Le Périgord méridional (Tomes 2-3 : 1370-1547)
251 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Le Périgord méridional (Tomes 2-3 : 1370-1547) , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
251 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En 1926, Jean Maubourguet présente sa thèse de doctorat : Le Périgord méridional, des origines à 1370, à laquelle il donnera une suite, Sarlat et le Périgord méridional (1370-1453) en 1930, puis Sarlat et le Périgord méridional (1453-1547) en 1955. C’est une vaste monographie historique de plus de 700 pages dans ses éditions originales. Bergeracois et Sarladais forment le coeur de ce Périgord méridional dont les origines plongent au plus profond de la préhistoire. Territoire et époque insuffisamment connus jusqu’alors et qui ont nécessité de consulter, classer et ordonner des archives disséminées de Pau au Vatican en passant par celles de Paris ou du département de la Dordogne. La renaissance féodale à l’époque de Philippe-Auguste, l’antagonisme franco-anglo-gascon et le phénomène des Bastides dès l’époque de Louis IX, antagonisme qui s’aggrave sous Philippe le Bel pour déboucher sur la première phase de la guerre de Cent-Ans sous les premiers Valois. Mais c’est aussi à une étude poussée de la vie et de l’organisation des seigneuries, des bourgs et bastides et des entités religieuses. L’auteur prolongera son travail (dans les tomes II et III) avec la continuation de la guerre de Cent-Ans sous Charles VI et Charles VII, particulièrement active sur ces confins fluctuants du royaume et du duché anglo-gascon ; puis jusqu’au milieu du XVIe siècle, avant que les guerres de religion n’embrasent à nouveau la région. Mais c’est aussi l’occasion de présenter et d’annalyser les activités religieuses : celle de l’évêque de Sarlat et celle des divers monastères et couvents (notamment l’abbaye de Cadouin) et enfin, le rôle du roi et de ses représentants en Périgord, après l’annexion définitive du duché d’Aquitaine en 1453.


Jean Maubourguet (1895-1978), professeur, historien par excellence du Périgord. On lui doit nombre d’ouvrages sur le sujet. Il fut également secrétaire général de la Société historique et archéologique du Périgord.


Reprise en deux tomes, entièrement recomposée, voici l’histoire ancienne du Sarladais et du Bergeracois, terres qui ont connu une existence agitée, longtemps confrontées aux antagonismes entre royaume de France et duché anglo-gascon d’Aquitaine.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782824056333
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0082€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Même auteur, même éditeur :





ISBN

Tous droits de traduction de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Conception, mise en page et maquette : © Eric Chaplain
Pour la présente édition : © edr/ EDITION S des régionalismes ™ — 2021
Editions des Régionalismes : 48B, rue de Gâte-Grenier — 17160 cressé
ISBN 978.2.8240.1094.6 (papier)
ISBN 978.2.8240.5633.3 (numérique : pdf/epub)
Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous laissions passer coquilles ou fautes — l’informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N’hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d’améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.


AUTEUR

JEAN MAUBOURGUET




TITRE

LE PÉRIGORD MÉRIDIONAL ÉTUDE D’HISTOIRE POLITIQUE ET RELIGIEUSE TOME II-III : (1370-1547)




A toi, Abel Joire,
A toi, Montagné,
A vous, Leduc, Bataillard, Charlet,
A vous tous,
Mes amis de la 319 e Compagnie des Chars d’Assaut
Que la mort a couchés au Chemin des Dames,
Je dédie ce livre.
L’histoire qu’il raconte,
Cruelle et sanglante comme celle que vous avez écrite,
Est aussi celle d’une résurrection.
AVANT-PROPOS
D ans un ouvrage publié depuis quatre ans déjà, j’ai tâché d’étudier Sarlat et le Périgord Méridional des origines à l’an 1370, et de montrer ce que l’on pouvait apercevoir d’un coin de France, au double point de vue politique et religieux, jusqu’au jour où il se donnait au roi.
Il m’a paru, depuis, que je devais aller plus loin et chercher comment cette donation devenait effective. De là, ce livre complémentaire, qui nous conduit de la rupture du traité de Brétigny à la fin de la guerre de Cent Ans.
Peut-être le trouvera-t-on menu. Je le regrette plus que personne. Mais, ayant poursuivi de Paris à Bordeaux, de Périgueux à Rome, le dépouillement de tous les fonds d’archives susceptibles de nourrir mon récit, j’espère qu’on voudra bien imputer sa brièveté, non à l’insuffisance de l’enquête, mais à la seule défaillance des textes.



BIBLIOGRAPHIE
I. — DOCUMENTS
1° Documents d’Archives
A. — Archives Départementales des Basses-Pyrénées , série E, divers.
B. — Archives Départementales de la Dordogne : 1° sur l’évêché, série G II ; 2° sur le chapitre cathédral, série G IV ; 3° sur Sarlat, séries AA et E ; 4° sur les monastères, série H ; 5° sur Domme, séries AA et FF ; 6° divers, série B.
C. — Archives Départementales de la Gironde , série G, divers.
D. — A rchives des châteaux de Fénelon, Puymartin et la Roque-des-Péagers (1) .
E. — Archives du Vatican : 1° Introitus et Exitus, 336, 412, 419 ; 2° Obligationes et Solutiones , 22, 35, 36, 39, 40, 43, 49, 55, 56, 64, 70-72, 75, 76, 79 ; 3° Registres Avignon , 173-250, 278-308, 329-331 ; 4° Registres Latran , 142, 321, 322, 364 ; 5° Registres Vatican , 260, 269-271, 275, 282-284, 286, 288-290, 293-296, 299, 301-309, 321-327, 330, 332, 339-341, 348-372, 374, 375, 379, 382, 384, 387, 390, 393, 400, 410, 416 ; 6° Suppliques , 139, 148, 320, 389, 401, 408, 422, 460, 466 ; 7° Divers d’ Archivium Arcis, Armoires, Instrumenta miscellanea, Miscellanea .
F. — Archives Nationales : 1° Lettres royaux, série JJ, n os 101-187 ; 2° Layettes, série J ; 3° Série K.
G. — Bibliothèque Nationale : 1° Fonds Périgord, passim ; 2° Collection Moreau, 654-657 ; 3° Divers des fonds Français, Latin et Doat, de Clairambault et du Cabinet des Titres.
2° Collections de textes
Calendar of Patent Rolls, t. XI d’Édouard III et suiv.
Le Cartulaire de l’Abbaye de Cadouin (J. M aurourguet ), Cahors, 1926.
Collection générale des documents français qui se trouvent en Angleterre (D elpit ), Paris, 1847.
Coutumes de Belvès (V igié ), s. d.
La Désolation des églises, monastères, hôpitaux en France vers le milieu du xv e siècle (D enifle ), Mâcon, 1897.
Documents historiques inédits (C hampollion-Figeac ), I, Paris, 1841.
Documents historiques sur la ville de Domme (J.-B. L.), Paris, 1836.
Foedera, Conventiones, Litterae... , etc. (R ymer ), III-V, 3 e éd., 1740-1741.
Inventaire de Puymartin (J. M aubourguet ), Sarlat, 1928.
Inventaire sommaire des Archives communales de Périgueux (H ardy ), Périgueux, 1894.
Inventaire sommaire des Archives départementales du Lot (L. C ombarieu ), III, Cahors, 1900.
Jurades de la ville de Bergerac (C. C harrier ), I, Bergerac, 1892.
Mandements et actes divers de Charles V (L. D elisle ), Paris, 1874.
Monuments historiques (T ardif ), Paris, 1868.
Ordonnances des rois de France, t. V à XIV, Paris, 1736-1790.
Preuves de la Maison de Turenne (J ustel ), Paris, 1645.
3° Sources narratives imprimées
B aluze-Mollat , Vitae Paparum Avenionensium, 4 vol., Paris, 1916-1928.
Thomas B asin , Histoire de Charles VII et de Louis XI, éd. Q uicherat , I, Paris, 1855.
J. de Bueil , Le Jouvencel , éd. L ecestre , 2 vol., Paris, 1887-1889. Christine de Pisan , Le livre des faits du sage roy Charles, dans Mémoires pour servir à l’II . de F., 1 re série, II, Paris, 1836.
P. D upuy , Estat de l’Église de Périgord, 2 vol., Périgueux, 1629.
F roissart , Chroniques , t. VII et VIII, Paris, 1878.
J. J ouvenel des Ursins , Histoire de Charles VI, dans Mémoires pour servir à l’II. de F. (loc. cit.).
M artène et D urand , Thesaurus novus anecdotorum , 5 vol., Paris, 1717-1726.
E nguerran de M onstrelet , La Chronique , éd. D ouët-d’Arcq , 6 vol., Paris, 1857-1862.
Jean T arde , Les Chroniques , éd. de Gérard , Paris, 1887.
Chronique de Bertrand Duguesclin , dans Documents inédits , 1 re série, II, Paris, 1839.
Chronique des quatre premiers Valois, éd. L uce , Paris, 1862.
Chronique des règnes de Jean II et de Charles V , éd. D elachenal , II et III, Paris, 1916-1920.
Chronique du religieux de Saint-Denis, dans Documents inédits, 1 re série, 6 vol., Paris, 1839-1852.
Les Grandes Chroniques de France, éd. P. P aris , VI, Paris, 1838.
Le Livre des faits du maréchal de Boucicaut, dans Mémoires pour servir à l’II. de F. (loc. cit.).
Petite chronique de Guyenne, éd. Lefèvre-Pontalis, dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 1886.
Voyaige d’Oultremer en Jhérusalem par le seigneur de Caumont, éd. de la Grange , Paris, 1858.
II. — ÉTUDES
1° Ouvrages d’Intérêt général
Annales du Midi, années 1889 et suiv.
P. A nselme , Histoire généalogique de la Maison de France, t. IV et VII, 3 e éd., Paris, 1733.
P. C hampion , Charles d’Orléans, Paris, 1911.
C ourcelles , Histoire généalogique , t. II, IV.
H. C ourteault , Gaston IV, comte de Foix, Paris, 1895.
D elachenal , Charles V, t. IV, Paris, 1928.
D enifle , La désolation des églises pendant la guerre de Cent Ans, Paris, 1899.
A. D ufourcq , Histoire moderne de l’Église , VII, 4 e éd., Paris, 1925.
D u Fresne de Beaucourt , Histoire de Charles VII, 6 vol., Paris, 1881-1891.
D upont-Ferrier , Officiers royaux des bailliages et sénéchaussées, dans Bibliothèque de l’École des Hautes Études , fasc. 145, Paris, 1902.
Gallia Christiana , II, éd. novissima.
H éfélé-Leclercq , Histoire des Conciles , VI-VII 2 , Paris, 1915-1916.
J arry , La vie politique de Louis d’Orléans, Paris, 1889.
Q uicherat , Rodrigue de Villandrando, Paris, 1879.
R ibadieu , Histoire de la conquête de la Guyenne, Bordeaux, 1866.
S aint-Allais , Nobiliaire , I, XI, XVII.
S amaran et M ollat , La fiscalité pontificale en France au xiv e siècle, Paris, 1905.
S amaran , La Maison d’Armagnac au xv e siècle et les dernières luttes de la féodalité dans le Midi, Paris, 1908.
A. T homas , Les États provinciaux de la France centrale, 2 vol., Paris, 1879.
V aissette , Histoire générale du Languedoc, éd. Privat, IX, Toulouse, 1885.
N. V alois , La France et le Grand Schisme, 4 vol., Paris, 1896-1902.
W adding , Annales Minorum , 2 e éd. de Rome.
W ylie , History of the reign of Henry IV, 4 vol., Londres, 1884-1898.
W ylie , The life of Henry V , Cambridge, 1914-1919.
2° Ouvrages d’intérêt local
J. A ndrieu , Histoire de l’Agenais, I, Paris-Agen, 1893.
Annales agricoles et littéraires de la Dordogne.
Archives historiques de la Gironde, années 1859 et suiv.
O. B ouyssy , Notice historique sur la ville de Castillonnès, Villeneuve-sur-Lot, 1875.
J. B ressac , Privilèges, libertés et franchises de la vicomté de Turenne, Toulouse, 1922.
Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, années 1874 et suiv., 56 volumes.
Calendrier administratif de la Dordogne, 1836-1838.
Chroniqueur du Périgord et du Limousin, 2 vol., 1853-1854.
C ourcelles , Généalogie de Comarque, Paris, 1825.
L. D essales , Histoire du Périgord, II, Périgueux, 1885.
— Périgueux et les deux derniers comtes de Périgord, Paris, 1847.
E scande , Histoire de Sarlat, 2 e éd., Sarlat, 1912.
Le Glaneur, journal de l’arrondissement de Sarlat, années 1926-1929.
E. L abroue , Bergerac sous les Anglais, 2 e éd., Bordeaux, 1893.
— Le Livre de Vie de Bergerac, Bordeaux, 1891.
G. L avergne , Limeuil-en-Périgord, Montignac, 1927.
— Montignac-le-Comte, Montignac, 1924.
— Montignac, Montignac, 1928.
J. M aubourguet , Le Périgord Méridional des origines à l’an 1370, Cahors, 1926.
Le Périgourdin de Bordeaux, 1 re à 7 e année.
G. T arde , La Roque-de-Gajac, Périgueux, 1881.
T estut , La bastide de Beaumont-en-Périgord, 2 vol., Bordeaux, 1920.
V igié , Les bastides du Périgord, extrait des Mémoires de l’Académie des Sciences et des Lettres de Montpellier, 1907.
— La châtellenie de Belvès, Périgueux, 1902.


J’aurais désiré consulter les archives d’un autre château. Mais leur propriétaire, pressenti par l’un des plus hauts dignitaires ecclésiastiques du diocèse de Périgueux, n’a pas cru devoir m’en laisser prendre connaissance.


TOME II : (1370-1453)
CHAPITRE I er : LA GUERRE ANGLAISE
D epuis le temps d’Henri Plantagenêt, les Anglais n’ont jamais cessé de revendiquer la suzeraineté du Périgord. Refoulés, au début du xiv e siècle, jusqu’au-delà des limites du Bergeracois, ils ont repris pied dans le pays à la faveur de la guerre de Cent Ans ; durant les années qui séparent Brétigny de l’appel d’Armagnac, ils en ont été les maîtres effectifs.
Les chasser à nouveau est une longue et dure tâche. Aussi bien, qui cherche à voir ce que deviennent, à la fin du xiv e siècle et dans la première moitié du xv e , le Périgord Noir et le Bas-Périgord, est d’abord frappé par la persistance des guerres, la permanence de l’insécurité, la continuité des souffrances.

Bourgs et Seigneuries.
I. LE TEMPS DE CHARLES V ET LE REFOULEMENT DES ANGLAIS (1370-1380)
En janvier 1369, Charles V a ajourné le Prince de Galles devant le Parlement de Paris. C’est sa réponse à l’appel des seigneurs gascons. La guerre commence.
La paix de Brétigny s’était imposée à la France, et le roi l’avait supportée parce qu’elle apportait une limite au recul et un répit dans l’horrible épreuve. Du moment que le royaume a repris quelques forces et que s’offre une occasion favorable, c’est la guerre qui s’impose aujourd’hui pour lui procurer délivrance et résurrection.
Comment cette œuvre merveilleuse s’est déroulée dans le Sarladais et le Bergeracois, quel humble et rude travail s’est fait en notre petit pays tandis que Duguesclin, par ses retentissantes et savantes campagnes, dupait, refoulait, finalement boutait dehors l’ennemi, c’est l’objet des lignes qui vont suivre.
Échecs des Français (1370). — L’œuvre de libération entreprise par le duc d’Anjou, en 1369, est facilitée par l’adhésion d’un grand nombre de villes à l’appel de Jean d’Armagnac (2) . Pour amener la soumission des autres, il faut associer au travail diplomatique l’effort militaire.
Soutenus par Charles V, le duc d’Anjou et Duguesclin se mettent hardiment à la tâche.
C’est en Quercy qu’a commencé leur chevauchée. Puis, aux frontières méridionales du Périgord, Anjou a pris Monpazier. Il vient, maintenant, mettre le siège devant Bergerac (juin 1370).
De tout temps, qui a voulu tenir solidement le Périgord s’est assuré la maîtrise de Bergerac. La vallée de la Dordogne y est large, qui, quelques kilomètres plus haut, va se rétrécir subitement ; elle est riche et fournit en abondance et le blé et le vin. On y est bien pour attendre l’adversaire qu’amène le flot descendant. Louis VIII est venu là en novembre 1221 et a contraint le seigneur, Hélie Rudel, à lui prêter hommage. C’est par Bergerac qu’Henri III a commencé de s’infiltrer vers le Périgord Noir. Et c’est encore par le siège de Bergerac que s’est ouverte pour le Périgord Méridional, en 1345, la guerre de Cent Ans (3) .
Pourquoi lutter quand tant de villes voisines acclament l’ost royal ? Des pourparlers s’engagent entre les bourgeois et les émissaires de Louis d’Anjou, et ils paraissent vite en assez bonne voie pour que Charles V fasse donation de la ville à Talleyrand de Périgord. Hélas ! l’Anglais veille. Avertis du danger, le captal de Buch et Thomas Felton, sénéchal d’Aquitaine, réussissent à s’approcher des murs et à entrer dans la place avec cent cavaliers. Renfort de médiocre importance. Mais voici qu’on annonce l’arrivée imminente des deux cents lances du comte de Cambridge. Trop faible désormais pour engager la lutte, l’armée française se retire (4) .
Échec d’autant plus douloureux qu’il est bientôt suivi d’un autre. Au mois de juillet, le duc d’Anjou décide de s’emparer de Lalinde, puissante bastide assise aux rives de la Dordogne, à mi-chemin entre Bergerac et le confluent de la Vézère. Pour avoir ses coudées franches, il négocie avec Nicolas de Beaufort, sire de Limeuil, la reddition des places de Limeuil et de Miremont, dont le contrôle sera fort utile aux assaillants. Nicolas fait payer très cher son concours : il obtient 5.000 francs d’or pour son équipement, une rente de 2.000 livres et la solde de 50 hommes d’armes destinés à servir en Périgord pendant un mois (5) . Le succès semble d’autant plus certain que Thonet de Badefol, pourvu de la capitainerie de Lalinde par le captal de Buch, est entré en pourparlers avec les Français. Mais on a eu vent du complot à Bergerac. Au moment précis où Thonet ouvre la porte du levant aux hommes du duc d’Anjou, le captal, faisant irruption par une autre porte, le surprend en flagrant délit de trahison et le tue d’un coup d’épée. Il ne reste plus aux Français qu’à battre en retraite (6) .
Cette double défaite est heureusement compensée par la soumission de Sarlat (7) et par l’adhésion de Bertrucat d’Albret à l’appel d’Armagnac. C’est en effet durant le siège de Bergerac que ce capitaine vient se ranger dans l’obédience du roi de France avec toutes ses forteresses. Désireux de se l’attacher définitivement, Charles V lui donne alors, à titre héréditaire, Bergerac, Lalinde, Castillonnès, Beaumont, Villefranche et Roquépine (août) (8) .
Dans le même temps, les troupes du duc d’Anjou investissent Puyguilhem (8 septembre) (9) .
A la fin de l’an 1370, une bonne partie du diocèse de Sarlat reste aux mains de l’ennemi. Cependant, malgré la reprise et le sac de Limoges par le Prince Noir, Duguesclin, le duc d’Anjou et le duc de Berry n’ont pas lutté en vain : l’Armagnac, le pays de Bigorre, le Rouergue, le Quercy, une partie du Limousin, de l’Agenais et du Périgord sont perdus pour l’Anglais (10) .
Succès en Sarladais (1371-1373). — Investi du château et de la ville de Bergerac par le prince de Galles (8 octobre 1370), le duc de Lancastre en confie la garde, le 15 janvier 1371, à Hélie Buade (11) . Garde relativement aisée, car les opérations se ralentissent. Les consuls de Belvès et les capitaines de la châtellenie, Bertrand et Guillaume, seigneurs de Siorac, Bos, Aymar et Hélie de Beynac, Philippe, dame de Beynac, et Gilbert Aytz, capitaine de la Roque-des-Péagers, Comarque et Beynac, négocient des trêves entre eux (1371). Le 8 juin 1372, Hélie d’Estissac, capitaine de Bigaroque, promet de livrer aux gens du roi de France, à la requête du sire de Limeuil, les places de Milhac et de Bigaroque, qui relèvent de l’archevêque de Bordeaux. Il obtient en échange une trêve de Raymond Ebrard, seigneur de Campagne et capitaine à la solde de Nicolas de Beaufort (12) .
Cependant, tandis que Limoges voit s’éloigner l’Anglais (26 avril 1372), aux confins méridionaux du Périgord, les hommes du roi accentuent leurs progrès. Durant l’été de 1372, le duc d’Anjou achève la soumission de l’Agenais. Duguesclin reconquiert le Poitou et la Saintonge (13) ...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents