Naviguer écologique
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Naviguer écologique

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Quels sont les impacts de la navigation de plaisance sur l’environnement marin ? Quels sont les règles et les bons gestes à appliquer pour les réduire ? Autant de réponses qui sont apportées concernant la gestion des déchets, des eaux noires et des eaux grises ; les peintures anti-salissures et autres revêtements des coques ; les émissions de CO2 et la gestion de l’énergie à bord ; les nuisances sonores, ainsi que le cycle de vie des bateaux.

Ce guide met en perspective les enjeux de la navigation écologique face à l’avenir de l’Océan et de la Planète. Il est ponctué de paroles de marins et de professionnels : Francis Joyon, François Gabart, Loïck Peyron, Paul Meilhat, Alexia Barrier, Phil Sharp, Alan Roura, les coureurs de la Classe IMOCA, Roland Jourdain, Guillaume Verdier… témoignent ici de leurs liens à l’Océan et de leurs engagements en faveur de sa protection.

Au-delà de la réduction de nos impacts, c’est vers un renouveau de notre culture nautique que nous allons, vers une navigation, plus verte ou plus profondément bleue.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 juin 2019
Nombre de lectures 7
EAN13 9791027104253
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Naviguer
écologique
Toutes les règles et les bons gestes pour une plaisance respectueuse de l’Océan
Sommaire
Le mot de l'auteur
En préambule
Quelle est notre vision de l’océan ?
Qu’est-ce que l’écologie ?
la place des activités nautiques dans l’océan
1. L’impact des activités nautiques
2. Les règles environnementales applicables aux navires et à la navigation de plaisance
Comment réduire notre impact
1. Les déchets du bord
2. Le cycle des eaux à bord
3. Les pollutions des moteurs marins
Une navigation bleue – verte, pour une autre culture nautique
1. Les nouveaux bassins de navigation : les aires marines protégées
2. Les nuisances sonores des moteurs marins
Vie, mort et abris des bateaux
1. Comment naissent les bateaux ?
2. Les abris des bateaux
3. Comment meurent les bateaux ?
Conclusion
Bibliographie
Les paroles
Page de copyright
À mon père,
Navigateur corps et âme,
À Rosa, ma rose des vents
Qui me propulse dans la vie,
À l’Océan et à sa grande sagesse,
Mana O Te Moana , porteur de vie sur Terre,
Depuis les origines et jusqu’aux
Enfants des générations futures.
Le mot
de l’auteure
Réchauffement climatique, fonte des glaces, surpêche, surexploitation des fonds marins, déversements de plastiques… Alors que les annonces dans les médias se succèdent et se multiplient, toujours plus inquiétantes, quel navigateur n’a jamais été interpellé par l’état des océans ?
Ces phénomènes globaux à l’échelle planétaire semblent continuellement s’amplifier, nous laissant parfois un profond sentiment d’impuissance, une vague de culpabilité et une grande inquiétude quant à l’avenir. Tout cela nous interroge sur nos moyens d’action, sur les solutions envisageables et sur nos pratiques en tant qu’homme ou femme, citoyen, consommateur, et navigateur.
De grands marins comme Éric Tabarly ou Bernard Moitessier ont ouvert les horizons de la culture nautique française. Ces hommes portaient avec eux le respect de la mer et de leur environnement. Il appartient à tous de faire perdurer leur héritage et faire du nautisme une pratique éclairée et responsable, en harmonie avec un environnement préservé.
Pour rester fidèle aux valeurs que portent les marins, cet ouvrage tente de fournir des éléments utiles à une réflexion de chacun, de chacune. Face aux contraintes de la navigation, chacun doit pouvoir faire jouer son libre arbitre, et faire en sorte que liberté et préservation du milieu ne s’opposent pas, mais se renforcent mutuellement.
Lorsque nous naviguons, au port ou au mouillage, certaines bonnes pratiques ou « écogestes » peuvent nous permettre de réduire notre impact sur l’environnement. Elles peuvent porter sur : les différents types de déchets que nous produisons à bord ; la gestion des eaux à bord, à savoir les eaux noires et grises, mais aussi les économies d’eau ; les pollutions et les émissions de CO2 des moteurs marins.
Pourtant cet ouvrage ne se limite pas à un recueil d’écogestes recommandant telle ou telle conduite à suivre, expliquant que la somme de ces « petits » gestes sauvera les océans. Il s’agit d’aller plus loin et de fournir des éclairages sur les constats environnementaux actuels, les réglementations applicables, et les outils de réflexion qui permettront d’agir. Nous sommes en route vers un véritable changement de culture, et de nombreuses initiatives prennent aujourd’hui en compte l’environnement et des objectifs de développement durable.
Nous suivrons ce fil tout au long l’ouvrage, sur chacune des questions abordées. Cette réflexion sera ponctuée de focus sur la situation à terre et pour les océans. En effet, à l’image d’une planète, l’espace, les ressources et l’énergie sont limités à bord : c’est un écosystème où les problématiques du nautisme sont souvent les mêmes qu’à terre.
Enfin, face aux idées reçues et lieux communs sur la protection de l’environnement, nous tenterons de poser un regard vif et de garder notre esprit bien au frais dans les embruns !
En préambule
Quelle est notre vision de l’océan ?
On peut déplorer qu’aujourd’hui, la conservation de la nature n’apparaisse pas comme une condition nécessaire à l’avenir de l’humanité mais soit souvent perçue comme un obstacle au développement humain, une contrainte subie appartenant à un passé arriéré. La science, la technologie, le développement économique, la culture et d’autres activités humaines nous semblent davantage porteuses d’avenir et de progrès. Conclusion de ce raisonnement, les « écologistes » seraient favorables à une sorte de retour à l’état de nature, un retour à l’éclairage à la bougie, au fond des cavernes, refusant la technologie…
Cette distinction, cette séparation entre l’humanité et la nature ne date pas d’hier et s’inscrit dans une longue liste de clivages, dans notre vision du monde et nos pratiques : celle du corps et de l’esprit, celle de l’homme et des animaux… La sauvegarde de la nature est considérée comme une grande cause : on dit parfois qu’on doit agir « pour la planète », comme si nous en étions distincts, séparés. Cette conception clivée du monde est l’héritage de notre culture chrétienne, renforcée de cartésianisme.
Cette vision est moins forte chez les Anglo-Saxons et inexistante chez de nombreux peuples autochtones. En effet, au xvie siècle déjà, de nombreux scientifiques, biologistes, et penseurs, philosophes et poètes ne partageaient pas cette vision d’un monde scindé et hiérarchisé. Ils défendaient une compréhension globale, « holistique » et donc « écologique » du monde et de ses mécanismes. Néanmoins, cette approche globale et ces courants de pensée qui aujourd’hui gagnent du terrain, n’ont été que peu partagés et enseignés.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents