L apathie de la démocratie
220 pages
Français

L'apathie de la démocratie , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
220 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


En France, la démocratie est en danger. Depuis le début de ce siècle, ses principes fondamentaux s'affaissent, ses symboles se dégradent. Par un renferment individualiste, l'intérêt général se délite. La logique des services publics s'efface. Les raisons personnelles sont privilégiées. La cause en est l'importance angoissante accordée à l'insécurité. Ainsi, l'égalité se perd. La liberté se dégrade. Les solutions collectives sont écartées.

Les questions sociales sont résolues en fonction des intérêts exclusifs des entreprises. Point d'idéal des missions publiques.

Ainsi s'instaure la maladie des mécanismes démocratiques. La décentralisation entérine un effritement des valeurs souveraines. La remise en cause de l'État et de la puissance publique apparaît.
Attention à la remise en cause de la République !

Cette apathie de la démocratie laisse le champ libre aux aventures politiques personnelles. Il en est une réelle : le social sarkozysme. Aimer Bonaparte et imiter Peron, voilà deux risques majeurs ainsi encourus.

Rénover d'urgence le service public, porter les efforts tout de suite sur les missions publiques et leurs caractères fondamentaux - principes de continuité, d'égalité, de mutabilité, de précaution et de responsabilité - est une solution. Ainsi doivent être renouvelées les analyses de défense de la République.

L'auteur souhaite par là aider au débat démocratique.


Marcel Piquemal est professeur honoraire des Universités, agrégé des facultés de droit, essayiste, et il a publié plusieurs ouvrages consacrés à la fonction publique et au service public en France et en Europe, questions dont il est un spécialiste reconnu.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2008
Nombre de lectures 89
EAN13 9782876232365
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0105€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

L’APATHIE DE LA DÉMOCRATIE
MARCELPIQUEMAL
L’APATHIE DE LA DÉMOCRATIE SERVICEPUBLIC:LA TENTATION DUNE MISE À MORT
MICHEL DEMAULE
Conception graphique Chris Impens et les 3TSTUDIO, avec Mael Duplissy
© ÉDITIONSMICHEL DEMAULE, 2008 41, rue de Richelieu – 75001 Paris micheldemaule.com
À Malou, ma compagne aimée, grâce à qui j’ai franchi le détour du siècle,
À tous les miens.
Le tournant du siècle coïncide avec un affaiblissement de la démocratie en Europe. C’est particulièrement net en France. En étudiant la démocratie en Amérique, en 1830-1840, A. de Tocqueville notait déjà la primauté de la souveraineté du peuple. C’est donc d’abord par l’affaissement des symboles dé-mocratiques liés à cette souveraineté que s’est manifestée cette apathie. Les raisons en sont diverses. Toutes sont d’origine his-torique. Aussi, les références aux causes lointaines ou proches se-ront-elles permanentes. Ce n’est qu’en renouant avec les ex-périences du passé que peut s’envisager un avenir démocratique. Ainsi en est-il de la connaissance de l’intérêt général. Base de la démocratie et de la souveraineté, la ten-dance est forte de le faire naître avec la Révolution. Or – mais sous d’autres formes – il a toujours été un symbole de la vie des sociétés. La fidélité à la méthode historique, une des bases de nos travaux, y ramène. Dans cet essai, nous prenons obligatoirement la mesure du temps. C’est ce que l’histoire nous apprend, Or, le temps, dans sa durée n’est pas homogène. Il y a d’abord le temps politique. C’est celui de l’immédia-teté. Les avatars quotidiens de la politique enrichissent le fait
9
divers de l’histoire. Et Dieu sait que, dans notre matière, c’est la richesse de l’illustration accidentelle. Ainsi, par exemple, dans sa vibrionnante activité, Nicolas Sarkozy souhaite, au len-demain des vacances de 2007, inquiéter les « patrons voyous ». Qu’en sera-t-il plus tard ? C’est le temps politique que l’on ne retiendra que pour signaler la parole d’un jour. Il y a, ensuite, le temps de l’histoire. Il retient les phéno-mènes de longue ou de moyenne durée. Il note aussi les signes inscrits dans l’évolution séculaire de notre civilisation ou de e notre État. Fernand Braudel, au milieu duXXsiècle, en fut l’inventeur. Aujourd’hui, si nous nous inscrivons dans la moyenne durée, nous retiendrons la tendance, depuis mai 2007, du glissement du pouvoir en France vers un pouvoir personnel, dangereusement porteur d’écarts bonapartistes. Si nous nous insérons dans la longue durée, c’est ensuite la ré-surgence possible de la démocratie. Nous partons donc de cette hypothèse de travail pour re-connaître le pouvoir personnel. En un premier temps, différencions le monarchisme et le pouvoir personnel. Tous deux sont, certes, le pouvoir d’un seul. Il suffit de se reporter aux racines grecques du monar-chisme pour savoir qu’il s’agit de cela. C’est donc une institu-tion régulière, définie par des principes et des textes, encadrée par des contrôles, sauf s’il s’agit du monarchisme absolu. Il en est autrement du pouvoir personnel. C’est un concept très sub-jectif. Il s’imagine lorsque le titulaire du pouvoir suprême uti-lise ou s’arroge sans contrôle des compétences détenues légalement par d’autres autorités. L’exemple classique en a été fourni par la prise de toutes les compétences par le président du Pakistan, en octobre 2007. La raison invoquée – le prétexte – en est l’existence de circonstances exceptionnelles de toute nature, liées à la proximité géographique d’Al Qaïda. S’ensui-
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents