Être heureux simplement
50 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Être heureux simplement

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
50 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Si vous visez la paix intérieure, qu’un calme mental vous inspire plus qu’il ne vous fait peur et que vous êtes prêts à vivre une transformation profonde, ce livre est pour vous!
Si vous visez la paix intérieure, qu’un calme mental vous inspire plus qu’il ne vous fait peur et que vous êtes prêts à vivre une transformation profonde, ce livre est pour vous!

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 mai 2019
Nombre de lectures 86
EAN13 9782897752316
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

ÊTRE
HEUREUX
SIMPLEMENT
 
Grâce à la transformation des émotions
 
Stéphane Jalbert
 
 
 
Avant de commencer…
 
J’ai décidé d’écrire sur ce sujet parce que je vois des transformations extraordinaires chez toutes les personnes à qui j’ai parlé de la technique de transformation des émotions et qui l’ont appliquée réellement.
En écrivant ce livre, j’espère ainsi offrir la possibilité à un plus grand nombre de personnes de connaitre cette technique plutôt qu’en en parlant simplement aux personnes qui ont l’opportunité de me rencontrer dans mon bureau.
Toutes les techniques dont je parle ont été testées par moi-même pour commencer, puis par mes proches et/ou clients. Et celles-ci fonctionnent.
Si vous cherchez une façon simple et efficace pour enfin vous rapprocher de votre paix intérieure, je crois sincèrement que vous tenez entre vos mains l’outil qui va vous aider à prendre cette route.
Je tiens pour acquis que si vous avez ce livre entre les mains, c’est que vous désirez apprendre quelque chose de nouveau !
Il m’est arrivé si souvent pendant les ateliers que je donnais sur ce sujet qu’une, voire plusieurs personnes se mettent à discuter de la technique Ho’oponono (ou autres) et ses bienfaits sur leur vie, que j’avais développé une résistance à parler de la technique de transformation des émotions à plus d’une personne à la fois !
Bien que le Ho’oponono soit sans équivoque une façon très efficace d’aborder la vie, je me propose avec ce livre de vous démontrer ce qui consistera probablement la clé qui vous manquait pour atteindre véritablement ce bien-être, cette absence de souffrance émotionnelle dont vous êtes à la recherche.
Rien de moins !
Ensuite, je veux être certain que nous sommes sur la même longueur d’onde :
Vous devez absolument vouloir vous débarrasser de ces émotions négatives, aussi souffrant puisse être le moment que vous allez vivre pendant que vous allez prendre contact avec celles-ci (une à la fois, soyez rassurés), car il faudra être le plus conscient possible de ces émotions.
Oui, il y aura des moments pendant lesquels vous allez éveiller vos émotions refoulées ; et à ma connaissance, il n’y a pas vraiment d’autre moyen de vous en sortir… vous devez savoir ce qui vous attend avant de prendre cette route.
Vous devrez donc passer par la sensation désagréable de ressentir la douleur qui est associée à la présence d’émotions négatives.
Sur ce point encore, et c’est ma responsabilité je l’admets, je me suis frotté à des esprits récalcitrants pendant que je tentais de faire vivre cette technique de libération à certains de mes participants lors d’ateliers sur ce sujet !
Il faut dire que je n’avais pas émis ces avertissements avant de commencer… je pensais que si ces personnes étaient présentes à cette soirée, c’est qu’elles étaient prêtes à passer à une autre fréquence.
Je n’avais pas pensé à les préparer à vivre des choses difficiles afin de s’en libérer une fois pour toutes.
Disons que ces situations m’ont permis de libérer des émotions enfouies depuis si longtemps que je n’en soupçonnais même plus l’existence !
Vous allez donc lire sur tout ce qui entoure les émotions ; normal, si on veut les transformer, de savoir à quoi on a affaire !
Maintenant que vous êtes prévenus de ce qui s’en vient, je vous invite à venir sur ce chemin avec moi.
Commençons donc avec un premier pas…
 
 
 
C’est quoi une émotion, au fait ?
 
Oui, vous avez bien lu.
Je vais prendre le temps d’expliquer ce qu’est une émotion parce que, dans ce cas aussi, il m’arrive régulièrement que les personnes à qui je parle de la technique de transformation ne savent pas vraiment de quoi je parle !
Et comme c’est la base de la technique que j’enseigne, il est plutôt important de savoir de quoi il est question !
Si vous êtes ABSOLUMENT certain de savoir ce qu’est une émotion, comment reconnaitre que vous avez une émotion, et quel type d’émotion vous devriez vouloir transformer, vous pouvez passer au chapitre qui parle de la technique à proprement dit.
Si, par contre, vous avez un doute, ou simplement si vous voulez découvrir les autres techniques dont je vais parler dans les prochains chapitres, je vous invite à continuer la lecture !
Il y a deux grandes familles d’émotions :
Les émotions positives
Les émotions négatives
 
Bien entendu, vous ne voulez pas transformer les émotions positives, mais bien les faire vivre plus longtemps, et les faire grandir en vous.
Vous voudrez donc vous attaquer à celles qui sont négatives ; nous sommes d’accord ?
Parlons quand même du premier type d’émotion, l’émotion positive…
Premièrement, si vous avez un rire fou ou même simplement un sourire ; que vous versez une larme parce que vous êtes ému, si vous sentez une excitation en pensant à un projet, un voyage ou à une personne… vous avez une émotion positive.
Si vous ressentez une paix intérieure, un calme profond, une connexion avec l’Univers, vous vivez ici aussi une émotion positive (certaines personnes méprennent souvent ces états d’être comme étant l’absence d’émotion ; ça ne pourrait être plus faux !).
Bref, quand je me sens bien, je vis une émotion positive !
ATTENTION :
Si vous vivez une de ces émotions en faisant une activité dont le but est de vous éviter une souffrance, vous n’êtes pas tout à fait sur la bonne piste ; je vais aborder ce sujet plus en détail dans un chapitre suivant.
Soyez vigilant à ce détail :
Si vous avez besoin que quelqu’un soit près de vous, si vous avez besoin qu’une situation soit vécue d’une façon précise, s’il faut que certaines conditions soient présentes afin que vous viviez un bien-être, c’est que vous vivez des émotions positives conditionnelles et celles-ci cachent une souffrance dont on ne soupçonne pas l’existence.
Si, par contre, vous pouvez vous sentir bien, en paix voire même si vous pouvez rire pour aucune raison, c’est que votre émotion positive est inconditionnelle, et ça, rien, absolument rien ne pourra vous enlever ça. Pas même les conditions extérieures.
Recherchez les émotions inconditionnelles pour obtenir un bien-être durable et profond !
Il y a aussi les émotions négatives…
Vous savez, quand vous vous sentez mal, c’est que vous vivez une émotion négative ; quand vous voulez faire n’importe quoi pour ne pas ressentir vos émotions, c’est que vous vivez une émotion négative.
Quand vous avez un réflexe d’auto-sabotage ; vous savez, quand vous avez un super projet en tête, et que vous faites tout pour ne pas arriver à le faire vivre, c’est que vous avez une émotion négative ; envers vous-même.
Je parlerai de ce sujet plus en détail dans le chapitre sur l’EGO.
Colère, frustration, dégoût, haine, mépris, stress, peur (et plusieurs autres émotions de cette nature) envers quelqu’un, une situation voire soi-même, sont des états que l’on va travailler à éliminer de notre existence, car elles sont nuisibles pour nous, notre bien-être.
C’est ce fameux poison dont parle le proverbe chinois qui dit qu’être en colère envers quelqu’un c’est comme boire un poison et penser que c’est l’autre qui va en souffrir.
C’est vrai pour n’importe quelle émotion négative, en fait.
Imaginez ce que tout ce poison que nous avons accumulé en nous depuis toutes ces années peut avoir comme pouvoir sur notre vie.
Nous vivons ceci parce que, selon moi, nous n’utilisons pas les bonnes stratégies pour nous sentir bien.
Nous analysons trop, donnant à notre intellect un pouvoir trop grand, qui n’est pas dans ses fonctions ; nous avons tous considéré que notre mental était notre meilleur allié, pour régler ces troubles que nous vivons sans savoir qu’en fait, c’est précisément notre mental qui est responsable de ces malheurs dont nous souffrons !
Pour citer Albert Einstein :
« On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensées qui les ont engendrés. »
C’est pourtant ce que nous faisons tous les jours en faisant appel à ces techniques de reprogrammation, tableaux de rêve, chèque d’abondance et autres.
Ces techniques ont toutes leur place, et ont leur efficacité ; mais ont aussi leurs limites, car la nature même de celles-ci fait en sorte que nous n’atteignons pas la source réelle de notre problème de souffrance : nous sommes toujours pris avec nos émotions négatives enfouies profondément en nous.
L’exercice que je vous proposerai plus loin fera en sorte que cette souffrance s’éliminera graduellement de votre existence pour laisser la place à une paix intérieure réelle.
C’est toute une promesse !
Avant d’arriver à cette technique, je sens qu’il faut parler au mental, afin que cette partie de vous veuille bien nous aider à vivre cette transformation.
Abordons la compréhension de nos émotions en étudiant comment nous agissons en général quand une émotion négative veut s’exprimer :
 
 
 
Stratégies pour éviter de ressentir nos émotions négatives
 
Avant de commencer cette partie, je tiens à vous assurer que je ne porte absolument aucun jugement sur la façon dont les gens peuvent agir dans des situations de tous les jours. Si toutefois vous avez le sentiment d’être jugé, sachez que ceci peut vous être utile, car il est possible qu’une émotion soit enfouie profondément en vous. Soyez donc attentif à ces informations qui surgissent.
Étant moi-même aux prises avec certaines des stratégies indiquées plus bas, je ne peux que comprendre que quelqu’un puisse agir de certaines façons.
Ceci étant dit, je m’efforce chaque jour de tomber dans le piège de moins en moins souvent et je vous propose d’être vous-même attentif à ces processus qui agissent souvent sans que nous en soyons conscients.
J’essaie d’écrire depuis un bon bout de temps déjà, et je tiens enfin le premier sujet dont je veux véritablement parler.
Pourtant, il m’est difficile de m’installer et d’écrire de façon vraiment efficace !
À cause d’un mot que tout le monde connait et qui est à la mode : procrastination.
Cette forme d’évitement est en fait le symptôme d’un mal plus profond : nous ne voulons pas ressentir des émotions négatives.
Comme je disais plus tôt, j’essaie d’écrire… depuis deux ans !
Hier pendant la journée, j’ai eu l’inspiration de ce livre.
Enfin, je tiens mon filon, non seulement d’un livre, mais du concept d’une série de livres ; car j’en ai des choses à dire !
Après avoir écrit mon introduction et après avoir établi la suite des sujets dont je veux parler pour le présent ouvrage, je me suis vu visiter les médias sociaux, regarder des vidéos… je me suis même mis à faire du ménage !!!
Bien entendu, le ménage est une bonne chose à faire et c’est prévu dans mon plan d’action de la journée, mais pas à la place de l’écriture d’un livre qui doit voir le jour.
J’ai en fait toute la journée pour faire mon ménage ; il est maintenant temps d’écrire.
C’est assez intéressant, quand on est un peu conscient de ce qui se passe en nous, de voir comment on réagit face à nos monstres intérieurs…
En écrivant ces dernières lignes, je me disais qu’il serait bien de prendre le temps de me faire à manger ; je m’imaginais même mon menu : œufs, pommes de terre rissolées, café… si je me laissais emporter, j’irais même acheter du bacon, et pourquoi pas des bagels pour compléter tout ça ?

Désolé pour le délai, je viens de redresser mon cactus dans son pot… il penchait depuis plusieurs mois déjà, et j’attendais LE bon moment pour le replacer afin qu’il pousse mieux…
Il semble que l’on soit muni d’un mécanisme assez efficace pour nous éviter de faire ce qui nous appelle véritablement ; je vais en parler en détail dans le chapitre sur l’EGO
Mais, pourquoi procrastiner, pourquoi je veux éviter de rendre un de mes rêves réalité ?
C’est que ça me fait vivre tout un cocktail d’émotions que je ne veux pas vivre, voilà pourquoi…
Oui, je veux avancer, je veux évoluer ; par contre, je dois me battre contre mon EGO, je dois ignorer cette petite voix qui me dit sournoisement : « Qui es-tu pour prétendre écrire un livre comme celui-là ? » « Pour qui tu te prends pour vouloir aider le monde ? » « OK, si tu finis par l’écrire ce livre, qui va le publier qui va l’acheter et le lire ? », etc.
Mon EGO fait tout ce qui est en son pouvoir pour me ralentir dans mes élans d’évolution.
Comme je disais plus tôt, je vais prendre le temps de parler de l’EGO dans un prochain chapitre afin que vous compreniez bien ce concept qui est à la base de mon travail avec mes clients.
Mais revenons à notre sujet : les stratégies qu’on utilise pour éviter de ressentir nos émotions…
Voici ici une liste non exhaustive de ce que l’EGO trouve pour nous mettre des bâtons dans les roues :
•        Manger
•        L’alcool
•        L’exercice
•        Faire la fête
•        Le travail
•        La cigarette
•        La drogue
•        Le sexe
•        La procrastination
•        Regarder la télé
•        S’isoler dans sa tête
Bref, tout ce qui peut nous aider à ne pas ressentir notre malaise est un piège. Il nous fait souvent sentir bien de façon momentanée, mais ce bien-être n’est pas le type d’émotion que nous devrions rechercher, car cet état en est un qui nous sert à éviter l’émotion négative.
Plusieurs des choses indiquées dans la liste plus haut ne sont pas intrinsèquement mauvaises ; c’est plutôt la motivation derrière le geste qu’il faut observer.
Étudions quelques exemples pour bien comprendre ce que je veux dire par là. Je ne parlerai pas de tous ces sujets, mais vous aurez un échantillonnage suffisant pour comprendre là où je veux en venir.
 
Manger
Une des premières stratégies que j’ai utilisées dans ma vie ; j’enseigne à certains clients qui viennent en privé comment reconnaître s’ils ont véritablement faim ou s’ils sont les proies de l’EGO qui veut nous éviter de ressentir notre émotion négative.
Vous savez probablement que notre centre émotionnel se trouve au plexus ; exactement là où se trouve la sensation qu’on ressent quand on a faim.
Pratique, non ?
Certaines de mes clientes m’avouent qu’elles mangent avec leur famille parce que c’est l’heure du repas, et ce, même si elles n’ont pas faim, pour ensuite manger encore (cette fois de la malbouffe) pendant la soirée, ou même quand elles ont des journées de solitude, parce qu’elles ressentent la faim.
En réalité, ces femmes (ça arrive aux hommes aussi) sont en train de ressentir une émotion négative sans le savoir.
Le mécanisme est sournois : on ressent une sensation de malaise qu’on méprend pour de la faim ; on mange, on se rend compte qu’on n’a même pas faim… on ressent malgré tout la sensation désagréable de vide. Même que souvent, puisqu’on se rend compte que nous avons mal agi envers soi-même, on décide de se punir parce qu’on n’est donc pas fins ; alors on mange encore, et encore… et encore !
Un véritable cercle sans… faim.
 
L’alcool
L’alcoolisme est sans aucun doute un des grands fléaux qui ronge notre société.
Je ne crois pas me tromper en disant que les gens qui souffrent de cet état (et leur entourage) sont de réelles victimes, et ceux qui veulent s’en sortir font preuve d’un énorme courage.
Ici aussi, l’alcool n’est pas le problème, l’abus de celui-ci est, à mon avis, le symptôme d’une souffrance qu’il est possible d’éliminer ; à condition d’être prêt à ressentir cette souffrance « à froid ».
Dans ce cas aussi, la souffrance sera immense, mais avec le soutien de professionnels, d’organismes spécialisés comme les AA et des gens qui l’aiment vraiment, une personne qui souhaite se débarrasser de ce mal pourra s’en sortir.
 
L’exercice
Vous aurez beau dire ce que vous voudrez, mais quelqu’un qui me dit fièrement qu’il s’entraîne huit jours par semaine ne m’impressionne pas du tout !
Je me dis en fait que cette personne doit être vraiment misérable à l’intérieur.
En tant que massothérapeute, je vois régulièrement des personnes qui se sont blessées par manque de connaissance, et surtout très souvent par excès !
Prene

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents