Les Associations du travail en France et à l
20 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Les Associations du travail en France et à l'étranger

-

20 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Si peu autorisé que je puisse me sentir de traiter devant vous, Messieurs, le sujet assigné à notre causerie d’aujourd’hui, je l’aborde avec la confiance d’une profonde conviction dans l’intérêt que présente à notre époque la question des associations du travail. Quand il me fut demandé de m’inscrire parmi les conférenciers de notre grande Exposition, je me suis dit que, puisque les circonstances et mon goût personnel m’avaient entraîné vers l’étude du développement des associations du travail, je ne pouvais choisir un sujet qui méritât autant de trouver sa place parmi ceux qui doivent être traités dans nos réunions internationales.Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1
EAN13 9782346075799
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

À propos de Collection XIX
Collection XIX est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.
Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces fonds publiés au XIX e , les ebooks de Collection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Théodore Villard
Les Associations du travail en France et à l'étranger
LES ASSOCIATIONS DU TRAVAIL EN FRANCE ET À L’ÉTRANGER
Si peu autorisé que je puisse me sentir de traiter devant vous, Messieurs, le sujet assigné à notre causerie d’aujourd’hui, je l’aborde avec la confiance d’une profonde conviction dans l’intérêt que présente à notre époque la question des associations du travail.
Quand il me fut demandé de m’inscrire parmi les conférenciers de notre grande Exposition, je me suis dit que, puisque les circonstances et mon goût personnel m’avaient entraîné vers l’étude du développement des associations du travail, je ne pouvais choisir un sujet qui méritât autant de trouver sa place parmi ceux qui doivent être traités dans nos réunions internationales.
En cette matière comme en quelques autres, nous avons été devancés par d’autres nations ; mais le rôle de la France est de perfectionner et de vulgariser quand elle n’improvise pas, et si nous avons tardé dans cette voie des associations du travail, j’ai le ferme espoir que notre société française, fidèle à sa destinée, saura, par le soin, par la méthode qu’elle y apportera, donner aux associations du travail des bases solides et sûres dont profiteront même ceux qui nous ont devancés.
Je ne vous ferai ici, Messieurs, ni l’historique ni l’apologie des associations : l’homme, à ses origines, a vite compris que, seul, il est à peu près impuissant, et qu’en unissant ses efforts à ceux de ses voisins, de ses frères, il peut tout entreprendre.
L’association a revêtu, dans les siècles qui nous ont précédés, diverses formes et, comme le veut la logique humaine, ses efforts ont été orientés vers le profit des membres qui en faisaient partie.
Or, en remontant dans le passé, nous trouvons l’association réduite à très peu de membres, ayant tous plus ou moins comme but de s’assurer une certaine suprématie sur les autres. De là sont nées les castes qui, dans l’ordre religieux comme dans l’ordre politique ou social, résument l’histoire ancienne des associations.
Chaque progrès nouveau de l’humanité a été marqué par l’extension des associations et par la participation à leur profit d’un plus grand nombre d’individus. Ce caractère de l’association est si vrai, qu’un des effets, bien inattendus, de la Révolution dont nous célébrons le centenaire, a été de proscrire les associations, d’en refuser le droit commun, pour faire cesser cette sorte d’aristocratie qui, du petit au grand, régissait les sociétés du passé.
La loi du 17 juin 1791, qui supprima lès maîtrises et jurandes, interdit aussi, par crainte de voir renaître les corporations oppressives du passé, toute revendication professionnelle fondée sur des intérêts communs, toute manifestation faite en leur nom. Bien que cette prohibition fût sanctionnée des peines les plus graves, d’assez nombreux syndicats de patrons et plusieurs sociétés ouvrières eurent, pendant la première moitié de ce siècle, une existence de fait que M. Nadaud tenta vainement, en 1849, de rendre légale ; mais c’est en 1864 seulement que l’Empire, pour donner quelques gages au monde du travail fit, par l

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents