La clandestinité
377 pages
Français

La clandestinité

-

377 pages
Français

Description

Les régimes autoritaires ou totalitaires, frappent d'interdit, et donc condamnent au secret, de multiples aspects de la vie politique, sociale, intellectuelle, religieuse ... Nombreuses sont les manifestations de la culture russe qui ont été contraintes à se cacher. Ce recueil présente certains des phénomènes les plus caractéristiques de cette situation, sans prétendre à l'exhaustivité. Le concept de clandestinité, dans toute sa complexité, reste donc à définir. Ce recueil propose quelques pistes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 janvier 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140056291
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Sous la direction de Françoise L e s o u r d
Laclandestinité Études sur la pensée russe
Espaces EL Littéraires
Faculté de philosophie Université Jean Moulin Lyon 3
Institut Européen EstOuest Lyon 3
LA CLANDESTINITÉ
Études sur la pensée russe
Sous la direction de Françoise Lesourd
LA CLANDESTINITÉ Études sur la pensée russe
Faculté de philosophie Université Jean Moulin Lyon 3
Institut Européen Est-Ouest Lyon 3
L’Harmattan
© L'Harmattan, 2017 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-13013-2 EAN : 9782343130132
Ce recueil contient les communications d’un colloque sur la clandestinité dans la culture russe, organisé à Lyon en 2009, et dédié à la mémoire de notre collègue et ami Jean-Marc Négrignat. Nikita Struve, qui a participé à ce colloque et dont on trouvera ici l’intervention, est décédé le 7 mai 2016. Que ce volume soit également l’occasion de rappeler son souvenir.
TABLEAU DE TRANSLITTERATIONLa translittération internationale obéit à la norme dite « des slavistes », correspondant à la recommandation ISO/R9 (version 1968) de l’Organisation internationale de 1 normalisation . Cyrillique Translittération Translittération  internationale française a a a Աb b Բ v v Գg, gu g Դd d Ե e ié / e io ë Զ ž j Է z z Ը i i Թï j Ժk k Իl l Լ m m Խ n n o o o Կ p p Հr r Ձ s s Ղ t t Ȁ u ou ȁf f Ȃ x kh ȃ c ts Ȅт tch ȅch š Ȇ šт chtch ȇ,ȉ ’’ ’ non translittéré Ȉ y y Ȋ è è ȋ ju iou Ȍia ja ABREVIATIONS L.: Leningrad M.: Moscou P.: Petrograd SPb.: Saint-Pétersbourg
1 Cf.S. Aslanoff,Manuel typographique du russiste, Paris, Institut d’Études Slaves, 1986, p. 38-41.
DISCOURS D’OUVERTURE PRONONCÉ PAR SYLVIE ARCHAIMBAULT
POUR JEAN-MARC NÉGRIGNAT Monsieur le Directeur de l’École doctorale, Mesdames, Messieurs, Mes chères et chers collègues, Le thème retenu pour le colloque qui s’ouvre aujourd’hui,La clandestinité dans la culture russe, organisé par l’Institut Européen Est Ouest Lyon III, sous la direction scientifique de Françoise Lesourd, est extrêmement fécond, comme en témoigne la richesse et la diversité des interventions programmées. Il accueillera les regards croisés des philosophes, des historiens, des théologiens, des théoriciens de la littérature. Au moment où débute ce colloque, je voudrais remercier très chaleureusement Françoise Lesourd de me faire l’honneur d’ouvrir les débats. En effet, je n’ai pas de compétence particulière pour parler de la clandestinité. Mais Françoise Lesourd a souhaité que ce colloque soit 7
aussi l’occasion de rendre hommage aux travaux de Jean-Marc Négrignat, Maître de Conférences à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, russisant, historien, mais aussi passionné de philosophie, de littérature, de sciences politiques. Jean-Marc Négrignat a été emporté par le cancer il y a quelques années, à l’âge de 53 ans. Ayant été liée par une relation de fidèle amitié avec Jean-Marc Négrignat pendant plus de vingt ans, amitié née dès le jour de mon installation comme jeune professeur de russe au lycée Robespierre d’Arras où j’assurais le complément de service de son poste qu’il occupait alors à mi-temps pour travailler à la rédaction de sa thèse, c’est avec une profonde reconnaissance et une certaine émotion que j’ai répondu à cette invitation. Car il est vrai que les travaux de Jean-Marc croisent, à maintes reprises, la thématique de la clandestinité. En 2008 un ouvrage posthume issu de sa thèse de doctorat,Avoir été communiste, les autobiographies de Koestler, Löbl et Silone,a paru aux Éditions de l’Archive contemporaine. Jean-Marc Négrignat avait en effet acquis la conviction que c’est au cœur des autobiographies qu’était consignée la mémoire écrite de l’expérience stalinienne. L’autobiographie apparaissait pour lui comme le lieu où les victimes se livraient à un effort coordonné et organisé de reconstitution de leur parcours personnel, ce depuis la séduction de l’idéaljusqu’à ladéception, qu’il voyait comme la première étape d’unereconstruction personnelle. Jean-Marc Négrignat démonte, dans cet ouvrage, le processus de la totalisation de l’esprit, comme un piège qui se referme étroitement sur l’individu et produit tout à la fois un dévouement total à la cause, une dépendance psychique aussi bien que physique à celle-ci. Le besoin d’une osmose avec le groupe laisse l’individu étranger à lui-même. Pour qu’il puisse reprendre pleinement possession de sa personnalité, il faudra un long cheminement, une lente maturation qu’accompagnera et rythmera le travail d’écriture. Le projet esthétique, qu’il soit littéraire ou poétique, constitue pour lui un pont qui peut être tendu entre les aspirations et les valeurs individuelles, entre les tensions intérieures et une vision organisée de l’expérience sociale et historique de chacun. Jean-Marc était très sensible à la puissance libératrice de l’écriture. Cet aspect de sa réflexion, qui fait parfaitement écho aux travaux du présent colloque, sera d’ailleurs développé ici même par Maria-Luisa Bonaque, russisante et traductrice, mais aussi l’épouse de Jean-Marc. Ils avaient réalisé avec Elena Balzamo un ouvrage paru en 1998,Le verbe et le mirador, la poésie au Goulag, une anthologie qui mêlait témoignages d’anciens détenus extraits d’œuvres littéraires ou poétiques, tous centrés sur le refuge vital qu’offre la poésie
8
dans les conditions de réclusion. Je me contenterai de remarquer que, pour Jean-Marc Négrignat, c’est justement dans ce travail de création que s’élabore la reconstruction d’une parcelle d’identité personnelle, véritable noyau de résistance à la totalisation de l’esprit et élément essentiel de la reconquête de l’individu par soi-même. Nous voici ainsi placés au cœur même des préoccupations qui seront celles du colloque. Pour terminer, permettez-moi, Mesdames et Messieurs, mes chers collègues, de former des vœux pour ces trois jours de colloque. La richesse du programme, la qualité des intervenants, spécialistes de renommée internationale, réunis par Françoise Lesourd, laissent présager un colloque remarquable, dont les résultats marqueront indubitablement une étape cruciale dans la connaissance de la clandestinité dans la culture russe.
9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents