Les yeux de sapiens
25 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les yeux de sapiens , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
25 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les paléoanthropologues travaillent sur les fossiles pré-humains pour comprendre l’évolution qui a mené vers l’homme actuel. Cependant, les tissus mous ne se fossilisent pas et un détail comme la sclérotique apparente chez l’homme moderne nous interpelle pour en comprendre l’origine. Ce livre attire l’attention sur le développement important des lobes frontaux chez l’homo sapiens et de ses répercutions directes sur la vision et indirectes sur l’apparition du langage et sur certains rituels qui ont mené au totémisme.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 mars 2014
Nombre de lectures 5
EAN13 9782312020358
Langue Français

Extrait

Les yeux de sapiens
Mozel
Les yeux de sapiens














LES ÉDITIONS DU NET 22, rue Édouard Nieuport 92150 Suresnes
© Les Éditions du Net, 2014 ISBN : 978-2-312-02035-8
Introduction
L’homme préhistorique n’a pas été particulièrement choyé par la nature. Il a échangé la vie dans les arbres tant appréciée par les primates contre une vie au sol en terrain découvert. Mais il n’était équipé ni de griffes ni de crocs pour attaquer des proies ou pour se défendre contre des prédateurs. Il ne courait pas non plus aussi vite que ces derniers, Il ne pouvait ni rattraper les premiers ni échapper aux seconds par la fuite. Son faible odorat était un autre handicap. Il ne lui permettait pas de différencier l’odeur de ses proches de celle de ses ennemis. Il ne lui permettait pas non plus de détecter un gibier ou un animal féroce. Et sa peau était dépourvue de fourrure qui l’aurait protégé contre les aléas climatiques.
Les autres primates ont toujours apprécié la vie dans les arbres qui leur fournissent gîte, sécurité et nourriture. L’homme primitif n’y était pas adapté et se déplaçait à découvert sur le sol. Pourtant, ses yeux étaient rapprochés et regardaient du même côté comme tous les singes. Ce qui était un inconvénient pour sa sécurité, car il le rendait plus facilement accessible aux prédateurs.
Malgré toutes ses faiblesses, l’homme a progressivement conquis toute la planète, il a domestiqué plantes et animaux et maitrisé tout ce qui est inerte et tout ce qui est vivant. Il a façonné son environnement à sa manière grâce aux connaissances qu’il a accumulé au fil des générations.
Comment y est il arrivé ? Sûrement grâce à son intelligence et à la transmission de l’expérience de chaque génération à la suivante par la communication orale. Mais quand et comment a-t-il maitrisé le langage parlé ? Et possède-t-il un autre secret ?
L’homo sapiens possède un cerveau particulièrement gros. Mais il n’est pas le seul à avoir eu un cerveau aussi volumineux. L’homme de Neandertal aussi avait un cerveau légèrement plus volumineux, mais l’homo sapiens lui a survécu. Quant à la parole, il est peu probable que l’homme de Neandertal ou un autre hominidé ait pu l’articuler et communiquer avec.
Une autre curiosité est la dimension très réduite de l’iris humain qui est partiellement caché par la paupière supérieure et qui laisse apparaitre en permanence le blanc de l’œil sur ses deux cotés. Chez les autres animaux, la pupille est au centre de l’œil et l’iris visible en entier alors que la sclérotique est pratiquement invisible. En était-il de même chez les autres hominidés dont il ne reste que des fossiles?
Quant à la bipédie, quand et comment l’homo sapiens l’a-t-il acquis? Quand et comment a-t-il perdu son pelage et l’acuité de son odorat ? Les paléoanthropologues étudient les ossements et fragments d’os fossiles pour expliquer l’évolution qui a mené des pré-humains jusqu’à l’homme moderne. Mais malheureusement, les tissus mous comme les yeux, les muscles ou les viscères ne se fossilisent pas et ne laissent pas de trace. On ne peut que faire des suppositions en prenant comme base de comparaison les êtres vivants actuels et en extrapolant les interprétations sur les fossiles anciens. De même pour ce qui est des comportements ainsi que des relations sociales entre individus et entre communautés.
Beaucoup d’hypothèses ont été émises pour expliquer l’origine des caractères spécifiques de l’homo sapiens. Nous allons en examiner de nouvelles dans ce qui suit.
Evolution vers l’homo sapiens
L’homme est un mammifère de l’ordre des primates appartenant à la famille des hominidés. Très tôt, cet ordre se démarqua des autres mammifères et engendra une famille qui aboutira à l’homme moderne. De ce fait, ce dernier héritera de certaines spécificités que cette lignée a acquis dès ses origines dont la vision caractéristique des primates.
Les premiers primates qui ont peuplé la terre étaient arboricoles et se déplaçaient de branche en branche dans les forêts. Pour cela ils avaient besoin d’évaluer avec précision les formes et les distances. Leurs yeux se sont rapprochés de façon à ce que le champ visuel de chaque œil s’enchevêtre avec celui du second leur donnant ainsi une vision stéréoscopique permettant de distinguer les volumes et d’estimer les distances.

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents