Le tour d abandon
73 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
73 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’action se déroule à la fin du xixe et au début du xxe siècle, en Mayenne.
L’enfant de l’amour que porte Louise, nait enfant de la faute dont on chasse le père qui sera réputé inconnu, et qu’on arrache à sa mère, promise à une union arrangée.
Abandonné, Hippolyte connait la dure vie des enfants de l’Assistance publique placés dans les fermes. Puis, son destin s’éclaircit à la faveur d’un placement bienheureux. Ses nouveaux maitres, Mathias et Francine, l’accompagnent avec leurs mots et leurs gestes à eux tout autant dans l’apprentissage de la vie rurale que sur l’intime chemin qui le conduira d’une serviabilité respectueuse et reconnaissante à une affection filiale. Puis Hippolyte fera sa vie d’homme avec Perrine, inlassablement maternelle qui après seize grossesses, ne sait plus vivre seule dans son corps. Le propos s’attarde sur des choses simples qui font une vie, mais aussi sur l’évolution de la ruralité à l’aube de la modernité, quand la capacité d’innovation et la technicité des jeunes viennent heurter l’autorité et les savoir-faire des anciens.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 février 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9791029008177
Langue Français

Extrait

Le tour d’abandon
Christian Le Marchand
Le tour d’abandon
Les Éditions Chapitre.com
123, boulevard de Grenelle 75015 Paris
© Les Éditions Chapitre.com, 2018
ISBN : 979-10-290-0817-7
Avant -propos
L’écriture du tour d’aband on est un exercice qui s’est, en quelque sorte, imposé à son auteur au terme de recherches généalogiques approfondies au cours desquelles il a élucidé les origines de l’un de ses ancêtres au sujet duquel la Mémoire familiale butait sur sa condition d’enfant abandonné.
Christian Le Marchand, qui œuvra, à titre professionnel, dans le domaine des archives des victimes des conflits contemporains, s’est livré à une quête d’informations en vue de découvrir les origines de cet aïeul prénommé Hippolyte, Julien, qui constituent, maintenant réunies, au-delà de la recherche généalogique, une source riche de connaissances diverses sur la ruralité, les rapports sociaux, les relations familiales, la place de la religion, le développement des moyens de transports, le fonctionnement de l’administration, l’ambiance des banquets, et encore bien d’autres sujets, dans la Mayenne de la seconde moitié du XIX e siècle et le début du XX e .
Parti d’une écoute attentive de la Mémoire familiale, il a mis en perspective les données issues de ses interviews et les résultats de ses investigations dans les fonds d’archives et les ressources documentaires.
Il a exploité avec méthode les fonds conservés aux Archives départementales de la Mayenne dont notamment ceux relatifs aux enfants abandonnés, à l’état civil, au recensement de la population, aux successions et au Cadastre auxquels s’ajoutent des monographies communales.
Il a eu recours pour ce faire tant au réseau Internet s’agissant des fonds numérisés, qu’à l’entraide généalogique, pour les archives consultables en salle de lecture à laquelle il ne peut plus avoir accès en raison d’un lourd handicap.
La Société d’Archéologie et d’Histoire de la Mayenne ( SAHM 53) et la Bibliothèque Nationale de France (BnF) avec son site Internet Gallica, lui ont apporté, également, des informations déterminantes pour la restitution du contexte.
Ainsi, le tour d’abandon qui est une œuvre de fiction, s’avère être en plus de son propos généalogique, un livre de géographie et d’histoire locales. C’est en tous cas, le souhait de Christian Le Marchand qui espère faire partager aux lecteurs le plaisir qu’il a éprouvé d’une vision de la Mayenne encore ancrée dans son passé, et, pourtant, déjà engagée dans la modernité du XX e siècle.
P REMIÈRE PARTIE : L’abandon
Michelle occupe au Bas-bourg à Saint-Berthevin-les-Laval, avec François, son mari, et leurs enfants, la maison qui jouxte celle de ses parents, maintenant décédés. Y vivent encore Lucien, le fils ainé, juste après lequel elle vient dans la fratrie, et Louise sa cadette de dix ans.
Lucien a repris la ferme familiale à la mort du père qui à force de travail et d’économies était devenu propriétaire-exploitant d’une quinzaine d’hectares et locataire une dizaine d’autres. Lucien vit dans l’ombre du père décédé qui appréciait François, son gendre, homme instruit, ancien farinier {1} devenu maître-carrier aux Brosses , à la carrière de calcaire de Saint-Berthevin où les fours produisent une chaux recherchée en raison de la finesse du calcaire, extrait à ciel ouvert et à flanc de coteau.
François est promu chef de four, puis contremaître du vivant de son beau-père et lui donne le petit-fils qu’il n’attendait plus de Lucien, son fils, vieux garçon fermé.
Ses parents ont négocié pour Louise une union possible, malgré qu’elle soit de trois ans l’aînée du jeune homme, avec le fils du transporteur, leur voisin. Les deux familles soucieuses de bien marier leurs enfants, espèrent également tirer de cet accord des avantages économiques. Le transporteur souhaite investir dans la terre les profits de son activité florissante en favorisant l’extension de la ferme des parents de Louise. Ces derniers ont été convaincus par François, leur gendre, que la mécanisation et les très grandes exploitations seront les piliers de l’agriculture de la fin du siècle et du siècle suivant. Ils se sont donc engagés à financer l’évolution et la diversification des matériels du transporteur, quand Louise aura épousé le fils, unique héritier du transporteur.
Le décès du père de Louise, voilà maintenant trois années, a retardé la mise à exécution de ce projet.
Sa mère devenue veuve l’a porté ensuite presque jusqu’à la promesse de mariage avant de décéder à son tour, en janvier 1847, non sans avoir fait promettre avant de s’éteindre à ses deux ainés, Lucien et Michelle, qu’ils accompliraient la volonté de leurs parents et veilleraient au bien-être de Louise.
La mère de Louise a engagé six mois avant de mourir, un domestique, Julien, âgé de vingt-deux ans. Or Il n’a échappé à personne à l’arrivée de Julien, sinon à elle, que Louise et lui se plaisaient bien, l’un à l’autre. Tout le monde a pu les voir et les entendre pendant l’été de l’an passé {2} , oubliant la plus élémentaire des prudences, dérouler en riant aux éclats, les pentes herbeuses entre lesquelles serpente paresseusement le Vicoin {3} . On a même aperçu Louise, ses jupes retroussées à mi-cuisses, en train de marcher dans la rivière devant Julien, torse nu et assis sur la berge.
L’affaire a d’autant plus fait grand bruit dans le Bas-bourg , et même au-delà, à Saint-Berthevin, que Louise a enfreint la durée du deuil de sa mère.
Même, Michelle, pourtant toujours prompte à défendre sa jeune sœur, a sermonné Louise avec une véhémence que peu lui connaissaient et que tous ont saluée.
Enfin, le transporteur a rappelé sans ambages Lucien à son rôle d’aîné auquel il appartient d’imposer à sa jeune sœur, y compris en la châtiant pour son bien, le respect des convenances.
Mais Michelle et François ont soustrait Louise à l’intempérance de Lucien, encouragée par les admonestations du transporteur, en l’accueillant chez eux une première fois déjà, pendant plusieurs semaines, à l’automne 1847.
Nous sommes en mars 1848. Le soir est tombé. Louise en pleurs et la chevelure défaite tambourine à la porte de la maison de Michelle et de François, en implorant leur protection. Ils la font entrer. Elle se jette dans les bras de Michelle qui tente de la calmer en lui caressant les cheveux qu’elle rassemble afin de découvrir son visage.
– Mais, que se passe-t-il ? demande Michelle.
Louise, dans un profond sanglot, marmonne quelques mots inaudibles. Michelle croit comprendre qu’il s’agit encore de Lucien. À force de patience, elle parvient à obtenir de Louise qu’elle a été surprise par son frère dans la grange avec Julien. Cependant Michelle devine que sa cadette ne lui dit pas tout. Redoutant le pire, elle ose lui demander :
– Tu as tes sangs {4} , au moins ?
Soudain, Louise fait front. Elle se redresse, essuie ses larmes d’un coup de manche à la manière des enfants quand ils se disent qu’ils ont assez pleuré, et déclare :
– Je porte l’enfant de Julien. Ce sera un bébé de septembre. Julien et moi, nous nous marierons avant la fin de l’été.
Michelle et François restent sans voix. Enfin, Michelle s’exclame, pensant à la promesse qu’elle a faite à sa mère sur son lit de mort :
– Mon Dieu ! Et nos parents, tu n’y a pas pensé à nos parents ! Eux qui ont tout fait pour bien te marier. Tu jettes la honte sur notre famille !
– La honte ! s’écrie Louise. Depuis quand est-il honteux d’aimer ? Je suis majeure et libre de mes actes. Les engagements de nos parents à mon égard et la promesse que notre mère a exigée de Lucien et de toi, avant de rendre l’âme, ne me sont point opposables ! Je suis fileuse et bien réputée dans ma manière. J’ai quelques économies. Julien aussi qui est un garçon courageux et instruit. Nous nous sommes aimés comme mari et femme car nous nous marierons avant la naissance de notre enfant. Nous saurons l’élever ! Nous serons de bons parents aimants et qui s’aiment !
Michelle qui a les larmes aux yeux à l’écoute de sa jeune sœur, demande à la servante d’emmener les enfants jouer dans leur chambre et de rester avec eux.
Louise poursuit :
– Je ne pourrais partager la couche ni même seulement la vie d’un homme, fut-il le plus beau, le plus riche et le plus gentil, si je n’éprouvais rien pour lui.
Puis, Louise se tait. Les larmes envahissent ses yeux. Les deux sœurs tombent dans les bras l’une de l’autre.
– Je t’en prie, aide-moi à retrouver Julien ! s’écrie Louise dans un profond sanglot.
François qui jusqu’à cet instant est resté silencieux, demande où est Julien. Louise répond qu’il

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents