35 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Maladie sous enquête , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
35 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Après plusieurs années d’animation auprès des personnes ayant une dépendance, André-Émile Pouliot a cru bon de publier ce regard sur la dépendance du jeu compulsif. Cette pièce, écrite sous la forme d’une commission d’enquête, met en scène un joueur compulsif répondant aux questions. Ton témoignage est complété par d’autres témoins qui ont été marqués par sa dépendance. L’objectif de cet ouvrage est d’aider à mieux comprendre la maladie du jeu compulsif, de ses dommages au joueur et à ses proches.
Maladie sous enquête – Interrogations sur le jeu compulsif est le second ouvrage d’André-Émile Pouliot.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 août 2017
Nombre de lectures 1
EAN13 9782923375724
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0550€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

André-Émile Pouliot
MALADIE
SOUS ENQUÊTE


Interrogations sur le jeu compulsif




Éditeur

Maladie sous enquête
Interrogations sur le jeu compulsif



Éditions TNT
625 Avenue de la Salle
Montréal, Qc.
H1V 2J3
(514) 256-9000
Courriel : info@editionstnt.com
Site Internet : www.editionstnt.com

Illustration de la couverture : JuanCa

Chargée de projet : Delphine Caubet

Droit d’auteur
André-Émile Pouliot 2017. La reproduction totale ou partielle pour un usage non-pécuniaire est autorisée à condition d’en mentionner la source.


Dépôt Légal
Bibliothèque et Archives nationales du Québec 2017
Bibliothèque et Archives Canada 2017

ISBN PAPIER 978-2-923375-26-7
ISBN PDF 978-2-923375-71-7
ISBN E-PUB: 978-2-923375-72-4






Remerciements

À ma compagne, Gisèle pour son aide et sa collaboration qui m’a permis de réaliser ce projet.
À ces nombreux bénévoles qui œuvrent au sein des organismes d’aide aux personnes aux prises avec cette dépendance.
Aux maisons de thérapies pour leur travail en recouvrance.
Aux mouvements anonymes qui réussissent par leur programme un rétablissement durable.
Au système judiciaire qui est sensible aux actes criminels causés à cause de cette dépendance.


Introduction

Essayer de comprendre une dépendance comme le jeu compulsif n’est pas chose facile. Parmi toutes les dépendances, celle du jeu compulsif est sans doute la pire. D’abord, il n’y a pas de substance (comme l’alcool ou la drogue) et il arrive que parfois, le gain soit possible.
Toutes les autres dépendances n’ont aucun aspect positif (il y a toujours une perte), car personne ne gagne à boire, se droguer ou fumer… c’est pourquoi l’abstinence du jeu exige un effort plus grand. La méthode utilisée ici est celle du survol du sujet au moyen de questions et réponses.
Imaginant une commission d’enquête, l’auteur cherche à savoir si le témoin est un criminel, ou simplement une victime de la maladie du jeu compulsif.
Tous les noms et identités ont été inventés et sont de pure fiction. Les réponses aux questions des intervenants pourront donner un bon aperçu de ce phénomène qui hante notre société.
Cet exercice provient d’une pièce de théâtre qui a été présentée plus d’une fois dans le cadre de congrès dans la région de Montréal.
Ce récit a été écrit dans l’espoir d’encourager ceux et celle qui sont victimes de cette dépendance et qu’il est possible avec de la volonté et de l’honnêteté de sortir de cet enfer du jeu.



A.E. Pouliot


Ouverture de la session

COMMISSAIRE — Avant de procéder, je vous avise qu’il s’agit ici d’une commission d’enquête et non d’un tribunal. Le but de cette enquête est de déterminer, à l’aide de témoignages, si le jeu compulsif est une maladie, quelles en sont les conséquences, parfois même criminelles, et tenter de prouver qu’il existe une méthode ou une solution pour venir en aide à celui qui en est atteint.
Le commissaire demande au témoin de prendre place à la barre.
Le commissaire demande à la greffière d’assermenter le témoin.
Le témoin prend place dans à la barre.
GREFFIÈRE — Témoin, levez-vous, direz-vous toute la vérité, seulement la vérité et rien que la vérité, levez la main droite et dite je le jure.
TÉMOIN — Je le jure.
COMMISSAIRE — Dites votre nom, votre âge et vos qualifications.
TÉMOIN — Oui, Monsieur le Commissaire. Je m’appelle Paul W. j’ai 46 ans, je suis vendeur et je suis un joueur compulsif.
COMMISSAIRE — Maintenant, je demanderais au Procureur de la Commission de bien vouloir débuter son interrogatoire.
Le procureur de la commission s’avance.
PROCUREUR — Merci Monsieur le Commissaire. Bonjour Monsieur Paul. Je m’appelle Claude Leblanc et je suis le procureur de la Commission. Les documents que vous avez devant vous sont le procès-verbal de la rencontre préalable que nous avons eue avant l’ouverture de cette séance, et une copie a été distribuée au commissaire de même qu’au Procureur de la Commission.
COMMISSAIRE — Maître Leblanc, vous pouvez poursuivre.
PROCUREUR — Monsieur le Commissaire, avant d’interroger le témoin, j’aimerais lui indiquer que mon objectif n’est pas de porter quelques accusations que ce soit . Mon objectif est de faire la démonstration que le jeu compulsif peut amener l’individu à poser des actes, parfois criminels, très dommageables pour lui-même et pour ceux qui l’entourent. Et donc qu’une telle activité a pu faire du témoin un criminel en puissance.
Dans cette enquête, son témoignage nous aidera à mieux comprendre ce phénomène du jeu. Je le remercie d’avoir accepté volontairement de participer à cette commission. De plus, tout ce que vous direz ici ne pourra être retenu contre vous.
PROCUREUR — Monsieur Paul, vous vous êtes présenté comme joueur compulsif. Qu’est-ce qui vous a amené à un tel aveu ?
TÉMOIN — Monsieur le Procureur, c’est suite à mon adhésion au groupe de Gamblers Anonymes.
PROCUREUR — Est-il également vrai que vous avez déclaré avoir perdu le contrôle de votre vie ? Pouvez-vous préciser ?
TÉMOIN — Je suis endetté, j’ai failli perdre mon emploi, ma femme, mon auto et surtout, j’ai perdu beaucoup d’amis. J’ai perdu la capacité de gérer mes affaires. J’ai même perdu l’estime de mes enfants.
PROCUREUR — Monsieur Paul, avant d’aller plus loin dans notre investigation, parlez-nous de vous.
TÉMOIN — Je suis orphelin de père et mère. J’ai été placé dans un orphelinat et après mon cours primaire, je suis allé au collège pour faire mon cours classique. J’ai un certificat en administration de l’École des Hautes Études Commerciales, et je suis représentant en assurances.
PROCUREUR — Maintenant dites-nous, quand avez-vous commencé à jouer ?
TÉMOIN — J’ai commencé à jouer, il y a une dizaine d’années. Je suis allé au Casino et j’ai gagné un montant assez important. Ce fut ce qui a déclenché mon goût de jouer.
PROCUREUR — Monsieur Paul, avant d’avoir gagné ce montant important, aviez-vous déjà joué ? Étiez-vous un « gageur » qui parie sur tout ?
TÉMOIN — Non, je n’avais pas d’attirance pour le gambling.
PROCUREUR — Voulez-vous dire au commissaire ce qui s’est passé par la suite ?
TÉMOIN — Malgré le fait que j’avais gagné un montant substantiel au Casino, je n’y suis plus retourné. Je n’ai pas aimé l’atmosphère. Il y a trop de monde, trop de bruit.

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text