Fausse-couche dans le ciel
61 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Fausse-couche dans le ciel , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
61 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le bitume s’est ouvert devant moi et m’a dérouté.
La Planète Bleue me demanda le prix fort pour l’avoir perturbée.
Le monde vers lequel je me dirigeais allait-il me recevoir ?
Durant cette expérience qui m’a conduit de ce monde à un autre monde une grave décision s’en suivit.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 septembre 2016
Nombre de lectures 1
EAN13 9791029002854
Langue Français

Extrait

Fausse-couche dans le ciel
Gabriel Udry
Fausse-couche dans le ciel Les Éditions Chapitre.com 123, boulevard Grenelle 75015 Paris
Du même auteur Coma Rose, Ed. Recto-Verseau. Romont, Suisse /épuisé. Amour et malvoisie, Ed. La Matze, Sion, Suisse. Ethique de vie et amour carnivore, Ed. À la Carte, Sierre, Suisse. Grand hôtel par la petite porte, Ed. À la Carte, Sierre, Suisse. Le pouvoir des mains, Chapitre.com, Paris. e Fausse-couche dans le cielédition, Chapitre.com, Paris., 2 Nouvelle édition © Les Éditions Chapitre.com, 2016 ISBN : 979-10-290-0285-4
J’ai quitte mon corps
C’était en janvier 88’. Par un temps sombre, glacia l, un peu brumeux. Je circulais pour recharger la batterie de ma voiture qui, un instant plus tôt, avait été dépannée par l’agence T.C.S. Les événements qui vont suivre m’ont invité à voyager d’un monde à un autre, du tangible au sensible, sans transition apparente, j’allais chevaucher plusieurs mondes. Après quelques kilomètres, je perdais le sens des réalités et cela, jusque bien après l’accident. Je n’avais pas d’alcool, je n’étais pas sous l’effet de médicaments ou drogue. Je circulais ainsi, préoccupé par un problème à régler. Soudain, la ter re s’ouvrit devant moi. Ma vie s’était-elle arrêtée ? Un nouvel événement surgissait. Mais quoi ? Voilà que quelqu’un me parlait, des lumières éclair aient la route pourtant, je ne voyais personne. Au fond de moi, des paroles montaient et descendaient sans pouvoir se formuler. Je croyais mon propre corps disparu.J’appris plus tard que j’étais encastré dans ma voi ture et qu’on devait m’extraire au chalumeau. Quel était cet événement ? Comme habité d’un sixième sens, je me sentais partir. Non, on me retenait, on me parlait en anglais. On m’a expliqué, plus tard, que le bus qui me suivait, était un bus de touristes anglais. Je posais des questions dans cette langue que je connais mais, avant que les réponses me parviennent, je sombrais pour me trouve r dans l’irréalité. Puis, je reprenais conscience. Quelqu’un me disait quelque chose ou me touchait. Par intermittence, des lumières s’allumaient devant moi, mais je ne voyais personne . Dans mon for intérieur, je savais qu’un événement était arrivé, mais quoi ? J’étais enserré dans la voiture et je sentais le sang couler de partout. C’est étonnant, je partais et revenais à m oi comme un noyé, mauvais nageur, essaie de trouver l’air à la surface de l’eau. De mon œil intérieur, je distinguais un homme barbu me transportant sur un brancard à grands carreaux Vichy rouge et blanc. Pourquoi ? Je ne comprenais rien on me questionnait, je répondais, personne ne semblait m’entendre. Les blouses blanches s’inquiétaient et se chuchotaient « Il ne va pas résister » Il est saigné à blanc ! Puis chacun à son tour me demandait : « Nom, prénom, rhésus sanguin, numéro de téléphone, Je répondais sans qu’ ils ne m’entendent. Pourquoi ne m’entendaient-ils pas ? Je voulais leur dire, que faire de mon corps mutilé, mais mes paroles ne les atteignaient pas. Tout à coup, je réalisais quec’était moi,ici, collé au plafond de l’ambulance et, suite à l’insistance des ambulanciers qui sans cesse répétaient les mêmes questions : Nom, prénom etc. Je commençais à comprendre que peut-être ce pantin qui gisait dans l’ambulance, c’était aussi moi et comme un téléphone, il fallait l’utiliser pour être entendu. Poussé par l’instinct, j’intégrais ce corps et comme par miracle, je débitais lentement mon nom, mon pré nom, mon rhésus sanguin et numéro de téléphone professionnel, de peur que mes enfants ré pondent à la maison. À croire que dans l’inconscience, une conscience prend la relève. J’étais soulagé, voilà qu’on m’entendait ! Je voulais expliquer aux ambulanciers ce qu’il fallait faire mais une fois dans mon corps, je ne savais plus rien alors, qu’un instant plus tôt, j’avais la science infuse. La douleur était si forte que je chavirais, je croyais que l’ambulance roulait sur de la tôle ondulée et que j’étais couché à même la carrosserie, à chaque secousse mes os déchiraient mes chairs. Je hurlais de l’intérieur, personne ne m’entendait. On me parlait, probablement pour me tenir en vie. Dans ma tête je répondais, en m’étonnant que personne ne semblait m’entendre. Le fait d’avoir intégré mon corps, la douleur devint insupportable, si bien que je le quittais de nouveau. Cette fois, je me trouvais à l’extérieur de l’ambulance, tantôt à l’intérieur, tantôt à l’extérieur, ne sachant comment me tenir en place. J’avais une obligation, je devais impérativement surveiller ce corps comme, si c’état mon frère ; si je le quittais, il perdrait vie. J’avais une peine de chien à me tenir à sa hauteur, je flottais comme un ballon que les parents gonflent pour un enfant. Je restais ni au sol, ni dans l’air, incapable de me fixer. Je ne savais plus si ce corps souffrait ou si c’était mo i qui éprouvais cette douleur. Le voyage m’a semblait une éternité. À l’arrivée à l’hôpital, conforté par la présence des Docteurs, était-ce la piqûre ou de mon propre gré, je décidais de m’en aller seul, en pensant, ce corps est en de bonne garde. J’ai fait ma part !
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents