Le plaisir
123 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
123 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



La collection "Petite philosophie des grandes idées" retrace, à travers la présentation d'une dizaine de penseurs majeurs, le destin d'un concept-clé. Ainsi, ce livre raconte l'histoire de l'idée du plaisir, de l'Antiquité à nos jours ; chaque chapitre est consacré à la pensée d'un philosophe dont l'auteur dégage les lignes de force. Illustré de citations de référence et d'exemples d'oeuvres d'art, ce guide constitue une approche vivante et efficace de l'histoire de la pensée philosophique.



Le plaisir chez...



Platon - Aristote - Aristippe - Epicure - Thomas d'Aquin - La Mettrie - Sade - Kant - Bentham - Freud - Onfray.



Préface d'André Comte-Sponville






  • Platon ou la place du plaisir


  • Aristote ou le plaisir achevé


  • Aristippe et Epicure ou le plaisir comme philosophie


  • Thomas d'Aquin ou le plaisir comme péché capital


  • La Mettrie ou l'art de jouir


  • Sade ou le plaisir dans le crime


  • Kant ou le plaisir paradoxal


  • Bentham ou le plaisir utile


  • Freud ou sortir de l'éthique ?


  • Onfray ou le nouvel hédonisme


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 avril 2013
Nombre de lectures 204
EAN13 9782212215182
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0474€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

R sum
La collection « Petite philosophie des grandes idées » retrace, à travers la présentation d’une dizaine de penseurs majeurs, le destin d’un concept-clé. Ainsi, ce livre raconte l’histoire de l’idée du plaisir, de l’Antiquité à nos jours ; chaque chapitre est consacré à la pensée d’un philosophe dont l’auteur dégage les lignes de force. Illustré de citations de référence et d’exemples d’œuvres d’art, ce guide constitue une approche vivante et efficace de l’histoire de la pensée philosophique.
Biographie auteur
Étienne Akamatsu est agrégé de philosophie. Il enseigne principalement au Lycée Louis-Bascan de Rambouillet.
Éric Oudin est agrégé de philosophie. Il enseigne en classes préparatoires aux grandes écoles au lycée Michelet de Vanves. Il est déjà l’auteur de plusieurs ouvrages de vulgarisation dont L’art, Le bonheur et La liberté , dans la collection « Petite philosophie des grandes idées ».
Mariane Perruche est agrégée de lettres modernes. Elle enseigne en classes préparatoires aux grandes écoles au lycée Michelet de Vanves.
www.editions-eyrolles.com
Étienne Akamatsu Éric Oudin Mariane Perruche
Préface d’André Comte-Sponville
Petite philosophie des grandes idées
LE PLAISIR
De Platon à Onfray
Éditions Eyrolles
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
Chez le même éditeur, dans la même collection :
Le Désir, Cyrille Bégorre-Bret
Le Bonheur , Philippe Danino et Eric Oudin
L’Amitié , Cyrille Bégorre-Bret
L’Amour , Catherine Merrien
L’Art , Cyril Morana et Eric Oudin
La Liberté, Cyril Morana et Eric Oudin
La Religion , Carine Morand
Le Corps , Jeanne-Marie Roux
La Justice , Cyrille Bégorre-Bret
Mise en pages : Compo-Méca - 64990 Mouguerre
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2013
ISBN : 978-2-212-55375-8
Sommaire
Préface
Avant-propos
1 / Platon ou la place du plaisir
Pour commencer…
L’hédonisme réprouvé
Les différentes formes de plaisir
Le plaisir et la vie mixte
Pour finir…
2 / Aristote ou le plaisir achevé
Pour commencer…
Le bonheur cosmique
Les fruits de la vertu
Plaisirs faux et plaisirs vrais
Pour finir…
3 / Aristippe et Épicure ou le plaisir comme philosophie
Pour commencer…
Le plaisir en mouvement
Le plaisir contre le désir
Une arithmétique du plaisir
Pour finir…
4 / Thomas d’Aquin ou le plaisir comme péché capital
Pour commencer…
L’unique fin bonne et légitime : Dieu
Homme, jusqu’où ton désir te mènera-t-il ?
La recherche fiévreuse du bien
La correction des plaisirs
La souveraineté de l’amour
Pour finir…
5 / La Mettrie ou l’art de jouir
Pour commencer…
Tout est matière, ou résulte de la matière !
Moi, je suis un être qui jouit
L’amour, plaisir sublime
Pour finir…
6 / Sade ou le plaisir dans le crime
Pour commencer…
Sade avant Sade : le libertin
Sade : l’illimité de la fête
Le vrai plaisir est dans la douleur
Le bonheur dans le crime
L’« éthique » sadienne
Pour finir…
7 / Kant ou le plaisir paradoxal
Pour commencer…
Le plaisir, une donnée anthropologique
Le plaisir, moralement parlant
Paradoxal plaisir esthétique
Pour finir…
8 / Bentham ou le plaisir utile
Pour commencer…
Pourquoi réformer la morale ?
La perspective utilitariste
Comment il faut apprendre à jouir
Les vertus de la contemplation
Pour finir…
9 / Freud ou sortir de l’éthique ?
Pour commencer…
La métapsychologie contre le plaisir ?
Du plaisir du nourrisson à la séduction de l’hystérique : la naissance de la psychanalyse
Du Lustprinzip à l’au-delà du principe de plaisir
Le plaisir Unheimlich
Le plaisir et la sublimation des pulsions sexuelles
Vers l’éthique ?
Pour finir…
10 / Onfray ou le nouvel hédonisme
Pour commencer…
Connais-toi toi-même, donc jouis !
Le nihilisme de la chair
L’expérience intégrale de la vie
La célébration des plaisirs
Pour finir…
Bibliographie commentée
Préface
Chacun connaît le plaisir. Le corps ne s’y trompe pas. Manger quand on a faim, boire quand on a soif (ou quand mets ou breuvage sont succulents), humer un parfum délectable, contempler un beau paysage, écouter une musique qu’on aime, se délasser quand on est fatigué (quel plaisir, parfois, de retirer ses souliers !), regarder un bon film, rire avec ses amis, pratiquer un sport ou une activité qu’on apprécie, se promener avec la femme ou l’homme qu’on aime, faire l’amour quand on en a envie… Les plaisirs sont innombrables, comme les douleurs, et chacun préfère ceux-là à celles-ci. Cela fait comme une polarité essentielle, antérieure à tout discours – voyez les bêtes ou les nouveau-nés – et qui structure toute notre vie. Le plaisir, la douleur : jouir, souffrir. Ce sont les deux affects fondamentaux, pour le corps comme pour l’âme (même si l’on parle plus volontiers, s’agissant de cette dernière, de joie ou de tristesse), aussi difficiles à définir, comme notions, que faciles, comme expériences, à reconnaître et à distinguer. C’est donc l’expérience qu’il faut suivre, d’autant plus qu’elle parle assez clair. Toute douleur, à la considérer isolément, est mauvaise. Tout plaisir, pris en lui-même, est bon. Cette évidence pourrait presque tenir lieu de définition : le plaisir fait du bien au corps (plaisirs physiques) ou à l’âme (plaisirs spirituels), non par les conséquences qu’on en attend mais en lui-même, du seul fait de le sentir ou de le ressentir. Souvent, c’est parce qu’on satisfait un désir (boire quand on a soif). Mais il arrive aussi que le plaisir soit une sensation ou un sentiment qu’on perçoit, même sans qu’aucun désir l’ait anticipé, comme immédiatement agréable (la fragrance d’un lilas, au hasard d’une promenade). Les deux sont délectables, et cette délectation est le plaisir même. Il y a là comme une sagesse spontanée, sans laquelle aucune sagesse ne serait concevable. Jouir est bon, se réjouir est bon, et rien n’est totalement bon pour nous qui ne soit cause ou promesse de plaisir ou de joie. Montaigne, après et avant bien d’autres, l’a dit comme il fallait : « De vrai, ou la raison se moque, ou elle ne doit viser qu’à notre contentement, et tout son travail tendre en somme à nous faire bien vivre et à notre aise, comme dit la Sainte Écriture. Toutes les opinions du monde en sont là, que le plaisir est notre but, quoiqu’elles en prennent divers moyens […]. En la vertu même, le dernier but de notre visée, c’est la volupté 1 . »
Montaigne, parvenu à ce point, ajoute : « Il me plaît de battre leurs oreilles de ce mot [volupté] qui leur est si fort à contrecœur. » À qui pense-t-il ? Aux philosophes, du moins à la plupart d’entre eux, qui n’ont parlé du plaisir qu’avec circonspection ou réticence. J’y vois comme un paradoxe objectif : le plaisir, par définition, plaît à tous ; mais tous – spécialement chez les philosophes – ne sont pas prêts le suivre, encore moins à le célébrer. Par ascétisme, pudibonderie, haine de soi ? Cela peut arriver. Les philosophes, qui veulent cultiver leur esprit, et ils ont bien raison, ont parfois tendance pour cela, et ils ont bien tort, à mépriser leur corps, à y voir un obstacle, une « prison », comme disait Platon, ou un ennemi. C’est le piège de l’idéalisme, lorsqu’il se met au service de la pulsion de mort. Mais il y a aussi autre chose, que même les penseurs les plus matérialistes doivent reconnaître : la quête éperdue des plaisirs n’a jamais suffi au bonheur de quiconque, ni à une société juste, et peut mener au pire plus souvent qu’au meilleur. Le plaisir du violeur, aussi vif qu’on le suppose, n’est pas moins ignoble pour cela. Même chose pour l&

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents