pour les tenues militaires. L’entreprise familiale prospérera sous la direction d’Eugène et Jules Blin, ainsi que de leurs descendants, jusqu’à son déclin en 1975.

BLOCH, Marc (1886-16/6/1944), historien français. Université : L’université Strasbourg II « Marc-Bloch » se situe à Strasbourg (67), comme son nom l’indique ; elle rend aussi hommage à l’historien et résistant Marc Bloch, spécialiste du Moyen Âge, qui sera fusillé par les Allemands le 16 juin 1944 à Saint-Didier-de-Formans (01). Plus de 9 000 étudiants y suivent des cours de langues et de sciences humaines ; elle comprend aussi les facultés de théologie catholique et protestante. Cette université sera regroupée le 1 er janvier 2009 avec les universités Strasbourg I et Strasbourg III pour former l’université de Strasbourg avec ses 40 000 étudiants. Pour mémoire : Le prestigieux marché de Noël de Strasbourg date de 1570. Promotion : Les élèves de l’ENA, intégrés en 1995, ont choisi « Marc Bloch » comme nom de leur promotion 1996-1997. Homonyme 1 : « Jean-Pierre Bloch (1905-1999) était un homme politique français ; la Poste française a émis, en 2001, un timbre à son effigie. Homonyme 2 : « Ernst Bloch » (1885-1977) était un historien et philosophe allemand.

BLOMET, rue parallèle à la rue de Vaugirard dans le XV e arrondissement de Paris. Toponymes : La piscine « Blomet », le clinique « Blomet », le collège et le lycée « Blomet », la librairie « Blomet », le centre de radiologie « Blomet », et le « Bal de la rue Blomet » (ex bal nègre), inauguré le mardi 21 mars 2017, au numéro 33 de la rue Blomet. Celui-ci comprend désormais un restaurant et une salle de concerts de 250 places ouverte les jeudis, vendredis et samedis en soirée…

BLONDIN, Charles (28/2/1824-19/2/1897), funambule français. Édifice : La salle des sports « Charles Blondin » d’Hesdin (62) a été nommée ainsi en hommage à ce funambule exceptionnel qui y est né sous le nom de Jean-François Gravelet, avant de prendre son nouveau nom d’artiste bien connu du grand public. Statue : Une statue de « Charles Blondin » a été inaugurée à Birmingham, en 1992.

Bloody Mary : Voir HEMINGWAY et TUDOR.

BLOOMBERG, Michael Rubens (né le 14 février 1942), entrepreneur américain, philanthrope et maire de New York du 1 er janvier 2002 au 31 décembre 2013, soit trois mandats. Société : La société médiatique « Bloomberg » a été créée à New York en 1981 par cet entrepreneur, puis il a été maire de New York pendant 12 ans. Il a donné 64 millions de dollars pour les énergies propres. Sa fortune est estimée à 47,5 milliards de dollars.

BLUE TOOTH, Harald II Blåtand (910-986), roi danois entre 940 et 986. Transmission H.F. : Le système de transmission sans fil « Bluetooth » a été nommé ainsi d’après la traduction anglaise du surnom du roi danois Harald Blåtand, « dent bleue », qui imposa le christianisme dans son royaume et unifia le Danemark et la Norvège.

BLUM, Léon (9/4/1872-30/3/1950), écrivain français. Lycées : Des lycées « Léon Blum » sont implantés à Créteil (94), Le Creusot (71), Narbonne (11), Draguignan (83)… ; ils ont été nommés ainsi en souvenir de cet écrivain qui sera président du Conseil des ministres en 1936-1937 et en 1938 ; il dirigea le Front populaire en 1937. Promotion : Les élèves de l’ENA, intégrés en 1973, dont Martine Aubry (née le 8 août 1950), ont choisi « Léon Blum » comme nom de leur promotion 1974-1975. Philatélie : La Poste française a émis, en 1982, un timbre à l’effigie de « Léon Blum ».

BMS (Bristol-Meyer Squibb) : Voir BRISTOL.

BMW : Marque réputée de voitures allemandes. Cette marque, comme des millions d’autres marques à travers le monde, ne devrait pas faire partie de ce dictionnaire, car cette société ne porte pas le nom, ni les initiales, de ses fondateurs en 1916, Gustav Otto (1883-1926) et Karl Rapp (1862-1962) qui étaient des pionniers de l’aéronautique. En effet, BMW signifie « Bayerische Motoren Werke », soit en français : Manufacture bavaroise de moteurs. Cette marque n’est citée ici que pour vous donner la signification des trois lettres BMW. Cette marque a notamment commercialisé la voiture BMW 3/15 PS Tourer en 1931, la BMW 3.0 CSL en 1971, la BMW Z8 en 2000, et la nouvelle BMW X4 en 2014 ; elle commercialise notamment la voiture électrique BMW 13 à 28 690 € et la voiture BMW i8 pour un prix de 146 000 € en 2014. Sponsoring : Le prestigieux « Trophée Groupe Edmond de Rothschild » a été remis, le 26 janvier 2014, lors du 19 e BMW Polo Master de Megève.

BOBET, Louison (12/3/1925-13/3/1983), coureur cycliste français. Stade : Le stade « Louison Bobet » se situe à Levallois-Perret (92), près de la Porte d’Asnières. Il a été nommé ainsi en souvenir de ce coureur cycliste qui remportera de nombreuses courses internationales, dont le Tour de France pendant trois années consécutives, en 1953, 1954 et 1955, et qui sera à l’origine du développement en France de la thalassothérapie, avec notamment la création des centres de Quiberon (56) et du Touquet (62). Musée : Le Musée « Louison-Bobet » se situe à Saint-Méen-le-Grand (35), sa ville natale.

BOCCONI, Fernandino (11/114/1836-5/2/1908), entrepreneur italien. Seconde génération : BOCCONI, Luigi (disparu le 1 er /3/1896), fils du précédent. Société : Les grands magasins « Bocconi » de Milan ont été créés dans la seconde moitié du XIX e siècle par Fernandino Bocconi ; il les revendra en 1907 à la famille milanaise Borletti qui les rebaptisera Rinascente, puis ils seront rachetés en 1968 par le groupe Agnelli. Au XXI e siècle, en juin 2006, un descendant de la famille Borletti, Maurizio Borletti (né en 1967), rachètera les 18 grands magasins du Printemps au groupe PPR, pour peut-être les renommer un jour Borletti… Université : L’université commerciale « Luigi Bocconi » de Milan a été fondée, le 10 novembre 1902, grâce à un don de Fernandino Bocconi qui lui a donné le nom de son fils Luigi, disparu le 1 er mars 1896 lors de la bataille d’Adoua, en Éthiopie ; elle est spécialisée dans l’administration publique, le droit, l’économie, la finance et le management.

BOCUSE, Georges (1901-1959), chef cuisinier français ; BOCUSE, Irma (née en 1905), épouse du précédent. Seconde génération : BOCUSE, Paul (né le 11 février 1926), fils des deux précédents. Troisième génération : BOCUSE, Jérôme (né en 1965), fils de Paul . Restaurants : Le premier restaurant « Paul Bocuse » a été inauguré en 1965 à Collonges-au-Mont-d’Or, près de Lyon (69). Un second restaurant « Paul Bocuse » se situe dans l’hôtel Plazza Athénée, l’un des sept palaces ***** de Paris. Le restaurant, ouvert en 1965, est classé *** dans le Guide Michelin 2007. Bocuse est une famille de restaurateurs, de père en fils, depuis 1765. Paul Bocuse édita, en 1976 son premier livre La cuisine du marché . Plus de 200 brasseries et restaurants portent aussi son nom dans le monde, dont le célèbre restaurant *** situé dans l’abbaye Paul Bocuse de Collonges-au-mont-d’Or près de Lyon (69) qui accueille aussi des séminaires d’entreprises et des mariages somptueux. Paul Bocuse est l’actuel président du groupe « Châteaux et Hôtels de France » ; il commercialise aussi des plats cuisinés dans les supermarchés sous la marque Marie. Restauration rapide : Paul Bocuse a aussi fondé, en 2008, l’enseigne « Ouest Express » à Lyon (69), pour en faire une grande chaîne de restauration rapide en France et à l’étranger. Éditions : Le livre Paul Bocuse dans votre cuisine a été publié en 2011 chez Flammarion. Événement : Le « Bocuse d’or » se déroule à Lyon, tous les deux ans depuis 1987, à l’occasion du Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation (SIRHA). Ce concours, le plus prestigieux au monde, oppose les meilleurs jeunes chefs en provenance de 24 pays, après de sévères présélections qui ne retiennent qu’un candidat par pays. La quinzaine session s’est déroulée à Lyon en janvier 2015, avec la participation de vingt-quatre jeunes chefs accompagnés chacun d’un membre du jury représentant leur pays. Le président d’honneur de ce jury était notamment Michel Bras en 2005. Pendant cinq heures d’affilée, les jeunes chefs devaient réaliser un plat de poisson et un plat de viande. Le lauréat de ce prestigieux concours sera le français Serge Viéra, âgé de 27 ans, qui œuvrait sous la direction de Régis Marcon, le chef du restaurant « le Clos des Cimes » à Saint-Bonnet-le-Froid (43). Régis Marcon, quant à lui, obtiendra même quelques jours plus tard sa troisième étoile dès le Guide Michelin 2005. La quinzième édition de 2013 a, quant à elle, été remportée par le chef megévan Thibaut Ruggeri (né en 1983), en poste chez Lenôtre… La dix-septième édition du Bocuse d’Or avait un nouveau président d’honneur du jury, en l’occurrence Jérôme Bocuse. Statue : Une statue en cire de « Paul Bocuse » est exposée au musée Grévin de Paris. Ouragan : « Irma » a fait 4 morts avec des vents de 295 km/h durant 33 heures à Saint-Martin en septembre 2017.

BODET, Paul (né au XIX e siècle), ébéniste français… Troisième génération : BAUDET, Pierre (né en 1921), petit-fils du précédent. Quatrième génération : BAUDET, Jean-Pierre (né en 1949), fils du précédent. Société 1 : L’histoire de la société industrielle et horlogère française « Baudet » commence en 1868 lorsque l’ébéniste Paul Baudet installe le cadran du clocher de l’église de Trémentines (49) à la demande du curé de la paroisse ; il crée sa société l’année suivante. Son petit-fils Pierre relance la société en 1945, puis Jean-Pierre Baudet en devient le PDG en 1987 pour développer l’horlogerie d’édifices, le chronométrage, l’affichage sportif, la gestion du temps et des accès, la restauration de cloches et de clochers, la fabrication de beffrois, avec maintenant des succursales dans toute l’Europe de l’Ouest et même à Dubaï. Les horloges Baudet équipent les aéroports, les gares, les stades, les studios de télévision et même La Mecque avec 40 horloges plaquées à l’or 23 carats qui calculent quotidiennement l’horaire des cinq temps de prière en fonction du lever du Soleil, à savoir : 1) au lever du Soleil. 2) au zénith. 3) entre le zénith et le coucher du Soleil. 4) au coucher du Soleil. 5) à l’apparition de la première étoile ! Cette société fabrique 30 000 horloges chaque année, ce qui génère un chiffre d’affaires de 65 millions d’euros, grâce à ses 630 salariés. Société 2 : La société « Baudet software » réalise notamment des logiciels de gestion pour les RTT. Événement : La famille entrepreneuriale « Bodet » a été distinguée en 2006 par le Trophée des Éponymes.

BODONI, Giambattista (16/2/1740-30/11/1813), typographe italien. Outil : La police de caractères « Bodoni » porte le nom de ce typographe qui réalisa cette police de caractères en alliage de plomb et d’étain pour l’imprimerie.

BODUM, Peter (mort en 1973), designer danois. Seconde génération : BODUM, Jörgen (né en 1947), fils du précédent. Marque : Les arts de la table « Bodum », ont été créés à Copenhague en 1946 par Peter Bodum, d’où leur nom. Jörgen Bodum deviendra PDG de cette société à l’âge de 26 ans ; il l’installera en Suisse, en 1979. Elle propose aussi des ustensiles de cuisine en verre et en métal, dont la célèbre cafetière à piston bistro, créée dans les années 1970. L’entreprise compte actuellement plus de 600 salariés ; elle propose ses créations originales dans plusieurs boutiques, au Danemark, en France, en Grande-Bretagne, à Hongkong, aux États-Unis, au Japon et même en Chine.

BOEING, William (1 er /10/1881-28/9/1956), constructeur aéronautique américain. Groupe : Le groupe « Boeing » a été fondé, en 1917 à Seattle, par William Boeing qui le dirigera jusqu’en 1934. Le Boeing Clipper , d’un poids de 38 tonnes, sera le premier hydravion à transporter du fret et des passagers au-dessus de l’Atlantique. Le groupe Boeing fabrique bien évidemment des avions bien connus du grand public, dont notamment les Boeing 707, 727, 737, 747, 757, 767, 777 et le futur B787 , déclinés en différentes versions. Le Boeing 707 effectua son premier vol commercial le vendredi 20 décembre 1957 entre New York et l’Europe. Le Boeing 737 sera même l’avion commercial le plus vendu au monde, dont le premier vol remonte au dimanche 9 février 1969, tandis que le B787 dream liner, réalisé à 40% en carbone pour l’alléger et diminuer ainsi de 20% son coût d’exploitation, a été officiellement présenté le 8 juillet 2007 à Seattle dans l’État de Washington aux États-Unis, avec déjà un carnet de commande de 600 exemplaires ! Le bombardier B-50 « Lucky Lady II » réalisera le premier tour du monde aérien sans escale, entre le 26 février et le 2 mars 1949. Il était ravitaillé en vol. Qui ne connaît pas les forteresses volantes B 52 . Ce groupe fabrique aussi des avions militaires très performants tels que les Boeing F-15 Eagle et Strike Eagle , après le rachat de la société aéronautique McDonnell Douglas le jeudi 15 février 1996. Boeing fabriquera aussi un bouclier spatial antimissile et des fusées spatiales, dont les fusées Boeing Delta II , Delta III et Delta IV qui permettront notamment le lancement du télescope spatial Spitzer le 25 août 2003 et le lancement de la sonde spatiale Deep Impact le 12 janvier 2005, via la société « Boeing Launch Services », depuis les pas de tirs de Cap Canaveral en Floride et Vandenberg en Californie. Le chiffre d’affaires de Boeing était de 49 milliards d’euros en 2011 avec même, début 2014, un carnet de commande supérieur à 5 000 avions ! Compagnie aérienne : La « Boeing Air Transport (BAT) » était une compagnie aérienne américaine de transports, fondée en 1927 par William Boeing et présidée par Steve Stimpson, qui mit en service pour la première fois huit hôtesses de l’air le jeudi 15 mai 1930 sur la ligne San Francisco-Chicago. Cette compagnie sera absorbée en 1931 par la compagnie United Airlines. Livre : Boeing 100 ans plus haut , de Russ Banham, a été publié aux éditions Chêne/EPA. Anecdote : Le Boeing 747 a effectué son premier vol le 9 février 1969. Quarante-trois ans plus tard, le 17 avril 2012, un Boeing 747 a transporté sur son dos la navette spatiale Discovery pour l’amener à Washington où elle sera exposée au Musée National de l’air et de l’espace.

BOGART, Humphrey (1899-1957), acteur de cinéma américain. Objet : Un « bogart » est un chapeau à bords relevés utilisé pour la première fois par cet acteur qui a notamment joué dans les films Casablanca en 1942 et African Queen en 1952.

BOGEY (né au XIX e siècle), colonel américain. Score : Faire un « Bogey » en golf à un coup de plus que le PAR pour atteindre le drapeau. Ce nom a été donné en souvenir de ce colonel célèbre pour sa marche sur le Pont de la rivière Kwaï. Cette célèbre musique a été composée par le lieutenant F. J. Ricketts (1881-1945), directeur de la Musique de la Marine Royale à Plymouth ; elle sera publiée pour la première fois en 1914. Pour information, le grand chelem de golf regroupe les tournois suivants : le British Amateur, le British Open, le Championnat amateur des États-Unis, et l’US Open. Par ailleurs, le PAR en golf correspond à un nombre de coups nécessaires à un professionnel pour finir le trou.

BOGO, Jang (787-846), empereur coréen qui libéra la mer jaune des incursions des pirates avec 10 000 hommes. Toponyme : La base antarctique « Jang Bogo » est une base permanente de la Corée du Sud mise en service depuis 2014. Elle se situe dans la Terre Victoria, face à la Mer de Ross.

BOHR, Niels (7/10/1885-18/11/1962), physicien danois. Seconde génération : BOHR, Aage Niels (né le 19 juin 1922), fils du précédent, physicien danois. Atome : L’atome de « Bohr », a été défini par ces savants qui ont obtenu le prix Nobel de physique, Niels en 1922, et son fils Aage en 1975. On leur doit aussi le rayon de « Bohr ». Élément chimique : « Le bohrium (Bh) » porte le numéro atomique 107 dans le tableau de Mendeleïev (1834-1907). Toponyme lunaire : Des astronomes ont même donné le nom de « Bohr » à un toponyme sur la Lune.

BOIELDIEU, François-Adrien (1775-1834), compositeur français. Seconde génération : BOIELDIEU, Adrien (1816-1886), fils du précédent. Toponymes : La terrasse, le jardin et les résidences « Boieldieu » se situent à Paris-la Défense. On les a nommés ainsi en hommage aux deux musiciens qui ont composé au XIX e siècle des opéras et des opéras-comiques. Pont : Le pont « Boieldieu » traverse la Seine à Rouen (76), la ville natale de ce compositeur.

BOIJMANS, Frans Jacob Otto (1 er /11/1767-19/6/1847), amateur d’art hollandais. Autre personnalité : BEUNINGEN, Daniel Van (4/3/1877-29/5/1955), magnat hollandais. Musée : Le Musée « Boijmans Van Beuningen » de Rotterdam, a été ouvert en 1849. Il a subi, en 1864, un violent incendie qui détruira la presque totalité des collections. Seules 127 peintures seront sauvées. Le musée fut reconstruit au début du XX e siècle, mais il subit, en 1940, les terribles bombardements de Rotterdam. Il sera de nouveau reconstruit pour accueillir notamment la donation de Daniel Van Beuningen, d’où son nom actuel. Parmi les œuvres majeures, il faut mentionner la tour de Babel peinte en 1565 par Pieter Bruegel (1525-1569). Selon la Bible, la tour de Babel inachevée a été construite après le déluge pour atteindre le ciel. Alors Dieu décida d’embrouiller les langues du monde entier.

BOIRON, Christian (né en 1947), pharmacien et industriel français. Groupe : Les laboratoires pharmaceutiques « Boiron » ont été fondés par ce pharmacien ; ils sont spécialisés dans la fabrication des médicaments homéopathiques, d’où leur nom ; leurs produits sont commercialisés dans plus de 50 pays.

BOISSET, Jean-Claude (né au XX e siècle), viticulteur français. Seconde génération : BOISSET, Jean-Charles (né au XX e siècle), fils du précédent ; NATHALIE BERGES-BOISSET (née au XX e siècle), sœur du précédent. Société : « Les grands vins Jean-Claude Boisset » ont été créés au début des années 1960 par ce viticulteur près de Gevrey-Chambertin (21) ; il s’installe ensuite à Nuits-Saint-Georges (21) dans un couvent des Ursulines. Cette maison a notamment reçu, en septembre 2011, la médaille grand or au concours mondial du Pinot Noir, en Suisse, puis elle a été nommée Négociant de l’année 2012 !

BOISSONNAS, Nicolas (né au XX e siècle), investisseur français. Groupe : Le groupe « Boissonnas » possède et gère quatre grands hôtels, dont le Westminster du Touquet, ainsi que plusieurs hôtels partenaires situés sur place ou à proximité de treize parcours de golf répartis sur 9 sites en France, sur la Côte d’Opale, en île de France, en Provence et sur la Côte d’Azur. Ils sont regroupés au sein de l’Open Golf Club, Golf & Resorts, créé en 1987, qui est devenu la première chaîne de golfs et d’hôtels de prestige en France, avec le concours de Stéphane Coste.

BOIVIN, Jean-Marc (26/4/1951-tué le 17/2/1990), alpiniste français. Événement : Le prix « Jean-Marc Boivin » est décerné chaque année en octobre à Dijon depuis 1992 ; il récompense un film remarquable pour son « authenticité de l’aventure », lors du Festival International du Film d’Aventure organisé par la Guilde Européenne du Raid ; il a été nommé ainsi en souvenir de cet alpiniste qui s’est tué en sautant en parapente au-dessus des chutes du Salto Del Angel au Venezuela, lors d’un tournage pour l’émission Ushuaïa de TF1. Lycée : Le lycée « Jean-Marc-Boivin » est implanté à Chevigny-Saint-Sauveur près de Dijon.

BOIZEL, Auguste (né au XIX e siècle), viticulteur français ; BOIZEL, Julie (née au XIX e siècle), épouse du précédent. Seconde génération : BOIZEL, Édouard (mort à l’âge de 96 ans), fils des deux précédents ; BOIZEL, Adèle (née au XIX e siècle), épouse du précédent. Troisième génération : BOIZEL, Jules (né à la fin du XIX e siècle), président dès 1920 avec le concours de sa femme Louise. Quatrième génération : BOIZEL, René (mort tragiquement en 1972), président de 1945 à 1972, avec le concours de sa femme Érica BOIZEL (1913-28/9/2014) qui reprend le flambeau de 1972 à 1984. Cinquième génération : ROQUES, Éric (mort tragiquement en 1972) ; ROQUES-BOIZEL, Évelyne (née au XX e siècle), sœur d’Éric, et PDG depuis 1984 avec le concours de son mari Christophe ROQUES. Sixième génération : Florent et Lionel ROQUES-BOIZEL aident leurs parents à développer la Maison de champagne BOIZEL. Marque : Le champagne « Boizel » a été fondé, en 1834 à Épernay (51), par Auguste et Julie Boizel, d’où son nom ; ils dirigent la maison Boizel de 1834 à 1871. En seconde génération , Édouard et Adèle Boizel dirigent la maison Boizel de 1871 à 1918. En troisième génération , Jules et Louise Boizel dirigent la maison Boizel de 1918 à 1945. En quatrième génération , René et Érica dirigent la maison Boizel de 1945 à 1972. René Boizel et son fils Éric disparaissent tragiquement en 1972, ce qui oblige Érica à reprendre le flambeau. En cinquième génération , Évelyne Boizel prend les rênes de l’entreprise dès 1984 avec son mari Christophe Roques. En sixième génération , Florent et Lionel, les fils d’Évelyne et de Christophe aident leurs parents à développer encore la célèbre Maison de champagne Boizel qui est devenue le leader de la vente par correspondance en France. Parmi les différentes cuvées de cette marque, le Brut Réserve est le résultat d’une stricte sélection des raisins de 70 crus différents, dont 55% de Pinot noir, 30% de Chardonnay et 15% de Pinot meunier ; c’est « la » cuvée de référence de cette marque. Groupe : Le groupe « Boizel Chanoine Champagne » (BCC) est un groupe d’investissement dans le champagne. Il a été fondé par les Maisons Boizel et Chanoine Frères en Champagne, d’où son nom, pour reprendre notamment, en 1997, le champagne Philipponnat, puis les champagnes De Venoge, Alexandre Bonnot, Besserat de Bellefon, et en 2006 la maison Burtin et le champagne Lanson. Ce groupe vendra par exemple 20 millions de bouteilles en 2006 !

BOLAFFI, Alberto (1874-1944), philatéliste italien. Philatélie : La Poste française a émis, en 2010, un timbre à l’effigie « d’Alberto Bolaffi » pour commémorer le 150 e anniversaire de la bourse aux timbres.

BOLÍVAR, Simón (24/7/1783-17/12/1830), général vénézuélien. Toponyme 1 : « Le pic Bolívar » se situe au Venezuela, il s’élève à 5 007 mètres d’altitude ; c’est le point culminant de ce pays. Simón Bolívar sera nommé, en 1812, général en chef de l’armée du Venezuela. Toponyme 2 : « Le pic Simón Bolívar » se situe en Colombie ; il s’élève à 5 775 mètres d’altitude. C’est le point culminant de la Colombie, ex-æquo avec le pic Cristóbal Colón tout proche ; Simón Bolívar créera la république de Grande Colombie, en 1819, qui comprendra à l’époque la Colombie et le Venezuela, plus l’Équateur à partir de 1822, le Pérou, la Bolivie, et même le Panama, avec La Paz comme siège du gouvernement et Sucre siège du pouvoir judiciaire. Toponyme 3 : « La Bolivie » est un État d’Amérique du Sud, sans accès à la mer, indépendant depuis le 6 août 1825 ; sa capitale constitutionnelle est Sucre tandis que sa capitale administrative, La Paz, s’étale entre 3 300 à 4 100 mètres d’altitude. Le fameux Salar d’Uyuni, long de 150 km sur 100 km de large, se situe près de la ville éponyme, réputée pour son cimetière de locomotives anciennes. Toponyme 4 : La place « Bolívar » se situe à Santa Fé de Bogotá, la capitale de la Colombie, on y trouve la statue de Simón Bolívar réalisée par le sculpteur français Emmanuel Frémiet (1824-1910). Toponyme 5 : La ville « Cuitad Bolívar » se situe au Venezuela, sur les berges du fleuve Orénoque. Toponyme 6 : La ville « Bolívar » se situe en Argentine, à 330 kilomètres de Buenos Aires. Tous ces toponymes rendent hommage à Simón Bolívar qui sera le premier président de la Grande Colombie de 1819 à 1830. Il sera également le premier président de la Bolivie pendant quatre mois en 1825. Il sera le troisième et quatrième président du Venezuela de 1813 à 1814 et de 1816 à 1829 avec le surnom « El Libertador » en chassant les Espagnols. Il sera enfin le sixième président du Pérou de 1824 à 1827. Chapeau : Le « Bolívar » est un chapeau haut-de-forme à bords larges. Navire : Le grand voilier-école Simón Bolívar , long de 83 mètres, basé à La Guaira au Venezuela, a été lancé à Bilbao, en Espagne, en 1979. Vingt ans plus tard, il a participé à l’Armada du siècle à Rouen en 1999. Trois autres voiliers-écoles ont été lancés à Bilbao, en Espagne, pour les Marines latino-américaines. Philatélie : Á cette occasion, la Poste française a émis dix timbres représentant des grands voiliers historiques, dont le Simón Bolívar . Station de métro : La station de métro « Bolívar » se situe dans le 19 e arrondissement de Paris, sur la ligne de métro N°7b, près de l’avenue éponyme. Aéroport 1 : L’aéroport « Simón-Bolívar » de Caracas se situe à 20 km au nord-ouest de la capitale du Venezuela. Aéroport 2 : L’aéroport « Simón-Bolívar » de Guayaquil se situe à 5 km de cette ville équatorienne. Devise 1 : Le « Bolívar » est la devise du Venezuela. Devise 2 : Le « boliviano » est la devise de la Bolivie. Anecdote : Le grand lac de Maracaibo se situe au Venezuela, près de la ville éponyme, entre le pic Bolívar qui culmine à 5 750 mètres au Venezuela, et le pic Simón Bolívar qui culmine à 5 775 mètres en Colombie. Un grand pont en béton enjambe ce lac près de son embouchure vers la mer des Antilles ; il a été construit entre 1959 et 1962 par l’architecte italien Riccardo Morandi (1902-1989). Statue 1 : La statue équestre de « Simón Bolívar », le libérateur, est érigée sur un socle de marbre, face au pont Alexandre III à Paris. Il s’agit d’un cadeau des républiques bolivariennes du Venezuela, Colombie, Équateur, Bolivie et Panamá, à la ville de Paris. Statue 2 : Pour fêter ses 104 ans le 15 décembre 2011, le célèbre architecte brésilien Oscar Niemeyer, né le 15 décembre 1907, avait envisagé de réaliser à Caracas, la capitale du Venezuela, une statue de « Simón Bolívar », haute de 100 mètres ! Hélas, il est mort à Rio le 5 décembre 2012… Pour mémoire : Simón Bolívar est mort le 17 décembre 1830 sur l’île de Santa Marta, en Colombie.

BOLKESTEIN, Frits (né le 4 avril 1933), commissaire européen. Directive : La directive Bolkestein » a été proposée par ce Néerlandais, commissaire européen de 1999 à 2004, d’où son nom ; elle a fait couler beaucoup d’encre en 2005, car elle concernait la libéralisation des services et leur libre circulation au sein de l’union européenne. Elle sera finalement adoptée le 16 février 2006 par le Parlement européen, en première lecture par 391 voix contre 213. Cette nouvelle directive exclue toutefois les services audiovisuels et impose aux travailleurs émigrés de respecter la législati