Sartre antihumaniste
199 pages
Français

Sartre antihumaniste

-

199 pages
Français

Description

Sartre et ses interventions politiques et philosophiques ont été associés mécaniquement à l'humanisme universaliste. Au contraire, l'exploration de ses textes nous fournit des éléments pour quitter une culture universaliste obsolète et éviter toute dérive identitaire et nationaliste. En se débarrassant de toute forme d'essentialisme, la pensée de Sartre montre son actualité (de la déconstruction de l'individu au postcolonialisme) et nous fait réfléchir d'une manière critique dans un monde traversé par des obscurantismes de toute sorte.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 octobre 2020
Nombre de lectures 1
EAN13 9782140162237
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Bibliothèque
FRANCESCO CADDEO
SARTRE ANTIHUMANISTEAntisubjectivisme, marxisme critique, postcolonialisme
OUVERTURE PHILOSOPHIQUE BIBLIOTHÈQUE
Sartre antihumaniste Antisubjectivisme, marxisme critique, postcolonialisme
Collection « Ouverture philosophique » Série « Bibliothèque » dirigée par Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot Une collection d’ouvrages qui se propose d’accueillir des travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiques. Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions, qu’elles soient le fait de philosophes « professionnels » ou non. On n’y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu’habite la passion de penser, qu’ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques. La série « Bibliothèque » comporte des ouvrages qui inaugurent ou complètent la connaissance des philosophes en explorant leur problématique, leur argumentation et leur héritage.
Dernières parutions Patrick MOULIN,Fidel Castro est-il Socrate ?, 2020. Paul DUBOUCHET,Théologie et épistémologie négatives chez Villey, Girard et Tresmontant,2020. Pascal GAUDET,Kant et le sens de l’existence. Une éthique de l’illusion, 2020. Nikos FOUFAS,Friedrich Engels et la Guerre des paysans allemands, 2020. Martin MEULIN,La raison de la tradition. De l’éthique à la politique par l’entrelacement de la culture et des vertus. Aristote et MacIntyre, 2020. Pascal GAUDET,La fondation de l’humain, Recherche kantienne,2019. Daniel HOROWITZ,Leibowitz ou l’absence de Dieu, 2019. Arno MÜNSTER (en collaboration avec Fabio Mascaro Querido), Le marxisme « ouvert » et écologique de Michael Löwy.Hommage à un intellectuel « nomade », 2019.Paul DUBOUCHET,Girard et Tresmontant, balayeurs et constructeurs. Pour le monothéisme, 2019. Pascal GAUDET,Le projet démocratique. Recherche kantienne, 2018.
Francesco Caddeo Sartre antihumaniste Antisubjectivisme, marxisme critique, postcolonialisme
© L’HARMATTAN, 2020 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-20472-7 EAN : 9782343204727
Je souhaite ici remercier toutes les personnes qui m’ont aidé d’une manière ou d’une autre pendant la rédaction de ce texte. La liste exhaustive serait trop longue et je vais sûrement oublier quelques noms.
Un grand merci pour leur soutien, leurs indications.
conseils, leurs
Francesco Caddeo
Introduction
Si nous écoutons ladoxa de notre monde, l’humanisme profite d’un statut moral qui le met à l’abri de toute polémique fondée. Cette religion de l’Homme, cette exaltation idéalisée, réduit toute opposition à sa marche triomphale à une timide correction devant aboutir à un humanisme « revisité », c’est-à-dire à un humanisme renforcé et retrouvé, car capable d’englober ses critiques les plus pertinentes. En aucun cas ces critiques ne devraient comporter l’abandon du paradigme anthropocentré et suggérer un abandon de l’idée universaliste qui constitue le socle théorique-moral d’une humanité essentialisée. Cette vision, qui représente également la foi républicaine de larges secteurs de la politique et de la société, ne cesse de nous exposer une fausse alternative pour se présenter comme indépassable. En d’autres termes, cette alternative se résume dans l’opposition entre universalisme et particularisme, comme si le choix était limité entre, d’un côté, le culte de l’Homme abstrait (avec ses dérives telles que l’esprit républicain, la collaboration du capital et du travail, le refoulement des minorités linguistiques, l’utilisation pervertie des Droits de l’Homme et de la démocratie à l’occidentale) et, de l’autre, le refuge dans notre petite existence spécifique (avec ses produits dérivés tels que le nationalisme, l’obsession identitaire, le communautarisme). La position que l’on propose dans ce texte évite le choix simpliste entre ces deux voies. On réclame le droit d’être antihumaniste sans tomber dans le particularisme fermé, d’être de bons citoyens sans se mettre au « garde à vous » devant les idoles de la patrie, de prendre en compte les raisons des altérités sans faire référence à une humanité qui nous surplomberait, de critiquer tout récit officiel sans se faire traiter de « complotistes », de comprendre l’importance historique de l’état sans oublier toutes les formes politiques et sociales qui ont été écrasées par ce même état, de rejeter l’idée d’identité faisant le lit des séparatismes, des nationalismes et de tous les égoïsmes. Notamment, il s’agit également de traquer la continuité essentialiste entre ces courants (refus de l’idée de
9
conflit social, rejet de l’idée de minorité « autre », fidélité aux institutions abstraites telle que la nation, la communauté, la tradition). En même temps, on est conscient que toute philosophie antihumaniste ne peut se présenter comme achevée et prête à l’usage. Par conséquent, son élaboration est encore en cours et il n’y a aucun décalogue à sortir immédiatement pour remplacer la foi humaniste. Dans cette philosophiein fierinous allons montrer que Sartre a un rôle à jouer. En d’autres termes, l’interprétation que l’on propose d’un Sartre antihumaniste est loin d’être dépourvue de conséquences politiques. À l’heure où le débat sur les questions de société semble partagé d’une manière irréconciliable entre républicains et communautaristes, l’antihumanisme sartrien nous sauve d’une alternative trompeuse : d’un côté ceux qui utilisent l’égalité comme quelque chose d’imposé à partir du haut (une drôle d’égalité sans doute) et les valeurs d’universalisme face à des groupes minoritaires (un drôle d’universalisme encore), contre un camp opposé représenté par ceux qui, pour se protéger, revendiquent des choix identitaires aveugles et bâtissent des murs qui finiront par les ghettoïser encore davantage. En ce qui concerne la philosophie du Vingtième siècle, pour tous ceux qui ont été formés par une culture synthétique et approximative, la dénomination « antihumaniste » associée à l’œuvre de Sartre pourrait sembler une boutade provocatrice ou un oxymore dépourvu de débouchés. D’abord, Jean-Paul Sartre ne serait-il pas le « philosophe du sujet », l’allié du socialisme réel (qui n’a fait qu’exalter l’Homme nouveau tout en l’enfermant dans son appareil étatique étouffant), le théoricien de l’engagement qui n’a pas hésité à associer sa pensée existentialiste à l’humanisme renouvelé après le désastre de la Seconde Guerre Mondiale ? En réalité, notre travail montre la présence d’un esprit antihumaniste qui traverse la pensée sartrienne à plusieurs reprises et qui n’est pas un accident au sein de son œuvre abondante. En effet, loin de pouvoir être archivée comme « subjectivisme encore métaphysique », la pensée de Sartre garde une force expressive même dans une époque où la décentralisation du sujet moderne, au sens cartésien du terme, a été définitivement, ou presque, acquise. L’auteur desMains sales nous pousse « à lutter déjà dans la
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents