De la ville intelligente à la ville intelligible
91 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

De la ville intelligente à la ville intelligible , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
91 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’espace urbain a toujours été synonyme de densité, de vitesse et de foisonnement. Toutefois, le phénomène d’urbanisation qui s’intensifie depuis la révolution industrielle s’étend aujourd’hui à une échelle inédite. Alors qu’elle semble se déployer sans fin, cette urbanisation produit en même temps les limites de sa propre expansion – pollution des écosystèmes et de la biosphère, congestion, surpopulation, etc. Devant l’ampleur de la crise, de plus en plus de grands centres prennent l’initiative de s’imposer comme modèles de villes faisant preuve d’« intelligence ».
Le présent ouvrage se penche sur ce grand projet technologique, en explorant les défis que la « ville intelligente » pose à la démocratie et à l’écologie, l’emprise de la « gouvernementalité algorithmique » et de la culture technologique sur nos vies, la menace qui pèse sur nos libertés en tant que citoyens et citoyennes ainsi que nos droits de réclamer une ville juste et inclusive. L’élan de ce livre est certainement critique, mais non au sens d’une dénonciation ou d’un simple refus : l’ensemble des contributions cherche plutôt à remettre en question les discours et les idées qui prévalent avec une évidence de plus en plus hégémonique, et selon lesquels il serait possible de résoudre les crises contemporaines grâce à la « ville intelligente ». Destiné à un lectorat désillusionné par les discours technocentrés, l’ouvrage cherche à ouvrir l’espace des possibles en imaginant d’autres trajectoires.
Emmanuelle Caccamo est docteure en sémiologie, chercheuse en communication et professeure à temps partiel à l’Université d’Ottawa. Ses recherches portent sur l’imaginaire et les discours entourant les nouvelles technologies médiatiques numériques. Elle développe une approche technocritique et décroissantiste du numérique. Elle est également cofondatrice et directrice générale de la revue d’exploration sémiotique Cygne noir.
Étudiant au doctorat, Julien Walzberg s’intéresse à la modélisation des comportements humains lors de la phase d’utilisation d’un produit ou service en analyse du cycle de vie. Il a également été consultant junior en analyse du cycle de vie. Il détient par ailleurs un diplôme d’ingénieur en matériaux ainsi qu’un mastère spécialisé en management de l’environnement.
Tyler Reigeluth est docteur en philosophie de l’Université Libre de Bruxelles où il a défendu sa thèse dans le cadre du sein du projet interuniversitaire «Gouvernementalité algorithmique». Il s’intéresse généralement aux relations politiques qui lient techniques et corps, et plus particulièrement aux questions éthiques et épistémologiques qu’impliquent une connaissance de l’apprentissage machine (machine learning).
Nicolas Merveille est docteur en anthropologie sociale et ethnologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris) et professeur au Département Stratégie, responsabilité sociale et environnementale à l’ESG-UQAM. Il est titulaire d’un mastère spécialisé en ingénierie et gestion de l’environnement de l’École nationale supérieure des Mines de Paris.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 novembre 2019
Nombre de lectures 1
EAN13 9782760552159
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0650€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Titre: De la ville intelligente à la ville intelligible / sous la direction de Emmanuelle Caccamo, Julien Walzberg, Tyler Reigeluth et Nicolas Merveille.
Noms: Caccamo, Emmanuelle, 1987- éditeur intellectuel. | Walzberg, Julien, 1988- éditeur intellectuel. | Reigeluth, Tyler, 1989- éditeur intellectuel. | Merveille, Nicolas, éditeur intellectuel.
Collections: Cahiers du Gerse.
Description: Mention de collection: Cahiers du Gerse | Comprend des références bibliographiques.
Identifiants: Canadiana (livre imprimé) 20190031913 | Canadiana (livre numérique) 20190031921 | ISBN 9782760552135 | ISBN 9782760552142 (PDF) | ISBN 9782760552159 (EPUB)
Vedettes-matière: RVM: Villes intelligentes. | RVM: Urbanisme durable.
Classification: LCC TD159.4 D4 2019 | CDD 307.760285—dc23 Presses de l'Université du Québec Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone: 418 657-4399 Télécopieur: 418 657-2096 Courriel: puq@puq.ca Internet: www.puq.ca Diffusion/ Distribution : Canada Prologue inc., 1650, boulevard Lionel-Bertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7 Tél.: 450 434-0306 / 1 800 363-2864 France et Belgique Sofédis, 11, rue Soufflot, 75005 Paris, France Tél.: 01 53 10 25 25 Sodis, 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77403 Lagny, France Tél.: 01 60 07 82 99 Suisse Servidis SA, chemin des Chalets 7, 1279 Chavannes-de-Bogis, Suisse Tél.: 022 960.95.25 Diffusion/Distribution (ouvrages anglophones) : Independent Publishers Group, 814 N. Franklin Street, Chicago, IL 60610 Tel.: (800) 888-4741 La Loi sur le droit d'auteur interdit la reproduction des œuvres sans autorisation des titulaires de droits. Or, la photocopie non autorisée - le « photocopillage » - s'est généralisée, provoquant une baisse des ventes de livres et compromettant la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des professionnels. L'objet du logo apparaissant ci-contre est d'alerter le lecteur sur la menace que représente pour l'avenir de l'écrit le développement massif du « photocopillage ».

Remerciements
Nous tenions à remercier Maude Bonenfant qui, par sa générosité et son enthousiasme pour notre projet, a permis à cet ouvrage de se réaliser. Nous remercions également Sara Russo-Garrido et Marie-Luc Arpin pour leur aide éditoriale.

Révision des textes
Hélène Ricard
Correction
Anne-Marie Bilodeau
Mise en page
Interscript
Conception graphique
Jean-François Renaud
Image de la couverture
iStock
Dépôt légal : 4 e trimestre 2019
› Bibliothèque et Archives nationales du Québec
› Bibliothèque et Archives Canada
© 2019 – Presses de l’Université du Québec
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
G5213-1 [01]
Liste des sigles
ACV : Analyse du cycle de vie
BVIN : Bureau de la ville intelligente et numérique
GAFAM : Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft
GES : Gaz à effet de serre
PIB : Produit intérieur brut
SMA : Simulation multi-agent
TI : Technologies de l’information
TIC : Technologies de l’information et de la communication
TNIC : Technologies numériques de l’information et de la communication
ZAD : Zone à défendre
Introduction
Tyler R EIGELUTH , Julien W ALZBERG et Emmanuelle C ACCAMO
La ville grouille et s’empresse. L’espace urbain a toujours été synonyme de densité, de vitesse et de foisonnement. Toutefois, le phénomène d’urbanisation, qui s’amplifie depuis la Révolution industrielle, tend aujourd’hui à se propager à une échelle planétaire inédite. Alors qu’elle semble se déployer sans fin, cette urbanisation produit en même temps les limites de sa propre expansion. Pollution des écosystèmes et de la biosphère, congestion et surpopulation des infrastructures d’habitation et de transport, précarisation des modes de vie, délocalisation de la production industrielle, autant de dynamiques qui semblent indiquer que la ville, dans sa forme normale, ne peut continuer à croître indéfiniment sans produire en même temps une crise profonde de l’organisation sociale, économique et environnementale liée à la vie urbaine. À travers sa propre mitose, la reproduction de la forme urbaine risque bien de devenir monstrueuse. Depuis longtemps déjà, de nombreux auteurs, architectes/urbanistes et penseurs ont prévu ou imaginé cette dynamique d’hypertrophie pathologique de la ville future. La réalisation de cette dynamique est toujours compliquée à diagnostiquer du dedans et le présent ouvrage ne cherche pas à répéter des discours du type « c’était mieux avant » ou « nous courrons à notre perte ». Il semblerait néanmoins que la crise en gestation et longtemps annoncée exhibe un certain nombre de symptômes d’ordre systémique, pour lesquels le diagnostic ne peut être local ou limité. Face à l’ampleur de la crise urbaine, de plus en plus de villes moyennes et grandes prennent l’initiative de se positionner comme modèle à suivre, comme ville du futur, une ville faisant preuve d’« intelligence » face aux pressions structurelles engendrées par son propre essor.
Cette intelligence prend le plus souvent la forme de solutions techniques « innovantes » qui permettraient d’optimiser les flux et comportements qui composent l’espace urbain. Ce faisant, l’espace des possibles, ainsi que les solutions qui en font partie, est envisagé comme un problème d’ordre technique dont le caractère innovant ou inventif est souvent soustrait au débat public, à l’engagement des communautés concernées ou aux considérations sociales, culturelles et politiques plus larges. Ce qui s’annonce comme « intelligent » est toutefois rarement intelligible , au sens où les solutions envisagées permettraient non seulement de résoudre un problème donné de manière optimale, mais contribueraient en outre à une compréhension plus profonde des phénomènes qui affectent nos formes de vie urbaines. Réclamer une ville qui soit intelligible implique que nous posions la question de son sens, de la direction qu’elle prendra et de ce qu’elle signifie pour celles et ceux qui l’habitent.
L’ensemble des contributions réunies ici cherchent à mettre en doute le discours, l’idée, le projet qui s’impose avec une évidence de plus en plus hégémonique selon lequel il serait possible de résoudre les crises contemporaines du modèle urbain en déployant un arsenal de pratiques et de techniques de modélisation et de prédictions algorithmiques basées sur la production et le traitement de données massives. Cet arsenal implique le déploiement de nouvelles infrastructures (capteurs, détecteurs, centres de stockage de données, réseaux avec et sans fils, etc.), de nouvelles logiques d’intervention (prédiction, veille de données, analyse en temps réel, etc.) et de nouvelles pratiques sociales (transformations de l’urbanisme et de l’architecture ou de la gestion des services urbains, de la représentation politique municipale, etc.).
L’élan de cet ouvrage est certainement critique, mais non au sens d’une simple dénonciation ou d’un refus. Il s’agit plutôt de remettre en cause, de manière raisonnée et plurielle, l’évidence des solutions et l’espace des possibles s’imposant dans les débats contemporains sur la ville « intelligente ». Les contributions proposent ainsi des perspectives diverses à partir desquelles il serait possible d’envisager d’autres formes de vie urbaines. Loin de contourner la question technique, nous cherchons davantage à lui rendre ses dimensions sociales et politiques, à en faire un problème à partir duquel réfléchir et agir. En somme, nous espérons montrer à travers les différentes approches proposées que c’est seulement lorsqu’un phénomène ne va plus de soi qu’il peut commencer à devenir intelligible.
Le premier texte de cet ouvrage se penche sur le thème de la « ville intelligente » et la démocratie : quels défis les villes intelligentes et le déploiement des nouvelles technologies posent-ils à la démocratie ? Dans « La ville intelligente : défis pour la démocratie », Jean-François Gagné traite de différentes thématiques allant de la marginalisation sociale à la perte d’autonomie politique en passant par le décalage entre les actes (im)posés par les acteurs de l’industrie du numérique et l’État de droit. Gagné examine en dernier lieu l’idée de « participation algorithmique », à savoir un mode de participation politique que la collecte de données massives sur les citoyennes et les citoyens rendrait possible. Ce mode de participation auquel d’aucuns rêvent se présenterait comme une réponse au désintéressement de la population aux modes électoraux classiques

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents