Je veux que les Inuit soient libres de nouveau (français/inuktitut) : Autobiographie (1914-1993)
123 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Je veux que les Inuit soient libres de nouveau (français/inuktitut) : Autobiographie (1914-1993) , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
123 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Chasseur, pêcheur, trappeur et homme politique, Taamusi Qumaq (1914-1993) est considéré comme l’un des grands penseurs des Inuit du Nunavik. Bien qu’unilingue en inuktitut, ce « personnage exceptionnel », comme le présente ici Louis-Jacques Dorais, a consacré sa vie à consigner, à l’écrit, la vie des siens ainsi que leur langue – et il s’est à ce titre mérité la reconnaissance de plusieurs institutions, dont celle de l’Assemblée nationale du Québec. Son autobiographie, dont on retrouvera ici la traduction en français, ainsi que pour la première fois sous forme de livre le texte original en inuktitut, constitue un document de grande importance, tant pour les Inuit qui trouveront en lui un modèle, que pour les lecteurs du monde entier qui accèdent par ses mots à un univers culturel fascinant.
Avec une introduction de Louis-Jacques Dorais, professeur à l’Université Laval. Ce livre est publié en collaboration avec l’Institut culturel Avataq.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 mars 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782760552418
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0700€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Collection Jardin de givre
Dirigée par Daniel Chartier, la collection « Imaginaire Nord | Jardin de givre » vise la réédition, pour la recherche et l’enseignement, d’œuvres significatives, mais épuisées, liées à l’imaginaire nordique, hivernal et de l’Arctique. Chaque œuvre est précédée d’une introduction critique et suivie d’une bibliographie et d’une chronologie. Publiée par les Presses de l’Université du Québec, la collection est réalisée en collaboration avec le Laboratoire international de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique, de l’Université du Québec à Montréal.

Presses de l’Université du Québec Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone : 418 657-4399 Télécopieur : 418 657-2096 Courriel : puq@puq.ca Internet : www.puq.ca Diffusion / Distribution : C ANADA Prologue inc., 1650, boulevard Lionel-Bertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7 Tél. : 450 434-0306 / 1 800 363-2864 F RANCE et B ELGIQUE Sofédis, 11, rue Soufflot, 75005 Paris, France – Tél. : 01 5310 25 25 Sodis, 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77403 Lagny, France Tél. : 01 60 07 82 99 S UISSE Servidis SA, Chemin des Chalets 7, 1279 Chavannes-de-Bogis, Suisse Tél. : 022 960.95.25 Diffusion / Distribution (ouvrages anglophones) : Independent Publishers Group, 814 N. Franklin Street, Chicago, IL 60610 Tel. : (800) 888-4741 La Loi sur le droit d’auteur interdit la reproduction des œuvres sans autorisation des titulaires de droits. Or, la photocopie non autorisée – le « photocopillage » – s’est généralisée, provoquant une baisse des ventes de livres et compromettant la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des professionnels. L’objet du logo apparaissant ci-contre est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’avenir de l’écrit le développement massif du « photocopillage ».

Cet ouvrage est publié dans le cadre des travaux du Laboratoire international de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique, dirigé par Daniel Chartier.
ᑖᓐᓇ ᐊᑐᐊᒐᓐᖑᑎᑕᕕᓂᖅ ᐃᓚᒋᔭᐅᔪᖅ ᐱᓇᓱᐊᑕᖏᓐᓄᑦ Laboratoire international de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique, ᑐᑭᒧᐊᕐᑎᑕᕕᓂᐅᑦᓱᓂ ᑕᓂᐊᓪ ᓵᕐᑎᐊᕐ-ᒧᑦ .

Nous remercions la Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique de l’Université du Québec à Montréal, ainsi que le Conseil de recherches en Sciences humaines du Canada et le Fonds pour l’histoire du Canada du Ministère du Patrimoine, pour leur soutien à cette édition.
Cet ouvrage est publié en collaboration avec l’Institut culturel Avataq, que nous remercions.
ᑖᓐᓇ ᐊᑐᐊᒐᓐᖑᑎᑕᕕᓂᖅ ᐃᑲᔪᕐᑎᓗᒍ ᐊᕙᑕᖅ ᐱᐅᓯᑐᖃᓕᕆᕕᒃ, ᐊᕙᑕᕐᓗ ᓇᑯᕐᒥᑕᕗᑦ.
Alexandre Desjardins a réalisé la couverture. Nous remercions Maryse Andraos, Nelly Duvicq et Marie Parent pour leur travail de relecture de l’édition en français, et Georges Filotas, pour l’édition en inuktitut.
ᐋᓕᒃᓵᓐᑕ ᑏᓵᕐᑏᓐ ᕿᒥᕐᕈᐊᒥᒃ ᓯᓚᑉᐱᐊᓕᐅᕐᑐᕕᓂᖅ. ᓇᑯᕐᒦᑐᒍᑦ ᒪᕇᔅ ᐋᓐᑦᕋᐅᔅ-ᒥᒃ, ᓂᐊᓕ ᑐᕕᒃ-ᒥᒃ ᐊᒻᒪᓗ ᒪᕇ ᐸᕌᓐ-ᒥᒃ ᑕᒻᒪᓯᒪᔪᐃᔦᓚᐅᔪᒻᒪᑕ. ᓇᑯᕐᒦᒥᔪᒍᑦ ᒥᓂ ᓇᐹᕐᑐᒥᒃ ᐃᓄᒃᑎᑑᓕᕐᑎᕆᓐᓂᒪᑦ ᓗᐃ-ᔮᒃ ᑐᕃ ᐱᒋᐊᕐᓂᓕᒍᑎᓕᐊᕕᓂᖓᓂᒃ.
NOTES SUR L’ÉDITION
Cette édition reproduit le texte de Taamusi Qumaq, tel qu’il apparaît en cinq parties dans la revue Tumivut publiée par l’Institut culturel Avataq, dans les numéros 6, 7, 8, 9, 10 publiés entre 1995 et 1998. Les notes en bas de page ont été ajoutées lors de la première publication dans Tumivut en 1995.
Minnie Napartuk a traduit l’introduction de Louis-Jacques Dorais pour la présente édition.
Il s’agit de la première édition en inuktitut de l’autobiographie de Taamusi Qumaq sous forme de livre.
Conformément à la volonté de Louis-Jacques Dorais, qui a rédigé l’introduction au présent livre, exceptionnellement nous n’accordons pas en genre et en nombre les termes en inuktitut les plus familiers, comme c’est usuellement la politique de la collection « Jardin de givre » et de l’Institut culturel Avataq.
ᐃᓂᓪᓚᑎᕐᑕᐅᓂᕕᓂᖓᓄᑦ ᖃᐅᔨᒪᔭᐅᒋᐊᓖᑦ
ᑖᓐᓇ ᐊᑐᐊᒐᖅ ᐃᓂᕐᓯᒋᐊᓪᓚᑐᖅ ᑖᒧᓯ ᖁᒪᐅᑉ ᐊᓪᓚᑕᕕᓂᖏᓐᓂᒃ, ᑌᒫᒃ ᓴᕐᕿᓯᒪᒻᒪᑦ ᑕᓪᓕᒣᓕᕿᖓᑦᓱᓂ ᑐᒥᕗᑦ ᕿᒥᕐᕈᐊᒐᕐᒥ ᐊᑐᐊᒐᓐᖑᑎᑕᕕᓂᐅᑦᓱᓂ ᐊᕙᑕᖅ 1995-ᓗ 1998-ᓗ ᐊᑯᓐᓂᖏᓐᓂ.ᒪᑉᐱᑐᒉᑦ ᐊᑖᓃᑦᑐᑦ ᖃᐅᔨᒪᔭᐅᒃᑲᓂᕆᐊᓖᑦ ᐃᓚᔭᕕᓃᑦ ᓯᕗᓪᓕᐹᑦᓯᐊᒥᒃ ᑐᒥᕗᑦ ᕿᒥᕐᕈᐊᖑᕐᑕᐅᑎᓪᓗᒍ 1995-ᒥ.
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Titre : Je veux que les Inuit soient libres de nouveau : autobiographie (1914-1993) = Inunnik isumainnaqiqujigiallapunga : Inuusirminik allagaliavininga (1914-mit 1993-mut) / Taamusi Qumaq ; traduit en français par Marie-Cécile Brasseur.
Noms : Qumaq Allatangit, Taamusi, 1914-1993, auteur. | Qumaq Allatangit, Taamusi, 1914-1993. Inunnik isumainnaqiqujigiallapunga. | Qumaq Allatangit, Taamusi, 1914-1993. Inunnik isumainnaqiqujigiallapunga. Français.
Collections : Collection Jardin de givre.
Description : Mention de collection : Jardin de givre | Traduction de l’inuktitut. | Comprend des références bibliographiques. | Texte en français et en caractères syllabiques inuktitut.
Identifiants : Canadiana (livre imprimé) 20190031999 | Canadiana (livre numérique) 20190032006 | ISBN 9782760552395 | ISBN 9782760552401 (PDF) | ISBN 9782760552418 (EPUB)
Vedettes-matière : RVM : Qumaq Allatangit, Taamusi, 1914-1993. | RVM : Inuits—Mœurs et coutumes—20e siècle. | RVM : Inuits—Québec (Province)—Nunavik—Biographies. | RVM : Nunavik (Québec)—Biographies.
Classification : LCC E99.E7 Q842 2020 | CDD 971.4/11100497120092—dc23


Dépôt légal : 2 e trimestre 2020
Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada
© 2020 – Presses de l’Université du Québec
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
G5239-1 [01]
INTRODUCTION
« Un personnage exceptionnel »
Taamusi Qumaq est un personnage exceptionnel à plus d’un titre. Chasseur, pêcheur, trappeur, conducteur de chiens de traîneau, puis employé de la Compagnie de la Baie d’Hudson et des coopératives, président du conseil communautaire de Puvirnituq au Nunavik (Québec arctique) et homme politique, c’était également un encyclopédiste, un penseur et un activiste culturel de haut calibre. Sans oublier son rôle d’époux, de père de famille et de citoyen à l'écoute de son milieu, celui des Inuit 1 du 20 e siècle. Il a été récipiendaire de l’ordre du Québec et de celui du Canada, comme aussi du prix de la recherche nordique — décerné par le ministère canadien des Affaires indiennes et du Nord aux chercheurs émérites en études arctiques — et d’une mention honorable de l’Université du Québec, l’équivalent d'un doctorat honoris causa . Et tout ceci sans jamais avoir mis les pieds à l'école, et en ne parlant, lisant et écrivant que sa langue maternelle, l’inuktitut.
Au moment de sa naissance, en janvier 1914, au cœur de l’hiver boréal, dans un petit camp de chasse des environs d’Inukjuak sur la côte orientale de la baie d’Hudson, il n’y avait que deux ans que ce qui allait devenir le Nunavik faisait partie du territoire du Québec. Jusqu’en 1912 en effet, les terres arctiques et sub-arctiques québécoises avaient appartenu aux Territoires du Nord-Ouest, cette entité administrative fédérale créée en 1870 lors de la cession au gouvernement canadien des terres de la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH). En 1914 toutefois, l'appartenance québécoise de cette région restait toute théorique. Le pays était entièrement exploité et géré par les entreprises de traite des fourrures (CBH, Revillon Frères), dont les comptoirs étaient très occasionnellement visités par des missionnaires anglicans, des agents de la Gendarmerie royale du Canada et, plus rarement encore, par d’autres représentants des autorités fédérales.
Comme on le constatera à la lecture de son autobiographie, la vie de Qumaq (c’est là son prénom inuit, qui deviendra plus tard son nom de famille ; Taamusi — Thomas — est son nom de baptême) illustre de façon exceptionnelle la manière dont le peuple inuit et les terres qu’il occupe ont été progressivement intégrés dans l’ensemble socio-politique québécois et canadien. Pendant sa jeunesse, l’auteur ne s’est jamais préoccupé de son appartenance ethnique ou nationale, même s’il a été indirectement affecté par des événements externes comme le tournage de Nanook of the North de Robert Flaherty (auquel sa mère participa) et la Deuxième Guerre mondiale. C’était un être humain (un inuk ), parlant l’inuktitut et parcourant le pays des humains ( inuit ) pour s’y procurer ce qui était nécessaire à la survie des siens : viande, poisson et fourrures. Cette survie était soit directement assurée par la consommation du gibier capturé par Qumaq et ses compagnons de chasse, soit, de façon plus indirecte, liée à l’échange des peaux de phoque et de renard au poste de traite de la CBH ou à celui de la compagnie française Revillon Frères.

Photographie de Robert J. Flaherty prise pendant le tournag

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents